BWd12 allonge d'un concert

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Photo : Quatuor Capriccio © DR


Alors que son édition 2019 a accueilli 1450 spectateurs du 22 au 25 août au Château de Saint-Victor, le festival de musique de chambre BWd12 prolonge le plaisir avec un cinquième concert le dimanche 13 octobre à l'Opsis de Roche-la-Molière avec le Quatuor Capriccio. Pour l'occasion, seront entre autre proposés le Quatuor n°12 (Quartettsatz) de Franz Schubert, la Pièce pour quatuor à cordes de Félix Mendelssohn ou encore le Quatuor Serioso de Ludwig van Beethoven.

Quatuor Capriccio, dimanche 13 octobre à 17h au Centre Culturel L'Opsis de Roche-la-Molière


Quatuor Capriccio


Centre Culturel L'Opsis Place Jean Jaurès Roche-la-Molière
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quand BWd12 prend tout Saint-Saëns

Festival musique de chambre | BWd12, le festival de la fin du mois d'août de Saint-Victor, revient mettre du baume au cœur cette année, avec toujours cet accent mis sur la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Quand BWd12 prend tout Saint-Saëns

BWd12, le festival de la fin du mois d'août de Saint-Victor, revient mettre du baume au cœur cette année, avec toujours cet accent mis sur la musique de chambre. Mais un accent en forme de trémas, ceux de Saint-Saëns plus particulièrement. Les œuvres du compositeur, dont on fête en 2021 le centenaire, seront particulièrement mises à l'honneur par les musiciens conviés par le violoncelliste Samuel Etienne, également directeur artistique du festival. Si l'on connaît tous le Carnaval des animaux ou encore la Danse Macabre de Saint-Saëns, on se pressera au Château de Saint-Victor pour (re)découvrir des pièces telles que la sonate opus 75 ou encore le quintette piano et cordes, opus 14. Parallèlement, deux autres créateurs auront les honneurs cette année, à savoir l'Argentin Astor Piazzolla (dont on fête également le centenaire, mais cette fois-ci de la naissance) et Gabriel Fauré. Bref, trois programmes définis et une autre avec des œuvres choisies par le public viendront sublimer les débuts de soirées de la fin août sur la terre des Croque-Cerises. Festival BWd12, du 27 au 29 août au Château de Saint-Victor-sur-Loire Plus d'infos sur

Continuer à lire

À Roche aussi...

Fête de la Musique 2020 | À l'instar de Saint-Étienne, la commune de Roche-la-Molière propose également une Fête de la musique 2020 malgré les restrictions sanitaires. Au programme des (...)

Nicolas Bros | Mardi 16 juin 2020

À Roche aussi...

À l'instar de Saint-Étienne, la commune de Roche-la-Molière propose également une Fête de la musique 2020 malgré les restrictions sanitaires. Au programme des concerts live d'Alkabaya, Organ Trio, Les Tit'Nassels, Les Mirabelles Kitchen et de l'incontournable rappeur gaga MC Pampille. Ces prestations seront retransmises le 21 juin sur la page Facebook de la ville de Roche-la-Molière et chez nos confrères de TL7. À noter, que Roche étant un centre reconnu dans le domaine de l'art urbain, les concerts seront accompagnés par des performances de PEC, FACÉE, AZOTE, DAVILA et d'autres "street artistes".

Continuer à lire

Ivanov rode

Humour | Si Alban Ivanov laisse à penser qu'il est à l'écran plus que sur scène (Le sens de la fête, Le Grand Bain...), il reste un humoriste de scène avant tout. Avant de (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Ivanov rode

Si Alban Ivanov laisse à penser qu'il est à l'écran plus que sur scène (Le sens de la fête, Le Grand Bain...), il reste un humoriste de scène avant tout. Avant de repartir en tournée avec son nouveau spectacle Vedette, qu'il présentera d'ailleurs les 11 et 12 mars 2020 au Centre des Congrès de Saint-Étienne, il propose quelques dates de "rodage" dont une le mercredi 4 décembre du côté de L'Opsis à Roche-la-Molière. Alban Ivanov en rodage, mercredi 4 décembre à 20h30 au Centre culturel L'Opsis de Roche-la-Molière

Continuer à lire

Puissance 19

Festival BWd12 | C'est un festival de musique de chambre à la saveur unique. BWd12 propose chaque année une formule inédite au cœur du (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 juillet 2019

Puissance 19

C'est un festival de musique de chambre à la saveur unique. BWd12 propose chaque année une formule inédite au cœur du château de Saint-Victor-sur-Loire. Pendant une semaine, des musiciens se retrouvent dans une ambiance conviviale pour travailler et échanger, avant de partager avec le public le fruit de ces huit jours passés ensemble. Cet été, pour la 15e année, les artistes seront exceptionnellement au nombre de 19, réunis autour du violoncelliste Samuel Étienne (créateur du festival). Parmi ces derniers citons les violonistes Cécile Agator (violon solo à l'Orchestre Philharmonique de Radio France) et Ayako Tanaka (suprsoliste de l'orchestre National de Lille) ou le pianiste Sébastien Vichard. Les vents ne seront pas en reste plusieurs dignes représentants dont Marina Ferrari à la flûte ou Pierre Gomes au basson. Côté programmation, ce sont quatre concerts très complémentaires qui raviront les tympans les plus avides. Tout d'abord un ciné-concert où le public s'amusera autant que les musiciens. Suivra la soirée Dans l'entourage de Bartok où l'auditeur sera amené à découvrir des œuvres moins "tubesques" mais souvent très intéressantes. Enfin, deux veillées viendront cl

Continuer à lire

Des Oreilles affûtées

Festival chanson | Depuis 1991, le festival Les Oreilles en Pointe fait vibrer dans la vallée de l'Ondaine - mais pas seulement - les sonorités francophones d'où qu'elles viennent. L'édition 2019 du festival se recentre sur cinq soirées hautes en couleurs !

Nicolas Bros | Lundi 24 juin 2019

Des Oreilles affûtées

Il en existe de nombreux festivals destinés à la chanson en France. Parmi ceux-là, Les Oreilles en Pointe possèdent une saveur un peu particulière. Est-ce sa configuration étendue sur la vallée de l'Ondaine et au-delà ? Serait-ce à cause des choix artistiques orientés chanson francophone très large – notamment vers des régions souvent peu mises en valeur dans l'Hexagone telles que l'Acadie... ? Difficile à dire mais toujours est-il que le festival existe désormais depuis 1991 et donne chaque année à écouter des découvertes et des valeurs sûres s'enchaînant dans un mois de novembre où la tendance va plutôt au confinement à domicile... Miossec, Barcella mais aussi les premières nations du Grand Nord Canadien Comme chaque année, le festival propose sa liste de jolis noms et de têtes d'affiches. Cette année, citons le retour du Breton Christophe Miossec (qui a sorti son onzième album studio en 2018 intitulé Les Rescapés), le poète sautillant Barcella et l'éternel Renan Luce. Au rayon des découvertes, Alexandre Castillon (lauréat du tremplin des Polysons de Montbrison en 2018) et la "folkeuse" suissesse Meimuna devraient régaler les spectateurs.

Continuer à lire

Street heart

ARTS | Qu’on se le dise : le Street Art Festival In Roche-la-Molière en remet une couche (déjà la cinquième édition) un peu partout sur les murs de la (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Street heart

Qu’on se le dise : le Street Art Festival In Roche-la-Molière en remet une couche (déjà la cinquième édition) un peu partout sur les murs de la cité rouchonne, invitant le public à découvrir de nouvelles réalisations à ciel ouvert qui viennent chaque année compléter les précédentes. S.A.F.I.R., jusqu’au 26 mai, Roche-la-Molière

Continuer à lire

Prendre le ré à deux

Musique de chambre | Cette absence de frugalité aurait pu laisser présager des pires excès de bouche ! Jugez plutôt : « Heure exquise », « Prendre le thé à (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 janvier 2019

Prendre le ré à deux

Cette absence de frugalité aurait pu laisser présager des pires excès de bouche ! Jugez plutôt : « Heure exquise », « Prendre le thé à deux », « Passionnément », « Savez-vous planter les choux ».... C'est de la bouche de la succulente Catherine Séon et du très gouleyant Philippe Noncle, pépites - de chocolat - de l'art lyrique, qu'est née cette surprise musicale. Messager, Offenbach, Audran, Lehar, Legrand, servis par Tigran Toumanian, Agnès Pereira, Geneviève Rigot et Marianne Pey, s'agiteront en cuisine pour honorer nos deux maîtres-queux. Miam ! Miam !, samedi 2 février à 20h à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

L'eau, l'air, la terre, le feu

Classique | Pour son lancement, la société de production La Mariotte donne carte blanche à deux artistes bien connus des ligériens : Florence Auclin, violoncelle solo (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 janvier 2019

L'eau, l'air, la terre, le feu

Pour son lancement, la société de production La Mariotte donne carte blanche à deux artistes bien connus des ligériens : Florence Auclin, violoncelle solo de l'Orchestre de Saint-Étienne-Loire et Cyril Goujon, chef de chant et pianiste soliste aux inépuisables talents. Le programme, comme le duo, laisse opérer tous les charmes du Romantisme, et semble consciemment (ou pas) convoquer en musique les quatre éléments. L'air, tout d'abord, avec la célèbre Sonate n°14 de Beethoven « Clair de lune », dont tous les virtuoses appréhendent le presto agitato, ainsi que la Première Ballade de Chopin, à la mélancolie subversive et langoureuse. C'est avec la terre, celle du sombre Schleswig-Holstein, des paysages de Mer du Nord, que se poursuit l'itinérance avec la Sonate pour violoncelle et piano en mi mineur Op.38 de Brahms, aux puissantes fragrances terriennes. L'évocation de l'eau se fera par le truchement de Liszt avec la très mystique Légende de Saint-François de Paule marchant sur les Flots. C'est également à Liszt que reviendra l'incantation du feu avec sa célèbre Méphisto-Valse. Aucune série télé ne vous dispense

Continuer à lire

Droit roumain

MUSIQUES | Georges Enesco est l'archétype de l'artiste complet : interprète exceptionnel, compositeur et chef d'orchestre, la Roumanie le vénère. Quel bonheur (...)

Alain Koenig | Mercredi 31 octobre 2018

Droit roumain

Georges Enesco est l'archétype de l'artiste complet : interprète exceptionnel, compositeur et chef d'orchestre, la Roumanie le vénère. Quel bonheur d'entendre sa musique jouée en notre cité par un chapelet de musiciens talentueux. La Méditation de Thaïs, produit d'appel du concert, viendra aussi rappeler la filiation musicale du maître roumain. Massenet / Enesco avec Nicolas Dautricourt, Cécile Agator... dimanche 25 novembre 2018 16h, Auditorium de la Cité du design

Continuer à lire

Caraïbes

MUSIQUES | En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Caraïbes

En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige cubain Roberto Fonseca a enchaîné huit albums solo tout en multipliant les collaborations aux côtés d’Ibrahim Ferrer, Omara Portuando ou encore Fatoumata Diawara, entre autres. Avec Abuc (acronyme inversé de Cuba), le musicien télescope brillamment les musiques qui ont accompagné l’histoire de son île natale, des années 40 à aujourd’hui. Roberto Fonseca III, lundi 22 octobre à 20h30, l’Opsis à Roche-la-Molière

Continuer à lire

Mouvement de greffe

Festival BWd12 (Loire) | Une gageure que ce festival Bwd12, perché sur son piton, dans un méandre de la Loire. Aujourd'hui installé dans ses enceintes pour sa treizième édition, les (...)

Alain Koenig | Mardi 4 juillet 2017

Mouvement de greffe

Une gageure que ce festival Bwd12, perché sur son piton, dans un méandre de la Loire. Aujourd'hui installé dans ses enceintes pour sa treizième édition, les programmateurs ont choisi cette année, le thème du mouvement. Explorant la relation ludique entre le corps, la danse, les arts du cirque et la musique, chaque concert fait l'objet d'une présentation « pleine d'humour et d'érudition », comme l'expliquent les organisateurs. Recourant souvent à la transcription pour adapter les œuvres à un format de chambre, les festivités s'ouvriront sur le Concerto pour trois claviers BWV1063 de JS Bach, transcrit pour trois violons. Éclectique par choix, autant que par essence, la thématique du mouvement appréhendera la transversalité des styles musicaux autant que des genres. De grands classiques seront à l'affiche, dans leur format originel ou, revisités pour les forces en présence : le Quintette avec clarinette KV 581, les Sonates pour violoncelle et piano de Chopin ou Chostakovitch, la Valse des Fleurs de Tchaïkovsky, le célèbre Boléro de Ravel, revus et corrigés par Yves Marie, seront autant d'invitations à la convivialité d'après c

Continuer à lire

Kumbia Boruka fait chalouper le monde

Sono mondiale | Avec son nouvel album en poche, La Vida Se Vive, le groupe Kumbia Boruka a repris la route et sévit sur toutes les scènes qu'il foule.

Sébastien Broquet | Mercredi 22 mars 2017

Kumbia Boruka fait chalouper le monde

Si notre région a pris un tram' de retard dans la vague nu-cumbia qui déferle depuis quelques années dans les clubs et festivals (Dengue Dengue Dengue, le génial label de Buenos Aires ZZK, El Hijo de la Cumbia, Bomba Estereo...), avec le Mexicain Hernán Cortés ce rythme sud-américain calorifère a fini par se trouver ici un ambassadeur prêt à relever le défi. Avec un certain succès avec notamment un album La Vida Se Vive qui suit un mini-album sorti à l'été 2016n entérine l'idée que cette musique aussi chaloupée qu'elle peut être psyché prend place dans le paysage local. Illustration ce samedi avec une date de leur tournée au Cristal de Roche-la-Molière. Cette percée ne doit rien au hasard : déjà, par la personnalité et le parcours du leader de la bande, l'accordéoniste Hernán Cortés, venu de Monterrey où la scène cumbia est vivace. Là-bas, aux percussions, il a fait ses armes au sein d'orchestres reconnus, à commencer par celui de

Continuer à lire

Les rubans du patrimoine pour Roche-la-Molière

Patrimoine | La commune de Roche-la-Molière vient de recevoir le prix des Rubans du patrimoine au niveau départemental pour la rénovation des salons et de la cour de (...)

Nicolas Bros | Jeudi 8 décembre 2016

Les rubans du patrimoine pour Roche-la-Molière

La commune de Roche-la-Molière vient de recevoir le prix des Rubans du patrimoine au niveau départemental pour la rénovation des salons et de la cour de leur château. Ce prix, lancé en 1994 sous le nom de "Villes et Villages gagnants", récompense avec des prix nationaux, régionaux et départementaux, des communes qui ont entrepris des travaux de rénovation et de mise en valeur de leur patrimoine bâti. Concernant le château de Roche-la-Molière, ce sont plus d'1, 1 M d'Euros qui a été investi dans ces travaux depuis 2002. Retrouvez l'ensemble des opérations lauréates ici.

Continuer à lire

Libres

Des Fourmis dans les Mains | Avec déjà quatre albums au compteur, Des Fourmis dans les Mains continue à mettre l’énergie du rock et la liberté du jazz au service de la poésie française. Douce gifle dont la puissance n’enlève rien à la sensibilité, le groupe cultive ses envolées lyriques où les cascades de mots livrent bataille à des projections de notes dans une valse percutante, bavarde mais pas avare de sens profond. L’écriture de son leader, Laurent Fellot, met en résonance l’ordre implacable de la nature et le désordre de nos vies, dans des chansons-histoires où l’imaginaire se joue de la réalité. Rencontre.

Niko Rodamel | Lundi 7 novembre 2016

Libres

A l’écoute de vos chansons l’importance donnée à la voix, donc au texte, saute aux oreilles… Je ne veux surtout pas m’enfermer dans des textes trop courts et avec le texte parlé, je peux raconter encore plus de choses. Mais c’est vrai, je reconnais que je suis très bavard ! Les chœurs qui habillent le texte sont autant une façon d’explorer la voix qu’un moyen de contrebalancer le texte parlé. On se rapproche presque du chant lyrique, c’est très jouissif à faire, même sur scène. Par moment la voix te fait plus vibrer que l’instrument. Vos textes sont malmenés par le vent, les pluies diluviennes mais aussi l’oubli et le regret, dans un monde qui semble au final plutôt tourmenté… Dans ce que j’écris ressort forcément un ressenti par rapport au monde dans lequel je vis, que je digère et restitue avec ma propre sensibilité. Ecrire permet souvent de se resituer soi-même, de se demander si l’on est libre de faire ce que l’on veut, si l’on peut encore vivre ses envies sans un regard extérieur parfois inquisiteur et surtout si l’on a encore la force de changer les choses. On perçoit aussi dans vos textes une fort

Continuer à lire

Gorges déployées

MUSIQUES | Impressionnantes gorges de la Loire, vues depuis leur balcon de Saint-Victor, terre d'élection du festival Bwd12. Madame Verdurin est-elle l'invitée (...)

Alain Koenig | Mardi 5 juillet 2016

Gorges déployées

Impressionnantes gorges de la Loire, vues depuis leur balcon de Saint-Victor, terre d'élection du festival Bwd12. Madame Verdurin est-elle l'invitée surprise de cette édition, ou plutôt, son salon de musique, dont Marcel Proust croqua si bien les vacuités " parisianistes " ? Le choix de ce thème enjoindra peut-être, le mélomane à une forme d'introspection, lors d'une belle soirée, dédiée au " Salon de Marcel ". Au programme de cette dédicace, Introduction et Rondo Capriccioso pour violon et réduction piano de Camille Saint-Saëns, un arrangement par Yves Marie de Parsifal de Richard Wagner ou encore, plus étonnant, un arrangement de la chanson de Félix Mayol Viens poupoule, toujours par Yves Marie. Marcel aurait sûrement été très sensible à l'hommage... Une autre soirée sera consacrée à la désormais vacillante Europe : Rachmaninov et sa sublime Vocalise, Menotti, Andrew Downes ainsi que le Quatuor l'Empereur de Joseph Haydn. Cette édition 2016 s'achèvera sur une très éclectique thématique : " l'Ame ", et l'on pourra s'élever par le truchement des musiques de Messiaen (Appel Interstellaire pour cor), de Brahms (

Continuer à lire

Le beau geste frère des Innocents

MUSIQUES | Loin du tapage d'une reformation hystérique, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain ont ravivé avec l'impeccable "Mandarine" la flamme mélomane des Innocents. Réhabilitant au passage le souvenir parfois faussé d'un groupe qui compte finalement beaucoup plus que l'enfilade de tubes livrés deux décennies durant au cœur d'une véritable encyclopédie pop. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 3 novembre 2015

Le beau geste frère des Innocents

Chienne de vie. Vraiment. Quand on voit la vitesse à laquelle s'est rempli le Transbordeur lyonnais à l'annonce d'un concert surprise des Insus (soit Téléphone reformé en mode clando pour faire genre) et qu'on constate avec quelle discrétion est accueilli le retour des Innocents, eh bien messieurs dames on vous le dit comme on le pense, quelque chose branle dans le manche, il y a du mou de veau dans l'Hygiaphone et le monde est décidément « aussi parfait qu'il est plat » – c'est-à-dire surtout plat. Parce que, si on peut se permettre de parler un peu musique, les Innocents, c'est quand même un Autre Finistère que Téléphone. Ironique, quand on songe que les deux groupes ont été portés par une ribambelle de tubes dopés par les radios. Sauf que, concernant Téléphone, il y a les tubes, taillés pour les stades ou les soirées quadras qui dégénèrent après minuit et c'est tout. Du côté des Innocents, il y a les tubes aussi mais ceux-ci cachent un énorme malentendu. Geste frère, frères de geste Car, lorsqu'on écoutait dans les années 80-90's tous leurs hits (on vous fait grâce de la liste,

Continuer à lire

Classique/Lyrique : Les cinq incontournables

MUSIQUES | Voici la sélection de concerts de musique classique/lyrique de la rédaction du Petit Bulletin Saint-Étienne pour la saison 15/16.

Alain Koenig | Mardi 1 septembre 2015

Classique/Lyrique : Les cinq incontournables

Pourquoi votre fille est muette... C'est au célèbre tandem Barbier-Carré que Carvalho, directeur du Théâtre-Lyrique, confia d'intercaler dans la pièce de Molière, des textes chantés qui pussent rehausser la farce du grand Molière. Comme le fera plus tard Massenet avec sa Cendrillon, les références au 17e siècle sont légion. Empreinte de ce bon sens populaire, dont notre génie national ne se départit jamais, ce Médecin malgré lui, revisité par Gounod est assaisonné à la sauce Rossini et se déguste tel un Beaujolais nouveau. Parfait pour un public familial. AK Le Médecin malgré lui, vendredi 16 et samedi 17 octobre à 20h au Grand Théâtre Massenet de l'Opéra de Saint-Étienne Le chouchou de la Castafiore... Merci à Puccini et à ses deux librettistes d'avoir réussi à faire oublier la naphtaline grandiloquente de la pièce de Victorien Sardou. La postérité n'aura retenu que le chef d'œuvre passionnel et brutal du maître de Lucques, et qui s'en plaindra ? Apogée du vérisme, véritable juke-box de mélodies toutes plus belles les unes que les autres. Comment s'étonner du triomp

Continuer à lire

L'Esprit du « Supérieur »

MUSIQUES | Depuis son bucolique piton, le festival BWd12 peut s'enorgueillir de donner un tremplin à la relève musicale française. Les interprètes invités sont, pour la (...)

Alain Koenig | Mardi 30 juin 2015

L'Esprit du « Supérieur »

Depuis son bucolique piton, le festival BWd12 peut s'enorgueillir de donner un tremplin à la relève musicale française. Les interprètes invités sont, pour la plupart, issus du «Sup» - Conservatoire National Supérieur – ou d'autres conservatoires français et étrangers. Frédérique Bizet, professeure de clarinette, codirectrice de l'association K.440, librettiste d'opéras pour enfants et directrice artistique du festival, dévoile en interview sa stratégie: «Coups de cœur artistiques, découvertes stylistiques et arrangements réalisés par Yves Marie, constituent le terreau de notre programme. Une fois le point final apposé, il ne nous reste plus qu'à confier notre projet aux bénévoles qui se chargent d'en faire la promotion». Quant à la question posée par Francis Wolff, professeur à l'École Normale Supérieure de Paris, - «Pourquoi la musique procure-t-elle du plaisir ?» - les programmateurs répondent par quatre soirées thématiques, contribuant à démocratiser la musique de chambre: «Un soir à l'opéra», «La musique et ses secrets», «L'écriture musicale au féminin» et enfin, «Le temps suspend son vol». Alain Koenig

Continuer à lire

Le pré carré d'Hermès

MUSIQUES | Sous-exploité dans l'anthologie chambriste, l'hymen harmonieux de la flûte et de la harpe exhale un doux parfum estival. Hermès, bien avant d'avoir (...)

Alain Koenig | Mardi 2 juin 2015

Le pré carré d'Hermès

Sous-exploité dans l'anthologie chambriste, l'hymen harmonieux de la flûte et de la harpe exhale un doux parfum estival. Hermès, bien avant d'avoir transmis sa séquence ADN à des sacs à main, fut aussi le messager des dieux de l'Olympe, l'icône des alchimistes et de l'hermétisme. Il prête ici son patronyme terrestre à un duo de charme. Nathalie Cornevin à la harpe et Valérie Perrotin à la flûte traversière insuffleront vie à un répertoire souvent oublié des compositeurs : tout le monde ne s'appelle Mozart dans la genèse du répertoire. Les deux complices n'hésitent donc pas à recourir à la transcription lorsque le compositeur fait défaut. De sa madeleine bretonne, Valérie Perrotin réveillera le souvenir du compositeur le plus océanique du siècle dernier : Jean Cras. Juste retour du Gulf Stream pour ce marin-compositeur dont les œuvres - ici une Suite en concert- pleines de poésie laissent parfois douter du bien-fondé de certaines postérités... Jean-Sébastien sera bien sûr convié à ce dîner aux chandelles avec une transcription de sa Sonate en sol mineur. Saint-Saëns, trop souvent «boudi-boudé» en France, sera l'objet de tous les égards de nos duettistes avec sa

Continuer à lire

Piston décomplexé !

MUSIQUES | Fragile intermède dans le déchaînement des passions européennes, la Belle Époque est un marqueur-temps hors du temps. Temps des cerises mûres et de l'archétype proustien Madame Verdurin : reconstitution musicale d'un salon de la Belle-Époque par un «pro» du piston (trompette et cornet) et un «pro» du piano. Alain Koenig

Alain Koenig | Mardi 6 janvier 2015

Piston décomplexé !

Audacieux pari lancé par Eric Beaufocher, merveilleux pianiste, et Didier Martin, trompettiste vertueux et virtuose, tous deux solistes de l'Ensemble Orchestral Contemporain : recréer un salon de musique de la Belle-Époque à travers le prisme d'un répertoire boudé par les «spécialistes de l'air du temps» et de la torsion nasale... Une fois encore, c'est l'olfaction sans faille du programmateur des Sérénades du dimanche, Hervé Cligniez, qui a su flairer l'idée de génie ! Ambiance madeleine trempée dans la verveine (pas forcément la tisane!), les deux compères feront revivre les fleurons du répertoire pour trompette de salon (cornet ou bugle à l'occasion) et piano, émaillant les démonstrations musicales de saynètes biographiques ou historiques. Didier Martin explique : «le système du pistonnage, invention décisive, ouvrit la voie à des répertoires jusque là inaccessibles. Né de cette évolution et adopté par Berlioz, le cornet à piston, instrument véloce et chatoyant, trouva rapidement sa place parmi le répertoire dit «de salon». Sous l'impulsion du maître Jean-Baptiste Arban, il fut le précurseur du développement spectaculaire de la trompette.»

Continuer à lire

Le carré d'Hermès

MUSIQUES | Dans une lettre adressée à son père en 1777, Mozart confie : «comment écrire pour un instrument que je ne puis souffrir ?». Fidèle à lui-même, il relèvera le défi en (...)

Alain Koenig | Mardi 30 septembre 2014

Le carré d'Hermès

Dans une lettre adressée à son père en 1777, Mozart confie : «comment écrire pour un instrument que je ne puis souffrir ?». Fidèle à lui-même, il relèvera le défi en nous gratifiant de quatre quatuors pour flûte, violon, alto et violoncelle. Composés à Mannheim, ville dont le Prince Électeur Karl-Theodore avait fait un centre culturel très actif, les deux premiers opus furent une commande de l'armateur Dejong, flûtiste amateur avec lequel il avait sympathisé. Le dernier quatuor K.278 semble pour sa part, avoir été un pastiche, caricaturant la faiblesse harmonique de certains compositeurs français, et recyclant les thèmes de chansons populaires. Pour Valérie Perrotin, flûtiste du Quatuor Hermès, jouer cette intégrale redonne vie à «un Mozart qui passait de joyeuses soirées à faire la musique avec ses amis. Ces quatuors sont très concertants, les mouvements lents sont somptueux. C'est de la grande musique de chambre, trop souvent absente du répertoire des flûtistes, qui jouent rarement avec les cordes. C'est aussi un grand plaisir que de travailler les quatre en même temps». Les autres solistes Vera Markovitch au violon, Anna Startseva à l'alto, et Marianne Gaiff

Continuer à lire

Vivement dimanche prochain!

MUSIQUES | Cette année encore, l'évêché de Saint-Étienne propose aux «Sérénades du Dimanche» une terre d'accueil digne de ce nom, dans la belle acoustique du Centre (...)

Alain Koenig | Mercredi 3 septembre 2014

Vivement dimanche prochain!

Cette année encore, l'évêché de Saint-Étienne propose aux «Sérénades du Dimanche» une terre d'accueil digne de ce nom, dans la belle acoustique du Centre Saint-Augustin. Aux fourneaux, le clarinettiste-marmiton Hervé Cligniez, a su concocter quelques plats du terroir bien mitonnés, maîtrisant parfaitement l'art de relever les saveurs. La saison s'ouvrira le 28 septembre, sur une note très «cuivrée» avec la Musique de l'Infanterie, dans un programme Bach, Beethoven et Vivaldi. Le Big Band de Saint-Étienne de Ludovic Murat, pro du jazz, succèdera le 16 novembre au Quatuor Hermès qui, avec l'excellente flûtiste Valérie Perrotin, rendra hommage au divin Mozart le 12 octobre. Le 14 décembre, le récital de piano de Roland Meiller dans un programme Debussy, Fauré, Ravel sera très attendu par la jeune génération... Le 11 janvier 2015, le trop rare Octuor de Schubert, préfigurant sa Grande Symphonie, sera l'occasion de galvaniser les professeurs du Conservatoire Massenet dans un même élan «romantique». Le 1er mars, le Quatuor Onslow, baptisé en mémoire du compositeur franco-britannique clermontois, dispensera ses charmes musicaux dans des œuvres

Continuer à lire

Les «Victor» de la musique...

MUSIQUES | Sans céder à l'usage du jargon technocratique de nos édiles, aurons-nous «l'aplomb» de dire que ce petit bijou de festival illustre à merveille la dichotomie (...)

Alain Koenig | Mardi 1 juillet 2014

Les «Victor» de la musique...

Sans céder à l'usage du jargon technocratique de nos édiles, aurons-nous «l'aplomb» de dire que ce petit bijou de festival illustre à merveille la dichotomie entre horizontalité et verticalité ? Verticalité, en effet, car quiconque se penche un peu trop au-dessus des Gorges de la Loire se rappellera peut-être, la plaque qui ornait jadis les fenêtres à manivelle de nos trains «E pericoloso sporgersi»... Horizontalité d'autre part, car ici, à Saint-Victor-sur-Loire, la proximité avec les artistes n'est pas un concept sorti d'un cabinet de conseil en communication ! Dans l'amphithéâtre du château, on est parfois tenté de se lever pour tourner les pages sur les pupitres. Convivialité enfin, car la rencontre avec des artistes partageant le même génome- celui du talent et de l'excellence- est source d'enrichissements mutuels. Le public ne s'y trompe pas, qui pour célébrer cette année les dix ans du festival, répondra présent, évidemment! L'édition 2014 s'articule autour de quatre «histoires», regroupant différents répertoires musicaux: «histoires d'amour» revisitant les «classiques» du festival, «histoires de créateurs», navigation «aux instruments» à traver

Continuer à lire

Le trio qui donne des «L»

MUSIQUES | Heureux le village de Pommiers qui verra le 11 mai se poser les ailes du Trio «L» ! Au piano Lyuba Zhezcheva, au violoncelle Louison Crès-Debacq, et (...)

Alain Koenig | Mercredi 30 avril 2014

Le trio qui donne des «L»

Heureux le village de Pommiers qui verra le 11 mai se poser les ailes du Trio «L» ! Au piano Lyuba Zhezcheva, au violoncelle Louison Crès-Debacq, et Louis-Jean Perreau au violon, livreront un programme subtil, concocté par de véritables «chambristes». Dans une lettre adressée à Robert Godet son ami, Claude Debussy décrit sa Sonate pour violon et piano en ces termes: «Défiez-vous à l'avenir des œuvres qui paraissent planer en plein ciel, souvent elles ont croupi dans les ténèbres d'un cerveau morose...». Dans une autre lettre, il surenchérit : «Sachez donc, ami trop confiant, que je n'ai écrit cette sonate que pour m'en débarrasser...» Pourtant, la subtilité harmonique et mélodique de ce petit «bijou» ne cessent d'étonner encore aujourd'hui. La fougue, la grâce et l'engagement «physique» de la talentueuse phalange ligérienne sauront, à n'en point douter, faire oublier les ratiocinations debussiennes pour laisser place à la «musique pure» d'un de nos plus grands compositeurs. La Grande Guerre étant le fil rouge du programme, le Trio en la mineur de Maurice Ravel redonne, dans son premier mouvement, du courage au compositeur engagé au front, par

Continuer à lire

Ces deux buts-ci...

MUSIQUES | Dans « fugues et requiem », le Quatuor Debussy met en lumière la continuité historique dans laquelle s'inscrit le « Requiem » du génial Mozart. Les évolutions chronologiques de « l'art de la fugue » dessinent l'arbre généalogique dans lequel s'insère la transcription de Lichtenthal de 1802. Le requiem, ou maillon de la fugue ? Alain Koenig

Alain Koenig | Mardi 1 avril 2014

Ces deux buts-ci...

Peu d’œuvres ont généré autant de mythes que le célébrissime Requiem de Mozart. Au risque de décevoir les accros du joli film Amadeus, la vérité musicologique reprend ses droits lentement mais sûrement. Musicologue, spécialiste de Mozart, Florence Badol-Bertrand a contribué, à travers de nombreux ouvrages, au rétablissement d'une fiabilité historique souvent galvaudée. Entre une interview sur France Musique et deux « tables rondes » sur Mozart à la Cité de la Musique, elle commente : « aucun des arguments développés dans le film ne résiste à l'évidence des simples constats (...). En 1791, Mozart est un compositeur reconnu et payé en conséquence. Il vient de refuser trois propositions de postes prestigieux et vit dans un appartement confortable au cœur de Vienne. Pour le couronnement de l'empereur (...), on lui commande La Clémence de Titus, on donne son Don Giovanni ; sa musique religieuse accompagne chacune des cérémonies. En outre, on a identifié le commanditaire du Requiem, diagnostiqué les causes de sa mort, (…) et admis qu'il fut inhumé selon les conventions de son rang: dans un tombeau communautaire », explique-t-elle.

Continuer à lire

Ouvert le dimanche !

MUSIQUES | Tous les ans, l’association «Les sérénades du dimanche», sous l’impulsion musicale d’Hervé Cligniez et Cyril Goujon, met à l’honneur la musique de chambre à Saint Etienne. Vivement le dimanche ! Alain Koenig

Alain Koenig | Jeudi 20 septembre 2012

Ouvert le dimanche !

La rencontre avec Hervé Cligniez est toujours une joie, particulièrement en ce jour d’été ensoleillé où il communique avec passion son enthousiasme sur la saison 2012-2013 des «Sérénades du dimanche». La saison qui débute s’annonce particulièrement alléchante et prometteuse. Ce ne sont pas moins de huit concerts programmés, chacun donnant un coup de projecteur sur un thème, un compositeur, ou bien, nouveauté à laquelle notre organisateur tient beaucoup, un grand interprète à qui l’on donnera «carte blanche». C’est cette formule qui sera illustrée le 21 octobre, au Conservatoire Massenet. Une rencontre est organisée pour un «libre parcours» avec Nicolas Martynciow, caisse claire solo de l’Orchestre de Paris et Clément Himbert, saxophoniste. Le répertoire classique se réduisant a priori à une peau de chagrin pour ces deux instruments, les Sérénades laisseront les deux compères composer leur programme eux-mêmes. Une autre «carte blanche», et non des moindres, sera donnée à Jean-François Heisser, remarquable pianiste et chef d’orchestre, le 7 avril, avant sa participation au festival «Piano Passion».  Tous sur le «ring» 

Continuer à lire