Pierre... d'étoile

Alain Koenig | Mercredi 5 février 2020

Photo : Choeur Symphonia © DR


Est-ce la mémoire du solstice d'hiver, ou la promesse d'un regain de lumière qui donneront à Pierre Badol sa carte d'embarquement pour les étoiles ? Les choeurs Symphonia et Sinfonietta s'y emploieront, en créant l'une de ses dernières pièces L'ombre d'une étoile. Une élévation spirituelle bienvenue dans un monde sans repères.

Voyages d'hiver, Purcell, Brahms, Rheinberger, Badol par le Choeur Symphonia, dir. Yannick Berne, dimanche 16 février à 17h, église de Villars


Voyages d'hiver : du baroque à nos jours

Par les choeurs SYMPHONIA et SINFONIETTA avec "Funeral Music of Queen Mary" (Purcell), "Wie Lieblich sind deine wohnungen" (Reinberger), "Vier gesänge" opus 17 ( Brahms) et "L'ombre d'une étoile" (Pierre Badol). Direction : Yannick BERNE / Continuo : Pascal Macaudière / Cuivres : Conservatoire St Etienne / Harpe : Marion Sicouly / Cors : Maxime Tomba et Pierre Badol
Église Saint-Laurent de Villars Place Gambetta Villars
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Fruits de "Saisons"

Classique | Lorsqu'en 1801, il achève son oratorio Les Saisons, Joseph Haydn est "au firmament" : Londres le vénère, Vienne l'adule, Paris l'honore. Le (...)

Alain Koenig | Jeudi 2 mai 2019

Fruits de

Lorsqu'en 1801, il achève son oratorio Les Saisons, Joseph Haydn est "au firmament" : Londres le vénère, Vienne l'adule, Paris l'honore. Le « plus grand musicien vivant » peut-on lire. Pourtant le vieux "Papa Haydn", comme le nomment avec tendresse ses musiciens, affaibli par la maladie, répugne aux mondanités. Sous couvert d'un "pseudo-bucolisme", mal négocié avec son très accaparant librettiste von Swieten, le chef d'œuvre ne se décrypte que par le prisme du symbolisme. Le prélude de l'hiver est une des plus belles pages du maître, tout comme l'arrivée délicate et progressive du printemps, le stupéfiant orage de chaleur en été, ou la titanesque et sublime fugue finale, décrivent une humanité en proie aux questionnements, mais guidée, in fine, vers le sommet de la montagne sacrée. Génie et humilité concourent à l'édification de ce que Haydn pressentait être son dernier voyage musical. Pour interpréter le chef d'œuvre, Symphonia et l'Ensemble Telemann (aidé du SyLF) seront placés sous la fédératrice baguette de Florent Mayet. « Uns leite deine Hand, O Gott ». Choeur Symphonia, Orchestre Telémann et orchestre Sylf, samedi 18 m

Continuer à lire

Aragon et Castille

Classique | Balade sur la Carte du Tendre au pays de Cervantès, le Choeur de Chambre Sinfonietta traverse des siècles de musique espagnole, accompagné à la guitare par (...)

Alain Koenig | Mardi 2 avril 2019

Aragon et Castille

Balade sur la Carte du Tendre au pays de Cervantès, le Choeur de Chambre Sinfonietta traverse des siècles de musique espagnole, accompagné à la guitare par Rémi Cortial. Des maîtres anciens (Guerrero, El Encina) aux contemporains (Castelnuovo-Tedesco, Oltra), la talentueuse phalange sera votre guide pour un séjour ibérique "all inclusive". Soleil d'Espagne, à l'Église Saint-Laurent de Villars vendredi 5 avril 2019 à 20h30 et au château de Goutelas dimanche 7 avril à 16h

Continuer à lire

Une note de "Channel"

MUSIQUES | Fin navigateur, Florent Mayet, directeur musical de Baroque en Forez, foule au pied le calcaire de Douvres, comme tant de musiciens le firent avant (...)

Alain Koenig | Mardi 4 septembre 2018

Une note de

Fin navigateur, Florent Mayet, directeur musical de Baroque en Forez, foule au pied le calcaire de Douvres, comme tant de musiciens le firent avant lui. Jenkins, Hume ou le plus anglais des allemands, Haendel, donneront le la des festivités (en 415Hz, of course). Paulin Bündgen donnera une masterclass, l’Ensemble Céladon investira l’église de Margerie-Chantagret, tandis que Marols abritera un concert de sonates pour violon. King Arthur, absolu masterpiece de Henry Purcell fera figure de " pièce de résistance " pour clore un stunning festival, sous la direction de Florent Mayet himself. Festival Baroque en Forez, du 3 au 14 octobre

Continuer à lire

Verse-moi l'ivresse...

MUSIQUES | Florilège d'airs consacrés, mais aussi, pépites à découvrir... C'est à une grande pyrotechnie que nous convie le choeur Symphonia, avec ce (...)

Alain Koenig | Mercredi 5 avril 2017

Verse-moi l'ivresse...

Florilège d'airs consacrés, mais aussi, pépites à découvrir... C'est à une grande pyrotechnie que nous convie le choeur Symphonia, avec ce spectacle-évocation : Opéra en folie. Temple de la séculaire saison lyrique de Firminy, le Majestic servira d'écrin aux plus beaux moments de Carmen, Lakmé, Mignon, La Traviata, Norma, Don Giovanni entre autres. Dirigés par Yannick Berne et accompagnés par maestro Laurent Touche en personne, les tableaux mis en scène par Frédéric L'huillier dérouleront le tapis rouge à un chapelet de superbes solistes : Élisabeth Aubert, Amandine Perret, Sébastien Gabillat, Olivier Heyte, Philippe Béranger et Catherine Séon. Cette dernière nous confiait au sujet de ce spectacle : « Entre Dalila, grande séductrice perverse, Carmen, femme fatale, Siebel, jeune garçon vivant ses premiers émois, c'est drôle d'incarner à la scène ce que l'on ne peut être à la ville ». Puissant stimulant pour de futures vocations, à n'en point douter ! Opéra en folie, jeudi 13 avril à 20h30 au Majestic à Firminy

Continuer à lire

"Sylfide" Albion...

MUSIQUES | So British lancera la "Petite Saison" 2017 du SyLF. Oublié le Brexit ! Place aux standards britanniques inoxydables. Au menu des célèbres brunches (...)

Alain Koenig | Mardi 3 janvier 2017

So British lancera la "Petite Saison" 2017 du SyLF. Oublié le Brexit ! Place aux standards britanniques inoxydables. Au menu des célèbres brunches musicaux, un florilège de partitions de Purcell, Elgar, Britten et des Beatles. Take your pick ! AK So British, le 15 janvier à 11h, Chapelle de la Charité à Saint-Étienne

Continuer à lire

Un homme heureux

MUSIQUES | Le chœur «Symphonia» est le seul ensemble vocal de la Loire à proposer une saison complète. En juin, Yannick Berne, se lance dans les grandes boutiques : Mozart et Haendel. Suivez le chef ! Alain Koenig

Alain Koenig | Mardi 22 mai 2012

Un homme heureux

«Dans la Loire, je dirige, dans le Rhône, je chante». D’entrée de jeu, Yannick nous gratifie d’une de ces autocitations dont il a le secret. Il se murmure dans le petit monde du chant choral, que ces «petites phrases» formeraient un recueil dont se délecteraient, à la veillée, les chanteurs des deux chœurs qu’il dirige. A Lyon, donc, il chante… Et les projets ne manquent pas : il sera ténor soliste dans le Stabat Mater de Dvorak, dans Le Roi David d’Honegger à la Primatiale St Jean ou dans la Messe du couronnement de Mozart. Membre permanent du chœur de l’Opéra National de Lyon, il est de toutes les productions lyriques. Notre homme a donc du «pain sur la blanche», si j’ose dire... Cette carrière trépidante comblerait bien des chanteurs. Mais ce serait mal connaître cet infatigable musicien qui ne dirige pas moins de deux chœurs. L’un est l’émanation de l’autre : Symphonia, grand chœur, fort de soixante-dix chanteurs amateurs et Sinfonietta, son petit frère, chœur de chambre. Dans ce dernier, se côtoient amateurs de haut niveau, professionnels chevronnés ou en devenir. L’ambition de Yannick est de «fédérer ses chanteurs a

Continuer à lire