Dans l'engrenage

Scène locale | Au Clapier, ce jeudi, on risque de se laisser prendre dans les "Engrenages", au cours d'une soirée organisée mêlant musique locale et exposition immersive.

Nicolas Bros | Jeudi 23 janvier 2020

Photo : Devil Jo and The Backdoormen © Niko Rodamel


L'association Les AGitateurs de Musique, née en 2010 sous l'impulsion des étudiants en Master 2 d'Administration et Gestion de la Musique de l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, propose chaque année une soirée spéciale, en janvier. Après Texture(s) en 2018 et eMachination en 2019, c'est au tour d'Engrenages de voir le jour. Ce jeudi, deux groupes dynamiques de la région vont se succéder sur la scène du Clapier. Tout d'abord les Devil Jo & The Backdoormen et leur blues râpeux, puis les incontournables Gat' et Rim' qui n'arrêtent pas de faire parler d'eux avec leur rap enlevé. On y trouvera également la soul de Néréides et les chants traditionnels des Mécanos. Parallèlement, la gare affichera plusieurs œuvres d'artistes stéphanois et une scénographie évoquant l'héritage industriel de la ville. La soirée commence au Soggy Bottom, rue de la Résistance, l'expo-concert du Clapier, c'est jusqu'à 1h du matin. À noter enfin, une autre exposition visible jusqu'au 15 février à la médiathèque de Tarentaize où les élèves de l'école Montreynaud-Molina proposent leurs travaux créés avec l'aide de la photographe Marie-Suzanne Nourdin, portant un regard nouveau sur leur quartier, afin de le réinventer.

Engrenages avec Gat' et Rim', Devil Jo and The Backdoormen, Néréides et Les Mécanos, jeudi 23 janvier au Clapier et au Soggy Bottom


Engrenages // Gat' & RIM

Expo-concert
Le Clapier 2, avenue Pierre Mendès-France Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Budz l’éclair

Reggae | Né il y a trois ans à peine dans le 74, le projet Willy Budz trace sa route l’air de rien. Après quelques premières parties plutôt encourageantes (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Budz l’éclair

Né il y a trois ans à peine dans le 74, le projet Willy Budz trace sa route l’air de rien. Après quelques premières parties plutôt encourageantes (Slimane, Danakil et I Woks, Le Peuple de l’Herbe, Black Roots…), les Haut-Savoyards s’invitent dans les festivals régionaux, prennent un peu de hauteur sur la BalconyTV de Genève et squattent le top 3 de divers tremplins, comme le dispositif d’accompagnement Sortie de Pistes à Annemasse ou le Musik’CASTING de la banque verte à Annecy. Step by step, les Budz boys peaufinent les contours d’un style bien à eux, avec un propos reggae qui se coule sans calcul dans une soul teintée de hip hop, un mix d’influences diverses qui au final accouche d’un son étonnamment cohérent. La voix au timbre singulier survole dans un flow puissant des lignes mélodiques bien inspirées que livre un combo guitare-clavier-trompette-basse-batterie sans faille. C’est frais et couillu à la fois ! Déjà quelques titres prometteurs font mouche, à l’image de Super Lion ou de Groove avec son imparable refrain. Un groupe à découvrir sur scène à l’occasion de leur passage par la SMAC stéphanoise aux côtés de deux groupes stéphanois, Néréides et Le Coin

Continuer à lire

Du gros son

Blues | Quatre garçons et une fille : deux guitares bien énervées, une basse bien couillue, une batterie bien au fond du temps, une voix féminine... Et quelle (...)

Niko Rodamel | Mercredi 3 janvier 2018

Du gros son

Quatre garçons et une fille : deux guitares bien énervées, une basse bien couillue, une batterie bien au fond du temps, une voix féminine... Et quelle voix ! Grave, profonde et rockailleuse, elle donne à elle seule la couleur singulière d’un groupe qui aurait pu se contenter de jouer un blues-rock comme tant d’autres le font. Devil Jo and The Backdoormen a su se forger un son d’ensemble bien à lui, défiant tout étiquetage musical. Il faut dire que les protagonistes (accusés levez-vous) Laurent, Vincent, Guillaume et Jérémy ont longuement transpiré chacun de leur côté avant de se ranger pour la bonne cause un étendard commun. Au final, le club des cinq (sans Dagobert) livre cash une musique méchamment groovy, un blues habilement cradingue gratiné de rock’n’roll garage teigneux, avec quelques rasades de pop-soul folkisante. Cerise sur le burger, la présence vocale (et scénique) de Sara déferle sur le groupe et dézingue encore un peu plus l’auditeur. Devil Jo and The Backdoormen jouera une bonne partie de son nouvel album au Château du Rozier, à Feurs, le samedi 20 janvier à 20h30.

Continuer à lire

Terrasses appelouses

MUSIQUES | Bistrots En Fête remet le couvert à Firminy jusqu'au 9 juillet. L'occasion de découvrir gratuitement et en plein air des groupes régionaux dont Devil Jo & (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 juillet 2016

Terrasses appelouses

Bistrots En Fête remet le couvert à Firminy jusqu'au 9 juillet. L'occasion de découvrir gratuitement et en plein air des groupes régionaux dont Devil Jo & The Backdoormen et son style singulier fusionnant allégrement un blues râpeux aux ryhtmes soul. À signaler leur dernier Ep Last Ashes Of The Beginning sorti au début de l'année constituant une belle entrée en matière dans l'univers du groupe (le 13 juillet à 20h, au Buddie's birds). Bistrots en fête, jusqu'au 9 juillet à Firminy

Continuer à lire