Cinq sons stéphanois à se mettre dans le cornet

Déconfinement : fêtons ça ! | On vous a sélectionné cinq titres frais émoulus de groupes stéphanois à soumettre à vos tympans pour finir votre semaine en beauté et pour fêter les bonnes nouvelles de la seconde phase de déconfinement.

Nicolas Bros | Vendredi 29 mai 2020

  • On commence avec un titre du combo La Belle Vie enregistré en live au Fil. Le morceau proposé par les Stéphanois est une reprise d'Autotune de Damso. Lui apportant une touche de sensibilité tout autant qu'un groove certain, le groupe revisite cet incontournable du rappeur belge. La Belle Vie n'est sûrement pas « là que pour faire du sale » mais bien des sons propres et fignolés.

  • « Col roulé, chaîne en or et poésie ». Fils Cara, air de jeune dandy au talent brut, impose sa chanson avec sensibilité et puissance à la fois. Portant fièrement l'étendard stéphanois hors des frontières du département, il prépare un album et égrène progressivement ses nouveaux titres. À l'instar de Derniers dans le monde, qui vient d'être publié et qui est « une fiction reconstruite avec des fragments de réalités, comme si on étaient les derniers dans le monde. On se dit que si l'on devait emporter quelque chose ce serait sûrement ces posters d'ados et ce vieux maillot de Saint-Etienne. »Fils Cara a amorcé une évolution tranquille de sa musique en délaissant la trap. Et bien tant mieux !

  • On vous pose également là le dernier morceau posté par le beatmaker stéphanois The Architect, Watch me dance. Mélange subtil entre abstract hip hop, influences jazzy et groove assuré, la recette fonctionne toujours aussi bien. On attend le nouvel album du digger pour le 12 juin. Intitulé Une plage sur la lune, cette galette est caractérisé par son créateur comme étant « casanier avec une fenêtre ouverte sur le monde ». À signaler la présence de jolis featurings avec Dj Olegg & Kill Emil, Aaron Cohen ou encore la rappeuse de Los Angeles Reverie.

  • Le duo Terrenoire, on vous en a parlé, reparlé... Les frangins Theo et Raphael Herrerias ont sorti un nouveau clip, mélanges d'images d'archives et actuelles, entre Terrenoire, Paris et New York.. Appuyé par un texte poétique et plein d'espoir, on se laisse toujours autant emporter par ce duo familial qui possède une énergie créatrice et communicative qui déborde à chaque nouvelle sortie. Oui, si Terrenoire attendait d'être mise en avant, c'est chose faite et bien faite.

  • Enfin, on se souvient des Raqoons (gagnant du tremplin Muzik'Casting national, concerts à l'Olympia et tout le tralala). Le trio rock a pris une nouvelle orientation musicale plus "pop" et a pour l'occasion changé de blase. Désormais appelé BUL en hommage au mythique club stéphanois, les trois Stéphanois ont livré un titre au doux nom de Lover. Un titre qui ne laisse pourtant pas tant présager des thèmes abordés dans cette chanson tels que le « besoin de consommer les relations à la chaîne comme un produit de masse ». Prends ça, Tinder !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Que la fête continue (ou reprenne) !

Edito | C’est une rentrée presque normale. Les saisons culturelles sont présentées à tour de rôle, les concerts reprennent, les terrasses sont encore ouvertes… Certes, (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

Que la fête continue (ou reprenne) !

C’est une rentrée presque normale. Les saisons culturelles sont présentées à tour de rôle, les concerts reprennent, les terrasses sont encore ouvertes… Certes, il faut son pass sanitaire mais l’offre est bel(le) et bien là. L’éclaircie semble de mise – après un été bien pourri, c’est appréciable. Et elle doit avant tout nous rappeler combien il est plaisant de pouvoir profiter d’un ensemble de propositions aussi diverses et variées que celles que vous trouverez dans ce numéro 97, guide panoramique de votre saison culturelle. Un numéro qui marque également un changement dans les rangs du Petit Bulletin stéphanois, avec l’arrivée d’une nouvelle rédac’chef. C’est Cerise Rochet, que vous lisiez déjà dans nos colonnes, qui reprend le flambeau de ce beau mensuel. Bonne lecture, et bonne rentrée à tous !

Continuer à lire

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

MUSIQUES | Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers de la rentrée.

Léa Dusson | Lundi 6 septembre 2021

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

Ce jeudi, inutile de vous rendre sur le Boulevard Thiers puisque c’est un Hors-les-Murs, que vous propose la Scène de musiques actuelles stéphanoise. Direction le parc aux pieds du Musée de la Mine, à l’entrée de la ville, où le Fil s’associe en effet à la Guinguette de Couriot pour son premier événement de l’année. Au programme de cette soirée de fête : animations en plein air, concerts, buvette… Autrement dit, tous les ingrédients pour lancer cette saison 2021 / 2022, dont l’ambiance sera garantie par LISA, (Ligue d’improvisation Stéphanoise Amateur). La troupe proposera des animations décalées et familiales tout au long de cette soirée, tandis que celles et ceux qui voudraient pousser la chansonnette devront se rendre du côté de la Caravane Karaoké, toujours dans le parc. Là-bas, on trouvera un piano, qui accompagnera les meilleures reprises. La Belle Vie en ouverture Mais les vrais acteurs de cette soirée, ce sont eux : deux groupes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui vont se succéder sur la scène installée aux pieds du chevalement. C’est La Belle Vie qui ouvrira le bal. Composé de Simon-Gaspard et Julie, l’ancien quintet stéphanois, deven

Continuer à lire

Benjamin Epps, jeune roi du rap francophone

Rap | Il n’aime pas qu’on le caractérise ainsi. Pourtant, Benjamin Epps est bien une des révélations de la scène rap française cette année. Avec son côté très old (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

Benjamin Epps, jeune roi du rap francophone

Il n’aime pas qu’on le caractérise ainsi. Pourtant, Benjamin Epps est bien une des révélations de la scène rap française cette année. Avec son côté très old school, à la new-yorkaise, le rappeur originaire de Libreville (Gabon) apporte un souffle d’authenticité dans un style qui semblait en manquer. Provocant, balançant des punchlines décisives, du haut de ses 24 ans, Benjamin Epps fait beaucoup parler de lui. « Booba a sorti l'dernier album, ça y est maintenant, je peux prendre le trône » Voilà qui résume bien ses intentions qu’il viendra défendre pour une soirée où l’on retrouvera aussi les locaux The Architect et Befour. Benjamin Epps + The Architect & Befour, vendredi 3 décembre au Château du Rozier (Feurs)

Continuer à lire

Terrenoire au bercail

MUSIQUES | Gamins, les jours sans école, ils arpentaient les petits sentiers du château de la Perrotière, avec l’élan insouciant des premières années de la vie. Ils y (...)

Cerise Rochet | Mercredi 25 août 2021

Terrenoire au bercail

Gamins, les jours sans école, ils arpentaient les petits sentiers du château de la Perrotière, avec l’élan insouciant des premières années de la vie. Ils y construisaient des cabanes, y faisaient des feux de bois, y tournaient des mini-films avec un caméscope à cassettes… Depuis, les deux frangins ont grandi, découvert l’immensité du monde musical, et fait de leur duo l’une des figures du renouveau stéphanois : fier de ses valeurs, de ses racines, mais néanmoins tourné vers l’avenir. L’ainé à l’écriture et au chant, le cadet derrière ses machines, sont tous deux devenus Terrenoire, empruntant au quartier de leur enfance ce nom qui brille aujourd’hui au milieu de ce qu’on appelle « nouvelle scène française ». Ces dernières années, les deux frères ont composé, beaucoup. Proposé leur musique sans genre ni code, par-delà le

Continuer à lire

Matthias Schoenaerts : “Sons of Philadelphia, c’est plus un film social qu’un film de genre”

ECRANS | Le comédien belge désormais international accompagne l’auteur et scénariste de polars Jérémie Guez dans sa première aventure outre-Atlantique, le très réussi Sons of Philadelphia, où il compose un mafieux pris en étau entre vengeance familiale et morale…

Vincent Raymond | Lundi 16 août 2021

Matthias Schoenaerts : “Sons of Philadelphia, c’est plus un film social qu’un film de genre”

Dans Sons of Philadelphia, le personnage de Peter que vous interprétez présente une sorte de cousinage avec celui de Jacky dans Bullhead, qui vous a révélé. Sa fin est toutefois plus heureuse, puisqu’il a ici sa revanche… Matthias Schoenaerts : Ces similitudes me fascinent. En fait, ces deux personnages sont écartelés. D’un côté, il y a leur “public persona“ en accord avec l’univers dans lequel ils vivent ; de l’autre, leur vraie personne qu’ils n’ont jamais réussi à développer, et c’est une tragédie profonde. Si je regarde autour de moi, et sans porter quelque jugement que ce soit, beaucoup de gens vivent une vie qui n’est pas en accord avec qui ils sont vraiment. Ils prennent des décisions qui ne sont pas vraiment les leurs, ils vivent une vie qui n’est pas vraiment la leur mais qui au bout d’un moment, devient la leur même si ce n’est pas celle qu’ils devaient avoir. Pour moi, c’est une tragédie humaine et pour moi, ce film, c’est bien plus qu’un film de gangster, c’est vraiment une tragédie humaine pour cette personne qui ne sera jamais qui elle est. E

Continuer à lire

À mouche que veux-tu : "Mandibules"

Le film de la quinzaine | À force de tourner autour de récits kafkaïens ou de métamorphoses, il était fatal que Quentin Dupieux aboutisse à une histoire d’insecte géant. Réunissant un aréopage de comédiens de haut vol (dont une Adèle… battante), Mandibules fait à nouveau mouche.

Vincent Raymond | Mercredi 19 mai 2021

À mouche que veux-tu :

Semi-clochard et 100% benêt, Manu a été choisi pour livrer une mystérieuse mallette. Comme il lui faut une voiture, il en fauche une, embarquant au passage son pote Jean-Gab, aussi éveillé que lui. Mais en découvrant à son bord une mouche géante, ils décident de changer leurs plans et de l’apprivoiser… Voici presque deux décennies que le musicien Quentin Dupieux a débuté sa diversification sur les plateaux de tournage. D’abord annexe, l’activité semble aujourd’hui prendre le pas sur toutes les autres ; et saisi par une fièvre créatrice, le prolifique réalisateur a même accéléré sa production puisqu’il dévoile désormais tous les ans une nouvelle facette de son cosmos. Entre ses longs-métrages, les liens de consanguinité s’avèrent manifestes — une revendication d’appartenir à une famille très singulière —, chaque opus s’affranchit cependant du précédent par un léger décalage : comme un saut de puce évolutif dans l'embryogénèse de leur structure narrative. Parti du magma abstrait de

Continuer à lire

L'éPOPée Verte, le docu

Scène stéphanoise | L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 mai 2021

L'éPOPée Verte, le docu

L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu constituer Rennes pour le rock dans les années 80, Saint-Étienne est aujourd'hui le berceau d'une scène musicale d'où émergent de nombreux talents mêlant chanson, rap et électro. Parmi ceux-ci, Terrenoire, Zed Yun Pavarotti, La Belle Vie, Fils Cara et Coeur ont pris part à un projet destiné à mettre en avant cette effervescence créative stéphanoise : l'éPOPée Verte. Si le concert parisien réunissant tous ces artistes n'a pu se tenir pour cause de Covid, une soirée s'est déroulée au Fil de Saint-Etienne le 3 octobre 2020. Si ce live est passé, vous pouvez le revoir

Continuer à lire

Destination Bourges pour La Belle Vie ?

MUSIQUES | Après la sortie de son premier EP, le jeune groupe stéphanois est passé à la Source, la salle de concerts de Fontaine (Isère), pour une audition. L’enjeu : une participation au Printemps de Bourges. On en a discuté avec Julie, la fille de la bande, en attendant le résultat, d’ici quelques jours.

Martin de Kerimel | Mardi 2 mars 2021

Destination Bourges pour La Belle Vie ?

Julie, comment ça s’est passé, cette audition ? Comme beaucoup de concerts. Monter sur scène, c’est toujours très joyeux et très stressant à la fois. Cette fois, la seule différence, c’est qu’on avait conscience d’être devant un public de professionnels. Si nous allons jusqu’à Bourges, nous serons très heureux, mais rien que le fait d’avoir été présélectionnés représente pour nous une superbe opportunité, surtout dans cette période creuse ! Nous sommes parvenus à attirer l’attention d’un jury grâce à notre projet et à être accompagnés. En quoi consiste cet accompagnement ? Dès la présélection, nous avons été suivis par Grand Bureau, qui s’occupe de tous les projets retenus dans la région Auvergne Rhône Alpes. Ils nous aident à financer un intervenant de notre choix – cela nous a permis de travailler sur la manière d’occuper la scène et d’y gérer nos déplacements. Aujourd’hui, ce qui nous manque particulièrement, c’est un tourneur : Grand Bureau pourrait nous mettre en contact avec d’autres personnes. Leur aide ne concerne pas que les live, mais bien notre projet dans sa globalité. Monter sur sc

Continuer à lire

Quatre labels ligériens font du bruit pour la culture locale

Soirée spéciale | La première soirée de soutien aux acteurs musicaux de la Loire s'est déroulée vendredi soir du côté du Fil à Saint-Etienne. L'occasion de voir et d'entendre Cissy Street, Dors Centaure, Tachka et BUL sur la grande scène de la salle stéphanoise. Replay.

Nicolas Bros | Lundi 1 mars 2021

Quatre labels ligériens font du bruit pour la culture locale

On vous en parlait en décembre dernier, à l'époque où le collectif Tu m'écoutes voyait le jour. Initiative lancée par une quarantaine d'acteurs du secteur musical ligériens, depuis les salles aux labels en passant par les producteurs ou les festivals, Tu m'écoutes essaie de sensibiliser le public à la création locale. Un beau mouvement que nous soutenons également et qui a vu une première soirée organisée au Fil vendredi dernier avec une carte blanche proposée à quatre labels ligériens (Le Cri du Charbon, Pont Futur, Z production et GreenPiste Records) qui ont pu mettre en avant quatre de leurs artistes :

Continuer à lire

"Mandibules" : À mouche que veux-tu

ECRANS | À force de tourner autour de récist kafkaïens ou de métamorphoses, il était fatal que Quentin Dupieux aboutisse à une histoire d’insecte géant. Réunissant un aréopage de comédiens de haut vol (dont une Adèle… battante), "Mandibules" fait à nouveau mouche.

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2020

Semi-clochard et 100% benêt, Manu a été choisi pour livrer une mystérieuse mallette. Comme il lui faut une voiture, il en fauche une, embarquant au passage son pote Jean-Gab, aussi éveillé que lui. Mais en découvrant à son bord une mouche géante, ils décident de changer leurs plans et de l’apprivoiser… Voici presque deux décennies que le musicien Quentin Dupieux a débuté sa diversification sur les plateaux de tournage. D’abord annexe, l’activité semble aujourd’hui prendre le pas sur toutes les autres ; et saisi par une fièvre créatrice, le prolifique réalisateur a même accéléré sa production puisqu’il dévoile désormais tous les ans une nouvelle facette de son cosmos. Entre ses longs métrages, le liens de consanguinité s’avèrent manifestes — une revendication d’appartenir à une famille très singulière—, chaque opus s’affranchit cependant du précédent par un léger décalage : comme un saut de puce évolutif dans l'embryogénèse de leur structure narrative. Parti du magma abstrait de Nonfilm (2001), passé par le non-sens, l’intrication de l’absurde onirique o

Continuer à lire

Terrenoire dans les pré-sélections des Victoires de la musique 2021

MUSIQUES | Le duo ligérien pop Terrenoire vient d'être pré-sélectionné dans la catégorie révélation masculine pour les Victoires de la musique 2021. Une belle étape de plus pour (...)

Nicolas Bros | Vendredi 4 décembre 2020

Terrenoire dans les pré-sélections des Victoires de la musique 2021

Le duo ligérien pop Terrenoire vient d'être pré-sélectionné dans la catégorie révélation masculine pour les Victoires de la musique 2021. Une belle étape de plus pour le groupe stéphanois qui n'en finit plus de grimper... Une nouvelle qui ravit Raphaël et Théo, les deux frères terranéens : « On ne fait pas de la musique pour les médailles. Mais après les années qu’on s’est pris dans la tronche tous les deux. Après tout ce travail. Il y a des nouvelles qui vous font croire en la magie. » Si vous ne connaissez pas leur travail, jetez donc une oreille sur les titres de leur premier album Les Forces Contraires. Une épreuve toute en réussite ! Terrenoire - Les Forces Contraires

Continuer à lire

Pop en apesanteur

Bon son | La bluette est un « petit ouvrage sans prétention mais finement écrit ». Voilà une définition qui sied parfaitement au premier EP du groupe pop stéphanois (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 décembre 2020

Pop en apesanteur

La bluette est un « petit ouvrage sans prétention mais finement écrit ». Voilà une définition qui sied parfaitement au premier EP du groupe pop stéphanois La Belle Vie. Six titres qui démontrent la maîtrise des cinq protagnistes pour emmener l'auditeur dans leur sphère. Celle d'un monde où le conte est libre et les divagations en apesanteur sont de mise. Une musique on ne peut plus moderne, un son à la stéphanoise qui enfonce le clou : oui Saint-Étienne est bien la nouvelle capitale pop française ! La Belle Vie - Bluettes, chez Pont Futur Dispo en physique chez votre disquaire et en streaming sur toutes les plateformes

Continuer à lire

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Rembobine ! | Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez (...)

Nicolas Bros | Lundi 19 octobre 2020

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez elle ! Au programme : Terrenoire, Zed Yun Pavarotti, La Belle Vie, Fils Cara et Coeur, sur scène et en interview (grâce à nos confrères de Radio Dio). Le tout a été enregistré en vidéo par les équipes de la salle stéphanoise et est désormais en ligne. Bande de veinards.

Continuer à lire

Zed Yun et les autres

Disques locaux | Le rappeur Zed Yun Pavarotti n'a pas oublié ses racines. La preuve avec le titre de son premier album, Beauseigne. Un titre qui colle bien à son univers (...)

Nicolas Bros | Mardi 6 octobre 2020

Zed Yun et les autres

Le rappeur Zed Yun Pavarotti n'a pas oublié ses racines. La preuve avec le titre de son premier album, Beauseigne. Un titre qui colle bien à son univers rap qui surfe sur les désillusions d'une jeunesse un peu perdue. Puissance, maîtrise et divagation font de chaque composition de cet artiste, toujours accompagné de son fidèle producteur Osha, un nouveau titre destiné à tourner en boucle dans toute bonne playlist. Zed Yun Pavarotti n'est pas l'avenir du hip-hop français, il est le rap français actuel. Signalons aussi tout d'abord les deux EP d'un autre artiste stéphanois qui fait frémir le public parisien et francophone : Fils Cara. Avec Volume et Fictions, il impose une chanson hybride gonflée à la sub pop et au rap. Ensuite, c'est encore un artiste stéphanois, Lucas Ottin, alias Claustinto, qui a délivré le 18 septembre un premier album à l'engagement

Continuer à lire

Le rab du futur

Spot resto | La Fabuleuse Cantine est une réussite bien stéphanoise. La structure qui met en avant la cuisine anti-gaspi et zéro-déchet vient de prendre ses nouveaux quartiers dans le Bâtiment des forces motrices au coeur de la cour de l'ancienne Manufacture d'armes de Saint-Etienne. Une belle histoire qui continue et qui se propage.

Nicolas Bros | Mardi 6 octobre 2020

Le rab du futur

C’est un lieu un peu hors du temps, situé juste derrière la Cité du design. Un espace où l’on fait de la récup’ la base d’un travail de qualité. Ça s’appelle La Fabuleuse Cantine et c’est un projet 100% fièrement stéphanois, initié par Boris Fontimpe, chef de cuisine et Julien Morel, artiste plasticien. Ces deux amis, partis du constat que « chaque minute en France, 20 tonnes de produits alimentaires sont jetées » ont décidé de lancer en 2017 cette « cantine » en forme de lieu de vie, plutôt qu’un énième resto. Installé tout d’abord dans le bâtiment 244 de l’ancienne Manufacture d’armes de Saint-Étienne, la Fabuleuse Cantine vient de s’installer dans “les Forces motrices”, au centre de la cour des “H”. « Un lieu chargé d’histoires et de souvenirs » comme l’explique l’équipe du projet qui sied comme un gant à cette « cantine de quartier ». Un lieu « caméléon » Côté cuisine, la Fabuleuse Cantine propose une cuisine qui s’inscrit plus que jamais dans cette volonté anti-gaspi et zéro déchet, tout en favorisant le bien manger, mieux manger et manger local « pour pas trop cher

Continuer à lire

Terrenoire, la plénitude poétique à la Stéphanoise

Entretien pop | Il existe des moments d’exception et de plénitude que seuls la culture et l’art peuvent apporter. Le premier album du duo Terrenoire est de ceux-là. Raphaël et Théo Herrerias sont une fierté pour notre territoire stéphanois. De véritables artisans de la subtilité, d’une poésie où la sensibilité et la plénitude ont une place à part. Avec Les Forces Contraires, Terrenoire a envoyé un disque en orbite et tout un pan de vie avec. Rencontre avec des frangins entiers et généreux dans leur art. À l'image des Stéphanois en somme.

Nicolas Bros | Jeudi 1 octobre 2020

Terrenoire, la plénitude poétique à la Stéphanoise

Vous avez reçu un bel accueil médiatique sur votre premier album. Quelle sensation cela vous apporte ? Raphaël : Nous sommes étonnement calmes et sereins. Ce disque était vraiment un gros morceau à sortir d’un point de vue émotionnel mais également en terme de travail, avec des mois et des mois de concentration sur la création. Nous avons éprouvé une certaine fébrilité et une excitation avant la sortie. Les retours que nous avons ne sont que du bonheur, sans vouloir être cliché. Ce sont des moments qui permettent de se souvenir ce pourquoi on fait autant d’efforts pour faire de la musique. On a reçu des mots qui nous font du bien et on s’en souviendra. « Nous avons un rapport émotif, émotionnel et affectif avec ces titres qui est vraiment très agréable. » Cet album, intitulé Les Forces Contraires, regroupe un peu ce qui fait la puissance sonore de Terrenoire, c’est-à-dire un mélange entre ténèbres, amour et lumière. Comment avez-vous construit ce disque ? L’écriture a-t-elle duré longtemps ? Théo : Les premiers titres ont été écrits il

Continuer à lire

Pop céleste au Plateau

Festival musiques actuelles | Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Pop céleste au Plateau

Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la Commanderie et du Lac de Devesset à la limite entre Ardèche et Haute-Loire. Côté line up, toujours une jolie orientation pop actuelle avec trois formations à suivre. Les Stéphanois de La Belle Vie sont de la partie aux côtés des Lyonnais de Johnnie Carwash et des Marseillais de Tropicold. Bonnes vibes, balades champêtres et fraîcheur du son assurés. Oh Plateau 2020, samedi 25 et dimanche 26 juillet au Lac du Devesset (Ardèche)

Continuer à lire

The Architect : « M'exprimer à nouveau sur différents sujets »

Talent local | The Architect revient à la construction personnelle. Après avoir bourlingué dans le monde entier, produit pour de nombreux artistes, le "digger" stéphanois propose un nouvel album ce 12 juin intitulé "Une plage sur la lune". On y retrouve la patte de l'artiste entre abstract hip-hop, sono mondiale et jazz.

Nicolas Bros | Mardi 9 juin 2020

The Architect : « M'exprimer à nouveau sur différents sujets »

Pourquoi avoir attendu aussi longtemps entre Foundations sorti en 2013 et ce nouvel album Une plage sur la lune ? Pendant cette période, j'ai beaucoup produit pour d'autres et j'ai eu deux enfants. J'étais en mode "moins de productions" qu'auparavant. Les enfants ont grandi et j'avais envie de m'exprimer à nouveau sur différents sujets. J'avais besoin de ressentir cet album. Je pense que d'autres albums suivront, pas au même rythme qu'avant. Pour cet album, j'ai sélectionné parmi au moins cinquante titres créés au cours de ces dernières années. As-tu toujours la même manière de travailler ? Es-tu toujours un digger – quelqu'un qui fouille les bacs à disques pour trouver des perles – qui va chercher des samples, les remanier pour produire ? Oui, je ne me suis jamais arrêté de "digger" des disques. Justement car je produis pour d'autres et que j'ai la passion du disque vinyle. Pour cet album, j'ai sélectionné parmi au moins cinquante titres créés au cours de ces dernières années. Je n'ai gardé que des morceaux qui résumaient mon ressen

Continuer à lire

« Rendre hommage au BUL »

ITW pop-rock | Exit les Raqoons, bonjour BUL ! Le trio de groove-rock stéphanois, qui a notamment joué sur la scène de l'Olympia parisien en décembre 2017 grâce au tremplin Muzik'Casting, a décidé de changer de nom mais aussi d'amorcer un virage musical plus pop avec un nouvel album dont le premier extrait s'intitule Lover. On en a parlé avec Quentin, l'un des membres du groupe, qui aura l'occasion de se produire pour la Fête de la Musique stéphanoise en direct sur les réseaux.

Nicolas Bros | Mardi 9 juin 2020

« Rendre hommage au BUL »

C'est fini les Raqoons ? Le nom change mais on reste les mêmes avec les mêmes influences et un style musical qui évolue un peu. Vous avez abandonné votre son groove-rock pour aller vers une musique plus pop. Pourquoi avoir fait ce choix ? Tout au long de nos dernières tournées, nous avons découvert beaucoup d'artistes, avec des styles très variés. Cela nous a donné des idées lorsque l'on a vu certains rappeurs ou certains musiciens électroniques. On s'est dit que c'était dommage de se passer de ces sons créés par les machines, pourquoi s'en priver ? Nous étions un peu limités avec nos trois instruments alors que les possibilités offertes par les ordinateurs sont immenses. Cela était dommage de s'en passer. Nous avons décidé d'ouvrir et d'enrichir notre musique avec de nouveaux éléments. C'est le côté prise de risques qui nous plaît, aller vers une nouvelle recette. Cela signifie que vous abandonnez vos instruments ? Non. Par exemple, sur scène, nous avons conservé nos instruments, mais nous utilisons des launchpads, des contrôleurs qui nous permettent de lan

Continuer à lire

Jean-Claude Tavaud : Ness sort de son Bul

Portrait | Figure emblématique des nuits stéphanoises, il est sans doute davantage connu sous le surnom Ness du Bul, barman pendant près de trois décennies dans la plus ancienne boîte de nuit de la ville, aujourd'hui en vente. Désormais retiré des affaires, l'homme a retrouvé le grand air de la Haute-Loire. Rencontre.

Niko Rodamel | Mercredi 4 mars 2020

Jean-Claude Tavaud : Ness sort de son Bul

Jean-Claude nous reçoit à 14h dans son petit appartement douillet du centre de Monistrol-sur-Loire, rue de l'Evêché, à quelques mètres de l'église. Mais on le sait bien, l'adresse ne fait le moine ! Le café est prêt, la tarte aux pommes est servie... Avant de devenir barman, Jean-Claude avait d'abord travaillé en usine, à Saint-Étienne. Pendant sept ans il trime chez Calor, entre la mécanique générale et le service contrôle. Lorsque l'unité de production ferme ses portes, un ami lui propose de travailler au bar Le Kiosque, place Jean-Jaurès, où il restera trois ans. « Lorsque le patron a vendu la boutique, j'ai fait un essai à Paris mais le stress de la capitale c'était pas pour moi : quand tu es né sous le cul des vaches, c'est difficile d'en sortir ! » Le jeune homme part alors faire une saison à Sainte-Maxime, assurant le bar, le service et l'animation dans un village de vacances appartenant à la société Kodak. Après une expérience décevante à La Plagne, Ness retrouve la cité stéphanoise, évolue un temps au Nota Bene, puis enchaîne les boulots ici ou là. « J'ai assuré quelques remplacements dans des discothèques, jusqu'à ce que Franck et Gérard, les patr

Continuer à lire

Une éPOPée Verte jusqu'à Paris

Talents locaux | Vous doutez encore du fait que Saint-Étienne est une terre de talents ? Alors lorgnez un peu sur le nouveau projet lancé par le Fil. Ça s'appelle L'éPOPée (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Une éPOPée Verte jusqu'à Paris

Vous doutez encore du fait que Saint-Étienne est une terre de talents ? Alors lorgnez un peu sur le nouveau projet lancé par le Fil. Ça s'appelle L'éPOPée Verte. Cet événement a pour but de mettre en avant plusieurs artistes de la "nouvelle scène musicale" stéphanoise à travers deux concerts. Le premier se déroule le mercredi 1er avril à La Maroquinerie à Paris. Un concert destiné aux professionnels et médias parisiens, afin qu'ils puissent découvrir la puissance créative stéphanoise. Le match retour est prévu au Fil, le 17 avril, pour une soirée ouverte à tous et gratuite. La programmation du concert de La Maroquinerie regroupe Zed Yun Pavarotti, Fils Cara, Terrenoire,

Continuer à lire

Oh... La Belle Vie !

Pop | Si nous parlions de la Vie, de sa beauté, de ses couleurs... le tout en musique ? Sans angélisme mais avec un côté positif engageant, le quintette ligérien La (...)

Nicolas Bros | Vendredi 13 décembre 2019

Oh... La Belle Vie !

Si nous parlions de la Vie, de sa beauté, de ses couleurs... le tout en musique ? Sans angélisme mais avec un côté positif engageant, le quintette ligérien La Belle Vie avance ses pions sereinement, depuis une année, avec de jolis titres clipés avec succès. « Tu sais, la vie est belle comme tout / Quand elle est prise par le bon bout » explique la formation qui pourrait bien être une des révélations pop de l'année 2020. Très actuels, les sons produits par ces jeunes gens font mouche dès la première écoute. Faciles d'accès, accompagnant aussi bien un apéritif entre potes qu'un déhanché sur la piste, les quelques titres distillés par le groupe - qui en a produit neuf jusqu'à maintenant - ne laissent pas indifférents. On retrouve un soupçon de Polo & Pan, un peu de la douceur de Voyou (dont ils feront la première partie ce soir au Fil), la générosité du duo stéphanois Terrenoire et le magnétisme de Vendredi Sur Mer. Bref, un condensé de la fraîcheur proposée par la scène française du moment, le tout bien de chez nous ! La Belle Vie + Voyou, vendredi 13 décembre au Fil

Continuer à lire

Le Petit Bulletin de décembre en réalité augmentée

ACTUS | C'est une première à Saint-Étienne : un titre de presse est proposé en réalité augmentée. Et c'est votre Petit Bulletin de décembre qui vous offre cette exclusivité. (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 décembre 2019

Le Petit Bulletin de décembre en réalité augmentée

C'est une première à Saint-Étienne : un titre de presse est proposé en réalité augmentée. Et c'est votre Petit Bulletin de décembre qui vous offre cette exclusivité. Avec l'appui de l'agence All I Pack, nous vous offrons un numéro 86 avec du contenu enrichi. Pour en profiter, il vous suffit de prendre votre Petit Bulletin papier habituel, votre smartphone et de télécharger l'application gratuite SnapPress sur vos plateformes habituelles : AppStore ou Google Play. Une fois SnapPress lancée, scannez les pages de votre Petit Bulletin et voyez apparaître le contenu complémentaire : objets 3D, liens vidéos, liens vers des articles web, etc. Vous tenez le journal du futur entre vos mains !

Continuer à lire

La discothèque le Bul mise en vente

Nuit | C'est une nouvelle page qui s'apprête à être tournée pour le Bul, cette discothèque mythique du centre-ville de Saint-Étienne située rue Francis Garnier. Via une (...)

Nicolas Bros | Mardi 19 novembre 2019

La discothèque le Bul mise en vente

C'est une nouvelle page qui s'apprête à être tournée pour le Bul, cette discothèque mythique du centre-ville de Saint-Étienne située rue Francis Garnier. Via une annonce mise en ligne sur un fameux site de petites annonces, le pub dansant a été mis en vente le 12 novembre dernier pour un prix de 300 000 € pour les deux salles et deux bars de l'établissement qui couvrent une superficie totale de 250 m². Repris il y a 5 ans par une nouvelle équipe, le Bul est passé d'un chiffre d'affaires de 75 000 à 590 000€ TTC, détaille l'annonce. Avis aux repreneurs !

Continuer à lire

Terrenoire de l'ombre à la lumière

MUSIQUES | Le duo de frangins stéphanois Terrenoire vient de sortir deux nouveaux titres, en prévision de leur album prévu pour début 2020. Des morceaux qui se font (...)

Nicolas Bros | Vendredi 14 juin 2019

Terrenoire de l'ombre à la lumière

Le duo de frangins stéphanois Terrenoire vient de sortir deux nouveaux titres, en prévision de leur album prévu pour début 2020. Des morceaux qui se font face et explorent deux univers très différents, tendu et sombre pour "De L’Ombre À La Lumière", doux et tranquille pour "Lâchons prise". Le groupe sera en tournée en Espagne en juillet et passera aux Francofolies de La Rochelle (12/07) et aux Nuits de Fourvière (24/07).

Continuer à lire

13 bulles d'amour

Danse | Non ! Piaf n'est pas morte. Traversant le temps, toutes générations confondues, son hymne à l'amour s'exprime avec la même force dans l'une des 13 bulles (...)

Monique Bonnefond | Jeudi 2 mai 2019

13 bulles d'amour

Non ! Piaf n'est pas morte. Traversant le temps, toutes générations confondues, son hymne à l'amour s'exprime avec la même force dans l'une des 13 bulles chorégraphiques qui constituent la belle promenade dansée imaginée par Yan Raballand, dans les allées du parc du château de Bouthéon. Il fallait bien ce magnifique décor bucolique pour servir d'écrin aux 13 petites formes qui font circuler la danse contemporaine dans un lieu chargé d'histoire que le public est invité à redécouvrir. Insolite, émouvante, légère, chaque bulle a sa vie propre mais toutes sont reliées par un florilège de quelques unes des plus belles chansons d'amour qui renvoient à ce thème éternel. De Piaf, bien sûr, à Léo Ferré, en passant par Gainsbourg, Juliette Gréco, les Platters, Benjamin Biolay et même Schubert, ces bulles nous emmènent dans une promenade à travers les siècles et les styles. De petites bulles pour de grosses bulles d'amour « le temps d'une chanson ». Les Bulles chorégraphiques, dimanche 19 mai à 17h au parc du château de Bouthéon

Continuer à lire

"Le Vent de la liberté" : Héros aérostatiers vs. Stasi

ECRANS | De Michael Bully Herbig (All., 2h06) avec Friedrich Mücke, Karoline Schuch, David Kross…

Vincent Raymond | Mardi 9 avril 2019

1979, Allemagne de l’Est. Les membres des familles Strelzyk et Wetzel décident de passer à l’Ouest par la voie des airs grâce à un aérostat artisanal. Leur première tentative ayant échoué, les autorités sont en alerte ; ils doivent donc redoubler de prudence et de vitesse… Il faudrait imaginer Dany Boon réalisant un film sérieux sur l’Armée des ombres pour comprendre en quoi la signature posée sur ce drame historique constitue une surprise. Jusqu’à présent en effet, Michael Bully Herbig régnait sur le box-office allemand grâce à des comédies parodiques germaniques, un genre aussi peu exportable que le surströmming suédois. En traitant cette histoire (vraie) — déjà adaptée à l’écran en 1982 par Delbert Mann — comme un thriller, en faisant de l’ado Strelzyk le héros et surtout en adoptant les bon vieux codes du classicisme à l’américaine, le comédien-réalisateur est sûr de gagner son billet pour l’international et, pourquoi pas, pour Hollywood. Or si la situation des Republikfüchtige et des Est-Allemands en général a longtemps indifféré les spectateurs, peu sensibles aux tonalités

Continuer à lire

En équilibre

Jazz | Avant de célébrer comme il se doit l’International Jazz Day en alignant deux Big Bands le 30 avril au Fil, l’équipe Gaga Jazz accueillera un peu plus tôt, (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 avril 2019

En équilibre

Avant de célébrer comme il se doit l’International Jazz Day en alignant deux Big Bands le 30 avril au Fil, l’équipe Gaga Jazz accueillera un peu plus tôt, toujours sur la scène de la SMAC stéphanoise, une formation assez originale : Nomades. Auto-désigné micro brass band en liberté, le Funambule trio réunit un remarquable line up de musiciens dont la complicité humaine sert pleinement l’osmose musicale et confère au groupe toute sa délicatesse et sa singularité. Pour leur nouveau projet, Etienne Lecomte (flûtes et compositions), Alain Angéli (saxophone alto) et Laurent Guitton (tuba) s’adjoignent les services du talentueux oudiste Alaoua Idir. Bien connu à Saint-Étienne notamment pour sa contribution aux belles années du groupe Dézoriental puis avec Jaal, l’instrumentiste a également été sollicité par quelques grands noms du sérail parmi lesquels Bernard Lavilliers, Zebda ou Les Ogres de Barback. Nomades, dimanche 14 Avril 2019 à 18h au Fil

Continuer à lire

Terrenoire dans l'Oeil du Petit Bulletin #09

Chanson poétique | Nous nous sommes rendus au Fil à Saint-Étienne afin de rencontrer le duo Terrenoire pour parler de leur musique, de leur projet, etc. (...)

Nicolas Bros | Mardi 12 mars 2019

Terrenoire dans l'Oeil du Petit Bulletin #09

Nous nous sommes rendus au Fil à Saint-Étienne afin de rencontrer le duo Terrenoire pour parler de leur musique, de leur projet, etc.

Continuer à lire

Le soleil se lève sur Terrenoire

Electro poétique | En seulement quelques mois, le duo électro-poétique Terrenoire est devenu incontournable sur la scène française. Couverture media nationale, une tournée aux quatre coins de la France, les frères Herrerias voient de plus en plus grand mais prennent le temps de revenir chez eux régulièrement. Comme lors de ce mois de mars au Fil.

Nicolas Bros | Mardi 5 mars 2019

Le soleil se lève sur Terrenoire

Si le "Black Paradiso" est leur eden, leur paradis perdu, le duo Terrenoire apporte beaucoup de lumière sur la chanson poétique française. Les deux frangins Herrerias possèdent ce petit plus, cet élan et cette fraîcheur dans leur vision créative qui redonne sa bouffée de plaisir à chaque réécoute. Avec finesse, une plume enlevée et une esthétique ultra-léchée, la fratrie fait désormais figure de proue de la production locale. Ils naviguent entre jour et nuit, entre Terrenoire et Black Paradiso. « Le Black Paradiso, c'est en quelque sorte le pendant de Terrenoire, explique Raphaël Herrerias. L'idée est de se dire comment fait-on pour inventer une destination qui a quelque chose de l'ordre de l'enfance. À quel point sommes-nous capables de faire émerger ces lieux, cette destination, d'invoquer les choses, de les faire apparaître ? Le Black Paradiso était simplement une idée apparue lors d'une improvisation. On l'a gardé et enregistré sur ordinateur. Plus on avançait plus on se disait que cette expression racontait quelque chose.

Continuer à lire

Femmes en scène

ARTS | C’est lors de ses études aux beaux-arts de Tourcoing que Laurence Verrier a découvert son sujet, l'humain, ainsi que son médium de (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Femmes en scène

C’est lors de ses études aux beaux-arts de Tourcoing que Laurence Verrier a découvert son sujet, l'humain, ainsi que son médium de prédilection, la photographie. Travaillant principalement auprès des femmes de tous âges, la photographe capte la part indicible de l’être, laissant le corps raconter la personne qui l’habite. À travers la série protéiforme Les tribulations de Géraldine qu’elle développe depuis plusieurs années, l’artiste met en scène la comédienne et danseuse Géraldine Berger dans des scénarios décalés, à la croisée de la réalité ordinaire et d’un monde intérieur onirique. A travers l’image fixe, la vidéo et toute une collection d’objets, les deux artistes rendent ainsi hommage à cette faculté qu’ont les femmes de vivre deux réalités dans le même temps. Une installation à découvrir durant tout le mois de février à la MJC de Rive-de-Gier. Le vendredi 8 février, à 15h et 20h30 au théâtre Couzon, Laurence Verrier donnera également, avec Isabelle Almeras-Heyraud, une représentation du spectacle Attention, une femme créative peut en cacher une autre. Les Tribulations de Géraldine de Laurence Verrier, à la MJC de Riv

Continuer à lire

"Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde" : Coccinelle, bête à bon 2

Bzzzzz | De Thomas Szabo & Hélène Giraud (Fr., 1h32) avec Thierry Frémont, Bruno Salomone, Stéphane Coulon…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Alors que la famille coccinelle est sur le point d’hiberner, l’enfant terrible de la famille se retrouve expédié en Guadeloupe. Suivant son instinct paternel, l’héroïne de l’opus précédent s’envole à la rescousse de sa progéniture, bénéficiant au passage de l’aide de la fourmi et de l’araignée… Il n’est pas donné à tout le monde de se renouveler en préservant ses fondamentaux. C’est pourtant ce qu’ont accompli Thomas Szabo & Hélène Giraud par deux fois, en tirant un long métrage de leur série d’animation d’abord, puis en lui offrant cette suite — on devrait d’ailleurs plutôt parler de “continuité darwinienne“, étant donné qu’il y a évolution et amélioration techniques. Empruntant la grammaire des documentaires animaliers contemporains qui anthropomorphisent et héroïsent leurs sujets, les cinéastes la décalent d’un cran sur un mode parodico-épique ; un ton hybride (et un contraste) répondant la forme, puisque arthropodes et autres bestiaux conçus en images synthèse sont, rappelons-le, incorporés dans des décors réalisés en prises de vues réelles. En s’inscrivant ici dans le bi

Continuer à lire

Terrenoire, le Château de la Perrotière et l'électro poétique

Clip | Les frangins Herrerias forment le groupe Terrenoire et on vous en parle depuis pas mal de temps maintenant. Les trublions viennent de sortir (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 décembre 2018

Terrenoire, le Château de la Perrotière et l'électro poétique

Les frangins Herrerias forment le groupe Terrenoire et on vous en parle depuis pas mal de temps maintenant. Les trublions viennent de sortir un nouveau clip pour leur titre Le cœur​ en latex, extrait de leur premier EP éponyme. Ils y mettent en scène un "road-live" vers un haut-lieu de leur quartier de Terrenoire, à savoir le Château de la Perrotière et son parc arboré. Ils sont conduits par leur véritable grand-père dans sa voiture. Une scène du quotidien, parallèlement banale et attachante, dans laquelle l'électro chantante, douce et poétique, marque de fabrique du groupe, semble faire partie des passagers. À découvrir en vidéo ci-dessous.

Continuer à lire

Première vidéo "Dans l'Oeil du Petit Bulletin Saint-Étienne"

Nouveau format d'interview | Nouveau format pour le Petit Bulletin Saint-Étienne avec le lancement des interviews vidéos avec un invité à la rédaction. Pour le début, c'est Olivier (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 novembre 2018

Première vidéo

Nouveau format pour le Petit Bulletin Saint-Étienne avec le lancement des interviews vidéos avec un invité à la rédaction. Pour le début, c'est Olivier Bachelard de l'association Face à Face qui s'est prêté au jeu. Vous pouvez retrouver cette première juste en -dessous. N'hésitez pas à partager cette vidéo et à nous donner votre avis sur notre page Facebook.

Continuer à lire

Terrenoire : « Le Black Paradiso ? Un jeu d'enfant, un imaginaire qui prend vie »

Chanson & électro poétiques | Le duo stéphanois Terrenoire formé par les deux frères Raphaël et Théo Herrerias, sort son premier disque. Un EP éponyme regroupant six de leurs créations poétiques et enjôleuses. L'occasion de discuter de l'univers du groupe avec Raphaël, l'aîné.

Nicolas Bros | Mercredi 10 octobre 2018

Terrenoire : « Le Black Paradiso ? Un jeu d'enfant, un imaginaire qui prend vie »

Quel a été le déclencheur de cette nouvelle aventure musicale pour votre frère Théo et vous-même ? Vous n'aviez pas eu de projet artistique aussi abouti ensemble jusqu'à Terrenoire ? Raphaël Herrerias : Non, c'est vrai. Nous avions fait des essais sur quelques chansons. Il y a vraiment quelque chose qui s'est aligné à un moment donné. C'était un moment où Théo avait bien avancé sur son projet solo 1000 Chevaux-Vapeur. La genèse de Terrenoire a été un concert à Lyon, en janvier 2016 dans la salle À Thou Bout d'Chant, où Théo a monté avec moi une partie de mon répertoire. Je devais me produire en guitare/voix et au final il est venu ajouter ses machines. C'était alors évident ! On s'est dit qu'on tenait quelque chose. J'ai besoin, dans la visualisation d'un projet, de le penser comme un récit. Cela m'aide à créer et peut donner de la cohérence à tous éléments constituant un projet musical aujourd'hui : la musique, les textes mais aussi les images, les vidéos... La création de cet univers mêlant Terrenoire, le Black Paradiso... était une idée que vous aviez depuis longtemps ou c'est venu progressivemen

Continuer à lire

Terrenoire en résidence sur France Inter

Radio | Le duo stéphanois de chanson-électro poétique Terrenoire se prépare à sortir son premier EP le 12 Octobre. En attendant cette date fatidique, le groupe a été (...)

Nicolas Bros | Lundi 24 septembre 2018

Terrenoire en résidence sur France Inter

Le duo stéphanois de chanson-électro poétique Terrenoire se prépare à sortir son premier EP le 12 Octobre. En attendant cette date fatidique, le groupe a été invité à être "résident" de l'émission Foule sentimentale du journaliste Didier Varrod sur les ondes de France Inter. L'occasion pour ces Stéphanois de faire parler d'eux et de leur musique tout en se produisant à chaque émission. Diffusion de l'émission tous les vendredis de 21h à 23h et en rediffusion ici.

Continuer à lire

En freestyle !

Festival sports et arts urbains | Skateboard, BMX, WCMX, graph, tremplin de hip-hop, danse, dj's, drone, jeux vidéos rétro, expositions, performances, vidéos et musiques... Voilà le programme (...)

Nicolas Bros | Vendredi 14 septembre 2018

En freestyle !

Skateboard, BMX, WCMX, graph, tremplin de hip-hop, danse, dj's, drone, jeux vidéos rétro, expositions, performances, vidéos et musiques... Voilà le programme du week-end à l'occasion de la cinquième édition du Festival Sainté Street. Sur le site du parc Manufacture / Plaine Achille, à la FABuleuse Cantine mais aussi au Fil (pour une soirée spéciale avec des battle MC End Of The Weak et des démos samedi soir), Saint-Étienne devient la capitale des sports et arts urbains grâce à cet événement qui prend de plus en plus d'importance chaque année. À noterl a présence de Jérôme Elbrycht, skieur freestyle et spécialiste du wakeboard qui présentera son documentaire X-Trem Access vendredi soir à la FABuleuse Cantine. Sainté Street Festival, du 14 au 16 septembre Programme complet à retrouver sur cette page

Continuer à lire

Dix ans au Zénith

Concert anniversaire | La salle de spectacles stéphanoise va fêter ses dix ans d'ouverture, jour pour jour, avec un concert spécial. Au programme, on notera la présence du groupe stéphanois Terrenoire, qui présentera son premier album éponyme.

Nicolas Bros | Jeudi 13 septembre 2018

Dix ans au Zénith

Le Zénith de Saint-Étienne Métropole va fêter ses dix ans début octobre. Pour marquer le coup, un concert est organisé dans la salle en partenariat avec Radio Scoop. Au programme, des artistes tels qu'Amel Bent, Jenifer, Patrick Fiori... mais aussi Gaëtan Roussel et surtout les frangins de la formation Terrenoire, qui représenteront fièrement la création locale, juste avant la sortie de leur premier album éponyme le 12 octobre. Une occasion de découvrir cette électro-pop onirique unique, qui attise la curiosité de nombreux auditeurs et prescripteurs. Concert des 10 ans du Zénith de Saint Etienne Métropole, samedi 6 octobre à 20h, sur invitation, plus d'infos sur la possibilités d'obtenir des places sur cette page

Continuer à lire

Servi sur un plateau

Festival Oh! Plateau (Ardèche/Haute-Loire) | Ce festival à taille humaine vous sert de jolis noms de la relève musicale tels que le duo de frangins stéphanois de Terrenoire, la Lyonnaise Tryphème, les (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 juillet 2018

Servi sur un plateau

Ce festival à taille humaine vous sert de jolis noms de la relève musicale tels que le duo de frangins stéphanois de Terrenoire, la Lyonnaise Tryphème, les Bordelais de Pendentif, Karaocake, La Marine... La liste est plutôt aguicheuse. Dans un lieu idyllique, c'est bien le genre de petit festival qui vaut le détour. De plus, si vous ajoutez l'expo de Brest Brest Brest, cette seconde édition propose un bon dosage de ce qui fait le charme des "petits" festivals (partage, proximité de la scène et des artistes...) en comparaison des mastodontes où le spectateur n'est qu'un numéro sur un bracelet... Festival Oh ! Plateau, du 5 au 8 juillet, sur le Plateau Vivarais-Lignon (Ardèche/Haute-Loire)

Continuer à lire

Oh le beau plateau !

Festival | Entre Ardèche et Haute-Loire, à Saint-Agrève et ses environs, un nouveau festival pointe le bout de sa programmation pour la deuxième année. Dénommé Oh Plateau (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 juin 2018

Oh le beau plateau !

Entre Ardèche et Haute-Loire, à Saint-Agrève et ses environs, un nouveau festival pointe le bout de sa programmation pour la deuxième année. Dénommé Oh Plateau !, cet événement propose de découvrir quelques pépites de la musique indépendante. Parmi ces jolis noms, on retrouve les locaux de Terrenoire (également sur la scène de Paroles & Musiques le 1er juillet), les singuliers Kcidy, l'électro-pop planante de Pendentif ou encore la nouvelle égérie de l'électro lyonnaise Tryphème. Festival Oh Plateau !, du 5 au 8 juillet, Grange de Clavière à Saint-Agrève (Ardèche) Plus d'infos sur cette page

Continuer à lire

Entrez dans le Black Paradiso

Chanson électro-pop | Les frères Raphaël et Théo Herrerias (connu également sous le pseudo de 1000 Chevaux-Vapeur) n'ont pas fini de surprendre leur monde. Après des carrières solo (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 avril 2018

Entrez dans le Black Paradiso

Les frères Raphaël et Théo Herrerias (connu également sous le pseudo de 1000 Chevaux-Vapeur) n'ont pas fini de surprendre leur monde. Après des carrières solo plutôt convaincantes, le temps de la réunion fraternelle est arrivé en 2017 avec la naissance d'un projet commun plutôt nébuleux et au nom hommage à leur quartier : Terrenoire. Les frangins inventent gracieusement un univers poétique, en forme d'écrin pour leur chanson électro-pop qu'ils font ainsi naviguer dans leur "Black Paradiso", une destination onirique qu'ils décrivent habilement. Pas facile de résumer le projet Terrenoire, mais évoquer Jean-Louis Murat se plaisant à rentrer en contact avec Massive Attack ne parait pas si loin de la vérité. Véritable coup de force musical, Terrenoire a tapé dans l'oreille des programmateurs. La preuve avec leurs participations annoncées au prochain Printemps de Bourges – dans le cadre de la sélection régionale des Inouïs – mais également du prochain festival Paroles & Musiques où ils partageront la scène de Nekfeu,

Continuer à lire

Terrenoire au Printemps de Bourges

Festival | Non, le quartier stéphanois tout entier ne sera pas présent au Printemps de Bourges 2018... Mais deux de ses plus fiers représentants, oui ! Raphaël (...)

Nicolas Bros | Mercredi 7 mars 2018

Terrenoire au Printemps de Bourges

Non, le quartier stéphanois tout entier ne sera pas présent au Printemps de Bourges 2018... Mais deux de ses plus fiers représentants, oui ! Raphaël et Théo Herrerias (aka "1 000 Chevaux-Vapeur") forment le duo Terrenoire et proposent une chanson electro-pop nébuleuse et ambitieuse. Ce groupe figure parmi les belles révélations stéphanoise de ces derniers mois. Leurs créations ont fait mouche au-delà des frontières de la métropole puisqu'ils viennent donc d'être sélectionnée pour participer au prochain Printemps de Bourges en tant que représentants de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le cadre des "Inouïs du Printemps de Bourges". Les deux frères seront donc présents dans la ville de Jacque Cœur, le 27 avril sur la scène du 22 d'Auron. Parallèlement, les Ligériens auront également le loisir de les découvrir sur scène tout d'abord au Château du Rozier, à Feurs, le 21 avril prochain et sur la grande scène du festival Paroles & Musiques 2018 à Saint-Étienne le 1er juillet aux cô

Continuer à lire

Petit Bulletin Festival #2 : embarquement immédiat à Lyon !

Festival | Pour sa deuxième édition, le Petit Bulletin Festival, organisé par nos confrères lyonnais, prendra ses quartiers aux Subsistances les 27, 28 et 29 avril prochains avec pas moins de sept artistes – Cascadeur, Alela Diane, Orchestra Baobab… Un programme varié allant de la folk à la pop en passant par la world music. En voici le détail.

La rédaction | Jeudi 15 février 2018

Petit Bulletin Festival #2 : embarquement immédiat à Lyon !

Pour lire l’article, rendez-vous sur le site du PB Lyon.

Continuer à lire

Rosa & Dara : leur fabuleux voyage : Science-diction

Jeune public | de Natalia Chernysheva, Katerina Karhankova & Martin Duda (Tch., 0h48) animation…

Vincent Raymond | Mercredi 28 février 2018

Rosa & Dara : leur fabuleux voyage : Science-diction

Quand un film à destination du jeune public tend à rejeter ton lénifiant et fin forcément heureuse, il faut sans tarder en souligner l’existence. C’est le cas de ce programme proposant en ouverture deux courts métrages susceptibles de surprendre, car leur issue rappelle davantage la vie réelle que les contes de fées. L’un montre une chenille et un têtard amis “d’enfance”, ne se reconnaissent plus une fois métamorphosés ; l’autre un groupe d’enfants ayant découvert un os inconnu se heurter à l’incrédulité (et au manque de curiosité) des adultes. Deux historiettes montrant que l’ignorance (ou l’obscurantisme, l’absence d’esprit critique etc.) nous prive de bien des trésors. Morceau central de la séance, Rosa & Dara… met en scène deux fillettes racontant à leurs camarades les incroyables aventures vécues durant les vacances dans la ferme de leurs grands-parents, grâce à une grand-mère inventrice, se saisissant du moindre prétexte pour leur prodiguer un cours de science (pendant que le grand-père lit Le Figaro…). Ce pédagogisme forcené est cependant compensé par une joyeuse fantai

Continuer à lire

C’est Byzance !

Galerie | Pour quelques semaines encore les images de la discrète photographe Claire Lacout habitent les murs de la galerie Noir & Blanc. Depuis un premier (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 février 2018

C’est Byzance !

Pour quelques semaines encore les images de la discrète photographe Claire Lacout habitent les murs de la galerie Noir & Blanc. Depuis un premier séjour à Istanbul à l’automne 2014, Claire retourne régulièrement dans la cité turque, y prend ses marques, y noue des amitiés et bien entendu y photographie le quotidien des Stambouliotes. Avec sa situation géographique si particulière (la ville est à cheval de part et d’autre du Bosphore entre l'Europe et l'Asie depuis pas moins de vingt-sept siècles), Istanbul est plurielle, grouillante, coincée entre un passé millénaire et la modernité balbutiante d’un présent complexe. La photographe en a déjà parcouru nombre de recoins, équipée d’un appareil discret (un Fuji X100) et d’un objectif 35mm qui la contraint à s’approcher des gens. S’entremêlent scènes de rue, tramways et chats, drapeaux à l’effigie d’Atatürk (fondateur de la République de Turquie) et omniprésence des minarets au second plan… L’accrochage de l’exposition est audacieux, osant la rencontre de la couleur et du monochrome cher à la galerie, avec des images qui s’étirent en diptyques et au-delà. Liberté(s) itinérante(s), exposition de Claire L

Continuer à lire

Le Petit Bulletin Saint-Étienne recrute une ou un maquettiste

Emploi | Le Petit Bulletin Saint-Étienne recrute une ou un maquettiste à partir de mi-janvier pour 42 heures par mois de travail. La maîtrise de Quark X-Press et de (...)

Nicolas Bros | Mercredi 3 janvier 2018

Le Petit Bulletin Saint-Étienne recrute une ou un maquettiste

Le Petit Bulletin Saint-Étienne recrute une ou un maquettiste à partir de mi-janvier pour 42 heures par mois de travail. La maîtrise de Quark X-Press et de la suite Adobe (Quark X Press / Indesign / Photoshop / Illustrator) est demandée. Vous pouvez envoyer vos candidatures à brollet@petit-bulletin.fr

Continuer à lire

"Khibula" : Fin de partie

ECRANS | de George Ovashvili (All.-Fr.-Geo., 1h38) avec Hossein Mahjub, Kishvard Manvelishvili, Nodar Dzidziguri…

Vincent Raymond | Mercredi 15 novembre 2017

C’est la débâcle pour le Président de la république géorgienne. Escorté par le dernier carré de ses fidèles, dont le Premier ministre, il erre à travers un pays enneigé, refusant d’être exfiltré par les Russes. En lui demeure l’espoir de reconquérir la confiance de ses compatriotes… Ovashvili a le sens du sublime et de la tragédie. Il transcende donc un fait historique avéré — la fuite et la mort du dirigeant Zviad Gamsakhourdia au début des années 1990 — pour donner du grandiose et de la dignité à cette débandade pathétique à travers des villages certes dépeuplés mais toujours accueillants pour leur illustre hôte d’une nuit. L’épopée shakespearienne croise souvent l’absurdité beckettienne, en particulier dans ces fondrières boueuses où le Président et son cortège en costume, ruinent leur beaux souliers de ville. Un Président qui, abandonné de tous, au milieu de nulle part, ne se défait ni de son port impavide, ni de sa pauvre serviette — ultime vestige de son pouvoir révolu. Balade triste pour un exil manqué, fuite en avant hantée par le passé et l’incertitude du présent,

Continuer à lire

« La diversité en matière de bière est infinie »

Festival Faut Que Ca Brasse | Hervé Marziou est l'un des plus grands spécialistes français de la bière. À l'occasion du festival Faut Que Ca Brasse, ce gentleman-biérologue, consultant indépendant et formateur, animera une conférence-dégustation sur le thème "Bien choisir et déguster la bière". Avant-goût.

Yann Petiteaux | Mercredi 7 juin 2017

« La diversité en matière de bière est infinie »

Tout d'abord, qu'est-ce qu'un biérologue ? Hervé Marziou : C'est simple : le biérologue est là pour mettre en valeur le travail du brasseur et les bières qu'il produit. La biérologie est une discipline en émergence qui approfondit tous les domaines dans lesquels la bière est concernée. Il m'arrive de faire aussi bien des conférences sur l'histoire de la bière, sa géographie ou son économie. J'apporte aussi du conseil et de la formation, tant auprès du grand public que des professionnels. Je travaille avec les brasseurs en vue d'optimiser leurs recettes sur la base de l'analyse sensorielle. Vous êtes aussi un promoteur des accords bières-mets... Quand j'ai proposé il y a dix-sept ans de faire des repas à la bière, c'était une révolution. Aujourd'hui, lorsque l'on parle de cela, tout le monde écoute. Personnellement, je me suis battu pour que, dans les restaurants, on trouve une carte des bières à côté de la carte des vins. Les événements autour de la bière sont toujours plus nombreux. Peut-on parler d'un attrait renouvelé du grand public ? En effet. Grâce aux brasseurs art

Continuer à lire

Émergences #7 : 1 000 Chevaux-Vapeur

Vidéos Émergences | La Ville de Saint-Étienne, avec le soutien du Petit Bulletin, vous présente "Émergences", l'émission web qui met en avant les talents locaux qui feront parler d'eux demain. Le septième volet est disponible sur la chaîne YouTube du Petit Bulletin et traite de 1 000 Chevaux-Vapeur, artiste ligérien de musique électronique.

Nicolas Bros | Mercredi 5 avril 2017

Émergences #7 : 1 000 Chevaux-Vapeur

Chaque trimestre, Émergences, l'émission web de la Ville de Saint-Étienne, avec le soutien du Petit Bulletin, met en avant des acteurs de l'émergence culturelle stéphanoise. Sous le format d'une vidéo courte, des groupes de musique, des compagnies de théâtre ou de danse, des designers... sont présentés de manière originale. Après avoir suivi le Collectif X, le groupe Doorsfall, la compagnie de danse ALS, les designers de l'Atelier Regards, le festival de courts métrages Kinoctambule et la compagnie LalalaChamade, c'est au tour de 1 000 Chevaux-Vapeur (Théo Herrerias) de se prêter au jeu. En concert le 9 juin au Château du Rozier (Feurs) et le 10 juin au festival Paroles & Musiques avec Jabberwocky, Étienne de Crécy, The Shoes...

Continuer à lire

Dedienne, trois fois plutôt qu'une

Humour | Vincent Dedienne, qui a (presque) débuté avec Le Petit Bulletin à Grenoble et passé par l'École de la Comédie de Saint-Étienne, revient en terres stéphanoises cette (...)

Nicolas Bros | Vendredi 24 février 2017

Dedienne, trois fois plutôt qu'une

Vincent Dedienne, qui a (presque) débuté avec Le Petit Bulletin à Grenoble et passé par l'École de la Comédie de Saint-Étienne, revient en terres stéphanoises cette année avec son seul-en-scène S'il se passe quelque chose. Déjà complets le 14 avril à La Ricamarie et le 18 octobre à la salle Jeanne d'Arc, une nouvelle date vient d'être programmée le lundi 18 septembre dans cette même salle. Vincent Dedienne dans S'il se passe quelque chose, vendredi 14 avril au Centre culturel de La Ricamarie (complet), mercredi 18 octobre à 20h30 (complet) et lundi 14 septembre à 20h, à la salle Jeanne d'Arc à Saint-Étienne

Continuer à lire