Source rafraîchissante

Pop-rock | Joseph Chedid a trouvé son chemin. Une voie où se mêlent sa personnalité, sa sincérité et son affranchissement familial. "Source", sorti en 2019, est un opus riche arborant puissance et vulnérabilité assumée. Joseph Chedid se fait un nom et une belle place au soleil. Prenons des couleurs avec lui.

Nicolas Bros | Mardi 6 octobre 2020

Joseph Chedid assume pleinement ! Avec Source, son premier album sorti en 2019 sous son nom de Joseph Chedid, le troisième enfant de Louis a trouvé sa place. Même si Maison Rock en 2015, édité sous son deuxième prénom de Selim était déjà une forme de prémisse de belles choses, ce nouveau disque semble emprunt d'une sincérité et d'un affranchissement total de la "pression" familiale. Alors, bien sûr, on retrouve un timbre de voix qui rappelle forcément le clan Chedid mais Joseph semble bien avoir trouvé sa propre voie. Entre rock, pop, force et fragilité, il propose un album solide et riche. Alternant phases plus introspectives et lentes à des envolées dansantes ou psychédéliques, Joseph s'affirme comme un savant et inspiré funambule.

S'aimer soi-même pour aimer les autres

Si Joseph pouvait se sentir dans l'ombre de sa fratrie menée tambour battant par – M –, il a pourtant plusieurs cordes à son arc. Multi-instrumentiste de talent (privilégiant la batterie, il sait manier également la guitare), il a su apprivoiser l'exercice du chant. Une pratique qu'il avait l'habitude de laisser à sa sœur Anna (Nach), avouant avoir eu un petit complexe vocal. Mais il écrivait et s'est décidé à pousser la chansonnette. Le résultat étant on ne peut plus satisfaisant. Apprendre à s'aimer pour aimer les autres et s'assumer artistiquement ? Voilà un peu le travail que Joseph a effectué sur lui-même. Une source inépuisable de créativité dont il montrera une partie sur la scène de la salle Aristide Briand de Saint-Chamond le 10 octobre et du Pax à Saint-Étienne le 17 octobre.

[Concert maintenu !] Joseph Chedid, samedi 10 octobre à 18h30 à la Salle Aristide Briand de Saint-Chamond et samedi 17 octobre à 20h30 au Pax à Saint-Étienne


JOSEPH CHEDID + Pop 119


Salle Aristide Briand Avenue Antoine Pinay - Parc Nelson Mandela Saint-Chamond
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Joseph Chedid


Le Pax 27 rue Elisée Reclus Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

2021 se déroulera sans Paroles & Musiques

Annulation festival | Comme en 2020, le festival stéphanois Paroles & Musiques est contraint de jeter l'éponge.

Nicolas Bros | Mercredi 28 avril 2021

2021 se déroulera sans Paroles & Musiques

Elle devait se dérouler du 17 au 23 mai mais il n'en sera rien. Malheureusement sans grande surprise, la 30e édition du festival Paroles & Musiques ne pourra pas se tenir ce printemps. L'organisation a décidé de ne pas prendre de risque. « Nous y avons cru longtemps, nous nous sommes adaptés aux préconisations gouvernementales en prévoyant des jauges assises et distanciées ainsi que toutes les mesures adaptées à la situation. Malheureusement, la sortie de crise est plus longue que prévue, et nous n'avons aucune visibilité sur une date de réouverture précise des lieux de spectacles à trois semaines de l'évènement », explique par communiqué le festival stéphanois, avant de donner rendez-vous du 16 au 22 mai 2022 pour la « 30e édition bis ». L'organisation a d'ailleurs précisé quelques points concernant cette édition 2022 : • La Nuit des Stéphanois est reportée au 2 octobre 2021 à 19h au Fil avec Broadway, Arpad Flynn, Doorsfall, Redbong, Radikale Junkypop, An'Om x Vayn et Felower • Le concert de Ben Mazué (+ Martin Luminet) est report

Continuer à lire

Paroles & Musiques dévoile sa programmation 2021

Festival | Une bonne nouvelle dans cette période de doute perpétuel... Le festival Paroles & Musiques avance ses pions et dévoile sa prog' complète pour sa 30e édition prévue du 17 au 23 mai 2021. Une liste d'artistes équilibrée et qui fait envie.

Nicolas Bros | Jeudi 10 décembre 2020

Paroles & Musiques dévoile sa programmation 2021

C'est un doux mélange entre ceux qui ont écrit les plus belles lignes du festival stéphanois et puis de nouvelles têtes rafraîchissantes. « De 1992 à demain » comme le dit Simon Javelle, directeur artistique du festival Paroles & Musiques, qui vient de dévoiler sa programmation pour sa 30e édition qui se tiendra du 17 au 23 mai 2021. Des habitués et des révélations Si le festival a connu trois années compliquées entre 2018 et 2020, on a le sentiment en observant la programmation dévoilée pour 2021 que c'est en quelque sorte une renaissance annoncée pour l'événement musical stéphanois. Sous réserve que la Covid ne vienne pas tout bouleverser, bien entendu. Un retour aux affaires pour le festival Paroles & Musiques, grâce à une programmation qui s'équilibre à merveille entre vieux briscards et jeunes pousses. Ainsi, notons le retour des Ogres de Barback, des Têtes Raides ou encore des Tit'Nassels et de Romain Didier. Des noms qui ont marqué les grandes dates de P&M. Parallèl

Continuer à lire

Paroles & Musiques dévoile ses premiers noms pour 2021

Festival | Son trentième anniversaire se déroulera du 17 au 23 mai 2021. Le festival Paroles & Musiques, après avoir dû annuler son édition 2020, proposera 6 jours de festivités musicales avec notmament des noms qui ont marqué le rendez-vous musical de chanson stéphanois.

Nicolas Bros | Vendredi 25 septembre 2020

Paroles & Musiques dévoile ses premiers noms pour 2021

Dans cette période très difficile pour la culture (et pour la société en général), il est ardu de trouver de bonnes nouvelles... En voilà pourtant une qui fait du bien ! Le festival Paroles & Musiques vient de dévoiler quelques noms pour sa future édition de 2021 qui marquera son 30e anniversaire. Au programme, une soirée toute particulière le dimanche 23 mai au Zénith de Saint-Étienne avec la venue de plusieurs artistes ayant marqué l'histoire du festival stéphanois : les Têtes Raides, les Ogres de Barback, les Tit'nassels, la Rue Kétanou et Zoufri Maracas. Parallèlement, le festival propose deux concerts toujours au Zénith : le 20 mai avec Ibrahim Maalouf (en partenariat avec le festival Rhino Jazz) et le 21 mai la venue d'Hoshi. Enfin, signalons qu'en avant-goût, Joseph Chedid sera sur la scène du Pax le 17 octobre prochain. L'occasion de découvrir cet énième talent de "l'écurie" Chedid après Louis (père), -M- et

Continuer à lire

Paroles & Musiques et Jazz à Vienne annulés

Festivals - COVID-19 | C'est officiel depuis les annonces d'Emmanuel Macron ce lundi 13 avril, les festivals qui devaient se dérouler avant mi-juillet sont annulés. C'est (...)

Nicolas Bros | Mardi 14 avril 2020

Paroles & Musiques et Jazz à Vienne annulés

C'est officiel depuis les annonces d'Emmanuel Macron ce lundi 13 avril, les festivals qui devaient se dérouler avant mi-juillet sont annulés. C'est donc le cas de la 29e édition de Paroles et Musiques, qui devait se tenir du 12 au 17 mai à Saint-Étienne. L'équipe organisatrice donne « rendez-vous du 18 au 23 mai 2021 pour la 30ème édition » et communiquera « les démarches à suivre pour le remboursement des billets dans les prochains jours sur [ses] réseaux sociaux et sur [son] site Internet. » Concernant Jazz à Vienne, c'est également un report en 2021 de la 40e édition qui a été acté. Elle devait se dérouler du 25 juin au 11 juillet. « Le report de cette 40e édition met en grande difficulté tous les acteurs liés à cette formidable aventure humaine qu’est le festival Jazz à Vienne : plus de 1 000 artistes et des centaines de prestataires, fournisseurs, intermittents, saisonniers… » détaille l'organisation. Cette dernière a également précisé ses décisions concernant la billetterie : « les

Continuer à lire

Étienne Delesse : « Tant qu’on aura le cœur qui bat, on continuera »

Point de vue | Étienne Delesse est technicien et chargé de production pour la salle de spectacles stéphanoise Le Pax, située rue Élisée Reclus mais également responsable du label stéphanois Carotte Productions. Il représente de ce fait assez bien les “petites” structures culturelles du territoire, forcément impactées par le confinement.

Nicolas Bros | Jeudi 2 avril 2020

Étienne Delesse : « Tant qu’on aura le cœur qui bat, on continuera »

Comment est gérée la salle du Pax ? C’est une association qui gère le lieu, Deltamax, avec un bureau, c’est classique. Nous n’avons pas de directeur ni de salarié en CDI, ce ne sont que des intermittents qui interviennent. Nous essayons d’aller vers un emploi fixe mais nous n’avons pas encore suffisamment de moyens pour le moment. Combien de personnes travaillent régulièrement au Pax ? On peut parler de 5 à 6 personnes qui représentent le noyau dur. Ce sont des techniciens et des attachés de production. Nous avons également des personnes en stage ou en service civique. Au total, cela fait une dizaine de personne qui naviguent sur toutes nos activités. Le Pax est encore une structure fragile, c’est donc évidemment compliqué. Comment le confinement a impacté le Pax ? Nous avons une saison qui se divise en deux parties, de début octobre à mi-décembre puis de février à fin avril. Evidemment, avec la fermeture depuis le 14 mars, ça a mis en l’air la dizaine de dates qu’il nous restait à assurer, sans compter la deuxième édition du fes

Continuer à lire

On connaît toute la prog de Paroles & Musiques cuvée 2020

Festival | Retour aux sources pour Paroles & Musiques en 2020. Après une virée du côté de Couriot avec une scène imposante, le festival stéphanois revient à ses premières (...)

Nicolas Bros | Jeudi 23 janvier 2020

On connaît toute la prog de Paroles & Musiques cuvée 2020

Retour aux sources pour Paroles & Musiques en 2020. Après une virée du côté de Couriot avec une scène imposante, le festival stéphanois revient à ses premières amours avec des concerts de valeurs sûres et une orientation forte sur les découvertes. Après avoir lâché plusieurs noms en fin d'année 2019, l'équipe organisatrice a dévoilé la totalité de sa programmation via les réseaux sociaux. L'événement, qui se déroulera du 12 au 17 mai 2020 entre le Fil, un chapiteau Magic Mirrors installé à proximité et une incursion au Château du Rozier de Feurs, verra donc 32 artistes se produirent pour son renouveau. Au programme des incontournables (et habitués) du festival tels que le Québécois Pierre Lapointe, les Têtes Raides, Loïc Lantoine et Tim Dup. S'ajoutent à cette liste des découvertes et artistes en pleine phase émergente tels que les Stéphanois de La Belle Vie, le duo electro-pop VIDEOCLUB, le renouveau de la soul/

Continuer à lire

Soulman

Soul | Après l’Olympia et la Cigale, la tournée-marathon du chanteur-auteur-compositeur Thomas Kahn passe par le Pax ! Celui que nos confrères de l’éminent (...)

Niko Rodamel | Mardi 1 octobre 2019

Soulman

Après l’Olympia et la Cigale, la tournée-marathon du chanteur-auteur-compositeur Thomas Kahn passe par le Pax ! Celui que nos confrères de l’éminent Rolling Stone ont chaleureusement baptisé « Petit Prince de la Soul contemporaine » fera résonner corps et âme ses titres pétris d’une musique noire américaine très actuelle. Thomas Kahn, mercredi 16 octobre à 20h30, Le Pax à Saint-Étienne

Continuer à lire

Gat & Rim : « On avance en échangeant énormément »

Rap | Le duo de rap stéphanois Gat & Rim se débrouille pas mal. À l'aune de la sortie de leur premier EP ou album - l'avenir nous le dira - ils ont remporté un joli tremplin qui les engage sur une belle voie musicale. Rencontre avec deux jeunes artistes (19 et 21 ans) très complémentaires. #breizhequateur !

Nicolas Bros | Vendredi 22 février 2019

Gat & Rim : « On avance en échangeant énormément »

Quelles sont les origines du groupe ? Comment en êtes-vous arrivés à faire de la musique ensemble ? Gat' : J'écrivais mes petites chansons dans ma chambre depuis longtemps. À un moment donné, je me suis entouré d'un musicien mais l'expérience n'a rien donné. Je me suis remis à la recherche de quelqu'un qui pourrait me proposer des instrus, en gros je cherchais "mon Voulzy". Je suis tombé sur un son qu'avait produit Renan. Je me suis mis en contact avec lui par l'intermédiaire d'un ami commun. C'était il y a deux ou trois ans en arrière. Rim, tu es originaire de Bretagne et Gat d'Équateur. Est-ce que ces origines influencent votre musique ? Rim : D'une certaine manière, un peu. Pour les prochains sons qui arriveront, on retrouvera un côté exotique. Mais le côté Breizh/Équateur, mélange de nos origines, c'est quelque chose d'assez fou, pas trop vu. Gat : Et c'est surtout une grosse blague... C'est un délire de potes. Nous avons commencé à divulguer malencontreusement un #breizhequateur sur nos réseaux et c'est devenu un peu plus important que ce que l'on ava

Continuer à lire

Orelsan, Thiéfaine, Kery James, Radio Elvis pour Saint-Etienne Live 2019

Programmation festival | La programmation de Saint-Étienne Live (désormais ex-festival paroles & Musiques) vient d'être dévoilée. On retrouvera les 14 et 15 juin 2019 au Parc (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 décembre 2018

Orelsan, Thiéfaine, Kery James, Radio Elvis pour Saint-Etienne Live 2019

La programmation de Saint-Étienne Live (désormais ex-festival paroles & Musiques) vient d'être dévoilée. On retrouvera les 14 et 15 juin 2019 au Parc du Musée de la mine de gros noms tels qu'Orelsan, Kéry James, Hubert-Félix Thiéfaine ou encore Radio Elvis. Les places sont d'ores et déjà en vente sur le site du festival. Saint-Étienne Live, les 14 et 15 juin 2019 au Parc Musée de la mine Programmation : Vendredi 14 juin à 19h : - Orelsan - Kery James - Berywam - Zed Yun Pavarotti Samedi 15 juin à 19h : - Hubert-Félix Thiéfaine - Radio Elvis - Boulevard des Airs

Continuer à lire

Logar toute l'année

Folk | Logar est le projet musical d'un autodidacte. Originaire de Montbrison, Clément Faure vient de sortir un premier album fait de plein de belles choses : (...)

Nicolas Bros | Mercredi 31 octobre 2018

Logar toute l'année

Logar est le projet musical d'un autodidacte. Originaire de Montbrison, Clément Faure vient de sortir un premier album fait de plein de belles choses : poésie, musicalité folk enjôleuse et une certaine appétence pour une lenteur salutaire. A year in a Life, disque figeant une année pleine en 12 titres et une durée de 52 minutes, est un condensé d'émotions pures à déguster lové dans son chesterfield ou en voyage au coeur des paysages. Logar, samedi 10 novembre à la médiathèque de Saint-Just-Saint-Rambert + dimanche 25 novembre au Pax + samedi 1er décembre à la médiathèque de Montbrison

Continuer à lire

Barriol, Logar, Erotic Market et les autres

Salle | Le Pax (90 places) a continué sa mue cet été en aménageant des places PMR, mais également en installant de nouvelles loges. Cette salle de spectacles (...)

Nicolas Bros | Mercredi 19 septembre 2018

Barriol, Logar, Erotic Market et les autres

Le Pax (90 places) a continué sa mue cet été en aménageant des places PMR, mais également en installant de nouvelles loges. Cette salle de spectacles stéphanoise, située entre le Palais de Justice et l'Hôtel de Ville, rue Élisée Reclus, propose chaque année une programmation faisant une large place aux découvertes. Avec ses concerts du dimanche à 17h, un format qui détonne dans le paysage stéphanois, la salle offre une belle vitrine à des artistes locaux ou émergents. Pour la fin de l'année 2018, nous avons retenu quelques noms qui devraient attirer votre attention : le Stéphanois Hugo Barriol (dimanche 7 octobre), qui s'est fait remarqué dans les couloirs du métro parisien; l'incontournable Yvan Marc (dimanche 4 novembre), proche notamment de Mickey 3D, qui, après quinze ans de scène et six albums, continue d'écumer les salles de concert ; la troisième édition du festival Femme(s) du 7 au 11 novembre, avec notamment la présence du désormais solo

Continuer à lire

Simon Javelle : « Notre objectif était d'avoir une grande scène en plein air en centre-ville »

Festival | Le festival stéphanois Paroles et Musiques change d'envergure cette année avec des dates resserrées sur 5 jours, une grande scène en plein air au Parc-Musée de la mine, un partenariat avec Morgane Production... Mais il conserve son état d'esprit autour de la chanson, tout en laissant sa chance aux artistes émergents. Rencontre avec Simon Javelle, son programmateur, pour évoquer toutes ces évolutions.

Nicolas Bros | Vendredi 22 juin 2018

Simon Javelle : « Notre objectif était d'avoir une grande scène en plein air en centre-ville »

Il y a beaucoup de nouveautés autour de Paroles et Musiques cette année. Pouvez-vous nous les détailler ? Simon Javelle : La grande nouveauté cette année est notre retour en centre-ville et notre installation au Parc-Musée de la mine avec la scène que l'on a appelée La Grande Prairie. Elle sera située dans un bel écrin de verdure, derrière le chevalement. L'espace sera assez grand avec également un espace food trucks, une partie bar et une autre dédiée aux entrées. La scène surplombera le Musée de la mine. Notre objectif était d'avoir une grande scène en plein air en centre-ville, avec La Grande Prairie c'est chose faite. Parallèlement, la scène de la place Jean Jaurès correspond à une autre volonté, celle d'animer l'espace public. Cette année, il y aura deux aprè-midi, de 12h à 18h le samedi 30 juin et le dimanche 1er juillet, avec des concerts de groupes locaux en devenir, une dictée citoyenne, de la capoeira, une démonstration de l'école de musique connectée par l'école de Solaure, des jeux en bois, une expo... mais également des petits showcases surprises de la part des artistes programmés au Pax cette année. Enfin, il y a le nouveau concept de Parole

Continuer à lire

Ben Mazué : « Je me sens comme un militant de l'optimisme »

Interview | Avec Une Femme Idéale, l'auteur-compositeur-interprète d'origine niçoise Ben Mazué a sans doute sorti l'un des plus beaux albums de l'année. Avant qu'il ne vienne présenter son spectacle au festival Paroles & Musiques, nous avons échangé quelques mots avec cet ex-médecin devenu un des meilleurs poètes de la chanson française actuelle.

Nicolas Bros | Mercredi 20 juin 2018

Ben Mazué : « Je me sens comme un militant de l'optimisme »

Vous avez déclaré à plusieurs reprises vous être trouvé musicalement avec cet album La Femme Idéale. Comment avez-vous abordé ce disque ? Je voulais faire un album de chansons et garder tous les poèmes pour la scène. J'ai fait des chansons et après j'ai écrit une histoire que je raconte sur scène. Ce disque est un peu une bande originale de cette histoire qui s'intitule La Princesse et le Dictateur. Je n'ai pas appelé l'album comme cela car je trouvais La Femme Idéale plus joli. La composition de ce disque s'est faite en combien de temps ? J'avais écrit quelques titres sur les deux dernières années mais j'ai composé le plus gros de l'album pendant l'été et l'automne car je n'avais que cela à faire. Ce qui est rare. C'est une chance de ne pouvoir que penser à la composition pendant un temps. Concernant les clips qui illustrent votre album, vous avez notamment sorti une trilogie réalisée par Manu Boyer. Pourriez-vous nous en dire quelques mots ? J'avais l'idée de faire une espèce de documentaire sur des gens de la vraie vie. Je me suis alors mis en quête d'une équ

Continuer à lire

Les Contes de Grimme

Pop-folk en solo | Petit prodige pop lyonnais et maître dans l'art du teasing, Victor Roux aka Grimme l'est aussi dans celui de la composition et des arrangements. Après avoir fait mariner ses suiveurs, il a livré un premier album lumineux : "The world is all wrong but it's all right". Il se présentera en solo sur la scène du PAX pour le festival Seul en Scène. L'occasion de découvrir son univers.

Stéphane Duchêne | Mardi 6 mars 2018

Les Contes de Grimme

Grimme tourne depuis longtemps sur nos radars, entre présélection aux Inouïs du Printemps de Bourges, EP impeccable, concerts aventureux et un art du vidéo-clip et de l'artwork plutôt avancé, censé vous circonscrire un univers. Attendant un premier long format synonyme de nouvelles chansons, qui ont su se faire attendre, le disque arrive enfin puisque le dénommé Victor Roux a accouché de The world is all wrong but it's all right en 2017. Accouché c'est bien le mot puisque sur le premier titre, celui qui donne son intitulé à l'album, on peut entendre un nourrisson pleurer au second plan d'un morceau qui, entre tocades de pianos et cuivres éplorés quasi morriconiens, promet le meilleur pour la suite. À savoir : onze morceaux impeccables, série ininterrompue de gestes pop réussis. Définition à l'emprunt fitzgeraldien pour cerner une personnalité musicale et la classe qu'elle se trimballe. Machine à rêves Car si Grimme maîtrise l'art de la composition, il maîtrise aussi celui des arrangements, violons piqués et bruines de harpes qu'on introduit par une porte dérobée, chœurs séraphiques relevant une c

Continuer à lire

Comment éviter le derby ?

GUIDE URBAIN | Vous n'êtes pas très branché "foot" ? Vous ne connaissez même pas la signification du terme "derby" ? Ou bien, vous êtes persuadé que Les Verts vont déchanter sur la pelouse lyonnaise ? Alors, nous vous avons concocté une petite sélection d'activités afin de passer - volontairement - à côté du match qui opposera l'A.S. Saint-Étienne à l'Olympique Lyonnais ce dimanche à 17h.

Nicolas Bros | Vendredi 23 février 2018

Comment éviter le derby ?

À Saint-Étienne, l'offre culturelle est florissante pour une ville de ce gabarit. La preuve avec les possibilités offertes un dimanche de février où il régnera, selon Météo France, une température glaciale. Mais au lieu de rester devant votre poste de télévision ou de rejoindre vos amis dans un bar voir le match et boire des bières (avec modération certes, mais réservez plutôt cette dernière activité pour la prochaine édition de Faut Que Ca Brasse les 26 et 27 mai prochains), nous vous proposons de laisser de côté le ballon rond. Voici quelques idées qui pourraient enjoliver votre fin d'après-midi de dimanche : - Un concert : De la chanson française pour terminer le week-end en douceur, dans l'ambiance feutrée du Pax, salle sympathique de la rue Elisée Reclus à la jauge "très humaine" : moins de cent places assises. Zim manie les mots, la guitare et le "beatbox". Passé lors du dernier Paroles & Musiques, il remet le couvert à Sainté avec son compère Rémi Videira à la contrebasse.

Continuer à lire

Savoir être "open"

Tremplin musical | Afin de faire découvrir de nouveaux talents issus de leurs rangs, les conservatoires des villes de Saint-Étienne, Le Puy-en-Velay et Lyon ont décidé de (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 février 2018

Savoir être

Afin de faire découvrir de nouveaux talents issus de leurs rangs, les conservatoires des villes de Saint-Étienne, Le Puy-en-Velay et Lyon ont décidé de lancer un nouveau projet. Intitulé "Open Tour 2018", cette initiative prend la forme d'une union entre les institutions publiques d'enseignement musical avec plusieurs salles régionales afin de donner la possibilité à de jeunes groupes de se produire sur scène. À Saint-Étienne, ce sont Le Pax et le FIL qui ont été sélectionnés pour accueillir ces formations régionales. Pour le premier concert stéphanois, c'est au Pax mercredi 28 février à 20h30 qu'il faudra être présent pour découvrir le travail de trois groupes : Le Coin de la Reine (Saint-Étienne), JVD (Le Puy-en-Velay) et Ederzam (Saint-Étienne). Open Tour 2018 : Le Coin de la Reine + JVD + Ederzam, mercredi 28 février à 20h30 au Pax

Continuer à lire

Nekfeu rejoint la prog de Paroles & Musiques 2018

Festival | Le rappeur Ken Samaras, plus connu sous le pseudo de Nekfeu (1995, S-Crew), rejoint la programmation du festival stéphanois. Il sera sur scène le même (...)

Nicolas Bros | Jeudi 4 janvier 2018

Nekfeu rejoint la prog de Paroles & Musiques 2018

Le rappeur Ken Samaras, plus connu sous le pseudo de Nekfeu (1995, S-Crew), rejoint la programmation du festival stéphanois. Il sera sur scène le même soir que Jain le dimanche 1er juillet, sur la Grande Prairie située devant le Parc-Musée de la mine.

Continuer à lire

Quoi de neuf dans les festivals ?

En bref | 1 - Un "absent" La nouvelle est tombée en décembre 2016 : pas de Foreztival en 2017 ! En apprenant cette information, nous avions (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 juillet 2017

Quoi de neuf dans les festivals ?

1 - Un "absent" La nouvelle est tombée en décembre 2016 : pas de Foreztival en 2017 ! En apprenant cette information, nous avions eu très peur de ne jamais revoir le festival de musique de Trelins sur pied. Mais très vite, nos inquiétudes ont été balayées par les organisateurs qui nous ont assuré avoir mis le festival en « jachère » cette année pour mieux revenir les 3, 4 et 5 août 2018 avec la 14e édition. En attendant, il y a de quoi se réjouir avec tout d'abord le festival de rue qui, pour sa part, est maintenu le 5 août prochain. Suivront deux soirées en forme de warm-up du Foreztival 2018. Tout d'abord, le 22 septembre au Château du Rozier de Feurs puis le 2 décembre au Fil de Saint-Etienne. Les "line-up" de ces soirées nous sont encore inconnus à l'heure où nous écrivons ces lignes. 2 - Une ville en ébullition Le Puy-en-Velay s'apprête à vivre un très "gros" mois de juillet ! Tout d'abord parce que la préfecture de la Haute-Loire sera pendant 3 jours accaparée par le Tour de France (les 16, 17 et 18 juillet 2017) en étant ville-étape et en héritanti d'un jour de repos. Mais ce n'est pas tout. Depuis maintenant 3 ans, la ca

Continuer à lire

20 Syl : « Le nom AllttA a été un déclic visuel »

Interview électro/hip-hop | Après Hocus Pocus et C2C, le Dj et beatmaker nantais 20Syl s'est lancé dans un nouveau projet electro/hip-hop au nom très spirituel : AllttA. Aux côtés de Mr J. Medeiros (du groupe The Procutions), ils ont dévoilé The Upper Hand, un opus de belle facture qui secoue les têtes et fait vibrer les mollets. Rencontre.

Nicolas Bros | Mardi 6 juin 2017

20 Syl : « Le nom AllttA a été un déclic visuel »

Est-ce que vous pouvez nous expliquer la rencontre avec Mr J. Medeiros ? C'était en 2004 ou 2005, lorsqu'on était en studio avec Hocus Pocus en train d’enregistrer l’album 73 Touches. On a vu The Procussions, le groupe de Jason en concert et nous avons eu un vrai coup de cœur. Nous les avons invités le temps d’une journée "off" sur leur tournée à nous rejoindre en studio et dans notre émission de radio. La connexion s’est faite comme ça et depuis nous sommes restés en contact jusqu'à monter AllttA ensemble. Est-ce plutôt vous ou lui qui êtes à l’initiative du projet AllttA ? C'est "J" qui m’a proposé ce nom AllttA et ça a été le déclic visuel pour moi. J’ai réussi à me projeter, à imaginer les choses qu’on allait pouvoir décliner à partir de là. J’ai besoin de ce côté visuel pour me lancer dans un projet musical. À partir de là, nous avons commencé à réunir toute la matière que nous avions déjà échangée dans le but de sortir un EP ou un album. Lorsque l'on écoute votre album The Upper Hand, on sent un côté sonore très organique et hip-hop malgré le fait qu'il y ait beaucoup d’électro. C

Continuer à lire

Promeneur rêveur

Chanson | Sautillant et léger tout en étant câlin et enjôleur, Mathieu Boogaerts sait y faire pour que l'on s'attache à lui. Toujours aussi charmeur, (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 mai 2017

Promeneur rêveur

Sautillant et léger tout en étant câlin et enjôleur, Mathieu Boogaerts sait y faire pour que l'on s'attache à lui. Toujours aussi charmeur, l'auteur-compositeur-interprète de 46 ans a pondu un septième album studio cette année. Sobrement intitulé Promeneur, ce disque est un concentré de la substantifique moelle de ce qui fait la marque de fabrique de Boogaerts. Des paroles au ton un poil désabusé, des arrangements d'une grande finesse et beaucoup d'amour. Car c'est bien ce dernier ingrédient qui caractérise le mieux le travail de ce trublion de la chanson française. Rêveur éternel, swinguant, dansant, emmenant son auditoire avec lui dans ses voyages musicaux à la grande douceur, Mathieu Boogaerts se laisse facilement apprécier sur scène où il se sent comme chez lui. Et ça tombe bien, nous sommes invités à partager un beau moment de live à ses côtés début juin. Le rendez-vous est fixé. Mathieu Boogaerts [+ Katerine], dimanche 4 juin à 20h, salle Jeanne d'Arc, dans le cadre du festival Paroles & Musiques

Continuer à lire

Albin de la Simone, le poète funambule

Chanson | Avec son cinquième album studio, L'un de nous, Albin de la Simone continuer à explorer avec minutie, tendresse et douceur nos sentiments et nos émotions. Un résultat fidèle à son travail engagé au service d'une chanson française délicate de grande qualité, qu'il présentera dans l'intimité de l'église Notre Dame pour Paroles & Musiques 2017.

Nicolas Bros | Mardi 2 mai 2017

Albin de la Simone, le poète funambule

Si Albin de la Simone nous avait prévenu en 2005 avec son titre Je vais changer, on ne pourra pas dire qu'il nous a menti. En une décennie il a su faire une mue salvatrice, marquée notamment par la sortie du magnifique album Un Homme en 2013. En acceptant de s'exposer davantage dans la lumière, d'ouvrir ses textes à une intimité assumée, la métamorphose et le charme ont opéré pour faire naître un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus prolixes de la chanson française actuelle. Avec son nouvel album, L'un de nous, l'Amiénois enfonce le clou avec délicatesse et mélancolie douce. Un album d'une rare beauté où il décrit avec finesse l'amour passionnel, malmené par le temps ou en quête d'un renouveau. Enregistré en seulement quelques jours, ce disque confirme la propension du multi-instrumentiste à dépeindre l'infinie complexité des sentiments. Décrire les fêlures du quotidien Après un parcours de musicien-accompagnateur aux côtés de (très) nombreux artistes en studio et en tournée : Vanessa Paradis, Jean-Louis Murat, Miossec, Alain Souchon ou même Iggy Pop, Albin de la Simone s'est lancé en solo en 2003. Pendant plusieurs années, il est

Continuer à lire

Des cordes et des peaux

Sono mondiale | Connectant les cordes de la kora aux peaux de la batterie, voilà deux musiciens qui expérimentent de façon singulière le mariage de leurs univers musicaux (...)

Niko Rodamel | Mercredi 5 avril 2017

Des cordes et des peaux

Connectant les cordes de la kora aux peaux de la batterie, voilà deux musiciens qui expérimentent de façon singulière le mariage de leurs univers musicaux respectifs. Ali Boulo Santo (kora et chant) est le petit-fils de Soundioulou Cissoko, surnommé en son temps "le roi de la kora" au Sénégal. Après un diplôme de musique traditionnelle obtenu au conservatoire de Dakar en 1992, il multipliera les expériences dans les musiques actuelles et le jazz. Quant à Dominique Lentin (batterie, sampler, objets), son parcours musical est aussi riche que diversifié : après l’underground parisien des années soixante-dix, il enseignera la batterie à Saint-Étienne, fera tourner les baguettes dans différentes formations de musiques improvisées et s’illustrera dans de nombreuses pièces de théâtre. Ali et Dominique accouchent ensemble d’une musique hybride impossible à étiqueter. Le maître de kora connaît son instrument sur le bout des doigts, le batteur utilise davantage les toms de sa batterie comme un percussionniste. Ali Boulo Santo & Dominique Lentin, mercredi 12 avril à 20h30 au Pax à Saint-Étienne

Continuer à lire

Julien Doré à Paroles & Musiques 2017

Festival | Le nom du premier artiste du festival Paroles & Musiques 2017 est sorti. Julien Doré, qui vient de sortir un nouvel album & sorti en octobre (...)

Nicolas Bros | Mercredi 21 décembre 2016

Julien Doré à Paroles & Musiques 2017

Le nom du premier artiste du festival Paroles & Musiques 2017 est sorti. Julien Doré, qui vient de sortir un nouvel album & sorti en octobre dernier, sera sur la scène du Zénith vendredi 2 juin à 20h.

Continuer à lire

L'amoureuse des mots

Chanson | Leïla Huissoud est un petit bout de jeune femme. Telle une funambule elle slalome entre ses textes tantôt doux tantôt piquants, mais toujours justes. Si ses (...)

Nicolas Bros | Vendredi 4 novembre 2016

L'amoureuse des mots

Leïla Huissoud est un petit bout de jeune femme. Telle une funambule elle slalome entre ses textes tantôt doux tantôt piquants, mais toujours justes. Si ses mélodies penchent toujours vers une simplicité presque nue, elles s'accordent à merveille avec sa plume fine et virevoltante. Sortie indemne d'une énième édition de l'émission "radio-crochet" The Voice en 2014, elle a su se renouveler en utilisant cette exposition médiatique comme un tremplin et non comme un gouffre artistique. Prenant son temps, elle travaille sur un premier album qui devrait sortir au début de l'année 2017. Accompagnée par Kevin Fauchet (moitié du duo Ladybug and The Wolf), elle propose également des sets enjoués et sautillants, qui glissent tout seul et donnent un goût d'en avoir toujours un peu plus. Elle sera à l'affiche en novembre de la première édition du festival Femme(s) de la salle du Pax, qui accueillera également l'excellente Mesparrow ou le trio folk de Ceti Cantat dans le cadre de ce nouveau rendez-vous musical destinée aux artistes féminines. Leïla Huissoud [+ Ceti Cantat], vendredi 11 novembre à 17h, au Pax, dans le cadre du festival Femme(s)

Continuer à lire

Faada Freddy : «La soul m'habite depuis toujours»

MUSIQUES | Faada Freddy, dandy sénégalais issu du hip hop, a livré un premier album solo "Gospel Journey", condensé de soul bouillonnante et touchante. Rencontre avant son passage au Palais des Spectacles le 11 juin en première partie d'Asaf Avidan. Propos recueillis par Marlène Thomas et Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Mercredi 2 novembre 2016

Faada Freddy : «La soul m'habite depuis toujours»

Votre premier album est très pop soul, alors que vous avez fait partie du groupe de rap Daara J Family. Pourquoi avoir fait le choix de se détacher du rap ? Est-ce parce que votre voix sonne plutôt soul ? Faada Freddy : Oui effectivement j'étais la voix «soul» du groupe. Ce qui s'est passé c'est que j'ai fait sortir mes influences soul et pop héritées de mon père. Il était enseignant et quand il allait à l'école il laissait les CD et les vinyles d'Otis Redding, Aretha Franklin, Billie Holiday et c'est avec ces disques que j'ai appris à chanter. Donc, pour moi, au départ, la musique était assimilée à la soul. J'ai eu des influences sénégalaises et africaines, cubaines, etc. C'est entouré de ces sonorités diverses que j'ai grandi avant de me mettre au rap avec mon groupe. D'ailleurs vous aviez déjà enregistré un des titres présents sur votre album solo — Reality — il y a dix ans. C'était donc déjà une incursion inconsciente dans le monde de la soul ? Effectivement, c'est un style qui m'habite depuis très longtemps, je le faisais de manière spontanée. D'ailleurs cette chanson je ne l'ai pas vraiment écrite, elle est

Continuer à lire

L'appel à candidatures Paroles de Zinc 2017 est lancé

Festival | Du 2 au 10 juin 2017 se déroulera la 26e édition du festival Paroles & Musiques à Saint-Étienne. Comme chaque année, un appel à candidatures est lancé par (...)

Nicolas Bros | Lundi 10 octobre 2016

L'appel à candidatures Paroles de Zinc 2017 est lancé

Du 2 au 10 juin 2017 se déroulera la 26e édition du festival Paroles & Musiques à Saint-Étienne. Comme chaque année, un appel à candidatures est lancé par l'équipe d'organisation afin de présenter de nouvelles formations au public, soit pour un concert en "In" dans la salle du PAX soit pour le festival "Off" au coeur de commerces stéphanois. Cette année, cet appel est élargi au niveau national et propose à tous les groupes de musiques actuelles (de tous styles confondus) professionnels ou en voie de professionnalisation, à envoyer leur candidature avant le 4 décembre 2016. Pour plus d'infos, rendez-vous sur cette page.

Continuer à lire

"Côte concorde" vu par Feu! Chatterton

MUSIQUES | Arthur Teboul, chanteur et parolier du groupe, nous parle d'un des morceaux dont il est le plus fier, présent sur l'album "Ici le Jour (a tout enseveli)".

Stéphane Duchêne | Mardi 3 mai 2016

« C'est une des chansons dont je suis le plus fier. Parce que c'est très dur de se nourrir de l'actualité et d'y introduire de la durée, de l'universel. Cet événement [le naufrage du Costa Concordia survenu en Méditerranée en 2012 – NDLR], si j'en parle comme d'un fait d'actualité, je n'en éclaire qu'une part : une tragédie, la vie, la mort, bon. Et si j'en fais le symbole d'un libéralisme qui échoue sur le caillou de la tradition, de la discrétion et du silence, c'est tout aussi biaisé. Ce sont souvent des choses idiotes qui nous accrochent. Si ce n'était pas arrivé un vendredi 13, je ne l'aurais jamais écrite. Là c'est tout de suite un mythe, tout de suite symbolique. Et le même jour, on perd le triple A. J'en ai rien à fiche du triple A, mais ce sont trois lettres qui résonnent avec le 13. C'est presque rien, mais ça produit une image. C'est pour ça aussi qu'il y a Strauss-Kahn. C'est un empereur romain : grandeur et décadence. Son destin change en une seconde, le type va devenir président et en quelques minutes tout s'écroule, c'est quand même incroyable. Comme le capitaine du navire qui a simplement voulu crâner devant la côte. Ce n'est pas très

Continuer à lire

Feu! Chatterton : « Une certaine idée de la beauté »

MUSIQUES | Fascinante hydre pop à cinq têtes, Feu! Chatterton est la créature la plus singulière du rock et de la chanson depuis des lustres. Entre transe(s) musicale(s) et textes ébouriffants, elle a su imposer un style aussi unique que volatile. Entretien avec son chanteur et parolier Arthur Teboul, avant le concert au Fil dans le cadre du festival Paroles et Musiques. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 3 mai 2016

Feu! Chatterton : « Une certaine idée de la beauté »

Dans le groupe, vous avez tous des profils, des goûts musicaux très différents. Pourtant, vous produisez quelque chose d'à la fois singulier et cohérent. À quel moment vous êtes-vous dit : le style musical, les textes, l'image, tout concorde ? Arthur Teboul : Ce n'est jamais vraiment arrivé. C'est encore une quête. Assembler des pièces pour former un tout, c'est ce qui est assez excitant. L'ambition est venue tardivement. Si on essaie de se mesurer immédiatement à quelque chose de très élevé, on est pétrifié. Il y a toujours un moment où, comme tout jeune groupe, on se dit « je veux être cool » mais c'est une fois qu'on parvient à se débarrasser de cette idée qu'on fait quelque chose d'original. Le fait de s'amuser, de tâtonner ensemble, de s'écouter, d'apprendre de l'autre, le respect mutuel... si tu fais cet effort, à la fin, il y a un beau cadeau : c'est ce moment que tu vas vivre sur scène, charrié par une intention, un travail, une relation, parfois même ce qu'on n'aime pas chez l'autre, parce que c'est important. Votre style et

Continuer à lire

Grand Blanc : « Opérer un grand écart »

MUSIQUES | Parmi les multiples artistes de la "relève" de la scène musicale française programmés au festival Paroles & Musiques cette année, Grand Blanc vient avec son très attendu premier album Mémoires Vives. Sur cet opus, leur cold wave post-industrielle se colore d'esthétique plus pop. Cœur d'acier avec les doigts et entretien avec Benoît David, chanteur charismatique. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 3 mai 2016

Grand Blanc : « Opérer un grand écart »

Après vos EP, très orientés indus / cold wave, l'album Mémoires vives semble marquer une ouverture esthétique, comme si vous passiez, à l'image des pochettes de vos disques, du noir et blanc à la couleur. Avez-vous profité du long format et de l'expérience accumulée pour vous affranchir de votre image et de votre marque sonore initiale ? Benoît David : La seule consigne que l'on s'est donné en faisant cet album, c'est de ne pas se brider. On est quatre à composer, on a bossé de manière très foisonnante, sans trop se poser de questions. Chacun a mis ce qu'il voulait et ça donne un disque d'autant plus ouvert. Sur un LP, on avait une place plus large pour s'exprimer. Sur les EP, on a beaucoup cherché une proposition musicale qui nous satisfassent tous les quatre, c'était peine perdue. Notre groupe était foutu de telle manière qu'il ne fallait pas chercher à harmoniser les choses. Il nous a semblé intéressant de ne pas travailler cet album à partir d'un corpus fermé. Le jeu est de savoir jusqu'où

Continuer à lire

Virage 70’s pour les Dizzy Sticks

MUSIQUES | Ils ont entre 16 et 23 ans, pourtant parmi leurs influences principales se trouvent les Who, Beatles, Rolling Stones ou encore Supertramp. (...)

Marlène Thomas | Mardi 5 avril 2016

Virage 70’s pour les Dizzy Sticks

Ils ont entre 16 et 23 ans, pourtant parmi leurs influences principales se trouvent les Who, Beatles, Rolling Stones ou encore Supertramp. Ostensiblement tournés vers le mythique rock anglais des années 60 et 70, les quatre Stéphanois du groupe Dizzy Sticks sortent, le 23 avril, l’EP Dizzy Sticks II. Fondé en 2011, le groupe, qui était auparavant composé de cinq membres, a sorti son premier album éponyme en janvier 2014. Distribué nationalement, il a rencontré le succès escompté puisque tous les exemplaires produits ont presque tous été écoulés. Loÿs, l’un des fondateurs du groupe, chanteur et claviériste, a composé les six titres de ce second opus. « Ma principale inspiration a été la vie quotidienne et les rapports avec les autres » confie-t-il. Avec un seul guitariste, contre deux auparavant, les arrangements de cet EP ont évolué et intègrent de nouvelles sonorités " plus modernes ". Davantage inspirée par les années 70 que par les années 60, cette deuxième production n’en reste pas moins résolument rock’n’roll. Marlène Thomas Dizzy Sticks, samedi 23 avril à 20h30 et dimanche 24 avril à 17h, au Pax

Continuer à lire

Simon Javelle, "Music Instinct"

MUSIQUES | Si vous croisez Simon Javelle, il y a de fortes chances pour qu’il n’ait que peu de temps à vous accorder. Actif et passionné, le programmateur du célèbre (...)

Nicolas Bros | Mardi 1 mars 2016

Simon Javelle,

Si vous croisez Simon Javelle, il y a de fortes chances pour qu’il n’ait que peu de temps à vous accorder. Actif et passionné, le programmateur du célèbre festival stéphanois de chanson (mais pas que...) Paroles & Musiques est loin de se contenter de cette seule fonction. Avide de découvertes et jamais avare de nouvelles rencontres, il fait partie des figures incontournables du secteur culturel stéphanois et régional. Il se partage entre le milieu économique “classique” avec son entreprise de promotion et programmation C’Kel Prod et son implication dans le milieu associatif au travers de sa fonction de directeur du festival Paroles & Musiques. Une implication double Une double fonction à l’ancrage local fort, pas toujours comprise par certains, mais qui lui a permis de s’épanouir, tant d’un point de vue professionnel que personnel. «Je suis très content d’avoir connu les deux secteurs, le privé et l’associatif», assure-t-il. «À l’époque où je n’étais que dans le milieu associatif, j’avais une image du secteur culturel privé peu reluisante. Quand certains produisaient des artistes que je n’aimais pas, je pensais que c’étai

Continuer à lire

Le Pax sort de l'ombre

ACTUS | Il se dégage une chaleur du côté intimiste de la salle de spectacles Le Pax, située rue Élisée Reclus à Saint-Étienne et sûrement encore trop peu connue. Une fois (...)

Nicolas Bros | Mardi 1 mars 2016

Le Pax sort de l'ombre

Il se dégage une chaleur du côté intimiste de la salle de spectacles Le Pax, située rue Élisée Reclus à Saint-Étienne et sûrement encore trop peu connue. Une fois la porte poussée et les escaliers descendus, vous voici arrivé dans une salle sans prétention mais avec une belle âme. Surtout qu'elle vient de se refaire une beauté pour sa nouvelle saison, tout en voyant également une nouvelle structure arriver à sa tête. En effet, c'est désormais Deltamax, excroissance de Carotte Production (association qui louait la salle auparavant et qui se concentrera dorénavant exclusivement à la partie production d'artistes et label) qui s'occupera de ce lieu de diffusion culturelle du centre-ville. Parallèlement plusieurs réaménagements ont été entrepris afin de donner une nouvelle image au lieu. Des aménagements dédiés à l'émergence Les transformations mises en place par le lieu en ce début d'année se situent sur deux plans. Tout d'abord cela est passé par l'installation d'un studio d'enregistrement, supervisée par l'ingénieur du son Bruno Preynat, mais également par la mise en place d'un espace accueil repensé. D'autre part en proposant une programmat

Continuer à lire

Nach, c'est elle !

MUSIQUES | La petite dernière de la famille Chedid apporte un joli vent de fraîcheur dans la chanson française. Avec un premier album éponyme sorti l'année dernière, Nach s'est fait son propre nom tout en restant attachée à ses racines musicales familiales. Une fille qui sait ce qu'elle est. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mardi 2 février 2016

Nach, c'est elle !

Chez les Chedid, la musique et les arts sont une manière de vivre et de respirer. Entre le père Louis, les frères Mathieu (-M-) et Joseph (Selim), la sœur Émilie (réalisatrice) ou la grand mère Andrée (poétesse), les Chedid représentent une véritable dynastie d'artistes. La petite dernière, Anna (plus connue sous le nom de Nach) a, elle aussi, décidé de pousser la chansonnette. Dès ses huit ans, faisant partie des chœurs sur les albums de son frère Matthieu (notamment Qui de nous deux en 2003), Nach avait un chemin finalement tout tracé. Une voie qu'elle aura tout de même pris le temps d'apprivoiser en douceur, tentant sa chance au Cours Florent ou envisageant même un temps de suivre des études de psycho. Mais la poésie et la musique la rattrapent rapidement : elle emboîtera le pas musical de sa famille. Dès ses dix-huit ans, elle se consacre entièrement à la musique et entame un parcours qui la mènera jusqu'à la sortie d'un premier album en avril 2015, simplement intitulé Nach. Un album qu'elle a voulu collé à son image. Descendance singulière Souhaitant sincèrement évolué dans un univers lui correspondant, Anna Chedid a

Continuer à lire

Peuple de l’Herbe : «Notre ouverture d’esprit fait partie de notre identité»

MUSIQUES | Fondé en 1997, le collectif Le Peuple de l’Herbe a sorti en 2014 son septième album "Next Level". Plus rock, cet album a marqué le retour sur scène du Peuple qui passera au Palais des Spectacles, en clôture du festival Paroles et Musiques, aux côtés d'autres "anciens" que sont les Anglais d'Asian Dub Foundation. Rencontre avec Psychostick, le batteur du groupe. Propos recueillis par Marlène Thomas.

Marlène Thomas | Jeudi 11 juin 2015

Peuple de l’Herbe : «Notre ouverture d’esprit fait partie de notre identité»

En plus de quinze ans d’existence, votre groupe a connu de nombreux changements. Avec Next Level, vous avez pris un virage plus "rock". Ne craignez vous pas de décevoir votre public ? Psychostick : Non, car dans nos albums précédents nous avons toujours mis un point d’honneur à ne pas nous enfermer dans un style précis. La guitare avait déjà été intégrée à plusieurs titres de nos précédents albums. Et puis, Next Level n’est pas non plus un album de rock’n’roll ! Je comprends que certaines personnes puissent être déçues ou du moins déstabilisées, mais notre ouverture d’esprit fait également partie de notre identité. La guitare remplace désormais la trompette comme élément mélodique principal, comment s’est passée la transition ? Avant que Varou, le guitariste, n'arrive, nous avions déjà composé quelques chansons. Nous avons donc dû adapter nos titres à ce nouvel instrument, en intégrant les nouvelles idées de Varou. Je dirais que c’est presque plus facile de cette manière. La trompette est un instrument peu courant dans la musique électro. C’est un instrument certes mélodique mais presqu

Continuer à lire

Les balbutiements inspirés de Tachka

MUSIQUES | Telle une caresse auditive, la musique de Tachka berce l'auditeur dans un doux rêve éveillé. Avec sa voix appuyée de son timbre rappelant Feist, la jeune (...)

Nicolas Bros | Mercredi 10 juin 2015

Les balbutiements inspirés de Tachka

Telle une caresse auditive, la musique de Tachka berce l'auditeur dans un doux rêve éveillé. Avec sa voix appuyée de son timbre rappelant Feist, la jeune Lyonnaise propose une musique folk onirique nimbée de lueurs tendant parfois vers le jazz. Sortant ce mois-ci son premier album Balbutiar, un an après le très prometteur EP de 4 titres Silent Opera, Tachka confirme les espoirs qui reposaient sur ses épaules. Avec ses titres explorant divers univers, Balbutiar est un condensé riche d'une folk tantôt douce tantôt plus piquante, à l'image de ce que souhaitait dégager l'artiste de cette production. «J'ai voulu que ce disque soit narratif, descriptif et imagé, explique la jeune femme d'origine danoise. Que le texte et la musique se reflètent comme dans un miroir. Chacun peut interpréter à sa guise ce travail.» Le résultat donne treize titres qui collent au tympan et à la peau. Intégrant les quatre morceaux composés pour Silent Opera, Tachka peaufine le tableau de sa pop folk onirique, toute en suspension. Une belle épreuve qui accompagnera le retour des beaux jours. NB Tachka

Continuer à lire

Piers Faccini & Vincent Segal, les compagnons de la chanson

MUSIQUES | En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time Lost". A l'occasion de leur concert en l'église Notre Dame pour Paroles & Musiques, le violoncelliste de Bumcello se confie sur ce projet qui le lie au barde anglo-italien. Propos recueillis par Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Lundi 8 juin 2015

Piers Faccini & Vincent Segal, les compagnons de la chanson

Vous connaissez Piers Faccini depuis 25 ans et n'avez jamais cessé de vous produire avec lui. Vous avez même réalisé son premier album Leave No Trace. Pourtant, Songs of Time Lost est votre premier vrai disque ensemble. Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Vincent Segal : Pour moi Leave no Trace a été tout aussi important. Je me suis tellement investi, en termes de composition, au niveau des idées, que même si ce n'était pas mon album, il a été très important dans ma vie de musicien. Songs of Time Lost est né d'une proposition de Laurent Bizot du label No Format. Ca faisait des années qu'il nous entendait jouer ensemble. Il venait nous voir régulièrement aux Bouffes du Nord et nous demandait sans cesse pourquoi on n'enregistrait pas un album en mode violoncelle-guitare-voix. Ca ne nous était même pas venu à l'idée tellement jouer ensemble nous était naturel, que ce soit sur une scène ou à la maison. Comment vous êtes-vous retrouvés sur le choix de ce répertoire entre ancienne

Continuer à lire

Avide d'Asaf

MUSIQUES | À mi-chemin entre introspection et profusion de sentiments exacerbés, Asaf Avidan a réussi le pari de porter aux nues des textes bourrés de poésie sur des (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 juin 2015

Avide d'Asaf

À mi-chemin entre introspection et profusion de sentiments exacerbés, Asaf Avidan a réussi le pari de porter aux nues des textes bourrés de poésie sur des compositions blues très élégantes. Classieux, Gold Shadow - sorti en janvier dernier - porte très bien son nom. Entre les ombres et les dorures, les productions d'Asaf Avidan s'agencent à merveille sur ce disque d'une belle unité mettant en valeur cette voix si miraculeuse. Comme déchirés par la douleur, cherchant à recouvrer un semblant de vitalité, les titres de l'Israélien sont tels sa voix, toujours sur le fil, en équilibre face au vide mais se tenant loin de toute tristesse larmoyante ou plombante. Son inspiration, Asaf Avidan n'a finalement pas à aller bien loin pour la trouver. Sa vie n'a pas vraiment été de tout repos. Entre un service militaire compliqué, un cancer du sang contracté à 21 ans dont il est sorti miraculeusement indemne, des déconvenues amoureuses, ... Asaf Avidan peut puiser en lui-même afin d'alimenter en intensité et en sensibilité ses productions. Né de la douleur, Gold Shadow met en valeur cette dualité caractéristique de ce vrai "chanteur à voix" érigée entre gravité et légèreté, s

Continuer à lire

Faada Freddy : «La soul m'habite depuis toujours»

MUSIQUES | Faada Freddy, dandy sénégalais issu du hip hop, a livré un premier album solo "Gospel Journey", condensé de soul bouillonnante et touchante. Rencontre avant son passage au Palais des Spectacles le 11 juin en première partie d'Asaf Avidan. Propos recueillis par Marlène Thomas et Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Mardi 26 mai 2015

Faada Freddy : «La soul m'habite depuis toujours»

Votre premier album est très pop soul, alors que vous avez fait partie du groupe de rap Daara J Family. Pourquoi avoir fait le choix de se détacher du rap ? Est-ce parce que votre voix sonne plutôt soul ? Faada Freddy : Oui effectivement j'étais la voix «soul» du groupe. Ce qui s'est passé c'est que j'ai fait sortir mes influences soul et pop héritées de mon père. Il était enseignant et quand il allait à l'école il laissait les CD et les vinyles d'Otis Redding, Aretha Franklin, Billie Holiday et c'est avec ces disques que j'ai appris à chanter. Donc, pour moi, au départ, la musique était assimilée à la soul. J'ai eu des influences sénégalaises et africaines, cubaines, etc. C'est entouré de ces sonorités diverses que j'ai grandi avant de me mettre au rap avec mon groupe. D'ailleurs vous aviez déjà enregistré un des titres présents sur votre album solo — Reality — il y a dix ans. C'était donc déjà une incursion inconsciente dans le monde de la soul ? Effectivement, c'est un style qui m'habite depuis très longtemps, je le faisais de manière spontanée. D'ailleurs cette chanson je ne l'ai pas vraiment écrite, elle est

Continuer à lire

Dominique A : « Un éloge du surplace »

MUSIQUES | Abordant le quart de siècle d'une carrière où le succès d'estime a fini par laisser place au succès tout court, Dominique A met à jour coup sur coup un dixième album d'un grand classicisme et un nouveau livre intime fait de petits riens. Où transpire une fois de plus le rapport très particulier à ces voyages immobiles intimes qui font avancer malgré tout et malgré soi. Rencontre avant son concert au Fil pour Paroles & Musiques. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 2 juin 2015

Dominique A : « Un éloge du surplace »

Formation en trio rock, arrangements de violons, format des chansons : tous ces élements font d'Éléor un album empreint de classicisme pop. Qu'est-ce qui a présidé à cette direction et constitue-t-elle votre limite en la matière ? Dominique A : Jusqu'à présent, il y avait toujours de petits éléments perturbateurs qui faisaient que les disques ne rentraient pas dans un moule classique de chanson pop : un morceau plus long que les autres, ou deux-trois autres plus tordus. Là, l'idée était d'écarter toute tentation de cet ordre pour aller vers un son clair qui crée de l'espace, donne une impression panoramique. C'est quelque chose qui m'est venu naturellement dans le prolongement d'En Surface, écrite pour Étienne Daho. De la chanson elle-même mais surtout la manière dont elle a été reçue m'a aiguillé en ce sens. Mais je crois effectivement que je ne peux pas être plus évident dans l'écriture, dans le format des chansons, sans me renier. Cela vous a-t-il permis de vous concentrer uniquement sur l'exercice de la chanson ? Oui, d

Continuer à lire

Les balbutiements inspirés de Tachka

MUSIQUES | Telle une caresse auditive, la musique de Tachka berce l'auditeur dans un doux rêve éveillé. Avec sa voix appuyée de son timbre rappelant Feist, la jeune (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 mars 2015

Les balbutiements inspirés de Tachka

Telle une caresse auditive, la musique de Tachka berce l'auditeur dans un doux rêve éveillé. Avec sa voix appuyée de son timbre rappelant Feist, la jeune Lyonnaise propose une musique folk onirique nimbée de lueurs tendant parfois vers le jazz. Sortant ce mois-ci son premier album Balbutiar, un an après le très prometteur EP de 4 titres Silent Opera, Tachka confirme les espoirs qui reposaient sur ses épaules. Avec ses titres explorant divers univers, Balbutiar est un condensé riche d'une folk tantôt douce tantôt plus piquante, à l'image de ce que souhaitait dégager l'artiste de cette production. «J'ai voulu que ce disque soit narratif, descriptif et imagé, explique la jeune femme d'origine danoise. Que le texte et la musique se reflètent comme dans un miroir. Chacun peut interpréter à sa guise ce travail.» Le résultat donne treize titres qui collent au tympan et à la peau. Intégrant les quatre morceaux composés pour Silent Opera, Tachka peaufine le tableau de sa pop folk onirique, toute en suspension. Une belle épreuve qui accompagnera le retour des beaux jours. NB Tachka

Continuer à lire

Redbong ne connaît pas la crise

MUSIQUES | Pour savoir revenir plus fort, il faut parfois prendre un peu de recul. Redbong, groupe stéphanois d'électro hip hop en activité depuis 1998, en est un (...)

Nicolas Bros | Mercredi 30 avril 2014

Redbong ne connaît pas la crise

Pour savoir revenir plus fort, il faut parfois prendre un peu de recul. Redbong, groupe stéphanois d'électro hip hop en activité depuis 1998, en est un exemple type. Une petite pause de deux ans permettant à chacun de gérer des projets solos et revoilà Dan, Crayon, Lodubang et Passtoug avec un quatrième opus intitulé La crise sur le gâteau. Un tempo plus hip hop, un flow moins rapide qu'auparavant, des featurings avec trois djs (The Architect, Dj O'Legg et Tremolo Boy) venant poser scratchs ou aider aux arrangements : le style musical de Redbong a évolué. Mais l'énergie que dégage le groupe sur scène est belle et bien toujours la même. La preuve en sera faite à l'occasion de Paroles & Musiques où le groupe proposera de découvrir ses nouveaux morceaux en live avant de partir en tournée à partir de septembre prochain. NB Redbong + S-Crew + Set & Match, samedi 7 juin à 20h30, Le Fil, dans le cadre de Paroles & Musiques

Continuer à lire

L’improbable et magnifique alchimie du rastaccordéon

MUSIQUES | Il y a comme ça des mariages mixtes inattendus dont la musicalité éclate sans prévenir, vous attrape par les oreilles et vous envoûte d’une façon si suave (...)

Niko Rodamel | Mercredi 30 avril 2014

L’improbable et magnifique alchimie du rastaccordéon

Il y a comme ça des mariages mixtes inattendus dont la musicalité éclate sans prévenir, vous attrape par les oreilles et vous envoûte d’une façon si suave qu’il vous est impossible d’écouter quoi que ce soit d’autre pendant plusieurs jours… Etonnante fusion de deux styles éloignés de quelque huit milles kilomètres, le chanteur jamaïcain Winston McAnuff et l’accordéoniste parigot Fixi défendront leur album A new day sur la scène du Palais des Spectacles. Six ans après une première collaboration sur le projet Paris Rockin pour laquelle McAnuff avait sollicité les musiciens du groupe Java mais aussi -M- et Cyril Atef (Bumcello), les deux compères se sont donc retrouvés en binôme pour accoucher à l’automne dernier d’une douzaine de nouveaux titres aussi frais que jubilatoires. Le résultat de cette étonnante collaboration façon mariage de la carpe et du lapin (ici celui des dread-locks et de la casquette) est une musique délicieusement chaleureuse, plutôt unique et finalement assez poétique. Un pied dans les Caraïbes, l’autre en Europe, comme une impression de fraîcheur entre les neurones ! NR Winston Mc Anuff et Fixi, samedi 7 juin à 19h, P

Continuer à lire

Les premiers noms de Paroles et Musiques 2014

MUSIQUES | Le 23e Festival Paroles et Musiques aura lieu du 3 au 7 juin 2014 sur le site du Parc François Mitterrand à Saint-Etienne et trois soirées sont déjà annoncées, (...)

Marc Chassaubene | Mercredi 27 novembre 2013

Les premiers noms de Paroles et Musiques 2014

Le 23e Festival Paroles et Musiques aura lieu du 3 au 7 juin 2014 sur le site du Parc François Mitterrand à Saint-Etienne et trois soirées sont déjà annoncées, en attendant la programmation complète qui sera dévoilée au mois de Mars : STROMAË : Mercredi 4 juin au Zénith de Saint-EtienneJULIETTE / YVES JAMAIT : Jeudi 5 juin au Palais des SpectaclesBABYLON CIRCUS / TÊTES RAIDES : Samedi 7 juin au Palais des Spectacles

Continuer à lire

MyKungFu : "Voir les gens lâcher prise grâce à la musique"

MUSIQUES | MyKungFu, comme son nom ne l'indique pas forcément, est un chanteur pop-rock suisse. Avec son album "Repeat Spacer", concentré de mélodies douces et amères, il étrenne les scènes européennes. Rencontre avec Domi Schreiber aka MyKungFu. Propos recueillis par Nicolas Bros

Nicolas Bros | Jeudi 21 novembre 2013

MyKungFu :

Pourriez-vous nous expliquer votre parcours musical ? J'ai commencé assez tard à jouer de la guitare, à 17 ans. J'étais un grand fan de David Gilmour des Pink Floyd, Slash de Guns'n'Roses et de Jimmy Page de Led Zeppelin. J'ai beaucoup travaillé sur ma technique. J'ai ensuite étudié la musique à Zürich en Suisse. Il y a une douzaine d'années, alors que je jouais dans le groupe de rock suisse HNO, j'ai commencé à écrire mes propres chansons. Mais n'ayant personne pour les chanter comme je voulais, j'ai décidé de le faire moi-même... C'est comme cela que MyKungFu est né. J'ai depuis sorti trois albums en Suisse : Romantic Archelogy en 2010, Analog en 2011 et Repeat Spacer en 2012. Ce dernier album est le premier à être sorti en France. Il est toujours un peu difficile de décrire sa propre musique mais je pourrais dire que c'est un mix entre "post-pop" et "epic indie". (rires)  D'où vient votre nom ? "This is MyKungFu" est une citation tirée d'un très mauvais film de science-fiction américain The Core. Un

Continuer à lire

Le rap toujours plus réaliste de Kery James

MUSIQUES | Kéry James sort ce mois-ci son septième album en solo intitulé Dernier MC. Loin des clichés que peut parfois transporter le hip hop, ce monument du rap français revient avec ses textes acérés et plus que jamais réalistes. Il sera sur la scène du Palais des Spectacles le 1er juin pour Paroles & Musiques. NB

Nicolas Bros | Jeudi 25 avril 2013

Le rap toujours plus réaliste de Kery James

Avec près de vingt ans de carrière et plus de quinze albums en solo ou en groupe (notamment le célèbre Ideal J ou la Mafia K'1 Fry), Kery James est un véritable colosse du rap français. Toujours situé un peu en dehors de la mêlée avec ses textes pointus, poussant à la réflexion et à l'introspection, le rappeur né en Guadeloupe sort un nouvel opus ce mois-ci. Intitulé Dernier MC, ce disque correspond au deuxième album de Kery James depuis son retour sur la scène rap hexagonale après 92.2012, galette sortie il y a environ un an. Rappeur engagé et honnête dans ses textes, Kery James a l'habitude de tout donner à son public. Il se plaît à expliquer que le seul endroit où il se livre, c’est dans ses disques et que certaines personnes découvrent sûrement plus de choses de lui dans ces derniers qu’en le côtoyant. Avec Dernier MC, Kery James ne déroge pas à la règle et se fait toujours combattant d'un rap qu'il appelle réaliste par opposition au rap dans lequel les artistes s'inventent des vies et des richesses qu'ils n'ont pas. On se situe donc très loin du bling-bling, mais plutôt dans le trav

Continuer à lire

Lescop : «Dans ma musique, il y a des déclarations d'amour et des paires de claques»

MUSIQUES | Révélation française de 2012, Lescop est à mi-chemin entre pop-rock française à la Daniel Darc et scène cold-wave anglaise à la Joy Division et consorts. Un cocktail détonant qui fait mouche et qui devrait enchanter le festival Paroles et Musiques. Propos recueillis par Nicolas Bros

Nicolas Bros | Jeudi 25 avril 2013

Lescop : «Dans ma musique, il y a des déclarations d'amour et des paires de claques»

Quel était le but ce projet solo Lescop ?Je voulais explorer des sensations et décrire certains sentiments que j'avais et qui n'étaient pas représentatifs d'ASYL (ex-groupe de Lescop). Quand tu es chanteur d'un groupe, tu es là pour exprimer les sentiments du groupe. Pourriez-vous définir en quelques mots votre musique ?Beauté et violence. Lescop, qui est le nom de votre grand-mère, a-t-il une signification en Breton ?Cela veut dire évêque. C'est assez éloigné de moi (rires). Cela rejoint la « variété bipolaire » entre douceur et dureté, que vous utilisez pour expliquer votre musique.Lescop : Oui. Dans ma musique il y a des déclarations d'amour et des paires de claques. C'est comme lorsque l'on tombe amoureux : c'est violent et beau à la fois. C'est ce genre de sentiments que j'essaie d'exprimer. Pourriez-vous citer quelques influences ?Les personnages marquants comme les hér

Continuer à lire

Retour sur Terre pour Paroles et Musiques 2012

MUSIQUES | Après avoir soufflé ses 20 bougies en grandes pompes l'année dernière, le festival Paroles et Musiques revient à une forme plus réduite en concentrant les spectacles autour du nouveau parc François Mitterrand. Mais le choix d'investir prioritairement des salles d'envergure plus petite que le Zénith n'empêche pas le festival de continuer à conjuguer jeunes talents et valeurs sûres. Tour d'horizon de notre sélection parmi une programmation ambitieuse et tournée vers son public. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mardi 24 avril 2012

Retour sur Terre pour Paroles et Musiques 2012

Avec près de 30.000 festivaliers en 2011, Paroles et Musiques a fêté ses 20 ans d'existence avec une édition centralisée sur l'esplanade du Zénith de Saint-Étienne. En 2012, on remet le couvert, mais cette fois-ci autour du parc François Mitterrand (anciennement la Plaine Achille) avec essentiellement des concerts au Palais des Spectacles, au Fil et au Magic Mirrors ainsi que sur une nouvelle scène extérieure entièrement gratuite. Avec une programmation orientée autant vers les découvertes encore peu médiatisées que vers les têtes d'affiches, le festival Paroles et Musiques reprend une taille plus conforme aux anciennes éditions, tout en attendant tout de même pas moins de 25.000 personnes. Des têtes d'affiches incontournables : Charlie Winston, Cœur de Pirate, Zebda... Comme lors de chaque édition, le festival Paroles et Musiques est l'occasion pour les Stéphanoises et Stéphanois d'aller à la rencontre de grands noms de la scène française et internationale. Cette année ne déroge pas à la règle puisqu'on peut considérer que quatre concerts regroupent des poids lourds. La première star à se présenter au public sera Cœur de Pirat

Continuer à lire

«Revenir à une organisation plus humaine»

MUSIQUES | Le programmateur du Paroles & Musiques, Simon Javelle, revient avec nous sur l'organisation de la 21e édition du festival cette année. Une édition qui revient à une taille plus habituelle. Propos recueillis par Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mardi 24 avril 2012

«Revenir à une organisation plus humaine»

Quelle orientation avez-vous souhaité donner à la programmation de Paroles et Musiques cette année ?Après les 20 ans du Festival l'année dernière qui nous ont permis de faire une grosse édition, nous sommes revenus cette année à une organisation plus “humaine“. Nous avons tout de même accentué cette année le côté découverte et “pas entendu à la radio“. Il y a toujours des têtes d'affiches dont on a besoin pour attirer un public large mais nous avons programmé des artistes encore assez confidentiels jusqu'à aujourd'hui. Par exemple, la création de la scène gratuite de la Ville de Saint-Étienne permettra à dix artistes de se montrer au public stéphanois. Au Magic Mirrors, ce ne sont pas forcément des découvertes qui se produiront mais des artistes peu médiatisés. La mission d'un festival comme le nôtre est d'être derrière eux et de les soutenir. Vous avez un budget de l'ordre de 750.000€ et près de 60% d'auto-financement, comment a évolué ce montant au cours des années ?Nous étions à 40% d'auto-financement il y a encore cinq ou six ans de ça. Les subventions baissent et nous le comprenons. Nous savons que le montant des subvent

Continuer à lire