Rhino Jazz(s) : nos 3 coups de coeur

Corne |

Niko Rodamel | Mardi 5 octobre 2021

Photo : Louis Mezzasoma © Nanou Graphics Michel Portal Quintet © Stella K


Ses mains sur ses anches

Rien de moins que le Théâtre Massenet pour accueillir le clarinettiste et saxophoniste Michel Portal dans l'écrin qu'il mérite. Infatigable défricheur de sonorités, à 85 printemps le musicien ne cesse de défier le temps et les étiquettes, du classique au contemporain en passant par la grande chanson française et bien sûr le jazz, dont il demeure l'un des monstres sacrés depuis un demi-siècle. Avec Bojan Z au piano, Bruno Chevillon à la contrebasse, Lander Gyselinck à la batterie et Nils Wogram au trombone, les astres sont alignés. Michel Portal Quintet, samedi 9 octobre à 20h au Théâtre Massenet de l'Opéra de Saint-Étienne

Bleu nuit

Immuable et immanquable rendez-vous du Rhino pour les amateurs du genre, la nuit du blues promet d'être longue et belle avec au programme trois formations complémentaires. Le guitariste-chanteur Louis Mezzasoma ouvrira les festivités avec son dirty-old-blues authentique et sensible, précédant l'harmoniciste britannique Giles Robson dans un style Chicago blues très personnel. Phénomène venu d'Hawaï à découvrir, le guitariste Ron Artis II prolongera la soirée entre blues, funk et soul. Louis Mezzasoma + Giles Robson + Ron Artis II and the Truth, samedi 16 octobre à 20h à la salle Aristide Briand à Saint-Chamond

So groovy

Né sur les bancs d'un lycée d'Angoulême, le groupe Lehmanns Brothers n'en finit de surprendre depuis son passage sur la scène du Montreux Jazz Festival en 2017. Depuis, les six musiciens ont appris le métier au fil d'une tournée à travers toute l'Europe, jusqu'en Russie. Leur second EP, Youngling, est attendu très prochainement avec la promesse renouvelée d'un afrobeat incandescent teinté de soul. Lehmanns Brothers, vendredi 22 Octobre à 20h30 à la salle La Gare à Saint-Martin-La-Plaine

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Home made blues

Blues | Au pays du blues, le régional de l'étape Louis Mezzasoma n'a rien à envier aux maîtres du genre. Véritable one man band (le genre à chanter en faisant glisser son (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 septembre 2019

Home made blues

Au pays du blues, le régional de l'étape Louis Mezzasoma n'a rien à envier aux maîtres du genre. Véritable one man band (le genre à chanter en faisant glisser son bottleneck sur sa dobro ou sa cigar box guitar, avec un pied sur le tambourin et l'autre à la grosse caisse !), l'artisan-musicien développe un blues roots traditionnel bien senti. Avec une voix à la Jack Daniels, le conteur distille des compos subtilement introspectives qui relatent les rencontres faites au fil de ses voyages. Louis Mezzasoma, vendredi 13 septembre à 20h30, salle Jules Verne à Saint-Genest-Malifaux (dans le cadre du festival Jazz au Sommet) et vendredi 18 octobre à 20h, le NEC à Saint-Priest-en-Jarez

Continuer à lire

La beigne et la caresse

Blues | Nom de dieu, Popa Chubby est de passage à Sainté ! À bientôt soixante balais, le chanteur et guitariste américain fait encore grave le show. Ça va barder !

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

La beigne et la caresse

Quelque part entre Chupa Chups et Papa Schultz, Popa Chubby est un artiste inclassable, rond comme une sucette espagnole et décalé du bocal comme une série humoristique sur un camp nazi de prisonniers de guerre. S’appeler Theodore Joseph Horowitz n’était au départ pas forcément facilitateur pour faire du gros blues-rock qui tache, c’est vrai. Theo a donc préféré s’auto-affubler d’une expression argotique un peu lourdasse, "pop a chubby", signifiant avoir une érection. Le musicos n’est donc pas une demi-molle dans le monde de la musique, bien au contraire on est là sur du high level, du qui-décoiffe-sa-mère ! Certes, son embonpoint ne lui permet plus de jouer debout, mais qu’à cela ne tienne, le New-Yorkais livre chaque concert comme des coqs leur combat, sans jamais rien lâcher. Il lui arrive même encore de passer derrière la batterie en live ! Shiftant du blues au rock ou du funk à la pop, Popa fait de chacun de ses albums un concept qui diffère des précédents, parmi lesquels quelques grosses références, comme le très bluesy Back Door Man, l’album-hommage à Jimi Hendrix Electric Chubbyland, sans oublier l’excellent Live at FIP

Continuer à lire

Les yeux dans le jazz

Photos jazz | Pour son quarantième anniversaire, le Rhino Jazz(s) festival investit trois gares ligériennes avec les superbes photos live d’un amoureux de la petite note bleue, le photographe Roger Berthet.

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Les yeux dans le jazz

Photographier le jazz n'est pas chose facile. Le photographe manque souvent de lumière. Il s'agit alors d'ouvrir grand le diaphragme de l'objectif et bien souvent de flirter avec les hautes sensibilités, qu'elles s'expriment en ASA argentiques ou en ISO numériques. Il faut observer la gestuelle des musiciens, trouver le bon angle, doser la profondeur de champ et déclencher au bon moment, bref, être au rendez-vous du fameux instant décisif cher à Henri Cartier-Bresson. Roger Berthet est de ces photographes discrets qui rôdent à pas de velours au pied des scènes de jazz de la région, de Vienne à Montbrison, en passant bien sûr par le Rhino Jazz(s) qu'il suit depuis ses débuts, autant dire depuis des lustres. Comme bien d'autres de ses confrères, Roger a suivi l'évolution du matériel, délaissant peu à peu la pellicule au profit du capteur, avec ses atouts et ses faiblesses, préférant au simples Jpeg les lourds fichiers RAW qu'il retravaille ensuite patiemment, à œil reposé, sur son écran. Le train sifflera trois fois En partenariat avec la SNCF et avec la bienveillance du Rhino Jazz(s), Roger Berthet présente pas moins de trente-deux clichés en grand format,

Continuer à lire

Un doigt de jazz sous les pommiers

MUSIQUES | Christian-Pierre et Adrien La Marca (frangins respectivement violoncelliste et altiste), assurent la direction artistique de la quatrième édition des (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 juillet 2016

Un doigt de jazz sous les pommiers

Christian-Pierre et Adrien La Marca (frangins respectivement violoncelliste et altiste), assurent la direction artistique de la quatrième édition des Musicales de Pommiers. L’église romane et le prieuré du douzième siècle sont un écrin de choix pour apprécier les étoiles montantes du classique mais le festival fait aussi la part belle au jazz avec cet été deux invités de marque. Le 6 août dans le cloître du prieuré, Yaron Herman donnera conférence-conversation autour de L'Art du Jazz, jouant et commentant avec l’humour qu’on lui connaît des extraits couvrant les différentes facettes du genre. Pianiste israélien installé à Paris, le musicien qui s’était fait remarquer par ses reprises de Radiohead ou de Britney Spears a enregistré sept albums faisant de lui un vrai phénomène de la scène jazz internationale. Le même soir, le clarinettiste Michel Portal dirigera son quintette pour clarinettes et cordes avant de retrouver Herman pour une carte blanche en duo. Musicales de Pommiers, du 5 au 14 août, à Pommiers-en-Forez

Continuer à lire