Week-end : se presser vers la Bresse

ESCAPADES | À à peine plus de deux heures de Saint-Etienne, la Bresse reste assez méconnue à moins d’y être né. Pourtant avec son territoire vallonné, son poulet nec plus ultra AOC et ses fromages, cette région régale et n’est pas encore débordée par le tourisme de masse. Go !

Nadja Pobel | Mardi 4 janvier 2022

Photo : ©NP


Attention à ne pas confondre avec la Bresse des Hautes-Vosges ; celle dont il est question ici se trouve essentiellement sur le département de l'Ain (qui regroupe aussi le Pays de Gex riche de sa frontière avec la Suisse, la Dombes et le Bugey) et mord sur la Saône-et-Loire et le Jura. Zone naturelle et non administrative, elle occupe le quart nord-ouest de l'Ain, englobant le massif du Revermont qui culmine à 768m au Signal de Nivigne, paradis des parapentistes. Rien n'est plat sur cette terre agricole couverte de maïs et bien casse-patte pour les cyclistes — loin cependant des 1500m du Grand Colombier (Bugey). Alors que faire en Bresse ? Des balades et des resto à gogo puisque c'est ici que grandissent les seules volailles de France à qui est décernée l'appellation d'origine contrôlée, qu'elles soient dindes, chapons, poulets ou poulardes avec leurs fameuses pattes bleues. Un minimum de 10m² par animal où il puise un tiers de sa nourriture est exigé. Leur chair ferme est parfaite.

Une ville : Bourg-en Bresse

Préfecture paisible, Bourg-en-Bresse conserve quelques rues aux habitations à colombages du bas Moyen Âge et surtout le Monastère royal de Brou. Cette vaste cathédrale gothique et ses trois cloîtres en enfilade (unique en France) sont tout simplement à tomber à la renverse. Elle renferme les tombeaux en marbre blanc de Carrare de Philibert Le Beau, duc de Savoie, que sa veuve, à 24 ans (!), la Habsbourg Marguerite d'Autriche, fit construire pour lui entre 1506 et 1532. Elle y sera aussi enterrée, deux ans avant la fin des travaux ainsi que la mère de son époux défunt.

Cette splendeur en tuiles vernissées et dentelles de pierres accueille chaque année des expositions d'art contemporain remarquables. En ce moment elle est consacrée à la contribution des artistes femmes des années 1880-1940 : Valadon et ses contemporaines est à voir jusqu'au 5 septembre. Les nuits d'été, les murs se parent des couleurs de Gilbert Coudène, bien connu à Lyon pour participer à la Fête des Lumières et avoir réalisé de très nombreux murs peints de la ville avec CitéCréation.

Les Monuments Nationaux ne s'y sont pas trompés puisque Brou fait partie de ce cénacle, c'est même le seul édifice à y appartenir en Rhône-Alpes avec le château de Voltaire à Ferney, moins spectaculaire et… aussi dans l'Ain ! Voilà (entre autres) de bonnes raisons aussi pour qu'existe enfin un Guide du Routard du département oublié jusque-là par la bande de Philippe Gloaguen. Anomalie réparée ce mercredi 9 juin : 15 000 exemplaires arrivent sur les étals des libraires.

Une balade : Sentier des chapelles

6, 5 km, 2h30 de marche, fléchage n°6

Balade facile et très contrastée avec une surprise nichée à mi-parcours. Il faut se garer vers l'église et ensuite grimper au-dessus d'une chèvrerie (dont les propriétaires sont ceux qui tiennent une fameuse fromagerie, voir plus bas). La balade est alors assez boisée et c'est dans ces massifs denses de feuillus que se cache l'oratoire de Notre-Dame de la Roche. Ce n'est pas un bâtiment mais deux lucarnes vitrées accrochées à la roche creusée, presque caverneuse, inaugurées en 1854 et dédiées à Marie. Ensuite redescendre un peu abruptement (il est conseillé de faire le chemin dans ce sens et non à l'inverse). Sorti des bois, ce sentier permet d'arriver à la très modeste chapelle de Dingier, érigée à proximité d'un calvaire en 1882, puis c'est la bien plus ancienne chapelle de Saint-Rémi-du-Mont, lieu de pèlerinage jusqu'à la Révolution. Retour au point de départ en passant devant un lavoir.

Comment y aller ?

Bien sûr la voiture est la plus pratique dans ces contrées ou opter pour le TER + vélo.

Pour rejoindre Salavre, aller à Bourg-en-Bresse ou Saint-Amour en TER et attraper la ligne mobigo 303 (ligne Lons-le Saunier / Bourg-en-Bresse), trajet de 30 min depuis Bourg, 12 min depuis Saint-Amour. Tarif unitaire du bus : 1, 50€. Attention ! Passages très peu fréquents mais journaliers.

Où se loger ?

Il fait chaud enfin, plein feu sur le camping de la Grande du Pin (Cuisiat / 06 46 20 45 55) à 9 km de Salavre. Il n'y a plus qu'à planter votre tente (18€ la nuit pour deux) ou louer un bugalow au bord du plan d'eau (560€ la semaine pour 4 à 6 personnes en haute saison). 3 étoiles et une tranquillité assurée !

Où manger ?

Voyages des sens (Cuisiat / 04 74 51 39 94). Resto tenu dans une vieille demeure en pierres par une Bressane et un baroudeur, Julie et Nicolas Morelle. Il a travaillé sous la direction de grands chefs (Jean-Pierre Caules, Georges Paineau et Michel Guérard), elle a participé à la finale du concours du meilleur apprenti de France en pâtisserie et voilà qu'ils travaillent des produits locaux pour des sommes qui font pâlir les Lyonnais : menu à 21€ pour commencer (jusqu'à 59€) très changeant en fonction du marché et des saisons qui comprend des prémices et mignardises, entrée/plat/fromage ou dessert entre les deux. Pendant le confinement, ils mijotaient à emporter filet de truite, sabayon à l'oseille du jardin et légumes bio ou un suprême de pintade, beurre d'orange risotto d'épeautre et légumes bio du marché voisin.

Si votre temps et/ou votre bourse sont très serrés, cap sur l'Auberge du Mont-Myon (Pressiat / 04 74 51 56 90). Voilà de quoi se sustenter sur place ou à emporter. Ce petit resto au pied du Mont-Myon change souvent de carte et propose par exemple une cuisse de poulet fermière de l'Ain farcie avec sauce au vin jaune et risotto forestier à 12€ ou, au même prix, un filet de canette au cidre, pommes de terre, patates douces et choux rouge farci. S'abonner à leur page Facebook pour tout savoir.

Que ramener ?

Du fromage ! Aller à la Crémerie colignoise, la fromagerie de Coligny (04 74 30 19 29) pour trouver du comté fruité qui fond dans la bouche et fabriqué juste à côté, à Ballanod, pour 16€/kg ou encore du morbier à 13, 40€/kg. Le bleu, Domaine de Bresse se dévore et c'est aussi l'endroit où faire un stock de fromages à raclette nature, ail des ours ou fenugrec (une très étrange épice…). Et également de beurre et de crème !

Infos pratiques

Monastère royal de Brou, boulevard de Brou, Bourg-en-Bresse
T. 04 74 22 83 83
Tarifs : 7, 5€ / 9, 5€, gratuit pour les moins de 25 ans

Office de tourisme du département
34 rue du Général Delestraint, Bourg-en-Bresse
T. 04 74 32 31 30
www.ain-tourisme.com

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Clermont-Ferrand, en long, en large... et en courts

Puy-de-Dôme | Peut-être sera-t-elle capitale européenne de la Culture en 2028. Clermont-Ferrand, n’est pas que la ville-Michelin (même si l’entreprise est omniprésente) et lance sérieusement sa campagne en ce début d’année, au moment où le festival du court, le plus grand au monde, retrouve son public du 28 janvier au 4 février. Cap sur l’attachante capitale auvergnate.

Nadja Pobel | Mardi 18 janvier 2022

Clermont-Ferrand, en long, en large... et en courts

Il faut bien reconnaitre que la consécration de capitale européenne de la Culture lui irait comme un gant. En 2023, on saura qui des villes candidates sera à l'honneur en 2028. Ici, la Scène Nationale est flambant neuve, le FRAC s'apprête à déménager pour s'agrandir, la Coopérative de Mai est l'une des SMAC les plus remuantes de l'Hexagone et le festival du court-métrage s'apprête à montrer 154 films. D'un lieu à l'autre, balade dans la cité anthracite où les affiches colorées de Castelbajac et du maire socialiste Olivier Bianchi souhaitent, aux passants, une bonne année. Clermont, plein centre Le marché de Noël vient juste de remballer ses cabanes et la place de la Victoire peut laisser apparaitre la majesté de Notre-Dame-de-l'Assomption. Construite comme tant d'habitations de la ville en andésite, elle surprend par son austérité aussitôt contrastée par la vivacité des vitraux intérieurs. Cette pierre de Volvic

Continuer à lire

Lyon cet hiver, les choses à voir absolument

Ailleurs | Lyon est reconnue pour être un haut lieu de la culture. Que vous soyez un local ou de passage, profitez de ce mois de décembre pour faire de nouvelles découvertes sur place.

La rédaction | Lundi 20 décembre 2021

Lyon cet hiver, les choses à voir absolument

Mini World Lyon, l’Omescape Live Escape Game, le Centre nautique Tony Bertrand… la ville regorge de lieux à visiter. Pour cet hiver 2021-2022, voici ceux où vous devez absolument vous rendre pour passer du bon temps. Les sorties cinéma à Lyon Vous êtes amateur de cinéma et vous vous demandez quoi faire cet hiver ? La ville de Lyon vous propose des projections pour tous les âges. Jusqu’à la fin du mois de décembre, le Cinéma Comoedia accueille les jeunes enfants. Diverses projections et animations leur feront découvrir l’envers du décor de certains films. Les passionnés auront également l’opportunité de découvrir 2 incroyables rétrospectives. L’Institut Lumière vous propose de regarder l’intégrale des œuvres de Stanley Kubrick en versions restaurées. C’est aussi l’occasion d’admirer le best of de Marcello Mastroianni, le célèbre acteur italien. Ces projections sont accessibles pour tout ce mois de décembre et jusqu’au 19 janvier 2022. Prenez vos dispositions, et surtout, renseignez-vous sur la disponibilité d’un

Continuer à lire

La musique, c'est Brou !

MUSIQUES | A l'écart des flux mélo-migratoires, notre GPS a repéré une oasis, aptement sise dans l'Ain, «number one» des départements français. Et les Estivales de Brou (...)

Alain Koenig | Mardi 30 juin 2015

La musique, c'est Brou !

A l'écart des flux mélo-migratoires, notre GPS a repéré une oasis, aptement sise dans l'Ain, «number one» des départements français. Et les Estivales de Brou n'hésitent pas à planter leur Colonne Maurice à Bourg-en-Bresse ! Après l'intervention décalée du New Lyrique Boys Band, sifflant le coup d'envoi du festival, Laurent Touche mettra sa battue au service de la sagesse du grand Mozart, pour un opéra dont c'est la quintessence: La Flûte Enchantée. Emplie de juvénile maturité, oxymore pertinent tant pour le livret que les voix invitées, la distribution tiendra ses promesses: la Reine de la Nuit de la valeur montante Julie Mathevet, la très belle Pamina de Catherine Bernardini, le très mâle Sarastro de Florian Westphal, l'héroïque Tamino de Richard Bousquet, ou l'éternel teen-ager Papageno de Frédérik Prévault. Un récital de l'excellente soprano Ingrid Perruche, accompagnée par Laurent Touche qui, pour l'occasion, retrouvera ses claviers, prolongera la villégiature lyrique. Enfin, l'épique 8ème Symphonie de Mahler convoquera les moissons de cette 25ème édition, dans un grand éla

Continuer à lire

Week-end royal

ECRANS | De Roger Michell (Ang, 1h35) avec Bill Murray, Laura Linney…

Christophe Chabert | Mardi 26 février 2013

Week-end royal

La grande Histoire par son versant anecdotique : Week-end royal, après Le Discours d’un Roi — avec lequel il partage un personnage, celui de George VI — témoigne de ce nouvel académisme qui consiste à raconter les événements par le plus petit bout de la lorgnette possible. Ici, c’est une des maîtresses de Franklin D. Roosevelt qui retrace les dernières années du Président (un Bill Murray perdu au milieu du décor), et notamment un fameux week-end avec le nouveau Roi d’Angleterre et son épouse. Un bel exemple de ce culte du détail : le climax du film consiste à savoir si oui ou non le Roi croquera dans un hot dog. De cela dépend l’avancée des relations américano-britanniques dans la guerre contre Hitler. Michell aimerait ainsi montrer la politique comme un vaudeville ou un mélodrame, mais son dispositif (voix-off et reconstitution méticuleuse) pèse trop lourd pour aboutir à une telle légèreté. L’élégance même du film est contre-productive tant la mise en scène participe de l’ennui poli mais ferme qui saisit le spectateur. Christophe Chabert

Continuer à lire