Astier : Back to Bach

SCENES | Entretien avec Alexandre Astier, à l’occasion de son nouveau spectacle, "Que ma joie demeure !", présenté à l’Opéra Théâtre de Saint-Étienne le 31 décembre. Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 28 novembre 2012

Photo : © Svend Andersen


Cela fait plus de dix ans que nous avons entamé un long et fructueux dialogue journalistique puis artistique avec Alexandre Astier. Précisément à la création du Jour du Froment en 2002 au Théâtre de la Croix-Rousse de Lyon, suivi par l'odyssée triomphale de sa série Kaamelott et enfin le long parcours du combattant de son premier long-métrage, David et Madame Hansen. Aujourd'hui, il revient sur les planches avec Que ma joie demeure !, un solo où il s'est distribué le rôle de Jean-Sébastien Bach, donnant une leçon au cours d'une journée portes ouvertes tout en réparant un orgue et en pleurant la mort d'un de ses enfants. Un spectacle magistral, virtuose, sincère, drôle et émouvant, celui d'un auteur et d'un comédien à la liberté retrouvée.

Que ma joie demeure marque ton retour au théâtre, dix ans après Le Jour du froment. Est-ce que ta vision a changé du fait d'être passé par la télévision et le cinéma ?
Alexandre Astier : Oui, car quand j'ai fait Que ma joie demeure !, j'avais conscience d'avoir d'autres terrains de jeu et de pouvoir bénéficier de leur spécificité : un saut dans une époque ou dans une ethnie, des choses plus chères, avec du monde… Quand tu as sur le feu des projets propres aux autres médias, tu es beaucoup plus tranquille pour que ta pièce ne serve qu'à dire des choses qui ne sont faites que pour une scène. Pour Le Jour du froment, le fait d'avoir un huis clos réaliste dans un commissariat avec un couloir, une porte, ça faisait spectacle parisien. Maintenant que j'ai la chance d'aller ailleurs, un spectacle qui n'a pas le strict minimum et qui ne met pas en scène l'acteur dans son plus simple élément me semble plus louche. J'y vois ce dont j'avais envie avant : des envies de films, de séries ou même de BD… À une époque, j'ai tout mis dans Kaamelott parce que je n'avais le droit de faire que ça, même des choses extrêmement "théâtrales". Que ma joie demeure ! est le premier spectacle tranquillisé de ça : je sais que je pourrai revenir au cinéma ou à la télé plus tard. Je pense que mon spectacle est fait pour le théâtre, il ne pourrait pas être ailleurs et il ne prétend pas être autre chose.

Est-ce une manière d'aller vers quelque chose de simple après l'expérience très lourde du cinéma ? Est-ce une forme de récréation ?
C'est un mode qui me permet de jouer une heure et demie sans m'arrêter, ce qui n'arrive jamais au cinéma et à la télévision. Je suis très sensible à l'archivage de ce que je fabrique, j'aime qu'il y ait des coffrets DVD par exemple ; le théâtre du coup n'est pas dans ma nature car il faut refaire. Quand je suis sur scène, je suis très heureux, mais je ne suis pas fait pour ça. Je ne sais pas si c'est récréatif, mais il y a un truc salvateur au théâtre : quand les gens sont là, qu'on lance la bande-son et que c'est à toi, personne ne t'arrêtera. Tu vas pouvoir dérouler ton énergie d'acteur sur la totalité du spectacle. Je pense que c'est sur scène qu'un acteur progresse, alors qu'à la télévision ou au cinéma, on utilise ce qu'on sait déjà faire. J'ai vraiment l'impression que la peur de la scène fait que tu en ressors grandi en tant que comédien. Je ne me vois pas oublier ça.

Parmi tes envies, y avait-il celle de jouer aux deux sens du terme, musicalement et dramatiquement, avec toute la virtuosité que cela nécessite ?
Très clairement. Je ne sais pas si c'est honteux, mais j'ai un caractère un peu showman. Est-ce que ça date du conservatoire, où il y a un bain compétitif ? Mais c'était une motivation. J'ai appris à jouer de la viole de gambe pour le spectacle, et même si je n'en joue pas particulièrement bien à l'arrivée, c'est le trajet qui m'a plu : aller chercher une professeur et lui dire que dans trois mois je devais pouvoir en jouer tous les soirs. Généralement, quand on voit des acteurs qui sont un peu musiciens, on sent que leur numéro musical est enfermé, qu'ils arrêtent de jouer la comédie pour canaliser leur concentration sur la musique. J'essaie au contraire de faire cette performance qui consiste à ne pas s'arrêter de jouer, à en déconner, à ne pas regarder ce qu'on joue, à manger un sandwich en même temps, à rester tout le temps le personnage. Est-ce que ces numéros sont une frime, et est-ce que cette firme fait partie du métier ? Je sais en tout cas que j'aimerais voir ça chez d'autres. Je suis impressionné de voir Will Ferrell qui chante bien, même quand il fait le con et qu'il imite Robert Goulet dans le Saturday Night Live. Et que dire de De Funès qui dirige réellement l'orchestre de Strasbourg dans La Grande vadrouille sans bouger de son personnage pour autant, en donnant autant d'importance à la partition qu'à la mèche de sa perruque. Je veux faire partie humblement de cette famille-là.

La structure du spectacle est plus musicale que scénaristique. Il y a quatre plans : la leçon, les monologues, la réparation de l'orgue et la messe. Mais tout cela n'est pas chronologique…
Avec Jean-Christophe Hembert [metteur en scène du spectacle, NdlR], la première chose que je lui ai dite, c'était que je voulais que ce soit zappé, avec le moins de noirs possible. C'était important, cette absence de transitions. Je savais les choses les plus fragiles du spectacle. Un jour, je suis allé voir Jean-Christophe, et je lui ai dit que je ne savais pas comment on allait faire, mais que j'avais l'intuition que le spectacle devait se terminer avec Bach qui jouait du piano sur un de ses gamins. Quand tu balances juste ça et que tu ne sais pas où tu vas, il faut toute l'amitié et le professionnalisme de Jean-Christophe pour ne pas mettre en doute ces choses fragiles-là, car il sait bien que la valeur est là-dedans. Le fait que Bach vienne perturber de manière iconoclaste une messe, je l'ai toujours su, car il fallait une vraie colère qui s'exprime contre Dieu. Je savais évidemment qu'il y aurait une leçon et que ce serait le corps du spectacle. Mais pour la structure, je ne me suis pas fait chier et j'ai fait confiance au mode théâtral. C'est au théâtre que j'ai vu les structures les plus décousues, les metteurs en scène les plus libres de nous présenter les choses au moment où ils le voulaient…

Est-ce que c'était lié au fait d'avoir écrit le texte assez tard, même très tard…
Il était fini quatre heures avant la première ! C'est un cauchemar… Je me mets moi-même dans des situations extrêmement perturbantes pour mes collaborateurs qui n'ont d'autres recours que l'alcool pour supporter une telle chose (rires). Je réponds à mes angoisses personnelles : j'ai l'impression qu'un texte écrit meurt, qu'il arrête d'être inventé. Je ne peux pas répéter, tout bêtement ! Ce n'est pas de l'impro, car le soir de la première, même si j'ai fini quatre heures avant, j'étais au mot près. Mais la prière à Dieu, je ne l'ai pas écrite. Je disais à mon scénographe : «Je me mettrai là, je dirai une prière et je vous ferai un signe quand ce sera fini». Évidemment, il ne l'a pas vu le soir de la première ! Je ne veux pas faire risquer à mes moments, à mes répliques, l'accueil de deux personnes. C'est peut-être la véritable raison du fait de ne jamais avoir écrit en avance pour Kaamelott. Je ne voulais pas que des types le lisent chez eux. Et j'ai été assez malheureux de ça sur David et Madame Hansen. J'ai eu une chance, c'est qu'Adjani est comme moi, et le jeu entre nous résidait dans ce qui n'était pas sur le papier. Tous les matins au maquillage, on s'apprêtait à jouer effectivement ce qui était prévu, même au mot près, mais il y avait l'esprit de garder un secret sur ce qui allait se passer. Il y avait peu de prises, et si la première était bonne, pas besoin d'en refaire une autre, même si elle n'était pas parfaite. Elle avait un esprit qu'on ne retrouverait pas ensuite. J'organise ma précarité : je me fous dans la merde. Pas par plaisir masochiste, parce que je crois que c'est comme ça qu'on fournit un spectacle vivant.

Dans Que ma joie demeure !, on retrouve le grand thème qui traverse tout ce que tu as écrit jusqu'ici, à savoir celui de la transmission, mais qui prend d'autres formes, comme la peur de ne pas transmettre une technique à ses propres enfants…
C'est très compliqué, car je ne transmets pas ce que je fais à mes enfants. Bach le faisait, mais je pense qu'il les faisait chier. Moi, je ne me force pas : j'encourage, j'engueule… Ma mère m'a forcé à être au conservatoire ; ce n'était pas de la transmission, c'était de la sévérité afin que je remplisse ma tête de quelque chose d'artistique. Moi, je n'arrive pas à le faire. Je commence avec mon fils à faire du rythme, mais avec la priorité que ça reste ludique. Plus je vieillis, plus je suis sûr que l'on peut faire appel à d'autres atouts pour inculquer des idées aux gens, notamment l'amour du spectacle et surtout l'humour. Dans David et Madame Hansen, pour la première fois, je ne joue pas le personnage qui transmet, mais le naïf, celui qui reçoit. C'est peut-être cela qui a déstabilisé une partie du public. Je ne suis pas le mentor du film, et je ne l'avais jamais fait nulle part avant. Même dans mes premières pièces, j'étais celui qui voit clair et qui est entouré de gens qui voient mal, ou en retard, donc celui qui a l'ironie et le cynisme.

À propos de David et Madame Hansen… Quelles leçons tires-tu de cette expérience, positives et négatives ? Sachant que ça n'a pas été simple…
Ah non ! Eh ben, premièrement, ça n'a pas été simple alors que ça aurait dû. C'était financé dans une grande maison, ce n'était pas un truc d'époque, il n'y avait pas cinquante mille acteurs : ça aurait dû rouler. Il y a eu plein d'accidents, sans arrêt : le texte, l'acteur… Et ce n'était pas des accidents de surface, mais des accidents profonds. La leçon, elle est simple : il faut garder sa place à la toute petite flamme fragile qui donne envie de faire les choses et ne pas se laisser bouffer par son environnement. Je veux bien faire du cinéma, mais je ne veux pas subir le monde du cinéma. Qu'est-ce que c'est que le métier ? Ne pas se faire bouffer par le milieu…

Pour parler de la suite… Ça doit te gonfler à la longue que l'on te parle de Kaamelott au cinéma, mais c'était annoncé à la fin de la série…
Ça ne me gonfle absolument pas. Je te passe les problèmes contractuels, mais si je me lance dans la trilogie, plus Kaamelott Résistance, qui couvre toute l'époque entre l'absence d'Arthur et le pouvoir de Lancelot et qui sera une série de nouvelles et idéalement un unitaire M6 de 90 minutes, j'en ai pour douze ans minimum. Donc je veux que ce soit clean. Pour l'instant, c'est en impasse juridique sur les droits, sur l'autonomie que je conserve sur l'œuvre. Mais j'ai obtenu la majorité des choses que je voulais : le fait que Jean-Christophe Hembert soit producteur exécutif, quelque chose de capital pour moi, le fait que les décisions sur la licence se passent chez moi… Il y a aussi la série Vinzia, en développement chez Canal +, et deux trois petites choses. Et j'aimerais bien lancer quelque chose de très autonome, une chaîne Youtube, un truc fait maison, avec des choses régulières. Ça m'intéresse beaucoup, cette autonomie complète, de 0 à 100, de l'écriture à la post-production. Tu postes de chez toi et tu attends !

Que ma joie demeure !
À l'Opéra Théâtre de Saint-Etienne le lundi 31 décembre
DVD chez Universal vidéo

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

“Kaamelott – Premier Volet“ de et avec Alexandre Astier : Le Retour du Roi

ECRANS | À la fois prologue et poursuite de la série télévisée, film d’épée et de fantasy, épopée dramatique teintée de notes burlesques et d’éclats symphoniques, Kaamelott – Premier Volet marque le retour attendu de l’inclassable saga arthurienne comme celui du réalisateur Alexandre Astier. Une concrétisation artistique ouvrant sur une prometteuse trilogie.

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

“Kaamelott – Premier Volet“ de et avec Alexandre Astier : Le Retour du Roi

Deux tailles, deux ambiances… La porosité est faible entre le petit et le grand écran. S’il arrive qu’un succès au cinéma trouve des prolongations en feuilletonnant à la télévision en version longue des sagas (Le Parrain, Jean de Florette/Manon des Sources) ou en donnant naissance à une déclinaison/spin off (M*A*S*H, Fame, L’Arme Fatale, Star Wars : Clone Wars, The Mandalorian…), plus rares sont les séries TV à atteindre les salles. Et encore : sous forme de reboot semi-nostagique, comme en témoignent Chapeau melon et bottes de cuir (1998), The Wild Wild West (1999), Starsky et Hutch (2004) ou The Man from U.N.C.L.E. (2015). Rares exceptions à ce jour, Espace détente (long métrage autour de Caméra café, 2005), Sex and the City (2008) ou Downtown Abbey (2019) ont poursuivi dans la foulée de leur diffusi

Continuer à lire

Alexandre Astier : « J’avais envie de dire aux gens : “vous croyiez connaître Arthur“… »

Kaamelott - Premier Volet | Attention spoilers !!!! Alors que sort le mercredi 21 juillet le film plus attendu de l’année, Alexandre Astier revient sur la genèse et le tournage de Kaamelott - Premier Volet. Écriture, personnages, musique, image, distribution… L’auteur-réalisateur-compositeur-interprète aborde tous les postes et ouvre des perspectives. Quitte à se répéter : attention, spoilers !!! Viendrez pas nous dire qu’on vous aura pas prévenus !

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

Alexandre Astier : « J’avais envie de dire aux gens : “vous croyiez connaître Arthur“… »

Dix ans se sont écoulés entre la fin du Livre VI de la série télévisée et Kaamelott - Premier Volet. La même durée dans la fiction pour les personnages (donc l’équipe) que pour le public… Néanmoins, vous avez vécu à la fois avec et sans Arthur durant tout ce temps puisqu’il a été celui de la préparation du film… Alexandre Astier : Il y a déjà un avantage à cet arrêt : la série se termine sur un mec lui-même à l’arrêt, plus du tout concerné par ce qui se passe dans une Bretagne sur laquelle il n’a plus aucun impact, et qui erre à Rome comme un clochard. Le royaume de Logres, aux prises avec ses anciens camarades, est devenu un état dictatorial mené par un taré, dans un bain de collaboration et de résistance. Du point de vue d’Arthur, comme ça ne le concerne plus, ça aurait pu durer vingt ou trente ans. Dire « je pars ; non, je déconne, en fait je reviens », ça ne peut pas marcher ! Il faut justement que celui qui ne voudrait pas revenir soit obligé de revenir sur une seule patte. L’autre avantage concerne l’écriture. À p

Continuer à lire

Transmission réussie : "Astérix - Le Secret de la Potion Magique"

Animation | Un film de Louis Clichy & Alexandre Astier (Fr, 1h25) avec les voix de Christian Clavier, Guillaume Briat, Alex Lutz…

Vincent Raymond | Mercredi 5 décembre 2018

Transmission réussie :

L’accident idiot : une branche qui rompt fait choir le druide Panoramix. Lequel y voit un signe des Dieux : penser à sa postérité et transmettre le secret de sa potion magique. Il part alors en quête d’un jeune successeur. Las ! Un confrère jaloux, le fourbe Sulfurix, a des vues sur la recette… Tombé dans la potion magique des mages Uderzo et Goscinny dès son plus jeune âge, Alexandre Astier en a gardé quelques séquelles — d’aucuns diraient même que les effets en sont permanents sur lui. Aussi n’avait-il eu guère de peine à enfiler les braies de ses aînés pour signer l’adaptation du Domaine des Dieux, où déjà affleuraient quelques velléités d’émancipation : tout en respectant le principe d’une histoire “astérixienne“, la langue et les attitudes évoluaient vers “l’astierisquien”. Entièrement original dans l’écriture, ce nouvel épisode inscrit la transgression dans son cahier des charges. Oh, il s’a

Continuer à lire

Alexandre Astier : « Nos fantasmes d’enfant sont le réel matériau dans lequel on pioche »

Astérix - Le Secret de la Potion Magique | Alexandre Astier revient sur la recette de ce nouvel opus animé de la série Astérix, dont il partage la réalisation avec Louis Clichy. Où il sera question de Uderzo, de "L’Île aux enfants", de "Goldorak", de Marvel, de manga et d’une note de "Kaamelott"…Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Alexandre Astier : « Nos fantasmes d’enfant sont le réel matériau dans lequel on pioche »

Avec cette histoire originale, vous vous êtes retrouvé en situation d’apprenti devant obtenir la bénédiction du vénérable druide Uderzo. Au-delà de la mise en abyme, comment s’est déroulée cette transmission ? AA : La première fois que je lui ai présenté le pitch, il m’a dit qu’il ne pouvait pas rester un sujet fondamental qui n’aurait pas été traité en album — et ça se voyait que c’était sincère. J’avais peur du vieillissement parce que Astérix est un monde fixe : sans futur ni passé, ni vieillesse, ni mort, ni nouveau cheveux blancs, ni enfants pour remplacer les adultes. À chaque aventure, les personnages sont jetés dans une situation, s’en sortent et tout revient à la normale. Je crois qu’il a été touché par l’histoire. Est-ce qu’il l’a rapportée à lui ? Je n’en ai pas l’impression — je ne lui ai pas demandé. Mais je crois qui a voulu voir ce que ça allait donner, cette difficulté de trouver un successeur et le risque que cela comportait. En plus, Uderzo est très amoureux et très impressionné par les images numérique. Il ne s’est jamais caché de vouloir faire Disney en France —

Continuer à lire

Astérix – Le Domaine des Dieux

ECRANS | Vivifiée par la verve et la rigueur de l’écriture d’Alexandre Astier et par un beau travail graphique de Louis Clichy, cette version animée des aventures d’Astérix et Obélix fait oublier les faux-pas des récentes adaptations live. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 novembre 2014

Astérix – Le Domaine des Dieux

C’est presque un effet de signature : discutant avec des sénateurs, Jules César se lance dans des métaphores animalières qu’aucun d’entre eux ne parvient à suivre. Les amateurs de Kaamelott apprécieront de retrouver dès la première séquence le goût d’Alexandre Astier pour les malentendus et les problèmes de communication qui ont fait sa marque. Le légionnaire à qui il prête sa voix doit d’ailleurs faire face à des frondes diverses où ses ordres sont constamment remis en question par la masse qui lui fait face, que ce soit ses propres troupes ou les esclaves et leur chef, très doué pour la rhétorique — géniale inversion des clichés. L’apport d’Astier — dont la quasi-acronymie avec le héros est troublante — à cette adaptation animée dont il est à la fois le scénariste et le co-réalisateur ne s’en tient pas là ; on sent chez lui un réel amour pour l’univers des irréductibles Gaulois, un plaisir enfantin à rester fidèle à l’esprit d’Uderzo et Goscinny. Cela suffit à faire la différence avec les deux derniers volets live qui couraient après un modèle de blockbuster hexagonal voué à la laideur et à la surenchère. Le Domaine des Dieux, modestement, cherche à r

Continuer à lire