Lutz souriant

Florence Barnola | Mardi 4 mars 2014

Photo : DR


Alex Lutz est un comédien. Un vrai qui compose. Qui taille ses personnages dans un jeu très subtil et très riche. C'est un transformiste, le Fantômas des humoristes. Avec maestria et une incroyable légèreté, il campe une galerie de personnages (inventés ou existants) très divers. Comme tout bon talentueux comédien, Lutz observe ses congénères et capte les caractères, tout en autodérision.

Pour vérifier mes allégations, je vous invite à le voir et le revoir sur petit et grand écran. Retenons sa participation dans OSS 117 ou bien la légendaire Catherine de la Revue de Presse du Petit Journal de Canal… Son spectacle tourne depuis deux ans et s'enrichit au fur et à mesure de personnages, de nouveaux sketchs. Les caricatures que donne à voir et à entendre l'humoriste sont très justes et finement dessinées. On notera le directeur de casting désagréable au possible, complètement stressé au bord du burn out, la vendeuse merveilleusement bien croquée et à pleurer de rire, le vieillard sincèrement interprété sans trémolo discount dans la voix… Et puis, mention spéciale à son Karl Lagerfeld, plus austère et cassant que nature, avec la bonne dose (à peine audible) d'accent teuton. Désopilant ! Cet artiste a le sens du rythme et surtout de sa variation, pour être comique c'est mieux.

Bref vous l'aurez compris, nous sommes fan. D'ailleurs nous attendons fiévreusement le film qu'il va réaliser ce printemps (il est aussi un brillant metteur en scène) avec ses deux complices Bruno Sanches (Liliane de la Revue de presse) et le metteur en scène de son one-man-show Tom Dingler, un ami d'enfance. Car, pour en remettre une louche dans le dithyrambe, Alex est aussi fidèle. Et il a un très beau sourire…

F.B

Alex Lutz, vendredi 7 mars à 19h, Centre de congrès de Saint-Étienne


Alex Lutz


Centre de Congrès de Saint-Etienne Cité Fauriel - 23 rue Ponchardier Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Alexandre Astier : « Nos fantasmes d’enfant sont le réel matériau dans lequel on pioche »

Astérix - Le Secret de la Potion Magique | Alexandre Astier revient sur la recette de ce nouvel opus animé de la série Astérix, dont il partage la réalisation avec Louis Clichy. Où il sera question de Uderzo, de "L’Île aux enfants", de "Goldorak", de Marvel, de manga et d’une note de "Kaamelott"…Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Alexandre Astier : « Nos fantasmes d’enfant sont le réel matériau dans lequel on pioche »

Avec cette histoire originale, vous vous êtes retrouvé en situation d’apprenti devant obtenir la bénédiction du vénérable druide Uderzo. Au-delà de la mise en abyme, comment s’est déroulée cette transmission ? AA : La première fois que je lui ai présenté le pitch, il m’a dit qu’il ne pouvait pas rester un sujet fondamental qui n’aurait pas été traité en album — et ça se voyait que c’était sincère. J’avais peur du vieillissement parce que Astérix est un monde fixe : sans futur ni passé, ni vieillesse, ni mort, ni nouveau cheveux blancs, ni enfants pour remplacer les adultes. À chaque aventure, les personnages sont jetés dans une situation, s’en sortent et tout revient à la normale. Je crois qu’il a été touché par l’histoire. Est-ce qu’il l’a rapportée à lui ? Je n’en ai pas l’impression — je ne lui ai pas demandé. Mais je crois qui a voulu voir ce que ça allait donner, cette difficulté de trouver un successeur et le risque que cela comportait. En plus, Uderzo est très amoureux et très impressionné par les images numérique. Il ne s’est jamais caché de vouloir faire Disney en France —

Continuer à lire

"Guy" : Guy Lutz

Documenteur | de et avec Alex Lutz (Fr., 1h41) avec également Tom Dingler, Pascale Arbillot…

Vincent Raymond | Vendredi 31 août 2018

Pour approcher Guy Jamet, vieille gloire de la musique depuis l’époque yéyé dont sa mère lui a révélé qu’il était son père, Gauthier a entrepris de tourner un documentaire dans l’intimité du chanteur. Mais plus il filme, plus il repousse le moment de révéler son secret à star déclinante… Pour sa deuxième réalisation, Alex Lutz s’est essayé au format toujours plaisant du documenteur, empruntant l’apparence du documentaire pour servir un propos totalement imaginaire. Filmé en caméra subjective (et à la manière de ces séries télé s’accrochant aux basques d’une célébrité pour en divulguer les jardins secrets), Guy est entrelardé de séquences “d’archives” forcément bidons retraçant un demi-siècle de sa carrière fictive. C’est sur ce point que Lutz se montre le plus efficace — sans doute sa pratique de la pastille-pastiche n’y est-elle pas étrangère — : ses contrefaçons de tubes années 1960, 1970 et 1980 avec mises en images à l’appui s’avèrent crédibles et drôles au premier degré. Nul besoin d’en rajouter quand les costumes ou les play-backs sont à la base approximatifs.

Continuer à lire

"Les Aventures de Spirou et Fantasio" : Il leur manque des cases

BD BRADÉE | de Alexandre Coffre (Fr., 1h29) avec Thomas Solivérès, Alex Lutz, Ramzy Bedia…

Vincent Raymond | Mercredi 28 février 2018

Un rat d’hôtel roux déguisé en groom et un journaliste frustré en quête de scoop partent à la recherche d’un inventeur de génie enlevé par un atrabilaire maléfique, désireux de dominer le moooonde. Et voilà comment déboulent des bulles Spirou, Fantasio, Champignac et Zorglub… Réussir l’adaptation d’une bédé au cinéma tient de l’exploit, surtout lorsqu’il s’agit de l’école franco-belge : seul Alain Chabat s’en est tiré sans trop de dégâts (et encore, au risque de défriser la doxa, avec plus de réussite dans Le Marsupilami que dans Mission Cléopâtre). Les raisons expliquant qu’Alexandre Coffre achoppe sont obvies à la vision de ce film d’aventures bon marché. Par exemple, gratifier ses personnages principaux d’un air ahuri permanent et faire jouer à Alex Lutz — qui avait quelque chose à défendre physiquement en Fantasio — un faire-valoir façon Jar Jar Binks de théâtre de boulevard, c’est peut-être bon pour un public de 6 ans (et encore), mais destructeur pour le reste de l’assistance. Spielberg et Chabat (encore lui) pensent touj

Continuer à lire

Paris-Willouby

ECRANS | De Quentin Reynaud & Arthur Delaire (Fr., 1h23) avec Isabelle Carré, Stéphane De Groodt, Alex Lutz…

Vincent Raymond | Mardi 19 janvier 2016

Paris-Willouby

Collectionner des talents sur une affiche n’a jamais été gage de réussite artistique : si grandes soient leurs qualités, ils ne parviennent jamais à masquer ni compenser les défauts d’un film, et surtout pas ceux d’un scénario cacochyme. Constat à nouveau opéré avec ce poussif décalque de Little Miss Sunshine, qui oublie cependant de s’inspirer du rythme et de la transgression du modèle. Au lieu de singer des comédies “indépendantes” étasuniennes formatées, les jeunes auteurs français devraient lorgner du côté du vétéran Rappeneau et son Belles Familles : ils gagneraient en causticité, finesse et profondeur… Vincent Raymond

Continuer à lire