Dévoiler les préjugés

Théâtre | Stigmatisé et clivant, le voile est pourtant un vêtement comme un autre. Myriam Marzouki dédramatise le port de ce bout de tissu dans une pièce délicate avec de multiples de points de vues.

Nadja Pobel | Mercredi 4 janvier 2017

Photo : © Vincent Arbelet


Dans cette France meurtrie par les attentats, encore (ad vitam æternam ?) en état d'urgence, déclarée " en guerre " par un Premier Ministre désormais candidat et peu enclin à la modération, l'islam a été confondu avec le fanatisme et la bêtise assassine. Un symbole de ces regards irréconciliables qui renvoie à notre européanocentrisme ? Le voile. Myriam Marzouki, bi-nationale franco-tunisienne, féministe et athée, comédienne et metteur en scène, interroge le poids de ce bout de tissu au travers de plusieurs personnages et saynètes avec des textes empruntés à Virginie Despentes, à Pasolini, à Saint-Paul et d'autres inventés pour cette pièce.

Documentaire, politique, ce travail est également drôle et léger. Par exemple quand il s'agit pour une jeune femme d'aller essayer un voile en magasin, comme Julia Roberts entamait un défilé de mode dans des cabines d'essayages de Pretty woman. Car, plutôt que de collecter la parole de celles qui le portent, Marzouki s'est penchée sur ceux qui les regardent, avec colère, amusement, condescendance. Mais aussi en montrant parfois que ces réactions sont bien souvent dénuées de la connaissance de la raison, qui pousse certaines femmes à se voiler.

« Malheur à celui qui est différent »

Créée au précieux festival Théâtre en mai de Dijon l'an dernier, ce travail a fatalement une valeur pédagogique voire didactique mais bien heureusement Marzouki ne s'en contente pas. Entre vidéo, son, un plateau relativement nu mais avec plusieurs espaces de jeu, elle crée une scénographie mouvante et fluide, comme une caméra embarquée sur ces femmes et ceux qui les accompagnent.

Que sont ces voiles ? Les turbans des femmes russes des années 60, les foulards dans la chevelure de Grace Kelly ou Audrey Hepburn ? D'où vient que, comme le dit le père d'une adolescente qui choisit de se couvrir la tête, cela soit aujourd'hui synonyme de « couscous, folklore et guerre d'Algérie » ?. Le contrôle capitaliste n'est-il pas plus étouffant, « constant et massif » que le contrôle patriarcal ou celui d'un Dieu ? La vraie religion, celle du commerce, est ici mise en avant et bouscule de façon bienvenue les préjugés sans toutefois éviter une culpabilisation inutile : « si je l'avais connue voilée, nos rapports auraient été différents ».

Ce qui nous regarde, de Myriam Marzouki, du 4 au 6 janvier à la Comédie de Saint-Étienne


Ce qui nous regarde

Conception et ms Myriam Marzouki, avec Louise Belmas, Rayess Bek, ...
La Comédie de Saint-Etienne Place Jean Dasté Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter