Evoluer pour accepter l'autre

Danse | Le festival DesArts//DesCinés qui a acquis ses lettres de noblesse, vient mettre toute la ville en liesse. La cuvée 2017, particulièrement riche, en phase avec l'actualité, aborde le thème des mutations et des migrations sous différents angles. Vitalité, diversité, convivialité sont quelques-unes des marques distinctives de cette 7e édition.

Monique Bonnefond | Mardi 2 mai 2017

Photo : Extrait du film


Si l'on souscrit à la théorie actuellement dominante d'une origine africaine de l'homme, à part les Africains, nous sommes tous des migrants. L'émigration, hors d'Afrique, commencée avec l'homo erectus, fait partie de la condition humaine. C'est dire qu'en explorant ce thème des mutations-migrations, le festival DesArts//DesCinés aborde, à travers les prismes croisés de la danse, du cinéma, de la photo, un sujet clé de notre société.

Mutations intérieures et migrations

Riche en projections, spectacles, photos, la 7e édition de cet événement alimente notre réflexion et constitue un prodigieux vecteur d'énergie pour s'engager dans l'action. La journée du 17 mai autour du film culte West Side Story est un exemple à la fois de mutations intérieures et de migrations. Tous les personnages sont des migrants. Les Jets sont d'origine polonaise, irlandaise, italienne. Les Sharks viennent de Porto Rico. Anita et Maria qui, amoureuse de Tony, évolue contre sa famille et sa culture, sont des exemples de mutations intérieures. Le rapprochement final entre les deux familles est aussi un exemple de mutation. Le film d'Ettore Scola, Le bal, projeté en 35 mm le 20 mai, à la soirée de clôture du festival lors d'un ciné-bal au coeur de la mairie, montre l'évolution des gens à travers le temps. Les personnages se retrouvent dans le même dancing pendant 80 ans et on assiste à leur évolution et aux mutations politiques et sociales à travers les yeux des danseurs de salon. Mutations intérieures, mutations dans le temps, mais aussi mutations des lieux avec le Puits Couriot qui, lieu chargé d'histoire, devient un lieu de spectacle qui entoure d'un halo particulier les artistes qui s'y produisent. Tel Jean-Camille Goimard qui, le 18 mai, propose L'ivresse d'une approche, une performance pluridisciplinaire alliant danse, photographie argentique et vidéo, le tout accompagné de musique live. Cet artiste atypique, adepte des sports extrêmes, filme et chorégraphie l'homme dans son environnement naturel. C'est également dans ce lieu emblématique que se déroulera le 19 mai, avec Jelena Kostic, chorégraphe serbe, une soirée "Mutations sociales : Femmes et pouvoir", re-création de La téméraire, la coincée, la fragile repensée pour la salle des pendus qui donne au spectacle une tonalité tout à fait particulière.

Un événement participatif, créatif, festif

Avec toutes ces créations, c'est toute la ville qui est investie et toute la population invitée à participer pleinement à cette grande fête conviviale, populaire et pleine d'une créativité vivifiante. Sainté bouge ! Le festival a mobilisé 14 jeunes autour d'une performance dansée coordonnée par la chorégraphe Adeline Lefièvre et faisant l'objet d'un court-métrage dansé. Pas moins de trente commerçants et artisans des Arcades et du centre-ville ont décidé eux aussi de participer en offrant leurs vitrines pour la projection de courts métrages dansés de la 3e Compétition Vidéodanse internationale sur le thème des migrations. L'équipe de Stéla s'est engagée depuis longtemps dans un travail approfondi autour des personnes souffrant de handicap de quelque nature qu'il soit. Adeline Lefièvre, décidément omniprésente, s'est plus particulièrement penchée sur la L.S.F (langue des signes française). Grâce à sa formation approfondie, la L.S.F. pourra être intégrée dans la chorégraphie du flashmob Sainté Side Story pour célébrer les 55 ans de la sortie de West Side Story en France. Une volonté claire d'ouverture qui régit l'orientation depuis ses débuts d'un festival unique en son genre, mené de mains de maître par Anna Alexandre, son instigatrice.

Festival Des Arts//Des Cinés, du 14 au 20 mai, dans divers lieux de Saint-Étienne


Création participative "Le Bal"

Avec Youtci Erdos - Cie Scalène
Arcades de l'Hôtel de ville de Saint-Étienne Centre-ville Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une société qui danse

Festival danse & ciné | Le festival DesArts//DesCinés laisse cette année sa place à DAN.CIN.FEST. Un rassemblement qui met à l'honneur un genre cinématographique à part entière et qui a le vent en poupe : le film dansé sociétal. Explications.

Nicolas Bros | Mardi 4 juin 2019

Une société qui danse

Exit DesArts//DesCinés, bienvenue à DAN.CIN.LAB. L'association Stéla, après avoir été porteuse entre 2010 et 2018 du festival DesArts//DesCinés à propos des relations entre danse et cinéma, a décidé de réorienter légèrement son action. Depuis la rentrée 2018, c'est une nouvelle plateforme qui permet à l'association de structurer son action autour de différents pôles de travail de projets mêlant danse et image. Ainsi, ce sont quatre activités qui se retrouvent engagées dans ce nouveau projet : DAN.CIN.FILMS pour la production de projets de danse pour l’écran, DAN.CIN.PASS. pour l’accompagnement d’équipes chorégraphiques professionnelles en France et à l’étranger, DAN.CIN.PROD. pour la conception et la production d’événements et DAN.CIN.FEST qui remplace le précédent festival. « L'idée était de regrouper les différentes activités de Stéla autour d'une structure porteuse, avec une concentration sur le film dansé sociétal qui est un genre cinématographique à part, explique Anna Alexandre, directrice de la structure. Il est important de distinguer la vidéodanse qui correspond à de la danse pour l'écran comme les vidéoclips, du film dansé sociétal qui utilise la danse po

Continuer à lire

Sébastien Castelain : « Nous cherchions un texte en résonance avec notre époque »

Théâtre | Pour sa première création, la jeune compagnie montbrisonaise "L’autrement dit", choisit de mettre en scène "Sous Contrôle", une pièce du jeune et talentueux auteur Frédéric Sonntag, parabole d’une société paranoïaque et liberticide. Rencontre avec Sébastien Castelain, créateur de la compagnie et co-metteur en scène.

Houda El Boudrari | Mercredi 2 mai 2018

Sébastien Castelain : « Nous cherchions un texte en résonance avec notre époque »

Pourquoi avoir choisi ce texte confidentiel d’un jeune auteur de 40 ans comme baptême de feu pour votre compagnie? Nous cherchions un texte en forte résonance avec les enjeux de notre époque, et Sous Contrôle, écrit en 2009, porte avec justesse une vision à peine déformée de notre société. Il aurait pu être écrit en 2018 tant l’univers décrit par Sonntag est un écho troublant à l’omniprésence des réseaux sociaux et la montée des paranoïas dans un système où tout le monde épie tout le monde. Il n'y a pas vraiment de temporalité ou de lieu défini pour cette pièce décrite par son auteur comme « une pièce-monde », « une pièce-paysage ». Qu’est-ce que ça veut dire ? La pièce s’articule autour de vingt-deux scènes qui sont autant de fenêtres sur un monde qui ressemble de manière inquiétante au nôtre. Les personnages sont au cœur de ce dispositif : on ne sait rien d’eux, ce qu’ils font dans la vie. Ils sont tour à tour surveillés et surveillants. On se demande s’ils s’emmerdent et s’ils n’ont que ça à faire, se surveiller ou tenter d’échapper à la surveillance. Un peu comme dans les téléréa

Continuer à lire

Le grand huit

Festival danse & ciné | Pour sa huitième édition, du 14 au 19 mai, le festival DesArts//DesCinés poursuit son travail de rencontre et de partage autour de la danse et du cinéma, avec quelques moments marquants dont un hommage au film Grease et la présence d'un duo chorégraphique unique.

Nicolas Bros | Mercredi 2 mai 2018

Le grand huit

Un festival mêlant le cinéma et la danse, ouvert à tous et intégrant les personnes porteuses de handicap. Voilà l'idée de base du festival DesArts//DesCinés lancé par l'association Stéla et sa directrice Anna Alexandre en 2011. Depuis, ce projet a pris de l'ampleur et fait partie de la liste des événements incontournables de l'année culturelle. La preuve une fois encore avec la programmation de la huitième édition, qui nous convie à l'ouverture aux autres à travers un cheminement « de l'intime au monde ». Poursuivant la thématique générale de "Mutations/Migrations", les équipes du festival propose un cocktail dansé plutôt explosif cette année, reprenant ce qui a fait le succès de ce festival inédit. Le premier point particulier de cette manifestation se situe dans sa Compétition internationale de courts-métrages dansés. Si cette forme artistique a connu une période plutôt fastedans les années 90, elle est quelque peu tombée dans l'oubli et le nombre de festivals français qui consacrent une partie ou la totalité de leur programmation à cette discipline se comptent sur les doigts de la main. Ainsi, il n'existe désormais que trois rendez-vous français présentant des courts

Continuer à lire

Au train où vont les choses

Expo photo | Si le festival DesArts//DesCinés a pour habitude (et raison d’être) de marier danse et cinéma, il propose également cette année une touchante exposition sur le site de la gare de Châteaucreux, avec des images signées Bernard Toselli et Anthony Faye.

Niko Rodamel | Mardi 2 mai 2017

Au train où vont les choses

Avec DesArts//DesCinés, Anna Alexandre et l’équipe de Stéla ont en quelques années installé dans le paysage culturel stéphanois des rendez-vous riches de contenus, ouverts à tous, intégrant artistes et spectateurs porteurs de handicap. Move in Station est au départ un projet chorégraphique mené en avril 2016 du côté de la gare de Bellevue et un peu partout dans la ville. En collaboration avec l’Institut pour jeunes sourds Plein Vent, l’association Trisomie Loire et Les Héroïnes (collectif stéphanois de production de films), le projet a mobilisé quatorze jeunes autour d’une performance dansée coordonnée par la chorégraphe Adeline Lefièvre. Les photographes stéphanois Anthony Faye et Bernard Toselli ont suivi cette aventure qui fit aussi l’objet d’un court-métrage, réalisé par Nicolas Habas (par ailleurs directeur artistique du studio lyonnais Un Poil Court). Une expo sur de bons rails La gare de Châteaucreux offre ainsi jusqu’au 20 mai un espace inattendu pour découvrir les clichés des deux photographes, sur les côtés extérieurs et intérieurs des vitres du hall principal, le long du premier quai (voie B), dans la salle d’attente et enfin dans le pas

Continuer à lire

Anna Alexandre, une vie "danse"

Portrait | Danseuse passionnée et passionnante, Anna Alexandre est incontournable. À la tête de l'association Stéla et du festival DesArts//DesCinés mêlant danse et cinéma, elle possède un parcours unique, entre voyages, ouvertures et partages. Des valeurs fortes qui l'ont guidée jusqu'à Saint-Étienne, ville à laquelle elle demeure très attachée. Rencontre avec une fille au sourire communicatif.

Nicolas Bros | Mardi 3 janvier 2017

Anna Alexandre, une vie

Dans le contexte actuel toujours plus morose, certaines rencontres sont bienveillantes et apportent du baume au coeur. Avec Anna Alexandre, directrice de l'association Stéla, c'est clairement le cas. Son sourire rayonnant fait plaisir à voir. Allant de paire avec sa bonne humeur communicative, elle inspire également le respect du fait de sa modestie. En effet, lorsque nous l'avons jointe pour la rencontrer, sa réaction fut d'abord celle de l'étonnement. Pleine d'humilité, elle ne savait pas vraiment sur quel pied danser, nous demandant si nous étions bien certains de vouloir réaliser son portrait. Oui, c'était bien sur elle que notre choix s'était porté pour débuter l'année 2017 en beauté. Qui mieux qu'une fille aussi dynamique et fermement attachée à Saint-Étienne, sa ville d'adoption. Anna Alexandre, c'est un condensé d'une passion débordante pour la danse mais aussi pour autrui. Une sincérité et une foi en ses différents projets qui se dégagent de son regard, de ses propos - parfois prolixes - mais aussi et surtout de ses actes. À l'initiative du joli festival DesArts//DesCinés, mêlant danse et cinéma, qui fêtera en avril prochain sa septième édition, elle intègre dans cet év

Continuer à lire

Marion Stalens : « Tous les artistes ont en eux une part de folie »

SCENES | Après avoir été marraine de la 5ème édition du festival DesArts//DesCinés, la réalisatrice Marion Stalens, sœur de Juliette Binoche, revient à Saint-Étienne afin de présenter deux de ses documentaires : "Les acteurs singuliers" et "L'actrice et le danseur". Ces films sont des œuvres marquantes de sa filmographie tournant principalement autour de la thématique de la relation à l'autre. Une question plus que jamais d'actualité... Propos recueillis par Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Mercredi 3 février 2016

Marion Stalens : « Tous les artistes ont en eux une part de folie »

Vous allez présenté deux films lors de votre venue à Saint-Étienne : Les acteurs singuliers et L'actrice et le danseur. Concernant le premier, vous vous êtes rapprochés d'acteurs handicapés pour réaliser ce documentaire ? J'ai suivi pendant quelques mois une troupe de comédiens en situation de handicap psychique, c'est-à-dire des autistes, des schizophrènes, des gens ayant des pathologies de type trisomie... Ce sont tous des comédiens professionnels avec un réel talent, des artistes à part entière. Ce qui était passionnant, c'était de voir à quel point ils sont bons acteurs mais également, et surtout, de pouvoir capter leurs personnalités. Même si la maladie est présente, on peut sentir une parenté avec eux, puisque nous avons tous des failles même en étant « bien portants ». Nous avons tourné pendant six mois. Je les ai suivis dans le montage d'un spectacle d'après des poèmes d'Henri Michaud. Ils rendent la poésie accessible et vivante, une poésie qui nous bouleverse. Parallèlement, l'acteur et metteur en scène Olivier Brunhes les a fait parler à partir d'écrits que les comédiens ont eux-mêmes r

Continuer à lire

La fièvre des arts mêlés

SCENES | Spectacles, projections, stages de danse avec des danseurs professionnels, rencontres avec le public, FlashMob, donnent un aperçu de la riche programmation en danse et cinéma que propose Stéla pour la troisième édition du festival DesArts//DesCinés. Entre événement populaire et ouverture internationale, entre rencontre des publics, des arts croisés et mélange des genres, ce festival promet d’être une réussite.

Marc Chassaubene | Mardi 26 mars 2013

La fièvre des arts mêlés

Quel peut être le point commun entre le hip-hop, le disco, le flamenco, la danse–théâtre, qui va permettre de rassembler tous ces genres dans un festival, sans que cela devienne une sorte d’inventaire hétéroclite à la Prévert ? Eh bien, l’unité se fait autour de l’importance de la relation entre danse et cinéma dans tous les champs chorégraphiques et cinématographiques. Comment et pourquoi la danse et le cinéma se rencontrent-ils ? Comment la danse est-elle utilisée au cinéma ? Chaque fois, les œuvres présentées abordent la même thématique ou sont le fruit d’une collaboration. Par exemple, l’idée de la programmation de «Nouvelles tendances hip–hop» est née d’un film. De jeunes réalisateurs ont voulu filmer des danseurs de rue. Créé en novembre 2010, ce festival des arts croisés dont le principe fondamental est : voir, comprendre, expérimenter, est porté par une femme déterminée qui déploie au sein de la structure Stéla  une énergie débordante, un dynamisme à toute épreuve, avec un sourire dont elle ne se départit jamais : Anna Alexandre. L’idée est de mêler les publics et les genres. Ce festival, très éclectique, comporte deux temps particulièrement forts, avec la troisi

Continuer à lire

Entrez dans la danse

CONNAITRE | Danse, Théâtre, cinéma et jumelage franco-allemand à L’Usine et au Meliès, hommage à Demy et Michel Legrand au France pour la nouvelle édition du Festival DesArts//DesCinés.

Marc Chassaubene | Lundi 2 avril 2012

Entrez dans la danse

Pour Anna Alexandre, à l'initiative du projet, le Festival DesArts//DesCinés qui se déroulera du 26 au 28 avril est une très belle aventure d’art, de créativité mais aussi l’occasion de grands soucis d’organisation matérielle et donc de stress. Pour en juger, quelques moments les plus intenses de ce festival : L’Usine en sera l’un des lieux de rendez-vous, notamment le 26 avril à 19h pour La Représentation,  trio chorégraphié et interprété par Alexandra Bansch durant près d’une heure. Nils Tavernier a filmé la création du spectacle La Représentation sous le titre Rêver c’est possible, projeté le 26 avril à 21h au Méliès avec Kontakthof – Les Seniors, pénétrant l’univers de Pina Bausch, grande pionnière de la danse-théâtre. En complément de ces projections, le spectateur pourra bénéficier de rencontres avec Nils Tavernier, Alexandra Bansch, Assiata Abdou et Anna Wehsarg du Pina Bausch Tanztheater de Wuppertal.  Rêves de paillettes Le lendemain toujours au Méliès, à 19h30, sera proposée une Soirée Broadway. Hommage sera rendu à  Bob Fosse, avec

Continuer à lire