Drame d'époque

Houda El Boudrari | Mardi 5 septembre 2017

Photo : © Tamman Azzam


Avec Une chambre en attendant, l'auteur et directeur du théâtre Le Verso Gilles Granouillet, traite un sujet d'une actualité brûlante : l'incompréhension d'un père dont le fils est parti combattre en Syrie. Parti à la frontière turco-syrienne pour tenter de le ramener, le père désemparé y fait une rencontre troublante…

Une chambre en attendant, du 20 au 26 septembre au Verso (Saint-Étienne)


Une chambre en attendant

Création de théâtre musical de G. Granouillet, par la Cie Nosferatu
Travelling Théâtre Le Verso 61 rue de la Richelandière Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

A la vie, à l’amour

Théâtre | L’amour a-t-il ses raisons que la raison ignore, et surtout, ses symptômes que la science ne peut expliquer ? La neurologue Léa Paule se (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

A la vie, à l’amour

L’amour a-t-il ses raisons que la raison ignore, et surtout, ses symptômes que la science ne peut expliquer ? La neurologue Léa Paule se souvient de son patient, Hermann, hospitalisé en psychiatrie 13 ans plus tôt. Amnésique, l’homme ne semblait se rappeler que de quelques mots en russe, et du prénom de son amoureuse de toujours, Olia, dont il était à la recherche depuis des années. Un texte qui aborde le sentiment du point de vue du corps médical, écrit par Gilles Granouillet et mis en scène par François Rancillac, à la manière d’un conte pour tous ceux qui croient à l’amour fou et éternel. Hermann, les 19 et 20 novembre à l’Espace Culturel Albert-Camus au Chambon-Feugerolles

Continuer à lire

Cadillac, si on t’aime pas tu t’en vas

Théâtre | Du carrelage au mur. Du carrelage au sol. Le type est assis là, sur une chaise pivotante, costume clair cintré sur le dos, bottes pointues aux (...)

Cerise Rochet | Vendredi 8 février 2019

Cadillac, si on t’aime pas tu t’en vas

Du carrelage au mur. Du carrelage au sol. Le type est assis là, sur une chaise pivotante, costume clair cintré sur le dos, bottes pointues aux pieds et chapeau de cow-boy sur la tête. À son médecin, il explique qu’il n’en peut plus, d’être ballonné. Sa chemise enrobe un bourrelet ventral qui, dit-il, lui porte préjudice auprès de ses clients. Car le type, Frédéric Camard, est vendeur de Cadillac… Du moins, c’est ce qu’il répète, inlassablement, quitte à carrément convoquer Johnny pour appuyer ses dires. Sauf qu’il a beau répéter inlassablement, ce qu’il dit, tout comme la maladie qui le ballonne, paraissent somme toute un peu étranges… Alors, quel est donc le fin mot de cette histoire-là ? Avec Le Transformiste, Gilles Granouillet propose une pièce menée tambour battant par deux comédiens – le malade et son patient – animés d’une verve étonnante. Des allures de polar, un début d’histoire à coucher dehors, qui, à mesure que le puzzle se reconstitue, se transforme en un récit poignant. Le Transformiste, dimanche 10 février à 16h30, lundi 11 février à 19h30 et mardi 12 février à 20h30 au théâtre du Verso à Saint-Etienne

Continuer à lire

Sans péridurale

Théâtre | Avec humour et justesse, Gilles Granouillet se penche sur les berceaux d’une maternité, scène de théâtre par excellence où l’excès d’hormones hystérise les comportements.

Houda El Boudrari | Mercredi 4 avril 2018

Sans péridurale

Il n’y a pas que les bébés qui naissent dans les maternités, il y aussi des femmes qui accouchent… de leur propre histoire, des hommes qui livrent leurs doutes et leurs angoisses à la machine à café, des âmes torturées qui rôdent dans les couloirs, et la mort…jamais bien loin pour rappeler le fil ténu qui nous suspend à la vie. Ce concentré d’humanité, le dramaturge stéphanois, Gilles Granouillet, nous le livre sans fard. La palme du politiquement incorrect étant cette quadra désabusée qui refuse de mimer la mère comblée par l’arrivée d’un quatrième enfant, qui ne veut plus répondre à cette assignation sociale du bonheur de l’enfantement. Comme un déclic qui fait tomber un masque lisse, porté de longues années, d’une vie de famille où le désir s’est effacé derrière le devoir, où l’être a été noyé dans le paraître. Un désarroi bien plus profond qu’un "baby-blues" passager, subtilement communiqué par l’actrice Nathalie-Rachel Legros, qui joue aussi, sur un registre bien moins subtil, le rôle d’une "cougar" hilarante, mettant au monde le fruit de son idylle adultérine avec un jeune jockey dépassé par les événements. La scène de l’accouchement sans péridurale où la trop vieille prim

Continuer à lire

Astérix chez les Peshmerga

Théâtre | Un père attend dans une chambre d’hôtel, en Turquie, à la frontière Syrienne. Il est venu rechercher son fils, parti faire le djihad en Syrie. Sa morne (...)

Houda El Boudrari | Lundi 27 novembre 2017

Astérix chez les Peshmerga

Un père attend dans une chambre d’hôtel, en Turquie, à la frontière Syrienne. Il est venu rechercher son fils, parti faire le djihad en Syrie. Sa morne solitude n’est ponctuée que par la visite quotidienne d’une mystérieuse femme de ménage Kurde… Point de débat géopolitique ou de choc de cultures frontal, ce sujet brûlant est abordé de manière subtile par le prisme du destin individuel d’un père qui pourrait être votre voisin de palier tellement il est archi-normal. On retrouve ici l’hypersensibilité aux codes sociaux qui traverse l’œuvre de Gilles Granouillet avec un jeu de rapports inversés : la femme de ménage kurde francophone et intello et le "touriste" occidental un peu "beauf". De cette rencontre improbable naît une histoire de séduction et de tendresse comme seules des circonstances exceptionnelles peuvent en provoquer. Une invraisemblance rendue vraisemblable par la sincérité du jeu des acteurs. François Font est parfaitement crédible dans le rôle du père de famille "français moyen" dépassé par la crise d’adolescence de son fils parti "couper des têtes en Syrie". Et Claudine Van Beneden bouleversante dans le rôle de la combattante Peshmerga, à la foi

Continuer à lire

Avec ou sans péridurale ?

Panorama théâtre 17/18 | Naissances nous emmène de nuit dans les couloirs d’une maternité. Nous poussons les portes des chambres et dans chacune d’elles, nous découvrons une tranche (...)

Houda El Boudrari | Mardi 5 septembre 2017

Avec ou sans péridurale ?

Naissances nous emmène de nuit dans les couloirs d’une maternité. Nous poussons les portes des chambres et dans chacune d’elles, nous découvrons une tranche de vie qui se révèle dans ce moment si particulier qu’est l’arrivée d’un enfant. Galerie de personnages qui se croisent autour du berceau ou de la machine à café, moments suspendus de bonheur, fou rire ou larmes étouffées. Cette extraordinaire banalité que la plume de Gilles Granouillet arrive à brosser avec tendresse et subtilité. Naissances, le 20 janvier 2018 à l'Espace Culturel Albert Camus (Chambon-Feugerolles), le 09 février 2018 à l'Échappé (Sorbiers), le 27 avril 2018 à l'Espace Culturel de la Buire (L'Horme) et le 04 mai 2018 au Théâtre du Parc (Andrézieux-Bouthéon)

Continuer à lire

Bœuf écorché

Théâtre | Dans une petite ville de banlieue où l’abattage des animaux est le principal secteur d’activité, un homme invite sa sœur à venir fêter la médaille du travail (...)

Houda El Boudrari | Mardi 2 mai 2017

Bœuf écorché

Dans une petite ville de banlieue où l’abattage des animaux est le principal secteur d’activité, un homme invite sa sœur à venir fêter la médaille du travail de leur mère, elle-même bouchère de profession. Cette sœur, qui mène désormais une existence très bourgeoise, représente au sein de la famille, et en particulier aux yeux de son frère, l’idéal d’une vie à laquelle il n’a jamais pu prétendre. Et pourtant c’est cette même femme, qui un soir sur un quai de gare, dans la ville de son enfance, va perpétrer un crime de sang froid. Par amour pour elle, entièrement dévoué à son combat, son frère décide d’endosser le meurtre. Gilles Granouillet, a voulu écrire Combat comme un thriller, un drame contemporain où le cloisonnement social joue pleinement son rôle. « J’en arrive au mot que je voulais écrire depuis le début : " prolétariat " ! Parce que c’est un plaisir de l’employer aujourd’hui : c’est un mot banni ! Ne plus nommer c’était faire disparaître ! Le prolétariat, qui existe aujourd’hui comme hier, comment on en sort, comment on y reste, c’est aussi ça, Combat. » Combat au Théâtre Le Verso, jeudi 11 et vendredi 12 mai à 20h3

Continuer à lire

Gilles Granouillet, piqué de théâtre

Portrait | 15 ans après l’ouverture du Verso rue de la Richelandière, le dramaturge et metteur en scène nous raconte sa passion d’un théâtre social, ancré dans l’histoire stéphanoise.

Houda El Boudrari | Mercredi 5 avril 2017

Gilles Granouillet, piqué de théâtre

Il est modeste, Gilles Granouillet. Il vous accueille sans prétention dans sa petite salle commune du Verso qui fait office de cuisine-salle à manger-salle de réunion et vous fait partager un café froid en soupirant sa fatigue, l’usure des années et de ce métier qui n’en est pas vraiment un, de métier normal. Pourtant il en avait fait des métiers « plus basiques » avant, il sait qu’ils ne sont pas non plus de tout repos. Arrivé au théâtre et à la littérature par hasard, ce fils de Manuchards (comme on appelait les ouvriers de l’ancien Manufrance) a d’abord été manutentionnaire, puis instit avant de s’autoriser à embrasser une carrière artistique, un peu incongrue pour les gens de son milieu. Il a d’abord commencé par se fourvoyer dans un improbable IUT en gestion d’administration des entreprises, pas vraiment une filière « poétique ». On ne saura jamais si Gilles Granouillet aurait fait un comptable lyrique, puisqu’il n’a pas persisté longtemps dans cette profession du chiffre, trop austère pour un amateur de belles lettres. Magasinier chez un vendeur de motos puis instituteur pendant sept ans, le jeune stéphanois trompe l’ennui en prenant des cours de théâtre

Continuer à lire

Théâtre : Les dix pièces qu’il ne faut pas manquer

SCENES | La sélection théâtre de la rédaction du Petit Bulletin Saint-Étienne, saison 15/16.

Florence Barnola | Mardi 1 septembre 2015

Théâtre : Les dix pièces qu’il ne faut pas manquer

Tempête de sable Arnaud Meunier aime les grands auteurs et le prouve une fois encore en montant Le Retour au Désert de Bernard- Marie Koltès. C’est une histoire de fratrie, comme savait en écrire le talentueux et feu écrivain, sur fond de guerre d’Algérie. L’occasion nous est donnée en octobre d’entendre l’une des plus belles écritures contemporaines avec une distribution alléchante composée de Catherine Hiegel et Didier Bezace. Florence Barnola Le Retour au désert, du 1er au 11 octobre à la Comédie de Saint-Etienne Mouche à miel L’entité familiale reste un cadre récurrent chez Gilles Granouillet. Abeilles, sa nouvelle création, met en lumière une famille de deux enfants. Là encore l'auteur-metteur en scène interroge les liens familiaux, ses tensions, les non-dits et les secrets. Petit plus : le père est interprété par François Font que nous sommes heureux de retrouver sur une scène stéphanoise. FB Abeilles de Gilles Granoui

Continuer à lire