Québec, quel cirque !

Cirque / Festival des 7 Collines | Cette année, le festival des 7 Collines offre une jolie part de sa programmation à des créations québécoises en danse (avec Daina Ashbee) mais aussi et surtout en cirque (7 Doigts de la Main, Barcode Circus Company et Machine de Cirque). C'est carrément un focus Québec qui nous est proposé. Mais pourquoi la Belle Province est-elle une terre aussi fertile en matière circassienne ? Éléments de réponse.

La rédaction | Mardi 4 juin 2019

Depuis plusieurs années, on assiste à une sorte d'hégémonie québécoise sur la création circassienne. Cela se traduit par des productions de grande qualité et des compagnies aux noms qui retentissent fort dans le secteur. On pense forcément au Cirque du Soleil, aux 7 Doigts de la Main ou encore au Cirque Éloize. Mais pourquoi donc, la Province de 8, 5 millions d'habitants est-elle devenue en quelques décennies la référence en cirque ? À tel point qu'aujourd'hui le festival des 7 Collines accueille un focus Québec dans sa programmation. Nous avons voulu en savoir davantage en nous tournant tout d'abord vers Marie Pâris, une journaliste installée à Montréal et spécialisée dans la scène et le spectacle vivant. Elle revient pour nous sur les racines de ce succès mondial du cirque à la sauce québécoise. Nous avons également voulu savoir pourquoi et comment le festival des 7 Collines en est arrivé à programmer un focus spécial en 2019. Une chose est sûre, au Québec, c'est le grand cirque ! Nicolas Bros


Le Québec en piste

On aime les Québécois pour leur humour et leur décontraction, mais aussi pour le malin plaisir qu'ils prennent à transgresser les codes et traditions. Si Montréal est devenue la capitale internationale du cirque, c'est parce que les artistes circassiens de la province ont su se démarquer et faire avancer la discipline.
Par Marie Pâris, journaliste montréalaise spécialisée en scène et spectacle vivant

On ne peut pas jaser de cirque québécois sans commencer avec le célébrissime Cirque du Soleil, fondé en 1984. Avec ses spectacles à grand déploiement présentés partout dans le monde, la compagnie a mis la table pour un nouveau cirque sans animaux, qui mise sur l'acrobatie et la théâtralité. Ses anciens spectacles reviennent aujourd'hui en reprise et font partie intégrante de la culture québécoise - la chanson-thème d'Alegria était d'ailleurs restée pendant plusieurs semaines au palmarès des radios musicales lors de la sortie du spectacle.

D'autres compagnies ont pris le relais depuis, comme les désormais bien connus Cirque Éloize et les 7 Doigts, mais aussi Machine de Cirque, Cirque Alfonse ou encore FLIP Fabrique. Autant de troupes qui construisent leurs spectacles autour de trames narratives et de thèmes forts, créant des univers bien à elles et mêlant à loisir d'autres disciplines artistiques comme la musique ou la danse. On pense notamment aux sœurs de Sela, qui amènent le chant et même les parfums sur scène dans leur création SisterS (2018).

Rendez-vous estival incontournable, le festival Montréal Complètement Cirque réunit quant à lui des troupes de partout dans le monde. Chaque année, pendant une semaine, les spectacles se succèdent dans les salles de Montréal et des animations en plein air investissent les rues et les places. Conférences et tables rondes rassemblent les professionnels du métier, tandis que le public vient voir la crème de la crème des compagnies étrangères. D'autres festivals viennent égayer le reste de la province, comme Détours dans le Bas-Saint-Laurent, le Festival de Cirque de Vaudreuil en Montérégie ou les Hommages annuels du Cirque du Soleil en Mauricie.

Un véritable patrimoine identitaire québécois

Si le Québec donne naissance à autant de belles compagnies, c'est que la province est en outre un solide pôle de formation en la matière. À la Cité des Arts du Cirque, au nord de Montréal, se trouve l'École nationale de cirque, qui attire des étudiants de partout dans le monde. À deux pas de l'école siège la TOHU - seule salle circulaire en Amérique du Nord -, qui accueille chaque année de nombreux spectacles, dont les fameux Coups de Cœur annuels : on y découvre les jeunes artistes de la relève, parfois tout juste diplômés de l'école de Montréal ou de Québec.

Dans la province, le cirque est un véritable patrimoine identitaire, un phénomène social ancré dans la culture et désormais reconnu comme discipline artistique par le Conseil des arts et des lettres du Québec. Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil, a même son étoile sur le Walk of Fame à Hollywood, coudonc ! Exit les animaux dressés, la discipline évoque désormais modernité et art contemporain. Tout Québécois qui se respecte est déjà allé voir au moins un spectacle de cirque en famille, avec des amis ou même en date amoureuse. Et si ce n'est pas votre cas, le festival des 7 Collines est l'occasion parfaite d'y remédier...


Jean-Philippe Mirandon : « Les compagnies québécoises jouent tout de suite à l'international »

Le directeur du festival des 7 Collines revient sur la possibilité qu'il a eue de créer un Focus Québec dans son édition 2019 et nous explique, selon lui, pourquoi le Québec est une terre fertile pour la création circassienne. Propos recueillis par Nicolas Bros

Cette année, vous faites un focus Québec avec quatre spectacles venus de la Belle Province. C'est la première fois que cela se déroule au festival des 7 Collines ?

Oui, c'est vrai que l'occasion s'est présentée également. Il y a des créations cet été comme Passagers de la Compagnie Les 7 Doigts de la Main qui sera visible cette année à Montpellier et à Saint-Étienne. Il y a une compagnie que l'on aime beaucoup, Machine de Cirque, que nous n'avions pas pu faire venir auparavant. les 25 et 26 juin, elle présentera pour la première fois en France leur dernière création. Ensuite, une autre compagnie, la Barcode Circus Company, qui avait également un projet, fera aussi sa première française à Saint-Étienne... De plus, nous avons un projet de danse très engagé avec la chorégraphe Daina Ashbee. C'est finalement une sorte d'alignement de planètes, une conjonction de projets cirque et danse qui a permis à ce focus d'exister et pour lequel nous avons le soutien de la Délégation Générale du Québec à Paris. Ce sont des compagnies et des artistes avec lesquels nous travaillons régulièrement.

La création circassienne est bouillonnante au Québec. Pourquoi selon vous ?

Il existe tout d'abord une très grande école de cirque à Montréal. En fait, il y a peut-être moins de compagnies de cirque qu'en France, mais le peu qui existent jouent tout de suite à l'international. Je pense au Cirque Éloize, au Cirque du Soleil, aux 7 Doigts de la Main... Elles tournent bien au Québec mais ça fonctionne partout pour eux : en Europe, aux États-Unis, en Asie... Ce sont des compagnies qui tournent beaucoup et qui sont connues mondialement. En France, nous avons plus de compagnies mais moins sont repérées au niveau international.

Y-a-t-il un lien aussi avec le soutien des pouvoirs publics pour le cirque ?

Non, je ne pense pas. En France, c'est surtout que les compagnies de cirque sont plus petites, aidées par les ministères et les collectivités territoriales. Le territoire est couvert. Il y a quand même pas mal de pôles cirque en France de grande qualité. Au Québec, c'est plus concentré entre Québec et Montréal. Les productions ont des retentissements énormes. Cela fait maintenant une vingtaine d'années que les compagnies québécoises ont explosé.

- La Galerie de Machine de Cirque, mardi 25 juin et mercredi 26 juin à 20h, à la Comédie de Saint-Étienne
- Passagers des 7 Doigts de la Main, jeudi 27 juin et vendredi 28 juin à 20h, à l'Opéra de Saint-Étienne
- De Sueur et d'Encre de Barcode Circus Company, jeudi 4 juillet et vendredi 5 juillet à 20h30, salle Aristide Briand à Saint-Chamond
- Pour de Daina Ashbee, mardi 2 juillet à 21h à L'Usine (ancienne Comédie de Saint-Étienne)


Passagers

Par la Cie Les 7 Doigts de la Main
Opéra de Saint-Etienne Jardin des Plantes Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


De Sueur et d'Encre

Par le Barcode Circus Company
Salle Aristide Briand Avenue Antoine Pinay - Parc Nelson Mandela Saint-Chamond
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


La Galerie

Par la Machine de Cirque
La Comédie de Saint-Etienne Place Jean Dasté Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


POUR

Par Daina Ashbee
L'Usine Rue de la Barre Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Révolution !

Théâtre | Ni tout à fait du théâtre, ni tout à fait du cirque, ni tout à fait un concert, mais un peu tout ça à la fois. Avec No Rest for Lady Dragon, la compagnie (...)

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

Révolution !

Ni tout à fait du théâtre, ni tout à fait du cirque, ni tout à fait un concert, mais un peu tout ça à la fois. Avec No Rest for Lady Dragon, la compagnie l’Indécente propose un travail dramaturgique autour du féminisme, donnant lieu à un spectacle polymorphe où se croisent, s’esquivent et se confrontent une circassienne en vélo acrobatique, une artiste aérienne, un comédien et un musicien. Sous – ou sur – un plafond de cordes, les 4 personnages invitent au renversement de l’ordre établi, en rendant sa légitimité à la colère, à la défense, à la violence face à l’oppression. En trois actes qui mettent en scène la mort du patriarcat, le spectacle se propose ainsi de dépasser la caricature et les clivages qui emprisonnent le féminisme dans un reflet perverti de lui-même. Inspirés par Despentes, Mona Chollet, Thelma et Louise, Irène ou encore Marcia Burnier, Camille Chatelain et ses camarades offrent leur lecture d’une émancipation qui, pour accoucher d’un ensemble dans lequel tout le monde pourrait trouver sa place, ne peut être timide. Musique pop-rock, acrobaties, chant… Une pièce qui plonge le spectateur dans un univers onirique mais non moins puissant.

Continuer à lire

De haut en bas, que la colline est belle

Festival | Le festival des 7 Collines reprend sa place dans la métropole stéphanoise, proposant 15 jours de cirque, danse, musique et performances à redonner du souffle.

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

De haut en bas, que la colline est belle

Il fait partie des festivals passés à la trappe en 2020, au grand dam de toutes celles et de tous ceux qui en ont fait un rendez-vous immanquable du début de l’été. Qu’on se rassure, après une année de disette, les 7 Collines reviennent plus en forme que jamais, avec une programmation festive - parce qu’il faut bien se remettre de ses émotions -, et audacieuse -parce qu’il faut bien aller de l’avant, quitte à se faire bousculer un peu. Avec près de 20 spectacles en 15 jours sur une grande partie de la métropole stéphanoise, l’événement retrouve ses marques, fidèle à son ambition de toujours : vulgariser la création contemporaine, et voir le cirque, la musique du monde, la danse et la performance provoquer sourires sur les lèvres et boum-boum dans les cœurs de tous les spectateurs. Du cirque de haute-volée Mesdames, messieurs approchez donc, au rayon cirque cette année, sans doute n’y aura-t-il pas de place pour tout le monde. Au milieu d’une multitude de pièces engagées, spectaculaires, ou parfois les deux à la fois, on optera sans trembler pour la compagnie française Cabas. Venue de région parisienne, celle-ci s’installera le temps d’une seule so

Continuer à lire

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Festival | Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet (...)

Nicolas Bros | Vendredi 25 septembre 2020

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet 2020. Pour autant, l'équipe organisatrice ne s'est pas laissée abattre et a décidé de programmer des spectacles cet automne. L'occasion de découvrir plusieurs pièces de cirque entre le 7 novembre et le 10 décembre. On retrouvera la Cie Allégorie avec le spectacle cOLLiSion du côté de la salle Aristide Briand de Saint-Chamond le 7 novembre, une Nuit du Cirque le 14 novembre à la Maison de l'Université avec les compagnies Puéril Puéril et Kiaï (une soirée en collaboration avec l'école de cirque Les Kipouni's), les Anglais Nikki & JD présenteront Knot le 18 novembre à la salle Jeanne d'Arc puis Sencirk, compagnie sénégalaise, proposera Man Fan Laa le 10 décembre au Fil. [Mise à jour du 20/10/2020] L'ogranisation a mis à jour les horaires de ces spectacles : Le spectacle Collision du samedi 7 novembre à Saint-Chamond à 18 h est maintenu à l'heure prév

Continuer à lire

Le festival des 7 collines annulé à son tour

Annulation festival - COVID-19 | Suite à l'allocution présidentielle d'hier soir, les mauvaises nouvelles s'enchaînent... Sans réelle surprise. Le festival des 7 Collines (spécialisé notamment (...)

Nicolas Bros | Mardi 14 avril 2020

Le festival des 7 collines annulé à son tour

Suite à l'allocution présidentielle d'hier soir, les mauvaises nouvelles s'enchaînent... Sans réelle surprise. Le festival des 7 Collines (spécialisé notamment dans les arts du cirques), après avoir dans un premier temps sorti la programmation de sa 26e édition, vient d'annuler cette dernière qui était prévue du 23 juin au 7 juillet prochains. La nouvelle a été annoncée via communiqué de l'organisation : « Nous sommes très touchés par cette situation inédite, mais restons solidaires face à l'ampleur de la crise. Nous souhaitons remercier tous nos partenaires, nos équipes techniques, les artistes invités, les bénévoles et festivaliers qui rendent chaque édition du festival unique. Rendez-vous en 2021 pour la 27e édition. »

Continuer à lire

Contact

Cirque | La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 5 février 2020

Contact

La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous plonger dans un univers en constante transformation fait de In Tarsi, mot d'artisan utilisé en marqueterie pour désigner l'art délicat d'assembler de minuscules fragments. Fragments de vie, avec ses rencontres, ses contacts, ses incompréhensions, ses complicités et ses moments de solitude, qui renvoient à une expérience humaine connue de tous. Sur une piste circulaire et multigéométrique, 13 praticables en bois, un mât chinois, une corde à sauter, autant d'agrès pour construire, transformer, aligner, superposer, basculer. Quatre circassiens à l'énergie débordante, se livrent, à un rythme endiablé, à un exercice de haute voltige où cirque et danse se mêlent à un humour plein de tendresse. De portés acrobatiques en sauts sur trampoline et escalades de mât chinois, ils créent un cirque en perpétuel mouvement qui les rassemble, les disperse, les réunit à nouveau, composant une mosaïque d'exploits comme le ferait un kaléidoscope mettant en lumière la grandeur de la rencontre et la constante transformation des sentiments et de

Continuer à lire

Parlez doucement, vous êtes au cirque

Cirque | La compagnie The Rat Pack bouscule dans son spectacle Speakeasy la pratique circassienne en empruntant des techniques cinématographiques, des clichés (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 8 janvier 2020

Parlez doucement, vous êtes au cirque

La compagnie The Rat Pack bouscule dans son spectacle Speakeasy la pratique circassienne en empruntant des techniques cinématographiques, des clichés propres aux films de gangsters. C'est dans l'univers sulfureux des bars clandestins du temps de la prohibition, les "speakeasy", que six artistes réussissent à conjuguer parfaitement cirque, danse et cinéma. Speakeasy, dimanche 9 février au Théâtre du Parc

Continuer à lire

Le Cirque du Soleil à Lyon en mars 2020

Cirque | Aux pieds du Parc OL de Décines, le Cirque du Soleil va planter son chapiteau du 19 mars au 13 avril 2020. Le plus célèbre nouveau cirque au (...)

Nadja Pobel | Mercredi 11 décembre 2019

Le Cirque du Soleil à Lyon en mars 2020

Aux pieds du Parc OL de Décines, le Cirque du Soleil va planter son chapiteau du 19 mars au 13 avril 2020. Le plus célèbre nouveau cirque au monde présente Kooza, un show avec des circassiens et acrobates hors pairs comme dans toutes les productions de la compagnie montréalaise. Mais certainement aussi avec déferlement de couleurs et éclats de lumière dans tous les sens. On ira vérifier s'il reste un brin d'âme. Tarifs : de 36€ à 239€

Continuer à lire

Juste un échange

Danse | Dans un espace clos en quadri-frontal ceinturé par un gradin en tôle ondulée, à la fois arène et ring, deux hommes face à face font l'épreuve de l'altérité. Inspirée de la (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 4 décembre 2019

Juste un échange

Dans un espace clos en quadri-frontal ceinturé par un gradin en tôle ondulée, à la fois arène et ring, deux hommes face à face font l'épreuve de l'altérité. Inspirée de la somptueuse pièce Dans la solitude des champs de coton où se rencontrent deux hommes que rien ne réunit sinon un accord tacite entre un client qui cherche une chose qu'il n'a pas et un dealer qui la possède, le spectacle Deal repose sur ce prétexte à la discussion et à la confrontation. Les deux circassiens-danseurs Jean-Baptiste André et Dimitri Jourde investissent les figures du client et du dealer, se livrant à des variations inouïes dans un duo tout en échanges, en jeux d'équilibre de forces, en mouvements croisés. Deal se situe à mi-chemin entre la danse et le cirque et se donne à voir dans un corps à corps chorégraphié où la beauté du geste le dispute à l'intensité des présences. Topons là ! Deal, du mardi 10 au samedi 14 décembre à La Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

Rêverie douce

Cirque | Quatre personnages, des instruments, des boules, des acrobaties, du jeu… Mais qui sont-ils, ces quatre-là ? Spectacle de cirque mêlé de musique, (...)

Cerise Rochet | Mercredi 4 décembre 2019

Rêverie douce

Quatre personnages, des instruments, des boules, des acrobaties, du jeu… Mais qui sont-ils, ces quatre-là ? Spectacle de cirque mêlé de musique, Ballade à quatre nous emmène dans un joli voyage étoilé. Attrapé par le visuel, on se laisse tranquillement bercer par l’histoire, et emporter dans la rêverie… Ballade à quatre, mardi 17 décembre au théâtre des Pénitents à Montbrison

Continuer à lire

T'as la frite ?

Bouffe QC x BXL | Ca y est, un petit bout du Québec a débarqué à Sainté ! Mais quoi donc ? Le resto franchisé le plus québécois que l'on connaisse dans notre belle province française (...)

Nicolas Bros | Vendredi 15 novembre 2019

T'as la frite ?

Ca y est, un petit bout du Québec a débarqué à Sainté ! Mais quoi donc ? Le resto franchisé le plus québécois que l'on connaisse dans notre belle province française : Frite Alors ! « La friterie belge à l’accent québécois » propose forcément des poutines (plat national de la Belle Province) mais également des burgers et d'autres plats à déguster sur le pouce. Après avoir débarqué dans l'Hexagone d'abord du côté de Lyon avec deux établissements (un dans le 1er et un dans le 3e), la marque ouvre aujourd'hui à Saint-Étienne, au coin de la rue de la résistance et de la rue d'Arcole (en lieu et place du PMU Le Vincennes), donnant sur la place Jean Jaurès. L'occasion de se délecter des frites associées au fromage en grains et nappées de sauce brune, la fameuse poutine classique ou bien de découvrir d'autres recettes*. À vous de voir !

Continuer à lire

Shauit, cet "innureggaeman"

MUSIQUES | Voilà un artiste pour le moins atypique. Shauit est sûrement l'un des seuls à mélanger sa langue natale l’innu-aimun avec des rythmes tantôt soul, dancehall ou (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 novembre 2019

Shauit, cet

Voilà un artiste pour le moins atypique. Shauit est sûrement l'un des seuls à mélanger sa langue natale l’innu-aimun avec des rythmes tantôt soul, dancehall ou encore reggae. Mais il chante également en français, en anglais ou encore en créole. Après avoir sorti un premier album en 2017, Apu Peikussiaku (Nous ne sommes pas seuls), Shauit a beaucoup voyagé et collabore aujourd'hui aussi bien avec les Chiliens de Culto Reggae que les Marocains de Wachmn’hit. L'"Innureggaeman" est un homme très occupé qui donne l'impression que rien ne l'arrête. Préparant un nouvelle album pour 2020, il fera une escale du côté du Firminy et des Oreilles en Pointe pour une soirée aux côtés de deux autres artistes, fiers représentants de la diversité des cultures autochtones : Elisapie et Florent Vollant. Shauit, jeudi 14 novembre au Firmament à Firminy dans le cadre des Oreilles en Pointe

Continuer à lire

Florent Vollant, icône autochtone

MUSIQUES | Si ses Blues passent pu dans porte, Florent Vollant passe pourtant toujours aussi bien. Actif dans le milieu musical des Première Nations depuis les (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 novembre 2019

Florent Vollant, icône autochtone

Si ses Blues passent pu dans porte, Florent Vollant passe pourtant toujours aussi bien. Actif dans le milieu musical des Première Nations depuis les années 80, ce poète rockeur innu avait formé avec succès le duo Kashtin aux côtés d'une autre figure autochtone Claude McKenzie, avant de partir dans une carrière solo couronnée de succès. Récemment nommé Chevalier de l'Ordre du Québec, l'artiste a vu là une belle reconnaissance de son travail pour l'expression des cultures autochtone tout autant que québécoise. Avec Mitsha Meshkenu - « la grande route » en innu -, son cinquième album solo, Florent Vollant prend la 138, cette route mythique du territoire québécois qu'il a souvent empruntée, longue de plus de 1 400 kilomètres et chargée d'histoires. Prenez place dans le char à ses côtés, le voyage en vaut le détour. Florent Vollant, jeudi 14 novembre au Firmament à Firminy dans le cadre des Oreilles en Pointe

Continuer à lire

Sauvé par le cirque

Cirque | Issus de l'école de cirque de Lyon, Dorian Lechaux et Ronan Duée ont décidé de lancer à l'automne 2015 leur compagnie au nom étonnant et entêtant : Puéril Péril. (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Sauvé par le cirque

Issus de l'école de cirque de Lyon, Dorian Lechaux et Ronan Duée ont décidé de lancer à l'automne 2015 leur compagnie au nom étonnant et entêtant : Puéril Péril. Le duo, mi-acrobate mi-monocycliste propose des spectacles qui restent accrochés. C'est le cas de L'Autre, une création qui débute avec un homme sur le point d’en finir... mais ce n'est, bien au contraire, que le début. Un spectacle tout en subtilité et humour noir. Un cirque bourré d'une forte théâtralité. L'Autre, vendredi 17 janvier 2020 à 20h à L'Échappée de Sorbiers et vendredi 13 mars 2020 20h au Centre culturel de la Ricamarie

Continuer à lire

Cirque à l'antique

Festvial d'Alba à la Romaine | Petit village de caractère au sud de l'Ardèche, Alba-la-Romaine, la bien-nommée, accueille en juillet son traditionnel festival autour des arts du cirque où (...)

Monique Bonnefond | Mardi 2 juillet 2019

Cirque à l'antique

Petit village de caractère au sud de l'Ardèche, Alba-la-Romaine, la bien-nommée, accueille en juillet son traditionnel festival autour des arts du cirque où des artistes de renommée internationale viennent investir ce site antique exceptionnel. Cirque, théâtre, danse, musique, humour constituent un moment phare du territoire ardéchois. Festival d'Alba, du 9 au 14 juillet à Alba-la-Romaine (Ardèche)

Continuer à lire

La Machine de Cirque dans l'Oeil du Petit Bulletin #26

Cirque québécois | Olivier Lépine & Vincent Dubé nous parlent de "La Galerie" la dernière création de la compagnie Machine de Cirque qui est jouée encore ce soir à La (...)

Nicolas Bros | Mercredi 26 juin 2019

La Machine de Cirque dans l'Oeil du Petit Bulletin #26

Olivier Lépine & Vincent Dubé nous parlent de "La Galerie" la dernière création de la compagnie Machine de Cirque qui est jouée encore ce soir à La Comédie de Saint-Etienne pour le Festival des 7 Collines. En bonus, ils nous chantent aussi un peu de Gilles Vigneault à l'occasion de la La Fête nationale du Québec !

Continuer à lire

BCUC, ivresse musicale et jouissance des corps

Sono mondiale | Après avoir soulevé le Foreztival, puis le Rhino-Jazz l’an dernier, le groupe sud-africain devrait retourner le Fil de Saint-Étienne, à l’occasion du festival des 7 Collines.

Cerise Rochet | Mardi 4 juin 2019

BCUC, ivresse musicale et jouissance des corps

Mets BCUC dans ton casque quand tu marches dans la rue, tu te mettras à courir. Ecoute BCUC chez toi en lendemain de bringue, tu oublieras tes nausées et ton mal de tête. Viens voir BCUC au Fil le 3 juillet, tu danseras comme sur un set de Vernon Subutex. Une gifle musicale ? Mieux : un pain dans la gueule. BCUC, ce sont sept musiciens et chanteurs sud-africains issus de la génération post-apartheid. Elevés dans le melting-pot du township de Soweto, ils ont mis la France à leurs pieds en 2016 lors des Transmusicales de Rennes, et écument depuis les plus belles scènes musicales d’Europe. Plus qu’un groupe, BCUC, pour Bantu Continua Uhuru Consciousness, comprendre « l’homme est en marche vers la liberté de conscience », est un véritable big-bang musical. Avec ses chants et ses rythmes répétitifs Tsonga et Nguni teintés de blues, de rock, ou même de punk, la bande des 7 provoque ni plus ni moins que l’ivresse. Sa musique, stimulante, traditionnelle et pourtant si contemporaine, grandit ainsi en celui qui l’écoute au point qu’il atteigne la transe, au sens spirituel du terme.

Continuer à lire

La recette est simple

Rap québ' | Depuis quelques années, une énergie musicale pousse de plus en plus fort de l'autre côté de l'Atlantique, au Québec. Le rap local s'exporte de mieux en mieux à (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 mars 2019

La recette est simple

Depuis quelques années, une énergie musicale pousse de plus en plus fort de l'autre côté de l'Atlantique, au Québec. Le rap local s'exporte de mieux en mieux à l'instar de la scène belge. Outre les incontournables et historiques tels que Koriass, de nouvelles têtes ont percé le mur du son. Loud qui a rempli les salles en France l'année dernière ou encore les Alaclair Ensemble et autres Dead Obies sont devenus des valeurs sûres. Mais d'autres formations ne doivent pas être oubliées. Par exemple Random Recipe. Depuis plus de 10 ans, ce groupe remue les scènes où il se produit. En 2018, le quatuor devenu trio a sorti un troisième album flamboyant aux paroles engagées : Distractions. Ce disque rempli de bonnes ondes sonores (jetez une oreille au premier titre Fight this feeling ou à Strawberry Daiquiri) mêle inspirations tropicales, flow ciselé et ambiances groovy. Pour composer les huit titres de ce recueil musical, Fabrizia Di Fruscia, Frannie Holder and Liu-Kong Ha ont fait appel à différents collaborateurs de renom : Foxtrott, la bassiste Rhonda Smith (ayant travaillé avec Prince) ou encore Marie-Pierre Arthur. Un disque qui porte divinement bien son n

Continuer à lire

Un "focus Québec" aux 7 Collines

Festival pluridisciplinaire | 7 sur 7 ! On savait le lien fort qui unissait le festival des 7 Collines avec la compagnie de cirque québécoise Les 7 Doigts de la Main. Pour son (...)

Nicolas Bros | Vendredi 8 février 2019

Un

7 sur 7 ! On savait le lien fort qui unissait le festival des 7 Collines avec la compagnie de cirque québécoise Les 7 Doigts de la Main. Pour son édition 2019 - du 25 juin au 8 juillet - le festival stéphanois enfonce le clou et convie les circassiens montréalais pour présenter leur nouvelle création Passagers. De plus, l'équipe de l'événement stéphanois vient également d'annoncer que 3 autres créations québécoises seront à l'honneur cette année. C'est à se demander si l'on ne devrait pas prolonger le pont Jacques Cartier jusqu'aux rives du Furan... Festival des 7 Collines, du 25 juin au 8 juillet à Saint-Étien

Continuer à lire

Mehdi Cayenne : " Mettre le feu à la baraque comme vous avez jamais vu ça "

Pop-Rock | Mehdi Cayenne est un artiste à l'énergie contagieuse. Avec sa musique, un mélange bien pimenté qu'il qualifie lui-même de "couscous hip-hop-punk-funk-folk", l'artiste québécois, né à Alger et ayant vécu en Ontario et au Nouveau-Brunswick, a accepté de répondre à quelques questions avant son passage à Saint-Étienne ce dimanche 3 février au Pax pour le Mégaphone Tour. Un troisième passage dans la région après les Poly'Sons et les Oreilles en Pointe en 2018.

Nicolas Bros | Mercredi 30 janvier 2019

Mehdi Cayenne :

Tes origines sont multi-culturelles entre ta naissance en Algérie, ton enfance au Québec puis au Nouveau-Brunswick et en Ontario. Est-ce que ces identités différents influencent ta musique ? Il est difficile de savoir si les types de musique que j'aime sont si intimement liées avec d'où je viens. En même temps, j'ai l'impression que le fait d'être à l'aise avec le paradoxe, c'est-à-dire aimer tout autant La Compagnie Créole, Nana Mouskouri que Nine Inch Nails, c'est être à l'aise avec le paradoxe d'identités culturelles contradictoires également. Pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore, que pourrais-tu expliquer à propos de ta musique ? Que souhaites-tu transmettre à travers elle ? De ce que j'ai pu entendre, c'est quelque chose de radieux, qui donne la pêche. C'est à la fois vivace et intense mais en étant avec les gens plutôt que contre les gens ou pour les gens. Il y a quelque chose de très « rentre-dedans » mais également de très humain et sensible. Plus on verbalise ce qu'il va arriver dans un spectacle, plus on trahit. La manière la plus familière de traduire tout ça serait : « Crisse, je veux met

Continuer à lire

Sophie Thibeault : « On veut que le public réfléchisse à la valeur d'une pièce de théâtre »

Théâtre | La Comédie de Saint-Étienne accueille cette semaine une pièce inédite dans sa forme. Le Noshow, initité par le Collectif Nous Sommes Ici et le Théâtre DuBunker, tout droit venus de la Belle Province québécoise, met le spectateur en face de la réalité de la vie des acteurs. Cela passe notamment par le choix du prix qu'il est prêt à mettre pour voir le spectacle. Quelques précisions avec Sophie Thibeault, une des comédiennes.

Nicolas Bros | Vendredi 7 décembre 2018

Sophie Thibeault : « On veut que le public réfléchisse à la valeur d'une pièce de théâtre »

Depuis combien de temps tournez-vous avec le spectacle Noshow ? Nous l'avons créé il y a 8 ans. C'est notre cinquième tournée en France et la première fois que nous jouons à Saint-Étienne. Nous avions joué au Théâtre de la Croix Rousse à Lyon en mars 2017. C'est une pièce qui essaie de faire réagir sur la condition des artistes, notamment au Québec mais pas seulement ? Au Québec, nous n'avons pas le statut d'intermittent du spectacle. Au début, quand nous avons créé le projet, jamais nous n'avons pensé que nous aurions la chance de venir jouer en France, de pouvoir présenter ce spectacle hors de notre petite province. Nous voulions alors parler de la condition des artistes et de l'art au Québec. Évidemment, de plus en plus, les gouvernements ne le mettent pas dans leurs priorités. On voulait parler de notre difficulté à créer un spectacle. Initialement, nous voulions monter un grand happening avec deux compagnies, à Montréal et Québec, obtenir de l'aide des deux gouvernements... Finalement, nous n'avons obtenu aucune aide financière ni subvention. Nous avons du changer entièrement notre manière de penser

Continuer à lire

Cirque, cinéma et prohibition

Cirque | La compagnie the Rat Pack bouscule la pratique circassienne dans son spectacle Speakeasy en empruntant des techniques cinématographiques, en (...)

Monique Bonnefond | Mardi 4 septembre 2018

Cirque, cinéma et prohibition

La compagnie the Rat Pack bouscule la pratique circassienne dans son spectacle Speakeasy en empruntant des techniques cinématographiques, en détournant les références et clichés des films de gangsters dans lesquels le club est un lieu clé où règne une ambiance close, sombre. Les six artistes performatifs passionnés par toutes les formes de création artistique réussissent, par un énorme travail d'expression corporelle inspiré des films muets, à conjuguer parfaitement les arts du cirque et du cinéma et nous font avec jubilation "leur" cirque. Speakeasy, dimanche 3 février 2019 au Firmament à Firminy

Continuer à lire

Ode au cirque

Festival des 7 Collines (Loire) | Si Saint-Étienne peut se targuer d'avoir 7 Collines au même titre que des villes telles que Rome, Yaoundé ou Lisbonne, elle peut également bomber le torse (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 juillet 2018

Ode au cirque

Si Saint-Étienne peut se targuer d'avoir 7 Collines au même titre que des villes telles que Rome, Yaoundé ou Lisbonne, elle peut également bomber le torse grâce à un festival au nom rappelant cette curiosité géographique. Référence en la matière circassienne, ce rendez-vous annuel de fin juin-début juillet, est une période dense où les spectacles de compagnies venues du monde entier émeuvent les Stéphanois et les habitants de la métropole. Cette année, le festival propose quelques nouvelles petites douceurs comme la création Circus I Love You. Cette dernière réunit huit acrobates issus de six pays différents et ayant fait leurs preuves dans des compagnies telles que La Meute, Sisters ou encore Sirkus Aikamoinen. Un gage de qualité pour ce spectacle qui devrait mêler figures de style, musique et une bonne dose d'absurdité. Circus I Love You, vendredi 6 & samedi 7 juillet à 20h30, dimanche 8 juillet à 18h au Parc-Musée de la mine, dans le cadre du festival des 7 Collines

Continuer à lire

Le cirque : double tours et double lieux

FESTIVAL D'ALBA | Dix ans pour le Pôle cirque de l'Ardèche. Autant pour le Festival d'Alba. Et voilà que les deux entités pilotées par Alain Reynaud se réunissent pour co-accueillir la crème de cette discipline toujours plus alléchante.

Nadja Pobel | Mardi 3 juillet 2018

Le cirque : double tours et double lieux

Voici au moins un ruissellement qui fonctionne, qui plus est, au bénéfice de tous. La Cascade, pôle national de cirque comme la France en compte quatorze sur le territoire, mais un seul dans cette immense région Rhône-Alpes Auvergne, a fêté ce printemps ses dix ans d'existence. À l'époque, le label national ne lui était pas encore accolé, et pour cause, le Ministère ne les inventa qu'en 2010. Mais déjà Alain Reynaud et Claire Peysson (compagnies Les Nouveaux Nez & Cie et Les Colporteurs) pallient le manque de lieux de travail. Un outil, à Bourg-Saint-Andéol, est alors ouvert aux professionnels pour la création, la diffusion (étape de création) ou la formation (stages, mais pas d'école) qui aujourd'hui encore – faute de structures suffisantes dans les environs - a des délais d'attente pour l'occupation des salles de douze à dix-huit mois ! En parallèle de la Cascade se crée le Festival d'Alba, 30 km au nord, et à l'ouest de Montélimar. Étape reconnue en France pour les circassiens, ce rendez-vous de six jours mérite bien un décroché de la voisine Avignon. Et pour la première fois de son histoire, il se déploie partiellement à La Cascade afin de rendre lisible la co

Continuer à lire

Pierre Lapointe : « Faire le lien entre l'avant-garde et les arts populaires »

Chanson pop | À la croisée de l’avant-garde musicale et de la variété pop, Pierre Lapointe, star au Québec et jolie hype dans notre pays, produit depuis près de quinze ans une œuvre singulière qui secoue très fort le cocotier de la chanson francophone. rencontre avec le génial auteur de La Science du Cœur qui enfonce le clou d’un talent à découvrir absolument. Au festival Paroles & Musiques 2018, par exemple.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 juin 2018

Pierre Lapointe : « Faire le lien entre l'avant-garde et les arts populaires »

Tu es une star au Québec, en France tu as davantage un public d'initiés. Trouves-tu une sorte de confort dans cette situation, toi qui as dit : « les gens ne se rendent pas compte à quel point l'anonymat vaut cher... » Pierre Lapointe : Quand on a vécu le succès dans sa vie – qui plus est jeune – on démystifie vite ce phénomène, on se rend compte que c'est assez vide. Je trouve très agréable qu'avec La Science du cœur, les critiques les plus pointus finissent par saluer mon travail – même si ça a pris dix-quinze ans. Et de remplir des salles chez vous tout en pouvant marcher tranquillement dans la rue. Mais au Québec, quand j'ai joué la carte de la vedette en étant coach à La Voix(version québécoise de The Voice, NDLR), ça m'a aspiré dans un drôle d'endroit qui me plaît beaucoup : je suis le représentant d'une certaine forme d'avant-garde et, en même temps, un visage très connu, qui se mêle aux vedettes qui n'ont pas du tout le même genre de démarche que moi. Cette association entre avant-garde et populaire est au cœur de ta

Continuer à lire

Grimper les 7 Collines

Festival | 24e édition pour le festival pluridisciplinaire stéphanois qui fait la part belle notamment à la discipline circassienne. Focus sur 4 spectacles entre danse, musique et espoirs.

La rédaction | Mardi 5 juin 2018

Grimper les 7 Collines

Équilibres fragiles Avec le cirque, on va très loin ! Dans le cirque ou dans la vie, on reste toujours sur le fil. Ainsi Boulevard Conakry, spectacle chorégraphique et musical, inspiré des scènes de rue de la capitale guinéenne grouillante de vie, de parfums et de couleurs, nous tient en haleine. Notre regard reste rivé au tourbillon des prouesses acrobatiques d'artistes qui, se mettant en danger, questionnent les équilibres fragiles, laissant entrevoir nos vies dans ce qu'elles ont d'incertain, de fragile et de grand à la fois. MB Boulevard Conakry, mardi 26 juin à 20h, à la Comédie de Saint-Étienne Vents d'Est Musicien traditionnel et rock star, Goran Bregovic n’en finit pas de mettre en ébullition la planète musique. Avec son nouvel EP, Three letters from Sarajevo, il tente de rapprocher les trois religions qui font depuis des siècles l’identité multiple de sa ville natale, actuelle capitale de Bosnie-Herzégovine. Pour l’occasion, l’Orchestre des mariages et des ent

Continuer à lire

Goran Bregović annoncé aux 7 Collines

MUSIQUES | Goran Bregović et son "Orchestre des Mariages et des Enterrements" sont de retours en terres ligériennes. Ce concert se déroulera lors de la 24e (...)

Nicolas Bros | Mardi 27 février 2018

Goran Bregović annoncé aux 7 Collines

Goran Bregović et son "Orchestre des Mariages et des Enterrements" sont de retours en terres ligériennes. Ce concert se déroulera lors de la 24e édition du festival des 7 Collines, le mercredi 4 juillet au Fil à Saint-Étienne, a annoncé sur son site l'organisation du festival. D'autre part, cette soirée sera également l'occasion de découvrir le nouveau projet de Michaël Mottet (ex-Angil) aux côtés de Schérazed (ex-Dotsy Dot) : Lion In Bed. Une formation qui s'annonce "pop nocturne", puisant des influences autant du côté de Nancy Sinatra que de Broadcast. Plus d'infos sur ce site Goran Bregović et son "Orchestre des Mariages et des Enterrements" + Lion In Bed, mercredi 4 juillet au FIL, dans le cadre du festival des 7 Collines

Continuer à lire

Arte diffuse "Réversible" tourné au festival des 7 Collines

Cirque | Nous vous avions conseillé de découvrir ce spectacle. Réversible de la Compagnie québécoise de cirque Les 7 Doigts de la Main, fut présenté à deux reprises dans (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 décembre 2017

Arte diffuse

Nous vous avions conseillé de découvrir ce spectacle. Réversible de la Compagnie québécoise de cirque Les 7 Doigts de la Main, fut présenté à deux reprises dans le cadre du festival des 7 Collines édition 2017, à l'Opéra de Saint-Étienne. Pour celles et ceux qui n'auraient pas eu l'occasion d'apprécier la performance en direct, une captation avait été organisée par Arte lors d'une de ces deux représentations en terres stéphanoises. La chaîne de télévision prévoit la diffusion de ce spectacle mercredi 27 décembre à partir de 20h55. Réversible de la Compagnie Les 7 Doigts de la Main à l'Opéra de Saint-Étienne dans le cadre du festival des 7 Collines, diffusion le 27/12 à 20h55 sur Arte

Continuer à lire

Anne Robillard à Saint-Etienne

Rencontre littéraire | L'auteure québécoise Anne Robillard fera un passage à Saint-Etienne pour une séance de dédicaces du tome 3 de sa série Les Chevaliers d'Antarès, à la (...)

Nicolas Bros | Mardi 17 octobre 2017

Anne Robillard à Saint-Etienne

L'auteure québécoise Anne Robillard fera un passage à Saint-Etienne pour une séance de dédicaces du tome 3 de sa série Les Chevaliers d'Antarès, à la Librairie de Paris le vendredi 27 octobre de 16h à 18 h. À 62 ans, l'écrivaine est une référence de la littérature fantasy, notamment à l'origine de la saga des Chevaliers d’Émeraude, Les Héritiers d’Enkidiev ou encore Les Ailes d’Alexanne. Anne Robillard en dédicaces, vendredi 27 octobre de 16h à 18h, à la Librairie de Paris à Saint-Étienne

Continuer à lire

L'Envol de Plume

Nuits de Fourvière (Rhône) | C'est une aventure comme on n'en fera sans doute plus en France : ces superproductions qu'il faut trois années pour amortir s'éteignent peu à peu, (...)

Nadja Pobel | Mardi 4 juillet 2017

L'Envol de Plume

C'est une aventure comme on n'en fera sans doute plus en France : ces superproductions qu'il faut trois années pour amortir s'éteignent peu à peu, contrairement à des locomotives comme le Cirque du Soleil. Il ne reste plus dans cette catégorie que Ariane Mnouchkine, et Bartabas. Et le Cirque Plume. Ces deux derniers sont les seuls à pouvoir remplir trente soirs d'affilée un chapiteau de mille places. Pourtant, il reste une forme d’artisanat derrière ces chiffres. Créée chez eux à Besançon en mai dernier, cette Dernière saison est pour Plume le commencement de la fin. Ce cirque a été précurseur, dès sa création en 1983, avec Amour, jonglage et falbalas, d'une façon de faire vivre le spectacle de rue, la magie, la musique... « C'était une histoire sociale » comme le précisait encore en mars dernier Bernard Kudlak son directeur, « il fallait faire ça pour mille raisons, politiques, personnelles. Nous étions nourris par le Living Theater (NDLR qui fit scandale à Avignon en 1968), le festival international de Nancy (NDLR qui révéla Bob Wilson), Augusto Boal et son théâtre ama

Continuer à lire

L'équilibre des 7 Doigts

Cirque / Festival | Avec Réversible, la Compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main s'impose encore une fois avec un cirque mêlant à la fois technicité et surtout humanité. Traitant de thématiques autour du passé, des origines et de la construction de l'être, Réversible frappe un grand coup et sera en représentation à Saint-Etienne pour les 7 Collines.

Nicolas Bros | Mardi 6 juin 2017

L'équilibre des 7 Doigts

« Celui qui ignore son passé est condamné à le répéter. » Nous sommes un maillon dans la chaîne des générations et nous savons bien à quel point il est important de connaître son histoire, notamment pour éviter de répéter des situations douloureuses, pour échapper aux pièges de la fatalité. Rien n'est pire que le non-dit, le secret que la famille, la culture imposent à des personnes, à des enfants qui portent l'angoisse de parents silencieux et vont revivre certains problèmes des années plus tard. C'est un sujet largement exploité que l'on retrouve dans des films comme Le Secret, dans des romans comme Un amour impossible de Christine Angot et qui apparaît dans plusieurs spectacles de la compagnie Les 7 Doigts de la Main qui, depuis longtemps, sculpte les émotions humaines en les frottant au langage des corps d'artistes pluridisciplinaires : équilibristes, jongleurs, trapézistes. À la recherche du passé Après La vie, Psy, Séquence 8 et Cuisine et confessions, la nouvelle création des 7 Doigts, Réversible, explore une fois encore, la bulle intime de chaque artiste. On se glisse dans la vi

Continuer à lire

Jupiter en orbite

Sono mondiale | Aux commandes d’un ovni musical nommé Okwess International et star incontestée dans toute l’Afrique centrale, Jean-Pierre Bokondji alias Jupiter fait (...)

Niko Rodamel | Mercredi 7 juin 2017

Jupiter en orbite

Aux commandes d’un ovni musical nommé Okwess International et star incontestée dans toute l’Afrique centrale, Jean-Pierre Bokondji alias Jupiter fait bouillir dans sa marmite un melting-pot musical concocté à Kinshasa, capitale de son Congo natal. "Le Général rebelle" est en effet un impétueux alchimiste qui rapproche avec un talent insolent tradition et modernité. De sa voix rocailleuse, Jupiter pose des textes bien sentis sur un imparable cocktail fait de rythmes traditionnels congolais et de sons salement rock. Le "Bofenia Rock" d’Okwess International est une soul rebelle qui se frotte à l’afrobeat et au funk jusqu’à devenir une transe enfiévrée et expérimentale, une musique puissante qui invite irrésistiblement au déhanchement frénétique ! Patrie de la Rumba, du Soukous et du Ndombolo, la République Démocratique du Congo a assurément trouvé, en la personne de ce grand échalas à chapeau, son empêcheur de tourner en rond. Les trois soeurs de l’inimitable groupe A-Wa seront aussi de la partie pour une soirée qui s’annonce des plus chaudes Jupiter & Okwess International [+ A-Wa], mercredi 28 juin à 20h30, le Fil à Saint-Étienne, dans le cadre du festival de

Continuer à lire

Cirque, cinéma et prohibition

Cirque | La vitalité créatrice du cirque, qui, aujourd'hui, est bien loin d'être un art mineur, crée des formes inédites. Les créateurs circassiens empruntent volontiers (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 7 juin 2017

Cirque, cinéma et prohibition

La vitalité créatrice du cirque, qui, aujourd'hui, est bien loin d'être un art mineur, crée des formes inédites. Les créateurs circassiens empruntent volontiers des matériaux, des codes aux autres arts. Ils reprennent, réactivent, décalent des techniques, des concepts qu'ils se réapproprient. La compagnie the Rat Pack bouscule dans son spectacle Speakeasy, la pratique circassienne en empruntant des techniques cinématographiques, en détournant les références et clichés des films de gangsters dans lesquels le club est un lieu clé où règne une ambiance close, sombre. C'est cet univers reconstitué tel un plateau de cinéma, avec des accessoires d'époque comme le sol en damiers, les meubles Art déco, qui donne son nom au spectacle. Le Speakeasy était un bar clandestin du temps de la prohibition où on demandait aux clients de baisser la voix pour commander de l'alcool. Les six artistes performatifs de la compagnie passionnés par toutes les formes de création artistique, réussissent, par un énorme travail d'expression corporelle inspiré des films muets, à conjuguer parfaitement les arts du cirque et du cinéma et nous font avec jubilation "leur" cirque. Speakeasy

Continuer à lire

Que les Collines sont belles

Festival pluridisciplinaire | Pour sa 23ème édition, le festival pluridisciplaine des 7 Collines s'offre une belle programmation où se cotoient les créations et spectacles circassiens - mais pas que - confirmés.

Nicolas Bros | Jeudi 13 avril 2017

Que les Collines sont belles

Le cirque figure un peu comme le parent pauvre dans les programmations culturelles régionales. Heureusement, il existe des structures telles que les 7 Collines pour présenter au public des créations circassiennes qu'ils n'auraient pas l'occasion de voir si facilement. En 2017, pour ses 23 ans, le festival des 7 Collines s'appuie, comme d'habitude, sur des têtes de gondoles telles que la compagnie québécoise des 7 Doigts de la Main ou le Groupe Acrobatique de Tanger (Maroc). Mais ce festival puise sa force également sur son ouverture tant sur des compagnies de cirques moins connues que sur d'autres disciplines qui viennent compléter la programmation. Cette année, plusieurs noms retiennent notre attention. Du cirque et de la musique Concernant la partie cirque/performance, nous nous attarderons forcément sur la compagnie The Rat Pack et leur spectacle Spekeasy (, hommage aux bars clandestins des États-Unis pendant la prohibition. Sur la BO composée par Chinese Man, les acrobates, dont certains sont issus de la Cie XY, nous ramènent plusieurs décennies en arrière. Autre événement avec le retour de la Compagnie australienne Cas

Continuer à lire

Les 7 Doigts de la Main reviennent aux 7 Collines

Cirque contemporain | Le collectif montréalais Les 7 Doigts de la Main passeront par l'Opéra de Saint-Étienne les 29 et 30 juin dans le cadre de la 23ème édition du Festival des 7 (...)

Nicolas Bros | Vendredi 3 mars 2017

Les 7 Doigts de la Main reviennent aux 7 Collines

Le collectif montréalais Les 7 Doigts de la Main passeront par l'Opéra de Saint-Étienne les 29 et 30 juin dans le cadre de la 23ème édition du Festival des 7 Collines, qui propose chaque année une programmation avec un gros penchant sur le cirque contemporain. Ce sera l'occasion pour le public stéphanois de découvrir la nouvelle création de la structure artistique québécoise : Réversible qui est jouée jusqu'au 1er avril au Bataclan (Paris). Réversible de la Cie Les 7 Doigts de la Main, jeudi 29 et vendredi 30 juin à l'Opéra de Saint-Étienne, dans le cadre du festival des 7 Collines

Continuer à lire

Adamus sera nôtre

Festival Les Oreilles en Pointe | Avec un statut de star dans la Belle Province, Bernard Adamus est un artiste qui mêle allégrement le folk, blues, country et hip-hop. Un peu foutraque, entraînante et surtout attachante, la musique du Québécois posera aux Oreilles en Pointe sa "trinité de tous les possibles", à savoir : femmes, amis et "brosses entre cheums'".

Nicolas Bros | Mercredi 2 novembre 2016

Adamus sera nôtre

Sans jamais avoir fait de compromis, Bernard Adamus avance sereinement. Ce chansonnier montréalais de 37 ans ne laisse jamais indifférent, tout comme sa musique. La preuve avec Sorel Soviet So What, son troisième album au nom plus qu'original et qui concentre toute l'énergie et l'inventivité du bonhomme. La prevue avec son titulé un peu étonnant. « Le nom de cet album est juste un clin d'oeil à So Far, So Good... So What!, un disque du groupe Megadeath, explique-t-il. Cela n'a aucun rapport ni avec la ville de Sorel au Québec, ni avec les Soviets. » Comportant tout ce qui fait la force de ses compositions, à savoir un savoureux mélange entre un blues lancinant, un folk enlevé et l'énergie de la country, cet opus est un peu différent des deux autres disques de l'intéressé. « J'ai tendance à dire que cet album ressemble plus à de la musique de New-York plutôt que de la Nouvelle-Orléans, mais ça reste de la musique très américaine dans l'esthétique. » Boulimique de lives Un poil déjantée, la musique de Bernard Adamus est un peu le condensé de ce que propose la musique québécoise. Une liberté de ton, une légéreté app

Continuer à lire

Le sens de la fête

SCENES | Et vous (re)découvriez le savoir-faire du Cirque Bouffon ? Cette émanation d'anciens membres du Cirque du Soleil consacrent la fin de la presse (...)

Nadja Pobel | Mardi 5 juillet 2016

Le sens de la fête

Et vous (re)découvriez le savoir-faire du Cirque Bouffon ? Cette émanation d'anciens membres du Cirque du Soleil consacrent la fin de la presse papier dirait-on, faisant d'un amas de journaux leur terrain de jeu. Mais fort heureusement le spectacle ne se résume pas à ce déclinisme (lucidité?). La troupe fait souvent corps enchaînant notamment un très beau numéro sur corde lisse à des portées queer. Continuellement mis en musique - ou presque - sur des airs balkano-andalous, Solvo s'appuie sur une dynamique collective évidente et un sens de la fête communicatif au cours duquel tous les agrès sont présentés avec dextérité. Bien sûr il manque cette noirceur que l'on a tant appréciée dans le Matamore du Cirque Trottola notamment, celui de l'inclassable Bonaventure Gacon. La touche la plus sombre émane peut-être de la Castafiore qui vient à plusieurs reprises entonner ses airs hauts perchés presque agaçants. Elle semble s'être enfuie d'un Starmania première version et casse un peu l'unité d'un spectacle de grands professionnels accessible pour les enfants dès 6 ans. Nadja Pobel Solvo, du 21 au 23 juillet, à L'Estival de

Continuer à lire

Arts transgressés

SCENES | Festival majeur de la Loire et un des plus importants en Rhône-Alpes, les 7 collines reviennent avec une programmation très circassienne. Dans les propositions de cette 22e édition, focus sur deux artistes passionnants : le magicien sombre Yann Frisch pour Le Syndrôme de Cassandre et le trampoliniste Mathurin Bolze qui se dédouble dans Barons perchés. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 2 septembre 2016

Arts transgressés

Elle a les pieds dans l'eau, des bottes de bretonne et elle se marre. La fille de l'affiche des 7 collines n'a pas l'air d'arpenter la Loire mais le festival semble la réjouir. Avec des tarifs bas (10€ ou 14€ le spectacle) et des mastodontes du cirque (notamment), chaque année cette manifestation se débrouille pour que des compagnies internationales fassent escale ici. Certaines viennent plusieurs fois. C'est le cas ces deux dernières années pour les 7 doigts de la main venus avec le trop bavard et pour tout dire raté, Cuisine et confessions l'an dernier, ou le beaucoup plus sportif Séquence 8 juste avant. Cet été, c'est avec Mathurin Bolze que le festival renoue. Aérien Le circassien, déjà passé par là avec son cultissime Du goudron et des plumes en 2010 et le plus transitoire A bas bruit en 2013, présente Barons perchés. Encore tout frais (à peine une quinzaine de représentations depuis sa création cet automne), ce spectacle est en fait une réplique de Fenêtres, également au générique du festival. Animé par le théâtre (figurant pour Jean-Paul Delore ou Bruno Boeglin),

Continuer à lire

Arts transgressés

SCENES | Festival majeur de la Loire et un des plus importants en Rhône-Alpes, les 7 collines reviennent avec une programmation très circassienne. Dans les propositions de cette 22e édition, focus sur deux artistes passionnants : le magicien sombre Yann Frisch pour Le Syndrôme de Cassandre et le trampoliniste Mathurin Bolze qui se dédouble dans Barons perchés. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 22 juin 2016

Arts transgressés

Elle a les pieds dans l'eau, des bottes de bretonne et elle se marre. La fille de l'affiche des 7 collines n'a pas l'air d'arpenter la Loire mais le festival semble la réjouir. Avec des tarifs bas (10€ ou 14€ le spectacle) et des mastodontes du cirque (notamment), chaque année cette manifestation se débrouille pour que des compagnies internationales fassent escale ici. Certaines viennent plusieurs fois. C'est le cas ces deux dernières années pour les 7 doigts de la main venus avec le trop bavard et pour tout dire raté, Cuisine et confessions l'an dernier, ou le beaucoup plus sportif Séquence 8 juste avant. Cet été, c'est avec Mathurin Bolze que le festival renoue. Aérien Le circassien, déjà passé par là avec son cultissime Du goudron et des plumes en 2010 et le plus transitoire A bas bruit en 2013, présente Barons perchés. Encore tout frais (à peine une quinzaine de représentations depuis sa création cet automne), ce spectacle est en fait une réplique de Fenêtres, également au générique du festival. Animé par le théâtre (figurant pour Jean-Paul Delore ou Bruno Boeglin),

Continuer à lire

Venga venga, vamos a bailar

MUSIQUES | En ces temps troublés, les Argentins de La Yegros viendront mettre du soleil dans nos yeux et nous faire danser lors d’un show stéphanois très attendu avec leur musique magnétique, ayant déployé son pouvoir d'attraction sur la planète entière et caractérisée par le terme de cumbia digitale.

Niko Rodamel | Mardi 31 mai 2016

Venga venga, vamos a bailar

Depuis son premier album et son tube éponyme Viene de Mi, La Yegros envahit inexorablement la planète telle une vague de chaleur, répendant le nouveau son d’Amérique du Sud, la cumbia digitale. Et c’est sans conteste le cocktail musical en vogue puisque même le Lyonnais Benjamin Biolay en a saupoudré son nouvel album ! Mix euphorisant de cumbia (danse née au XVIIe siècle en Colombie) et de rythmes traditionnels chamamés originaires de la jungle du nord-est argentin, les racines latines sont ici mâtinées de sonorités électroniques et soutiennent le flow quasi hip-hop de la chanteuse Mariana. Le chamamé est lui-même un style musical propice à la danse rurale venu de Misiones, petite province d’Argentine enclavée entre le Brésil et le Paraguay, où les migrants polonais ont laissé derrière eux le rythme de la polka. A l’image de ses clips, la musique de La Yegros est une exubérante explosion de couleurs, une musique endiablée qui électrise les radios comme les dancefloors. Les nostalgiques de la Mano Negra et les fans de Manu Chao y retrouvent avec bonheur les sons latinos et l’énergie d’un genre festif et décomplexé qui met à l’honneur le cosmopolitisme bariolé de Buenos A

Continuer à lire

Pourquoi redescendre ?

SCENES | Le festival des 7 collines démarre fort avec le superbe spectacle de Mathurin Bolze qui, avec Du goudron et des plumes, avait laissé le public de la Comédie, médusé. Dans Barons Perchés, Bachir, le héros solitaire de Fenêtres et son double, Mathurin Bolze, nous entraînent dans une danse-poursuite aérienne vertigineuse au sein d'un monde en apesanteur.

Monique Bonnefond | Mardi 31 mai 2016

Pourquoi redescendre ?

Inspiré de l'ouvrage d'Italo Calvino, Le Baron perché dont on retrouve un certain état d'esprit, notamment dans le désir d'une vie à la gravité moins pesante, libérée des contraintes du corps et de la terre ferme, le spectacle de Mathurin Bolze nous invite à suivre le deuxième volet de l'histoire commencée avec Fenêtres (repris également pendant le festival) et le personnage incarné par Karim Messaoudi, Bachir, qui en avait « marre de vivre à plat ». « Dans ma cabane en bois, je vivrai en volume » dit-il. Dans cette cabane, baraque renversée, on perd toute notion d'endroit et d'envers, de verticalité et d'horizontalité. Plus rien n'a de sens. Marcher sur les murs, voler, disparaître, tout est possible pour Bachir et Mathurin, ces deux "monte-en-l'air" à la ressemblance troublante, dont l'ombre juvénile de l'un à la poursuite de l'autre, ou de son double, épouse ses gestes, calque ses pas sur les siens, créant une complémentarité magnifique. Mais, au-delà du prétexte narratif, c'est aussi d'équilibre dont il est question, d'affranchissement des pesanteurs. Et là, chapeau les artistes ! Un feu d'artifice d'acrobaties Vrille

Continuer à lire

Les 7 Collines verdoyantes

CONNAITRE | Aujourd'hui a été lâchée la programmation du festival des 7 Collines. Pluridisciplinaire mais se tournant de plus en plus vers le nouveau cirque, l'événement de fin juin/début juillet apporte son lot de belles surprises. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mercredi 6 avril 2016

Les 7 Collines verdoyantes

Tournée vers les nouveaux talents et principalement vers le cirque, la programmation du cru 2016 du festival des 7 Collines (du 29 juin au 8 juillet), réserve quelques belles surprises. Tour d'horizon de quelques dates à retenir. La première bonne nouvelle est la présence de plusieurs exclusivités. Outre les nouvelles créations des Colporteurs ou de Mathurin Bolze, la présence de trois spectacles inédits retiennent notre attention. Tout d'abord un trio anglais, la Barely Methodical Troupe avec sa pièce Bromance. Jamais jouée en France et plébiscitée outre-Manche, cette oeuvre circassienne acrobatique prouve que cette troupe est à suivre de très près. Autres anglophones, la compagnie australienne Gravity and other myths posera ses valises à Saint-Chamond pour deux dates de sa création A simple space. Captivant le public en le gardant proche d'eux et suspendu à leurs mouvements, les artistes proposent une oeuvre toute en finesse, également inédite en France. Enfin, troisième prestation qui a attiré notre oeil, Sweat baby sweat du jeune chorégraphe belge Jan Mertens. Cette oeuvre sensible et tou

Continuer à lire

La Passion d'Augustine

ECRANS | Critique du film La passion d'augustine de Léa Pool (Can, 1h43) avec Céline Bonnier, Lysandre Ménard, Diane Lavallée…

Vincent Raymond | Mercredi 30 mars 2016

La Passion d'Augustine

Associer bonnes sœurs et musique s’avère une recette toujours payante, surtout si l’on montre ces austères vestales dans des situations a priori inappropriées (s’opposant à leur hiérarchie, bougeant en rythme…). Avec son titre aux faux-airs canailles pour chaînes cryptées, La Passion d’Augustine n’a rien d’une comédie chantée façon Sister Act. Et pour les Québécois qui l’ont plébiscité, ce film relate surtout deux événements majeurs concomitants : la fin du contrôle du système éducatif par l’Église et l’abandon des tenues de religieuses classiques décrété par le concile Vatican II : deux évolutions allant dans le sens de la modernité. Mais si la progressiste sœur Augustine consent à adopter une vêture moins empesée, elle demeure rétrograde sur le chapitre de l’enseignement : obnubilée par son amour pour la musique, la nonne s’accroche au couvent qu’elle dirige, avec un entêtement de pécheresse — il est vrai que la bougresse a eu une vie de femme avant ses vœux… Pour éviter les maux de tête causés par ce paradoxe, on se bornera à suivre le merveilleux parcours de la jeune pianiste virtuose (mais sauvageonne) cornaquée par Augustine. En mettant son espr

Continuer à lire

Les Ogres

ECRANS | Léa Fehner tend le barnum de son deuxième long métrage au-dessus du charivari d’une histoire familiale où les rires se mêlent aux larmes, les sentiments fardés aux passions absolues… Qu’importe, le spectacle continue !

Vincent Raymond | Mardi 1 mars 2016

Les Ogres

Surprenant de voracité, le titre ne ment pas : Les Ogres est bien un film-monstre. Car pour évoquer de manière lucide le quotidien d’une troupe tirant le diable par la queue, confondant la scène et la vraie vie, l’enfant de la balle — voire, enfant de troupe — Léa Fehner n’aurait pu faire moins que cette chronique extravagante, profuse, débordante de vie. D’une durée excessive, et cependant nécessaire, cette œuvre vrac et foutraque rend compte du miracle sans cesse renouvelé d’un spectacle, né d’un effarant chaos en coulisses, produit par la fusion d’une somme d’individus rivaux soumis à leurs démons, leurs passions et jalousies. Quel cirque ! Ogres, ces saltimbanques le sont tous à des degrés divers, se nourrissant réciproquement et sans vergogne de leur énergie vitale — à commencer par le propre père de la cinéaste. Chef de bande tout à la fois charismatique et pathétique, odieux et investi dans le fonctionnement de la compagnie qu’il dirige en pote-despote, il tiendrait même de Cronos, dévorant ses enfants comme le Titan mythologique. Si Léa Fehner a su dépeindre les relations complexes se nouant au sein de ce groupe d’artistes

Continuer à lire

Samian : « Le rapport avec le public français est très spécial »

MUSIQUES | Rappeur d'origine algonquine et québécoise, Samian porte un message avec son œuvre de rassemblement. Rencontre avec un mec ouvert d'esprit, donnant envie de mieux appréhender la culture autochtone et l'histoire des Premières Nations d'Amérique du Nord. Propos recueillis par Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Lundi 9 novembre 2015

Samian : « Le rapport avec le public français est très spécial »

Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours musical ? Samian : J'ai commencé l'écriture il y a une vingtaine d'années et je suis réellement entré dans la musique il y a 11 ans avec un projet qui s'appelle Wapikoni Mobile. Ce projet correspond à une roulotte qui est allée dans les communautés autochtones au Québec pour donner accès à un studio d'enregistrements, un moyen de faire des vidéos, de créer directement. J'ai fait mes premiers enregistrements là-bas en 2004 et suite à tout ceci, j'ai tourné dans plusieurs festivals au Québec et en France puis j'ai signé un premier contrat pour un disque sorti en 2007. Depuis, nous avons sorti trois albums et fait le tour du monde. Ce fut très rapide ! Vous êtes un rappeur d'origine autochtone. Êtes-vous nombreux au Québec ? Il y en a de plus en plus. Cela fait trois automnes que j'anime une émission qui s'appelle Le Rythme basée sur la présence de jeunes francophones issus des communautés autochtones. Je viens de passer huit semaines avec les jeunes dans une maison à Montréal pour les assister dans leurs cours de chant, de théâtre, de composition, ..

Continuer à lire

Poses et postures

SCENES | Latex Remix ou la stimulation d'une imagination parfois défaillante. Présenté par le Collectif Delgado Fuchs, cette création au titre étonnant partagera le (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 1 juillet 2015

Poses et postures

Latex Remix ou la stimulation d'une imagination parfois défaillante. Présenté par le Collectif Delgado Fuchs, cette création au titre étonnant partagera le plateau de l'Usine lors des 7 Collines avec Duet for two dancers, un duo chorégraphié par la talentueuse Tabea Martin, sur une musique d'Igor Stravinski. Pensée par Nadine Fuchs et Marco Delgado, la pièce Latex Remix a été dictée par un désir de montrer la sensualité qui se dégage de la façon de bouger, de mettre en mouvement des corps dont la plastique impeccable représente la volupté. Les figures se rapprochent du patinage artistique, de la natation synchronisée ou de la danse classique en suscitant l'éveil érotique du public. Tout autre est le spectacle chorégraphié par Tabea Martin qui trouve, à travers Duet for two dancers, l'occasion d'exprimer les pensées, les questions, les doutes qui rappellent les états d'âme tourmentés qu'exprime Hamlet dans le célèbre To be or not to be. Être ou ne pas être danseur ? Que signifie danser et ne pas danser ? La liberté de choix peut engendrer doutes et inquiétudes condamnant parfois à l'immobilism

Continuer à lire

Comme par magie

SCENES | La magie mentale a l’honneur des deux festivals ligériens par une seule et même compagnie de cirque finlandaise. De l’Estival de la Bâtie avec « Une séance peu ordinaire » aux 7 Collines avec « Intimus Stimulus », le Circo Aereo créera l’illusion. Florence Barnola

Florence Barnola | Mardi 30 juin 2015

Comme par magie

Où classer la prestidigitation ? Dans le cirque ? Le théâtre ? Difficile de définir cet art qui semble aujourd’hui prendre le même chemin que le clown, devenant un art théâtral à part entière. Bien qu’au XIXe siècle déjà l’illusionnisme avait ses théâtres... C’est dans cette lignée de prestidigitateurs que s’inscrit Jani Nuutinen du Circo Aereo. Vêtu d’un costume trois pièces très XIXe, barbe et cheveux mi-longs sur le cou, l’illusionniste semble tout droitsorti d’un film. Son léger accent finlandais, son regard bleu acier et son débit de paroles très posé l’entoure d’un certain mystère. Le circacien, jongleur et magicien a créé sa compagnie Circo Aereo en 1996 en Finlande, avant d’intégrer le Centre National des Arts du Cirque dont il sortira diplômé en 2001. Deux solos de la compagnie figurent à la programmation de deux festivals ligériens importants en juillet : l’Estival de la Bâtie et les 7 Collines. Dans la grange ou sous chapiteau Circo Aereo répond aux deux programmations. Pour l’Estival de la Bâtie, Jani Nuutinen présentera une petite forme, Une séance peu ordinaire. On peut d’ores et déjà révéler que le titre n’est pas usurpé. Quant aux 7 Collines

Continuer à lire

Pierre Lapointe : « J'incarne quelque chose d'assez unique »

MUSIQUES | Dandy pop québécois, situé au-delà du conformisme ou du formatage, Pierre Lapointe est un artiste unique, populaire et esthète à la fois. Il distille depuis des pépites musicales qui ont fait de lui une véritable icône de la chanson francophone Outre-Atlantique et une valeur sûre en France. Il vient présenter "Paris Tristesse", son second projet seul au piano, ce vendredi à la salle Jeanne d'Arc dans le cadre de l'ouverture du festival Paroles & Musiques. Rencontre avec un mec à part. Propos recueillis par Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Mardi 30 novembre 1999

Pierre Lapointe : « J'incarne quelque chose d'assez unique »

Vous enchaînez les A/R entre le Québec et la France. Vous n'arrêtez jamais ? Pierre Lapointe : Non c'est vrai, j'ai plusieurs projets télévisuels, The Voice version Québec (NDLR : La Voix ) et un show musical, sans compter les concerts et les tournées. Alors oui, en effet je n'arrête pas, mais je ne m'en rends pas vraiment compte parce que je fais réellement ce que j'aime, en tout temps. À propos de Paris Tristesse, c'est un album pensé pour le marché français. Vous aviez sorti sorti Punkt un an avant. Punkt est sorti en janvier 2014 et Paris tristesse en octobre de la même année. Au début, Paris Tristesse ne devait sortir qu'en France mais à la demande générale, il est sorti au Québec également et le premier concert de cette tournée aura lieu à Montréal mi-juin. Après la chronique matinale que j'animais pendant l'été 2014 sur France Inter, des portes se sont ouvertes du côté des maisons de disques et ce projet de reprise au piano de certains de mes titres en plus de reprises me tentait. Du coup, il s'est concrétisé.

Continuer à lire

Pierre Lapointe : « J'incarne quelque chose d'assez unique »

MUSIQUES | Dandy pop québécois, situé au-delà de tout conformisme ou formatage, Pierre Lapointe est un artiste unique, populaire et esthète à la fois. Il distille depuis des pépites musicales qui ont fait de lui une véritable icône de la chanson francophone Outre-Atlantique et une valeur sûre en France. Il vient présenter "Paris Tristesse", son second projet seul au piano, ce vendredi à la salle Jeanne d'Arc dans le cadre de l'ouverture du festival Paroles & Musiques. Rencontre avec un gars à part. Propos recueillis par Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Vendredi 5 juin 2015

Pierre Lapointe : « J'incarne quelque chose d'assez unique »

Vous enchaînez les A/R entre le Québec et la France. Vous n'arrêtez jamais ? Pierre Lapointe : Non c'est vrai, j'ai plusieurs projets télévisuels, The Voice version Québec (NDLR : La Voix ) et un show musical, sans compter les concerts et les tournées. Alors oui, en effet, je n'arrête pas, mais je ne m'en rends pas vraiment compte parce que je fais réellement ce que j'aime, en tout temps. Paris Tristesse est un album pensé pour le marché français. Vous aviez sorti Punkt simplement un an avant... Punkt est sorti en janvier 2014 et Paris tristesse en octobre de la même année. Au début, Paris Tristesse ne devait sortir qu'en France, effectivement, mais à la demande générale, il est sorti au Québec également et le premier concert de cette tournée au Québec aura lieu à Montréal mi-juin. Après la chronique matinale que j'animais pendant l'été 2014 sur France Inter, des portes se sont ouvertes du côté des maisons de disques et ce projet de reprise au piano de certains de mes titres en plus de reprises me tentait. Du coup, il s'est concrétisé.

Continuer à lire

Réminiscences et balles de nuit

SCENES | Des confessions en cuisine avec les 7 doigts de la main à du jonglage magique à six mains de nuit. Voici deux créations («Cuisines & Confessions» et «Nuit») qui ont retenu toute notre attention parmi un programme des 7 Collines 2015 riche et singulier. Monique Bonnefond

Monique Bonnefond | Mardi 2 juin 2015

Réminiscences et balles de nuit

Ah ! la bonne odeur de la soupe au pistou qui fait soudain surgir des marchés de Provence, le bruit soyeux d'une bouche posée sur une autre bouche ! Tout le monde connaît ce régal des sens qui réveille des souvenirs inscrits dans nos histoires personnelles. Cuisine et confessions de la compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main dose savamment des ingrédients qui sollicitent nos cinq sens : le toucher qui restitue la sensation des mains qui pétrissent, l'odeur des biscuits sortant du four... le tout agrémenté d'une «sauce musicale bien épicée» qui charme nos oreilles avec une reprise acoustique de You're the one that I want de Grease. On se délecte de ce menu revigorant préparé sous nos yeux par neuf circassiens qui échangent des propos, souvent drôles, avec le public invité à «mettre son grain de sel» et à partager un moment festif et convivial. Cet aspect communicatif se trouve aussi dans Nuit où le «langage jonglé» est source de dialogue. La Nuit ! Trois hommes et des balles. Que se passe-t-il entre eux ? Tout ce que le Collectif Petit Travers a imaginé, avec en plus, une touche de magie concoctée par Yann Frisch. «Du côté de ch

Continuer à lire

Sur la bande FM

MUSIQUES | Rien n'est dû au hasard paraît-il. Pour FM Laeti, c'est pourtant par une pure coïncidence que leur duo a débuté son histoire. Invités tous deux à participer à une (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 juin 2015

Sur la bande FM

Rien n'est dû au hasard paraît-il. Pour FM Laeti, c'est pourtant par une pure coïncidence que leur duo a débuté son histoire. Invités tous deux à participer à une émission de Radio Campus à propos d'artistes auto-produits, Laetitia Bourgeois, chanteuse guadeloupéenne au timbre soul suave et François-Marie Dru, compositeur, ont tout de suite accroché. En sortant de studio, ils ont partagé leurs goûts musicaux, puis rapidement ont travaillé sur des compositions communes qu'ils enregistrèrent un an après. Sur ces entrefaites le duo FM Laeti prenait alors son envol un peu grâce à la bande FM... Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts : deux albums plus loin, le groupe s'impose dans la série des duos (malgré l'arrivée du frère de François-Marie transformant la formation en trio) de pop française "à la mode", rejoignant pêle-mêle The Dø ou encore Elephant. Après un premier album - It Will All Come Around - orienté vers la folk acoustique, FM Laeti s'est enfermé en Provence afin d'enregistrer au calme For The Music, une ode pop, boucanée à la soul music, où la voix de Laetitia Bourgeois prend toute sa place. Un disque calibré pour la danse - comme le démontre

Continuer à lire