Arnaud Meunier : "Ne mettre personne sur la paille"

Point de vue | Le confinement touche l'activité du spectacle vivant de plein fouet. Notamment l'activité théâtrale et les créations. Arnaud Meunier, directeur de La Comédie, nous explique comment il tente de gérer la situation.

Nicolas Bros | Jeudi 2 avril 2020

Photo : © Niko Rodamel


Y-a-t-il encore un peu d'activité à La Comédie, malgré le confinement ?

Les activités administrative et comptable se poursuivent de manière numérique et digitale. Concernant l'École, nous avons trouvé un programme pédagogique qui fonctionne par Skype et Internet, donc les élèves sont maintenus au travail. En revanche, le reste de l'activité du Centre dramatique national est à l'arrêt, tout ce qui était répétitions, spectacles…

Pour une institution telle que La Comédie de Saint-Étienne, qu'est-ce que cette crise va changer ?

Ce que j'espère, c'est qu'il y aura un avant et un après. Cette épreuve mondiale est inédite et elle nous amène à nous poser des questions sur ce qu'est une société et sur ce qui nous paraît essentiel et important. Par rapport à La Comédie, nous avons écrit une lettre aux spectateurs pour les tenir informés de ce qu'il se passait et nous avons eu de nombreux retours et c'est très émouvant. Il est beau de se rendre compte qu'un théâtre est un endroit où l'on se regroupe avant tout. Dans une période de mise à distance sociale, c'est vraiment ce qu'il nous manque finalement. Le théâtre apporte également le côté éphémère d'une émotion partagée avec toute une salle. Nous réfléchissons à une lettre numérique hebdomadaire destinée au public, dans laquelle se trouveraient quelques surprises, pour maintenir un lien. Mais on sait que la force du spectacle vivant n'est pas remplaçable par la voie numérique. Parallèlement, nous essayons de réfléchir au coup d'après, à quand on pourra réouvrir, se retrouver et s'étreindre, ce qui est également très important.

On reste chez nous, certes, mais l'argent doit continuer de circuler de manière à ne pas rajouter une crise sociale et économique à une crise sanitaire.

Vous vous êtes engagés très tôt à soutenir les artistes et techniciens…

Nous avons pris la décision très rapidement, en essayant d'entraîner dans notre sillage d'autres structures tels que les autres Centres dramatiques, de ne surtout pas s'abriter derrière la force majeure. Cette dernière peut s'appliquer et nous pourrions donc ne plus rien payer… Mais si jamais nous faisions cela, ce serait la catastrophe pour les plus fragiles et précaires. Au contraire, nous devions servir de « courroie de transmission » de toutes les mesures d'urgence exceptionnelles qui sont en train de se mettre en place. Nous restons avant tout un employeur qui doit faire en sorte d'assurer des rémunérations même si les représentations n'ont pas lieu. Autant pour les salariés permanents que pour les salariés intermittents. Par rapport aux compagnies qui devaient jouer chez nous et qui avaient engagé des frais, il est important d'assurer un paiement afin de ne pas les mettre en faillite. Nous avons œuvré dans ce sens au sein de l'association des Centres dramatiques nationaux pour que, globalement, nous fassions tous la même chose et que cela permette également de peser dans la décision pour les théâtres de ville, reliés à des municipalités qui pourraient être tentées de s'abriter derrière le « service non effectué ». De nombreuses villes ont montré l'exemple. Ce sont de saines décisions selon moi. On reste chez nous, certes, mais l'argent doit continuer à circuler de manière à ne pas rajouter une crise sociale et économique à une crise sanitaire.

Pensez-vous qu'il y aura un impact sur les créations ?

C'est un peu tôt pour le dire mais il est sûr qu'il y a de nombreux spectacles qui devaient voir le jour actuellement et qui n'y arrivent pas. Donc la problématique est de ne pas avoir de spectacles “mort-nés”. Il faut qu'ils puissent se reporter. C'est d'autant plus compliqué que, par exemple, nous avons bouclé notre saison prochaine… Nous sommes en train de finir la rédaction de la brochure de saison. On sait qu'on ne trouvera pas de solutions sur la saison prochaine a priori. En fonction de la date à laquelle nous pourrions ouvrir à nouveau, nous pourrions essayer de déplacer des spectacles prévus en ce moment avant la coupure estivale, c'est-à-dire dans deux mois, ou bien proposer un report sur la saison 2021/2022. D'où l'importance de bien anticiper les incidences pour les compagnies et les artistes…

Tout le monde semble avoir saisi qu'il n'est pas du tout le moment de commencer à être mesquin.

En prenant un peu de recul, pourrait-il y avoir des fermetures de « petits » théâtres selon vous ?

J'ai l'impression que non. Ce que j'entends globalement de la part de l'État et des collectivités, c'est que tout le monde est sur le pont de guerre et semble avoir saisi qu'il n'est pas du tout le moment de commencer à être mesquin. L'idée est de ne mettre personne sur la paille. Cela étant dit, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Dans la profession, tout le monde a les yeux rivés sur le festival d'Avignon qui, pour le moment, n'est pas reporté. Mais jusqu'à quand peuvent-ils tenir cette ligne ? S'il y a annulation de cet événement, ce sera très conséquent en termes économiques pour l'ensemble de la profession. C'est un jeu de dominos… Comme tout le monde, nous suivons la situation au jour le jour. Ma ligne de conduite, pour l'instant, consiste à être très responsable en tant qu'employeur, de manière à rassurer et contribuer à créer de la cohésion et de la solidarité. Certes, nous sommes éloignés les uns des autres, mais rien ne nous empêche de réfléchir collectivement et penser solidairement.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À la Talaudière, le centre culturel Le Sou mise sur l’an prochain

Lieu | Désabusé et lassé des multiples reports et annulations des spectacles programmés depuis un an, Gaël Gaborit, le responsable du Sou, préfère regarder devant lui. A 15 jours d’une réouverture, lui s’impatiente surtout de la saison prochaine, qui s’annonce riche et bien fournie.

Cerise Rochet | Mardi 4 mai 2021

À la Talaudière, le centre culturel Le Sou mise sur l’an prochain

Fin avril, à la Talaudière, un soir de pluie. Désespérément seul dans son bureau, Gaël Gaborit, responsable du centre culturel Le Sou, se languit… Et ce ne sont pas les annonces du président Macron, quelques heures auparavant, qui semblent le consoler. Oui, la réouverture des salles de spectacles semble se dessiner. Mais trop d’inconnues restent encore à éclaircir. Quid des jauges, et de la territorialisation ? La Loire sera-t-elle réellement en capacité d’accueillir prochainement du public, compte tenu de sa situation sanitaire ? « Non, je ne suis pas rassuré, d’autant qu’en plus, on a eu l’habitude des revirements de dernière minute, donc rien n’est encore fait ! », souffle-t-il avec lassitude. Malgré tout, pas mal de choses sont d’ores et déjà arrêtées concernant la programmation du Sou pour ces prochains mois. Le dernier spectacle de la saison, qui devait se tenir fin mai, a finalement été annulé. La salle accueillera une date du festival des 7 Collines, le dimanche 4 juillet à 18 heures. « En fait, la réouverture concernera essentiellement le cinéma, peut-être sur le vendredi soir, samedi et dimanche, ainsi que pendant les vacances scolaires. On sera

Continuer à lire

Benoît Lambert : « Saint-Étienne, une ville qui possède une histoire forte avec le théâtre »

Rencontre | Benoît Lambert vient d'être nommé directeur de La Comédie de Saint-Étienne et de son école attenante. Nous nous sommes entretenus avec lui pour en savoir davantage sur la vision qu'il porte sur Saint-Étienne mais également sur ses projets à venir pour le Centre dramatique stéphanois. Échanges.

Nicolas Bros | Mardi 2 février 2021

Benoît Lambert : « Saint-Étienne, une ville qui possède une histoire forte avec le théâtre »

Pourquoi avoir fait le choix de candidater pour la direction de La Comédie de Saint-Étienne ? J’ai candidaté à Saint-Étienne, c’est important de le dire. Ce n’est pas un hasard. Je dirige actuellement le théâtre de Dijon pour lequel j’avais candidaté il y a 8 ans pour des raisons très précises. C’est la même situation avec Saint-Étienne. D’abord, La Comédie de Saint-Étienne est une maison que je connais pour l’avoir fréquentée. Arnaud Meunier m’avait demandé d’être le parrain de la promo 25, la première qu’il avait recrutée à son arrivée. Cela m’a permis de travailler à La Comédie, avec les élèves… Mes spectacles y ont également été accueillis. J’ai passé du temps dans la ville, une ville que j’apprécie beaucoup. Donc la question de cette candidature n’était pas simplement de venir travailler mais de venir vivre à Saint-Étienne, ce qui correspond à un enjeu important pour moi. Ce théâtre a également un tel essor sous l’impulsion d’Arnaud Meunier, qu’il est devenu un des plus beaux théâtres de France. Ce n’est pas de la flagornerie. Ce nouveau bâtiment, le développement de l’école, … c’est un rêve. Et je dois dire aussi que je suis un héritier idéologiq

Continuer à lire

Benoît Lambert est le nouveau directeur de la Comédie

Mercato | Suite au départ d'Arnaud Meunier de la direction de La Comédie de Saint-Étienne en ce début d'année, c'est Benoît Lambert qui vient d'être désigné pour sa (...)

Nicolas Bros | Vendredi 29 janvier 2021

Benoît Lambert est le nouveau directeur de la Comédie

Suite au départ d'Arnaud Meunier de la direction de La Comédie de Saint-Étienne en ce début d'année, c'est Benoît Lambert qui vient d'être désigné pour sa succession. Ce metteur en scène est directeur du Théâtre Dijon Bourgogne depuis janvier 2013. Il a été élève à l'École Normale Supérieure avant de suivre des cours de théâtre avec Pierre Debauche au début des années 90. Du côté de la scène, il a notamment créé trois pièces de François Bégaudeau : La Grande Histoire en 2014, La Devise  en 2015 et La Bonne Nouvelle en 2016. Il a toujours la volonté de mettre la jeunesse en avant comme le prouve sa mise en scène de Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux en 2017, où il dirige quatre jeunes acteurs en contrat de professionnalisation. Enfin, Saint-Étienne n'est pas

Continuer à lire

Retour sur un confinement stéphanois

Album photos | Eric Viou, photographe et directeur de la publication du magazine stéphanois STEMP, s'est lancé dans un projet photographique inédit pendant le confinement (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 octobre 2020

Retour sur un confinement stéphanois

Eric Viou, photographe et directeur de la publication du magazine stéphanois STEMP, s'est lancé dans un projet photographique inédit pendant le confinement vécu de mars à mai dernier. Immortalisé « ce qui était impensable, inimaginable, iréel, devenait réalité. La France était confinée. » Le résultat de ce travail est d'abord un livre d'art, MAM (MarsAvrilMai2020) Saint-étienne confinée, condensé de 226 photos sur 196 pages sur lesquelles viennent s'ajouter les mots de plusieurs auteurs stéphanois : Martine Goubatian, Karine Guérit, Elsa Lorente, Caroline Puig Grenetier, Chloé Radix et Gilles Rossary-Lenglet. Une épreuve dans laquelle on peut découvrir l'oeil du graphiste et photographe sur la ville qui l'aime tant tout en percevant ici et là des références multiples à Richard Long, Buren, Villeglé ou encore les Beatles. Un livre donc, mais également une exposition à L'Art Demeure & J'ai 2 Amours visible jusqu'au 14 novembre. MAM (MarsAvrilMai2020) Saint-Etienne confinée par Eric Viou [STEMP éditions] livre en vente à la Librairie de Paris ou à commander sur : stempmagazine@icloud.com Exposition jusqu'au 14 novembre

Continuer à lire

Arnaud Meunier : « Je vois la MC2 comme une locomotive »

Mercato | On a appris cet été que le 1er janvier 2021, le metteur en scène Arnaud Meunier succédera à Jean-Paul Angot à la tête de la MC2, l’une des plus importantes scènes nationales de France. On l’a rencontré début septembre alors qu’il se rendait à ses premiers rendez-vous grenoblois (on passait juste avant la Ville de Grenoble) pour en savoir un peu plus sur son projet et ses envies.

Aurélien Martinez | Vendredi 4 décembre 2020

Arnaud Meunier : « Je vois la MC2 comme une locomotive »

Pourquoi avez-vous décidé d’être candidat au poste de directeur de la MC2 ? Arnaud Meunier : Il y a plusieurs raisons. D’abord, ça fait maintenant dix ans que je suis dans la région comme je dirige la Comédie de Saint-Étienne. Une région que je connaissais mal avant d’y arriver mais que j’ai appris à découvrir et dans laquelle je me sens aujourd’hui très bien, d’où l’envie très forte d’y rester. Ensuite, après dix ans d’aventure heureuse à Saint-Étienne, je voulais un nouveau défi tout aussi excitant. Dans le paysage régional, la MC2 me semblait passionnante, tant du point de vue historique que dans ses enjeux en 2020. C’est l’une des institutions françaises les plus richement dotées, elle a donc un rôle important dans l’économie du spectacle vivant et de la création. Et puis il y a Grenoble en tant que telle, qui me paraît elle aussi passionnante. C’est, par exemple, une ville qui concentre une moyenne de CSP+ plus importante que d’autres, et qui en même temps a des quartiers parmi les plus difficiles de France. Pour quelqu’un comme moi qui œuvre à la mixité des publics, à faire se rencontrer des gens d

Continuer à lire

La Comédie cherche sa direction

SCENES | Nouvelle directrice ou nouveau directeur ? En tout cas, ce sera une ou un artiste pour diriger La Comédie de Saint-Étienne après le départ d'Arnaud Meunier (...)

Nicolas Bros | Mardi 1 septembre 2020

La Comédie cherche sa direction

Nouvelle directrice ou nouveau directeur ? En tout cas, ce sera une ou un artiste pour diriger La Comédie de Saint-Étienne après le départ d'Arnaud Meunier en fin d'année à Grenoble. Une annonce a été postée par la structure d'art dramatique stéphanoise. Avis aux intéressés ! Nous en profitons pour vous rappeler que la saison 20/21 débutera dès le 17 septembre prochain avec le spectacle Angels in America. Toutes les dates sont à retrouver sur cette page.

Continuer à lire

Arnaud Meunier part à Grenoble

Nomination | C’est Arnaud Meunier qui succédera le 1er janvier 2021 à Jean-Paul Angot à la direction de la Maison de la Culture de Grenoble, Scène nationale. Il quittera ainsi la Comédie de Saint-Étienne qu’il dirige depuis 2011, ainsi que l’école supérieure afférente.

Nadja Pobel | Jeudi 16 juillet 2020

Arnaud Meunier part à Grenoble

Arnaud Meunier est, par ailleurs, artiste metteur en scène. Ces dernières années, il a notamment dirigé Didier Bezace et Catherine Hiegel dans Retour au désert, Rachida Brakni (Je crois en un seul Dieu), qu’il a associée à Philippe Torreton dans J'ai pri

Continuer à lire

La Comédie en l'honneur des soignants

Lectures | Après avoir rouvert ses portes vendredi 3 juillet pour le "spectacle de fin d'année" de la promo 29 de son école, La Comédie de Saint-Étienne propose un (...)

Nicolas Bros | Lundi 6 juillet 2020

La Comédie en l'honneur des soignants

Après avoir rouvert ses portes vendredi 3 juillet pour le "spectacle de fin d'année" de la promo 29 de son école, La Comédie de Saint-Étienne propose un spectacle inédit, offert au public de ce soir jusqu'à mercredi soir. Trois soirées en l'honneur des soignantes, soignants et des fameuses "premières lignes". Ca s'appelle Nous y voilà et c'est un condensé de lectures et de poésies mis en musique et déclamé par Philippe Torreton, Richard Kolinka et Aristide Rosier. Il vous faudra réserver et venir avec votre masque pour assister à une de ces représentations. Nous y voilà !, lundi 6, mardi 7 et mercredi 8 juillet à 20h à La Comédie de Saint-Étienne Infos et résas : 04 77 25 14 14 ou billetterie@lacomedie.fr

Continuer à lire

Le Verso rouvre ses portes

SCENES | Elle vous attend avec En vous attendant. L'équipe du théâtre stéphanois Le Verso relance la machine cette semaine pour deux spectacles-rencontres (...)

Nicolas Bros | Lundi 22 juin 2020

Le Verso rouvre ses portes

Elle vous attend avec En vous attendant. L'équipe du théâtre stéphanois Le Verso relance la machine cette semaine pour deux spectacles-rencontres concoctés par le Théâtre de l'Incendie de Laurent Fréchuret. Après plusieurs mois de fermeture, c'est enfin le retour du théâtre à Saint-Étienne avec la pièce En vous attendant, un « solo d'acteur multiple dans l'absurde ludique et déconfiné. » Ca se passe avec l'acteur Sylvain Delcourt les mardi 23 et mercredi 24 juin à 20h au Théâtre le Verso. En vous attendant, mardi 23 et mercredi 24 juin à 20h au Théâtre Le Verso à Saint-Étienne Réservation obligatoire au 04 77 47 01 31 Vous serez rappelé pour avoir confirmation de votre réservation / Port du masque obligatoire.

Continuer à lire

Frédéric Legros : « On a travaillé deux fois plus vite pour être prêts »

ARTS | Comme beaucoup de responsables d’institutions culturelles, Frédéric Legros se souviendra du printemps 2020 comme d’une saison non en enfer, mais au purgatoire. Le directeur du Palais Idéal du facteur Cheval se projette néanmoins avec confiance dans l’avenir…

Vincent Raymond | Mardi 9 juin 2020

Frédéric Legros : « On a travaillé deux fois plus vite pour être prêts »

Comment s’est déroulée votre réouverture ? Frédéric Legros : Pour tout vous dire, nous nous attendions à rouvrir en juin. Et au cours d’une conférence de presse, le préfet de la Drôme a annoncé qu’il invitait les musées et différentes structures du département à rouvrir au public, dont le Palais Idéal — seule structure nommément citée. On a donc accéléré le travail en cours sur le protocole de réouverture qui passait notamment par la mise en place d’une billetterie en ligne et d’un système de réservation, ce qui n’avait jamais existé au Palais. On l’avait prévu pour juin afin de gérer les flux, et au final on a travaillé deux fois plus vite pour être prêts. Mais c'était plutôt heureux d’avancer dans ce sens. D’autant que ça été vécu vraiment comme une bonne nouvelle, et un très bon signe. La semaine dernière j’ai fait une réunion en visio avec les différents partenaires de la Communauté de commune — 39 communes entre l’Ardèche et la Drome — et tout le monde était hyper content d’apprendre la réouverture du Palais. Après deux mois de confinement à

Continuer à lire

Les cinés pourraient rouvrir début juillet

ACTUS | Le ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé ce matin dans l'émission Télématin sur France 2 qu'était envisagé une réouverture des salles de ciné début (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 mai 2020

Les cinés pourraient rouvrir début juillet

Le ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé ce matin dans l'émission Télématin sur France 2 qu'était envisagé une réouverture des salles de ciné début juillet. Une possibilité soumise bien évidemment à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Nous travaillons à une réouverture des salles de cinéma début juillet. Mais il est encore trop tôt pour prendre une décision définitive. Nous ferons le point sur l'évolution de l'épidémie et la prochaine phase de déconfinement à la fin du mois de mai. #Les4V pic.twitter.com/pE3Fk13Yi4 — Franck Riester (@franckriester) May 20, 2020

Continuer à lire

Vise un peu ça

Art urbain | L'artiste stéphanois ViZa, qui expose à la Galerie Pasqui, rue des Creuses, vient de réaliser sur les murs de cette galerie l'œuvre Aux armes, que vous (...)

Nicolas Bros | Mardi 12 mai 2020

Vise un peu ça

L'artiste stéphanois ViZa, qui expose à la Galerie Pasqui, rue des Creuses, vient de réaliser sur les murs de cette galerie l'œuvre Aux armes, que vous pouvez découvrir en illustration de cet article. L'artiste précise que « cette fresque n'est pas forcément un hommage aux soignants comme j'ai pu le voir sur différents post mais plutôt un marqueur de la période que nous sommes en train de traverser et qui a bouleversé nos vies. Après chacun est libre de se l'approprier comme il le souhaite...

Continuer à lire

6 mai : Emmanuel Macron espère « un été apprenant et culturel »

État | Pas d’allocution classique, mais, depuis l’Elysée, une visioconférence avec plusieurs acteurs de la culture : le chef de l’État a ébauché mercredi quelques réponses à la situation de crise que traverse actuellement le secteur. Il a aussi émis des idées pour la suite. Des annonces dont nous avons parlé avec des acteurs culturels.

La rédaction | Vendredi 8 mai 2020

6 mai : Emmanuel Macron espère « un été apprenant et culturel »

L’idée d’une refondation et d’un pacte culturel « Moi aussi, j’attends beaucoup du monde culturel ». Emmanuel Macron l’a expliqué à la fin de l’échange avec les acteurs culturels : il compte notamment sur la participation des artistes aux activités périscolaires et se dit prêt à ce que l’État les rémunère. « Nous avons des écoles que l’on va rouvrir progressivement et devoir organiser complètement différemment. Maintenant et partout en France. Ce moment, jusqu’à juillet, est essentiel ». Le chef de l’État imagine ensuite « un été apprenant et culturel » et dit ainsi penser « aux millions de jeunes qui ne pourront pas partir loin en vacances : on ne pourra pas faire de festivals, mais rien n’interdit d’inventer autre chose, dans des formes plus petites : c’est une opportunité extraordinaire de chantiers de création ». Le président de la République dit aussi vouloir lancer « un grand programme de commandes publiques », auquel les milieux artistiques seraient associés, en faveur des jeunes créateurs (de moins de 30 ans) « à la sortie de l’école ou du conservatoire ». Enfin, à la rentrée, Emmanuel Macron parle d’inven

Continuer à lire

28 avril : les nouvelles annonces d’Édouard Philippe

Déconfinement | Dans un discours à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a détaillé le plan de déconfinement envisagé par le gouvernement à partir du 11 mai prochain. Il a fait quelques annonces importantes pour le secteur culturel.

La rédaction | Mardi 28 avril 2020

28 avril : les nouvelles annonces d’Édouard Philippe

La situation générale Devant la représentation nationale, le chef du gouvernement a visiblement pesé ses mots. Son discours a duré une heure et s’est d’abord appuyé sur le contexte général actuel : « Depuis le 17 mars dernier, notre pays vit confiné (…). Jamais il ne l'avait été comme il l’est aujourd’hui, et, de toute évidence, il ne peut l’être durablement ». La date du lundi 11 mai, annoncée par Emmanuel Macron comme celle du début du déconfinement progressif, reste pleinement d’actualité. Des objectifs sanitaires importants y sont étroitement associés. Les explications du Premier ministre maintiennent une part d’incertitude sur ce point précis : le déconfinement prévu pourrait en pas avoir lieu « si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous » ou, s’il est effectif, être mis en œuvre « plus strictement ». En complément des moyens sanitaires publics disponibles, Édouard Philippe parle de « discipline » et entend inciter « à lutter contre les signes de relâchement que nous sentons monter dans le pays ». Et d’ajouter : « Le risque d’une seconde vague, qui ruinerait les efforts et sacrifices con

Continuer à lire

La Fête du livre chez soi

Littérature | La 35e Fête du livre de Saint-Étienne est encore loin (16 au 18 octobre 2020). Mais l'équipe d'organisation, confinée, a décidé de mener un joli projet pour (...)

Nicolas Bros | Mardi 21 avril 2020

La Fête du livre chez soi

La 35e Fête du livre de Saint-Étienne est encore loin (16 au 18 octobre 2020). Mais l'équipe d'organisation, confinée, a décidé de mener un joli projet pour faire vivre le livre même pendant cette période de crise. Pendant un mois - au moins -, l'opération "Ma Fête du livre à la maison", propose chaque semaine des chroniques, portraits, vidéos, entretiens sur le site de la Fête du livre stéphanoise. Pour la première semaine (jusqu'au 26 avril), la thématique principale de l'événement est "Les animaux dans la ville" avec pour parrain l'écrivain et architecte Nicolas Gilsoul qui a sorti en 2019, Bêtes de villes, Petit traité d’histoires naturelles au cœur des cités du monde, aux éditions Fayard. Un livre qui tombe à pic avec cette période si particulière ! Chaque semaine également, un jeu concours est organisé pour faire gagner des livres aux internautes. Ces derniers sont invités à créer chansons, poèmes ou BD... Plus d'infos sur le site de la Fête du livre.

Continuer à lire

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

ACTUS | Un peu après 20h, le président de la République a annoncé que le confinement généralisé serait prolongé de quatre semaines, jusqu’au lundi 11 mai. Il a notamment fait quelques annonces importantes pour les acteurs du secteur culturel.

La rédaction | Mardi 14 avril 2020

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

État des lieux sanitaire et contexte général Le confinement « le plus strict » est prolongé jusqu’au 11 mai. En clair : les règles édictées jusqu’alors ne devraient donc pas être renforcées, mais pas non plus allégées. Du point de vue sanitaire, « l’espoir renaît », estime Emmanuel Macron. Le chef de l’État a toutefois indiqué que la tenue du nouveau délai « ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles, et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir ». Le chef de l’Etat a en outre demandé « aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en condition de handicap sévère ou atteintes de maladies chroniques, de rester confinées, même après le 11 mai, tout au moins dans un premier temps ». Il a assuré que des masques « grand public » seraient disponibles pour tous les Français à partir du 11 mai. Emmanuel Macron a aussi parlé des tests de dépistage : ils seront « d’abord pratiqués sur nos aînés, nos soignants et les plus fragiles ». Le président de la République a assuré qu’après le 11 mai, « nous serons en capacité de

Continuer à lire

Fabrice Midal : « Être humain, c’est assumer une certaine forme de fragilité »

Grand entretien | Fabrice Midal est un spécialiste des violences du quotidien (burn out, manipulations, addictions numériques) mais également un des principaux professeurs de méditation que compte l’Hexagone. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages et fondateur de l’École occidentale de méditation. Il nous apporte un regard différent et posé sur la situation que nous traversons. Rencontre avec ce philosophe qui adore presque autant la couleur jaune que les peintures de Morris Louis*.

Nicolas Bros | Jeudi 2 avril 2020

Fabrice Midal : « Être humain, c’est assumer une certaine forme de fragilité »

Comment faire l’expérience de ce que nous vivons actuellement ? J’aurais deux recommandations à formuler. La première, c’est déjà de prendre le temps d’entrer en rapport avec ce que l’on vit. La seconde, c’est de sortir une bonne fois pour toute de la pensée positive et de l’injonction à être zen. Concernant ce premier point, il est primordial d’aller dans la profondeur de notre expérience, dans sa singularité la plus grande. Que nous disent l’art, la poésie ou la littérature ? Que l’expérience humaine ne se réduit pas à des clichés. Le cliché obstrue l’entrée dans notre propre humanité. Aujourd’hui, nous sommes pris par la peur de ressentir et d’éprouver. Il faut absolument prendre le temps de s’arrêter. Paradoxalement, même si beaucoup de gens se trouvent désœuvrés dans le confinement, ce n’est pas la même chose de s’ennuyer que de prendre un temps précis pour explorer ce que l’on éprouve. Il existe de nombreuses manières de faire l’expérience de ce que l’on éprouve. Cela peut passer par la méditation au sens spécifique où je l’entends, mais cela peut être aussi de se mettre à écrire. Pas forcément un beau texte, mais surtout tenter de fo

Continuer à lire

Hommage à Saint-Étienne

La Chronique du Chicandier #7 | Jeudi. Un bar-brasserie ordinaire nommé "La Dame aux 2 chicots". Il est 14h23. Nous sommes en avril 2019. Les gens ne travaillent pas (...)

Jason Chicandier | Jeudi 2 avril 2020

Hommage à Saint-Étienne

Jeudi. Un bar-brasserie ordinaire nommé "La Dame aux 2 chicots". Il est 14h23. Nous sommes en avril 2019. Les gens ne travaillent pas dans cette cité. À 14h23 ils sont encore accoudés au bar et rajoutent du Picon dans leur galopin. Ils ont la truffe violette, épaisse, des manteaux sans forme, difficile d'en décrire précisément la couleur, ils sont entre deux âges, ils sont entre deux vins. Les vrais punks ce sont eux car ils n'ont aucun code vestimentaire. Cela dit que porter avec une paire de pantoufles et une veste de pêche orange. Sont pas là pour fourrer les mecs ! L'un deux raconte ses embrouilles avec EDF qui a envoyé des lettres de relance via une société de recouvrement nommée Contentia. Personne ne semble l'écouter. Son acolyte fixant un "Banco perdant" depuis maintenant bien une demi-heure. Les regards sont vides, lointains. Univers somme toute masculin malgré la présence d'une avocate décatie qui caramélise son palais au Bourgogne-Aligoté légèrement vert. Elle se fait draguer mollement par une personne dont les franges retombent systématiquement sur la nuque... personne n'osant lui dire qu'il est chauve le Gégé. Ancienne ville de mineurs. Souvent caricatu

Continuer à lire

#ColoreTonConfinement

CONNAITRE | Vous en avez marre d’avaler des kilomètres de séries à la télé ? Vos jeunes enfants tournent en rond dans votre appartement et vos ados n’entendent même pas (...)

Niko Rodamel | Vendredi 27 mars 2020

#ColoreTonConfinement

Vous en avez marre d’avaler des kilomètres de séries à la télé ? Vos jeunes enfants tournent en rond dans votre appartement et vos ados n’entendent même pas prendre le soleil à la fenêtre ? Dur-dur le confinement… Tiens, une idée : et si on coloriait ? Quel que soit l’âge, colorier apaise, permet de se recentrer et donc de mieux supporter les tensions familiales que peut engendrer cette situation inédite d’hyper-proximité familiale. Après avoir publié « 90 idées pour tromper l’ennui », nos amis d’Inside Lyon (le webzine pour Lyonnais curieux) s’illustrent par une nouvelle proposition pour le moins originale. Le lien https://www.inside-lyon.com/colore-ton-confinement-coloriage-gratuit/ permet de télécharger gratuitement, dans un volumineux fichier PDF, un recueil de 100 coloriages : 100 dessins originaux à imprimer librement chez vous, tout droit sortis de la plume de 43 créateurs de la région. Dans un véritable élan de tendresse et de solidarité, dessinateurs, illustrateurs, graphistes, street artists et autres créateurs ont répondu à l’appel d’Inside Lyon, se mobilisant

Continuer à lire

Le ministère de la Culture ouvre une plateforme qui regroupe ses contenus gratuits

Confinement Covid-19 | Pour que le temps passe plus vite dans cette période de confinement, ministère de la Culture ouvre une plateforme avec de nombreux contenus disponibles. L'initiative s'appelle #Culturecheznous.

Nicolas Bros | Mercredi 18 mars 2020

Le ministère de la Culture ouvre une plateforme qui regroupe ses contenus gratuits

« Une seule règle, un seul message : restez chez vous ! » C'est le mot d'ordre pour toutes et tous et c'est ce que rappelle le ministère de la Culture via communiqué. Mais pour faire face à l'ennui ou à l'isolement, de nombreuses initiatives se mettent en place et ce ministère n'est pas en reste. La preuve avec l'initiative #Culturecheznous, une plateforme initiée par Franck Riester et ses équipes, qui recensera « toutes les offres culturelles numériques gratuites. » Au programme, visites virtuelles de musées et d'expos, podcasts, concerts en ligne, jeux, contenus éducatifs pour les enfants... Le site est d'ores et déjà en ligne à cette adresse : https://www.culture.gouv.fr/Culturecheznous

Continuer à lire

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 18 mars

Confinement Covid19 / Idées culture | Que faire pendant le confinement ? Chaque jour, nous essaierons, dans la mesure du possible, de vous fournir quelques idées pour vous divertir, apprendre ou partager de bons moments dans cette période compliquée.

Nicolas Bros | Mercredi 18 mars 2020

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 18 mars

Vous retrouverez également sur notre page Facebook du contenu complémentaire. N'hésitez pas également à nous donner vos conseils culture sur cette même page Facebook : Le Petit Bulletin Saint-Étienne. Le challenge #KinoConfiné ! Vous connaissez peut-être déjà le concept des Kino. Non ? Ce mouvement, né au Québec à la fin des années 90, est un laboratoire de création de courts métrages sur une durée déterminée. Par exemple, on se réunit une semaine et on crée des films avec pas ou peu de budget, souvent sur un thème donné.. Tout le monde peut participer et créer des films. Le résultat est souvent étonnant, parfois décevant mais cela peut faire éclore de jolis pépites. À Saint-Étienne, une des cellules Kino s'appelle Kino3000 et le collectif vient de lancer un challenge pour cette période de confinement. Ca s'appelle #KinoConfiné. L'idée est donc de créer un film chez soi, en famille, seul(e), entre colocs, avec une mise en scène de « son mobilier, des légumes dans votre frigo, des montagnes de roule

Continuer à lire

Les annulations et reports de spectacles à Saint-Étienne et dans la Loire

Covid-19 | Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures culturelles, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure (dernière mise à jour : 31/03/2020)

La rédaction | Mardi 17 mars 2020

Les annulations et reports de spectacles à Saint-Étienne et dans la Loire

Depuis le samedi 14 mars, dès minuit, tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » ont fermé leurs portes : restaurants, discothèques, bars, salles de spectacles, théâtres, musées, cinémas, commerce non indispensables... Voici également les quelques informations concernant les festivals, concerts, spectacles et leurs potentiels reports que nous possédons. Le Zénith de Saint-Étienne a donné plusieurs dates de reports de ses spectacles et demande aux spectateurs de conserver leurs billets : Le Lac des Cygnes le samedi 14 mars 2020 reporté au samedi 17 octobre 2020 The Australian Pink Floyd Show le dimanche 15 mars 2020 au mardi 2 juin 2020 Irish Celtic le mercredi 18 mars 2020 reporté au vendredi 22 janvier 2021 Salon de l'immobilier du 20 au 22 mars 2020 reporté du 05 au 07 juin 2020 Jean-Louis Aubert le 31 mars 2020 reporté au 16 janvier 2021 Christophe Maé le samedi 4 avril 2020 reporté au mercredi 9 septembre 2020 5ème Colloque en soins infirmiers le jeudi 16 avril 2020 reporté au jeudi 1 octobre 20

Continuer à lire

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 17 mars

Confinement Covid19 / Idées culture | Que faire pendant le confinement ? Chaque jour, nous essaierons, dans la mesure du possible, de vous fournir quelques idées pour vous divertir, apprendre ou partager de bons moments dans cette période compliquée.

Nicolas Bros | Mardi 17 mars 2020

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 17 mars

Vous retrouverez également sur notre page Facebook du contenu complémentaire. N'hésitez pas également à nous donner vos conseils culture sur cette même page Facebook : Le Petit Bulletin Saint-Étienne. Des films à profusion et pas seulement... Il existe de nombreuses plateformes payantes pour "streamer" de nombreux films ou séries ou encore lire romans, BD... Mais revenons un instant sur Open Culture, un site gratuit qui porte très bien son nom propose 1 150 films mis à disposition gratuitement. Une aubaine en cette période de restriction de déplacement et de confinement à la maison. Des longs, des courts, des films cultes, des moins vus, dessins animés, classiques... de nombreux choix sont disponibles sur cette plateforme "éducative" qui convient aussi bien aux cinéphiles qu'à celles et ceux qui souhaitent découvrir des images nouvelles. Educative, car ce site n'est pas seulement une énorme base de données de films car elle propose également des MOOC ou cours en ligne, des livres, des audio-livres...

Continuer à lire

« De la radio en 3D »

Théâtre | Éteignez votre poste de radio et venez plutôt vivre la "Radio live" avec la journaliste de France Culture Caroline Gillet et ses quatre jeunes invités qui vous conteront leur histoire au micro. Un projet unique de radio sur scène, un prolongement de documentaire sonore comme vous n'en avez sûrement jamais encore vu. On vous en dit davantage.

Nicolas Bros | Mercredi 19 février 2020

« De la radio en 3D »

Créé en 2013 à Marseille, le projet Radio Live est une invention de deux journalistes du groupe Radio France, Aurélie Charon et Caroline Gillet. Après avoir été envoyées en Algérie pour réaliser une série de reportages sur la jeunesse, elles se sont vite rendues compte de tenir là un sujet qui mériterait encore davantage de mise en avant. « Nous avons rencontré de nombreux jeunes de 20 à 30 ans qui avaient la même volonté de changer les choses, explique Caroline Gillet. Nous avons eu envie d’aller plus loin que les reportages radio en transposant ce travail sur la scène avec des interventions en direct des jeunes. » Très vite, elles sont rejointes par l’illustratrice Amélie Bonnin qui sera chargée d’ « habiller » le tout avec des images, des montages vidéos reprenant des archives fournies par ces jeunes, leurs clips musicaux préférés… « Nous faisons en quelque sorte de la radio en 3D » assure Caroline. Les deux journalistes poursuivent parallèlement leurs pérégrinations dans d’autres pays d’Afrique ou d’Asie pour d’autres reportages et rencontrent au fil des années de nombreuses personnalités attachantes et parmi celles-ci des jeunes qui p

Continuer à lire

On air

Théâtre | Sur scène, Aurélie Charon et Caroline Gillet au micro, Amélie Bonnin à l’image réalisée en direct. Le live peut commencer. Pour cette vraie-fausse (...)

Cerise Rochet | Mercredi 5 février 2020

On air

Sur scène, Aurélie Charon et Caroline Gillet au micro, Amélie Bonnin à l’image réalisée en direct. Le live peut commencer. Pour cette vraie-fausse émission de radio, de jeunes activistes du monde viennent prendre les micros restants. Ils sont l’avenir et l’espoir, ils parlent de leurs combats et de leurs convictions, ils ont décidé de ne pas baisser les bras, d’agir… Et de ne plus attendre que l’on parle à leur place. Radio Live, mercredi 19 et jeudi 20 à la Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

Plouf

Théâtre | Avec "Piscine(s)", François Bégaudeau signe une critique acerbe de notre société consumériste, nous renvoyant à notre incapacité à faire mieux.

Cerise Rochet | Mercredi 5 février 2020

Plouf

Elles ont toujours été comme ça, les piscines. Autour d’elles, se scellent les destins. Romy Schneider et Alain Delon. Ludivine Sagnier et Charlotte Rampling. Finat Ayverdi et Vincent Lindon. Burt Lancaster et le vide de sa vie. Et maintenant, Paul. Paul et ses amis. Faire péter le couvercle Autour de cette piscine-là, gigantesque, qui mange tout l’espace scénique, François Bégaudeau nous propose de plonger au cœur d’une bande de potes, qui aiment y partager leurs moments de vie : fêtes, apéros, siestes, anniversaires… Tout a toujours été prétexte à se foutre en maillot de bain. Jusqu’à ce que Paul, quadra en pleine crise, ne vienne les bousculer. La société déconne, il faudrait faire quelque chose. Invitant ses amis bourgeois au réveil, au sursaut, à faire péter le couvercle d’un monde anesthésié, l’homme prend l’envie de convaincre, sans se douter que ses secousses pourraient lui revenir en pleine gueule. Car qui est-il, lui, pour se permettre de critiquer ses proches et leur comportement ? Est-il mieux que les autres ? Fait-il tout bien comme il faut ? Ou doit-on lui rappeler qu’il est au moins aussi bourgeois que ceux à qui il s’en prend ? Que lui aussi

Continuer à lire

Tous ensemble, tous ensemble !

Théâtre | C'est un projet d'ampleur orienté sur la lutte contre toutes les formes de discrimation auquel s'est attelée La Comédie de Saint-Étienne pendant sa (...)

Nicolas Bros | Mercredi 15 janvier 2020

Tous ensemble, tous ensemble !

C'est un projet d'ampleur orienté sur la lutte contre toutes les formes de discrimation auquel s'est attelée La Comédie de Saint-Étienne pendant sa saison 19/20. Son nom ? Ensemble. Ses parrains ? Rachida Brakni et Éric Cantona. L'idée ? Proposer 14 spectacles "fil rouge" dans la programmation de La Comédie, construire un projet de transmission avec une jeunesse « très éloignée socialement des lieux de création » au cours de pratiques théâtrales coorganisées avec diverses structures, une commande de textes courts sur le thème de la discrimination à 10 autrices et 10 auteurs, mais également deux temps forts les 15 et 16 janvier. Ces derniers se traduisent par la présence des deux parrains pour deux soirées de lecture dans les murs de la Comédie de Saint-Étienne. Brakni et Cantona ont pour l'occasion sélectionné 10 textes existants ou provenant de la commande citée ci-dessus. On y retrouve des oeuvres de Léopold Sédar Senghor, Edgar Morin mais également Marion Aubert, Riad Gahmi ou encore Maïlys De Oliveira. Ces lectures sont accompagnées d'une performance en direct du duo stéphanois Ella & Pitr et d'une musique signée par le

Continuer à lire

Juste un échange

Danse | Dans un espace clos en quadri-frontal ceinturé par un gradin en tôle ondulée, à la fois arène et ring, deux hommes face à face font l'épreuve de l'altérité. Inspirée de la (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 4 décembre 2019

Juste un échange

Dans un espace clos en quadri-frontal ceinturé par un gradin en tôle ondulée, à la fois arène et ring, deux hommes face à face font l'épreuve de l'altérité. Inspirée de la somptueuse pièce Dans la solitude des champs de coton où se rencontrent deux hommes que rien ne réunit sinon un accord tacite entre un client qui cherche une chose qu'il n'a pas et un dealer qui la possède, le spectacle Deal repose sur ce prétexte à la discussion et à la confrontation. Les deux circassiens-danseurs Jean-Baptiste André et Dimitri Jourde investissent les figures du client et du dealer, se livrant à des variations inouïes dans un duo tout en échanges, en jeux d'équilibre de forces, en mouvements croisés. Deal se situe à mi-chemin entre la danse et le cirque et se donne à voir dans un corps à corps chorégraphié où la beauté du geste le dispute à l'intensité des présences. Topons là ! Deal, du mardi 10 au samedi 14 décembre à La Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

L'absurdité soviétique

Théâtre | C'est à une oeuvre magistrale que s'attaque le metteur en scène Emmanuel Meirieu avec La Fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement. Cet écrit de (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

L'absurdité soviétique

C'est à une oeuvre magistrale que s'attaque le metteur en scène Emmanuel Meirieu avec La Fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement. Cet écrit de l'auteure biélorusse Svetlana Alexievitch, prix nobel de littérature en 2015, condense une série de témoignages poignants et bouleversants à prospos de ce qu'a pu être l'absurdité de l'URSS et de ce qui constitue le post-soviétisme entre déshérance et perdition. Un morceau d'Histoire et de ces effets notoires sur les femmes et les hommes qui ont vécu dans ce pays hors du commun. Après Stéphanie Loïk, c'est donc au tour de Meirieu, habitué des adaptations de romans (on pense à À tombeau ouvert de Joe Connelly en 2010 ou à Mon traître de Sorj Chalandon en 2013), de se lancer dans une mise en scène où sept comédiens viennent tour à tour déclamer un de ces témoignages, au micro, dans un décor de désolation. Intensité et profondeur, pour un spectacle qui permet d'entrer dans ce livre parmi les plus forts de ce début de siècle. La fin de l'homme rouge, du mercredi 13 au vendredi 15 novembre à 20h à La Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

Tout est chaos…

Théâtre / Création | En adaptant Candide sur la scène de la Comédie de Saint-Etienne, Arnaud Meunier convoque une nouvelle fois un Grand Texte de la littérature française au profit d'un discours des plus contemporains.

Cerise Rochet | Mardi 1 octobre 2019

Tout est chaos…

Candide, ou l'histoire d'une désillusion. Candide, ou l’œuvre des Lumières la plus lue dans le monde, celle que l’on découvre adolescent, sur les bancs du lycée. Celle qui sert d’appui à la formation de notre esprit critique. Candide, ou le moyen choisi par Voltaire pour toucher le grand public, et pas seulement les élites de la société. Ambition partagée aujourd’hui par Arnaud Meunier, qui adapte ce mois-ci le conte philosophique sur les planches de la Comédie de Saint-Etienne. Avec ce projet de troupe - on retrouve sur scène une dizaine de comédiens - le metteur en scène invite les spectateurs à se départir de la bienséance et des bonnes mœurs, de l’ordre établi et de leurs propres croyances. Un conte plus que jamais d'actualité Un résumé, s’il en est besoin ? Candide, à qui l’on a raconté avec vigueur que le monde créé par Dieu ne peut être que parfait, va bien vite déchanter. Chassé du château du baron de Thunder-ten-tronckh, où il a été élevé, le jeune homme va découvrir la guerre, l’atrocité et la bêtise humaine, l’égoïsme des hommes. Lui aurait-on menti ? « Si c’est ici le meilleur des mondes possibles, que sont donc l

Continuer à lire

La Comédie en fête

ACTUS | La Comédie de Saint-Étienne s'associe au Petit Bulletin Saint-Étienne pour vous proposer une soirée de rentrée un peu spéciale ce vendredi 13 septembre. L'entrée (...)

La rédaction | Mercredi 11 septembre 2019

La Comédie en fête

La Comédie de Saint-Étienne s'associe au Petit Bulletin Saint-Étienne pour vous proposer une soirée de rentrée un peu spéciale ce vendredi 13 septembre. L'entrée sera libre. Programme de la soirée : 19 h | Répétition ouverte au public de "Candide" Voltaire / Arnaud Meunier | durée 45 min dès 19 h | "Pinocchio", Feuilleton radiophonique raconté par les élèves de la CPI durée 20 min | en continue jusqu’à 21 h 19 h et 19 h 30 | "Théâtrogammes" Gérald Chevrolet | Cécile Vernet Dans cette petite forme théâtrale, Cécile Vernet (comédienne de l’ensemble artistique) explore avec légèreté les codes du théâtre à travers un extrait du texte de Gérald Chevrolet | durée 20 min 20 h et 20 h 30 | Visites express de La Comédie de Saint-Etienne durée 30 min | inscription sur place le soir même 20 h | "Le Freaks c’est chic" par Olivier Martin-Salvan avec les élèves comédien.ne.s de la promotion 30 de L’École de la Comédie | durée 45 min 21 h |

Continuer à lire

Julien Devillers dans l'Oeil du Petit Bulletin #29

Fête de rentrée de La Comédie | La Comédie de Saint-Etienne & Le Petit Bulletin Saint-Étienne vous attendent le vendredi 13 septembre à 19h pour la Fête de rentrée (...)

Nicolas Bros | Lundi 9 septembre 2019

Julien Devillers dans l'Oeil du Petit Bulletin #29

La Comédie de Saint-Etienne & Le Petit Bulletin Saint-Étienne vous attendent le vendredi 13 septembre à 19h pour la

Continuer à lire

Et pourtant, elle tourne !

SCENES | C'est l'histoire de la raison face à la croyance, de la résistance face à l'ordre établi, de la vérité face à l'obscurantisme. En 1938, alors qu'il est en exil au (...)

Cerise Rochet | Mardi 3 septembre 2019

Et pourtant, elle tourne !

C'est l'histoire de la raison face à la croyance, de la résistance face à l'ordre établi, de la vérité face à l'obscurantisme. En 1938, alors qu'il est en exil au Danemark, Bertolt Brecht démarre l'écriture de La Vie de Galilée, biographie théâtrale du célèbre savant éclairé qui, de sa lunette astronomique, fit vaciller l'Église et le monde au début du XVIIe siècle. Non, la terre n'est pas au centre de l'univers. Non, le ciel n'est pas simplement au-dessus de nos têtes. Mais alors, où donc est Dieu ? Un combat héroïque, narré avec brio par le célèbre auteur allemand, mis en scène par Claudia Stavisky, et interprété avec force par l'audacieux Philippe Torreton. La Vie de Galilée, du 8 au 10 janvier à 20 heures à la Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

Hey, t'en veux ?

SCENES | À gauche un dealer. À droite, un client. Autour d'eux : un espace clos, dont ils ne pourront s'échapper avant d'avoir conclu. Entre eux, une (...)

Cerise Rochet | Mardi 3 septembre 2019

Hey, t'en veux ?

À gauche un dealer. À droite, un client. Autour d'eux : un espace clos, dont ils ne pourront s'échapper avant d'avoir conclu. Entre eux, une latitude restreinte. À peine celle d'une discussion. Chacun détient ce que l'autre veut, et chacun d'eux le sait. Mais jusqu'où sont-ils prêts à aller, pour obtenir leurs dus ? L'équilibre est précaire, l'accord doit être trouvé. Inspirée par Dans la solitude d'un champs de coton, de Bernard-Marie Koltès, Deal se situe à mi-chemin entre la danse et le cirque, là où le corps à corps chorégraphié tend vers la théâtralité. Un ballet commercial. Deal, du 10 au 14 décembre à 20 heures (sauf le 14 à 17 heures) à la Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

Le meilleur des mondes... ou pas

SCENES | Voltaire : polémique, rhétorique, ironie, sarcasme, insolence. Lumières. Liberté. Voltaire, où l'un des plus grands auteurs de tous les temps. En cette (...)

Cerise Rochet | Mardi 3 septembre 2019

Le meilleur des mondes... ou pas

Voltaire : polémique, rhétorique, ironie, sarcasme, insolence. Lumières. Liberté. Voltaire, où l'un des plus grands auteurs de tous les temps. En cette rentrée, Arnaud Meunier s'attaque à du lourd, en revisitant le célèbre voyage initiatique du jeune Candide au cœur d'un ancien monde qui déjà se déséquilibre... Sur scène, huit comédiens et deux musiciens, qui s'emploient à restituer l'humour grinçant de l'auteur, dans un méli-mélo à la fois festif et piquant. Ça fait rire là où ça fait mal... C'est comme ça que ça fait du bien. Candide, du 2 au 11 octobre à 20 heures (sauf le 5 à 17 heures) à la Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

La Machine de Cirque dans l'Oeil du Petit Bulletin #26

Cirque québécois | Olivier Lépine & Vincent Dubé nous parlent de "La Galerie" la dernière création de la compagnie Machine de Cirque qui est jouée encore ce soir à La (...)

Nicolas Bros | Mercredi 26 juin 2019

La Machine de Cirque dans l'Oeil du Petit Bulletin #26

Olivier Lépine & Vincent Dubé nous parlent de "La Galerie" la dernière création de la compagnie Machine de Cirque qui est jouée encore ce soir à La Comédie de Saint-Etienne pour le Festival des 7 Collines. En bonus, ils nous chantent aussi un peu de Gilles Vigneault à l'occasion de la La Fête nationale du Québec !

Continuer à lire

Arnaud Meunier / Une vie en actes

Portrait | Depuis janvier 2011, Arnaud Meunier dirige La Comédie de Saint-Étienne. Avec pour ligne de mire permanente la création et la transmission, le metteur en scène poursuit son travail mêlant ouverture du théâtre au plus grand nombre, mise en avant d'oeuvres contemporaines et en valeur de la cité stéphanoise.

Nicolas Bros | Mercredi 6 février 2019

Arnaud Meunier / Une vie en actes

Arnaud Meunier est un homme qui semble tout avoir pour être heureux. À la tête de La Comédie de Saint-Étienne, une des plus belles institutions théâtrales de France - n'ayons pas peur des mots - , le metteur en scène met tout en œuvre pour faire rayonner la capitale ligérienne à travers cet art noble qu'est le théâtre. Mais diriger un tel vaisseau artistique tout en continuant son travail de scène accapare beaucoup... La preuve, le matin où nous le rencontrons dans son bureau, situé à l'étage de "la nouvelle Comédie" dans ce bâtiment industriel entièrement rénové du quartier créatif, entre le Zénith et le Fil. Le temps presse car il est en pleine répétition de sa dernière pièce J'ai pris mon père sur mes épaules, écrite par Fabrice Melquiot avec Rachida Brakni et Philippe Torreton au plateau. Un succès public et critique annoncé d'avance, confirmé dès la générale. Couverture presse nationale, retours positifs, cette épopée comique et tragique ne fait que confirmer le talent d'Arnaud Meunier pour transcender les acteurs et les œuvres auxquelles il s'attaque. Mais ce matin-là, malgré le travail de scène à accomplir, il prend le temps de nous expliquer son parcours en dé

Continuer à lire

#BalanceTonVieuxPorc

Théâtre | Avec son "École des Femmes", Stéphane Braunschweig envoie valser les codes du théâtre classique, rappelant à quel point Molière est sans nul doute un génie intemporel.

Cerise Rochet | Mardi 5 février 2019

#BalanceTonVieuxPorc

« Le petit chat est mort ». Il est mort, mais est-ce bien là le plus grave pour la jeune Agnès ? Certainement non. Enfermée au couvent à l’âge de quatre ans par le vieil Arnolphe qui projette de l’épouser, elle est depuis lors élevée à l’écart du monde, éduquée selon les préceptes du vieux bougre « pour la rendre idiote autant qu’il se pourrait ». Devenue jeune femme, ignorant qu’elle est sur le point d’être unie à celui qu’elle considère comme un père, Agnès s’entiche d’Horace, volage, frivole et un brin idiot. Incestueux ? Grotesque ? Inquiétant, terrible, soutiendrait-on s’il ne s’agissait pas d’une fable imaginée par Molière il y a plus de trois siècles. Mise en scène résolument moderne Mais que dire de cette pièce, à l’aune de la lutte nouvelle pour les droits des femmes ? Que dire également de la mise en scène résolument moderne, imaginée par Stéphane Braunschweig, à qui l’on doit déjà d’excellents Tartuffe et Misanthrope ? Que l’une et l’autre rivalisent de justesse, voire d’intelligence. Qu’elles plongent le spectateur dans une fiction qui pourrait ne pas en être une. Qu’elles cachent sous des traits comiques des tragédies

Continuer à lire

À la dérive

Théâtre | 2025. Tandis qu’en Europe la guerre fait rage et que le réchauffement climatique a finalement eu raison des quelques bonnes volontés, le Groenland et ses (...)

Cerise Rochet | Mardi 5 février 2019

À la dérive

2025. Tandis qu’en Europe la guerre fait rage et que le réchauffement climatique a finalement eu raison des quelques bonnes volontés, le Groenland et ses réserves de gaz, de pétrole et d’uranium sont devenus le nouvel d’Eldorado. En mer, l’Arctic Serenity, ancien navire de croisière, est remorqué pour être transformé en hôtel de luxe. À bord, 6 inconnus embarqués clandestinement, sans que l’on ne sache vraiment pourquoi. Alors que ce petit monde est en route, le remorqueur abandonne le navire, au beau milieu des eaux glacées internationales. Les passagers vont-ils pouvoir sauver leur peau ? À mi-chemin entre le polar nordique, le thriller politique et la comédie futuriste, Arctique entraîne le spectateur dans une fiction écolo-prémonitoire qui parvient à le tenir en haleine durant près de deux heures et demie. Un huis-clos maritime, des révélations à tiroir, et un travail scénique absolument remarquable mêlant théâtre, musique et vidéo dans un champ/hors champ captivant. Arctique, jeudi 14 et vendredi15 février à 20 heures à la Comédie de Saint-Etienne

Continuer à lire

Bien s'orienter

O21 Le Monde / RDV orientation pour les 16/25 ans | Le Monde Campus organise une étape de son circuit O21 à la Comédie de Saint-Étienne ce jeudi. Cet événement, destiné aux 16/25 ans, propose des débats, rencontres, ateliers et même une soirée afin de mieux réfléchir à son orientation et prendre les bonnes décisions pour son avenir.

Nicolas Bros | Mercredi 16 janvier 2019

Bien s'orienter

La Comédie de Saint-Étienne accueille ce jeudi 17 janvier de 9h à 21h une étape du circuit O21 - s'orienter au 21e siècle. Organisé par l'organe Campus du groupe Le Monde, ce rendez-vous, créé en 2017, mixe débats interactifs, rencontres, ateliers ainsi qu'une soirée spéciale tout au long d'une journée dans une ville. En 2018, Saint-Étienne fait partie de la sélection des cinq villes retenues pour accueillir l'événement au même titre que Marseille, Paris, Nantes et Nancy. « L'événement se distingue des autres événements consacrés à l'orientation et entend faire réfléchir les jeunes, leur donner de l'énergie, provoquer des déclics » précise le communiqué de presse. Les conseils de Rachida Brakni, Thierry Mandon & co Ce jeudi à la Comédie, les 16/25 ans auront l'occasion de suivre plusieurs intervenants tels que la comédienne Rachida Brakni (actuellement en répétition de la pièce J'ai pris mon père sur mes épaules de Fabrice Melquiot, mis en scène par Arnaud Meunier), Thierry Mandon le direc

Continuer à lire

Dire ou ne pas dire, telle est la question

Théâtre | Avec Les Juré.e.s, le théâtre redevient à la fois politique et support de réflexion.

Cerise Rochet | Mercredi 31 octobre 2018

Dire ou ne pas dire, telle est la question

7 Janvier 2015. Paris. Charlie Hebdo. Attentats. La France et le monde sont sous le choc. La peur s’empare du pays… En même temps que les débats passionnés. Qu’est-ce que la liberté d’expression ? Peut-on tout dire ? Doit-on tout dire, tout laisser dire ou à l’inverse censurer certaines pensées ? Au sein de la compagnie Tire pas la Nappe, on se met à réfléchir. Il est urgent de ralentir, de prendre le temps de poser ces questions, sans en précipiter les réponses. À la plume, Marion Aubert, dont le travail est bouleversé par les événements, se lance ainsi dans l’écriture d’une pièce. Ou plutôt d’une pièce dans la pièce. Juger ses propres comportements Les Juré.e.s donne à voir une troupe d’acteurs, qui se jette à corps perdus dans la création d’un spectacle autour du procès d’une œuvre condamnée pour avoir dépassé les limites de la liberté d’expression. Tantôt au plateau, cherchant le matériau de leur création, tantôt à la table, interrogeant leur travail, explorant toutes les questions qui se bousculent, les personnages construisent, déconstruisent, se mettent en quête des frontières de cette liberté, que les lois ont tant de mal à encadrer… Jusqu’

Continuer à lire

Les jeunes invités à découvrir la Comédie et le théâtre

Théâtre | Vous avez entre 13 et 18 ans, vous habitez dans la Loire et vous ne savez pas quoi faire de vos journées pendant les vacances de la Toussaint. Les équipes (...)

Nicolas Bros | Mardi 16 octobre 2018

Les jeunes invités à découvrir la Comédie et le théâtre

Vous avez entre 13 et 18 ans, vous habitez dans la Loire et vous ne savez pas quoi faire de vos journées pendant les vacances de la Toussaint. Les équipes de la Comédie de Saint-Étienne ont pensé à vous et vous proposent un stage de 5 jours (du 22 au 26 octobre), gratuit, afin de découvrir le théâtre et cet équipement culturel "dernier cri" que sont les nouveaux bâtiments de la Comédie. Au programme de cette semaine intitulée Terrain de jeux, six metteurs en scène et comédiens encadrent ce stage et vous feront travailler expression corporelle, voix, écoute... Mais le programme prévoit également des visites de l'envers du décor et des rencontres avec des techniciens, costumiers, chargés de production, de communication. Signalons également que l'espace Boris Vian met en place également un stage pour les 14/18 ans, du 29 octobre au 3 novembre dans les locaux de la Comédie, autour de l'autofiction et de l'écriture au plateau. Intitulé LOVE#2, ce projet est la suite logique du premier volet #LOVE, initié en 2017. Cette année, les jeunes sont encadrés par les metteurs en scène Gabriel F. et Cécile Vernet ainsi que par le musicien Simon Chomel.

Continuer à lire

Vincent Dedienne : « Ervart, c’est un shot de Tequila »

Rencontre | De retour dans la ville qui l’a formé à l’art de la scène, Vincent Dedienne campe actuellement Ervart dans la pièce d’Hervé Blutsch, mise en scène par Laurent Fréchuret à la Comédie. Rencontre.

Cerise Rochet | Mardi 2 octobre 2018

Vincent Dedienne : « Ervart, c’est un shot de Tequila »

Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche... Ca a l’air un peu barré cette histoire ! Carrément oui ! Il serait même difficile de raconter l’histoire. C’est une pièce où il y a énormément de rythme, moi je la compare à un shot de tequila. C’est une grande farce, mais pas que, puisqu’il s’agit quand même de l’histoire tragique d’un homme qui sombre dans la folie à cause de sa jalousie. Qu’est-ce que ça fait de retrouver une aventure collective après un seul-en-scène ? J’adore. Déjà, ça me repose un peu, je ne suis plus seul à porter un spectacle. Et puis, le one man show, c’est assez solitaire. Le soir, on se retrouve seul devant sa bière alors que là, je suis avec des gens vraiment drôles, et on a hâte de partir en tournée. C’est un peu la colo ! Le grand public vous a découvert un brin timide aux côtés de Maïtena Biraben dans Le Supplément. Aujourd’hui vous êtes hyper-aimé du public… Ca vous aide à vous sentir plus légitime ? Je pensais que j’aurais moins peur. Mais en fait pas du tout ! J’ai bien plus de press

Continuer à lire

C'est la fête !

Fête de rentrée ! | Demain, vendredi 14 septembre dès 18h30, nous fêtons la rentrée à la Comédie de Saint-Étienne avec un gros programme. Le tout est gratuit. Programme de cette (...)

Nicolas Bros | Jeudi 13 septembre 2018

C'est la fête !

Demain, vendredi 14 septembre dès 18h30, nous fêtons la rentrée à la Comédie de Saint-Étienne avec un gros programme. Le tout est gratuit. Programme de cette soirée spéciale : - 18 h 30 : Répétition publique de Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche d'Hervé Blutsch, mise en scène de Laurent Frechuret / Théâtre de l’Incendie (30 min.) - dès 18 h 30 : Diffusion de fictions radiophoniques Into the little hill de Martin Crimp/Lélio Plotton/Cécile Bournay, avec les élèves de la Classe préparatoire intégrée 2017/2018 de l'École de la Comédie de Saint-Étienne (diffusion en boucle) - 19 h et 20 h : Projection du film Omerta de la réalisatrice stéphanoise Raphaelle Bruyas, avec les élèves de la promo 28 de l'École de la Comédie (58 min.) - 19 h, 19 h 30 et 20 h : Visites de La Comédie (30 min.) - 20 h : Et le loup continue de courir dans les forêts d’Alaska, un seul en scène de Valentin Clerc (1 h 20) - 20 h : Apéro festif avec Le Turak

Continuer à lire

Découverte

Danse | Découverte de soi. Découverte de l'autre. Découverte de sensations, d'émotions proches de ces amours enfantines fraîches comme une bulle par deux êtres innocents, (...)

Monique Bonnefond | Mardi 4 septembre 2018

Découverte

Découverte de soi. Découverte de l'autre. Découverte de sensations, d'émotions proches de ces amours enfantines fraîches comme une bulle par deux êtres innocents, vierges de tout sentiment, qui vont explorer leur rapport au corps et à l'autre. Second volet du diptyque formé avec Duo, L'autre, créé à partir du journal d'Adam et du journal d'Eve de Marc Twain, prolonge la recherche chorégraphique de Cécile Laloy sur la relation amoureuse. L'autre, en tournée du 18 janvier au 7 février 2019 dans le cadre de La Comédie itinérante

Continuer à lire

Liberté, je ne dis pas ton nom

SCENES | Il est baratineur, égoïste, menteur. Il n’a ni foi ni loi. Anti-héros que l’on aime détester, Peer Gynt veut accomplir de grandes choses… Et pour cela, tout (...)

Cerise Rochet | Mardi 4 septembre 2018

Liberté, je ne dis pas ton nom

Il est baratineur, égoïste, menteur. Il n’a ni foi ni loi. Anti-héros que l’on aime détester, Peer Gynt veut accomplir de grandes choses… Et pour cela, tout est permis. Fuir son village, sa mère veuve, sa vie de paysan, ses responsabilités, son amour. Partir défier le vaste monde quitte à rater tout ce qu’il entreprend. Une quête de soi, un questionnement sur l’existence. Avec cette pièce fantasque d’Ibsen, David Bobée interroge les grands bouleversements de notre monde. Peer Gynt, du 28 au 30 novembre à la Comédie de Saint-Etienne

Continuer à lire

Ô rage, ô désespoir

SCENES | Après s’être attaqué à Shakespeare, Thomas Jolly transporte les amoureux des grands auteurs dans l’Antiquité romaine, en mettant en scène la tragédie la plus (...)

Cerise Rochet | Mardi 4 septembre 2018

Ô rage, ô désespoir

Après s’être attaqué à Shakespeare, Thomas Jolly transporte les amoureux des grands auteurs dans l’Antiquité romaine, en mettant en scène la tragédie la plus sombre de Sénèque. Un combat fratricide, de la tromperie et du cannibalisme… L’horreur absolue. Destin tragique, que celui de Thyeste, par lequel Jolly dissèque l’instinct animal qui, en chaque homme, peut parfois mener aux violences les plus abominables. Thyeste, du 16 au 19 octobre à 20 heures à la Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

Tel cocu qui croyait prendre

SCENES | Ervart se pense cocu, sa paranoïa le pousse à faire n’importe quoi… Jusqu’à rendre chèvre son propre psychanalyste. Sa femme Philomène ne parvient pas à le (...)

Cerise Rochet | Mardi 4 septembre 2018

Tel cocu qui croyait prendre

Ervart se pense cocu, sa paranoïa le pousse à faire n’importe quoi… Jusqu’à rendre chèvre son propre psychanalyste. Sa femme Philomène ne parvient pas à le raisonner. Maurice, l’agent secret zoophile, est quant à lui chargé de démanteler un sombre réseau terroriste. Enfin, Anastasia Zilowski, comédienne bilingue, cherche désespérément du boulot… Une immense dinguerie, réinvention de la farce contemporaine, notamment campée par un Vincent Dedienne aussi loufoque qu’on le connaît. Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche, du 2 au 5 octobre à la Comédie de Saint-Etienne

Continuer à lire

Ça pulse pour la promo 28

Théâtre | Le spectacle de sortie des élèves de la Comédie, écrit par Pauline Sales et mis en scène par Arnaud Meunier, raconte l’histoire d’une bande d’ados à dix ans d’intervalle. Dans une atmosphère de légèreté estivale, le destin de ces jeunes adultes bascule dans une gravité dictée par un événement imprévu.

Houda El Boudrari | Mardi 5 juin 2018

Ça pulse pour la promo 28

Une bonne fée s’est penchée sur le berceau de la promo 28 de l’école de la Comédie de Saint-Étienne en leur offrant comme marraine Pauline Sales, co-directrice depuis 2009 du Préau (centre dramatique national de Normandie-Vire). Pour leur spectacle de fin d’études, les dix jeunes comédiens (dont six filles) ont eu droit à un texte sur-mesure de la plume incisive de cette talentueuse dramaturge qui dissèque avec minutie, mais non sans humour, les états d’âmes de ses contemporains. « Pas une pièce pour ados à l’américaine » Il y a trois ans, le public de la Comédie de Saint-Étienne avait découvert son art du dialogue dans le truculent feuilleton théâtral Docteur Camiski ou l’esprit du sexe, et les fidèles auront eu l’occasion d’apprécier à nouveau sa plume désopilante cette saison lors de l’excellente pièce J’ai bien fait ?. Cette fois-ci, exit les tribulations d’un sexologue tourmenté et la crise existentielle d’une quadra bobo, c’est sur un tout autre registre que l'institution théâtrale stéphanoise e a convoqué le talent de Pauline Sales : une histoire d’ados pour des ados, programmée d’ailleurs au festival d’Ados de Vire qui s’est tenu

Continuer à lire

La dose d'hémoglobine

Théâtre | Dans une maison pavillonnaire, un couple découvre une jeune femme cachée dans le jardin. Elle semble égarée et paniquée. L’intrusion de ce mystérieux personnage (...)

Houda El Boudrari | Mercredi 4 avril 2018

La dose d'hémoglobine

Dans une maison pavillonnaire, un couple découvre une jeune femme cachée dans le jardin. Elle semble égarée et paniquée. L’intrusion de ce mystérieux personnage va faire basculer leur vie dans le fantastique. Après avoir revisité dans Vanishing Point les codes du "road movie" en entremêlant sur scène musique live et tournage en direct, l’auteur-metteur en scène Marc Lainé se penche cette fois-ci sur l’esthétique du cinéma "d’horreur". Par les moyens du théâtre, il désire interroger au plateau la figure du loup-garou. Contrairement au cinéma qui privilégie souvent le spectaculaire à la réflexion, Marc Lainé, pour sa part, choisit de questionner tous les trucages. Par un dispositif "home made", il nous permet d’assister en direct à la transformation de la comédienne, par le jeu du maquillage et l’utilisation de prothèses. Loin de tout réalisme, Hunter se revendique comme « un conte contemporain radicalement pop », puisant dans les références cinématographiques et dans lequel il est question de désir. Du désir le plus destructeur et de ses représentations les plus monstrueuses. Hunter, du mardi 24 au jeudi 26 avril à 20h à La Co

Continuer à lire