Une passerelle qui porte bien son nom

Lieu | Fière d’avoir pu maintenir de la vie dans un lieu fermé au public durant 6 mois, l’équipe de La Passerelle à Saint-Just-Saint-Rambert a su se rendre indispensable -essentielle ! – aux yeux des artistes accueillis… Et des enfants qui ont malgré tout eu droit à quelques moments de rêverie.

Cerise Rochet | Lundi 7 juin 2021

Photo : Du haut du balcon de la salle de spectacles entièrement rénovée, Marion Simonet voit l'avenir avec le sourire. © Cerise Rochet


De nombreuses réflexions. D'innombrables discussions. Des actions de fond. À la Passerelle de Saint-Just-Saint-Rambert, la période de fermeture n'aura pas été vaine. Pas essentielle, la culture ? Ici, toutes les initiatives menées ces 6 derniers mois auront suffi à prouver le contraire, et à convaincre l'équipe que son travail avait une immense valeur.

Dans ce lieu flambant neuf, si la privation du public a bien sûr été vécue comme un crève-cœur, la vie ne s'est jamais éteinte. Des résidences à foison, un accueil des scolaires… Et puis, des interventions dans les classes, que Marion Simonet, responsable de la saison culturelle, décrit aujourd'hui comme de véritables bouffées d'air : « Je crois que les enfants, tout comme leurs instits, ont pris ces interventions comme de vrais cadeaux. Il fallait voir les yeux des gosses briller… Le travail que l'on a fait avec eux a pris la forme d'une vraie soupape, pour eux, pour les profs, pour nous, pour les artistes… ça avait du sens. Ça voulait dire que l'on est essentiel. »

Quelques instants de joie indispensables

En deux mois, 1000 petits écoliers, venus de toutes les écoles de la ville, ont ainsi pu assister par exemple à des représentations de la compagnie La Soupe aux Etoiles, conçues spécialement pour le milieu scolaire. Au menu : jonglage, conte, beatbox… Une heure de rêverie, pour sortir un peu la tête d'un contexte assez difficile à vivre, s'aérer l'esprit, et grignoter quelques instants de joie indispensables.

Grâce au travail entrepris, l'équipe de la Passerelle a ainsi réussi à transformer cette pause dans le temps en une chance. Nouer des liens plus forts avec les artistes, « parce qu'au bout du 23e avenant au contrat, les échanges ne sont forcément plus les mêmes ». Comprendre que l'échange avec le public, mis à mal durant ces quelques mois, est sans doute la chose la plus importante. Et ainsi construire une suite d'aventure qui remette tous ces enjeux au centre : « Nous présenterons notre saison le 17 juin. L'idée est d'ouvrir nos portes, de créer des moments de dialogue. Ce jour-là, nous adapterons nos horaires, afin que tous les gens qui le souhaitent puissent venir nous rencontrer », détaille la responsable.

L'accessibilité, pas juste une parole

Les yeux rivés vers l'avenir, Marion Simonet compte bien concrétiser ses réflexions de ces derniers mois par la programmation proposée la saison prochaine par la structure. Outre des spectacles choisis comme des « odes à la vie », La Passerelle devrait également mener plusieurs projets liant la culture à des thématiques sociétales, comme le développement durable : « On ne peut pas rester dans notre bulle. Il faut aujourd'hui que les structures créent du lien avec d'autres domaines. Qu'elles soient des passerelles. Ce lieu est un bien public, tout le monde doit pouvoir s'en saisir. L'accessibilité à la culture ne doit pas être qu'une parole. »

Présentation de la saison 2021-2022, le 17 juin à La Passerelle.
Infos : www.saison-lapasserelle.fr

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jacques Weber : « C’est la culture qui fait de nous des Hommes »

Entretien | Début novembre, Jacques Weber propose de redécouvrir Victor Hugo, à Saint-Just Saint-Rambert. Rencontre avec l’un des plus grands hommes de théâtre de son temps… Et peut-être même plus.

Cerise Rochet | Mardi 6 octobre 2020

Jacques Weber : « C’est la culture qui fait de nous des Hommes »

Avec ce spectacle, vous mêlez un peu toutes les facettes de Victor Hugo, en proposant des lectures de ses textes, lettres, discours, poèmes, romans… Qu’est ce qui vous en a donné envie ? Tout a démarré en 2017, pendant la campagne présidentielle. J’ai constaté que de nombreux candidats citaient Hugo, et j’ai essayé de comprendre pourquoi. Le style épique d’Hugo, son lyrisme, ont ceci d’extraordinaire qu’ils parviennent à faire passer toutes ses idées, et condamnent de fait celui qui écoute à la réflexion. Et puis… J’avais aussi envie de dépiédestaliser cet homme, de le mettre à la portée de n’importe quelle oreille. Donc, je l’ai emmené dans ces endroits pleins d’humanité que sont les bistrots. Des endroits où l’on commente, où l’on s’amuse, où l’on discute. Emmener Hugo au bistrot, c’est aussi permettre à des tas de gens qui ne vont pas au théâtre de le redécouvrir… Il ne faut pas avoir de prétention là-dessus, en se disant qu’on va voir des foules se déplacer. Je crois qu’en France, 1% de la population seulement va au théâtre… Mais oui, d’une certaine manière, on peut malgré tout continuer à espérer que cette prop

Continuer à lire

Percussif

Sono mondiale | Avis de tsunami musical : quand les Percussions Claviers de Lyon rencontrent les triples championnes du monde de Batudaca du groupe Zalindê, ça nous (...)

Niko Rodamel | Mercredi 8 janvier 2020

Percussif

Avis de tsunami musical : quand les Percussions Claviers de Lyon rencontrent les triples championnes du monde de Batudaca du groupe Zalindê, ça nous promet une chaude soirée ! Constitué exclusivement de femmes, l'orchestre afro-brésilien envoie la sauce auriverde à grand renfort de tambours, caisses claires et autres cloches agogôs, mêlés à la danse et au chant : chauds les tympans et attention les yeux. Première Batucada féminine d'Europe, Zalindê est née d’une belle amitié franco-brésilienne entre les artistes Chloé Deyme et Roberta Paim, en 2002 à Paris. Le collectif féminin-pluriel est aujourd'hui composé de musiciennes d'origines très diverses : Brésil, Bénin, France, Antilles, Maroc, Colombie, Japon et Vietnam. À l'image du métissage musical brésilien dont il s'imprègne, le groupe assimile et cuisine à son goût le groove bahianais, la syncope du Pernambuco et le sambodrome carioca, n'hésitant pas à mixer samba, reggae, merengue, ijexà, maracatu, hip-hop, raï, sabar et rythmes africains. Pour le projet Caleidoscópio, les percussions traditionnelles dialoguent avec les vibraphones et les marimbas de cinq musiciens des Percussions Claviers de Lyon : un mariage de déraison q

Continuer à lire

Molière, son pair et père

SCENES | Avec Molière par Francis Huster, La Passerelle de Saint-Just Saint-Rambert accueille début décembre deux ballons d’Or de la scène, que de nombreuses années séparent pourtant…

Cerise Rochet | Mardi 5 novembre 2019

Molière, son pair et père

Molière, par Francis Huster. Mazette. Quel chic, quel choc, quelle bonne idée. Deux géants sur une même scène. L’un, mort il y a 346 ans, jamais oublié. L’autre, bien vivant mais déjà légendaire, et plus que jamais en forme lorsqu’il s’agit de défendre le premier. La classe à la française, la liberté incarnée. Car, c’est bien de cela, dont on parle ici. De liberté, d’indépendance, d’esprit… De politique. Outré par la manière dont Molière est trop systématiquement décrit par les livres ou enseigné par l’école de la République, Huster s’interpose. Costume de gentleman sur le dos, et aidé dans son affaire par Yves Le Moign’, il n’incarne pas Molière, il nous le raconte. Sa vie, son œuvre, son courage. Molière, ou « l’auteur de la plus grande pièce du répertoire français. De la pièce la plus jouée à la Comédie Française depuis 1680. De la pièce française la plus jouée dans le monde* ». Rien que ça. Molière ou le dramaturge qui a osé, en son temps, défier des pouvoirs que l’on ne défiait pas. Moquer une caste que l’on ne moquait pas. Et puis raconter les autres. Les p’tites gens. Ceux qui ne méritaient nul regard, nulle attention, nul intérêt. Ceux qui déjà pensaie

Continuer à lire

Méditatif

Jazz | Que ceux qui trouvent le festival de Marciac trop éloigné ou celui de Vienne trop cher se rassurent : voici LA séance de rattrapage pour apprécier en (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 septembre 2019

Méditatif

Que ceux qui trouvent le festival de Marciac trop éloigné ou celui de Vienne trop cher se rassurent : voici LA séance de rattrapage pour apprécier en live la magnifique Macha Gharibian. Pianiste au toucher ultra délicat, chanteuse au timbre aérien, Macha écrit, compose et interprète des titres qui marient habilement jazz oriental, néo-classique, folk et pop. Avec Chris Jennings à la contrebasse et Dré Pallemaerts à la batterie, rendez-vous est pris avec un trio littéralement atmosphérique ! Macha Gharibian Trio, jeudi 10 octobre à 20h30, la Passerelle à Saint-Just-Saint-Rambert, dans le cadre duRhino Jazz(s) festival

Continuer à lire

Phénomène

MUSIQUES | Entre blues rugissant, gospel habité et soul détonante, Sarah McCoy est assurément un OVNI dans le monde du jazz. Avec son improbable look (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Phénomène

Entre blues rugissant, gospel habité et soul détonante, Sarah McCoy est assurément un OVNI dans le monde du jazz. Avec son improbable look punk-gothique-déjanté, voici une chanteuse hors normes et une show woman allumée qui ne se refuse aucune acrobatie scénique. Nous retrouverons en première partie et avec grand plaisir le trio ligérien Honey Jungle de Camille Mouton (piano), Jérémy Magand (contrebasse) et Francis Decroix (batterie). Sarah McCoy + Honey Jungle Trio, vendredi 12 octobre à 20h30, la Passerelle à Saint-Just-Saint-Rambert

Continuer à lire

L'ex-Family Cinéma devient une salle de spectacle

Nouvelle salle de spectacle | La mairie de Saint-Just-Saint-Rambert a confirmé la réhabilitation des anciens locaux du Family Cinéma en une salle de spectacle qui ouvrira ses portes dès septembre 2018.

Nicolas Bros | Mardi 6 février 2018

L'ex-Family Cinéma devient une salle de spectacle

Finis les spectacles au Prieuré de Saint-Just-Saint-Rambert, salle ne répondant plus aux normes d’accessibilité PMR (Personne à Mobilité Réduite). La commune ligérienne va désormais pouvoir s'appuyer sur La Passerelle, nom donné au projet de réhabilitation du bâtiment où se situait l'ancien Family Cinéma jusqu'à son déménagement boulevard Jean-Jaurès. Cette nouvelle infrastructure sera destinée à accueillir les spectacles et artistes de passage. Composée d'une salle pouvant accueillir 240 places assises, d'une salle de répétition possédant un plateau de taille équivalente à celui de la grande salle, ainsi que de plusieurs espaces dédiés aux réunions et conférences, La Passerelle accueillera également la maison des associations de la commune. Avec une terminologie qui suit la thématique déjà empruntée par les services municipaux pour d'autres bâtiments (L'Embarcadère ou Les P'tits Mariniers), ce nouvel équipement vient combler un manque en termes de capacité d'accueil culturel pour la commune pontrambertoise. Selon le site Le Petit Furania, l'inauguration officielle devrait se dérouler les 13 et 14 septembre prochains avec une tête d'affiche en attente de confirmation.

Continuer à lire