"In Fabric" : La petite horreur des boutiques

Le diable s'habille en carmin | De Peter Strickland (G.-B., int.-12 ans, 1h58) avec Marianne Jean-Baptiste, Gwendoline Christie, Fatma Mohamed…

Vincent Raymond | Mercredi 20 novembre 2019

Photo : ©Bankside Films


Divorcée, tirant le diable par la queue, Sheila héberge chez elle son feignant de fils et son atroce petite amie. Un jour, elle succombe aux réclames d'une luxueuse échoppe de prêt-à-porter, Dentley & Soper's, et se laisse persuader par la vendeuse d'acheter une robe. Elle le regrettera…

Sans doute le plus vénéneux easter egg de l'édition 2019 du festival Hallucinations collectives, ce conte noir de Peter Strickland ne dissimule pas un instant ses intentions horrifiques. Baignant dans une ambiance majoritairement nocturne et des lumières artificielles crues accentuant la dureté des traits ou des teints, In Fabric conditionne le public à vivre une situation cauchemardesque. Voire méphistophélique : magasin maudit peuplé d'une clientèle mesmérisée où trône une vendeuse obséquieusement raide et au parler désuet, Dentley & Soper's exhale une délicieuse odeur de soufre. De bon aloi pour un film travaillant au corps jusqu'à l'os des motifs faustiens et faisant preuve d'une stylisation plastique extrême.

Dans cette variation contemporaine sur le thème de la Tunique de Nessus, en plus gore, Strickland use d'un symbole de vanité pour, à la fois, montrer l'emprise séductrice opérée par la société ultra-consumériste et la complicité passive des client·es ne résistant pas à la tentation. Leur faiblesse face au chant de ces sirènes appelle une rétorsion à la valeur métaphorique transparente : elle encourage le consommateur à se souvenir de la manière dont ses vêtements sont fabriqués — et lui rappelle que ceux-ci devraient plus souvent avoir une couleur sang, l'industrie de la mode n'étant pas connue ni pour ses bonnes pratiques environnementales, ni pour sa politiques sociale. Une morale des plus décroissantes pour ce qui s'apparente à une version d'épouvante de la fantaisie d'Alex van Warmerdam La Robe(1996).

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Novembre : Vous avez dit bizarre ?

ECRANS | La main en carapate de "J’ai perdu mon corps" donne-t-elle le “la“ de ce mois de novembre ? C’est à se demander, face à la somme d’étrangetés visibles sur les écrans. Pour le meilleur, comme pour le pire…

Vincent Raymond | Mercredi 6 novembre 2019

Novembre : Vous avez dit bizarre ?

« Le beau est toujours bizarre », écrivait Baudelaire. La proposition réciproque mériterait d’être énoncée, ne serait-ce que pour décrire cette flopée de films de novembre conjuguant un goût certain pour l’insolite et une esthétisation parfois extrême, sans être forcément déplaisante. Avec Knives and Skin (20 novembre), Jennifer Reeder offre ainsi un contrepoint féminin et féministe à ces récits lynchéens se déroulant au cœur de villes moyennes des États-Unis figées dans une malaisante harmonie pastel, où une singularité fantastique vient bousculer l’apparence d’équilibre et faire sourdre une trémulante angoisse sous-jacente. Ici, c’est la disparition d’une lycéenne Carolyn Harper — dont on sait qu’elle a été molestée par son “petit ami” trop empressé — qui déclenche l’histoire et révèle les secrets et turpitudes de la communauté. Captivant, inquiétant et maîtrisé. Trois choses que ne sont pas hélas l’adaptation du Goncourt de Leïla Slimani, Chanson douce de Lucie Borleteau. Est-ce parce que Karin Viard est-trop prévisible dans le rôle d’une nounou désaxée ? Ou bien parce que la fin grand-gu

Continuer à lire

The Duke of Burgundy

ECRANS | Peter Strickland met en scène une fable sado-masochiste au féminin comme un rituel répétitif et fétichiste, faisant écho à sa propre cinéphilie mais aussi à son goût pour les récits clos à tous les sens du terme : un exercice fascinant et, presque par nature, lassant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 19 novembre 2015

The Duke of Burgundy

À une époque indéfinissable et dans un monde où les hommes semblent avoir été bannis, une servante vient quotidiennement rendre visite à sa maîtresse dans une grande bâtisse restée dans son jus des temps victoriens. Le rituel social vire au jeu d’humiliation, mais tout cela n’est qu’un faux-semblant : le vrai rapport qui unit les deux femmes est avant tout érotique et cette mise en scène est celle, longuement préparée, de deux êtres unis par un goût commun pour le sado-masochisme. Quoique, le "commun" est fragile : tandis qu’Evelyn se plaît dans son rôle de dominée, Cynthia désire au contraire que cet amour-là prenne une forme moins extrême et plus conventionnelle. Peter Strickland articule ainsi son récit, comme une spirale discrète où les différences entre chaque scène sont moins flagrantes que leur répétition. Ce n’est pas le cas seulement pour les séquences entre Evelyn et Cynthia, mais aussi pour ses passages très mystérieux où Cynthia donne des conférences sur les papillons devant un parterre exclusivement féminin — ça et là, le cinéaste dispose quelques mannequins de cire, renforçant l’étrangeté de la situation. En cela, il donne sans doute la meilleure représen

Continuer à lire