Le Musée de la Résistance espère des dons

Mémoire | L’établissement grenoblois lance, auprès du grand public, une grande collecte d’objets et documents. Son objectif : enrichir et développer ses collections. Chacun peut aussi proposer ses services pour participer à cette démarche historique en tant qu’ambassadeur. On vous explique.

Martin de Kerimel | Samedi 30 janvier 2021

Photo : (c) Martin de Kerimel


Le saviez-vous ? Le Musée de la Résistance et de la Déportation, rue Hébert, à Grenoble, n'expose généralement qu'une petite partie des quelque 8 000 objets et documents en sa possession. On pourrait dès lors s'étonner qu'il espère en obtenir d'autres aujourd'hui dans le cadre d'une collecte participative, ouverte à toutes et tous. Ce serait oublier que l'établissement n'a pas pour seule vocation de présenter ses trésors au plus grand nombre : en coulisse, il mène aussi des missions de conservation et de recherche historique. La plus grosse partie de la collection grenobloise actuelle concerne l'histoire de la Résistance combattante et celle des déportations.

L'équipe du Musée espère pouvoir élargir le spectre et recherche donc des objets et documents illustratifs de la vie quotidienne, de l'histoire des prisonniers de guerre, des premières années du conflit (1939-1942) et de ce qui se passait en Nord-Isère. Sans exclusive : toute proposition de don sera étudiée. La campagne de communication autour de la collecte donne une (petite) idée d'objets déjà présents dans les collections : un ours en peluche offert à une petite fille au matin de Noël 1943, une paire de chaussures ayant appartenu à une résistante, une robe confectionnée à partir de draps en lin, le nécessaire de couture d'une personne déportée, une cuillère ramenée d'un camp de concentration…

Une première dans l'histoire

Le Musée cherche également des "ambassadeurs" pour l'aider à diffuser largement l'information autour de sa démarche. Des outils conçus pour l'occasion seront ainsi mis à la disposition de ces bénévoles. Cette collecte est une première dans l'histoire du Musée. Son futur transfert au Palais du Parlement, place Saint-André (lire chez nos confrères de Spot), lui offre en outre l'occasion de réfléchir à une nouvelle présentation de son exposition de longue durée. Les historiens expliquent que nous sommes actuellement à "la fin de l'ère des témoins": rares sont les personnes encore vivantes qui ont vécu et puissent raconter directement les heures sombres de la Seconde guerre mondiale.

Vous pensez être propriétaire d'un objet susceptible d'intéresser le Musée ? Le plus simple est de remplir un formulaire en ligne, sur le site dédié à la collecte (collecte39-45.isere.fr) ou de prendre contact avec l'équipe du Musée pour être accompagné. Toutes les propositions seront analysées par un comité d'experts, réuni au cours de l'été prochain, avant que les dons retenus soient soumis à la commission scientifique régionale d'acquisition. Au final, si le donateur le confirme, le don sera effectif : les pièces choisies entreront alors dans les collections « Musée de France ». Elles bénéficieront d'un haut niveau de protection et ne pourront plus être vendues. En outre, elles seront inscrites dans l'inventaire numérique du Musée et visibles sur Internet, pour être étudiées par des chercheurs, publiées dans des journaux ou ouvrages spécialisés, et empruntées par d'autres établissements culturels. Ce pourrait être pour elles une véritable renaissance !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

PB d'or 2018 : expo

ARTS | Le PB d’or du réseau incroyable : les musées départementaux de l’Isère Si l’Année du Japon en Isère (qui dure jusqu’en juin) a été si bien suivie, (...)

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : expo

Le PB d’or du réseau incroyable : les musées départementaux de l’Isère Si l’Année du Japon en Isère (qui dure jusqu’en juin) a été si bien suivie, c’est surtout grâce aux musées départementaux (gérés par le Département de l’Isère donc), dont certains se sont emparés de l’événement avec pertinence, sortant parfois des domaines que leur nom peut laisser penser. Comme le Musée dauphinois, qui a inauguré fin octobre Des samouraïs au kawaii, histoire croisée du Japon et de l'Occident, soit l’une des expositions les plus réussies de 2018 ; le Musée de la Résistance qui, cet été, a accueilli la très forte exposition Hibakusha, dessins des survivants d'Hiroshima et de Nagasaki ; ou encore le Musée de l’Ancien Év

Continuer à lire

Nuit des musées 2017 / Musées en fête : notre sélection

CONNAITRE | Une nuit portes ouvertes au Musée de Grenoble Un week-end festif dédié aux lieux d'expo de Grenoble et de l'agglo doit forcément prendre en considération le (...)

Aurélien Martinez | Mardi 16 mai 2017

Nuit des musées 2017 / Musées en fête : notre sélection

Une nuit portes ouvertes au Musée de Grenoble Un week-end festif dédié aux lieux d'expo de Grenoble et de l'agglo doit forcément prendre en considération le Musée de Grenoble et ses collections impressionnantes qui, on le rappelle une nouvelle fois, rivalisent avec celles des grands musées français – voire internationaux. Et ce même si rien de fou n'est organisé pendant ces deux jours par la vénérable institution. Le musée et son expo temporaire consacrée au peintre Fantin-Latour seront ainsi en accès libre le samedi de 18h30 à minuit et le dimanche toute la journée. C’est déjà ça. À noter tout de même que l’association Musée en musique proposera, le dimanche à 14h30, une « sieste musicale » dans le patio du musée avec le quintette vocal Sparkling Voices, et ce sera en accès libre. Une visite des coulisses au Musée dauphinois Un musée, c'e

Continuer à lire

Musée de la Résistance : «un outil d’éducation à la citoyenneté»

ACTUS | Cette année, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère fête ses 50 ans. Pourquoi est-il important de mettre l’accent sur cet (...)

Charline Corubolo | Mardi 19 juillet 2016

Musée de la Résistance : «un outil d’éducation à la citoyenneté»

Cette année, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère fête ses 50 ans. Pourquoi est-il important de mettre l’accent sur cet anniversaire ? Olivier Cogne : 50 ans d’existence, ce n’est pas rien ! C’est l’occasion d’avoir un regard rétrospectif sur ce qui a été réalisé. Le musée a connu plusieurs étapes dans son développement : de musée associatif dans les années 1960 au moment de sa création, il est devenu musée départemental il y a une vingtaine d’années, avec une équipe de professionnels à sa tête composée essentiellement d’historiens. Les collections se sont considérablement enrichies, tout comme les travaux scientifiques. À quoi çasert en 2016, soit 70 ans après la Seconde Guerre mondiale, un musée comme celui-ci ? Sans doute à perpétuer, à transmettre un patrimoine de valeurs : celle de la résistance et de la République. À être un outil d’éducation à la citoyenneté, avec le concours de nombreux acteurs. C’est ça son rôle essentiel. Il y a pour cela le travail d’histoire, en s’appuyant sur des cherch

Continuer à lire

L’âme de la résistance

ARTS | C’est dans les années 1960 que le musée voit le jour sous l’impulsion de résistants, de déportés et d’enseignants, pour devenir départemental en 1994. (...)

Charline Corubolo | Mardi 19 juillet 2016

L’âme de la résistance

C’est dans les années 1960 que le musée voit le jour sous l’impulsion de résistants, de déportés et d’enseignants, pour devenir départemental en 1994. Aujourd’hui, l’institution continue de défendre les valeurs de la République à travers l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale – l’Isère fût un fief de la Résistance. Selon un parcours chronologique sur trois niveaux, la muséographie des collections permanentes offrent une plongée dans le quotidien, résistant ou pas, des Isérois. Textes d’archives, vidéos, photographies, affiches et témoignages alimentent la visite avec justesse et émotion. Mais l’intérêt de la déambulation réside surtout dans la mise en scène des deux niveaux supérieurs où sont reproduits des morceaux de rues, des cafés et des intérieurs pour une immersion totale dans ce qu’était la Résistance.

Continuer à lire

Deux musées grenoblois s'associent numériquement

CONNAITRE | Certaines œuvres paraissent parfois très éloignées de notre époque ou un brin compliquées à analyser. Le Musée de Grenoble et celui de la Résistance et de la (...)

Charline Corubolo | Mardi 19 mai 2015

Deux musées grenoblois s'associent numériquement

Certaines œuvres paraissent parfois très éloignées de notre époque ou un brin compliquées à analyser. Le Musée de Grenoble et celui de la Résistance et de la Déportation de l'Isère ont trouvé, à l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, une solution à la fois ludique et innovante : explorer un tableau numériquement par le biais d'un écran tactile dans chacun des établissements. Pour ce coup d'essai (transformé), c'est la peinture La Guerre (1915) d'Othon Friesz que l'on découvre selon deux angles : l'histoire et l'art. Il faut commencer à la Résistance, ce qui donne un accès gratuit au Musée de Grenoble où se trouve physiquement la toile, pour rentrer historiquement dans l’œuvre en choisissant un des seize détails proposés soit sur le tableau, soit selon une thématique. Une question est alors posée avec un code dont la réponse est donnée dans l'autre musée. Chaque morceau dévoile deux contenus différents selon l'institution, créant un ping-pong culturel. Un dispositif qui permet non seulement d'apprendre mais aussi de pénétrer dans l’œuvre en la « touchant » et en zoomant à souhait, afin de découvrir une multitude d'informations sur ce

Continuer à lire

L’Histoire au présent

ACTUS | Automne 1943. Une vague de répression touche la Résistance à Grenoble. L’exposition temporaire Automne 43 qui se tient jusqu’au 19 mai 2014 ramène dans (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 8 janvier 2014

L’Histoire au présent

Automne 1943. Une vague de répression touche la Résistance à Grenoble. L’exposition temporaire Automne 43 qui se tient jusqu’au 19 mai 2014 ramène dans l’ambiance de l’époque, archives et témoignages à l’appui. Avec un mot d’ordre, rappelé par Olivier Cogne, directeur du musée : « Nous sommes là pour donner du sens à ce qu'il s’est passé il y a 70 ans et le mettre au prisme du présent. » Dans cette optique un mur, à la fin de l’exposition, permet aux visiteurs de laisser leur sentiment sur ce que représente pour eux cette période. « On a voulu mettre à contribution les visiteurs sur cette question : pourquoi et comment commémorer 70 ans après ? Comment chacun peut contribuer à sa façon à entretenir la mémoire et les valeurs de la Résistance ? » C’est bien de valeurs, autant que d’Histoire, dont il est question pour le musée, Maison des Droits de l’Homme depuis 2001. Olivier Cogne défend une volonté de laisser s’exprimer à travers des sujets actuels des points de vue issus d’associations : « Nous revendiquons une filiation avec la société civile. Il n’y a pas un projet qui a été bâti dans ce musée sans travailler avec des associations du mon

Continuer à lire