Traité de Damonologie

MUSIQUES | C’est sous son propre nom et uniquement celui-ci que Damon Albarn revient fouler les pierres de Fourvière. Au menu, un album pas facile à appréhender de prime abord mais sublime comme une mise à nue. Et un concert que, connaissant l’animal, on promet à l’avenant.

Stéphane Duchêne | Mardi 24 juin 2014

Un quart de siècle d'activisme musical, un statut d'icône britannique et pourtant, à quarante-six ans, l'âge où meurent les grands poètes (Wilde, Musset, Nerval, Baudelaire, Camus, Mishima, Orwell, Perec, Wallace..), l'ex-leader de Blur s'offre une seconde vie artistique, livrant son premier effort solitaire officiel. Son premier véritable album sous le nom de Damon Albarn, (enfin ?) démasqué des nombreux avatars sous lesquels il a officié directement (Blur, Gorillaz, The Good The Bad & The Queen...) ou indirectement (Mali Music, les opéras Monkey : Journey to the West et Dr Dee, des BO collaboratives). Mais avec lesquels, il faut bien l'avouer, Albarn a déjà donné beaucoup de lui-même. Comme l'était Think Tank pour Blur, dont on imaginait bien qu'il n'aurait pas de suite, Everyday Robots semble être la somme de ce qui nourrit depuis toujours le musicien. Soit un petit tas de paradoxes soigneusement rangés dans un cerveau à tiroirs.

Fils spirituel et quasi naturel de Terry Hall et Ray Davies, deux des plus angliches songwriters britanniques, mais aussi du Martin Amis acide et nostalgique de London Fields, le Blur Damon, avec ses textes tongue-in-cheek débités en cockney et ses pastiches musicaux, s'est longtemps affiché plus brit que la Queen elle-même. Ce gaucher autocontrarié, boulimique de nouveaux médias, est pourtant également le compositeur anglais qui s'est le plus ouvert à d'autres univers – on sait qu'il voue une fascination partagée pour l'Islande, qui l'a adopté comme l'un des siens, et qu'il en est de même pour de nombreux endroits d'Afrique.

Grâce mélodique

De faux idiot du Village Green kinksien, Albarn est devenu citoyen musical du village global. Cela aurait pu donner naissance à un truc un peu boursouflé qui voudrait bouffer à tous les râteliers. C'est tout le contraire : un disque d'une simplicité évangélique mais où viennent se nicher des trésors de sophistication discrète. Mélangeant thématiques de l'enfance et évocations du monde actuel – se rappeler qu'Albarn est un immense auteur donc. Non, Everyday Robots ne se laisse pas attraper du premier coup mais porte en lui une grâce mélodique digne de Ray Davies (You & Me et Hollow Pounds). Et tout cela bien sûr fait sens, sans aucune couture apparente.

On n'est presque plus surpris de voir Albarn venir présenter ce nouveau chapitre aux Nuits de Fourvière (qui, des Pixies à Bobby Womack en passant par ZZ Top, Burt Bacharach et Portishead, ont cette année fait le plein de musiciens influents), tant il nous a habitués à la primeur de ses visites avec la plupart de ses projets – climax avec Blur en 2010. Mais quand on connaît le sérieux et la ferveur que le natif de Whitechapel met à éventrer les sens de son public en live, on ne peut s'empêcher de trépigner à l'idée de revoir une fois encore cet exemplaire unique de musicien qui se régénère en vieillissant.

Damon Albarn, samedi 5 juillet à 21h, aux Nuits de Fourvière (Lyon)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter