Monkey Theorem : vers un hip hop « plus dancefloor »

MUSIQUES | Aussi sûr que l'homme est un cousin du singe et que le singe est allé dans l'espace avant l'homme, le groupe grenoblois de hip hop Monkey Theorem est un savant mélange de rap, de scratchs et d'instruments au service de textes introspectifs, déconneurs ou incisifs. Rencontre avec les deux leaders Ekors et El Kasper à l'occasion de leur concert de présentation de leur nouvel album baptisé "Silence Cosmique". Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 23 février 2016

Photo : Dazone Prod


Pour comprendre la musique de Monkey Theorem, il faut connaître son histoire. Formé il y a huit ans par Ekors et El Kasper, le groupe a d'abord exploré un son hip hop assez brut dans la tradition rap. Au fil des années, le projet a mûri notamment avec l'arrivée de nouveaux membres. « On a été sélectionnés il y a trois-quatre ans pour représenter Grenoble dans le projet Divercities. C'est là qu'on a rencontré DJ Akor, qui a rejoint l'équipage. Puis il y a deux ans, quand on a décidé d'entamer le nouvel album, on avait envie d'une quatrième personne qui apporterait plus de vie sur scène. Le Marquis de St Bruno, sorte de multi-instrumentiste, est arrivé. »

Une mutation de deux à quatre pour une esthétique musicale plus aboutie. « Avec l'arrivée de DJ Akor et du Marquis de St Bruno, il n'y a pas eu de chamboulement ; c'est le même projet mais qui a évolué. On a maturé tout ça dans la continuité de ce qu'on a fait avant avec Instinct primate : des couleurs variées, tout en gardant une cohérence. Avec Silence Cosmique, il y a plus de scratchs, et plus généralement, on a eu envie de faire des morceaux peut-être plus dancefloor, plus tournés vers le scénique. »

Dans le décor

Leur dernier album offre ainsi une dimension plus "théâtrale" qu'ils comptent mettre en costume lors de leur concert à l'Ampérage. « Pour Silence Cosmique, on a voulu élaborer un univers autour de l'espace, que ça soit un fil rouge qui vienne saupoudrer l'album comme une petite métaphore spatiale. On a travaillé les visuels, les clips mais aussi la scénographie. Pour l'Ampérage, sur scène, on invite les gens à partir dans un voyage spatial avec nous. On a prévu un travail scénique autour de l'astronef. »

Une importance particulière est ainsi apportée à l'image, comme cela a toujours été le cas dans leurs clips. « On est passionnés par le cinéma et la science-fiction, c'est primordial pour nous de faire de clips léchés. Ça fait partie du projet musical que de développer cet univers visuel. » Rendez-vous donc ce jeudi pour un embarquement graphico-sonore galactique avec les singes savants de Monkey Theorem.

Release party Monkey Theorem, jeudi 25 février à 20h30 l'Ampérage


Monkey Theorem

+ Géabé + Snakes Crew + Downtown Mayhem
L'AmpéRage 163 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le hip-hop à contre-courant avec le festival Demain c’est bien

Festival | Du mardi 7 au samedi 11 novembre débarque la deuxième édition du festival des associations Mix’Arts et Base Art' dédié aux cultures hip-hop. On déroule le programme.

Damien Grimbert | Lundi 6 novembre 2017

Le hip-hop à contre-courant avec le festival Demain c’est bien

Initiée conjointement par les associations Base Art’ et Mix’Arts, la deuxième édition du festival Demain c’est bien tourne résolument le dos aux dernières évolutions de la scène rap française mainstream actuelle pour mieux se focaliser sur le versant "underground" des cultures hip-hop. Un parti pris certes à contre-courant, mais qui permet au jeune festival d’afficher une programmation à la fois très cohérente et assez irréprochable qualitativement. Si les concerts se taillent en toute logique la part du lion avec des têtes d’affiche de premier choix comme le Klub des Loosers, Casey, KT Gorique (en photo) ou encore Kacem Wapalek (pour n’en citer qu’une poignée), la présence bienvenue de plusieurs conférences et tables rondes autour des dimensions socio-culturelles du hip-hop promet également d’intéressants temps d’échanges et de réflexion. À ne pas manquer enfin, la traditionnelle "block party" du samedi après-midi à la Villeneuve, ainsi que la soirée de clôture à l’Ampérage qui laissera au quatuor électro-hip-hop local Monkey Theorem et aux turntablists virtuoses multi-primés DJ Fly, DJ Netik et DJ Veekash le soin de mettre le feu au dancefl

Continuer à lire

Awards 2012 musique

MUSIQUES | L’award du meilleur fumoir pendant un festival : la tribune du Stade des Alpes L’interdiction de fumer dans les lieux publics a poussé certains (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 musique

L’award du meilleur fumoir pendant un festival : la tribune du Stade des Alpes L’interdiction de fumer dans les lieux publics a poussé certains organisateurs de soirées à innover. Les tauliers de l’asso MixLab, qui géreront la nouvelle salle dédiée aux musiques actuelles prévue pour 2014, sont de ceux-ci. En septembre dernier, pour leur festival Jour & Nuit, ils avaient investi divers lieux patrimoniaux emblématiques de Grenoble : le Muséum d’histoire naturelle, l’école d’art... Et surtout l’un des salons du Stade des Alpes, avec vue imprenable sur la pelouse vide via les tribunes. Des tribunes transformées ainsi en fumoir, d’où l’on pouvait se reposer entre deux sets électro : classe. L’award du meilleur clip made in Grenoble : Le Topo des Monkey Theorem Présent sur leur premier album Instinct Primate, le morceau Le Topo du groupe grenoblois Monkey Theorem est agréable et efficace – on reste certes dans un rap très classique, avec néanmoins quelques ajouts groovy pertinents. Mais c’es

Continuer à lire

Salade composée

MUSIQUES | Vendredi 16 novembre à partir de 21h à l’Ampérage, les Grenoblois de Contratakerz dévoileront Parpaing en couilles, leur premier album. Contratakerz, c’est un (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 9 novembre 2012

Salade composée

Vendredi 16 novembre à partir de 21h à l’Ampérage, les Grenoblois de Contratakerz dévoileront Parpaing en couilles, leur premier album. Contratakerz, c’est un collectif hip-hop qui existe depuis un an et réunit des membres d’autres groupes : Ekors et El Kasper des fameux Monkey Theorem (dont on a déjà causé quelques fois dans ces pages – on est fan de leur flow et de leur clip Le Topo !), Ticsi et Vesty du duo MZ Mafia, le rappeur Kespar (originaire de Besançon nous dit-on) et le producteur-rappeur-compositeur Linkrust. Pour info, tout ce petit monde s’est rencontré autour de l'association Contratak Prod, qui regroupe rappeurs, graffeurs, vidéastes... Sur CD, Contratakerz  livre un rendu bien ficelé qui rentre parfaitement dans les codes du genre, malgré quelques passages en espagnol qui surprennent (dans le bon sens !). Mais c’est en live que le crew emporte l’adhésion, comme l’on a pu s’en rendre compte à la rentrée lors de la

Continuer à lire

L’été des locaux

MUSIQUES | La piscine, on y va pour nager, mais aussi pour écouter de la musique. Pendant tout le mois de juillet, l’association Dynamusic (l’instigatrice de la (...)

François Cau | Vendredi 8 juillet 2011

L’été des locaux

La piscine, on y va pour nager, mais aussi pour écouter de la musique. Pendant tout le mois de juillet, l’association Dynamusic (l’instigatrice de la fameuse Cuvée grenobloise) pose ses valises à la piscine Jean Bron, programmant divers artistes de la scène musicale locale. Une chouette idée, même si le menu de cette deuxième quinzaine de juillet ne brille pas par sa diversité – au contraire de la première. Il y aura ainsi de la chanson dite « poético-rigolote » sur fond de « swingvalsesaccordéonnées » avec les deux Drôles d’idées (jeudi 21), du « jazz swing manouche » avec le trio masculin Mamz’elle Soledad (jeudi 14), et du « swing festif » avec les six musiciens de L’Amuse-gueule (mardi 26) : trois formations restant dans la tradition d’une certaine chanson qui mise beaucoup sur les textes imagés et les histoires évoquées, le tout accompagné par une musique acoustique plus punchy tu meurs : il faut aimer le genre, et surtout ne pas rechercher la nouveauté à tout prix ! Toujours dans la case chanson, mais cette fois-ci beaucoup plus jazzy et bluesy : le duo piano-voix Loudmila et ses productions agréables nourries à diverses influences (mardi 19 à la piscine, ainsi que le same

Continuer à lire