Moonrite, les 60's versant obscur

MUSIQUES | Pour célébrer la sortie de son premier album, le groupe grenoblois à l'univers musical sombre, étrange mais néanmoins toujours groovy sera jeudi au Maïly's. Avec des bougies ?

Damien Grimbert | Lundi 26 septembre 2016

En marge de l'optimisme béat du "flower power" et des "summers of love", les années 1960 ont également abrité en leur sein une déclinaison plus sombre et tripée de la contre-culture hippie, mêlant sexe, drogues, psychédélisme et rituels occultes. Cette dimension quasi gothique, reflet autrement plus réaliste d'une époque marquée par de nombreux troubles et explosions de violence, est très clairement celle qui a servi d'influence principale à la musique de Moonrite.

Duo de garage rock psychédélique au format atypique (un orgue et une batterie) formé en 2014 par deux frères déjà très présents au sein de la scène rock grenobloise (Towerbrown, Firecrackers, Qasar…), Moonrite évolue ainsi dans un univers musical sombre, étrange mais néanmoins toujours groovy semblant tout droit sorti d'un film d'exploitation de série B.

À l'occasion de la sortie de son premier album éponyme sur le label allemand Soundflat Records, le groupe viendra faire découvrir ses nouvelles compositions à l'occasion d'une "release party" au Maïly's aux côtés de The Sex Organs, autre duo bien déjanté dont le "trash'n'roll" teinté de garage a su séduire le label suisse Voodoo Rhythm Records.

Moonrite + The Sex Organs
Au Maïly's jeudi 29 septembre à 20h30


The Sex Organs + Moonrite


Le Maïly's 27 rue Jean Prevost Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une douce odeur de psychédélisme

MUSIQUES | Pour un groupe de rock actuel, les options sont diverses et nombreuses… mais toutes ne se valent pas. Il y a ceux qui vont vendre leur âme pour livrer (...)

Damien Grimbert | Mardi 22 septembre 2020

Une douce odeur de psychédélisme

Pour un groupe de rock actuel, les options sont diverses et nombreuses… mais toutes ne se valent pas. Il y a ceux qui vont vendre leur âme pour livrer des morceaux pop fades et calibrés taillés pour les synchro-pubs, ceux qui vont tenter de s’inscrire dans la prolongation des grandes légendes des décennies passées, quitte à n’en livrer qu’une copie studieuse mais guère inspirée… Et ceux, enfin, qui préfèrent emprunter des chemins moins balisés mais beaucoup plus excitants où les influences du passé se conjuguent au présent dans un grand bain de jouvence syncrétique et inédit. C’est assurément à cette dernière catégorie qu’appartiennent les formations Cannibale (photo) et Moonrite, qui proposent chacune des approches radicalement différentes mais complémentaires. Signés sur le label parisien de référence Born Bad Records dès leur premier album, No Mercy For Love en 2017, les Normands de Cannibale, qu’on a pu retrouver l’année suivante avec leur deuxième opus Not Easy to cook proposent ainsi une galvanisante rencontre entre des influences garage psychédélique 60’s/70’s envoutantes et toute une gamme de sonorités surprenantes et étranges puisées aussi bi

Continuer à lire

Halloween skate or treat : skate, citrouilles et décibels

CONNAITRE | Spécialiste incontesté des croisements entre compétitions de skate et concerts de rock (on leur doit notamment l’organisation du fameux Skate Rock Contest, (...)

Damien Grimbert | Mardi 16 octobre 2018

Halloween skate or treat : skate, citrouilles et décibels

Spécialiste incontesté des croisements entre compétitions de skate et concerts de rock (on leur doit notamment l’organisation du fameux Skate Rock Contest, dont on s’est déjà fait plusieurs fois l’écho dans ces pages), le Skatepark de Grenoble remet le couvert samedi 27 octobre de 17h à 1h à la Bifurk, avec une édition spécial Halloween qui s’annonce d’ores et déjà haute en couleur. Intitulée Halloween skate or treat, cette dernière accueillera ainsi, outre le traditionnel concours de déguisement associé à ce type d’événement, deux jam sessions distinctes de 20h à 21h et de 22h à 23h, entrecoupées de deux concerts. Alliant trash et death-métal pour un résultat « ravageur et percutant », Shräpnel se chargera d’ouvrir les hostilités entre 21h et 22h. Auteur d’un rock garage psychédélique à la fois sombre et groovy influencé par le versant le plus obscur des années 1960, le duo orgue/batterie Moonrite (photo) s’occupera quant à lui de clôturer cette soirée prometteuse aux alentours de 23h.

Continuer à lire

Mission rock au Maïly’s

MUSIQUES | Ouvert en mars dernier au 27 place Jean Prévost, en lieu et place du 69, le bar-restaurant le Maïly’s s’est transformé ces derniers mois en véritable plaque (...)

Damien Grimbert | Mardi 3 novembre 2015

Mission rock au Maïly’s

Ouvert en mars dernier au 27 place Jean Prévost, en lieu et place du 69, le bar-restaurant le Maïly’s s’est transformé ces derniers mois en véritable plaque tournante pour les amateurs de concerts rock et assimilés. Convivial et sans prétention, le lieu ne se cantonne pas pour autant à la seule scène locale, comme le prouvent les deux très bons concerts qui y sont organisés cette semaine. Première étape dès ce mercredi 4 novembre (oui, là, maintenant, tout de suite) avec la formation garage/psyché/fuzz suisse The Jackets (en photo), signée sur le label Voodoo Rhythm, accompagnée en première partie du duo orgue/batterie local Moonrite qui réunit Yann Cracker de Towerbrown et Julien de Qasar autour d’un univers dark/pop/psyché furieusement 60’s. Puis rebelote dès le lendemain (le jeudi 5 donc, si vous avez suivi) avec une Fête Souterraine organisée par Franche Touche et le label parisien La Souterraine qui accueillera le rock hardcore d’Et Après ?, le synth-punk de Taulard, et enfin la garage pop mélancolique du quatuor parisien Requin Chagrin qui commence à beaucoup, beaucoup fair

Continuer à lire