Adrien Gallo : « Les BB Brunes sont musicalement plus métissés qu'avant »

Concert | Depuis dix ans, les BB Brunes naviguent dans le vaste monde du pop-rock en français avec, dans leurs valises, tout un tas de tubes très efficaces estampillés "baby-rockers". Alors qu’ils passent par la Belle électrique dans le cadre de la tournée de leur dernier album "Puzzle", on a discuté avec leur leader Adrien Gallo.

Aurélien Martinez | Samedi 17 février 2018

Comment ont évolué les BB Brunes en 10 ans ?

Adrien Gallo : Notre musique a évolué de manière assez radicale. Quand on compare entre le premier et le dernier album [Puzzle, sorti en septembre 2017 – NDLR], il y a quand même pas mal de changements dans les arrangements, dans la manière que l'on a d'approcher la musique… Le premier était très brut, alors que le dernier est plus produit, plus réfléchi entre guillemets.

Et puis au niveau des influences, on s'est élargis. À l'époque, on était influencés par des groupes comme les Strokes, les Libertines, les Clash ; maintenant, on est autant influencés par le hip-hop que l'électro ou la variété française. Aujourd'hui, on assume d'ailleurs vraiment cet héritage variété française que l'on a toujours eu, avec des gens comme Michel Berger, Alain Bashung, William Sheller, Michel Delpech… On peut donc dire qu'on est musicalement beaucoup plus métissés qu'avant.

Ce côté variété française se ressent pleinement dans votre volonté, assumée dès le départ, de chanter en français et non en anglais…

Ça a été une manière de nous démarquer à l'époque où très peu de gens chantaient en français. Et puis je ne serais jamais arrivé à m'exprimer aussi bien en anglais qu'en français, à aller aussi loin dans les doubles sens… Sur la forme, je m'amuserais beaucoup moins en anglais.

Lors des dernières Victoires de la musique, vous avez participé au medley en hommage à Étienne Daho. C'est également l'une de vos références ?

C'est une inspiration, comme il est vraiment dans ce métissage-là de la musique. Il a une sorte de classe naturelle, il a toujours fait les bons choix, a su rester intègre. C'est un vrai esthète, et je me reconnais un peu dans son approche musicale – il m'a d'ailleurs souvent conseillé.

Vous dites qu'en dix ans, votre musique a évolué. Pourtant, on vous rattache encore parfois, avec condescendance, à une musique jugée adolescente...

Oui, et je vis ça plutôt bien, comme c'est arrivé à énormément d'artistes et que ça fait partie du jeu d'être parfois étiqueté. Je pense que le temps aidera à ce que cette vision qu'ont certains change. D'ailleurs, elle commence déjà à changer : notre public est beaucoup plus large qu'à l'époque. On s'en rend compte en concert : il y a de tous les âges et ça, ça fait extrêmement plaisir.

Après, pour moi, la musique doit être adolescente, doit partir de ce sentiment-là parce que l'adolescence est ce qu'il y a de plus proche de la musique pop.

Vous pourriez chercher à vous débarrasser de cette étiquette, en sortant par exemple des morceaux aux paroles plus politiques…

Non, surtout que quand j'écoute de la musique, j'ai personnellement envie de m'évader plutôt que de me ramener à une réalité. Et je n'ai pas envie d'agir en fonction de ce que les gens disent : j'écris sur ce qui me plaît, ce qui me parle, et voilà !

BB Brunes (+ Quai d'Orsay en première partie)
À la Belle électrique vendredi 23 février à 20h


Amour toujours

Un malentendu entoure les BB Brunes depuis leur apparition sur la scène musicale française il y a dix ans avec des tubes comme Le Gang et Dis-moi : non, la bande d'Adrien Gallo n'est pas qu'un boys band rock pour ado en fleur. C'est un groupe certes "de jeunes" (Adrien Gallo n'a pas encore trente ans) mais à la plume affûtée et aux mélodies efficaces, même si tout ça reste dans un style très pop centrée sur les affres de l'amour – « Tu me plaques comme une affiche au mur / J'porte plainte pour coups et blessures / J'étais à deux doigts de finir fou de toi » dans leur Coups et Blessures sorti en 2012.

Et ce n'est pas Puzzle, le dernier album en date du quatuor (un titre censé matérialiser leur ouverture musicale) et ses titres comme Éclair éclair, Pyjama ou Origami qui vont changer la donne : comme il nous l'a expliqué en interview, Adrien Gallo, revenu d'une très chouette aventure solo (l'album Gemini en 2014), fait de la musique non pas pour changer le monde, mais pour être, comme il le chante sur Bora Bora, « Ta tour de Pise qui ne penche pas / Ton pull-over en alpaga / Ton Impala qui ne roule pas ». Libre à chacun de répondre ou non à ses avances.


BB Brunes + Roch voisine + Christophe Willem + Manau + Ether + Mademoiselle K + Adeion


Château du Passage Le Passage
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 20 concerts de l'hiver et du printemps à Grenoble

Panorama de rentrée culturelle | Avec de la pop d'ici et d'ailleurs, de la chanson en VF ou encore des grosses têtes d'affiche.

La rédaction | Mardi 9 janvier 2018

Les 20 concerts de l'hiver et du printemps à Grenoble

Mendelson 2017, année électorale, Mendelson publie Sciences Politiques, une œuvre au noir sociétale (comme souvent avec la formation de Pascal Bouaziz) dont chaque morceau plaque sur une reprise de classiques de Bruce Springsteen, Marvin Gaye, The Jam, Leonard Cohen, Lou Reed, The Stooges & co un texte en français à la terrible résonance sociétale (Les Peuples, Le Soulèvement, La Guerre) et à la poésie toute mendelsonienne. Un projet à part auquel le live devrait donner une saveur particulière, et qui sera précédé sur scène, en première partie, par l’excellent trio grenoblois Pelouse dont on a souvent vanté les mérites dans ces colonnes. À la Source vendredi 19 janvier Oiseaux-Tempête & Mondkopf La Grèce (Oiseaux-Tempête), la Turquie en révolte (Ütopiya?), le Liban (AL-'AN)... Partout où ils se posen

Continuer à lire

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Noël | Noël approchant à grands pas, voici notre traditionnelle sélection de cadeaux immatériels. Soit des concerts et des spectacles dont il reste des places (on s’en est assuré) et qui, lors du déballage des paquets, vous placeront pour sûr du côté de celles et ceux qui refusent ce monde matérialiste-capitaliste et qui préfèrent offrir des émotions vivantes – même si bon, une tablette, ça peut toujours faire plaisir.

La rédaction | Mardi 5 décembre 2017

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Pour les cinéphiles qui n’ont rien contre aller de temps en temps au théâtre Créé cet automne, le spectacle Festen de Cyril Teste est l'une des claques théâtrales de l'année, justement parce que c'est plus que du théâtre. Qualifié de « performance filmique » par son metteur en scène, c'est l'adaptation sur le plateau du fameux film Festen de Thomas Vinterberg sorti en 1998 sur une réunion de famille qui part en vrille du fait de la révélation d’actes terribles commis par le père il y a des années. Un récit anxiogène à l'écran, qui se déploie sur scène dans une scénographique immense… et sur un écran retransmettant des images tournées en direct, notamment derrière le décor. Remarquable. Festen À la MC2 du mardi 23 au samedi 27 janvier De 10€ à 25€ Pour celles et ceux que le burlesque n’effraie pas, bien au contraire Le théâtre, ce n'est pas que des spectacles bavards et longs. C'est aussi des propositions sans paroles au potentiel comique incroyable, dans la

Continuer à lire

Le monde comme on veut le voir

SCENES | Festival d’Avignon (6) / Sidi Larbi Cherkaoui et la compagnie Afag

Aurélien Martinez | Jeudi 19 juillet 2012

Le monde comme on veut le voir

De la danse qui en met plein la vue à coups d’images évocatrices et chiadées : voilà comment l’on peut résumer (de façon lapidaire, certes) le travail du chorégraphe belge Sidi Larbi Cherkaoui sur sa création Puz/zle, présentée à la carrière de Boulbon. Dans une scénographie inventive à l’image d’un jeu de construction grandeur nature (des cubes, des grands murs, ...), les onze danseurs, à la technicité impeccable, s’en donnent à cœur joie en utilisant toutes les possibilités offertes par les éléments de décor : c’est qu’il faut tenir les deux heures que dure la pièce, quitte à sombrer de nombreuses fois dans la redondance ! Reste la force dégagée par ce Puz/zle, entre mysticisme et humanisme ; force décuplée par les musiciens présents sur le plateau, dont la chanteuse libanaise Fadia Tomb el-Hage. Un spectacle qui tournera longtemps, et que l’on découvrira sans doute dans la région sur la saison 2013/2014 (à la MC2 Grenoble en tout cas, c’est certain). La cape et l’épée Voilà, ça, c’était pour le In. Évidemment, co

Continuer à lire