Tout sur la famille

SCENES | "La famille vient en mangeant" : un spectacle qui avait conquis les Grenoblois en mars, la Basse Cour devant même aller jusqu'à refuser les spectateurs venus en nombre. Il était donc normal de vouloir prolonger le succès en mettant en place une nouvelle série de représentations en juillet, toujours à la Basse Cour. Charlotte Haas

Laetitia Giry | Vendredi 19 juillet 2013

Véritable performance pour Magma qui, seule sur scène, interprète tour à tour huit personnages. « On ne peut pas perdre le public, alors il faut savoir aller vite. » Frères, sœurs, parents et même grand-mère... tous les membres de la famille sont représentés. S'il faut avoir enregistré les mimiques de chacun des personnages pour pouvoir mettre un visage sur des mots et des attitudes, on est rapidement pris au jeu et séduits par cette liberté.

 

« Tous les personnages existent, ce sont des souvenirs » raconte Magma à propos de ce spectacle conçu il y a de cela plus d'un an et joué plus de 70 fois. Inspiré du quotidien de Magma, La Famille vient en mangeant sort renforcé par une mise en scène dépouillée. Le fait que la comédienne soit seule sur scène pour interpréter ses personnages confère à chaque situation aussi surprenante que quotidienne une puissance universelle. Les tranches de vie se succèdent et on finit forcément par s'y retrouver.

 

De fil en aiguille

 

Si le spectacle dure aujourd'hui 1h15, ça n'a pas été toujours le cas. « Au début, il durait 10 minutes, puis il est passé à 40 minutes » explique Julien Marot, metteur en scène. Faite à base d'improvisation et d'écriture, la pièce fut d'abord surtout jouée à domicile et dans les jardins.

 

Un nouveau spectacle est déjà en préparation pour 2014. « Ce sera différent mais toujours en gardant la même forme. Ça portera sur le grain de folie, une folie douce. Et on travaille aussi sur une création originale pour la musique. »

 

En vente le livre du spectacle à la Libraire les Modernes pour 10 euros


La famille vient en mangeant...

Par la Cie Mmmm... A l'étage, bagarre dans la chambre des petits et test de grossesse dans l'intimité de la salle de bain amènent frères et sœurs à se réunir en Conseil de Fratrie où l'on commence à débattre éducation à domicile, sexualité, IVG et autres histoires d'enfants... Sauf qu'à table, entre gaffes, piques, pauses cigarettes et visite surprise, tout finit par se révéler! Le Conseil de Fratrie devenant pour la première fois Conseil de Famille..
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jazz (en) fusion à Jazz à Vienne grâce à Magma

Festival | Avec Magma, Christian Vander a opéré dès la fin des années 1960 une petite révolution musicale dont beaucoup ne se sont jamais remis et dont lui-même n'est jamais sorti. Toujours au front, le légendaire batteur aux étranges glossolalies sera à Jazz à Vienne mercredi 11 juillet pour opérer la fusion du Théâtre antique.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Jazz (en) fusion à Jazz à Vienne grâce à Magma

À ce jour, en quasiment 50 ans de carrière, Magma a enregistré plus de live que d'albums studio et, de fait, il est peu de personnes qui, pour s'être trouvées un jour à un concert de Magma, toutes époques confondues, n'en ont pas gardé de sérieuses séquelles, plaçant là le groupe parmi les expériences musicales live les plus intenses qui puissent exister. Les plus sérieusement vrillées aussi car un concert de Magma ne ressemble, encore aujourd'hui, à aucun autre. Sans doute parce que Magma ne ressemble à personne. C'est que son fondateur Christian Vander a été à bonne école, grandissant, grâce à un père musicien, dans le giron direct de grands batteurs tels qu'Elvin Jones (frappeur de Coltrane) et Kenny Clarke, des amis de la famille à l'esprit libre comme l'air. Et quand on se fait offrir sa première batterie par le maverick de la trompette Chet Baker, c'est que l'on est promis à un destin particulier. Plus grand que la vie et au-delà du raisonnable, c'est ainsi qu'ont toujours résonné les projets de Vander, dont l'influence principale reste le free-jazz – la liberté toujours – de John Coltrane. Zeuhl Lorsqu'il c

Continuer à lire

Festival Holocène, première édition : demandez le programme

Festival | Pour sa première édition, le festival Holocène, sis entre Summum et petites scènes, n'y va pas de main morte dans le mélange des genres et des jauges. Il y aura à boire et à manger entre le 2 et le 11 mars, certes, mais au moins pour tout le monde dans une programmation dont l'éclectisme est définitivement le nom.

Stéphane Duchêne | Lundi 27 février 2017

Festival Holocène, première édition : demandez le programme

Si l'Holocène, en plus d'un titre magique de Bon Iver, fut une ère interglaciaire qui vit disparaître la plupart des espèces de mammifères géants connus (comme le regretté paresseux géant, plus gros qu'un éléphant), le festival Holocène a choisi lui d'utiliser ce nom pour matérialiser le mélange des espèces qui fera le sel de sa programmation. N'hésitant pas au passage à faire se côtoyer des créatures de grande taille avec d'autres plus modestes, les monuments historiques comme les jeunes espoirs. Certes, c'est un peu le principe d'un festival, mais on touche là aux confins du concept. Les Fréro Delavega côtoyant, même de loin, Magma ou des jeunots à guitares fumantes, avouez que ce n'est pas banal. Et ce sont bien les Fréro qui ouvriront ainsi les festivités en tête d'affiche du Summum, le jeudi 2 mars, après que se soient succédé sur scène l'électro swing de Lamuzgueule (qui n'aura jamais aussi bien porté son nom), le rock tendu de Bon Air et le rap à la cool

Continuer à lire

À la Source du Magma

MUSIQUES | Considéré comme l'un des groupes les plus fous et les plus influents de ces 40 dernières années, aussi adulé que gentiment moqué, Magma, son zeuhl et son kobaïen sont toujours là, 35 ans après leur création. La preuve cette semaine. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 20 mai 2014

À la Source du Magma

Magma, comme ça, vu de l'extérieur, c'est le groupe typique des années 70. Une espèce de gloubiboulga conceptuel qui a durablement – et positivement – traumatisé une génération de vendeurs de hi-fi à catogan, jamais remis de leur jeunesse. Mais Magma, c'est avant tout la créature d'un autre fou génial, Christian Vander. Un type qui, par la grâce d'un père lui-même musicien, a grandi au milieu des jazzmen et notamment des batteurs Elvin Jones et Kenny Clarke qui passaient régulièrement à la maison. C'est même Chet Baker qui lui offrit sa première batterie. Il sera forcément musicien.   Batteur, donc. Même si c'est un autre saxophoniste qui motive cette vocation : John Coltrane, dont le free-jazz offre un horizon de possibilités. Vander crée Magma en 1969 après avoir fait ses armes dans le jazz sous divers noms, toujours bizarres, avec une ambition plutôt démesurée et une formation qui l'est tout autant mais dont il reste le maître. Il y malaxe toutes ses influences : de Stravinski à Coltrane, donc, de Carl Orff à Zappa. Inutile de dire que Magma fait une entrée fracassante sur la s

Continuer à lire