Publicité
Publicité

"Détective Dee 3, la légende des rois célestes" : présages, faux mages et images

ECRANS | de Tsui Hark (Chi, 2h15) avec Mark Chao, Carina Lau, Gengxin Lin…

Vincent Raymond | Jeudi 19 juillet 2018

Photo : Les Bookmakers / The Jokers


Mécontente que l'empereur ait confié une épée sacrée au Détective Dee, l'impératrice charge une équipe de guerriers-magiciens de la lui subtiliser. Si leurs tentatives échouent, ils prennent un ascendant à la cour, au moment où s'abat sur le trône une menace conjuguant vengeance et sorcellerie…

3D, feux d'artifices, explosions, chatoiements d'étoffes, harmonies colorées, chorégraphies de haut vol… C'est à un véritable flamboiement qu'il faut s'attendre. D'aucuns diront que c'était prévisible, mais il est toujours rassurant de voir ses attentes concrétisées, voire dépassées. Avec Détective Dee, le réalisateur Tsui Hark a trouvé un successeur de poids au Dr Wong pour ses sagas puisant dans l'histoire chinoise, et recarrossées en grand spectacles wuxia.

L'importance du substrat historique n'a rien d'anodine, ce dernier permettant d'inscrire les aventures de Dee dans le riche passé glorieux de l'Empire, tout en explorant une zone particulière : le règne de Wu Zetian, unique impératrice chinoise ayant gouverné seule. Une parenthèse exceptionnelle autorisant d'autres singularités, à la lisière du surnaturel que Dee débusque et désamorce par la puissance de sa déduction. Mais si les intrigues reposent sur un socle réaliste, à l'instar de celles de Conan Doyle, où la logique finit toujours par révéler ce qui se dissimulait sous les oripeaux du fantastique, le genre s'autorise des élégances acrobatiques peu compatibles avec la loi de la gravitation universelle ! Une licence artistique que l'on admet – et exige, même – d'un wuxia.

Si La Légende des rois célestes est l'œuvre d'un maître ès illusions, il propose en contrebande une très stimulante réflexion sur la tyrannie des apparences et des simulacres qui, à notre époque de l'image souveraine, résonne étrangement. Ce film de combat suggère incidemment une alternative à la vengeance stérile : le pardon. Sans doute naïf, mais d'une bouleversante actualité. Ah, au fait, le 4e est déjà annoncé…

Sortie le 8 août


Détective Dee : la légende des rois célestes

De Tsui Hark (Chin) avec Mark Chao, Carina Lau... Une vague de crimes perpétrée par des guerriers masqués terrifie l’Empire de la dynastie des Tang. Alors que l’impératrice Wu est placée sous protection, le Detective Dee part sur les traces de ces mystérieux criminels. Sur le point de découvrir une conspiration sans précédent, Dee et ses compagnons vont se retrouver au cœur d’un conflit mortel où magie et complots s’allient pour faire tomber l’Empire…
Pathé Échirolles 4 rue Albert Londres Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Bataille de la montagne du tigre

ECRANS | Depuis sa conversion au numérique, le génial Tsui Hark semblait avoir perdu la boussole de son cinéma, confondant effets spéciaux et mise en scène, (...)

Christophe Chabert | Mardi 16 juin 2015

La Bataille de la montagne du tigre

Depuis sa conversion au numérique, le génial Tsui Hark semblait avoir perdu la boussole de son cinéma, confondant effets spéciaux et mise en scène, ordonnancement du chaos et pure bouillie visuelle. De ce point de vue, La Bataille de la montagne du tigre est une bonne nouvelle : Hark parvient à garder une parfaite lisibilité des séquences tout en ne lésinant pas sur les capacités du virtuel et de la 3D. Il faut dire qu’au grand délire sériel de Detective Dee, il substitue ici un pur récit de guerre où, durant la guerre civile chinoise en 1946, une troupe de soldats tente de reconquérir une forteresse tenue par des bandits cruels et sans pitié. Le film avance ainsi comme une suite de morceaux de bravoure où tout fait spectacle : les combats bien entendu, réalisés avec une liberté totale, capable de concilier effets "bullet proof" et découpage classique, mais aussi l’étonnant bestiaire de méchants, freaks aux corps difformes et aux looks improbables. Comme George Miller avec son

Continuer à lire

Detective Dee 2

ECRANS | Le premier volet avait séduit par son alliance entre feuilleton à l’ancienne et démesure de l’action, se posant en pendant chinois d’Indiana Jones. On (...)

Christophe Chabert | Vendredi 25 juillet 2014

Detective Dee 2

Le premier volet avait séduit par son alliance entre feuilleton à l’ancienne et démesure de l’action, se posant en pendant chinois d’Indiana Jones. On mesure pourtant, avec la sortie de ce deuxième épisode épuisant, ce qui déjà menaçait Tsui Hark : sa conversion au tout numérique et à la 3D. Loin de décupler les puissances chaotiques à l’œuvre dans ses chefs-d’œuvre de l’ère argentique, elle en offre une caricature laide et boursouflée, rendant l’action illisible et mettant plus en valeur les effets spéciaux que les personnages ou l’intrigue. Au bout de la trentième épée qui traverse l’écran de ses bords jusqu’à sa profondeur artificiellement recréée, on se demande vraiment qui peut encore être vraiment épaté par telle démonstration de technologie vaine et soulignée, que l’on peine à appeler spectacle ou mise en scène ? Surtout que le film se paie le luxe d’un grand écart fatal entre ce côté dernier cri et une créature mi-homme mi-poisson qui renvoie plutôt aux nanars artisanaux des années

Continuer à lire