Olivier Depardon : « Être plus spontané »

Concert | Après un premier album solo largement salué en 2012, l’ex-Virago (groupe culte grenoblois des années 90) Olivier Depardon revient avec l’hypnotique et plus brut "Les Saisons du silence". Avant la sortie prévue le 23 février, le musicien est en concert au Ciel et en interview ici. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 27 janvier 2015

En 2012, Un soleil dans la pluie, votre premier album solo après l'intense période Virago, a été très bien accueilli… Vous vous y attendiez ?

Olivier Depardon : J'avais mis du temps à le faire, à trouver comment le sortir… Je ne savais pas comment il serait reçu… Mais que Vicious circle [son label du temps de Virago – NDLR] ait été chaud pour l'accompagner, ça m'a rassuré. Et oui, l'accueil presse et public a été bon, on a joué pas mal sur deux ans.

Du coup, ça ne fout pas un peu la pression pour un deuxième ?

Ça n'a pas été pareil. Comme il y avait un truc de lancé, j'avais vite envie de composer de nouveaux morceaux, dans un nouvel état d'esprit. Entre le temps où j'ai enregistré le premier album, celui où je l'ai sorti et celui où on l'a joué, il s'est passé pas mal de temps. Du coup, avec le deuxième, je ne voulais pas trop traîner. Être plus spontané même.

D'où un enregistrement rapide en avril dernier, en douze jours dans les monts du lyonnais…

Je voulais capter en studio l'énergie que l'on avait en jouant ensemble sur scène [deux musiciens l'accompagnaient en tournée – NDLR]. En réfléchissant aux diverses possibilités, on a opté pour un bel outil studio, mais du coup sur une période plus courte que si on faisait ça ailleurs, dans un truc plus à l'arrache. J'ai bien aimé ce qui s'en dégageait.

L'album est certes très "depardonnesque", mais il sonne différemment du premier…

Je vois cet album comme plus brut. Pour moi, c'est un lâcher-prise sur plein de petites choses auxquelles j'étais plus attaché avant. J'avais fait mon premier album tout seul, avec beaucoup de strates de guitares, beaucoup de trucs très précis – je m'étais énormément pris la tête ! Du coup, le nouveau reste précis, mais plus sobre, plus direct.

Que sont ces « saisons du silence », du nom de l'album ?

J'ai mis un moment à trouver un titre à l'album, et même un ordre à tous les morceaux. J'avais cette idée de cycle qui revenait souvent, aussi bien dans les textes que dans certains trucs que j'ai pu vivre. Je suis donc arrivé sur les saisons, comme les chansons sont pas mal de petits bouts racontés comme ça, sur des cycles différents. Puis le silence pour évoquer les choses qui ne se disent pas, qui sont dans le silence mais qui existent quand même.

Comment définiriez-vous votre style musical assez particulier ?

Il y a du rock, bien sûr, parce que je viens de là, parce que j'aime ça. Après, je suis peut-être dans un registre un peu plus parlé, une sorte de poésie sonore qui casse l'aspect français des mots… Une sorte de mélange de tout ce que j'ai engrangé depuis le temps.

Faire du rock de la sorte en français, ce n'est pas si courant…

Oui c'est vrai, il n'y en a pas des masse. Ça a toujours été comme ça depuis le début. Je me suis parfois essayé à l'anglais, pour voir : c'était rigolo mais moins mon truc, je me sentais moins à l'aise. Et puis on n'écrit pas du tout pareil selon la langue. J'aime bien le français, jouer avec... C'était un peu déjà ça le défi à l'époque de Virago : coller le français sur une musique entre guillemets plus américaine.

Votre univers musical se rapproche de celui d'autres artistes, comme Michel Cloup par exemple. Sentez-vous appartenir à une famille ?

Ça fait partie des gens qui écrivent en français, avec une esthétique musicale singulière. Il y a aussi Michniak que j'aime beaucoup, et Dominique A… Après, sur le concept de famille, pourquoi pas, mais je n'ai pas forcément de revendication. Ça me fait juste du bien d'entendre ces mots en français que je peux comprendre plus facilement, qui me font des choses – je ne suis pas assez bon en anglais pour tout décoder !

À la fin de Virago en 2001, vous avez semblé ne plus vouloir être sur scène…

Quand on a arrêté le groupe, j'ai bossé au Ciel [une salle de concert à Grenoble – NDLR], pris du temps pour me consacrer au son – ce que je n'avais jamais eu le temps de faire avant. Et puis j'ai plus été au service des autres que de moi-même, en enregistrant ou en jouant… Après, ce besoin de faire de chanson est revenu, ça a mis du temps mais c'est reparti.

Du coup, on va écouter du Olivier Depardon encore longtemps ?!

Là, pour moi, c'est vraiment reparti. J'ai besoin de ça… Il y a des cycles qui se sont bouclés, d'autres qui se sont lancés ; ça me fait du bien d'être là-dedans.

Olivier Depardon (+ Pop. 1280), mercredi 4 février à 20h30, au Ciel


Olivier Depardon + Pop. 1280


Le Ciel 2 rue du Général Marchand Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Revue rock moderne avec le Petrol Chips Fest

Concert | Histoire sans doute de fêter sa troisième année d'activité (pour ne pas dire d'activisme), le label Petrol Chips mené par Ray Bornéo (qui, on vous l'a dit tout (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 30 avril 2019

Revue rock moderne avec le Petrol Chips Fest

Histoire sans doute de fêter sa troisième année d'activité (pour ne pas dire d'activisme), le label Petrol Chips mené par Ray Bornéo (qui, on vous l'a dit tout récemment, vient de co-produire le dernier disque de notre cher Gontard) s'offre un festival itinérant pas piqué des hannetons, opportunément baptisé Petrol Chips Fest. Après Valence et Lyon, Grenoble donc, vendredi 3 mai à la Bobine. Petrol Chips s'y livrera à une revue d'effectif quasi complète puisque outre Gontard, on retrouvera le totem grenoblois Olivier Depardon, l'hydre Bleu Russe, la formation Lomostatic qui réunit les trois précités en sus de Jull et Ginger Bread, les expérimentations de Nuage Fou, Vestale Vestale & Ray Bornéo lui-même, La Horde et ce bon J

Continuer à lire

Olivier Depardon, le rock en clair-obscur

Concert | Samedi 16 juin, le fameux musicien, ancien du groupe Virago, présentera à l'Ampérage son troisième album solo baptisé "Avec du noir et du blanc".

Damien Grimbert | Mardi 12 juin 2018

Olivier Depardon, le rock en clair-obscur

Riffs hypnotiques et dissonants, textes hantés et élégiaques, atmosphères lancinantes tout en tension retenue… Pas de doute possible, Olivier Depardon est de retour. De ses débuts dans les années 1990 au sein de la formation phare Virago à sa renaissance à l’orée des années 2010 avec son premier album solo Un soleil dans la pluie, le musicien grenoblois n’a en effet cessé de creuser et de perfectionner un sillon bien à part, né d’une synergie entre un rock sombre et incarné et des textes en français d’où surnage une forme de poésie brute et obsédante. Un registre tout en nuances, toujours sur le fil, dont Olivier Depardon est devenu maître sans avoir jamais renoncé pour autant à le faire évoluer. Faisant suite à un deuxième opus paru en 2015 (Les Saisons du silence), Avec du noir et du blanc, nouve

Continuer à lire

Gainsbourg (pas si) confidentiel

MUSIQUES | Cette semaine, les deux musiciens grenoblois Olivier Depardon et Xavier Machault reprendront, en duo, l’intégralité de l’album "Confidentiel" de Serge Gainsbourg. On les a rencontrés, et comme ils sont sympas, on a même pu assister à une de leurs répétitions. Debrief. Guillaume Renouard

Guillaume Renouard | Mardi 1 juillet 2014

Gainsbourg (pas si) confidentiel

Reprendre Gainsbourg n’a franchement rien d’exceptionnel, tant le maître continue de fasciner et d’inspirer nombre d’artistes français – ou étrangers, d’ailleurs. Mais reprendre intégralement l’un de ses albums les moins connus (le bien nommé Confidentiel, cinquième album de Serge), en duo et sur une gratte électrique ? Déjà plus ambitieux. Pourtant, pas de quoi freiner Xavier Machault (plume et chanteur du groupe BUFFLE !, avec notamment Roberto Negro) et Olivier Depardon (ex-leader de Virago qui, en ce moment, bosse sur son deuxième album solo) ; les deux réalisant ainsi leur première collaboration. Xavier Machault : « Gainsbourg nous faisait de l’œil depuis un petit moment. Quand la mairie d’Uriage m’a proposé de jouer durant l’un des concerts de l’été, j’en ai parlé à Olivier, on s’est mis d’accord et on a tout de suite commencé à bosser. Nous avons choisi cet album car il est à la fois très riche, minimaliste, assez peu connu du grand public, et aussi parce qu’il est possible de le reprendre sans trop le massacrer. » Les deux musiciens ont également été séduits par le côté

Continuer à lire

Qui es-tu, Olivier Depardon ?

MUSIQUES | Zoom / Grenoble, fin des années 90. Alors que la scène locale est dominée par le reggae sous l'impulsion bulldozer de Sinsémilia, une alternative rock émerge (...)

François Cau | Samedi 10 mars 2012

Qui es-tu, Olivier Depardon ?

Zoom / Grenoble, fin des années 90. Alors que la scène locale est dominée par le reggae sous l'impulsion bulldozer de Sinsémilia, une alternative rock émerge avec le trio Virago. L'exalté Xavier à la batterie, le taciturne Jean-Marc à la basse, Olivier à la guitare et au chant, les yeux révulsés et les doigts en transe à chaque prestation scénique. En deux albums, Introvertu (1998) et Premier Jour (2000), Virago s'impose comme la relève la plus convaincante du défunt groupe Diabologum, grâce à une rage rock où se déversent des paroles à la poétique torturée, scandées par une voix à mille lieux du moindre formatage mainstream. Leur morceau Ouvre-moi figurera sur la bande originale de Baise-moi de Virginie Despentes, Virago donnera notamment un concert extraordinaire au Summum, quand le lieu osait encore s'essayer à des jauges plus risquées sur une formule Club. À l'arrêt du groupe (évoqué par Olivier Depardon dans l'interview), Olivier et Jean-Marc poursuivront leurs explorations so

Continuer à lire

Olivier Depardon : « La fin de Virago a été super longue à digérer »

Concert | L'aventure du groupe Virago derrière lui, Olivier Depardon revient aux affaires musicales avec un album solo marqué de son empreinte artistique indélébile, “Un soleil dans la pluie“. Rencontre et retour d'écoute à l'occasion de son concert de cette semaine à la Source.

François Cau | Samedi 10 mars 2012

Olivier Depardon : « La fin de Virago a été super longue à digérer »

C'est la première fois que vous sortez un album sous votre nom... Olivier Depardon : Ouais, c'est la première fois que je fais un truc vraiment tout seul, que j’ai mûri dans mon coin, avec du temps. Ce sont des morceaux faits sur pas mal de temps, trois ans. J’avais mis le frein sur les activités musicales, j'ai beaucoup bossé dans le son pendant l’après Virago, c'est une passion aussi forte que la musique. Dès l'arrêt du groupe, le Ciel m'a proposé de bosser sur un concert, j'ai accepté et ça a continué un moment. Ça m'a nourri autrement, ça m'a équilibré. Mais c’est pour ça aussi que j’ai voulu revenir à la musique, j’en pouvais plus, j’avais plus le temps de jouer. À un moment, ça faisait trop, fallait que je calme, il y en avait le besoin. Et c’est à partir de là que j’ai commencé à faire des morceaux, tranquillou. Au bout d’un moment, François, avec qui je bosse, m’a dit que ce serait bien d’enregistrer, pour voir si on arrivait à faire un disque pour transcender les maquettes. Ça m’a remis dedans. Vu que j’avais tout fait, que c’était mon délire, que je jouais même de la batterie, mon nom s’est imposé avec le temps. Jus

Continuer à lire

Accélérer dans le virage

MUSIQUES | Il y a déjà près de dix ans en arrière, un groupe de rock grenoblois, d’une pertinente singularité dans sa façon de mettre en avant des textes piégés, balancés sur (...)

François Cau | Lundi 9 janvier 2012

Accélérer dans le virage

Il y a déjà près de dix ans en arrière, un groupe de rock grenoblois, d’une pertinente singularité dans sa façon de mettre en avant des textes piégés, balancés sur le ton d’une entêtante poésie incantatoire, nous aguichait au-delà du raisonnable. Mieux : le concert de Virago au Summum, dans une formule club du lieu malheureusement décédée de sa sale mort, fut l’un des meilleurs qu’on ne vit jamais dans cette salle – juste après Bashung, si vous voulez tout savoir. De temps en temps, frappé d’un coup de nostalgie pour cette époque révolue, on s’écoute Introvertu ou Premier Jour, leurs deux albums, ou on se mate le clip d’Ouvre-moi, incroyable morceau atterri sur la bande originale du Baise-moi de Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi. Que tous les apôtres du “c’était mieux avant“ se réjouissent : Olivier Depardon, chanteur et auteur de Virago, se lance dans une carrière solo avec un premier album, Un soleil dans la pluie (sortie le 5 mars chez Vicious Circle), dont les quatre titres déjà audibles en appellent aux bons souvenirs de cet univers musicalement et textuellement précieux. Et pour la confirmation en live, ça se passera le 16 mars à la Source de Fontaine. Joie.

Continuer à lire