Musée électronique : électro en vue

Festival | Et un nouveau festival grenoblois, un. Organisé par la société de production grenobloise le Périscope, il s’appelle Musée électronique, et sa première édition aura lieu vendredi 14 et samedi 15 juin dans les jardins du Musée dauphinois. Un cadre littéralement splendide (quelle vue !) pour un événement qui se veut « élégant mais pas pédant » avec une programmation riche en grands noms électro français. On détaille tout ça.

Aurélien Martinez | Lundi 10 juin 2019

Photo : DR / DR / Charlotte Abramow


Un festival électro organisé de 18h à minuit ? Un choix curieux, mais que le programmateur Robin Direr nous avait expliqué en mars. « C'est une plage horaire intéressante qui permet de toucher un public large, et notamment les jeunes parents qui sortent moins facilement sur des minuit-6h. » Comprendre qu'avec Musée électronique, on ne sera donc pas sur des sons tapageurs ou abrasifs façon gros raout techno, mais plutôt sur une électro-pop dansante et légère.

Et qu'on sera face à une programmation peu risquée pour cette première édition, avec des noms (quasiment tous masculins) bien référencés dans le vaste monde de l'électro. Tel, le vendredi soir, le Français Breakbot, que l'on connaît notamment grâce à son tube Baby I'm Yours sorti en 2010 sur le label français Ed Banger – celui de Justice, Cassius, Mr. Oizo, Uffie…. Une petite bombe électro-pop qui rentre instantanément en tête (la télé l'a beaucoup utilisée) du fait, notamment, des parties chantées par Irfane, acolyte de Breakbot et membre du groupe Outlines. C'est d'ailleurs ensemble qu'ils se produiront à Musée électronique, Breakbot étant aujourd'hui devenu quasiment un duo.

Popopop

Mais Breakbot, c'est surtout un sens de l'efficacité musicale (pour lui et pour d'autres – il a remixé Justice, Metronomy ou encore Sébastien Tellier) qui fait appel, par touches, à pas mal d'autres styles – disco, funk, pop… « On essaie de se rapprocher d'une bande-son plus solaire, faite de plages et de cocotiers » expliquait en 2016, lors de la promotion de leur deuxième album, Irfane au magazine en ligne Sourdoreille. Une recherche de chaleur musicale parfaitement compatible avec l'ADN de l'écurie Ed Banger, elle qui « a fait passer la musique électronique dans le domaine de la pop culture. Forcément, tous les puristes se sentaient trahis d'une certaine manière. Je pense qu'il ne faut pas le voir comme une vulgarisation, plus comme un vrai accomplissement en soi » (extrait de la même interview).

Logique donc de programmer Breakbot le même soir que Pedro Winter, ex-manager de Daft Punk et fondateur en 2003 dudit label, qui mixe sous le pseudo de Busy P. Et également que Myd, membre du collectif de DJs-producteurs Club Cheval qui, après avoir notamment collaboré avec pas mal de rappeurs (SCH, Lacrim, Alonzo…), a rejoint Ed Banger il y a deux ans à l'occasion lors de la sortie de son EP très pop All Inclusive. Depuis, on a pu l'écouter sur la bande-son du film Petit paysan d'Hubert Charuel, et il vient tout juste de sortir l'EP Superdiscoteca, ce qui là aussi promet un set dansant – le morceau du même nom est une pépite pour dancefloors estivaux, parfaite à savourer un cocktail à la main.

Techno et politique

Après ce vendredi très pop (où l'on croisera aussi les deux DJs locaux Bernadette et Mogan), place à un samedi légèrement différent avec, en tête d'affiche, une légende de la scène techno et house française : Agoria. Soit un producteur, compositeur et DJ qui a musicalement grandi à Lyon, ville où il a fait ses premières armes il y a 20 ans – il a participé à la création en 2003 de Nuits sonores, festival électro devenu une référence en France et même au-delà. Et à qui on doit la cocréation en 2006 du label InFiné, au croisement de plusieurs genres musicaux, sur lequel figurent des artistes aussi passionnants que Rone, Aufgang, Bachar Mar-Khalifé ou encore Murcof.

Mais Agoria, c'est surtout une musique fortement influencée par la techno de Détroit et son pape Jeff Mills, comme on en a souvent eu la preuve avec ses morceaux, de son premier tube La Onzième marche en 2002 à l'ultra efficace Code 1026 en 2006 jusqu'à son album Impermanence en 2011, véritable bijou. Une musique qui s'aventure également sur des terrains plus pop, ce qu'il assume clairement avec Drift, quatrième album tout juste sorti – et qui a de quoi laisser perplexe les adeptes du versant plus techno du musicien.

Des terrains pop qui se marieront pourtant bien avec ceux du producteur parisien Dombrance, que l'on retrouvera le même soir (aux côtés également de Mc Bak et Thomas Villard pour être exhaustif). Et notamment à ses créations les plus récentes mélangeant électro-disco et références à des femmes et hommes politiques français, à l'image des trois premiers singles dédiés respectivement à Jean-Pierre Raffarin, Christiane Taubira et Valéry Giscard d'Estaing, dont les noms servent de refrains vaporeux. On verrait bien la même chose avec nos politiques locaux !

Musée électronique
Au Musée dauphinois vendredi 14 et samedi 15 juin de 18h à minuit


Breakbot & irfane + Busy P + Myd + Bernadette b2b Mogan


Musée dauphinois 30 rue Maurice Gignoux Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Agoria + Dombrance + Thomas Villard + Mc Bak


Musée dauphinois 30 rue Maurice Gignoux Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Électro, techno, funk... : les 10 soirées de l'automne

MUSIQUES | Cut Killer DJ emblématique de la scène hip-hop française s’il en est, Cut Killer a marqué d’un sceau indélébile les années 1990 par le biais d’innombrables (...)

La rédaction | Jeudi 20 septembre 2018

Électro, techno, funk... : les 10 soirées de l'automne

Cut Killer DJ emblématique de la scène hip-hop française s’il en est, Cut Killer a marqué d’un sceau indélébile les années 1990 par le biais d’innombrables mixtapes, émissions de radio et collaborations en tout genre. Fin connaisseur des grands classiques old-school, mais toujours un œil posé sur les dernières nouveautés fraîchement sorties, il viendra dévoiler sa science du mix le temps d’une soirée qui risque bien de faire salle comble. Au Black Lilith jeudi 27 septembre Subversion #1 Nouveau rendez-vous nocturne initié par l’équipe de The Dare Night, les soirées Subversion entendent mettre à l’honneur les sonorités techno, rave, indus et EBM. Au programme de cette première édition, trois live-acts qui s’annoncent prometteurs avec le trio lyonnais J-Zbel, électron libre du label défricheur Brothers From Different Mothers ; Codex Empire, projet techno indus du vétéran anglais basé à Vienne Mahk Rumbae ; et enfin Illnurse, membre fondateur du collectif noisy techno parisien Container. Les DJ-set

Continuer à lire

Les 3 soirées de la semaine

MUSIQUES | samedi 30.04.16 > La Belle électrique Agoria invite Oxia C’est ce que l’on appelle un line-up de tout premier choix : à l’occasion de son (...)

Damien Grimbert | Mardi 26 avril 2016

Les 3 soirées de la semaine

samedi 30.04.16 > La Belle électrique Agoria invite Oxia C’est ce que l’on appelle un line-up de tout premier choix : à l’occasion de son premier passage à la Belle électrique, Agoria (en photo), représentant émérite de la scène techno et house hexagonale depuis maintenant plus d’une quinzaine d’années, invite à ses côtés Oxia, figure tutélaire de la scène grenobloise. Un véritable choc des titans en perspective, tant les deux vétérans et amis de longue date ont déjà su prouver à plus d’une reprise leur évidente complémentarité aux platines. samedi 30.04.16 > Bifurk Soirée Bakkus Déjà à l’origine des soirées Balkan Beat Circus et Cumbia vs Balkans à l’Ampérage et au Drak-Art, l’association Bakkus investit cette fois la Bifurk pour un nouveau rendez-vous festif pluridisciplinaire à la croisée des musiques folkloriques balkanique et des bazars forains d’antan... Au programme, DJ-sets balkan beat, cumbia et electro-swing par Balkaliente et Littl

Continuer à lire

Breakbot, rétro mais pas trop

MUSIQUES | S’il s’était déjà fait remarquer dans la deuxième moitié des années 2000 par le biais d’une poignée de remixes pour Justice, Metronomy, Digitalism, Data ou encore (...)

Damien Grimbert | Mardi 15 mars 2016

Breakbot, rétro mais pas trop

S’il s’était déjà fait remarquer dans la deuxième moitié des années 2000 par le biais d’une poignée de remixes pour Justice, Metronomy, Digitalism, Data ou encore Sébastien Tellier, c’est véritablement en 2010 que Breakbot va s’imposer auprès du grand public. Avec la sortie de son single Baby I’m Yours, il crée ainsi un tube instantané à forte teneur en sucre, auquel il va devenir littéralement impossible d’échapper dans les années qui suivent. En 2012 sort sur Ed Banger By Your Side, premier album construit dans la droite lignée du single qui sonne comme une sorte de dernier baroud d’honneur de la french touch à la sauce du label de Pedro Winter. On y retrouve en effet recyclé tout l’héritage musical du mouvement (disco vintage, funk 80’s, "feel-good songs" à la patine californienne), remis au goût du jour par le biais de gimmicks de production bien huilés et parfaitement dans l’air du temps. Une recette taillée pour le succès, mais qui laisse aussi un arrière-goût de "peut mieux faire", Breakbot se complaisant un peu trop dans son rôle de "hitmaker" érudit, sans égaler pour autant l’intensi

Continuer à lire

Les soirées d'octobre

MUSIQUES | Myd au Vertigo C’était il y a cinq ans à peine, autant dire, à l’échelle de la musique électronique, une éternité. Tandis qu’aux États-Unis, Skrillex entamait sa (...)

Damien Grimbert | Mardi 6 octobre 2015

Les soirées d'octobre

Myd au Vertigo C’était il y a cinq ans à peine, autant dire, à l’échelle de la musique électronique, une éternité. Tandis qu’aux États-Unis, Skrillex entamait sa domination des charts, les clubs kids européens élevés aux sonorités tapageuses de la french touch 2.0 et de la fidget house britannique se réveillaient avec une gigantesque gueule de bois et partaient, non sans mal, à la recherche d’une nouvelle identité musicale plus subtile pour danser en soirée. Puisant à la fois dans le rap, le R’n’B, la house vintage, la club music américaine, la bass music anglaise, les sonorités tropicales et les musiques de jeux vidéo, Club Cheval, un jeune collectif de quatre DJs/producteurs lillois, s’attelait au travail pour relever le défi. Avance rapide en 2015 : figure de proue du label Bromance de Brodinski aux côtés de ses collègues de Club Cheval Sam Tiba, Canblaster et Panteros666, Myd est désormais un artiste installé à la carrière internationale florissante, et son retour à Grenoble aux platines du Vertigo l’un des temps forts de la rentrée. Comme quoi la vie est bien faite.

Continuer à lire

(Pedro) Winter is coming

MUSIQUES | Ed Banger a depuis ses débuts un panel d’artistes très diversifié, puisant dans de multiples influences. Mais pendant longtemps, le son et l’identité du label (...)

Damien Grimbert | Mardi 26 mai 2015

(Pedro) Winter is coming

Ed Banger a depuis ses débuts un panel d’artistes très diversifié, puisant dans de multiples influences. Mais pendant longtemps, le son et l’identité du label ont souvent été réduits par le grand public à celui de ses artistes phares – Justice, Cassius, Sebastian... Pensez-vous que ces dernières années, le regard du public sur le label a évolué ? Pedro Winter : Vous avez tout résumé, mais je n'ai jamais vu ce regard sur le label comme une chose négative. C'est le jeu. Effectivement, Justice et Sebastian, par exemple, ont des identités très fortes. Leur son est ultra-identifiable et a marqué la scène électronique. Donc c'est une chose dont nous sommes fiers. C'est vrai que par la suite, essayer de proposer autre chose sur Ed Banger devenait plus compliqué. J'aime les routes truffées d'embûches ! Sortir les disques de Mr Flash, Feadz,

Continuer à lire

Les soirées de mai

MUSIQUES | Bass Jump Birthday Bash Fervent défenseur de la scène bass music à Grenoble, que ce soit via ses soirées récurrentes au Drak-Art et à l’Ampérage (Clang !, (...)

Damien Grimbert | Mardi 5 mai 2015

Les soirées de mai

Bass Jump Birthday Bash Fervent défenseur de la scène bass music à Grenoble, que ce soit via ses soirées récurrentes au Drak-Art et à l’Ampérage (Clang !, Est-ce que tu bass ?) ou l’organisation de l’incontournable festival Bassodrome en collaboration avec Eddy Rumas, le crew Bass Jump fête ce mois-ci ces cinq ans d’existence. Et entend bien célébrer ça en musique avec un « birthday bash » d’anthologie qui réunira aux platines, aux côtés des DJs Bass Jump (Don Germano, General Haze, Jayh Mo’Fire, Matt Tracker et Woodslide), une multitude d’activistes bass music venus des quatre coins de la France. Bass Jump Birthday Bash, jeudi 7 mai au Drak-Art

Continuer à lire

Rocktambule : vingt ans et toutes ses bulles

MUSIQUES | Rustie & Hudson Mohawke Jeunes prodiges de la fertile scène de Glasgow devenus en l’espace de quelques années de véritables stars internationales, (...)

Damien Grimbert | Mardi 7 octobre 2014

Rocktambule : vingt ans et toutes ses bulles

Rustie & Hudson Mohawke Jeunes prodiges de la fertile scène de Glasgow devenus en l’espace de quelques années de véritables stars internationales, Rustie et Hudson Mohawke n’ont rejoint que tardivement la programmation du festival, mais cette nouvelle n’aurait pu nous faire plus plaisir. Déjà parce qu’on les suit depuis leurs presque tous débuts, aux alentours de 2008, lorsqu’à peine sortis de l’adolescence, ils repoussaient du fin fond de l’Écosse les frontières devenues encombrantes à leurs yeux entre électronica scintillante, rap mutant, R’n’B dégoulinant et bass music acérée. Ensuite parce que leur formule a depuis fait recette, leur permettant de signer sur le label de référence Warp en 2009, puis de conquérir progressivement la planète électronique comme les ténors du rap U.S. mainstream dans les années qui suivent, engendrant même au passage une nouvelle esthétique musicale (la trap). S’ils ont toujours su garder une distance prudente avec les excès pas toujours très finauds de cette dernière, leur marque de fabrique s’est néanmoins construite sur une fine frontière entre une production maximaliste (basses surpuissantes, synthés toni

Continuer à lire

Les soirées du mois de décembre

MUSIQUES | Myd, Panteros666 et Crackboy Alléchant plateau que celui composé par l’association Roots’n’Culture pour sa prochaine Nuit électro. Au programme, deux des (...)

Damien Grimbert | Lundi 3 décembre 2012

Les soirées du mois de décembre

Myd, Panteros666 et Crackboy Alléchant plateau que celui composé par l’association Roots’n’Culture pour sa prochaine Nuit électro. Au programme, deux des quatre membres du collectif Club Cheval (Myd (photo) & Panteros666), dont on avait déjà célébré à plusieurs reprises dans ces colonnes l’éclectisme des sélections, l’efficacité redoutable des productions, et surtout l’absence totale d’œillères musicales qui rend chacun de leur set si excitant. Et pour les accompagner, rien de moins que le mystérieux Crackboy (dont on gardera l’anonymat), talentueux producteur parisien auteur de plusieurs EPs irréprochables pour Get The Curse, Tigersushi, I’m a Cliché ou encore Zone Records, mais également de DJ-sets de très haute volée. On a déjà hâte d’y être ! La Nuit électro, samedi 8 décembre au Bar MC2 Aeroplane Oscillant à la croisée de la cosmic disco, de la pop synthétique et de la balearic house, l’ital

Continuer à lire

Les soirées du mois de juin

MUSIQUES | Zoom sur… Myd & Canblaster Si vous n’avez pas suivi de très près ce qu’il y a eu de nouveau et d’excitant sur la scène club française ces deux dernières (...)

Damien Grimbert | Vendredi 25 mai 2012

Les soirées du mois de juin

Zoom sur… Myd & Canblaster Si vous n’avez pas suivi de très près ce qu’il y a eu de nouveau et d’excitant sur la scène club française ces deux dernières années, la réponse tient en deux mots, et un hennissement : Club Cheval. Soit un collectif de quatre jeunes DJs/producteurs originaires du Nord de la France (Canblaster, Sam Tiba, Myd et Panteros 666), qui a réussi à ramener fun, érudition, énergie et originalité sur des dancefloors où l’on commençait à s’ennuyer ferme. Leur marque de fabrique ? Des sets rollercoaster où il se passe toujours quelque chose d’excitant pour les oreilles, des productions à la fois très club et très nerd, aux textures sonores ultra-travaillées, et un éclectisme total dans les goûts musicaux qui leur permet d’incorporer des influences venues des quatre coins du monde et de transformer chacun de leur mixes en véritable tribune pour les nouvelles formes de dance music émergentes. Avec autant d’atouts dans leur poche, inutile de préciser que le succès ne s’est pas fait attendre : signés sur la crème des labels digitaux du moment (Marble, Nightshifters, Sound Pellegrino, Top Billin, Mental Groove…), et suivis avec attention bien au-delà de n

Continuer à lire