Rokia, connecting people

Sono mondiale | La chanteuse et guitariste malienne Rokia Traoré sera sur la scène du Firmament avec un concert très attendu qui, de surcroit, tombe pile-poil pour la Journée internationale de la femme.

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Photo : Rokia Traoré © DR


Officialisée par l'ONU en 1977, la Journée internationale des femmes prend sa source dans les luttes féministes du tout début du XXème siècle aux Etats-Unis et en Europe. La question des inégalités entre les sexes n'étant aujourd'hui toujours pas résolue, la date de 8 mars revêt chaque année dans le monde un caractère nécessairement plus militant que festif. Pour autant, hasard du calendrier ou fin calcul des programmateurs, le 8 mars prochain sera jour de fête à Firminy avec la venue de la sublime Rokia Traoré. La chanteuse malienne est devenue en vingt ans une des plus grandes voix de l'Afrique contemporaine sur la scène internationale. Née en 1974 dans la banlieue de Bamako, fille de diplomate, Rokia a dès son plus jeune âge beaucoup voyagé. Mais après des études universitaires en anthropologie, son intérêt pour la musique prendra définitivement le dessus. Elle enregistrera ses premiers titres en 1995 sous la houlette du grand Ali Farka Touré, avant de sortir un premier album, Mouneïssa, en 1998. Suivront cinq autres disques au fil d'un parcours étonnamment diversifié.

Militante

Depuis ses débuts la chanteuse n'a de cesse de multiplier les collaborations musicales et théâtrales, participant au spectacle américain Billie and me (hommage à Billie Holiday), écrivant et interprétant Wati pour le 250ème anniversaire de la naissance de Mozart… Rokia demeure une artiste engagée, régulièrement sollicitée pour défendre de grandes causes. Elle remue aussi ciel et terre pour défendre la création artistique dans son pays natal, créant la Fondation Passerelle puis le Festival de Jazz de Bamako. Signe de reconnaissance, elle a été nommée par le UNHCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) ambassadrice de bonne volonté pour la région de l'Afrique de l'Ouest et Centrale. Rokia Traoré chante les luttes de la femme africaine et les espoirs de tout un continent. Accompagnée par cinq musiciens et six chanteuses, elle reprendra des chants classiques Bambara, adaptant au passage quelques titres empruntés au grand répertoire de la chanson française.

Rokia Traoré, vendredi 8 mars à 20h30, le Firmament à Firminy


Rokia Traoré


Le Firmament 2 rue Dorian Firminy
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Créolité

MUSIQUES | En réorchestrant les mots et les mélodies du poète réunionnais Alain Péters, Wati Watia Zorey Band rend un vibrant hommage à un monument de la culture créole maloya sans jamais le dénaturer.

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Créolité

Né de la rencontre de Rosemary Standley (figure de proue du vaisseau Moriarty) et de la chanteuse Marjolaine Karlin, Wati Watia Zorey Band est assurément un très beau projet artistique. Le pari n’était pour autant pas gagné d’avance et aurait même pu sembler utopique tant les artistes, Réunionaises ni l’une ni l’autre, ne pouvaient prétendre à une quelconque caution culturelle pour se lancer dans une telle aventure. Les deux musiciennes s’étaient rencontrées dès 2008 lors d’un concert maloya du festival Africolor et, au-delà de l’univers folk de la première ou des préoccupations plus rock de la seconde, c’est bien leur passion commune pour la langue créole et sa musicalité qui a réuni Rosemary et Marjolaine. Après quelques séances de travail, le ravissement l’a rapidement emporté sur les craintes et les quatre musiciens qui les accompagnent furent à leur tour très vite embarqués par l’univers du poète maudit Alain Péters, dont il est ici question. Odyssée mystique Au fil des onze titres de l’album Zanz in Lanfer (la descente

Continuer à lire

Nomade

MUSIQUES | On ne se lassera sans doute jamais de retrouver Rokia Traoré, tant sa singulière africanité fait mouche à chaque fois. Malienne de sang mais nomade dans l’âme (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 septembre 2018

Nomade

On ne se lassera sans doute jamais de retrouver Rokia Traoré, tant sa singulière africanité fait mouche à chaque fois. Malienne de sang mais nomade dans l’âme (papa était diplomate, autant dire "goal volant"), la belle ébène tisse un habile maillage musical entre les sonorités traditionnelles mandingues et ­celles du monde occidental, régulièrement accompagnée de musiciens et vocalistes issus de la fondation Passerelle qu’elle a elle-même créée à Bamako il y a bientôt dix ans. Rokia Traoré, vendredi 8 mars à 20h30, Le Firmament à Firminy

Continuer à lire

Retour aux sources

MUSIQUES | La songwriter malienne Rokia Traore sera une des plus belles tetes d’affiches du Rhino Jazz(s) avec un tout nouveau projet, « Roots », veritable hommage a l'Afrique plurielle. NR

Niko Rodamel | Lundi 17 septembre 2012

Retour aux sources

Après une Victoire de la Musique remportée en 2009 pour son quatrième album « Tchamantché » dans la rubrique musiques du monde, Rokia Traoré s’est offert une parenthèse théâtrale en collaborant avec la romancière Toni Morrison (prix Nobel de littérature) et le metteur en scène américain Peter Sellars, dans la pièce Desdemona pour laquelle elle a composé la musique et en a été l’interprète. L’occasion pour la chanteuse de s’entourer de choristes et d’instrumentistes sélectionnés par la fondation « Passerelle » qu’elle a fondée à Bamako en 2008 pour former des techniciens du son et de la lumière et venir en aide aux jeunes musiciens. C’est avec cette même formation qu’est né le nouveau spectacle de Rokia Traoré, « Roots », véritable ré-création empruntant à Fela, Miriam Makeba, Bob Marley et même Jacques Brel avec une reprise inattendue de « Ces gens-là ». Sur scène, la belle Rokia (chant et guitare) est donc accompagnée de trois choristes (Naba Aminata Traoré, Fatim Kouyaté et Bintou Soumbounou), d’un joueur de ngoni (Mamah Diabaté), d’un joueur de kora (Mamadyba Camara) et d’un joueur de bolon (Habib Sangaré). En rendant cet hommage à l’Afrique plurielle, Traoré renoue avec ses

Continuer à lire