Gloire aux auteurs et autrices (et au festival Regards croisés)

Édito du n°1133 - mercredi 15 mai 2019 - Petit Bulletin Grenoble

Il faut défendre les auteurs et autrices d'aujourd'hui. « Leur cas est désespéré, excepté pour quelques stars ou chanceux et des hommes plus en vue que les femmes » écrivait le mois dernier l'écrivaine jeunesse Marine Locatelli dans une tribune parue sur le site ActuaLitté et titrée « Sans auteurs, le monde se meurt ». Car même si tout le monde a (plus ou moins) conscience de la richesse qu'apportent les artistes à la société, le statut de celles et ceux qui vivent de leur plume est encore beaucoup trop fragile – des réflexions sont d'ailleurs en cours à ce sujet au ministère de la culture, une mission (aux contours flous) ayant été confiée en mars à Bruno Racine, ancien président de la Bibliothèque nationale de France (Paris), sur « l'auteur et l'acte de création » (tout un programme).

Nous le faisons chaque année, nous recommençons donc aujourd'hui : il faut louer les initiatives comme celle du festival grenoblois Regards croisés. Le collectif Troisième bureau mettra ainsi en avant cette semaine des écrivains et écrivaines de théâtre d'aujourd'hui, démontrant par ricochet que le spectacle vivant ne doit pas être vivant que sur le plateau mais aussi en amont. Alors allez les écouter (lus par des comédiens et des comédiennes), puis les rencontrer (ce qui est prévu après chaque lecture en scène) : tous n'attendent que ça. Et, à défaut de faire changer les choses, nous passerons au moins un bon moment.