Émilie Geymond : en présence d'une clown

Portrait | Alors qu’elle brille en gouailleuse Môme Crevette dans la mise en scène de "La Dame de chez Maxim" (Feydeau) d’Emmanuèle Amiell, on a rencontré la comédienne Émilie Geymond qui vient tout juste de créer son premier seule-en-scène clownesque baptisé "Cléopâtrak".

Alice Colmart | Mardi 3 avril 2018

Photo : Johan Chemin


Émilie Geymond semble habitée par le clown. Pourtant, derrière son humour ravageur, les accents qu'elle emploie et les diverses expressions de son visage, la comédienne grenobloise de 37 ans cache une profonde timidité. « À l'école déjà, jouer un rôle m'aidait à vaincre mon trac. Je mettais une perruque lors des exposés. Avec cet accessoire, je ne tremblais plus, ça allait directement mieux. »

C'est donc tout logiquement perruquée qu'elle se retrouve aujourd'hui sur le plateau pour défendre son premier seule-en-scène Cléopâtrak, dans lequel elle se met dans la peau de la reine d'Égypte. Une réine délurée qui oscille avec brio entre le gag comique (elle trébuche sans cesse) et la tragédie, puisqu'elle tente par-dessus tout de se donner la mort. Un spectacle prometteur créé il y a quelques mois qui commence tout juste sa vie sur les scènes grenobloises – il sera à la Basse cour fin avril, et au Midi / Minuit fin juin.

« Je ne sais pas faire autre chose que le clown »

Cet art de la mise en scène et cette maîtrise précise des personnages développés dans Cléopâtrak, la comédienne les doit à des années d'expérience. C'est à 14 ans, pendant ses cours de danse, qu'elle se confronte véritablement à la comédie. « Mon prof m'écrivait des rôles de comédies. J'étais assez tête en l'air, je faisais rire mais je ne savais pas trop pourquoi. » La voie est ouverte.

En 2002, elle s'inscrit à la faculté de psychologie de Grenoble et intègre parallèlement le conservatoire de théâtre pour une formation qui, comme elle s'en rappelle, commence périlleusement. « Je voulais absolument faire rire. Alors mon premier bide a été super difficile. J'improvisais sur le thème du départ et mon prof n'arrêtait pas de me répéter : Émilie, on se fait chier. L'émotion a pris le dessus sur le cérébral, je n'avais plus aucune idée d'impro ! Après cet échec, je ne suis pas sortie de chez moi pendant deux semaines : ma mère me servait des plateaux-repas dans ma chambre. J'avais la honte infusée dans chacune de mes cellules. »

Pendant cinq ans, Émilie Geymond se cherche artistiquement, jusqu'au jour où le déclic survient. « Je venais de subir un bide et j'avais baissé les yeux de honte. Un spectateur m'a dit qu'il avait trouvé cette attitude très attendrissante. J'ai alors réalisé que la fonction du clown n'était pas toujours de faire rire, mais de toucher. J'ai su immédiatement que le théâtre que je voulais pratiquer n'était pas le théâtre "aimez-moi" comme beaucoup le font, mais plus comme un cadeau. C'est ce qu'on retrouve dans l'art du clown, dans lequel on livre une partie de nous, nos défauts et nos qualités. Aujourd'hui, je ne sais pas faire autre chose que le clown. »

« Jouer des personnages qui ne vont pas »

De ces expériences, toujours au conservatoire, naît l'idée de Cléopâtrak. « On jouait Britannicus de Racine. J'ai étouffé beaucoup de fous rires pendant ces scènes de tragédie. Il y avait toujours des accidents, comme ma robe qui se coinçait dans la chaise. Je voulais jouer cette femme qui persiste à terminer la pièce quoi qu'il lui arrive. Puis à un moment, elle met un stop au code de la tragédie. C'est là qu'elle s'effondre et qu'elle tombe dans la véritable tragédie. »

Mais elle a dû attendre 2017 pour véritablement dévoiler son personnage au public. Entre temps, la comédienne a foulé de nombreuses planches. Sortie du conservatoire en 2007, des metteurs en scène du coin comme Jean-Vincent Brisa, Marie Brillant, Grégory Faive, Emmanuèle Amiell ou encore Pascale Henry ont utilisé son naturel comique. En 2008, elle monte aussi, aux cotés de Doriane Salvucci et Sylvie Ducas, Les Chatoyantes, sorte de trio musique, chant et clown. Ensemble, elles créent Le Disque usé, spectacle souvent vu dans l'agglo dans lequel Émilie Geymond joue le rôle d'Isabella, « une neurasthénique pleine de bleus à l'âme ». « À la fin de la pièce, je chante Bang Bang de Nancy Sinatra et les spectateurs ne savent pas s'ils doivent pleurer ou rire. J'adore jouer ces personnages qui ne vont pas ! »

Mais les racines de Cléopâtrak sont aussi à chercher dans un autre personnage qu'Émilie Geymond a créé : Marie-Christine Duval, « petite vieille coquette au cœur tendre qui a la tchatche et sait tout sur tout » qu'elle incarne épisodiquement (une visite dans un musée, une ouverture de saison dans un théâtre…) à partir de 2007. « Je l'ai créée à partir d'accessoires récupérés de mes arrière-grands-mères. Je voulais faire quelque chose basé sur la transmission, c'est très important pour moi. »

« Viser les gens droit au cœur »

Logique donc que, depuis 2004, elle transmette son expérience lors d'ateliers clown pour adultes et collégiens. « Avec les adultes, c'est plus compliqué. La frontière avec la psychothérapie et l'art d'être soi-même est trop fine. Et puis, je ne me sens pas toujours légitime de les coacher. Mais avec les collégiens, c'est vraiment différent. J'étais tellement mal dans ma peau quand j'étais jeune que j'ai envie de les motiver, de leur dire : ayez confiance en vous, on a tous un truc génial ! » En famille, c'est le même combat, puisqu'elle initie son fils à la comédie depuis son plus jeune âge. « Avec mon conjoint, qui est aussi clown, on a un petit jeu. Notre fils fait le pitre, on le regarde fixement comme si ce n'était pas si drôle. C'est une manière de lui montrer comment se servir du bide comme un appui de jeu, comment le vivre et jouer avec. »

Côté projets, la comédienne a monté en février dernier Les 600 Cibles avec son mari Olivier Boujon, compagnie dans laquelle ils ont intégré Cléopâtrak. L'objectif du couple est de proposer des spectacles pour « viser les gens droit au cœur ». Et on la retrouvera aussi dans des mises en scène d'artistes grenoblois, et notamment dans deux spectacles à venir avec Grégory Faive : À quoi servent les points-virgules ?, où ils se mettent tous les deux en scène dans un texte de Serge Papagalli (en mai à Voiron, en décentralisation), et Tout va s'arranger, adaptation visiblement très libre de La Mouette de Tchekhov présentée comme la suite du succès Pourvu qu'il nous arrive quelque chose de Grégory Faive. Avant, on l'imagine, de nombreuses autres aventures pour cette artiste que nous suivons depuis des années au PB (on lui avait même décerné le Petit Bulletin d'or du meilleur espoir en 2012, c'est dire) et que nous n'avons pas prévu de lâcher !

Cléopâtrak
À la Basse Cour mercredi 25 avril
Au Midi/Minuit du mardi 26 juin au dimanche 1er juillet
Au Festival de la cour du vieux temple vendredi 24 août

La Dame de chez Maxim
Au Théâtre municipal de Grenoble vendredi 6 et samedi 7 avril
Au Jeu de paume (Vizille) vendredi 25 mai

À quoi servent les points-virgules ?
Dans le cadre des Escales, le Grand Angle en pays Voironnais du mercredi 2 au samedi 5 mai


Repères

4 août 1980 : Naissance à Tunis. Elle arrive à six mois en France

2002 - 2007 : Conservatoire national de région de Grenoble

2007 - 2008 : Les Fourberies de Scapin de Jean-Vincent Brisat

2007 : Création du personnage de Marie-Christine Duval

2008 : Création du trio Les Chatoyantes

2010 : Les Mères veillent avec la compagnie Telkel

Octobre 2017 : Première représentation de Cléopâtrak au Théatre du Poulailler (Trièves)

Février 2018 : Création de la compagnie Les 600 Cibles


Cléopâtrak

De et avec Émilie Geymond
Grenoble Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Cléopâtrak

De et avec Émilie Geymond
Midi / Minuit (ex-Petit 38) 38 rue Saint-Laurent Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Drôles de mamans

Humour | De retour à Grenoble, Valérie Vagné et Émilie Geymond s’amusent à secouer le cocotier de la maternité. Les femmes qu’elles incarnent sont sincères, mais bien loin d’être parfaites. Autant en rire avec elles !

Martin de Kerimel | Mardi 17 décembre 2019

Drôles de mamans

Valérie Vagné approche de la cinquantaine. Cela ne la traumatise pas, mais elle raconte – avec le sourire – qu’elle trouve désormais quelque peu incongru d’être sur scène dans un rôle de jeune maman. La plaisanterie dure pourtant depuis une dizaine d’années : c’est en effet en 2010 qu’elle a écrit Les mères veillent, ce spectacle qu’elle joue en duo avec Émilie Geymond, sa fidèle complice en (fausse) indignité maternelle. Pas question d’accabler les comédiennes pour le comportement discutable de leurs personnages : on sait que c’est pour rire ! L’auteure assume un petit côté grinçant, parfois mal compris : sa comparse et elle ont beau s’habiller en rose pour afficher leur fantaisie, il arrive que certains membres du public prennent leurs blagues très au sérieux. Allez savoir, peut-être qu’il n’est pas facile de rire avec celui qui se moque de vos propres travers… Tendre ironie Une mère qui refuse d’aller chercher son enfant perdu dans un grand magasin, une autre qui s’est fait un lifting sans assumer vraiment sa maternité, une troisième qui cache un ballon sous ses vêtements pour avoir une place assise dans le bus… Les différents modèles choisis pa

Continuer à lire

PB d'or 2018 : spectacle vivant

C'était 2018... | Où l'on sacre une comédienne et une metteuse en scène.

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : spectacle vivant

Le PB d’or de la comédienne qu’on pourrait récompenser chaque année : Émilie Geymond Agnès Jaoui a bien reçu six César, alors pourquoi Émilie Geymond ne pourrait-elle pas avoir deux PB d’or ? Surtout que son premier remonte à 2012, soit l’année où nous avons créé ces récompenses très subjectives. On l’avait ainsi dinstiguée dans la catégorie « meilleur espoir ». Six ans plus tard, Émilie Geymond est une comédienne reconnue sur la scène théâtrale locale ; et qui illumine pas mal de spectacles avec son approche fine du registre comique. Voire même clownesque, comme dans son seule-en-scène Cléopâtrak qu’elle tourne depuis un an. On peut dire qu’on est fans, oui. Le PB d’or de la metteuse en scène

Continuer à lire

"Attraction" : nous sommes deux sœurs siamoises...

Théâtre | La metteuse en scène Valérie Vagné propose, du jeudi 6 au samedi 8 décembre au Théâtre de Poche de Grenoble, un spectacle sur les sœurs Hilton qui, dans les années 1920, ont connu un important succès avant de sombrer dans l'oubli.

Aurélien Martinez | Mardi 4 décembre 2018

On les voit dans le Freaks de Tod Browning, film américain culte sorti en 1932 et titré en France La Monstrueuse parade. Deux sœurs siamoises anglaises reliées par le bassin qui ont été des stars dans les années 1920 avant de sombrer dans l’oubli. C’est cette histoire pleine de hauts et, surtout, de bas que la metteuse en scène et autrice grenobloise Valérie Vagné (compagnie Telkel) a décidé de raconter en s'inspirant, sur le plateau, des codes du music-hall, les deux petites filles ayant été de véritables bêtes de foire rapportant pas mal d’argent à celles et ceux qui les ont prises sous leurs ailes, souvent par opportunisme. Dans un décor jouant sur l’apparition et la disparition, les comédiennes Emmanuèle Amiell et Émilie Geymond campent Daisy et Violet Hilton jusqu’à leurs 60 ans, alors que les médecins ne leur donnaie

Continuer à lire

"Le Disque usé" : 10 ans et toujours inusable

Spectacle | La (géniale) compagnie grenobloise Les Chatoyantes va fêter en octobre l'anniversaire de son cabaret déglingué avec une poignée de dates.

Aurélien Martinez | Mardi 16 octobre 2018

C’est un petit spectacle qui a dix ans et que ses trois interprètes (Émilie Geymond, Doriane Salvucci et Sylvie Ducas), regroupées sous le nom de Chatoyantes, vont reprendre dans l’agglomération grenobloise histoire de marquer le coup. « On l’a bien écumé sur Grenoble en 10 ans, mais je pense qu’il y a encore plein de personnes qui ne nous ont pas vues ! » nous assure Émilie Geymond. Ce qui est bien dommage pour ces personnes-là, tant ce Disque usé est une réussite. Sur scène, deux chanteuses de cabaret accompagnées de leur pianiste mutique font tout pour poursuivre une représentation qui leur glisse entre les doigts – à cause du trac, de l’alcool, de soucis d’équilibre… On est donc bien là sur une mise en abyme savoureuse avec cette proposition évoquant un spectacle en train de se faire. Et on est bien là sur du théâtre plus que sur de la musique, même si les comédiennes poussent la chansonnette (sur du Sheila, Mike Brant, Dalida, Frank Sinatra ou encore Édith Piaf) avec convic

Continuer à lire

Au spectacle (en plein air) cet été

Sélection | Alors que l’été la plupart des salles de l’agglo grenobloise sont fermées, il est tout de même possible de voir des spectacles en ville, en plein air et souvent dans un cadre original voire grandiose. Petite sélection maison.

Aurélien Martinez | Mardi 3 juillet 2018

Au spectacle (en plein air) cet été

De l’opéra et de la danse à la Bastille Du 25 juillet au 29 août Chaque été, le prestigieux Opéra national de Paris propose dans toute la France des projections en plein air de certaines de ses productions d’opéra et de danse. Comme à la Bastille, qui en diffusera quatre de fin juillet à fin août. Tout débutera le mercredi 25 juillet avec l’opéra Così fan tutte de Mozart mis en scène par Anne Teresa De Keersmaeker, l’une des papesses de la danse contemporaine souvent vue à la MC2. « Dans sa mise en scène, Anne Teresa De Keersmaeker allie le chant à la danse, et s’appuie sur la géométrie de la musique pour donner forme aux turbulentes transformations émotionnelles des personnages » (extrait de la note d’intention) : voilà qui risque d’être grandiose. Les mercredi 8 et 15 août, place à la danse pure, avec d’abord une soirée ballets avec des pièces de trois chorégraphes de renom (et d’époque différente – Benjamin Millepied, Jerome Robbins et George Balanchine), puis, une semaine plus tard, L'Histoire de Manon du chorégraphe

Continuer à lire

Les Journées du patrimoine s'habillent d'art

CONNAITRE | Malgré leur séduisant manteau minéral (ou synthétique!), les vieilles pierres en tout genre ne détiennent pas à elles seules la vérité de l'héritage culturel. Pour la 32e édition des fameuses Journées européennes du patrimoine qui ont lieu ce week-end, une douce brise (im)matérielle et artistique balaie Grenoble et ses alentours avec des propositions variées et porteuses d'audace. Petite sélection subjective centrée sur l’art. Charline Corubolo et Aurélien Martinez

Charline Corubolo | Mardi 15 septembre 2015

Les Journées du patrimoine s'habillent d'art

Paris retrouvée En juin dernier, on avait écrit ici tout le bien que l'on pensait de la dernière exposition du Musée Géo-Charles consacrée à Émile Savitry, photographe oublié du XXe siècle – la photo ci-dessus est de lui. Un artiste qui a magnifiquement su capter l'essence du Montparnasse des années 1930-1950. Découvrir son travail avec une habitante du Paris de ces années-là est donc une aubaine, réalisable pendant ce week-end. Mais une habitante particulière : pas une relique vivante qui viendrait nous conter son histoire, mais un personnage composé spécialement pour l'occasion par la comédienne Émilie Geymond. Connaissant le talent d'interprète de la Grenobloise, qui sait magnifiquement croquer des figures en appuyant fortement certains traits sans que cela fasse trop (la preuve avec son héroïne fétiche Marie-Christine Duval), on ne peut que vous con

Continuer à lire

Awards 2012 théâtre

Théâtre | Les awards des meilleurs espoirs : Émilie Geymond et Julien Anselmino À Grenoble, grâce à un vivier impressionnant (le Conservatoire d’art (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 théâtre

Les awards des meilleurs espoirs : Émilie Geymond et Julien Anselmino À Grenoble, grâce à un vivier impressionnant (le Conservatoire d’art dramatique doit y être pour quelque chose !), nous avons une poignée d’excellents comédiens. Émilie Geymond et Julien Anselmino sont de ceux-ci. Elle, interprète franchement désopilante et toujours juste, que l’on a pu voir cette année grimée en vieille dame pour un solo joué en septembre lors de la soirée de présentation de saison du Tricycle, ou en avril sur la scène du Théâtre 145 en maîtresse de maison débordée dans Une souris grise (mise en scène de Grégory Faive). Lui, comédien vu cette année dans le spectacle Lys Martagon d’Émilie Le Roux, et que l’on croisera en janvier prochain au Tricycle dans la nouvelle créa

Continuer à lire

Sacrée Marie-Christine !

SCENES | On vous en parlait dans notre Panorama de rentrée consacré au spectacle vivant : le Tricycle, soit l’ensemble comprenant le Théâtre 145 et le Théâtre de (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 21 septembre 2012

Sacrée Marie-Christine !

On vous en parlait dans notre Panorama de rentrée consacré au spectacle vivant : le Tricycle, soit l’ensemble comprenant le Théâtre 145 et le Théâtre de Poche, va entamer sa deuxième année d’exercice, après une première en dents de scie – le collectif à la tête du projet le reconnaît aisément. L’ouverture de saison de ce week-end s’apparente donc à un premier test. Pour le réussir, l’équipe a choisi de confier la difficile tâche du spectacle inaugural à la jeune comédienne grenobloise Émilie Geymond, qui présentera son solo Un petit moment en compagnie de Marie-Christine Duval. Soit une dame d’un certain âge qui arrive sur le plateau par hasard, et qui ne le quittera plus quarante-cinq minutes durant. On a pu assister à une générale la semaine dernière : malgré le nombre restreint de spectateurs dans la salle, la rencontre entre Marie-Ch

Continuer à lire

"Une souris grise" : la merditude des choses

SCENES | Avec fidélité, Grégory Faive monte "Une souris grise", un texte de Louis Calaferte à l’humour potache. C’est drôle, vivant, agité, voire même acide par moments. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Jeudi 26 avril 2012

Ça commence par une scène surprenante : un enfant se plaint de gargouillis au ventre. Il désire se rendre expressément aux toilettes, mais son père, malade comme lui à cause d’une rascasse visiblement avariée, s’y trouve déjà. Sa pauvre mère est donc contrainte de gérer la situation comme elle le peut, en essayant de garder la culotte du petit propre. Car c’est que l’on a du monde à déjeuner qui ne devrait pas tarder, et il s’agirait de ne pas faire mauvaise impression à ces invités si importants. Une souris grise, pièce de l’auteur français Louis Calaferte (1928 – 1994), se place délibérément du côté comique, en jouant sur l’incongruité d’un tel postulat pour une œuvre de théâtre. Le metteur en scène grenoblois Grégory Faive s’inscrit pleinement dans cette veine, n’hésitant pas à surligner les intentions de Calaferte. Ainsi, quand le couple tant attendu arrive – le nouveau puissant patron de Monsieur, accompagné de sa femme –, les comédiens qui les incarnent parlent tous deux avec un accent allemand proche du surjeu. Normal, le couple est allemand. Servitude volontaire Mais derrière ce q

Continuer à lire

"La Dame de chez Maxim" : l’art et la manière Sivadier

Théâtre | Mettre en scène un vaudeville aujourd’hui s’apparente à une véritable gageure, tant le genre apparaît désuet. Jean-François Sivadier réussit pourtant son pari avec la mise en scène de "La Dame de chez Maxim" de Feydeau. Notamment grâce à une Norah Krief exceptionnelle.

Aurélien Martinez | Vendredi 16 octobre 2009

Dans un entretien accordé au Petit Bulletin Lyon pour sa mise en scène du Menteur de Goldoni (à voir aux Célestins), Laurent Pelly, ex-directeur du CDN grenoblois, déplore que « faire de la comédie soit presque honteux en France. Quand les spectateurs ont trop de plaisir, c’est vu comme quelque chose de louche… Moi, je revendique une comédie de qualité. » Sans prendre trop de risques, on suppose que Jean-François Sivadier partage pleinement cet avis. Avec sa mise en scène retentissante d’un Feydeau pur jus, il participe ainsi à la création de spectacles intelligents, exigeants et surtout fédérateurs. Car chez Sivadier, ce nouvel attrait pour la comédie (c’est son premier vaudeville) se confond avec la volonté de travailler le grand répertoire et de le mettre à la portée de tous : déjà à la MC2, on avait ainsi pu découvrir ses mises en scène réussies de textes de Brecht et Büchner. « Le Bonheur d'être demoiselle » La Dame de chez Maxim, avec ses quiproquos et rebondissements en série, est une véritable machine à jouer pour le metteur en scène et les comédiens. La pièce contente l

Continuer à lire