Nuits de Fourvière confirme l'annulation intégrale de son édition 2020

Sébastien Broquet | Mardi 14 avril 2020

Photo : Thom Yorke © DR


C'est par un succinct communiqué que Nuits de Fourvière vient confirmer ce qui était inévitable : il n'y aura pas d'édition 2020 du festival lyonnais.

« Suite aux dispositions d'ordre public annoncées par le Président de la République le 13 avril 2020, le Festival des Nuits de Fourvière est annulé. Cette édition devait être présentée du 2 juin au 31 juillet. Les conditions de cette annulation seront précisées dans les prochains jours. (...) En 2021 le festival aura 75 ans, nous allons résolument nous engager avec les artistes vers l'avenir pour perpétuer ce rendez-vous créé en 1946. »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jérôme Bub nouveau président des Nuits de Fourvière

ACTUS | Fin juillet dernier, le Conseil métropolitain avait, au milieu d’un flot de délibérations, choisi ses neuf élus chargés de former le conseil d’administration de (...)

Vincent Raymond | Mercredi 21 octobre 2020

Jérôme Bub nouveau président des Nuits de Fourvière

Fin juillet dernier, le Conseil métropolitain avait, au milieu d’un flot de délibérations, choisi ses neuf élus chargés de former le conseil d’administration de la régie personnalisé des Nuits de Fourvière, festival dépendant de sa juridiction, parmi lesquels Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne ou Véronique Dubois Bertrand, maire du 3e arrondissement de Lyon. Il a depuis désigné son président en la personne de Jérôme Bub en remplacement de Myriam Picot, ancienne vice-présidente à la Culture à la Métropole et… présidente du Musée des Confluences — où Fanny Dubot vient de lui succéder, comme au siège de maire du 7e arrondissement de Lyon. Élu grignerot de la circonscription Lônes et Coteaux, le nouveau venu dans l’assemblée de la rue

Continuer à lire

Le Felyn Festival annulé, Nuits de Fourvière au moins en partie également

MUSIQUES | Lors de son intervention télévisée le lundi 13 avril, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que les festivals et grands rassemblements (...)

Sébastien Broquet | Lundi 13 avril 2020

Le Felyn Festival annulé, Nuits de Fourvière au moins en partie également

Lors de son intervention télévisée le lundi 13 avril, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que les festivals et grands rassemblements resteraient interdits « au moins jusqu'à mi-juillet ». Ce qui de facto met fin à la première édition du Felyn Festival, qui devait se tenir en juin au Parc OL avec en particulier Red Hot Chili Peppers et Bad Bunny, comme aux Nuits de Fourvière, qui devaient débuter le 2 juin. La fin des Nuits des Nuits de Fourvière étant prévue le 31 juillet, il reste encore un léger doute sur la tenue des festivités après le 15 juillet, mais il semble peu probable que cet événement puisse se tenir au vu des annulations successives des tournées des artistes et des gros festivals européens durant tout l'été. Le Printemps de Pérouges, prévu du 11 au 28 juin avec en particulier Sting, ne pourra se tenir également. Nuits sonores, qui a choisi de repousser ses dates du 22 au 26 juillet, est en suspens.

Continuer à lire

Liam Gallagher, Thom Yorke et Woodkid seront à Fourvière cet été

MUSIQUES | Passer aux Salons Commençons par Les Salons de musique des Nuits, cette extension intimiste et indoor des Nuits de Fourvière chargée de proposer une (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 10 mars 2020

Liam Gallagher, Thom Yorke et Woodkid seront à Fourvière cet été

Passer aux Salons Commençons par Les Salons de musique des Nuits, cette extension intimiste et indoor des Nuits de Fourvière chargée de proposer une sorte de contre-programmation. La chose débutera avec un énième projet de l'intenable saxophoniste Thomas de Pourquery : Von Pourquery accompagné de chœurs du Conservatoire à Rayonnement Régional (2 juillet). Suivront le trio de multi-instrumentistes Bernard Lubat, André Minvielle et Fabrice Vieira (3 juillet), le Valetti Quintetto (5 juillet) formé par le même Minvielle, Raphaël Imbert, Beer-Demander et Serge Valtetti à la création et production ; un hommage à Henri Crolla, sorte de Django Reinhardt napolitain avec Dominic Cravic, concert suivi du film Le Bonheur est pour demain avec Crolla et Higelin (7 juillet) ; le spectacle Si oui, oui, Si non, non, où le jazz rock d'Albert Marcoeur rencontre les appétences contempora

Continuer à lire

L’art vivant brille aux Nuits

SCENES | Passons vite sur ce Message in a bottle, tout juste créé à Londres et dont les seules dates françaises auront lieu à Lyon. La chorégraphe Kate Prince (...)

Nadja Pobel | Mardi 10 mars 2020

L’art vivant brille aux Nuits

Passons vite sur ce Message in a bottle, tout juste créé à Londres et dont les seules dates françaises auront lieu à Lyon. La chorégraphe Kate Prince n’aurait-elle pas pu s’atteler à un répertoire moins attendu pour déployer son travail de danse-théâtre ? Elle devrait en tout cas mêler les tubes du chanteur Sting à une danse très physique et hip hop comme elle le fait dans sa compagnie du Zoo Nation depuis presque vingt ans. Passée cette ouverture, le grand théâtre des Nuits sera le terrain de spectacles très attendus et plein de promesses comme le Room with a view (20 et 21 juillet) où la jeune et engagée compagnie (La) Horde et le ballet de Marseille qu’elle dirige depuis peu s’allie à Rone. Le musicien électro les a invités à dialoguer avec lui sur la notion d’effondrement dans une vraie-fausse carrière blanche où 18 danseurs tentent de résister à la délinquance. Au vu du talent des uns et des autres, le résultat créé en ce début mars au Châtelet à Paris est attendu avec impatience. Toujours dans cet écrin de pierres ancestrales, le Cirque acrobatique de Tanger présente

Continuer à lire

New Order : Les cendres du tempo

MUSIQUES | Au tournant des décennies 70 et 80, Manchester abrite l'un des groupes les plus fascinants qu'il ait été donné de voir. Une créature post-punk atypique baptisée (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 21 juin 2019

New Order : Les cendres du tempo

Au tournant des décennies 70 et 80, Manchester abrite l'un des groupes les plus fascinants qu'il ait été donné de voir. Une créature post-punk atypique baptisée Joy Division, portée par le charisme fantomatique et la voix d'Outre-tombe du crooner zombie Ian Curtis, jeune homme marié bien sous tout rapport, timide maladif mais aussi écorché vif et sauvage et de surcroît lourdement épileptique, amoureux de littérature et fanatique de Jim Morrison et Iggy Pop. Curtis concentre à lui seul toute la poésie fossile et l'inquiétante étrangeté d'un groupe que complète un trio d'irréductibles trublions : le guitariste Bernard « Barney » Sumner, son ami d'enfance le sémillant bassiste au style inimitable Peter « Hooky » Hook et un métronome humain à la batterie, le dénommé Stephen Morris, qui a vendu le mobilier de sa chambre comme bois de chauffage pour s'acheter une batterie. « Généralement Ian était plus réservé et plus calme, raconte Peter Hook, mais il pouvait devenir complètement dingue » (1) A Manchester, il est « le type au blouson avec marqué « Hate » dans le dos »

Continuer à lire

Iver en été

MUSIQUES | Une soirée avec Bon Iver, voilà ce que nous promettent les Nuits de Fourvière en ce jour. Or, il faut bien reconnaître qu'il est peu de manière de passer une (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Iver en été

Une soirée avec Bon Iver, voilà ce que nous promettent les Nuits de Fourvière en ce jour. Or, il faut bien reconnaître qu'il est peu de manière de passer une soirée surprenante que de la passer en compagnie du projet musical de Justin Vernon. Déjà vu sur la scène de Fourvière en 2012, le petit génie du Wisconsin revient en majesté. Son dernier album en date 22, A Million accuse déjà trois années et avait surpris (ce qui en soi n'était pas une surprise) par son caractère expérimental poussant à l'envie une sorte d'électro folk r'n'bisant dans des retranchements quasi surnaturels et surtout schizophréniques. Un peu à l'image de la carrière de l'intéressé, bâtie sur une dialectique de la dépression et de la grâce. Mais il faut aussi savoir que Vernon, toujours fascinant en live, pourrait bien livrer quelque avant-goût d'un nouveau disque qui semble imminent et que les premiers extraits annoncent plus classiques. Au sens boniverien du terme, bien entendu. Bon Iver

Continuer à lire

Cher Watson

MUSIQUES | Ceux qui ont découvert Patrick Watson un peu par hasard l'an dernier, à Fourvière même, ont sans doute eu la curiosité et le temps de se familiariser avec la (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Cher Watson

Ceux qui ont découvert Patrick Watson un peu par hasard l'an dernier, à Fourvière même, ont sans doute eu la curiosité et le temps de se familiariser avec la pop grandiose et planante du Canadien. Ceux qui le suivent depuis Wooden Arms, l'album qui a révélé par chez nous ce compositeur de la trempe d'un Sufjan Stevens et d'un Conor O'Brien (Villagers) ne manqueront sans doute pas la soirée proposée par la maison Fourvière. Soit la pop de Watson toute entière abandonnée aux envolées de l'Orchestre National de Lyon. On ne sait que trop pour l'avoir maintes fois constaté aux Nuits de Fourvière ce que ce genre d'accompagnement orchestral peut avoir de grandiose et d'inoubliable dans un lieu pareil (de Woodkid à Antony Hegarty (par deux fois), de Seu Jorge à... IAM) pour ne pas penser que le moment risque de s'ancrer profondément dans les souvenirs du public de ce 8 juillet. Patrick Watson avec l'O

Continuer à lire

Meilleurs vieux

MUSIQUES | Alors que Phil Collins vient d'enflammer le Parc OL pour achever de convaincre qu'il n'était pas plus fini que mort, en dépit de ses avanies médicales et (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Meilleurs vieux

Alors que Phil Collins vient d'enflammer le Parc OL pour achever de convaincre qu'il n'était pas plus fini que mort, en dépit de ses avanies médicales et que Mark Knopfler, chanteur et guitariste des iconiques bluesmen autoroutiers de Dire Straits est lancé dans une tournée d'adieu qui passe par la Halle Tony Garnier le 19 juin et par le festival Guitare en Scène en juillet, le business du dinosaure rock semble n'avoir jamais été aussi vivant que cette année en festival. Oh, la chose n'est pas nouvelle et il n'est point, on le sait, de festival digne de ce nom sans sa dose de grands anciens venus remuer un peu la fibre nostalgique d'un public toujours enclin à revivre en musique ses jeunes années. Rien de tel, à vrai dire pour rameuter les foules endormies par la torpeur estivale et/ou qui n'ont plus vraiment l'œil rivé sur l'actualité musicale et le dernier clip d'Eddy de Pretto. Mais cette année donne pourtant l'impression que le curseur est monté d'un cran. Alors, occasions faisant le larron, difficultés à dénicher de nouveaux talents ou des têtes d'affiches, constat froid du vieillissement de la population (et par là des idoles), volonté de s'assurer une

Continuer à lire

De nouveaux noms pour Nuits de Fourvière

MUSIQUES | En attendant le 12 mars, jour du grand dévoilement de la programmation du festival, les Nuits de Fourvière nourrissent de temps à autre la (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 8 février 2019

De nouveaux noms pour Nuits de Fourvière

En attendant le 12 mars, jour du grand dévoilement de la programmation du festival, les Nuits de Fourvière nourrissent de temps à autre la curiosité du spectateur en dévoilant quelques noms en guise de mise en bouche. Et non des moindres, puisqu'on apprend ce vendredi la venue de Cat Power le 5 juillet mais aussi celle de pas moins de trois poids lourds du rock progressif : le King Crimson de Robert Fripp et les inoxydables Magma de Christian Vander se partageant la scène le 2 juillet avant la venue du batteur de Pink Floyd, également producteur de Gong et du Rock Bottom de Robert Wyatt, Nick Mason le 21 juillet. La suite au prochain épisode et le 15 mars pour la mise en vente.

Continuer à lire

Bartabas de retour à Fourvière

SCENES | Du 14 juin au 24 juillet, durant trente représentations, Bartabas sera de retour aux Nuits de Fourvière, sous chapiteau au parc de Parilly pour (...)

Nadja Pobel | Mardi 29 janvier 2019

Bartabas de retour à Fourvière

Du 14 juin au 24 juillet, durant trente représentations, Bartabas sera de retour aux Nuits de Fourvière, sous chapiteau au parc de Parilly pour présenter sa création de l'automne 2017, Ex Anima. Crépusculaire et sidérante, cette proposition est vierge de présence humaine ! Les chevaux (et quelques loups et volatiles) livrent la partition seuls. La billetterie ouvre le 29 janvier à 14h (places de 24€ à 53€).

Continuer à lire

Les festivals se dévoilent

MUSIQUES | Transfer Pour sa troisième édition, qui s'étale sur trois soirs entre Transbordeur et Épicerie Moderne, le festival Transfer « de musiques (...)

La rédaction | Mardi 8 janvier 2019

Les festivals se dévoilent

Transfer Pour sa troisième édition, qui s'étale sur trois soirs entre Transbordeur et Épicerie Moderne, le festival Transfer « de musiques indépendantes et intrépides » va en faire voir de toutes les couleurs aux indie fans. Celles du psychédélisme d'abord à travers ses deux principales têtes d'affiche que seront Jacco Gardner, qui vient présenter Somnium, son troisième album entièrement instrumental, et les très perchés Temples. Mais aussi Toy et dans une certaine mesure les Norvégiens azimutés de Pom Poko. Ajoutez à cela, entre autres, la cold wave classieuse de Lebanon Hanover, la pop ombrageuse et élégiaque de Marble Arch, le trio de Leeds Drahla, les Bristoliens de Lice protégés du label d'Idles, le noise expérimental des Américains de Health, et, plus proche de nous, le garage punk de Johnny Mafia, l'indie rock des Valentinois d'Off Models, et la folk vaporeuse du lyonnais Raoul Vignal et vous obtenez les ingrédients d'un festival qui s'annonce en effet intrépide. Au Transbordeur et à l'Épicerie Moderne les 8, 9 et 10 mars

Continuer à lire

M aux Nuits de Fourvière les 26 et 27 juin 2019

MUSIQUES | Non content d'avoir dévoilé le 22 novembre le tracklisting de son prochain album, Lettre infinie, à paraître le 29 janvier prochain, ainsi que le premier (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 26 novembre 2018

M aux Nuits de Fourvière les 26 et 27 juin 2019

Non content d'avoir dévoilé le 22 novembre le tracklisting de son prochain album, Lettre infinie, à paraître le 29 janvier prochain, ainsi que le premier titre qui en est extrait, Superchérie, voilà que M s'annonce à la prochaine édition des Nuits de Fourvière, deux ans seulement après un passage remarqué avec son projet Lamomali. Le chanteur aux cheveux lettrés y investira le Grand Théâtre deux soirs de suite, les 26 et 27 juin. Pour se jeter sur les billets, il faudra néanmoins être un peu patient, la billetterie ouvrant mi-mars. Mais au moins, on est prévenu.

Continuer à lire

Belle de Nuits

MUSIQUES | Si vous avez eu entre 20 et 30 ans au milieu des années 90, pratiquez la religion de la pop inventive et du rock indé anglo-saxon, et êtes un tant soit peu (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Belle de Nuits

Si vous avez eu entre 20 et 30 ans au milieu des années 90, pratiquez la religion de la pop inventive et du rock indé anglo-saxon, et êtes un tant soit peu casanier, alors il se peut que l'annonce de la venue de Belle & Sebastian à Fourvière vous ait fait comme un petit frisson dans l'échine. Et pour cause, la troupe d'âmes sensibles de l'esthète Stuart Murdoch n'avait jamais jusque-là fait de détour par Lyon et il est probable que vous ne les ayez jamais vu en concert. Un frisson venu de loin faisant naturellement écho à celui ressenti lors de l'entrée tout en entrechats de la formation écossaise dans un paysage pop qui rugissait alors d'accords brit pop et de petites frappes au menton haut et au verbe court, dont Belle & Sebastian est l'antithèse. À l'origine du groupe, on trouve Stuart Murdoch, héros très discret et fatigué chronique (il est atteint d'encéphalomyélite myalgique, ce qui l'empêche d'étudier) se réfugiant dans une sorte d'isolement musical qui nourrira sa pratique musicale comme les thèmes de ses chansons. Lorsqu'il crée Belle & Sebastian

Continuer à lire

Julien Clerc : 50 ans de carrière aux Nuits de Fourvière

MUSIQUES | 50 ans déjà (ça file, non ?) que Julien Clerc promène son cœur de rocker et ses trémolos sur des scènes toujours plus acquises à sa cause. Pour fêter cela, (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 20 octobre 2017

Julien Clerc : 50 ans de carrière aux Nuits de Fourvière

50 ans déjà (ça file, non ?) que Julien Clerc promène son cœur de rocker et ses trémolos sur des scènes toujours plus acquises à sa cause. Pour fêter cela, "Julien" sera l'invité des Nuits de Fourvière, le 4 juillet prochain au Grand-Théâtre (on garde son calme les places ne seront en vente que le 16 mars à 14 h). À noter que cette même édition des Nuits s'ouvrira avec une pièce du chorégraphe Mourad Merzouki. Pour le reste de la programmation, en revanche, il faudra patienter encore un peu.

Continuer à lire

Le fantôme de la Liberté

MUSIQUES | Benjamin Clementine s'est toujours avancé comme un spectre. Lorsqu'il arrive sur scène, orné de son manteau noir, c'est bien à une rencontre paranormale que (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 27 juin 2017

Le fantôme de la Liberté

Benjamin Clementine s'est toujours avancé comme un spectre. Lorsqu'il arrive sur scène, orné de son manteau noir, c'est bien à une rencontre paranormale que l'on a l'impression d'avoir affaire. Or on le sait les spectres, fantômes ou esprits frappeurs, quelle que soit la manière dont on les nomme seraient avant tout des entités intranquilles coincées entre les vivants et les morts par un flot de souffrances irrésolues les empêchant de franchir la frontière d'un autre monde – si tant est que ce monde fut possible. C'est sans doute pourquoi sa musique est à ce point capable de nous hanter. Parce qu'elle est la complainte d'un spectre habillé de noir, une ombre sur de l'ombre, de la noirceur sur de la noirceur, de la souffrance sur de la souffrance. Ce n'est sans doute pas un hasard si l'un des morceaux qui a fait décoller la popularité du géant anglais avait pour titre Condolence, avec cette impression qu'on n'avait jamais rien entendu de tel, et que pourtant, il y avait là quelque chose de familier. Dans cette chanson, où il se disait né d'un néant consécutif à un orage, il chantait, cette drôle d'impression de déjà vu : « I swear, that you

Continuer à lire

Mirage de l'Atlas

MUSIQUES | Déjà présents sur la scène du théâtre antique en 2012, c'est avec davantage de bouteille et de notoriété que revient Frànçois & the Atlas Mountains. (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 20 juin 2017

Mirage de l'Atlas

Déjà présents sur la scène du théâtre antique en 2012, c'est avec davantage de bouteille et de notoriété que revient Frànçois & the Atlas Mountains. Entre-temps sont sortis Piano Ombre, album de l'envol, critique comme esthétique, et Solide Mirage, paru en ce début d'année. Un disque enregistré en Belgique qui se veut, comme c'est l'ère du temps, plus politique, et léger changement de line-up oblige, musicalement ré-orienté – et parfois désorientant. Où l'on retrouve donc, un peu différemment et en français dans le texte seulement, la grâce dansante et la candeur poétique de Frànçois Marry et ses troupes, jamais autant à leur affaire que quand il s'agit d'enflammer une scène avec des morceaux retravaillés ad hoc. Ce qui donne toujours une envie supplémentaire d'aller vérifier ce dont leurs disques sont capables une fois mis en scène. S'agissant-là de la première (la seule ?) date française de cette tournée Solide Mirage, peut-être faut-il se précipiter. Yann Tiersen + Frànçois & The Atlas Mountains Au Théâtre antique de Fourvière le mercredi 7 juillet

Continuer à lire

Le son Wilson

MUSIQUES | L'année même des cinquante ans de Sgt. Pepper, se pose fatalement la question de savoir quel est le meilleur album pop de tous les temps. Dans la balance, (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 20 juin 2017

Le son Wilson

L'année même des cinquante ans de Sgt. Pepper, se pose fatalement la question de savoir quel est le meilleur album pop de tous les temps. Dans la balance, on trouve bien sûr Sgt. Pepper – sinon on n'en parlerait pas – mais aussi deux ou trois autres pépites du Fab Four : Rubber Soul, Revolver, l'album blanc, les avis divergent... Mais comme il n'y a pas que les Beatles dans la vie, d'autres vous répondront que le meilleur candidat à opposer à l'œuvre tardive des Beatles est celle d'un génie fou de 23 ans (à l'époque), qui en 1966 accoucha d'un album intitulé "Bruits d'animaux de compagnie", Pet Sounds. Un disque dont on pourrait dire qu'il est lui aussi un album des Beatles. Car c'est en se comparant à la grandeur des liverpudliens et à leur Rubber Soul que Brian Wilson – puisque c'est de lui qu'il s'agit – a fomenté son propre chef d'œuvre contre vents, marées et attaques de panique. Un disque des Beach Boys, mais composé en solo et assumé comme tel. À l'époque, les Beach boys sont considérés comme un boys band des plus efficaces et Wilson comme un redout

Continuer à lire

Plume sur le départ

SCENES | Ils ont voulu mettre la rêverie et l'esprit vagabond sur un plateau, ils ont inventé le cirque sans animaux, rendant aux humains leur part d'animalité (No (...)

Nadja Pobel | Mardi 20 juin 2017

Plume sur le départ

Ils ont voulu mettre la rêverie et l'esprit vagabond sur un plateau, ils ont inventé le cirque sans animaux, rendant aux humains leur part d'animalité (No animo mas anima, 1990). Alors que les arts du cirque n'étaient pas institutionnalisés en CNAC, les membres de Plume ont défriché un nouveau. Voilà l'épilogue de leur histoire. Qu'est-ce que le cirque pour vous ? Bernard Kudlak : La culture du cirque a à voir avec l'inconscient. Le mot "poétique" n'était pas bien vu à nos débuts. Il fallait être plus guerrier que poète. Le cirque est un art resté longtemps marginal, avec pour fait essentiel de partager un large public sans étiquette sociale. À quoi va ressembler cette Dernière saison ? Nous sommes des gens de la campagne, des indiens, des apaches (sic), on travaille sur les feuilles, la mer... On va créer une 5e saison. On se baladera notamment dans une forêt, cet endroit interdit avec des fuyards, des réprouvés, des immigrés, des hommes sauvages... On sera quinze : sept circassiens et huit musiciens, des Catalans, Italiens, Argentins.

Continuer à lire

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #2

CONNAITRE | (...)

Nadja Pobel | Jeudi 8 juin 2017

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #2

Continuer à lire

Fellag, indépendant !

SCENES | C'est l'histoire d'un spectacle recomposé à partir d’anciens. Mais ce n'est pas une facilité, plutôt un constat : la réalité accrédite malheureusement ce que (...)

Nadja Pobel | Mardi 20 juin 2017

Fellag, indépendant !

C'est l'histoire d'un spectacle recomposé à partir d’anciens. Mais ce n'est pas une facilité, plutôt un constat : la réalité accrédite malheureusement ce que Fellag livre depuis plus de vingt ans dans ses seul-en-scène. Dans Bled Runner, il y a cette scène d'un attentat à la valise piégée, écrite pour Petits chocs des civilisations en 2011 : on jurerait que c’est plus récent... En remontant à son enfance dans les années 1950, l'Algérois trace ainsi, l'air de rien, une histoire française sur ce sujet encore si crispant, comme l'attestent les vives réactions ayant fait suite aux propos d'Emmanuel Macron, alors en campagne, qualifiant cette colonisation de crime contre l'humanité. Fellag choisit le terrain du saltimbanque, évoque les femmes « qui sentent l'huile d'olive et la menthe » et se moque du ramadan « qui rend livide et agressif » sans que jamais ce ne soit un potentiel sujet de discorde. Au contraire : il fait œuvre de pacification, grâce à une forme d'humour et surtout de tendresse pour ces deux pays qui sont les siens. La langue est au cœur de son propos. Celles qu'il a app

Continuer à lire

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière 2017 #1

CONNAITRE | (...)

Nadja Pobel | Jeudi 1 juin 2017

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière 2017 #1

Continuer à lire

Le feu dans l'arène

MUSIQUES | Dans le live filmé à la Salsathèque de Montréal en 2013 par nul autre que Roman Coppola, alors qu'Arcade Fire se livrait à une série de concerts happenings (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 30 mai 2017

Le feu dans l'arène

Dans le live filmé à la Salsathèque de Montréal en 2013 par nul autre que Roman Coppola, alors qu'Arcade Fire se livrait à une série de concerts happenings secrets, en apéritif de leur dernier album en date Reflektor, une poignée de caméos venaient pimenter le moment, incluant James Franco, Ben Stiller, Bono ou Michael Cera. Parmi eux, Zach Galifianakis (aka le gros barbu de Very Bad Trip) y allait de cette blague : « Lors de vos premiers concerts, il y avait plus de personnes sur scène que dans le public, vous n'avez pas besoin de trois batteurs. » S'il y a un peu de vérité dans cette blague de sale gosse, tant la troupe Arcade Fire pourrait reprendre pour elle le slogan d'Anonymous (dont ils sont un peu le versant rock) : « nous sommes légion », cela n'a pas duré longtemps. Il aura suffit, il y a douze ans, d'un buzz né des internets, à l'époque beaucoup moins prescripteurs qu'aujourd'hui où la viralité ne connaît pas de limite, puis de la sortie de Funeral, pour qu'Arcade Fire passe en quelques mois de curiosité indé à nouveau sauveur du rock des années 2000. Fanfare rock et f

Continuer à lire

Arcade Fire et Brian Wilson aux Nuits de Fourvière

MUSIQUES | Musique On connaissait le nom de l’artiste chargé de l’ouverture : M, avec son projet infusé au Mali, Lamomali. Il faut ajouter aux dates immanquables (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 23 mars 2017

Arcade Fire et Brian Wilson aux Nuits de Fourvière

Musique On connaissait le nom de l’artiste chargé de l’ouverture : M, avec son projet infusé au Mali, Lamomali. Il faut ajouter aux dates immanquables du calendrier Arcade Fire ou encore la légende Brian Wilson, venant fêter les 50 ans du culte album Pet Sounds. Le programme complet : 1er au 3 juin : M présente Lamomali 5 juin : Arcade Fire + Barbagallo 16 juin : Julien Doré 19 juin : Benjamin Biolay + La Femme 20 juin : Paolo Conte 28 juin : Foals + Pumarosa 29 juin : Benjamin Clementine 4 juillet : Alt-J 5 juillet : Titi Robin + Rebel Diwana 6 juillet : Goran Bregovic & l'Orchestre National de Lyon 7 juillet : Yann Tiersen + François & the Atlas Mountain 9 juillet : Gaëtan Roussel & Rachida Brakni + Labelle

Continuer à lire

Le dernier tour du Cirque Plume

SCENES | Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 2 février 2017

Le dernier tour du Cirque Plume

Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la bien-nommée Dernière saison. Du 30 juin au 5 août, 30 dates sont prévues pour mille spectateurs attendus chaque soir sous l'immense chapiteau de cette compagnie historique du nouveau cirque, née au début des années 80. Déjà venus à ce même endroit pour Tempus fugit en 2013, Bernard Kudlak et sa troupe travaillent cette fois-ci, non pas sur un best of de 30 ans de carrière comme pour le précédent, mais sur la matière qui émaille le déroulement d'une année : les feuilles, la neige, la mer... Cette balade se fera avec sept circassiens dont beaucoup de petits nouveaux venus de Catalogne, Italie, Argentine, et les fidèles musiciens (piano, accordéon, basse, clarinette). Pour cette compagnie, grandiose par l'ambition de son entreprise mais artisanale dans son fonctionnement économique et artistique, ce spectacle est aussi

Continuer à lire

Matthieu Chedid ouvrira les prochaines Nuits de Fourvière

MUSIQUES | On connaît le nom de celui qui ouvrira la prochaine édition des Nuits de Fourvière. Ou plutôt, de ceux qui l'ouvriront... car Matthieu Chedid, alias M, sera (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 14 décembre 2016

Matthieu Chedid ouvrira les prochaines Nuits de Fourvière

On connaît le nom de celui qui ouvrira la prochaine édition des Nuits de Fourvière. Ou plutôt, de ceux qui l'ouvriront... car Matthieu Chedid, alias M, sera bien accompagné pour ces trois dates (du 1er au 3 juin) dans le grand théâtre : Toumani Diabaté et Sidiki Diabaté seront là pour l'entourer, avec en prime des invités spéciaux dont font partie Oxmo Puccino et Fatoumata Diawara. Ce seront les premiers concerts de son nouveau projet, Lamomali, dont la cover est réalisé par JR. Ouverture de la billetterie prévue le lundi 27 mars à 14h.

Continuer à lire

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

ACTUS | Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée (...)

Sébastien Broquet | Lundi 15 août 2016

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée plusieurs fois par la pluie (voire le déluge, lors de l'Éclat Final en compagnie de Celso Piña et Danyel Waro). Côté artistique, c'est une réussite : de la création autour de Moondog au cirque débridé des frères Forman, en passant par les émouvants et toujours aussi classe Tindersticks, ou encore la très réussie

Continuer à lire

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

MUSIQUES | 15 / Mercredi 20 juillet : cirque Obludarium Puisque les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel (et l'urbanité en juillet ça va bien cinq minutes), (...)

La rédaction | Mercredi 20 juillet 2016

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

15 / Mercredi 20 juillet : cirque Obludarium Puisque les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel (et l'urbanité en juillet ça va bien cinq minutes), hâtez-vous au domaine de Lacroix-Laval voir les grosses caboches toutes biscornues et étranges d'Obludarium. Signé des fils jumeaux du cinéaste Miloš Forman, ce spectacle qui a fait le tour du monde s'arrête depuis hier et jusqu'au 31 juillet dans ce village dédié au cirque. Si vous le pouvez, venez même dès 18h profiter des lampions, du bar digne d'un diners US et du plancher en bois où vous pourrez faire résonner vos tongs (en bois, les tongs). Fourvière version campagne : c'est ici ! Au domaine de Lacroix-Laval dans le cadre des Nuits de Fourvière 16 / Jeudi 21 juillet : chanson Michel Polnareff Moins on l'attend, plus il revient, le Polnaroïde. On a arrêté de compter avant même notre naissance, mais le

Continuer à lire

Le concert de William Sheller annulé

MUSIQUES | Le concert de William Sheller, prévu ce mardi 12 juillet dans le cadre des Nuits de Fourvière, est annulé : le chanteur étant toujours souffrant n'est pas en (...)

Sébastien Broquet | Lundi 11 juillet 2016

Le concert de William Sheller annulé

Le concert de William Sheller, prévu ce mardi 12 juillet dans le cadre des Nuits de Fourvière, est annulé : le chanteur étant toujours souffrant n'est pas en mesure d'assurer sa prestation. Il ne défendra donc pas à Lyon son dernier album Stylus, paru fin 2015, mais espère pouvoir reprendre la scène en septembre prochain. Les spectateurs munis d’un billet peuvent demander le remboursement à partir du vendredi 15 juillet et avant le jeudi 15 septembre 2016 sur le lieu d’achat du billet.

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #6

CONNAITRE | Voilà déjà le 6e et dernier numéro de cette émission ! Pour l'occasion, nous sommes allés tourner sous les lampions du village cirque installé au parc de (...)

Nadja Pobel | Mardi 30 novembre 1999

Voilà déjà le 6e et dernier numéro de cette émission ! Pour l'occasion, nous sommes allés tourner sous les lampions du village cirque installé au parc de Lacroix-Laval où vont se dérouler plusieurs bals durant tout le mois de juillet. Puisque ce festival estival veut allier le plaisir culturel à la fête, les comp. Marius sont conviés pour la troisième fois. Aux Subsistances, ils donnent la trilogie de Pagnol entrecoupée par un repas, un apéro, un dessert... Enfin, l'italien Venicio Capossela fera résonner la Méditerranée ce week-end à l'Odéon. Et puis les Nuits de Fourvière continuent jusqu'à la toute fin du mois avec une série de concerts, du cirque et Sophocle dans le rues du 5e arrondissement. Enjoy !

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #6

CONNAITRE | Voilà déjà le 6e et dernier numéro de cette émission ! Pour l'occasion, nous sommes allés tourner sous les lampions du village cirque installé au parc de (...)

Nadja Pobel | Jeudi 7 juillet 2016

Voilà déjà le 6e et dernier numéro de cette émission ! Pour l'occasion, nous sommes allés tourner sous les lampions du village cirque installé au parc de Lacroix-Laval où vont se dérouler plusieurs bals durant tout le mois de juillet. Puisque ce festival estival veut allier le plaisir culturel à la fête, les comp. Marius sont conviés pour la troisième fois. Aux Subsistances, ils donnent la trilogie de Pagnol entrecoupée par un repas, un apéro, un dessert... Enfin, l'italien Venicio Capossela fera résonner la Méditerranée ce week-end à l'Odéon. Et puis les Nuits de Fourvière continuent jusqu'à la toute fin du mois avec une série de concerts, du cirque et Sophocle dans le rues du 5e arrondissement. Enjoy !

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #5

CONNAITRE | Des nuits aux Nuits... toujours des Nuits ! Cette semaine, dans cette 5e et avant-dernière émission, nous vous emmenons à la rencontre du saxophoniste Raphaël (...)

Nadja Pobel | Jeudi 30 juin 2016

Des nuits aux Nuits... toujours des Nuits ! Cette semaine, dans cette 5e et avant-dernière émission, nous vous emmenons à la rencontre du saxophoniste Raphaël Imbert et de la directrice de la Maison de la danse Dominique Hervieu, chacun étant très impliqués dans, respectivement, la Nuit blues (16 juillet) et la Nuit de la rumba (3 juillet). Entre temps, et même plus largement (Du 1er au 23), Gwenael Morin met en scène trois pièces de Sophocle (gratuitement, dans différents quartiers du 5e arrondissemen)t. Le metteur en scène nous explique ce projet au long cours et sa troupe nous livre quelques instant de répétition d'Ajax.

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #4

CONNAITRE | C'est sous le soleil enfin de retour que nous sommes allés au parc de Lacroix-Laval où peu à peu s'installe le village cirque qui sera ouvert chaque jour (...)

Nadja Pobel | Jeudi 23 juin 2016

C'est sous le soleil enfin de retour que nous sommes allés au parc de Lacroix-Laval où peu à peu s'installe le village cirque qui sera ouvert chaque jour entre le 1er et 31 juillet. Cinq spectacles sont programmés dont "Petit théâtre de gestes" de la compagnie Bête de foire que nous avions rencontrée à Albertville récemment. Et puis, en co-plateau avec Katerine, Dionysos retrouvera le grand théâtre des Nuits le 27 juin. Ils nous racontent leur nouvelle aventure peuplée de vampires en pyjama.

Continuer à lire

Les Jeudis des Musiques du Monde fêtent leurs 20 ans

MUSIQUES | Les Jeudis des Musiques du Monde fêtent leurs 20 ans : pouvez-vous nous conter l’histoire de ce festival ? Yaël Epstein : Les Jeudis sont nés (...)

Sébastien Broquet | Mardi 21 juin 2016

Les Jeudis des Musiques du Monde fêtent leurs 20 ans

Les Jeudis des Musiques du Monde fêtent leurs 20 ans : pouvez-vous nous conter l’histoire de ce festival ? Yaël Epstein : Les Jeudis sont nés d’une volonté partagée du CMTRA et de la Ville de Lyon, avant même que les fêtes d’été ne soient créées. Nous étions au milieu des années 1990 et l’idée était à la fois de faire découvrir aux Lyonnais les musiques du monde, cette très grande famille musicale en pleine éclosion qui ne disposait que de peu d’espaces de diffusion, et de proposer un espace convivial de rencontre interculturelle dans la ville. Sir Jean & Afrobeat Experience comme Kumbia Boruka font l’actualité ces derniers mois et sont à l’affiche de vos événéments : quel est votre regard sur leur éclosion ? Ce sont deux groupes très représentatifs de ces nouvelles musiques du monde — que l’on appelle parfois sono-mondiale — qui réussissent à allier la singularité des musiques traditionnelles avec des sons et une énergie très actuels. C’est un véritable phénomène qui témoigne de la rapidité des échanges et des hybridations artistiques, qui ont encore une fois une longueur d’avance sur les politiques

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #3

CONNAITRE | A peine remis des cristallins concerts hommage à Moondog et celui de PJ Harvey, voici que débarque aux Nuits de Fourvière Benjamin Biolay. Mais avant (...)

Nadja Pobel | Jeudi 16 juin 2016

A peine remis des cristallins concerts hommage à Moondog et celui de PJ Harvey, voici que débarque aux Nuits de Fourvière Benjamin Biolay. Mais avant d'évoquer le chanteur, place au théâtre avec trois grands artistes internationaux (Bob Wilson, Robert Lepage et Simon McBurney) et la création "La Stratégie d'Alice" d'après "Lysistrata", ou comment transposer Aristophane à Marseille. Rencontre avec le traducteur de la pièce Serge Valletti et le comédien metteur en scène Emmanuel Daumas.

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #2

CONNAITRE | Pour cette 2e semaine des Nuits de Fourvière, et en cette période d'ouverture de l'Euro, nous vous emmenons à la patinoire Charlemagne avec l'épatante équipe de (...)

Nadja Pobel | Jeudi 9 juin 2016

Pour cette 2e semaine des Nuits de Fourvière, et en cette période d'ouverture de l'Euro, nous vous emmenons à la patinoire Charlemagne avec l'épatante équipe de Patin libre puis à la rencontre du double champion du monde de foot, Garrincha, interprété par Eric Elmosnino. Enfin, place à un autre sportif-artiste, le très talentueux circassien trampoliniste Mathurin Bolze.

Continuer à lire

Moondog : le Dernier Viking

MUSIQUES | Quand une légende commence, elle est souvent précédée de beaucoup d'autres. Or, quand Louis Hardin plus connu — même si c'est beaucoup dire — sous (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 7 juin 2016

Moondog : le Dernier Viking

Quand une légende commence, elle est souvent précédée de beaucoup d'autres. Or, quand Louis Hardin plus connu — même si c'est beaucoup dire — sous le nom de Moondog, naît en 1916, la légende familiale est déjà en marche et elle pourrait s'arrêter là. Son grand-cousin n'est autre que l'outlaw américain John Wesley Hardin, qui donnera son titre et une chanson à un album de Bob Dylan et passa 17 ans en prison pour meurtre à la fin du 19e siècle, avant d'être assassiné à El Paso. C'est dans cette culture parfois un peu schizophrène de l'ouest américain que baigne Louis, entre Kansas, Wyoming et Idaho : son père, pasteur épiscopalien, lui fait rencontrer un jour Yellow Calf : un chef indien arapaho qui l'initie au tambour en peau de buffle lors d'une danse du soleil. C'est probablement là que le rythme entre sous la peau du jeune garçon s'initiant ensuite à la batterie. À 16 ans, un accident digne d'un western — un bâton de dynamite trouvé sur une voie ferrée lui explose au visage — lui coûte la vue et le jeune homme navigue entre autodidactisme et institutions pour aveugle. De fait, toute sa vie sera ainsi positivement tiraillée entre underground et académisme : installé à

Continuer à lire

Moondog : en coulisse avec l'ensemble Minisym

MUSIQUES | À Nantes où il répétait en ce mois de mai, il apparaît bien vite que l'ensemble Minisym (créé pour ressusciter Moondog) est le point d'appui principal (...)

Nadja Pobel | Mardi 7 juin 2016

Moondog : en coulisse avec l'ensemble Minisym

À Nantes où il répétait en ce mois de mai, il apparaît bien vite que l'ensemble Minisym (créé pour ressusciter Moondog) est le point d'appui principal de la soirée hommage concoctée par les Nuits de Fourvière. Amaury Cornut, 28 ans, le piano indien face à lui, écoute les sonorités métissées, classiques et mélodieuses, baroque et pop de ses quatre camarades et imagine comment cela va s'organiser dans la première partie du concert avec la voix de Stephan Eicher (ami et collaborateur de la légende), l’orchestre de l'Opéra de Lyon et le duo Dominique Ponty-Lakatos (piano / trimba). Avec rigueur, les Minisym s'attellent, à l'aide de partitions et des quelques enregistrements fidèles, à retranscrire la musique de Moondog sans la lester d'ornements inutiles, s'appuyan

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #1

CONNAITRE | Pour commencer les festivités, place, dans cette première émission, à des fidèles des Nuits de Fourvière, les circassiens québécois des 7 doigts de la main. (...)

Nadja Pobel | Jeudi 2 juin 2016

Pour commencer les festivités, place, dans cette première émission, à des fidèles des Nuits de Fourvière, les circassiens québécois des 7 doigts de la main. L’un des co-fondateurs de la compagnie, Samuel Tétreault nous explique comment il a souhaité mêler son art à celui de la danse en invitant des chorégraphes de renommées internationale : Marie Chouinard, Victor Quijada et Marcos Morau. Puis direction Nantes pour s’immiscer dans les répétitions de l’ensemble Minisym qui se produira dans la première partie de la soirée spéciale Moondog. Amoureux de la musique de cette idole transmusicale, ils en parlent à plusieurs voix. Que la fête commence !

Continuer à lire

Les riches Nuits de Fourvière

ACTUS | Musique : de PJ Harvey au maloya de Danyel Waro Le gros morceau en ouverture avec Radiohead : un nouvel album en vue, deux dates en (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 24 mars 2016

Les riches Nuits de Fourvière

Musique : de PJ Harvey au maloya de Danyel Waro Le gros morceau en ouverture avec Radiohead : un nouvel album en vue, deux dates en France, un engouement total, tout est réuni pour que ce concert soit l'un des événements de l'année à Lyon. Ce sera le 1er juin, mais vous le savez déjà. Dans la même veine indie rock, la reine PJ Harvey, icône instantanée depuis Dry au début des nineties, sera présente le 14 juin. Les défraîchis Pixies, qui nous ont tant fait rêver avant cette inutile reformation, viendront tenter de raviver la flamme le 20 juillet. Sans Kim Deal, on y croit peu. Mieux, bien mieux : une soirée unique consacrée à l'œuvre et la mémoire du génial et méconnu Moondog, vagabond solaire, Sun Ra des trottoirs, Diogène des temps moderne. Stephan Eicher, qui fut son ami et joua avec lui, est partie prenante de cette création en compagnie de l'Orchestre de l'Opéra de Lyon : grande classe. Réservez impérativement votre soirée du 11 juin. L'autre événement, c'est la venue de Benjamin Biolay pour une date unique dans l'été : l'occasion de découvrir

Continuer à lire

Radiohead aux Nuits de Fourvière

MUSIQUES | C'est la nouvelle qui rend heureux en ce début de semaine : Radiohead ouvrira les Nuits de Fourvière, le 1er juin. Le groupe fête, (...)

Sébastien Broquet | Lundi 14 mars 2016

Radiohead aux Nuits de Fourvière

C'est la nouvelle qui rend heureux en ce début de semaine : Radiohead ouvrira les Nuits de Fourvière, le 1er juin. Le groupe fête, cette année, ses vingt-cinq ans. De Pablo Honey à The King of Limbs - et en attendant un neuvième album -, le groupe de Thom Yorke a annoncé seulement deux dates en France. Soyez prêts : ouverture de la billetterie le vendredi 1er avril à 10h30. La programmation complète des Nuits de Fourvière sera dévoilée le 24 mars.

Continuer à lire

Les Nuits de Fourvière s'affichent

MUSIQUES | On en sait un poil plus sur les prochaines Nuits de Fourvière. Le visuel de cette édition est confié au photographe américain Tod Seelie, dont deux images (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 3 février 2016

Les Nuits de Fourvière s'affichent

On en sait un poil plus sur les prochaines Nuits de Fourvière. Le visuel de cette édition est confié au photographe américain Tod Seelie, dont deux images accompagneront le festival. Elles sont extraites de son reportage Swimming Cities of Serenissima. Seul nom dévoilé au rayon programmation à l'heure actuelle, Michel Polnareff sera au Grand Théâtre le 21 juillet. C'est le jeudi 24 mars à 11h que l'ensemble des festivités sera dévoilé, avec ouverture de la billetterie dès le lendemain.

Continuer à lire

Michel Polnareff aux Nuits de Fourvière

MUSIQUES | Après avoir provoqué une invasion de sosies à Montluçon, c'est aux Nuits de Fourvière que Michel Polnareff ressucitera l'époque où il enlevait le bas. Il se (...)

Benjamin Mialot | Mardi 8 décembre 2015

Michel Polnareff aux Nuits de Fourvière

Après avoir provoqué une invasion de sosies à Montluçon, c'est aux Nuits de Fourvière que Michel Polnareff ressucitera l'époque où il enlevait le bas. Il se produira dans le Grand Théâtre jeudi 21 juillet, fort d'un nouvel album à paraître au premier trimestre 2016. Pas d'informations concernant l'ouverture de la billetrerie pour le moment.

Continuer à lire

À la Machine

MUSIQUES | Florence Welch a toujours lorgné vers les grandes voix féminines des années 60 (Candi Staton) à 80 (Kate Bush). Chose étrange sur Ship to Wreck – notons au (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 1 juillet 2015

À la Machine

Florence Welch a toujours lorgné vers les grandes voix féminines des années 60 (Candi Staton) à 80 (Kate Bush). Chose étrange sur Ship to Wreck – notons au passage que son obsession ophéliaque de la noyade, entrevue depuis Lungs, est toujours bien... ancrée, si l'on ose dire – le morceau très classic rock qui ouvre How Big, How Blue, How beautiful, elle semble d'emblée habitée par l'esprit, la voix et le débit ensorcelant de Stevie Nicks de Fleetwood Mac lorsqu'elle chantait en une transe dévorante leur fameux Rhiannon, l'histoire d'une sorcière galloise – «Welsh witch» en anglais. Étrange coïncidence qui ne fait sans doute que confirmer les pouvoirs sorciers de la rousse anglaise à la voix inflammable. Laquelle ne sort quasiment jamais, tout au long de ce nouvel album, de cette transe, si ce n'est pour quelque secondes d'une intro en ballade de nouveau bushienne sur le morceau-titre, qui lui aussi explose en bouche sans prévenir. Ici, tout est en effet big, à commencer par les arrangements en superpositions de cuivres, ces rythmiques de films d'aventures et cette voix qui donne l'impression que Florence e

Continuer à lire

Les Nuits de Fourvière – Jusqu'au 31 juillet à Lyon (69)

SCENES | Timorée la programmation des Nuits de Fourvière 2015 ? Assurément. Mais ce ne serait un problème que si la perspective de revivre cet instant magique où (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Les Nuits de Fourvière – Jusqu'au 31 juillet à Lyon (69)

Timorée la programmation des Nuits de Fourvière 2015 ? Assurément. Mais ce ne serait un problème que si la perspective de revivre cet instant magique où les coussins à l'effigie du festival, propulsés en signe d'acclamation par les 4500 spectateurs du grand théâtre qui l'accueille chaque été depuis 70 ans, éclipsent les étoiles et les lumières de la ville en contrebas, ne valait pas blanc-seing. Qu'importe en effet, s'il honore son vœu de pluridisciplinarité jusqu'au non sens, en accueillant six représentations de Florence Foresti et s'il nous refait pour la énième fois le coup des phénomènes de foire médiatique (Lily Wood & the Prick, Christine & the Queens), de la variété propre sur elle (Charlie Winston, Calogero) et du rock'n'roll fossilisé (Iggy Pop, Patti Smith, Robert Plant). Là-haut, tout est forcément plus beau. Surtout ce qui l'est déjà à la base, évidemment : l'électro-pop givrée de Björk, les miniatures avant-gardistes de Pascale Comelade, l'indie rock patraque de

Continuer à lire

Un dîner loin d'être parfait

SCENES | Un décor de cuisine monumental à faire pâlir tous les marquis de salades, des artistes venant à la rencontre des spectateurs qui s’installent pour s’enquérir de (...)

Nadja Pobel | Lundi 29 juin 2015

Un dîner loin d'être parfait

Un décor de cuisine monumental à faire pâlir tous les marquis de salades, des artistes venant à la rencontre des spectateurs qui s’installent pour s’enquérir de leur plat préféré alors que d’appétissantes émanations d’ail s’échappent du plateau : les 7 Doigts de la Main savent recevoir et allécher. Sauf que ce prélude, même une fois les lumières éteintes, n’en finit plus, au point que le spectacle semble ne jamais commencer, nonobstant quelques numéros de jonglage avec des fouets métalliques. D’emblée, Cuisine et confessions manque cruellement de rythme – et cela se vérifiera sur ses 90 minutes – un comble pour des circassiens, par ailleurs de très haut niveau (ah ! leur maîtrise du mât chinois...). De là, les 7 Doigts de la Main se laissent prendre au piège de l’adresse réitérée au public, le conviant fréquemment sur scène, comme s’ils ne pouvaient convaincre par leur seul talent, allant jusqu'à se planquer tandis que trois spectateurs meublent la scène. Dans cet aveu de faiblesse, ce n’est pas tant l’embarras des cobayes qui met mal à l'aise que la limpide démission des artistes. Se (faire) rouler dans la farine Autre facilit

Continuer à lire

Comelade imaginaire

MUSIQUES | You're Never Alone with a Schizo. Le titre du cinquième morceau du vingt-huitième album (selon la police) de Pascal Comelade (une embardée garage avec les (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 23 juin 2015

Comelade imaginaire

You're Never Alone with a Schizo. Le titre du cinquième morceau du vingt-huitième album (selon la police) de Pascal Comelade (une embardée garage avec les Liminanas) résume sans doute à merveille sa musique. Alors bien sûr, Pascal Comelade n'est pas un schizo, du moins pas à notre connaissance. Mais rarement on aura vu dans l'histoire du rock (car oui, Comelade c'est du rock) un type à l'imaginaire à la fois aussi touffu – il n'y a qu'à réciter à haute voix la liste des titres de ses morceaux – et obsessionnel, maniaque et éparpillé. Si l'on dit des grands cinéastes qu'ils font toujours le même film et que c'est même à ça qu'on le reconnaît, alors Comelade est, lui, un très grand musicien, décidé, mais aussi déchiré et déchirant dans ses aspirations à la transsubstantiation musicale. La preuve : quand il emprunte un morceau à autrui (Wyatt, les Stones, Deep Purple), ce qui ébaubit c'est sa capacité non seulement à le dissoudre mais surtout, comme on dit au Groland, à la ressoudre, pour ne pas dire à la ressusciter dans un mouvement contradictoire. Souvenons-nous de ce film d'Hal Hartley pour une collection Arte sur le passage à l'an 2000. Jésus, inca

Continuer à lire

Sylvie Guillem : une étoile disparaît

SCENES | La chorégraphe espagnole Maria Pagès et la danseuse étoile Sylvie Guillem incarnent toutes deux l'essentiel de la programmation danse des Nuits de Fourvière (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 23 juin 2015

Sylvie Guillem : une étoile disparaît

La chorégraphe espagnole Maria Pagès et la danseuse étoile Sylvie Guillem incarnent toutes deux l'essentiel de la programmation danse des Nuits de Fourvière ces dernières années (à quelques intéressantes exceptions près : Marie Chouinard, Sasha Walz, Ohad Naharin...). Concernant Sylvie Guillem, on ne peut affirmer s'en lasser tant ses spectacles, souvent composés de soli ou de duos, y sont difficilement visibles : on n'a jamais bien vu davantage qu'une silhouette fine et véloce gesticulant parmi des lumières colorées et un peu de musique. Bref, programmer de petites formes au sein du grand théâtre, c'est au fond vouloir s'adresser surtout à un public de pilotes de chasse. Life in progress, annoncé comme les adieux à la scène de la grande danseuse, ne dérogera sans doute pas à la règle puisque son programme réunit, une fois encore, deux soli et deux duos (dont deux créations : le solo techne d'Akram Khan et le duo Here & After, signé du chorégraphe canadien Russell Maliphant). Nous retiendrons nos larmes donc. Caprices Nous les retiendrons d'autant plus qu'ailleurs, nous avons déjà pu découvrir le navrant sol

Continuer à lire

Yael Naim en concert surprise au Lavoir

MUSIQUES | Surprise : la chanteuse franco-israelienne donnera ce soir un concert des plus intimistes au Lavoir Public, ainsi qu'elle l'a annoncé hier soir à (...)

Benjamin Mialot | Lundi 15 juin 2015

Yael Naim en concert surprise au Lavoir

Surprise : la chanteuse franco-israelienne donnera ce soir un concert des plus intimistes au Lavoir Public, ainsi qu'elle l'a annoncé hier soir à Fourvière entre deux triomphes. Pour faire partie de la centaine de privilégiés qui pourront y assister, direction Digitick dès 8h. Il vous en coûtera 15 euros (+ 2 euros d'adhésion à l'association le soir venu).

Continuer à lire

María Pagès : «Carmen, c’est toutes les femmes»

SCENES | Votre spectacle s’intitule Yo, Carmen ("Moi, Carmen"). Quelle est votre Carmen ? María Pagès : C’est toutes les femmes. Je crois que le mythe (...)

Nadja Pobel | Mardi 2 juin 2015

María Pagès : «Carmen, c’est toutes les femmes»

Votre spectacle s’intitule Yo, Carmen ("Moi, Carmen"). Quelle est votre Carmen ? María Pagès : C’est toutes les femmes. Je crois que le mythe de Carmen s’est construit pour de mauvaises raisons. Mérimée a mis en Carmen ses désirs d’homme pour exprimer ses passions. Mais Carmen est le nom le plus commun en Espagne ! Dans ma classe à l’école, il y en avait six ! Carmen c’est donc ma tante, ma cousine, la femme en général, ce n’est pas cette invention masculine. Elle peut bien sûr être sensuelle, mais c’est aussi la femme qui souffre. La situation de la femme a avancé mais pas beaucoup. Il faut toujours démontrer qu’une femme peut être forte, capable… Carmen était une femme sans voix, c’est l’homme qui parlait pour elle et si elle parlait on la tuait. Votre Carmen se plie d'ailleurs à des tâches ménagères… Oui, c’est important de montrer que c’est encore la femme qui s’occupe de la base de la société. On dit d’ailleurs "la langue maternelle". Pourquoi ? Parce que c’est la femme qui transmet la communication. Il faut mettre en valeur cela. Carmen, selon vous, n’est pas qu’espagnole, mais au

Continuer à lire

Le tour du monde en 60 jours

ACTUS | Pas de créations, peu de cautions indé, aucune réelle exclusivité : là où la programmation musicale de l'édition 2014 épatait par sa diversité et son audace, (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 25 mars 2015

Le tour du monde en 60 jours

Pas de créations, peu de cautions indé, aucune réelle exclusivité : là où la programmation musicale de l'édition 2014 épatait par sa diversité et son audace, celle de 2015 a comme un parfum d'austérité. Du phénomène Christine & the Queens à Calogero, de Ben Harper à Joan Baez en passant par Selah Sue, Véronique Sanson, Jeanne Cheral (pour un concert avec l'orchestre du CRR de Lyon), le clan Chédid, Moriarty, Charlie Winston, Iggy Pop, Robert Plant, Patti Smith (qui interprétera l'intégralité de son premier album Horses) ou Björk (dont la venue reste cependant un événement), ce ne sont pas les valeurs sures – au sens boursier de l'expression – qui manquent cette année. Sorti d'une poignée d'auteurs avec un grand A (Dominique A, forcément, Pascal Comelade, Lambchop), c'est donc ailleurs qu'il faudra chercher un peu de fraîcheur. Au Brésil (avec la légende tropicali

Continuer à lire