Retours en série

Une première au Méliès ce mois-ci : une nuit pour découvrir, gratuitement et dans son intégralité, la première saison d’une série télé. Pas n’importe laquelle : Les Revenants, accueillie comme la meilleure série française contemporaine par une presse extatique. Et un peu excessive, sur ce coup. Christophe Chabert

Depuis le temps qu’on entend la phrase : «Les séries télé d’aujourd’hui sont meilleures que la plupart des films de cinéma», il était logique qu’un jour celles-ci viennent se répandre sur les grands écrans. Le Méliès prend donc les devants ce mois-ci en organisant une nuit Les Revenants, où la première saison de la série créée par Fabrice Gobert — adaptée du beau film de Robin Campillo — sera diffusée dans son intégralité — 8 heures ! L’événement, gratuit qui plus est, sonne comme un moment de vérité pour cette série quasi-unanimement accueillie par des «vivas !» de la presse et des professionnels, puis par des audiences historiques pour son producteur Canal +. Pour l’avoir engouffrée en deux jours en DVD, on peut témoigner de son potentiel addictif, même si au fil du visionnage, les réserves étaient nombreuses sur sa qualité réelle.

Morts mais bien vifs

Les quatre premiers épisodes ont vraiment le cul entre deux chaises : refusant le traitement réaliste et politique de Campillo, Gobert n’en prend pas non plus le contrepied exact. En regardant le phénomène inexpliqué du retour à la vie de disparus qui entendent reprendre leur place auprès de leur famille ou de leurs proches, Gobert et son co-auteur Emmanuel Carrère hésitent à verser dans le fantastique pur, préférant mettre beaucoup de psychologie dans des dialogues souvent sentencieux et dénués de quotidienneté. L’emballage est parfait — musique de Mogwai, casting recruté du côté du cinéma d’auteur français et survolé par une géniale Céline Salette, jolie photo et beau décor — mais le résultat sent l’effort et la sueur pour être à la hauteur de ses modèles anglo-saxons. Étrangement, la deuxième moitié, réalisée par Frédéric Mermoud, est à la fois plus borderline et plus franche du collier. Elle ne se prive pas pour piller l’héritage de John Carpenter, mais a au moins le mérite de choisir son camp : une série qui n’a pas peur du genre et qui, à quelques what the fuck près — le personnage d’Ana Girardot, ridicule — réussit à intriguer et même à effrayer. Tant mieux : cela tiendra les spectateurs éveillés jusqu’au bout.

Les Revenants, l’intégrale
Vendredi 22 mars à 20h30
Au Méliès

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 16 ao?t 2021 Faut-il mettre du piment ou du sel sur sa vie de couple ? Et comment faire son conjoint ne partage pas les mêmes goûts ? Les frères Foenkinos s’attaquent à la drôle de cuisine des fantasmes amoureux dans un film à sketches où les uns mitonnent, les...
Mercredi 11 septembre 2019 Comment deux trentenaires parisiens confrontés à leur solitude et leur tourments intérieurs, s’évitent avant de se trouver. Cédric Klapisch signe ici deux films en un ; voilà qui explique qu’il soit un peu trop allongé, pas uniquement à cause des...
Mardi 6 juin 2017 D’une vendange à l’autre, une fratrie renoue autour du domaine familial… Métaphore liquide du temps et de la quintessence des souvenirs précieux, le (bon) vin trouve en Cédric Klapisch un admirateur inspiré. Un millésime de qualité, après une série...
Mercredi 18 mars 2015 À cause d’une imposture littéraire devenue succès de librairies, un jeune auteur est entraîné dans une spirale criminelle ; Yann Gozlan signe une réussite inattendue du thriller hexagonal, avec un Pierre Niney excellent en héros négatif. Christophe...
Mardi 28 octobre 2014 Cédric Kahn s’inspire de l’affaire Fortin pour relater la cavale d’un père et ses deux fils qui fuguent loin de la ville, trouvant refuge dans une communauté de néo-hippies. Un film qui tourne un peu trop autour de son sujet, malgré un Kassovitz...
Mardi 14 octobre 2014 De Tony Gatlif (Fr, 1h44) avec Céline Salette, Rachid Yous, David Murgia…
Mardi 22 avril 2014 Évitant les clichés et s’aventurant vers le thriller, Robin Campillo raconte dans un film fort et troublant les rapports d’amour et de domination entre un quadra bourgeois et un immigré ukrainien sous la coupe d’une bande violente. Christophe...
Lundi 12 novembre 2012 De Costa-Gavras (Fr, 1h53) avec Gad Elmaleh, Gabriel Byrne, Natacha Régnier…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter