De la lune à la terre

ECRANS | Portrait - Les gens d'ici / Sylvain Pichon programme le cinéma Le Méliès à Saint-Étienne et revendique une relation de proximité avec ses spectateurs dans ce cinéma qui marrie art et essai grand public et cinéma plus pointu. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 21 janvier 2011

Ce jour-là, Sylvain Pichon est à la caisse du Méliès. En l'attendant, on assiste à une scène assez étonnante. Quatre spectateurs viennent voir "Des hommes et des dieux", reprogrammé dans le cadre du festival Télérama. Le film a débuté depuis dix minutes, et Sylvain refuse de leur vendre des billets, expliquant que cela dérangera les spectateurs déjà installés mais surtout, que prendre le film en cours de route, c'est comme «commencer un livre à la cinquantième page». Ça ne se serait probablement pas passé comme ça dans un multiplexe, et cela résume assez bien l'état d'esprit du Méliès. Faire découvrir le cinéma, mais pas à n'importe quel prix ; trouver un nouveau public, mais ne pas l'orienter vers des films qui pourraient le dissuader de revenir par la suite.

Une vision à long terme

L'histoire du Méliès commence en 1983, quand Alain Cramier — décédé en 2009, qui avait auparavant organisé les Rencontres cinématographiques de Saint-Étienne, reprend deux salles qui appartenaient un temps à UGC, avant de devenir un cinéma porno. En 1995, le Méliès, situé à l'époque dans un quartier assez excentré, envisage de déménager. Il s'installera sur la place Jean-Jaurès, à côté de l'Hôtel de ville, et en 2006, il passe de deux à quatre écrans, et se dote d'un café à l'arrière du cinéma. Un projet qui rappelle celui des MK2 à Paris ou du Comœdia à Lyon. La programmation aussi s'affine : Le Méliès est classé art et essai, recherche, jeune public et patrimoine, et les films présentés relèvent d'une soigneuse alchimie entre tous ces possibles cinématographiques. C'est ainsi que Sylvain Pichon envisage son rôle de programmateur : attirer peu à peu des spectateurs de la VF à la VO sur des films «porteurs» et en profiter pour leur donner envie de revenir sur des œuvres plus difficiles. Pour cela, Le Méliès dispose d'une arme efficace : un journal mensuel distribué dans ses salles mais aussi diffusé mano a mano à la sortie des salles de spectacle, dans lequel on trouve toute la programmation du mois, ainsi que des textes de qualité présentant les films et les événements à venir. Programmer à si long terme oblige donc à s'engager à tenir les films sur la durée, même quand ils ne marchent pas. Cela oblige surtout à les voir tous en amont (chose de plus en plus rare chez les exploitants, qui diffusent souvent les films sur les seuls conseils, peu objectifs, des distributeurs), et permet aussi de donner des conseils aux spectateurs.

Casser la glace

«Saint-Étienne, c'est un grand village, tout le monde se connaît. On est le boulanger du quartier, et on conseille les gens. J'aime le cinéma, j'essaie de communiquer ce plaisir, d'en parler à quelqu'un comme si j'en parlais à mes potes. C'est possible dans un cinéma à taille humaine. C'est comme montrer un film à un ami en DVD, mais nous, on le fait à l'échelle d'un cinéma». Cette philosophie, Sylvain Pichon essaie de la partager avec les autres salariés du Méliès. Il cite l'exemple d'un autre Sylvain, agrégé d'anglais qui ne voulait pas se lancer tout de suite dans l'enseignement, et qui a poussé la porte du Méliès pour devenir projectionniste. Son contrat d'apprentissage terminé, il prend aujourd'hui part à la vie du cinéma en organisant un ciné-club anglais mensuel où, après le film, les discussions entre spectateurs se font uniquement en anglais. Dans tous les cas, il s'agit de casser la glace et de rappeler qu'aller au cinéma est avant tout un plaisir, même si les films sont durs ou exigeants. Des nombreux partenariats que Le Méliès a noués avec les institutions culturelles de la ville (La Comédie de Saint-Étienne, l'Opéra ou le Musée d'Art Moderne), il en est un qui s'avère particulièrement original : à chaque sortie de film musical ("Gainsbourg", "Control" sur Joy Division, "People are strange" sur les Doors), le cinéma propose un billet unique avec Le Fil (la scène de musique actuelle) ; après la projection, un concert est organisé où les groupes de la scène locale reprennent des morceaux du groupe en question. À l'arrivée, la fréquentation du Méliès augmente, et Sylvain Pichon est pour la deuxième année consécutive nommé au Trophée de l'exploitant de l'année du Film français. Cela l'amuse plus qu'il s'en glorifie, persuadé de perdre cette fois encore face au tandem ami Marc Bonny / Ronan Frémondière du Comœdia à Lyon : «Je vais devenir le Poulidor du Film français. J'essaie de faire fructifier ce genre de distinction localement auprès des distributeurs, mais les vrais héros, ce sont les exploitants dans les villages ou dans les campagnes». Modeste, mais sincère !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Projection privée au Méliès pour la Saint Valentin !

Bonne idée | On attribue beaucoup de choses à Jean-Luc Godard. Notamment des aphorismes. Et en particulier celui prétendant qu’il est « impossible de sortir avec (...)

Vincent Raymond | Vendredi 22 janvier 2021

Projection privée au Méliès pour la Saint Valentin !

On attribue beaucoup de choses à Jean-Luc Godard. Notamment des aphorismes. Et en particulier celui prétendant qu’il est « impossible de sortir avec une fille qui ne partage pas vos goûts cinématographiques » — phrase qui, si elle n’est pas apocryphe doit évidemment se remettre dans le contexte de l’époque, soit dit aux furieux·ses de la cancelled culture. Derrière la boutade, il faut surtout comprendre que l’amour inconditionnel d'un couple de spectateurs-cinéphiles ne peut être altéré par des divergences d’appréciation : au cinéma, les deux tourtereaux demeurent fusionnels et regardent dans la même direction le spectacle du grand écran, savourant de concert la magie de la projection en salle quand le film leur plaît — quand il leur déplaît, alors ils se roulent des pelles et l'affaire est réglée. Tout cela pour dire que la relation d’amour avec l’écran, c’est du sérieux ! Ce lien indéfectible — voire passionnel — entre le public et la salle, Les Méliès proposent à ses spectateurs de le raconter en fouillant leur mémoire à travers l’opération Se souvenir des belles choses. Qu’il s’agisse d’une séa

Continuer à lire

Et après ?

Témoignages | Nous avons demandé à quelques responsables de lieux culturels où ils en étaient et comment ils envisageaient la suite des événements... Propos recueillis par Cerise Rochet et Nicolas Bros

La rédaction | Mardi 9 juin 2020

Et après ?

Flou complet au Zénith « Très honnêtement, nous n'avons pas une grosse visibilité sur l'automne » Sylvie Liogier, directrice du Zénith Saint-Étienne ne cache pas ses inquiétudes... « Nous sommes fermés jusqu'à fin août, avec des reports de spectacles sur la fin de l'année et sur 2021. Si on peut jouer dans des conditions "normales", c'est-à-dire avec du gel hydroalcoolique, un choix laissé aux spectateurs de porter ou non le masque et sans distanciation, ça reprendra normalement. Si la règle des 4 m² est encore là, ce n'est pas jouable ! Si nous ne pouvons faire rentrer que 1 500 personnes au Zénith, ce n'est pas rentable et pas confortable pour le public qui, lui, vient pour se détendre. » Pour la plus grande salle du département, l'impact économique est très important. « C'est catastrophique. Si on ne pouvait pas jouer jusqu'à janvier 2021, ce serait un impact de plus d'un million d'euros... confie la dirigeante. Je ne connais pas de société qui peuvent tenir avec deux mois de recettes et 10 mois sans recette. On sait qu'il y a des périodes plus calmes que d'autres mais là, ce n'est pas tenable ni pour nous, ni pour l

Continuer à lire

Le Méliès est désormais une seule entité dotée de six écrans

ECRANS | Fin juin, Le Méliès rachetait Le France, qu’il s’apprête à rouvrir sous l’enseigne Méliès Saint-François. Retour avec Sylvain Pichon, programmateur des deux sites, sur les raisons de cette fusion et ce qui va changer dans la manière d’exploiter les films… Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 3 septembre 2014

Le Méliès est désormais une seule entité dotée de six écrans

Qu’est-ce qui vous a poussé à reprendre Le France et à le transformer en Méliès Saint-François ?Sylvain Pichon : Cela faisait quatre ans que l’on s’occupait de la programmation du France, mais il y avait un handicap pour faire redémarrer le site : ça restait deux établissements différents avec deux cartes d’abonnement différentes… Les films réalisaient 30% d’entrées en moins au France et les distributeurs faisaient le forcing pour sortir leurs films au Méliès. Ce n’était pas tenable. On a pensé qu’il fallait absolument garder la grande salle du France, mais avec une seule et même enseigne, un seul et même programme et un seul abonnement.  Le Méliès est désormais une seule entité dotée de six écrans. En quoi ce Méliès Saint-François proposera-t-il des choses spécifiques par rapport à Jean Jaurès ?On va pouvoir proposer des films porteurs au Méliès Saint-François dans une grande salle à 350 places. Cela devient la salle premium du Méliès. Cela va permettre aussi d’étaler la programmation sur les six écrans, en créant une alternance entre les deux sites, donc créer plus de proximité avec les sp

Continuer à lire