Foxfire

ECRANS | Le nouveau film de Laurent Cantet est à la fois un contrepied et un prolongement à sa Palme d’or «Entre les murs», où il montre comment, dans les années 50 aux États-Unis, un «gang de filles» se transforme en utopie collective. Passionnant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 21 décembre 2012

Superficiellement, Foxfire ressemble à une réponse à la Palme d'or surprise obtenue par Laurent Cantet avec Entre les murs : un film d'époque se déroulant aux Etats-Unis dont l'intrigue nécessite un vrai parcours romanesque plutôt qu'un pur dispositif. Mais Cantet appréhende tout cela comme un territoire nouveau sur lequel il greffe les principes de mise en scène et les thèmes qui traversent son cinéma. Ainsi de la reconstitution des années 50, fondue dans l'action, jamais ostentatoire ; ainsi aussi de l'argument, où des adolescentes lassées d'être traitées comme des faire-valoir décident de fonder une société secrète, d'abord groupuscule lancé dans des missions punitives, puis communauté assurant son auto suffisance en instrumentalisant le machisme qui les entoure. L'utopie confrontée à la réalité, c'était déjà le thème d'Entre les murs, même si Cantet en donne ici une vision plus ample ; non pas un individu face à un groupe, mais un groupe face à une société.

Renardes en feu

Le film décline ce combat en trois parties : la première est portée par l'énergie juvénile de ses héroïnes, leur rébellion anarchique, sans objet et sans but, s'apparentant à un rite de passage — le tatouage qui marque leur appartenance au gang en atteste. La deuxième est celle où le combat se structure autour d'une idée positive — vivre ensemble, mutualiser ses biens — et où le groupe se trouve une figure de proue, Legs, la garçonne revenue de prison plus déterminée que jamais. C'est le cœur vif et passionnant de Foxfire : Cantet prend le temps de filmer l'euphorie puis les doutes qui s'emparent de la communauté, laissant apparaître toutes les lézardes qui vont la faire exploser : désirs amoureux —le film reste toutefois très chaste dans sa représentation de la sexualité — réflexes raciaux et tentations matérialistes. Les séquences les plus troublantes sont celles où Legs s'immiscent dans une famille bourgeoise dont elle épouse les codes pour mieux les faire voler en éclats — un baiser à la très coincée Muriel suffit pour faire vaciller l'ordre établi. La tension monte, les délits tournent aux crimes et la dernière partie paraît vouée à la tragédie. Cantet choisit pourtant, à rebours de ses œuvres précédentes, de glisser une note d'espoir au milieu du désenchantement. Cette ouverture, aussi fragile soit-elle, vient briser le renoncement qui semblait jusqu'alors être l'horizon de ses personnages. En filmant cette jeunesse idéaliste, Cantet semble avoir trouvé une forme de maturité.


Foxfire, confessions d'un gang de filles

De Laurent Cantet (Fr-Cda, 2h23) avec Michelle Nolden, Ali Liebert...

De Laurent Cantet (Fr-Cda, 2h23) avec Michelle Nolden, Ali Liebert...

voir la fiche du film


1955. Dans un quartier populaire d’une petite ville des États-Unis, une bande d’adolescentes crée une société secrète, Foxfire, pour survivre et se venger de toutes les humiliations qu’elles subissent.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"L’Atelier" : En-dehors des murs, vers le Sud

ECRANS | de Laurent Cantet (Fr., 1h53) avec avec Marina Foïs, Matthieu Lucci, Warda Rammach…

Vincent Raymond | Jeudi 12 octobre 2017

Autrice de polars, Olivia anime un atelier d’écriture à La Ciotat durant les vacances pour des adolescents désœuvrés. Parmi eux, Antoine, replié sur lui-même et ses jeux vidéos violents, prompt à la provocation raciste et à deux doigts d’un passage à l’acte. Mais lequel ? Fiction documentarisante, cette chronique d’un été réalisée par Laurent Cantet (et comme à l’accoutumé co-écrite par son comparse Robin Campillo) tente de tisser au moins trois fils narratifs au moyen de ce fameux “atelier”, catalyseur maïeutique et générateur dramatique du récit. Grâce à lui, on plonge ainsi dans le passé de la cité et de ses chantiers navals, désormais reconverti dans le luxe (quel symbole !) ; on s’imprègne également du présent, déboussolé par un terrorisme attisant les tensions. Et l’on suit la relation ambigu du quasi hikikomori Antoine avec l’autrice — dont la résidence n’est qu’une parenthèse dans sa carrière. Le problème n’est pas que L’Atelier veuille raconter autant d’histoires à la fois, mais que ses (bonnes) intentions semblent prioritaires sur la f

Continuer à lire

Odyssée de fin d’année

ECRANS | Parmi la masse des sorties de décembre, on trouve un divertissement familial signé Ang Lee, un demi-film muet portugais et une pochade à l’humour très noir de notre chouchou Ben Wheatley. Et déjà un coup de cœur pour janvier : le nouveau Laurent Cantet. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 30 novembre 2012

Odyssée de fin d’année

Dans cette chronique consacrée aux films de décembre, parlons d’abord d’un film qui sort… le 2 janvier ! Cinq ans après sa Palme d’or pour Entre les murs, Laurent Cantet revient avec Foxfire, adaptation en anglais dans le texte d’un bouquin de Joyce Carol Oates autour des «confessions d’un gang de filles» des années 50. Le film frappe fort, au-delà de tout ce que Cantet avait réalisé jusqu’ici ; en 2h23, le cinéaste allie souffle romanesque, réflexion sur l’utopie et ses limites lorsque la réalité vient la contrecarrer et souveraine maîtrise d’une forme qui fuit pourtant la maîtrise. Le récit, palpitant comme un bon thriller, semble s’inventer sous nos yeux, capté par une caméra mobile et incarné par une troupe de comédiennes débutantes mais remarquables, à l’énergie aussi intense que les lycéens d’Entre les murs. Grand film ! Tourisme sensuel On aurait aimé dire la même chose du dernier Ang Lee L’Odyssée de Pi (19 décembre), mais le cinéaste, insaisissable, classique dans ses films personnels, expérimental lorsqu’il tourne des blockbusters, se tient dans un bizarre entre-deux face à

Continuer à lire