Le film, le monde et la pédale

ECRANS | Créé il y a 30 ans, le festival Curieux voyageurs, nouvellement nommé, revient illuminer les écrans les 22, 23 et 24 mars prochains. L'occasion de quitter une partie de scrabble en solo et visionner des films qui offrent un regard neuf sur notre monde. Et en plus il y aura même des loupiotes à faire partir dans le ciel!

Grégory Bonnefont | Jeudi 28 février 2013

Photo : curieux voyageurs


Voici un festival qui en dit long sur le dynamisme culturel et sociétal de notre territoire. Organisé autour de trois lieux de projection, à savoir l'amphithéâtre du Centre des Congrès et ses 800 places et ceux de l'Ecole Supérieure de Commerce et de l'Ecole des Mines, cet évènement cinématographique est un véritable modèle de réussite mêlant culture et solidarité internationale. C'est une occasion originale de venir s'ébahir d'images traduisant la réalité d'un monde différente de celle conçue par les JT des chaînes d'infos en continue. Films d'aventure, de nature, reportages et portraits se succèdent dans une programmation on ne peut plus eccléctique. De quoi rendre jaloux Philéas Fogg, tant en trois jours un tour du monde vous sera proposé. Arrêtons-nous un instant en Afghanistan ou chez les Himbas en Namibie. Sur Madagascar vous pourrez découvrir le Makay, un paradis terrestre révèlé par Evrard Wendenbaum, ou le combat artistique de la chanteuse Tence Mena au travers du film d'Alice Billouet. Des vocations de globe-trotters naîtront peut-être grâce au film de Karine Moralès sur le rêve de Martin Grimaldi qui était de voyager. Un moment vibrant qui permet d'entendre le rêve de ceux qui, au travers de la planète, ne s'autorisent pas à en avoir un.

Un festival et son village d'activités

Si le film  de Christiane Mordelet et Stanzin Dorjay relate le témoignage d'enfants indiens de Ladakh nous disant "ce que nous avons peut-être perdu", l'équipe du festival s'est attelé à le retrouver en proposant des activités sensibilisatrices et ludiques au sein du village associatif présent sur le festival. Comme ce grand lâcher de lampions célestes qui aura lieu le samedi à 19h, dont le symbolisme trouve un écho pertinent dans les différents stands humanitaires qui évoqueront notamment le tourisme "autrement". le commerce équitable et l'art du carnet de voyage. Pour les gourmands il y aura même un salon de pâtisseries orientales. Un makrout sera amplement mérité pour ravitailler ceux qui auront bien voulu donner un peu de leur force pour pédaler sur les modules alimentant le vidéoprojecteur de l'amphithéâtre de l'Ecole des Mines. Et oui! La culture c'est pas que cérébral! 

Curieux Voyageurs Festival de Films, 22, 23 et 24 mars, Espace Fauriel


Passion nature

Petit-déjeuner suivi de deux films et leurs réalisateurs : Abyssinie, l'appel du loup & Du bush à l'oreille

Petit-déjeuner suivi de deux films et leurs réalisateurs : Abyssinie, l'appel du loup & Du bush à l'oreille

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Comme c'est curieux

Festival | Pour sa 39ème édition, le festival de films Curieux Voyageurs prend davantage d'ampleur. Du 9 au 11 mars, au total 37 séances et 25 films seront proposés aux visiteurs entre le Centre des congrès, l'amphi annexe de l'école des Mines mais également pour la première fois au Planétarium.

Aliénor Vinçotte | Mardi 6 mars 2018

Comme c'est curieux

Pour sa 39e édition, Curieux Voyageurs revient avec une mosaïque de 25 films de voyage — autant de pays, de cultures et de terrains infinis révélés par des aventuriers partageant leurs expériences vécues avec la caméra. Créé il y a près de 40 ans par cinq amis passionnés, le festival n’a cessé d’étendre son territoire ; en 2017, 16 000 “curieux” étaient ainsi venus le visiter. Au programme du millésime 2018, les spectateurs pourront suivre un chef papou dans son combat pour la protection de la nature, marcher sur les traces de la voyageuse Ella Maillart, ou encore grimper le redouté K2 avec l’alpiniste Sophie Lavaud. À l’issue des projections, des rencontres seront organisées avec les aventuriers-réalisateurs — mais aussi avec un responsable d’Amnesty International dans la foulée de Le Vénérable W réalisé par Barbet Schroeder, troisième volet de sa Trilogie du Mal, où il raconte l’histoire d’un moine bouddhiste birmane très influent prônant la violence.

Continuer à lire