Le Voyage de Lila : Livrée à l'oubli

Animation | de Marcela Rincón González (Col.-Uru., 1h16)

Vincent Raymond | Mercredi 6 juin 2018

Photo : ©Eurozoom


Héroïne d'un conte pour enfants, Lila découvre qu'elle est menacée d'être avalée par l'oubli si elle ne parvient pas à convaincre le possesseur de son livre, Ramón, de se souvenir d'elle et de l'aider à combattre la puissance occulte résolue à sa perte…

Plutôt destinée aux jeunes spectatrices et spectateurs, cette tendre coproduction sud-américaine aux couleurs chaudes et aux décors naïfs emprunte autant à l'imaginaire mexicain (la thématique du monde de l'oubli n'est pas si éloignée du récent Coco) qu'à l'univers des esprits japonais. D'ailleurs, le dévoreur de souvenirs présente une étonnante ressemblance avec le fameux Sans-Visage du Voyage de Chihiro de Miyazaki : même silhouette sinistre, même masque blanc impénétrable, même soif d'avaler les biens d'autrui — voire sa personnalité.

Encourageant à maintenir vivace le lien avec son passé au moyen d'objets transitionnels témoins des jours heureux, ce film prône une forme de matérialisme positif (d'autant plus respectable qu'il s'incarne dans un livre) tranchant avec le discours crypto-religieux souvent véhiculé par le cinéma jeune public. Il rappelle, enfin, aux grands de chérir les vestiges de leur enfance.


Le Voyage de Lila

De Marcela Rincón González (Col) avec Jorge Herrera

De Marcela Rincón González (Col) avec Jorge Herrera

voir la fiche du film


Lila vit dans un livre pour enfants quand soudainement, elle disparaît de son univers de papier. La voilà plongée dans une incroyable aventure. Elle découvre que seul RAMON, un petit garçon qui, il y a quelques années, aimait lire le conte de LILA, peut la sauver. Mais Ramon n’est plus un petit garcon. Il ne lit plus de contes pour enfants et pire, il ne croit plus au monde du merveilleux. Comment le convaincre de venir à sa rescousse ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Je rêvais d’un autre monde…

Panorama ciné juin 2018 | Bientôt viendra le moment de vaquer à l’ombre, de se baquer dans l’onde… Rien de tel que l’approche de l'été pour souffler l’envie d’aller voir ailleurs ; rien de mieux qu’un film pour l’exaucer.

Vincent Raymond | Mardi 5 juin 2018

Je rêvais d’un autre monde…

L’ailleurs est un territoire de connaissance pour l’enfant, qui fait l’expérience permanente de la découverte — c’est de son âge, pourvu que ça lui reste ! Mais l’ailleurs a des saveurs différentes, selon son “quelque part“ de naissance, comme l’ont chanté Brassens et Le Forestier. Pour Vittoria, fillette sarde de 10 ans, il correspond à la vie dépenaillée d’Angelica, à mille lieues de l’existence modeste mais rangée dans laquelle Tina, sa mère, veut l’élever. Sauf qu’Angelica est sa génitrice biologique… Dans Ma fille (27 juin) Laura Bispuri place la petite Vittoria dans une situation de choix impossible — adoptant souvent son point de vue, le film aurait mérité de s’appeler Mes mères — et offre à Valeria Golino un nouveau rôle de mater dolorosa faisant d’elle l’incontournable Magnani contemporaine. L’image est belle, brûlée par le soleil et le sel, mais l’histoire, imprégnée d’alcool et d’odeurs de poissons, un peu téléphonée. Pour affronter la guerre civi

Continuer à lire