"Tel Aviv on Fire" : Soap qui peut !

Film du mois d'avril 2019 | Un apprenti scénariste palestinien peu imaginatif se fait dicter les rebondissements de la série politico-sentimentale sur laquelle il trime par un gradé israélien. Sameh Zorabi répond à l’absurdité ambiante par une comédie qui ne l’est pas moins… À hurler de réalisme et rire.

Vincent Raymond | Mardi 2 avril 2019

Trentenaire velléitaire, Salam vient de trouver un job sur la série de propagande Tel Aviv on fire que produit son oncle. Comme il réside à Jérusalem et que le tournage s'effectue à Ramallah, il doit chaque jour passer par un check-point dirigé par Assi, un officier israélien qui devient conseiller occulte de la série, avant de tenter d'en infléchir la direction…

Quand les larmes sont inopérantes et la colère inaudible, alors il reste l'humour. La dérision s'avère sans doute l'arme la plus efficace lorsqu'il s'agit d'aborder une situation politique verrouillée depuis des lustres, voire des siècles. À condition, évidemment de la manier avec intelligence et sans esprit partisan ; c'est-à-dire en pointant les comportements irréfléchis de chacun afin de renvoyer tous les protagonistes dos à dos plutôt que face à face, en les faisant rire ensemble de leurs travers mutuels et non les uns contre les autres — comme dans Les Aventures de Rabbi Jacob. Sameh Zoabi montre que la bêtise ne peut se prévaloir d'aucun passeport : elle adopte seulement des modulations différentes en fonction des caractères (orgueil, naïveté, vanité, jalousie etc.)

Rires en série

Au-delà de la (vaste) question politique, Tel Aviv on Fire se révèle une magnifique satire du monde de l'audiovisuel, et tout particulièrement des séries télé, ces contes à dormir debout pour adultes équivalant aux jeux du cirque d'antan : quelle que soit l'invraisemblance de leur trame narrative pétrie de rebondissements contradictoires, leur pouvoir émollient universel annihile la pensée critique du public. Si celui-ci est prêt à se passionner pour la plus débile des romances, il avalera sans barguigner la propagande subliminale qu'elle emballe. Mieux : il en redemandera.

Ces séries apparaissent pourtant comme des colosses aux pieds d'argiles, fragiles coproductions internationales financées de bric et de broc, à la merci du bon vouloir d'omnipotents « investisseurs » aussi décisionnaires qu'absents des plateaux. On ne peut s'empêcher de deviner une mise en abyme de la situation du cinéma palestinien, dépendant de fonds extra-territoriaux susceptibles de conditionner leur obole à quelque inflexion du récit. Scénariste n'est décidément pas un métier de tout repos.

Tel Aviv on Fire De Sameh Zoabi (Lux.-Fr.-Isr.-Bel., 1h37) avec Kais Nashif, Lubna Azabal, Maisa Abd Elhadi…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Adam" : Les délices de Casa

ECRANS | De Maryam Touzani (Mar.-Fr.-Bel., 1h33) avec Lubna Azabal, Nisrin Erradi, Douae Belkhaouda…

Vincent Raymond | Mardi 11 février 2020

Samia erre dans la Médina, en quête d’un travail. Mais sa situation de jeune femme enceinte seule lui ferme toute les portes. Jusqu’à ce qu’elle arrive chez Abla, veuve revêche qui l’héberge à contrecœur sur l’insistance de sa fille de 8 ans. Les talents de pâtissière de Samia feront le reste… Le chemin du cœur passe par l’estomac, dit la sagesse populaire, qui n’a certes jamais dû ouvrir un manuel d’anatomie. Tout aussi absurde semble l’assertion selon laquelle la gourmandise serait transmissible par le regard… Et pourtant ! Combien nombreux sont les films qui, exaltant les plaisirs du palais, suscitent d’irrépressibles réflexes de salivation pavloviens chez leurs spectateurs ! Adam appartient à cette succulente catégorie d’œuvres où l’art culinaire sert de méta-langage entre les individus, de truchement social et sentimental ainsi que de vecteur nostalgique. Comme dans Le Festin de Babette, La Saveur des ramen ou Les Délices de Tokyo, le miracle qui se produit en bouche redonne vie à des cœurs secs ; la sensualité de la dégustation et la complicité de la préparatio

Continuer à lire

"Sofia" : Lorsque l’enfant paraît

Drame | de Meryem Benm’Barek (Fr.-Qat., 1h20) avec Maha Alemi, Lubna Azabal, Faouzi Bensaïdi…

Vincent Raymond | Mercredi 5 septembre 2018

Casablanca, de nos jours. Sa famille s’apprêtant à conclure une belle transaction, Sofia se trouve mal. Conduite à l’hôpital par sa cousine, la jeune femme accouche, totalement sidérée. Mère non mariée, là voilà donc hors-la-loi ; Sofia dispose d’une journée pour présenter le père. Qui est-il ? N’eût-il abordé que la délicate question du déni de grossesse chez les adolescentes, ce premier long métrage sans apprêt, cru et réaliste aurait déjà mérité la vision. Mais il s’insère dans le contexte particulier de la société marocaine — un carcan où les relations sexuelles sont strictement circonscrites au mariage. Des règles férocement archaïques, modulables en fonction du niveau de revenus des contrevenants (et du montant des bakchichs qu’ils sont capables de verser aux forces de l’ordre). Ici, l’entourage de Sofia orchestre des magouilles d’arrière-boutique non pour préserver la jeune mère de la prison, mais pour sauvegarder l’honneur familial : un scandale risquant de compromettre la juteuse affaire en tractation. Cette vénalité assortie d’une marchandisation sans vergogne des femme

Continuer à lire

Goodbye Morocco

ECRANS | De Nadir Moknèche (Fr-Maroc, 1h40) avec Lubna Azabal, Rasha Bukvic…

Christophe Chabert | Lundi 11 février 2013

Goodbye Morocco

L’idée de départ est belle : emmener le cinéma du Maghreb vers les rivages, qu’il fréquente peu, du cinéma de genre et plus précisément du film noir. Il y a donc un cadavre qu’il faut faire disparaître, un adultère et même l’idée, attendue, de l’exil est rapportée à l’horizon d’un destin auquel on ne peut échapper. Classique mais plutôt bien filmé, Goodbye Morocco échoue pourtant dans son objectif, la faute à un scénario extrêmement mal construit, où les allers-retours temporels et la multiplication des enjeux (l’homosexualité du personnage de Grégory Gadebois, la grève des ouvriers sur le chantier, la découverte d’un ex voto par des conservateurs de musée) ne créent que de la confusion dans le récit. Le film est écrasé par cette écriture beaucoup trop visible, notamment quand il faut dénouer des intrigues — on rit quand un flic libère un des personnages simplement parce qu’il «est propriétaire d’un cinéma». Comme si Moknèche avait confondu gravité et complexité, se perdant lui-même dans son puzzle. Christophe Chabert

Continuer à lire