Ibeyi : « On en profite à fond »

Sono mondiale | Les jumelles Ibeyi - Lisa-Kaindé et Naomi, filles d’Anga Diaz, percussionniste du Buena Vista Social Club - ont connu un parcours fulgurant depuis la sortie de leur 1er Ep Oya en 2014. Après avoir parcouru la planète, travaillé avec Beyoncé et ouvert un défilé Chanel à Cuba, elles sont revenues avec un deuxième album Ash en 2017, très fort. Rencontre avant leur passage à Saint-Étienne fin novembre au Fil.

Nicolas Bros | Mercredi 31 octobre 2018

Ibeyi veut dire "jumelles" en langue yoruba mais il paraît que vous êtes opposées et que vous vous complétez ? Une calme, une plus agitée. Il paraît même que dans la composition de votre musique vous avez des rôles différents : Lisa-Kaindé davantage sur les mélodies et Naomi sur les rythmes...
Oui c'est ça, le yin et le yang, la mélodie et le rythme, la diplomate et la cash, la rêveuse et la fonceuse, la réfléchie et la spontanée... À deux, on fait une personne plutôt équilibrée. (rires)

Comment avez-vous composé votre album Ash ?
On a commencé à composer pendant la tournée du premier album qui a duré deux ans et qui nous a fait parcourir le monde, de l'Asie à l'Afrique, de l'Europe à l'Australie, de l'Amérique du Nord à l'Amérique du Sud. Notre producteur nous avait donné ce conseil précieux : « n'arrêtez jamais d'écrire des chansons ». Il en faut beaucoup pour faire un choix définitif.

On commence vers 10h et on termine vers 18h. On n'est pas comme ces groupes qui arrivent à 18h et enregistrent toute la nuit.

Combien de temps vous a-t-il été nécessaire pour le mettre en forme ?
On a la chance de travailler assez vite en studio. On a des textes et des mélodies, ce qu'on fait en studio ce sont les beats, les percussions, le piano, les voix, la recherche de samples et on mixe avec notre ingé son... Mis bout à bout, ça doit tourner autour de un mois et demi mais à vrai dire on ne sait pas, on a fait quelques poses entre les différentes séances d'enregistrement, pour avoir une oreille plus fraîche parce qu'à un moment, il faut prendre du recul quelques jours voire quelques semaines et y revenir. On commence vers 10h et on termine vers 18h. On n'est pas comme ces groupes qui arrivent à 18h et enregistrent toute la nuit.

Quelles étaient vos intentions avec cet album ?
Faire un album plus "up tempo" que le premier, un album que nous pourrions jouer tant dans les théâtres que dans les festivals et faire chanter les gens. En revanche, la tonalité générale de l'album on la découvre après avoir terminé d'enregistrer toutes les chansons, quand on fait le choix de celles qui restent et de celles qu'on va laisser au bord de la route. C'est difficile d'ailleurs de décider de se séparer des chansons que l'on aime mais qui finalement ne sont pas cohérentes avec le tout.

Pourriez-vous nous reparler de l'expérience que vous avez eue avec Beyoncé ? Vous avez reçu un mail de la part de son équipe et vous êtes parties la rejoindre directement aux USA, pensant que vous alliez simplement faire les choeurs ?
On ne savait pas du tout ce qu'on allait faire en la rejoignant. On savait juste qu'elle était à la Nouvelle-Orléans et qu'elle voulait nous inclure dans un projet. Aucun de ses invités sur ce tournage ne savait pourquoi il était convoqué d'ailleurs. C'est très fort de sa part parce que nous y sommes tous allés à l'aveuglette. C'était carrément la claque quand on a découvert qu'on ferait partie de Lemonade le film.

Comment vous avez rencontré Richard Russell, votre producteur, réputé pour être plutôt discret et ne signant que peu d'artistes...
Il a vu une vidéo de nous dans laquelle on chantait Mama Says lors d'un de nos premiers concerts. C'est carrément fou. Nous à Paris, lui a Londres, on avait 18 ans. Il a demandé a l'un de ses collaborateurs de venir nous voir en concert à Paris puis il nous a demandé de venir le rencontrer à Londres, dans son studio. Ça a été un coup de foudre artistique réciproque. La magie des rencontres peut transformer une vie !

Nous sommes conscientes de la chance inouïe que nous avons d'être sur une scène et de partager notre musique avec des gens du monde entier.

En quelques années, vous avez connu un parcours fulgurant... Arrivez-vous à profiter à chaque instant de cette chance ?
Nous sommes conscientes de la chance inouïe que nous avons d'être sur une scène et de partager notre musique avec des gens du monde entier. On en profite à fond, on adore rencontrer d'autres artistes, collaborer à des projets divers, être sur la route, sauf quand on est épuisées, ce qui arrive parfois quand on chante pendant des semaines sans pause.

Pour l'album Ash, vous avez pris un extrait d'un discours de Michelle Obama et un autre de l'auteur Claudia Rankine. Pourquoi avoir fait ces choix et a-t-il été compliqué d'obtenir les droits sur ces textes ?
On a lu le livre de poèmes de Claudia Rankine pendant l'enregistrement de l'album et il nous a beaucoup inspiré. Quant à Michelle Obama, c'est encore un petit miracle. On cherchait un discours de réponse à Trump quand il a dit que les femmes devaient être attrapées par la chatte. On est tombées sur celui de Michelle Obama et il nous a tout de suite émues. C'est grâce à notre ami JR, incroyable artiste, que nous avons eu accès à Michelle Obama et son équipe et que nous avons eu son autorisation pour l'utiliser dans la chanson No man is big enough for my arms. Une bonne étoile planait sur nos têtes.

Nous avons ouvert le défilé Chanel à La Havane avec des chants afro-cubains yorubas. C'était la rencontre de notre part française et de notre part cubaine.

Vous avez effectué une performance pour un défilé de Chanel à Cuba. Quel est votre rapport avec la mode ? Est-ce un art à part entière selon vous ?
La rencontre avec la maison Chanel a aussi marqué un moment important pour nous. Nous avons ouvert le défilé Chanel à La Havane avec des chants afro-cubains yorubas. C'était la rencontre de notre part française et de notre part cubaine. Une chance presque insolente. C'est grâce à Chanel que nous avons découvert le monde de la haute couture, les défilés somptueux, les mises en scène hallucinantes. La haute couture, c'est le mariage heureux de l'artisanat le plus raffiné et de l'art. La vision du styliste et la réalisation de cette vision, des heures de broderies, de tissages, de dentelles, de pliages...

Est-ce que la musique de Cuba a évolué depuis le "réchauffement" des relations internationales notamment avec les USA ?
Le "réchauffement" des relations internationales avec les USA a fait long feu. Depuis l'élection de Trump c'est plutôt glacial comme réchauffement. La musique évolue indépendamment des relations diplomatiques, heureusement !

Une dernière question : pouvez-vous laisser un petit message pour les Stéphanoises et Stéphanois afin de les inciter à venir vous voir sur scène ?
Si vous voulez chanter, remuer les hanches, voyager et vous sentir moins seul, venez nous voir, on vous attend !

Ibeyi, vendredi 30 novembre à 20h30 au Fil


Ibeyi + Niki Niki


Le FIL 20 boulevard Thiers Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Alan Menken : « Il fallait que je maintienne l’intégrité de mon bâtiment »

Aladdin | Compositeur historique des studios Disney, lauréat de huit Oscar — dont deux pour la version animée de Aladdin —, le toujours affable Alan Menken est venu converser (au piano) de son travail au long cours sur ses partitions…

Vincent Raymond | Mardi 21 mai 2019

Alan Menken : « Il fallait que je maintienne l’intégrité de mon bâtiment »

Quel a été votre processus d’écriture pour ce film ? S’agit-il d’une “réécriture” ? A.M : Tout d’abord, écrire la musique pour un film animé est différent pour un film en prises de vues réelles : il faut trouver des moments plus intenses et d’autres plus courts, des thèmes qui musicaux qui reviennent encore et encore… Au début d’Aladdin, j’ai été inspiré par des gens comme Fats Waller. Ensuite, pour la comédie musicale Aladdin — qui est sur scène depuis longtemps à Broadway mais n’a pas encore été jouée à Paris —, c’est encore très différent : j’ai dû écrire davantage de chansons et penser différemment… Et enfin, ça a évolué vers cette version en prises de vues réelles, qui a nécessité que je modifie la musique afin qu’elle colle mieux. Écrire trois fois une partition, je l’avais déjà fait pour La Belle et La Bête. La clef pour vraiment y parvenir, c’est de connaître le réalisateur, d’être sur sa même longueur d’onde que lui : ça m’aide à écrire la mus

Continuer à lire

"Aladdin" : Super calife agile !

Disney | De Guy Ritchie (É.-U., 2h09) avec Mena Massoud, Naomi Scott, Will Smith…

Vincent Raymond | Mardi 21 mai 2019

Se livrant à ses activités délictuelles dans la cité d’Agrabah, le jeune tire-laine Aladdin sauve de la princesse Jasmine qu’il prend pour une servante et en tombe amoureux. Grâce aux pouvoirs d’une lampe magique (et de son génie), il deviendra prince et sauvera le royaume du félon vizir… Même s’il se montre ici singulièrement calme — oubliez le surmontage rehaussé de ralentis et d’effets de variation de vitesse de défilement dont il est d’habitude si friand — le frénétique Guy Ritchie a d’emblée le mérite de remettre le minaret au centre du village, c’est-à-dire de renvoyer au cimetière du carton-pâte le pitre franchouillard piètre simulacre d’Aladdin en jouant la carte de la superproduction à l’ancienne, avec danseurs par milliers, éléphants et costumes chamarrés pour tout le monde. Bien sûr, il y a du numérique, mais il ne remplace pas les immenses plans d’ensemble où les chorégraphies prennent vie. Will Smith n’étonne guère dans la peau (bleue) du génie : sur le papier, il était évident qu’un showman de sa trempe glisserait aisément ses pieds dans les babouches de Robin Willi

Continuer à lire

"Voyage à Yoshino" : Juliette Binoche et graine de mystère

ECRANS | de Naomi Kawase (Jap.-Fr., 1h49) avec Juliette Binoche, Masatoshi Nagase, Takanori Iwata…

Vincent Raymond | Mercredi 28 novembre 2018

Vingt ans après une mystérieuse épreuve intime, Jeanne est de retour dans la forêt de Yoshino en quête d’une plante médicinale très rare aux vertus universelles, Vision. Hébergée par Tomo un forestier taciturne, elle apprend à lire les signes annoncés par une vieille aveugle un peu mage… Naomi Kawase aime le vent, les forêts, la nature, les cérémonials prandiaux, les mourants et les morts. Un joyeux programme qu’elle recombine à l’envi et avec une frénésie enviable, et des succès inégaux. Ce Voyage… fait penser à Un beau soleil intérieur de Claire Denis ou à Sils Maria d’Assayas : des prétextes à filmer Juliette Binoche — qui le mérite et parvient à elle seule, par la grâce de sa personne à justifier ou à porter un film à l’intrigue ténue. Cette quête semi-ésotérique de la plante miracle, bercée par la poésie relaxante de longs plans contemplatifs du vent balançant les arbres et appuyée par des calculs de nombres premiers ou les apparitions spectrales d’êtres aimés, se trouve bizarrement désaxée par de

Continuer à lire

Jumelles

MUSIQUES | Filles d’Anga Diaz, percussionniste du Buena Vista Social Club, Lisa-Kaindé et Naomi se sont taillées en quatre années à peine une solide renommée avec Ibeyi, (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 septembre 2018

Jumelles

Filles d’Anga Diaz, percussionniste du Buena Vista Social Club, Lisa-Kaindé et Naomi se sont taillées en quatre années à peine une solide renommée avec Ibeyi, leur duo-phénomène. Après un EP annonciateur du raz-de-marée, les frangines ont sorti deux albums studios en trois ans, multipliant les tournées à travers la planète. Sur fond de culture yoruba, elles mitonnent un savant cocktail de soul, de hip hop et de R&B, dans un habillage ambiant plutôt classieux. Ibeyi, vendredi 30 novembre à 20h30, le Fil

Continuer à lire

Ibeyi à Saint-Etienne en novembre

MUSIQUES | Les jumelles d'Ibeyi viendront défendre leur deuxième album "Ash" sur la scène du Fil le 30 novembre prochain. Révélé par le titre River en 2014, (...)

Nicolas Bros | Lundi 4 juin 2018

Ibeyi à Saint-Etienne en novembre

Les jumelles d'Ibeyi viendront défendre leur deuxième album "Ash" sur la scène du Fil le 30 novembre prochain. Révélé par le titre River en 2014, le duo n'arrête plus de séduire à travers le monde : participation à un défilé Chanel, au film Lemonade de Beyoncé... Lisa-Kaindé et Naomi Díaz sont incontournables. Un concert dont les places devraient s'arracher rapidement. Ibeyi, vendredi 31 novembre à 20h30 au Fil

Continuer à lire

"Vers la lumière" : Paroles, paroles

ECRANS | Dans la queue de la comète des films de Cannes 2017 (avec In the Fade de Fatih Akin, la semaine prochaine), ce conte de Naomi Kawase est un objet (...)

Vincent Raymond | Mercredi 10 janvier 2018

Dans la queue de la comète des films de Cannes 2017 (avec In the Fade de Fatih Akin, la semaine prochaine), ce conte de Naomi Kawase est un objet discret, où elle explore une fois encore la question de la perte et de la résilience. On y suit la rencontre entre Misako, audio-descriptrice pour le cinéma et Masaya, photographe rogue ayant perdu la vue, à l’occasion de projections tests d’un film. Deux êtres malheureux, en quête d’absolu et d’épure, dont les solitudes, peu à peu, finiront par s’accorder… Kawase perd en maniérisme ce qu’elle gagne en sentimentalité. Qu’importe l’origine de cet assouplissement de l’âme, puisqu’il bénéficie au public. Au-delà de la bluette amoureuse, ce film s’expose à un terrible paradoxe, puisqu’il a recours à de splendides compositions et lumières pour évoquer la compensation de la cécité par la parole. Par ailleurs, il se révèle particulièrement bavard, ce qui risque de limiter la possibilité de lui offrir une audio-description efficace. Vers la lumière s’adresse donc peu à ceux dont il parle,

Continuer à lire

La Foire sur des rythmes cubains

Foire internationale de Saint-Étienne | Du 22 septembre au 2 octobre se tiendra la 69e édition de la Foire internationale de Saint-Étienne. Comme chaque année, une thématique fait office de fil (...)

Nicolas Bros | Jeudi 21 septembre 2017

La Foire sur des rythmes cubains

Du 22 septembre au 2 octobre se tiendra la 69e édition de la Foire internationale de Saint-Étienne. Comme chaque année, une thématique fait office de fil rouge de l'événement qui accueille de nombreux exposants dans divers domaines (habitat, salon de l'automobile, artisanat, collectivités, bien-être et beauté, espace coiffure...). Cette année, c'est du côté de l'Amérique Centrale et en partie des Grandes Antilles que le regard et l'attention des Stéphanoises et Stéphanois sont invités à se tourner. En effet, l'île de Cuba, située au coeur de la mer des Caraïbes, est à l'honneur avec notamment l'exposition Viva Cuba. Retraçant l'histoire et la vie des habitants de la seconde île la plus peuplée des Caraïbes, cette exposition propose de découvrir divers espaces : ancienne douane, maison traditionnelle cubaine, place du village et son église, reconstitutions d'une fabrique de cigares, quelques anciennes voitures des années 50, une épicerie, "coin cocktails" autour du mojito et de la salsa... Plusieurs animations autour de l'exposition sont prévues comme des concerts de "son cubano" avec Soniando, Hacenoba Salsa, le collectif Alajé et le chanteur Gustavo Charon Vinent, ...

Continuer à lire

Édouard Baer : “Je rêvais de constituer une troupe de cinéma”

Rencontre | On se l’imagine souriant, légèrement décoiffé, la main fouillant la poche droite de sa veste à la recherche d’un hypothétique briquet ou d’un trousseau de clefs fantôme. Et c’est ainsi qu’il apparaît, affable, érudit et charmeur. Tel qu’en lui-même, et en Luigi, son lui-autre…

Vincent Raymond | Mardi 3 janvier 2017

Édouard Baer : “Je rêvais de constituer une troupe de cinéma”

Quelle est la distance entre votre personnage, Luigi, et vous-même ? Elle est totale parce que j’ai vraiment écrit un personnage de fiction à partir de choses que je connais ou que j’ai vécues ; à partir de gens que j’ai croisés, comme Jean-François Bizot [NDLR le créateur d’Actuel et de Nova] que j’admirais ou certains producteurs de cinéma. J’ai mélangé des sentiments, des peurs et des envies… Luigi, c’est moi, très exagéré, en bien et en mal : il est beaucoup plus enthousiasmant, plus courageux et, j’espère, plus sombre, plus menteur et manipulateur. Si on se croit suffisant pour être un personnage de cinéma, il faut aller voir un psy ! Même les grands maîtres de l’ego-cinéma comme Woody Allen — qui, dans la vraie vie, fait de la boxe — s’inventent un personnage de fiction. Que vous a apporté Benoît Graffin, votre co-scénariste, dans l’écriture d’un film en apparence aussi personnel ? Il a été une sorte d’accoucheur pour ce road movie que je ne voulait pas linéaire, ni plat. J’avais lu ses scénarios pour Pierre Salvadori (Hors de Prix, De vrais mensonges…) ou Anne Fontaine (La Fi

Continuer à lire

While we’re young

ECRANS | Après Frances Ha, Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant Solness le constructeur d’Ibsen en fable grinçante et néanmoins morale où des Bobos quadras se prennent de passion pour un couple de jeunes hipsters. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 22 juillet 2015

While we’re young

Quarante ans, toujours pas parents ; Josh et Cornelia — couple inattendu mais crédible formé par Ben Stiller et Naomi Watts — sont en pleine crise. Tandis que leurs amis BoBos new-yorkais s’assurent une descendance, eux semblent frappés de stérilité. Celle-ci n’est pas seulement sexuelle, elle est aussi créative, en particulier pour Josh, en galère pour terminer un documentaire fleuve qui, manifestement, n’intéresse que lui. Jusqu’au jour où ils rencontrent Jamie et Darby — Adam Driver et Amanda Seyfried, prototypes de hipsters ayant fait de la bohème une règle de vie. À leur contact, Josh et Cornelia trouvent une seconde jeunesse, revigorés par ce couple qui semble vivre dans un présent perpétuel. Noah Baumbach se livre alors à une comédie de mœurs contemporaine, même s’il s’inspire très librement d’une pièce vieille d’un siècle — Solness le constructeur d’Ibsen. Le ton y est mordant et le monde actuel en prend pour son grade : tandis que Josh se débat avec son portable, ses CD et son appartement design, Jamie ne jure que par les vinyles, les VHS et le mobilier vintage. La jeunesse s’empare des objets ringards de ses aînés et les rends hype et désirables, y c

Continuer à lire

Diana

ECRANS | D’Oliver Hirschbiegel (Ang-Fr-Belg, 1h47) avec Naomi Watts, Naveen Andrews…

Christophe Chabert | Mardi 1 octobre 2013

Diana

Il y a une belle idée au début de cette bio filmée de Lady Di, prise entre la fin de son mariage avec le Prince Charles et l’accident au Pont de l’Alma : faire du personnage une femme blessée dans son orgueil, tentant vainement d’endosser un rôle auquel elle ne croit plus. Ce qui trouble ici, c’est que Naomi Watts semble s’engager dans une relecture du personnage qui l’a révélé, la Becky / Diane de Mulholland drive. Le sourire publicitaire qui se transforme en rictus amer et la princesse répétant son show devant son miroir, la dépression et le playback : Diana est, dans son introduction, comme une remise à l’endroit du film de Lynch. Mais ce n’était qu’un leurre : le film s’enfonce ensuite dans un médiocre soap opera romançant l’histoire d’amour impossible entre Diana et le chirurgien Hasnath Kahn. Le dialogue baigne dans la pire eau de rose, la mise en scène ne possède aucun relief et la figuration est d’un rare amateurisme — tout le film a ainsi un côté cheap et télévisuel. Surtout, Hirschbiegel, qui passe sans transition de la chute d’Hitler à la love story de Lady Di, n’a rien à dire sur le personnage ; son film pourrait être un mé

Continuer à lire