Le bonheur est dans le pré

Niko Rodamel | Mardi 2 juillet 2019

Photo : Bad Fat © DR


Avec une programmation tous azimuts sur deux jours et un esprit festif sans chichis, la Tawa reste LE festival franchement barré du début d'été. Nous avons repéré pour vous deux formations qui, à elles seules, valent le détour... Bad Fat est un brass band qui dépote, puisant son énergie du côté des marching bands de la Nouvelle-Orléans, mais dont les influences sont multiples puisqu'il passe au shaker jazz, hip hop, rap, reggae et rock. Jay Ree et Napoleon Maddox se livrent sans relâche une joute verbale que la puissance des cuivres et des percus décuple brillamment... Avec Zackarose (qui n'est pas en zucre, bien au contraire), on décolle pour une toute autre planète. Avec sa guitare et ses machines infernales, le musicien lyonnais ne cesse de faire évoluer son univers musical fait de blues, d'électro, de dub et de trip-hop. Les synthétiseurs lâchent des sons aux textures très inspirées et des beats plutôt addictifs. Repéré en 2017 par le Sziget Festival, Zackarose a depuis sorti quelques pétites dont l'excellent EP The fall.

La Tawa, vendredi 5 et samedi 6 juillet, stade de Planfoy


Picon Mon Amour + Les Mécanos + N'en jetez plus ! + Piccolo Mobile Disco + La Micro Cie - En Chantier + Zackarose

Chansons, cirque, théâtre
Stade de Planfoy Centre-ville Planfoy
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


The Summer Rebellion + MPL + Bad Fat feat. Napoleon Maddox + Gypsy Sound System Orkestra

Blues rock, chanson moderne, brass band hip hop, Electro gypsy
Stade de Planfoy Centre-ville Planfoy
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des Oreilles affûtées

Festival chanson | Depuis 1991, le festival Les Oreilles en Pointe fait vibrer dans la vallée de l'Ondaine - mais pas seulement - les sonorités francophones d'où qu'elles viennent. L'édition 2019 du festival se recentre sur cinq soirées hautes en couleurs !

Nicolas Bros | Lundi 24 juin 2019

Des Oreilles affûtées

Il en existe de nombreux festivals destinés à la chanson en France. Parmi ceux-là, Les Oreilles en Pointe possèdent une saveur un peu particulière. Est-ce sa configuration étendue sur la vallée de l'Ondaine et au-delà ? Serait-ce à cause des choix artistiques orientés chanson francophone très large – notamment vers des régions souvent peu mises en valeur dans l'Hexagone telles que l'Acadie... ? Difficile à dire mais toujours est-il que le festival existe désormais depuis 1991 et donne chaque année à écouter des découvertes et des valeurs sûres s'enchaînant dans un mois de novembre où la tendance va plutôt au confinement à domicile... Miossec, Barcella mais aussi les premières nations du Grand Nord Canadien Comme chaque année, le festival propose sa liste de jolis noms et de têtes d'affiches. Cette année, citons le retour du Breton Christophe Miossec (qui a sorti son onzième album studio en 2018 intitulé Les Rescapés), le poète sautillant Barcella et l'éternel Renan Luce. Au rayon des découvertes, Alexandre Castillon (lauréat du tremplin des Polysons de Montbrison en 2018) et la "folkeuse" suissesse Meimuna devraient régaler les spectateurs.

Continuer à lire

À la cool

La Tawa (Loire) | Sur les hauteurs de Planfoy, l'équipe de la Tawa propose pour la huitième année un des festivals les plus décontractés de l'été ligérien en mode pieds nus dans la verdure, avec pour autant une programmation musicale qui tient la route. Cette année, en tête d'affiche, le groupe Zenzile.

Niko Rodamel | Mardi 3 juillet 2018

À la cool

La Tawa c'est sympa. C'est le festival cool par excellence, à seulement quelques encablures de la cité stéphanoise, sur l'herbe grasse du stade municipal, sans prise de tête, familial un peu, estudiantin beaucoup, musiques et bonne tambouille pour un prix franchement modique. La programmation se veut éclectique, il y en a vraiment pour toutes les oreilles, on vient quand on veut, on peut même apprendre à jongler et pourquoi pas camper sur place. Nous remarquerons cette année le puissant afro-latin core du combo colombo-lyonnais Pixvae (le 6 juillet), ou le décapant et très cuivré electro-brass du groupe Le Bonk (le 7). Nous retrouverons aussi avec plaisir le Brass Band des Po'Boys, le collectif qui monte qui monte qui monte, complètement boosté depuis son séjour en immersion à La Nouvelle-Orleans (trois déambulations le 7). Atmosphérique Autre rendez-vous à ne pas manquer, le concert de Zenzile (le 6) : le groupe angevin tourne actuellement avec un nouveau projet, Elements, où la musique et l'image ne font qu'un au service d'un show poignant qui parle au bide, tantôt planant, tantôt dansant, entre électro dub unlimited et dark pop rock, quelque

Continuer à lire

Tous au stade

La Tawa (Loire) | Rendez-vous estudiantin de début juillet, la Tawa à Planfoy est devenue le festoche à ne pas rater pour commencer dans une "good vibe" l’un des mois les (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 juillet 2017

Tous au stade

Rendez-vous estudiantin de début juillet, la Tawa à Planfoy est devenue le festoche à ne pas rater pour commencer dans une "good vibe" l’un des mois les plus chauds de l’année. Et pour sa septième édition, le festival n’a que faire de l’âge de raison ! Après le trail à saute mouton organisé le 1er juillet par l’asso PIF (Plans et Idées Foireux), se succéderont pendant deux jours, sur l’herbe et sur scène, une bonne douzaine de groupes entre musique et arts du cirque. À découvrir notamment les Toulousains de l’Anakronic Electro Orkestra et son electro klezmer hip-hop, les Bourguignons de l’Impérial Kikiristan ou encore la bien nommée chorale féminine et féministe, le Vulvet Underground (il fallait oser, bravo les filles !)… Dans la famille "dreadlocks", une des belles découvertes de la Tawa sera sans doute The Sunvizors qui décline un bon vieux reggae roots sous des influences soul et trip hop toujours bien senties. L’originalité et la force du groupe doit beaucoup à la présence de la chanteuse dont la voix profonde présente un timbre très particulier. Comme souvent dans le reggae, les lyrics balaient les thèmes de l’amour, de l’unité ou encore du respect dans la diver

Continuer à lire

Alors on transe

Sono mondiale | La Tawa propose une grosse soirée festive dans l’ancienne gare du Clapier, devenue en quelques mois le nouveau lieu incontournable de la scène stéphanoise. (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 mai 2017

Alors on transe

La Tawa propose une grosse soirée festive dans l’ancienne gare du Clapier, devenue en quelques mois le nouveau lieu incontournable de la scène stéphanoise. En plus de deux groupes qui valent aussi le détour (Ceux qui marchent debout + Yeah Men Selekta), Radio Tutti et ses Barilla Sisters mèneront la danse dans une ambiance sans frontières qui promet d’être survoltée. Radio Tutti est un collectif de musiciens issus de diverses formations régionales, lesquels se retrouvent ici pour jouer une musique fraternelle et métissée qui s’inspire des bals du sud de l’Italie, embarquant le spectateur dans une transe franchement compulsive. On retrouve une magnifique doublette de chanteuses-instrumentistes, Pauline Rivière (chant, tambourin, ukulélé) et Judith Chomel (chant, accordéon), qu’accompagnent des musicos de haute volée qui tous jouent aussi des percussions : Pierre-Alexis Lavergne (claviers, guitares, mandoline), Xavier Savin (basse), Franck Boyron (trombone) et Baptiste Sarat (trompette)… Eh bien : dansez maintenant ! Radio Tutti feat. Barilla Siste

Continuer à lire

Engagée

MUSIQUES | Avec ses chansons qui, en huit langues, constitue un voyage sensible au cœur de la pluralité culturelle camerounaise, la belle Kareyce Fotso viendra défendre les couleurs de son dernier album, Mokte, dans le cadre singulier de l’église de Planfoy.

Niko Rodamel | Lundi 7 novembre 2016

Engagée

Surnommé "l’Afrique en miniature" en raison de sa diversité géographique, humaine et culturelle, le Cameroun compte plus de trois cents groupes ethniques et dialectes différents. En ce sens, Kareyce Fotso est une digne représentante de ce pays d’Afrique centrale : née au sein d'une famille bamiléké, elle sera élevée par une famille béti, tribu descendant des bantous. Depuis ses débuts, la chanteuse façonne ses chansons avec les cultures qui l'ont nourrie, signant des textes qui interpellent entre gravité et ironie, toujours empreints d’une émotion sincère. Dans la plus pure tradition, Kareyce accompagne sa voix intense d’une guitare, d'une sanza, d'un tambour de bois ou de sonailles, mais son modernisme donne finalement à entendre un folk-blues africain très personnel. Après Mulato (2009) et Kwegne (2010), les douze titres de Mokte, majoritairement enregistrés au studio Moto Records de Yaoundé, font mouche et marquent dans l’évolution de Kareyce Fotso une certaine maturité artistique. Just believe Artiste engagée, la musicienne est aussi une femme en colère, notamment contre le tribalisme qui sclérose la société africa

Continuer à lire

Six fois plus la Tawa

MUSIQUES | Pour sa sixième édition, le festival La Tawa à Planfoy s'étoffe avec pour la première fois deux soirs de concerts. Une deuxième soirée annoncée et donc une (...)

Nicolas Bros | Jeudi 19 mai 2016

Six fois plus la Tawa

Pour sa sixième édition, le festival La Tawa à Planfoy s'étoffe avec pour la première fois deux soirs de concerts. Une deuxième soirée annoncée et donc une programmation élargie avec notamment la venue des Parisiens ska-punkisants de Los Tres Puntos, l'électro-balkanique fiévreuse du Slivo Electric Klub ou encore le folk blues des Savoyards de Jack and The Giant Bean. De nombreux groupes locaux sont également prévus dans cette programmation "bon enfant" (Odlatsa, Devil Joe & The Backdoormen, ...). NB La Tawa #6, les 1er et 2 juillet 2016 à Planfoy

Continuer à lire

La Tawa est en toi

MUSIQUES | Il emprunte peut-être son nom au premier album live du groupe Zebda, mais d’ailleurs peu importe, désormais la Tawa est avant tout un bien sympathique (...)

Niko Rodamel | Mardi 30 juin 2015

La Tawa est en toi

Il emprunte peut-être son nom au premier album live du groupe Zebda, mais d’ailleurs peu importe, désormais la Tawa est avant tout un bien sympathique festival qui a fait tranquillement sa place en l’espace de cinq ans auprès du public étudiant, mais pas que. La particularité de la Tawa est d’être un festival gratuit et totalement décomplexé, avec une philosophie sans prise de tête : « Les amis, la musique, la bonne bière (NDLR : à boire avec modération blabla...), l'air frais de Planfoy, c'est ça la Tawa ! » Deux jours de musiques et d’animations, deux jours à la cool sur l’herbe grasse du stade communal, avec des navettes qui relient la festival à la place Bellevue jusqu’à tard dans la nuit. Côté programmation, nous retiendrons l’excellent King Porter Stomp, un groupe de huit musiciens anglais qui livre avec une énergie folle un cocktail explosif de ska, dub, funk et hip-hop débridés. Fanfares, contes, danses et numéros de cirque viendront ponctuer les deux jours de fête. « Le festival survit grâce à votre faim et votre soif, si vous voulez qu’il reste gratuit, venez vous rassasier au snack et trinquer à la buvette ! » C’est ça aussi, la Tawa ! Niko Rodamel

Continuer à lire