À la croisée des roots

Niko Rodamel | Mercredi 5 février 2020

Photo : Diarra Jah © DRAkylisso © DR


Une fois n'est pas coutume dans le club pélussinois, la moiteur du blues laissera place à la chaleur sèche de l'afro-reggae-roots de Akylisso. Cinq musiciens qui, entre Afrique et Caraïbes, associent autour du chanteur Diarra Jah les instruments traditionnels (balafon, djembé, kora) aux musiques actuelles, dans un métissage plutôt efficace.

Akylisso, vendredi 6 mars à 20h30, Hall Blues Club de Pélussin


Akylisso


Hall Blues Club Rue de la Tour - Virieu Pélussin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Il faut que tu respires

Festival théâtre | Œuvre hors norme qui tend vers la performance, Oxygène d’Yvan Viripaev traduit l’angoisse d’un monde contemporain qui accumule les épisodes troublants, (...)

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

Il faut que tu respires

Œuvre hors norme qui tend vers la performance, Oxygène d’Yvan Viripaev traduit l’angoisse d’un monde contemporain qui accumule les épisodes troublants, violents et noirs, dont la répétition régulière nous serre la gorge… Jusqu’à l’étouffement. Tout démarre par un presque banal fait divers : un homme tue sa femme par amour, et puis, il danse. Mais la petite histoire passionnelle et immorale racontée par les deux protagonistes, va peu à peu se faire oublier, pour glisser vers la Grande. Peut-on justifier un meurtre au nom du manque d’oxygène ? Quid alors des conflits politiques et religieux de ce début de 21e siècle ? En s’emparant de ce texte, la compagnie Poumon Gauche propose du théâtre en musique, comme un pont entre les hommes. Oxygène, du 21 au 27 août 2021, relâche le 24, à Pélussin. Dans le cadre des Bravos de la Nuit

Continuer à lire

Bloody hell

Blues/soul | Après un concert remarqué au Château du Rozier le mois dernier à Feurs, Jessie Lee et ses quatre alchimistes seront de nouveau en terres ligériennes pour mettre (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 décembre 2019

Bloody hell

Après un concert remarqué au Château du Rozier le mois dernier à Feurs, Jessie Lee et ses quatre alchimistes seront de nouveau en terres ligériennes pour mettre le feu au temple pélussinois du blues. Après une première formule, en duo, née en 2011 de la rencontre entre la chanteuse et le guitariste Alexis Didier, il faudra attendre quelques années pour que le groupe prenne enfin sa forme définitive. Laurent Cokelaere (basse), Julien Audigier (batterie) et Laurian Daire (claviers) rejoignent alors le binôme originel pour fonder un solide combo et développer sa propre identité. Exit les reprises, les compositions originales constitueront dorénavant l’essentiel d’un répertoire qui va résonner aux six coins de l’hexagone. En 2018 sort un premier EP, éponyme. Jessie Lee & The Alchemists y grave pour l’éternité son puissant cocktail (tendance molotov) de blues, de soul et de rock : onze titres plutôt couillus et une superbe couverture sur laquelle la chevelure rougeoyante de la belle Jessie envahit tout l’espace. Jessie Lee & The Alchemists, vendredi 13 décembre à 20h30, Hall Blues Club à Pélussin

Continuer à lire

On applaudit ? Non, on dit bravo !

Les Bravos de la Nuit | Comme chaque année à la fin du mois d’août, Pélussin accueillera le festival Les Bravos de la Nuit, dédié à la création théâtrale. Mais pas que…

Cerise Rochet | Mardi 2 juillet 2019

On applaudit ? Non, on dit bravo !

Six soirées, une vingtaine de représentations, des spectacles jeune public et grand public, de la musique, du théâtre, des contes, un bal et même du cinéma... Pour cette 32e édition, les Bravos de la Nuit semblent tout décidés à gâter leurs spectateurs ! Conçu comme un lieu de création et de rencontres, le festival pélussinois accueillera de nouveau tout ce petit monde dans des lieux souvent atypiques, afin de favoriser les échanges et la fête. Spectacles engagés Tous les soirs du 24 au 30 août (excepté le 27, soir de relâche) le théâtre émergent sera ainsi mis à l’honneur dans la petite ville du Pilat. On notera notamment la présence de la compagnie Mange et Tais-Toi, et son Profit sur Ordonnance, qui aborde la question du système médical vu comme incontrôlé et dangereux, au sein duquel l’argent tire bien souvent la bourre au fameux serment d’Hippocrate. Une audacieuse comédie grinçante, voire, une fiction d’anticipation complètement flippante. En avant la musique Autre pièce, autre thème, autre ambiance. Avec L’Histoire de la fille d’une mère qui devient la mère d’une fille qui ne sera pas mère (quelle ba

Continuer à lire

La Ruda, The Melvins et Talawine, concerts annulés

Mauvaises nouvelles | Ce sont successivement trois dates qui viennent d'être annulées. Tout d'abord deux concerts devant se dérouler au Fil à Saint-Étienne : La Ruda le 19 juin et (...)

Nicolas Bros | Vendredi 7 juin 2019

La Ruda, The Melvins et Talawine, concerts annulés

Ce sont successivement trois dates qui viennent d'être annulées. Tout d'abord deux concerts devant se dérouler au Fil à Saint-Étienne : La Ruda le 19 juin et The Melvins le 7 juillet (les billets peuvent être remboursés auprès des points de vente). Ensuite au hall Blues Club où le groupe Talawine devait se produire ce soir, vendredi 7 juin.

Continuer à lire

Swingmen

Jazz | Entre swing US des années 30, guinguette frenchy des années 40 et sonorités tziganes de l'Europe de l'Est, le quartet ligérien Rue Des Deux Amis fait honneur à (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 juin 2019

Swingmen

Entre swing US des années 30, guinguette frenchy des années 40 et sonorités tziganes de l'Europe de l'Est, le quartet ligérien Rue Des Deux Amis fait honneur à l'esprit du grand Django Reinhardt autant qu'au répertoire du jazz américain. Des musiciens-équilibristes qui servent brillamment une musique de haute volée. Rue Des Deux Amis, mercredi 19 juin à 20h30, Hall Blues Club de Pélussin

Continuer à lire

Matous

Blues | Révélation du moment sur la scène blues hexagonale, Little Mouse & The Hungry Cats (une étonnante chanteuse et un combo de quatre (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Matous

Révélation du moment sur la scène blues hexagonale, Little Mouse & The Hungry Cats (une étonnante chanteuse et un combo de quatre musicos inspirés) créent la surprise avec un répertoire rafraîchissant qui secoue les vieux clichés du genre. Little Mouse & The Hungry Cats, vendredi 17 mai à 20h30, Hall Blues Club de Pélussin

Continuer à lire

Quand le désert avance

Blues | Ezza entend bien incarner la nouvelle musique touareg : sans pour autant trahir ses racines, le trio livre un très groovy blues du désert mâtiné de rock, (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 mars 2019

Quand le désert avance

Ezza entend bien incarner la nouvelle musique touareg : sans pour autant trahir ses racines, le trio livre un très groovy blues du désert mâtiné de rock, avec des textes engagés qui évoquent notamment le Niger, pays d'origine du chanteur Omar Adam. Ezza, dimanche 17 mars à 16h, Hall Blues Club de Pélussin

Continuer à lire

Rien que du bon

Blues | Depuis le milieu des années soixante-dix, le bien nommé Jack Bon ne cesse de défendre bec et ongles sa raison de vivre : un blues-rock sans concession. (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Rien que du bon

Depuis le milieu des années soixante-dix, le bien nommé Jack Bon ne cesse de défendre bec et ongles sa raison de vivre : un blues-rock sans concession. Le chanteur-guitatiste, ex-leader du mythique Ganafoul, est encore debout, aujourd’hui en trio, avec toujours cette même énergie. Oh yeah ! Jack Bon Trio, jeudi 7 mars à 20h30 au Hall Blues Club de Pélussin

Continuer à lire

Buenos Air(e)s de blues

MUSIQUES | Ils débarquent pour un concert unique. Federico Verteramo (guitare et voix), Jorge Costales (harmonica et voix), Christian Morana (basse) et Germán (...)

Niko Rodamel | Mercredi 2 mai 2018

Buenos Air(e)s de blues

Ils débarquent pour un concert unique. Federico Verteramo (guitare et voix), Jorge Costales (harmonica et voix), Christian Morana (basse) et Germán Pedraza (batterie) : quatre excellents musiciens argentins au service d’un blues bien senti. Federico Verteramo, mardi 22 mai à 20h30 au Hall Blues Band de Pélussin

Continuer à lire

Travelling

Jazz | Il y a comme ça des musiciens locaux dont on aime suivre le parcours au fil des années et des formations dans lesquelles ils font leurs armes, pour voir (...)

Niko Rodamel | Mardi 28 novembre 2017

Travelling

Il y a comme ça des musiciens locaux dont on aime suivre le parcours au fil des années et des formations dans lesquelles ils font leurs armes, pour voir éclore leur style propre et s’affirmer leur sensibilité musicale. Le pianiste Camille Mouton est de ceux-là. Nous l’avions découvert au sein du quintet No Logic, apprécié dans le Honey Jungle Trio et aperçu parmi la horde tonitruante du Big Band de Saint-Étienne. Avec le ASAP Quartet, Camille s’est entouré de brillants sidemen régionaux pour donner corps à ses compositions personnelles dans lesquelles se dévoilent des paysages changeants, au gré d’un long travelling empli d’émotions sincères. On retrouve ici Vincent Périer au saxophone, Thomas Belin à la contrebasse et Francis Decroix à la batterie. Mouton s’inscrit dans les pas des pianistes actuels qui ouvrent le jazz sur une bienfaitrice modernité, tels que Aaron Parks, Brad Melhdau ou Yaron Herman. ASAP Quartet sera pour la première fois sur la scène du Hall Blues Club, le 22 décembre à Pélussin.

Continuer à lire

King of the boogie

Expo blues | Du côté de Pélussin, la programmation du Hall Blues Club ne faiblit pas d’un iota, les concerts hebdomadaires s’enchaînent sans se ressembler et c’est une (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

King of the boogie

Du côté de Pélussin, la programmation du Hall Blues Club ne faiblit pas d’un iota, les concerts hebdomadaires s’enchaînent sans se ressembler et c’est une chance pour ceux qui crèchent de ce côté-là du Pilat… Afin de commémorer le centenaire de la naissance de l’irremplaçable John Lee Hooker, l'équipe du HBC propose une exposition collective jusqu’au 20 octobre dans la salle de La Passerelle. Né en 1917 dans l’État du Mississipi, le guitariste-chanteur laisse derrière lui une discographie colossale avec un style unique et authentique qui a marqué de son empreinte l’Histoire du blues comme du rock. Livres, CD et vinyles, DVD, affiches, photographies ou cartes postales accompagneront les toiles de Jean-Claude Legros et Daniel Barthélémy. Le premier s’est fait de la représentation de musiciens afro-américains (et plus particulièrement des bluesmen) une vraie spécialité. Le second, diplômé des beaux-arts de Valenciennes et de Paris, entretient une dualité inspiratrice qui le place entre abstraction et art figuratif. Expo collective John Lee Hooker, jusqu'au 20 octobre, au Hall Blues Club de Pélussin

Continuer à lire

Un joyeux Capharnaüm

Les Bravos de la Nuit (Loire) | Les Bravos de la Nuit cassent la baraque – et l’ordre établi - pour son trentième anniversaire. En mettant un coup de projecteur sur des compagnies (...)

Houda El Boudrari | Mardi 4 juillet 2017

Un joyeux Capharnaüm

Les Bravos de la Nuit cassent la baraque – et l’ordre établi - pour son trentième anniversaire. En mettant un coup de projecteur sur des compagnies innovantes qui réinventent les formes artistiques et jouent avec les codes du théâtre urbain. C’est le cas de KompleXKapharnaüM, une équipe artistique qui réunit les talents de vidéastes, musiciens, techniciens, écrivains, performers, plasticiens, concepteurs, constructeurs… Avec sa création L’immobile, la compagnie nous offre une pièce à la croisée de la performance, de la poésie sonore et de la réalisation radiophonique. Dans un récit "slamé", l’acteur et auteur Stéphane Bonnard fige sa vie pour « s’extirper d’un monde, d’un ordre et de structures suffocantes et mortifères dont il ne guérira plus ni la folie ni la bêtise ». Les fidèles du festival de théâtre contemporain de Pélussin pourront aussi découvrir le résultat de l’année de résidence de la compagnie Sens Inverse qui s’est penchée sur le thème de la migration dans le Pilat Rhodanien. L’auteur (toujours Stéphane Bonnard) a superposé les récits des habitants de la région aux multiples migrations des papillons qui traversent le corridor du Pilat en

Continuer à lire

Lady blues

Blues | Forte d’un très bel album sorti l’an passé, Road of blue memories, la guitariste et chanteuse Sophie Malbec est de retour au Hall Blues Club de Pélussin pour un concert qui s’annonce magnétique.

Niko Rodamel | Mercredi 7 juin 2017

Lady blues

Riche d’un parcours semé de belles rencontres musicales sur les chemins du blues, Sophie Malbec fait aujourd’hui partie des blueswomen qui ont le vent en poupe, avec un phrasé bien à elle, une patte reconnaissable dès les premières mesures et, sur scène, une classe malicieuse. Sophie rencontre le blues vers l’âge de dix-sept ans, comme une évidence. Après l’apprentissage de la guitare et du répertoire des plus grands bluesmen, la Clermontoise fera ses débuts sur scène en 1999 au sein du trio Electric Lady Band avec lequel elle remporte dès l’année suivante l’encourageant tremplin Nouveaux Talents du Blues à Paris, à l'unanimité du jury. L’artiste apprend le métier sur la route, de bars en clubs en passant bien sûr par les plus grands festivals du genre, parfois en one-woman-band (s'accompagnant de sa guitare, d'une grosse caisse et d'une cymbale charleston), mais aussi en duo, en trio ou avec des formations plus étoffées. On the road Encouragée par Pierrick Arnaud (de Innacity Prod à Saint-Étienne) ainsi que par le songwriter texan Neal Black, Sophie coproduisait en 2016 son premier LP avec Ti and Bo (Turning Image and Blues Organisation) et l’appu

Continuer à lire

Quand le Pilat se pose des questions sur ses "migrants"

SCENES | Pour sa 29ème édition, le festival de théâtre contemporain de Pélussin se saisit tout aussi bien des grands sujets d’actualité que des petites anecdotes du quotidien en propulsant de jeunes compagnies prometteuses. A boire et à manger mais surtout à réfléchir !

Houda El Boudrari | Mardi 5 juillet 2016

Quand le Pilat se pose des questions sur ses

Bientôt trente ans que le mois d’août vibre, pendant une semaine, au rythme de la passion du théâtre du charmant village de Pélussin. Les Bravos de la Nuit se renouvelle cette année en accueillant la compagnie Sens Inverse pour une résidence d’un an sur la migration dans le Pilat Rhodanien. A l’heure où la peur du migrant cristallise le mal-être de nos sociétés contemporaines, le village de Pélussin choisit de porter un autre regard sur ces mouvements d’exode et de transhumance qui ont toujours traversé l’humanité d’ici et d’ailleurs. « Nous sommes tous à un moment en migration. Les enfants partent pour leurs études, reviennent ou non. Nous arrivons pour un travail, pour notre retraite ou, au contraire, c’est le moment de partir. Nous voyageons par nécessité, par hasard ou au gré d’une rencontre. Nous venons de Saint-Étienne, de Lyon, ou de plus loin, voire encore plus loin ! ». Dialoguer avec la mort Questionnement, réflexion, remise en question…mais pas que ! Les amateurs de légèreté et de douce poésie estivale auront tout intérêt à faire le déplacement à Pélussin. Comme chaque année, le festival donne la part belle aux contes qui ravis

Continuer à lire

Quand la nuit tombe, les applaudissements retentissent

SCENES | Le rendez-vous est fixé depuis près de 30 ans maintenant. Chaque été, Les Bravos de la Nuit s’ouvrent à tous les publics en prenant place dans le joli village de Pélussin. Sous les projecteurs : les jeunes créateurs d’ici et d’ailleurs. Florence Barnola

Florence Barnola | Mercredi 1 juillet 2015

Quand la nuit tombe, les applaudissements retentissent

Les organisateurs des Bravos de la Nuit l’annoncent, cette 28ème édition sera audacieuse, courageuse, pleine de pugnacité, poétique et résolument optimiste. « Parce qu’il nous semble essentiel de sortir du fait divers, de nous retrouver autour de paroles incarnées, de paroles réfléchies, humaines, qui ont du sens et de la profondeur. Parce qu’il est important de prendre le temps, de se parler ou de ne rien dire, de trouver des moments hors de notre système effréné… » Pélussin est le lieu idéal pour un tel festival. Au charme bucolique d’un village de caractère se mêle l’extraordinaire soif de culture de ses habitants. Il y a presque 30 ans des Pélussinois, amoureux fous de théâtre, ont créé ce festival avec leurs propres deniers prêtant leur garage ou leur jardin, hébergeant les comédiens, « réquisitionnant » un restaurant pour en faire la cantine des artistes… Aujourd’hui Les Bravos de la Nuit sont devenus une institution dans les monts du Pilat. Durant une semaine au mois d’août, les rues de Pélussin s’animent du lever du jour à la nuit tombée, avec lectures, contes (moments clefs du festival), pièces théâtrales et chorégraphiques et musique. Le cœur de ce festival re

Continuer à lire

Back in Pélussin

MUSIQUES | Après un concert très apprécié en avril 2014, les voilà de nouveau au Hall Blues Club. Alain Giroux (guitare) et Jean-marc Hénaux (harmonica) jouent et chantent (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 février 2015

Back in Pélussin

Après un concert très apprécié en avril 2014, les voilà de nouveau au Hall Blues Club. Alain Giroux (guitare) et Jean-marc Hénaux (harmonica) jouent et chantent ensemble depuis trois ans, confortablement installés dans un genre quelque peu confidentiel : le blues acoustique. Vu leur différence d’âge, le premier pourrait tout à fait être le père du second. Sur scène le binôme fait preuve d’une complicité qui ne peut que servir leur musique et renforcer leur proximité avec le public. Giroux a débuté dans les années 70 aux côtés de Bill Deraime et Jean-Jacques Milteau, ayant digéré le jeu des maîtres du genre comme Blind Lemon Jefferson, John Lee Hooker ou Robert Johnson. Hénaux a passé son adolescence à écouter Sonny Boy Williamson et Little Walter avant de découvrir Rod Piazza et Nico Wayne Toussaint. Depuis 2012, le duo est en perpétuelle évolution : si leurs débuts étaient complètement imprégnés de chicago blues, l’arrivée de leurs premières compositions leur a fait prendre un virage blues-rock. Aujourd’hui, le répertoire des deux compères est un mélange ragtime-blues-vintage de tout cela, entre compositions personnelles et standards, avec même quelques titres empruntés à la so

Continuer à lire