Dyptik : rencontre et complémentarité

SCENES | La rencontre de la France et du Mali, deux pays, deux cultures, deux mondes distincts. Cela conduit Souhail Marchiche & Mehdi Meghari à poursuivre la réflexion entamée avec «En Quête» sur le thème du déracinement, premier volet du diptyque, et à aboutir tout naturellement avec «Dyptik» au deuxième plan : le problème de l’identité

Laurie Bizien | Jeudi 13 février 2014

Photo : Dyptik


Le jeu de mots entre «Dyptik», aussi titre éponyme de la compagnie, et diptyque (œuvre de peinture ou de sculpture composée de deux panneaux dont les sujets se regardent et se complètent) éclaire d'emblée le thème du spectacle. Qui sommes-nous ? Qu'est-ce qui nous définit aux yeux du monde, à nos propres yeux, qui fait qu'on est reconnu pour ce qu'on est ? La notion d'identité est au croisement de la sociologie et de la psychologie mais elle intéresse aussi la biologie, la philosophie et la géographie. Elle soulève des problèmes complexes, touche des points sensibles qui peuvent déclencher des réactions très vives comme les attaques virulentes qu'a connues Alain Finkielkraut, à propos de son livre L'identité malheureuse, à qui l'on reproche de vouloir promouvoir une seule identité, l'identité française.

France et Mali face à face

Quatre danseurs maliens de la compagnie Dogmen G et quatre danseurs français : deux filles recrutées grâce à des auditions et deux garçons de la compagnie Dyptik se rencontrent, s'observent. Les Stéphanois découvrent le regard que portent les danseurs maliens sur le hip-hop et la danse, l'humilité des Maliens, leur maturité dans la danse. Ils sont dans l'écoute et encore dans l'essence de la danse. Alors qu'en France on se spécialise, on colle des étiquettes hip-hop, breakers, au Mali, la danse est abordée dans sa globalité. Dès lors, comment apprivoiser les différences pour mieux se comprendre ? Comment, avec nos identités différentes, construire une identité artistique ? «Ebranlés par nos différences, on s'est aussi découvert des points communs : des racines ailleurs que le pays où l'on vit, des similitudes dans nos parcours de danseurs professionnels, notre façon d'aborder la création...». A partir de là, le dialogue, l'échange s'instaurent. A travers le mouvement qui se fluidifie jusqu'à ce que les gestes de l'un prolongent ceux de l'autre, la dualité des approches s'estompe pour céder la place à une identité artistique commune qui repose sur le fait que la danse, comme la musique, est un langage universel qui se joue des différences. En prolongement d'En Quête, la compagnie Dyptik propose ici une quête identitaire et prépare, parallèlement, un projet d'envergure avec sa troisième participation au défilé de la Biennale de la danse : elle n'a pas fini de faire parler d'elle !

Dyptik, au Centre culturel de La Ricamarie, les 27 et 28 février 20h30


Dyptik

Cie Dyptik (ex Melting Force)
Centre culturel de la Ricamarie Salle Louis Daquin - Avenue Maurice Thorez La Ricamarie
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un festival à pi-choré

Danse | Reporté pour cause de Covid, le festival Trax #7 aura finalement lieu en cette rentrée, dans différents lieux de Saint-Etienne. Ouverture au plus grand (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

Un festival à pi-choré

Reporté pour cause de Covid, le festival Trax #7 aura finalement lieu en cette rentrée, dans différents lieux de Saint-Etienne. Ouverture au plus grand nombre, soutien à la création émergente : cette année comme les précédentes, l’événement portera haut ses valeurs à travers différents temps forts dédiés à la danse contemporaine. Parmi eux, 2 spectacles de la compagnie stéphanoise Dyptik, un spectacle de la compagnie Racines Carrées, mais aussi un plateau partagé entre la compagnie Diving Leaf et Yohann Hebi Daher, un concours de création chorégraphique, et un masterclass. Festival Trax par la compagnie Dyptik, du 28 septembre au 2 octobre au stade Peyrard, à l’Usine, à la Comète, dans les studios Dyptik et au Parc Couriot à Saint-Etienne. Spectacles en plein-air gratuits.

Continuer à lire

Heureux élus

SCENES | Le hip-hop stéphanois est mis à l'honneur par la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques). Les auteurs-chorégraphes et fondateurs de la (...)

Antoine Desvoivre | Mardi 18 juin 2019

Heureux élus

Le hip-hop stéphanois est mis à l'honneur par la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques). Les auteurs-chorégraphes et fondateurs de la compagnie Dyptik, Souhail Marchiche et Mehdi Meghari, ont été sélectionnés, ce lundi 17 juin 2019, dans la catégorie "Nouveau talent, chorégraphie". Une jolie récompense pour les deux artistes stéphanois qui se sont rencontrés et ont appris la danse dans le même quartier.

Continuer à lire

Émergence de nouveaux talents

Festival danse hip hop | Reconnu aujourd'hui au niveau national, le festival Trax dédié à la danse hip-hop revient pour une 6e édition particulièrement riche et variée dont l'unité se fait autour du thème de l'émergence.

Monique Bonnefond | Jeudi 2 mai 2019

Émergence de nouveaux talents

Fidèle à sa volonté de fédérer le plus grand nombre autour de la danse, le festival Trax, très attendu par le public, travaille sans cesse à des sujets forts de société. Cette année encore, il donne l'occasion de découvrir la jeune création, de mettre en lumière des chorégraphes prometteurs et engagés, dans des lieux avec lesquels il entretient des liens privilégiés comme la Maison de l'Université (le 28 mai), le centre culturel de La Ricamarie (le 24 mai), le Fil (1er juin). Donner la parole aux sans voix, la liberté à tous ceux que des entraves aliènent, est présent dans le festival Trax, à travers le pouvoir émancipateur du hip-hop. Nido-le nid- est une création franco-colombienne de la compagnie Hylel où la danse et les mots, français et espagnols, racontent des moments de vie dans un quartier populaire. Après avoir lu l'Enfer de Dante, Santiago, de la compagnie Phorm, nous invite, à la suite d'une relecture contemporaine de la divine Comédie, à traverser un enfer constitué d'un monde composé d'écrans et de flux d'informations, un lieu de non droit, terrain de jeu du voyeurisme, de l'exhibitionnisme et de l'isolement qui, sous des apparences libératrices, peut const

Continuer à lire

Offrez-vous un break

Festival danse hip-hop | Saint-Étienne est devenue au fil du temps une ville avec une belle place sur la carte hexagonale de danse hip-hop. La preuve avec la Compagnie (...)

Nicolas Bros | Mercredi 2 mai 2018

Offrez-vous un break

Saint-Étienne est devenue au fil du temps une ville avec une belle place sur la carte hexagonale de danse hip-hop. La preuve avec la Compagnie Dyptik qui propose un incontournable festival chaque année : Trax. Pour sa cinquième mouture, l'événement poursuit son travail sur le territoire stéphanois entre promotion de talents locaux émergents – notamment à travers le concours de création chorégraphique Trajectoires - et invitations de danseurs à l'expérience plus importante. Cette année, parmi les onze jours de programmation, nous retiendrons la mise en place de deux cartes blanches aux Ateliers Morse : une à Saïdo Lehlouh et une autre à Nacim Battou. Le premier a fondé en 2015 la Compagnie parisienne Black Sheep aux côtés de Johanna Faye et propose une danse hip-hop laissant la part belle au silence, à la sensualité et à l'introspection. Il présentera entre autres la pièce Wild Cat, dans laquelle il tente de revisiter le bboying à sa manière. Nacim Battou, quant à lui, devrait proposer Paradoxal Wild, un solo qui installe une scénographie numérique immersive. Son premier travail d'écriture personnel. À noter également une première semaine de festival en

Continuer à lire

La réussite au bout de l'engrenage

Danse | Le renom de Dyptik est attesté par le statut d'artiste associé de la Maison de la danse. Sa création Dans l'Engrenage, dont le nom évoque l'image de (...)

Monique Bonnefond | Lundi 8 janvier 2018

La réussite au bout de l'engrenage

Le renom de Dyptik est attesté par le statut d'artiste associé de la Maison de la danse. Sa création Dans l'Engrenage, dont le nom évoque l'image de Charlot coincé dans la machine qui l'a happé, décortique avec une précision métronomique dans le geste, révolte et conformisme. Dans l'Engrenage par la Cie Dyptik, les 17, 18 et 19 janvier à 20h à l'Opéra de Saint-Étienne et le 26 janvier à Roanne

Continuer à lire

Le hip-hop à trois temps

SCENES | Avis à la population ! Que vous soyez accro au hip-hop, fana de danse contemporaine ou que vous ayez simplement soif de découverte, la compagnie Sans (...)

Niko Rodamel | Mardi 22 mars 2016

Le hip-hop à trois temps

Avis à la population ! Que vous soyez accro au hip-hop, fana de danse contemporaine ou que vous ayez simplement soif de découverte, la compagnie Sans Lettres vous a concocté une soirée partagée assez exceptionnelle au cours de laquelle seront donnés trois spectacles de danse (pour le prix d’un) et ce, deux soirs de suite ! L’occasion de découvrir trois programmes plutôt complémentaires qui font le preuve qu’en matière de danse, Saint-Etienne est assurément un vivier créatif, notamment du côté des formes actuelles du genre. Le dernier qui s’en souvienne avait été créé lors de la seconde édition du festival Trax en juin 2015 (voir l’article http://www.petit-bulletin.fr/saint-etienne/theatre-danse-article-51307-Peril+en+la+memoire.html) : un solo pour danseuse (Fanny Sage), imaginé par le musicien Patrick De Oliveira et l’éclairagiste-vidéaste Richard Gratas, une chorégraphie avec dispositif vidéo qui évoque le souvenir d’une femme s’effaçant inéluctablement dans la mémoire d’un homme, entre nostalgie et lâcher-prise… Cette(7)voi

Continuer à lire

Péril en la mémoire

SCENES | Rencontre avec Patrick De Oliveira et Richard Gratas à propos du spectacle de danse "Le dernier qui s’en souvienne", créé pour la seconde édition du festival Trax. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 5 mai 2015

Péril en la mémoire

La compagnie de danse Dyptik donnait naissance l’an passé au festival Trax, dont la seconde édition se déroulera en différents lieux de la cité stéphanoise du 1er au 7 juin 2015. Véritable passeurs d’une culture Hip-Hop ouverte et curieuse, généreusement encouragés par la mise à disposition toute récente de nouveaux locaux sur la colline de la Cotonne, les fondateurs Souhail Marchiche et Mehdi Meghari continuent à bâtir des passerelles entre pratiques amateurs et professionnelles à travers divers projets d’actions culturelles et autres événements. Au programme de Trax saison 2 : street show, battles, masterclass, projections, le concours de show Dyptik contest et le prix Trajectoires qui permettra à la compagnie ayant remporté le grand concours chorégraphique de bénéficier d’un soutien précieux à la création et à la production, avec à la clé trois semaines de résidence ainsi qu’une programmation dans deux festivals. Des créations fraîches Trax c’est aussi l’occasion de découvrir à Saint-Étienne des créations toutes fraîches parmi lesquelles Le dernier qui s’en souvienne, un spectacle «maison» imaginé par Patrick De Oliveira et R

Continuer à lire

Au cœur de Dyptik

SCENES | La compagnie de danse Hip-Hop stéphanoise Dyptik a inauguré mi-mars ses nouveaux studios au coeur du quartier de La Cotonne (11, rue René Cassin). Dirigée par (...)

Nicolas Bros | Lundi 23 mars 2015

Au cœur de Dyptik

La compagnie de danse Hip-Hop stéphanoise Dyptik a inauguré mi-mars ses nouveaux studios au coeur du quartier de La Cotonne (11, rue René Cassin). Dirigée par Souhail Marchiche et Mehdi Meghari, la structure dispose désormais de 500 m² destinés à la création, la formation et l'accompagnement des danseurs dans leur progression, des plus jeunes (cf. photo) aux plus expérimentés. Outre les bureaux de la compagnie, on retrouve deux studios, un espace de détente et de préparation physique. La compagnie, qui a eu maintes fois l'occasion de quitter le territoire stéphanois, a préféré demeurer dans la région, tout en développant depuis l'année dernière le premier festival de danse Hip-Hop stéphanois : Trax dans divers lieux de représentations à travers la ville. La seconde édition se déroulera du 1er au 7 juin 2015 et sera notamment l'occasion de découvrir entre autres Dissidence, nouveau projet participatif de la compagnie.

Continuer à lire

Danser pour exister

SCENES | La compagnie Dyptik qui apporte son énergie dansée faite de brio et de vitalité élargit encore la palette de ses performances avec la création du festival Trax en référence au hip-hop. Cette première édition qui propose une programmation éclectique et se terminera en beauté par un impressionnant défilé qui rassemblera plus de trois cents participants, en préambule au défilé de la biennale de la danse : Va, Vis et Danse. Monique Bonnefond

Monique Bonnefond | Mercredi 4 juin 2014

Danser pour exister

La dynamique compagnie Dyptik fondée par Souhail Marchiche et Mehdi Meghari s’est déjà illustrée, notamment avec le spectacle En Quête et plus récemment avec Dyptik. Ne pouvant s’arrêter en si bon chemin, la compagnie a donné naissance à un festival dédié à la danse hip-hop. Le nouveau-né s’appelle Trax proposera de très nombreuses manifestations comprenant des masterclass, des battles, des ateliers, une soirée danse et vidéo, des créations uniques, un solo... On retrouvera notamment avec plaisir les danseurs maliens de la compagnie Dogmen G, dont l’humilité et l’approche différente ont apporté un sang neuf à la danse hip-hop. Où l’on reparle de construction identitaire… Coup de projecteur sur la fusion de deux créations uniques de la compagnie 2 Temps 3 Mouvements présentées au festival d’Avignon et réadaptées pour un lieu mythique cher au cœur des stéphanois (voire plus) : la Salle des Pendus du Musée de la Mine. Prêt à penser montre un tableau saisissant qui pousse très loin le questionnement sur l’identité construite à partir

Continuer à lire