Pierre Cartonnet : le physique du contre-emploi

SCENES | Il y a dix ans, Pierre Cartonnet enfreignait les lois du cirque avec Aurélien Bory. Cette semaine, il donne la réplique à Béatrice Dalle dans l'éclaboussant "Lucrèce Borgia" de David Bobée à l'Opéra de de Saint-Étienne. Portrait d'un comédien qui a tant de cordes à son arc qu'il pourrait en jouer comme d'une harpe. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 19 janvier 2016

Photo : © DR


Mâchoire carrée (limite cubique), musculature de modèle anatomique, pupilles qui paraissent insoumises aux facteurs de dilatation : Pierre Cartonnet dégage la même sévérité juvénile que les vicieuses petites frappes de Dog Pound. Reste qu'il ne survivrait sans doute pas plus de quelques jours dans un établissement pénitentiaire tel que celui dépeint par le film de Kim Chapiron. Car sous les signes extérieurs de virilité bat le cœur d'un grand sensible. Un cliché ? Certes, mais un cliché flou, le gaillard se mouvant à toute vitesse et dans nombre de directions à la fois.

Délit de belle gueule

Il fallait le voir, au sortir du tremplin 2014 du festival de l'Espace Gerson à Lyon, admiratif du talent de concurrents qu'il venait pourtant de mettre à l'amende – avec une variation joliment lunaire sur le sketch de l'humoriste foireux – et accueillant les compliments comme on reçoit des remontrances. Sans doute un vieux réflexe : «J'ai eu une adolescence difficile. J'étais en échec scolaire dès la fin du collège et je cherchais une échappatoire. Je pratiquais déjà le cirque en loisir. J'ai appris qu'il existait des formations professionnalisantes et j'ai tenté l'aventure. C'est un concours de circonstances qui m'a amené là où je suis».

Né à Orléans en 1981, Pierre Cartonnet intègre ainsi l'École Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois à dix-huit ans et, à raison de cinq heures d'entraînement quotidien, se spécialise dans le mât chinois. Insuffisant pour être admissible au Centre National des Arts du Cirque, mais assez convaincant pour intégrer la Cie 111 d'Aurélien Bory. Entre l'homme qui aborde le nouveau cirque comme du «théâtre physique» et celui qui se définira plus tard comme un «acteur physique», le courant passe si bien qu'ils travailleront ensemble à quatre reprises, notamment sur Plan B en 2003, chef-d'œuvre de ludisme pluridisciplinaire et premier succès international de Bory.

D'autres vies que la sienne

Débute en parallèle la deuxième vie de Pierre Cartonnet : «La prouesse physique et la performance technique ont leur limite. J'avais envie d'exprimer ma sensibilité autrement que par le mouvement». Comme une revanche non préméditée, il rejoint la même année l'École Professionnelle Supérieure d'Art Dramatique à Lille... et n'y reste qu'un an, la faute à ses engagements acrobatiques. Mais le bien est fait : il développe un jeu d'une intensité quasi doloriste, basé sur le sens de l'engagement et le goût du risque hérités de ses débuts aériens.

L'année 2008 sera décisive dans la poursuite de son idéal : bouleversé par une représentation de Cannibales, il écrit au metteur en scène de ce récit à rebours et artificiel (au sens premier du terme) de l'immolation d'un couple, David Bobée, une déclaration d'admiration. Dès lors, les deux hommes ne se quitteront plus, Cartonnet mettant au service de la quête de spectacle total de son idole son insatiable curiosité et son endurance hors-normes, Bobée assouvissant en échange les envies de répertoire et de dramaturgie de son fan – il tiendra notamment en 2010 le rôle-titre d'un Hamlet chirurgical et (déjà) lacustre. Une collaboration qui a culminé cet été avec la création au pied du château de Grignan de Lucrèce Borgia, relecture vigoureuse et plastique du classique hugolien dans laquelle sa rage intérieure jaillit telle l'eau qui recouvre la scène sous ses chutes et glissades – et submerge le reste de la distribution. Ce pourrait être un aboutissement.

Pour Cartonnet, ce fut un rush d'adrénaline comme un autre. Comme le café-théâtre donc, auquel il s'essaye pour le moment en dilettante et néanmoins avec succès – à Gerson, il a décroché le prix des programmateurs – depuis trois ans. Comme la danse contemporaine – lors de la dernière Biennale de la danse de Lyon, il a livré une violente Bataille pour Pierre Rigal. Ou comme le cinéma, son prochain «désir de jeu». «J'assume mon ouverture et le risque de dispersion qui va avec. J'essaye de ne pas bouder les opportunités qui s'offrent à moi, de m'en servir pour accumuler une expérience, une confiance et une ouverture d'esprit qui me permettront d'être meilleur sur le projet suivant». On prenait Pierre Cartonnet pour un esprit ardent dans un corps musclé. Il est en fait un esprit sain dans un corps sain.

Hommes au bain

A Xavier Dolan, notre critique cinéma reproche de faire primer «l'idée visuelle sur l'histoire à raconter, comme si l'acte de filmer était plus important que ce qui est filmé». Lucrèce Borgia partage ce travers, David Bobée y semblant, à force de multiplier les contre-jours signifiants, les subterfuges jeunistes (gants de free fight, pas de hip-hop, bande son électrique jouée live) et les allusions grossièrement homo-érotiques, plus préoccupé par le rendu des photos de plateau que par la puissance narrative de son matériau. Pourtant, les deux heures de cette romance incestueuse au cœur d'une Venise empestant la félonie – et dont David Bobée conjure la poisseuse majesté avec seulement quelques pontons amovible – filent à toute allure, propulsées par la bonne volonté et l'énergie de son casting d'athlètes (Pierre Cartonnet en tête donc), la présence maléfique de Dalle – qui ressemble à s'y méprendre à Ursula, l'affreuse femme-méduse de La Petite Sirène de Disney – et les facéties calculatrices d'un Jérôme Bidaux irréprochable en Gubetta, l'âme damnée de l'ogresse. On en ressort autant agacé qu'impressionné.

Lucrèce Borgia
À l'Opéra de Saint-Étienne du mardi 19 au jeudi 21 janvier à 20h


Lucrèce Borgia

Txt V. Hugo, ms. David Bobée, av. Béatrice Dalle, Pierre Cartonnet, ...
Opéra de Saint-Etienne Jardin des Plantes Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une vie de reine

Règne | 3 moments de vie, pour 14 tableaux, qui mettent en scène le destin de la dernière et plus célèbre reine de France. De son arrivée à la cour à 14 ans, à l’échafaud qui (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

Une vie de reine

3 moments de vie, pour 14 tableaux, qui mettent en scène le destin de la dernière et plus célèbre reine de France. De son arrivée à la cour à 14 ans, à l’échafaud qui l’attend après la prise de la Bastille et l’envahissement de Versailles, Marie-Antoinette revit sous la houlette de Thierry Malandain et du ballet de Biarritz, toute en finesse, en toilettes et en éventails. S’appuyant sur trois symphonies de Haydn, appelées Le Matin, Le Midi et Le Soir, le chorégraphe révèle la joie de vivre, la frivolité, l’insouciance mais aussi le désespoir d’une femme délaissée par un mari peu aimant. Marie Antoinette, le 18 novembre à l’Opéra de Saint-Etienne

Continuer à lire

Tutus et Tubas

Tchaïkovsky | Les grands ballets de Tchaïkovski, trop souvent associés à une rhétorique musicale ou chorégraphique un brin surannée, font l'objet d'un « ravalement (...)

Alain Koenig | Mardi 7 septembre 2021

Tutus et Tubas

Les grands ballets de Tchaïkovski, trop souvent associés à une rhétorique musicale ou chorégraphique un brin surannée, font l'objet d'un « ravalement complet » à l'Opéra de Saint-Étienne. Casse-Noisette, tout d'abord, dont la version « revisitée » par Duke Ellington et le Big Band du Conservatoire, entrera en compétition avec la version symphonique de la célèbre suite. Enfin, Le Lac des Cygnes, littéralement « réincarné» par le chorégraphe le plus génial de notre époque, Angelin Preljocaj. Un éblouissement. Pas de deux, par l'Orchestre Symphonique de Saint-Etienne-Loire et The Nutcracker par le Big Band du Conservatoire Massenet, le 30 novembre à 20h à l'Opéra de Saint-Etienne ; Le Lac des Cygnes de Piotr-Ilyitch Tchaïkovsky, chorégraphie de Angelin Preljocaj, le 5 février à 20h à l' Opéra de Saint-Etienne,

Continuer à lire

"Lux Æterna" : Demande à la lumière !

ECRANS | ★★★★☆ De Gaspar Noé (Fr., 0h50) avec Béatrice Dalle, Charlotte Gainsbourg, Felix Maritaud… Sortie le 23 septembre 2020

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Sur le plateau du film sur la sorcellerie qu’elle dirige, Béatrice Dalle échange confessions et souvenirs avec Charlotte Gainsbourg jusqu’à ce que le tournage reprenne. Déclenchant chaos et douleurs… En à peine une heure, Noé livre un concentré magique de ce qui fait l’essence d’un tournage (et qui, en définitive, n’est pas si loin du sentiment amoureux) : l’euphorie, la complicité, la duplicité, la trahison, le rire, l’angoisse, la perversité, la manipulation, l’imprévu, le profit, l’incompréhension… Bref, un catalogue de passions humaines comprimées dans un climax et s’achevant littéralement sur une petite mort oculaire, un insoutenable orgasme de poésie écarlate stroboscopique à déconseiller absolument aux épileptiques photosensibles. Clairement placé sous le patronage artistique de devanciers qu’il prénomme au lieu de les nommer (Dreyer, Godard, Fassbinder…), scandé d’images d’Häxan, vrai-faux film schizoïde en split-screen, auto-making-off, règlement de compte avec les caprices des uns, l’orgueil des autres, les parasites de tout poil (sollicitateur

Continuer à lire

Toute la Bobée du monde

Théâtre | Peer Gynt a la vingtaine, Peer Gynt est roublard, Peer Gynt est menteur, Peer Gynt fanfaronne. Peer Gynt est un sale gosse qui obtient la promesse de (...)

Cerise Rochet | Mercredi 31 octobre 2018

Toute la Bobée du monde

Peer Gynt a la vingtaine, Peer Gynt est roublard, Peer Gynt est menteur, Peer Gynt fanfaronne. Peer Gynt est un sale gosse qui obtient la promesse de la main d’une fille, mais préfère en enlever une autre avant de la violer et de l’abandonner. Peer Gynt est un égoïste, qui fuit son village à la recherche d’un idéal oisif. Vagabond dévoré par l’orgueil et l’ambition, cet anti-héros défie le monde mais rate tout ce qu’il entreprend. Dans cette farce à la fois douce et amère, on assiste à la chute puis à la rédemption d’un homme, en quête de lui-même. En version David Bobée, Peer Gynt dure près de quatre heures et son protagoniste éponyme, campé par un Radouan Leflahi lumineux, vogue d’univers en univers, de celui des trolls à celui des traders de "La City", en passant par le désert ou un asile d’aliénés. Bobée révèle le potentiel poétique de cette pièce d’Ibsen, en même temps qu’il nous renvoie à l’égoïsme des hommes et à la vanité de notre monde. Des scènes-symboles pour une pièce-miroir. Peer Gynt, du 28 au 30 novembre à La Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

David Reiland en Lorraine

MUSIQUES | Alors qu'il entame sa troisième saison en tant que Premier Chef invité à l'Opéra de Saint-Etienne, le Belge David Reiland succédera à Jacques Mercier à la (...)

Nicolas Bros | Lundi 2 octobre 2017

David Reiland en Lorraine

Alors qu'il entame sa troisième saison en tant que Premier Chef invité à l'Opéra de Saint-Etienne, le Belge David Reiland succédera à Jacques Mercier à la rentrée 2018 pour diriger l'ONL (Orchestre national de Lorraine). Après avoir dirigé l’Orchestre de chambre du Luxembourg de 2013 à 2017, être le chef associé de l’Orchestra of the Age of Enlightenment à Londres, cette nouvelle aventure est le prolongement de ses collaborations avec l'orchestre du nord-est de la France puisqu'il avait déjà été invité à diriger l’Orchestre national de Lorraine cn 2013, 2015 et 2017.

Continuer à lire

A bout de "brass"

MUSIQUES | L'hôtel Mercure reprend en octobre, sa formule des dîners-concerts. Vous pourrez littéralement "astiquer les cuivres" de votre orchestre préféré : l'OSSEL, (...)

Alain Koenig | Mardi 3 octobre 2017

A bout de

L'hôtel Mercure reprend en octobre, sa formule des dîners-concerts. Vous pourrez littéralement "astiquer les cuivres" de votre orchestre préféré : l'OSSEL, bien sûr ! Didier Martin, Jérôme Princé, Thierry Gaillard, Nicolas Vazquez et Joël Castaingts, seront vos compagnons, dans un wagon-restaurant très "cuivré".

Continuer à lire

Sunny weather

Jazz vocal | Artiste charismatique et chanteuse virtuose, Youn Sun Nah ouvrira la trente-neuvième édition du Rhino Jazz(s) festival au Grand (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Sunny weather

Artiste charismatique et chanteuse virtuose, Youn Sun Nah ouvrira la trente-neuvième édition du Rhino Jazz(s) festival au Grand Théâtre Massenet de l’Opéra de Saint-Étienne, écrin à la mesure de son talent. Sud-coréenne de naissance mais parisienne d’adoption depuis plus de vingt ans, la diva publie presque chaque année un nouvel album depuis 2001. Sorti en 2010, Same Girl (sur lequel figure le remarquable guitariste Ulf Wakenius avec qui la mezzo-soprano se produira plus tard en duo) fut sans doute celui qui installa la belle Asiatique au rang de référence incontournable du jazz actuel. Avec son tout nouvel opus, She moves on, la chanteuse apporte sa touche jazzy et si singulièrement groovy à des titres pop-folk américains empruntés aux song-writers Joni Mitchell, Paul Simon ou Lou Reed, que viennent embrasser de nouvelles compositions emplies d’une poésie délicatement intimiste. Youn Sun Nah sera accompagnée par un quarté gagnant de pointures new-yorkaises : Jamie Saft aux claviers, Brad Jones à la contrebasse, Clifton Hyde aux guitares et Ben Perowsky à la batterie. Un nouveau répertoire pour lequel la chanteuse semble une fois de plus se réinventer. Que d

Continuer à lire

Messe du couronnement

Panorama Classique Lyrique 17/18 | Bouleversant, envoûtant, éblouissant pour certains, grandiloquent et bruyant pour ses détracteurs, le Requiem de la dernière époque du grand Verdi ne laisse (...)

Alain Koenig | Mardi 5 septembre 2017

Messe du couronnement

Bouleversant, envoûtant, éblouissant pour certains, grandiloquent et bruyant pour ses détracteurs, le Requiem de la dernière époque du grand Verdi ne laisse personne indifférent, embrasant tous les superlatifs. La postérité de l'oeuvre, écrite en mémoire de son grand ami Manzoni, a porté au Parnasse ce chef d’œuvre absolu de la musique. D'un lyrisme épique, à couper le souffle, il s'agit assurément là du plus bel opéra, oups, pardon, ouvrage sacré, du maestro. Qu'importe ! Requiem de Verdi, du 8 au 12 décembre à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

Emmanuelle, toujours plus belle

Classique | Direction artistique de plusieurs festivals, sortie d'un nouveau CD, l'ambassadrice du violoncelle français, grande dévoreuse de kilomètres, mérite bien une pause sur la terre de son enfance, pas plus de 24 heures...

Alain Koenig | Mardi 2 mai 2017

Emmanuelle, toujours plus belle

Entre deux TGV, elle apparaît, lumineuse comme toujours, sourire radieux qui abat les montagnes et soulève les âmes, humble et vrai. L'occasion pour nous de retrouver la trépidante musicienne, qui ne s'égare jamais dans la flagornerie endémique et pailletée de la "planète classique". De son CD consacré à Saint-Saëns chez Harmonia Mundi, elle livrera au public de l'Opéra de Saint-Étienne le célèbre Premier Concerto. Toujours très impressionnant par sa redoutable virtuosité, il est aussi l'occasion pour les interprètes d'apposer leur sceau sur des enregistrements de légende. Interrogée sur ce "silence habité" précédent l'exécution d'une page aussi célèbre, elle confie : « La plupart des concertos débutent par une introduction de l'orchestre seul, un temps d'introspection pour le soliste, entrant peu à peu dans l'œuvre. Le Premier Concerto de Saint-Saëns, à l'inverse, commence à vif, sans aucune préparation. Il propulse interprète et auditeur dans le tumulte de l'œuvre, un concerto d'un seul tenant, sans interruption entre les mouvements. Un peu comme le déroulement d'une vie, comportant passion, errance ou émerveillement ! » La

Continuer à lire

Anagramme folklore et renouveau

SCENES | La Palestine évoque un pays ravagé par la guerre. On est donc un peu surpris de voir de larges sourires sur les visages rayonnants des dix jeunes danseurs (...)

Monique Bonnefond | Mardi 5 avril 2016

Anagramme folklore et renouveau

La Palestine évoque un pays ravagé par la guerre. On est donc un peu surpris de voir de larges sourires sur les visages rayonnants des dix jeunes danseurs palestiniens autodidactes bondissant avec une vitalité débordante, emportés dans une danse jubilatoire et fédérative à la croisée de différents arts : danse contemporaine, hip-hop, cirque, capoeira, musique live, théâtre, arts visuels qui viennent métisser la dabke, danse folklorique pratiquée lors des mariages et autres festivités. Le titre du spectacle Badke est l'anagramme de dabke (coup de pied). Une inversion pour renverser la vision qu'on porte sur la Palestine. Les danseurs tendent tous les mains devant eux, geste invitant au partage et à la joie de danser ensemble malgré la guerre. Réponse par la danse à la dureté du monde actuel auquel Badke donne un coup de pied et offre une image différente de la Palestine dans un spectacle qui a un impact émotionnel très fort. Monique Bonnefond Badke, vendredi 15 et samedi 16 avril à 20h, à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

Bel est Sébastien...

MUSIQUES | Menant sa carrière avec passion, patience et sagacité, Sébastien Guèze, ayant conquis le monde, revient à Saint-Étienne, en « ténor frémissant », comme il lui plaît de se définir. Propos recueillis par Alain Koenig

Alain Koenig | Mardi 1 mars 2016

Bel est Sébastien...

En consultant le calendrier très chargé de votre carrière "exponentielle", un rôle semble vous coller à la peau : Rodolfo... Pour vous avoir entendu dans la production de Bordeaux avec Nathalie Manfrino, ainsi qu'à Saint-Étienne, on dirait que Puccini l'a écrit pour vous sur mesure... Mais est-ce le ressenti de l'interprète ? N'y-t-il pas un risque à être identifié à un rôle ? J'ai chanté Rodolfo dans une quinzaine de productions à ce jour, et avec le recul, je suis moi-même surpris de ce nombre. Sur dix ans de carrière avec les autres rôles au milieu, cela me semble intense. Mais c'est une grande histoire d'amour depuis le début. Je me souviens précisément de la première fois où on me l'a proposé ; je n'y croyais pas. Pour moi, ce rôle était le grand rôle du répertoire de ténor, à chanter un jour, le "tube" incontournable. Et cela m'arrivait: c'était incroyable ! Je sortais du conservatoire, je venais d'être primé au concours Opéralia Placido Domingo, je marchais dans les rues de Paris, il était 18h, j'allais voir un spectacle à Bastille, et soudain un coup de téléphone. Mon agent me dit : « veux tu chanter Rodolfo à l'Opéra d'Athènes dans u

Continuer à lire