- Pourquoi Angot ?

Nadja Pobel | Mercredi 14 novembre 2012

Photo : © Léa Crespi


- Parce que c'est une déflagration. L'auteur de Pourquoi le Brésil ?, parfois insupportable sur les plateaux télé, trop habituée aux pages people des magazines et souvent d'une impudeur agaçante dans ses écrits, vient de signer un livre indispensable – et c'est la seule chose que l'on demande à un écrivain - pour peu que le lecteur accepte de plonger en enfer. Une semaine de vacances se lit d'une traite, la nausée grandissante et la sidération constante de voir ce qu'un écrivain peut faire avec seulement des mots alignés. Pas de chapitre et pas de paragraphe pour dire la domination d'un homme sur une femme.

Ceux qui ont lu Angot depuis 1999 connaissent d'ores et déjà le sujet. Pour les autres, mieux vaut ne rien savoir et se laisser embarquer car tout est plus subtil qu'il n'y parait. L'écrivain a enfin abandonné le «je» pour se placer au même niveau que ses lecteurs et ainsi les impliquer totalement, sans une omniscience inutile et néfaste : elle observe, comme nous observons, le pouvoir d'un sujet éduqué, maîtrisant le langage et le corps, sur une autre, devenue objet, sans parole et donc sans défense.

La description des actes est clinique, répétitive, lancinante, assassine. Mais les actes eux-mêmes ne sont jamais nommés. À nous de les signifier. Angot dit avoir voulu montrer ce que c'était que de mourir alors que bien souvent on connait le ressenti inverse : celui, par exemple, des guerriers à qui on demande ce que ça fait de tuer. En adoptant un point de vue rare, en se dissociant de sa protagoniste, elle laisse une place même aux plus récalcitrants à son œuvre et signe là un court roman absolument indélébile.

Christine Angot lit "Une semaine de vacances"
Aux Subsistances, samedi 24 novembre à 20h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Catherine Corsini : « l’inceste n’est pas le sujet »

ECRANS | À quelle occasion avez-vous découvert le roman de Christine Angot ? Catherine Corsini : Par ma productrice, trois-quatre mois après sa parution. J’ai mis (...)

Vincent Raymond | Jeudi 8 novembre 2018

Catherine Corsini : « l’inceste n’est pas le sujet »

À quelle occasion avez-vous découvert le roman de Christine Angot ? Catherine Corsini : Par ma productrice, trois-quatre mois après sa parution. J’ai mis un peu de temps à le lire d’ailleurs, mais je suis tombé dedans : je l’ai ressenti à la fois comme une lectrice extrêmement bouleversée et comme une cinéaste qui prend de la hauteur. Il y avait un incroyable mélo à faire ! Et moi qui sortais de La Belle Saison, j’avais curieusement cette envie de mélodrame — une envie qui vient de mon amour des films de Douglas Sirk, revisitée ensuite par Todd Haynes ; ce truc assez formidable de parler des années 1950 jusqu’à aujourd’hui en essayant de moderniser le mélodrame classique hollywoodien. Comment Christine Angot a-t-elle reçu votre proposition ? C’était très courtois, elle a réfléchi. Ensuite, c’était une histoire d’engagement et d’argent, avec une liberté totale d’écrire, en lui soumettant le scénario une fois qu’il était terminé — et le fait qu’elle pouvait retirer son nom et la mention librement adapté si ça ne lui plaisait pas. À partir du mom

Continuer à lire

Un amour impossible

ECRANS | Châteauroux, années 1950. Rachel Steiner est courtisée par Philippe, un fils de famille portant beau. Hostile à toute mésalliance sociale, il repart laissant (...)

Vincent Raymond | Mardi 6 novembre 2018

Un amour impossible

Châteauroux, années 1950. Rachel Steiner est courtisée par Philippe, un fils de famille portant beau. Hostile à toute mésalliance sociale, il repart laissant Rachel enceinte. Bien plus tard, après plusieurs retrouvailles épisodiques houleuses, Philippe renoue le contact avec leur fille Chantal… Adaptant ici le “roman autobiographique“ — on ne sait comment qualifier le genre de récit qu’elle pratique — de Christine Angot, Catherine Corsini réussit plusieurs tours de force. S’approprier son histoire tout en rendant digeste et dicible la voix de l’autrice sans la contrefaire, et raconter avec élégance ce qui rappelle la noirceur incestueuse de Perrault dans Peau d’Âne comme des meilleures tragédies raciniennes (où les amours sont aussi impossibles, car univoques). Renversant le propos du conte, l’ogre symbolique s’incarne ici dans un homme exerçant son emprise toxique et dévorante sur deux femmes… dont l’une est sa fille. À cette lecture analytique se superpose en fin de film une interprétation sociale qui si elle évoque dans la forme le dénouement de Psychose, où le

Continuer à lire

L’Internationale ?

CONNAITRE | La littérature peut-elle changer le monde ? On aurait beaucoup de mal, aujourd’hui, à répondre par l’affirmative, après la fin des idéologies et de la littérature (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 24 mai 2013

L’Internationale ?

La littérature peut-elle changer le monde ? On aurait beaucoup de mal, aujourd’hui, à répondre par l’affirmative, après la fin des idéologies et de la littérature dite "engagée". Mais qu'elle s'en fasse un peu l’écho, ou mieux, nous le fasse percevoir et vivre autrement, n’a rien de négligeable. Dans ses écrits sur le cinéma, l’écriture ou l’art, le philosophe Jacques Rancière décèle de nouveaux «partages du sensible» et, contre les fondamentalistes de la pureté moderniste, ose cette hypothèse revigorante : «Tous ceux qui ont été enrôlés au titre du paradigme moderniste – de Mallarmé à Malevitch, de Seurat à Mondrian ou Schönberg – visaient tout autre chose que l’autonomie de l’art : ils voulaient faire de la poésie le sceau nouveau de la communauté ; donner à la peinture la formule scientifique propre à fonder un nouvel art monumental ; définir les formes pures servant à construire les édifices et le mobilier d’une vie nouvelle». Invité important de l’édition 2013 des Assises Internationales du Roman, Rancière pourrait servir de symbole (ou de prisme de lecture) à cette manifestation sensible au

Continuer à lire

Le bonheur en monnaie de singe

SCENES | Danse / «Parler de la bourgeoisie, c'était d'abord et avant tout parler du bonheur... Tout le monde a à se situer par rapport à ce milieu... Toutes les (...)

| Mercredi 31 janvier 2007

Le bonheur en monnaie de singe

Danse / «Parler de la bourgeoisie, c'était d'abord et avant tout parler du bonheur... Tout le monde a à se situer par rapport à ce milieu... Toutes les classes sociales éduquent à la bourgeoisie, qui est assimilée à l'art de vivre», déclare Christine Angot. À partir de ce principe (que l'on partage), le spectacle de la chorégraphe Mathilde Monnier et de l'écrivain Christine Angot, La Place du singe, dépasse l'autobiographie pour titiller nos propres corps et consciences. À Angot la lecture d'un texte sur la condition bourgeoise, à partir de sa propre expérience d'amour-haine pour ce milieu, et de celle de Monnier qui a toujours essayé quant à elle d'y échapper. Un texte vif, tranché, heurté, récurrent, comique. À Monnier son contrepoint dansé, les postures grimaçantes et singées, les mimiques de gosse rebelle, le corps entravé et insurgé, les explosions soudaines et presque folles... Une chorégraphie sur le fil, brouillée, improvisée, telle une conscience malheureuse du corps qui attend sa libération sans jamais vraiment y parvenir. La bourgeoisie reste en travers de la gorge, insiste, comme un diable ressort de sa boîte, de son entreprise... Aux côtés de la danseuse, la voix d'Ang

Continuer à lire