Les Rues en fête pour Noël

Bande Dessinée | Décembre est un mois faste pour Les Rues de Lyon : le magazine de bande dessinée compte en effet (presque) deux parutions et il propose en sus un élégant coffret récapitulatif de l’année…

Vincent Raymond | Mardi 13 décembre 2016

Photo : © Les Rues de Lyon


Tout d'abord, rétablissons une vérité : on a un peu triché en prétendant que les numéros 23 et 24 des Rues de Lyon avaient été publiés quasi-conjointement. Le premier d'entre eux, consacré à l'histoire du 8 décembre (tendrement écrit par Virginie Ollagnier et illustré par Rebecca Morse) était disponible contre 3€ chez les kiosquiers et libraires le 29 novembre ; quant au second, centré sur la percutante marionnette de Laurent Mourguet, l'emblématique Guignol, ses deux auteures Anjale et Léah Touitou l'ont fait paraître le 12 décembre. Un raccourci temporel véniel, dont la troupe derrière cette revue mensuelle de douze pages ne prendra pas ombrage. Car à son lancement en juin 2015, L'Épicerie Séquentielle — la très dynamique association de scénaristes et d'illustrateurs lyonnais qui en est à l'origine — a carrément publié les six premiers numéros d'un coup, histoire de constituer en fin d'année une série complète de 12 numéros, joliment réunis dans un coffret-cadeau à 40€.

Combos de Rues

L'élégante initiative de Noël a été reconduite en 2016 ; elle permet d'arpenter une année de Rues de Lyon, c'est-à-dire de feuilleter douze approches singulières de la ville, par le prisme de l'histoire ou du reportage dessiné. Les anecdotes s'y découvrent par le petit bout de la lorgnette comme à travers l'observatoire astronomique de Saint-Genis-Laval (en compagnie d'Emy pour le n°19) ; le passé souterrain s'y révèle, à l'instar de l'épopée discrète du métro lyonnais (racontée par la paire Berquin-Gregdizer dans le n°20).

Si les esprits vétilleux ne manquent pas de relever ici un demi-anachronisme, là une coquille, au moins doivent-ils convenir de l'excellente qualité globale de cette revue indépendante qui, à l'aube de sa troisième année d'existence, revendique 55 000 exemplaires vendus (la majorité des bénéfices allant aux auteurs) et plus de 600 abonnés. Ce très beau succès fait des émules : du côté des Hauts-de-France, une revue picarde sur le même modèle est en train de naître. Son nom : Pierre, Papier, Chicon.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un 8 décembre dessiné

CONNAITRE | Tony Bertrand et Tola Vologe ou la chute du pape... Depuis 18 mois, L'Épicerie Séquentielle publie la bande dessinée mensuelle Les Rues de Lyon et vous dit (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 décembre 2016

Un 8 décembre dessiné

Tony Bertrand et Tola Vologe ou la chute du pape... Depuis 18 mois, L'Épicerie Séquentielle publie la bande dessinée mensuelle Les Rues de Lyon et vous dit tout de la ville et de ses illustres habitants. C'est peu dire que cette revue de douze pages donne un coup de jeune à l'histoire du patrimoine de cette ville de plus en plus visitée par les touristes. Et voilà qu'il est question de revisiter la tradition du 8 décembre de l'an 177 à aujourd'hui, avec comme à chaque fois des artistes différents : c'est Rebecca Morse, dessinatrice de la revue jeunesse Alyssa alliée à la romancière Virginie Ollagnier qui retracent avec brio cette épopée si locale. Disponible en librairie pour 3€.

Continuer à lire

Vendanges graphiques : c’est à voir, à voir, à voir !

CONNAITRE | Il va y avoir des bulles dans le condrieu ! Ce qui ressemble à une hérésie pour l’œnologue moyen résonne comme un cri de joie chez l’amateur de bandes (...)

Vincent Raymond | Jeudi 10 mars 2016

Vendanges graphiques : c’est à voir, à voir, à voir !

Il va y avoir des bulles dans le condrieu ! Ce qui ressemble à une hérésie pour l’œnologue moyen résonne comme un cri de joie chez l’amateur de bandes dessinées. Chaque année depuis 2013, la fin de l’hiver (ordinairement réservée à la taille des ceps) est illuminée par une récolte supplémentaire : Vendanges graphiques. Une manifestation qui, si elle réjouit les chais, convertit également les abstinents aux charmes condriots en réunissant la quintessence des illustrateurs amateurs de bonnes choses. Ce quatrième millésime s’annonce particulièrement gouleyant, avec la participation de Baudoin (monument vivant, auteur notamment de Tu ne mourras pas) ou celle de Marion Montaigne alias Professeur Moustache (qui signe la série Tu mourras moins bête… mais tu mourras quand même). Fred Campoy (sa Vie avec Alexandra David-Néel vient de paraître), EFA (Kia Ora, Alter Ego…), les incontournables frères Jouvray (l’immarcesible et immortel Lincoln), Émile Bravo (à qui l’on doit Le Journal d’un ingénu, tome essentiel des aventures de Spirou) seront également du voyage. Une

Continuer à lire