Jack et la mécanique du coeur

ECRANS | De Mathias Malzieu et Stéphane Berla (Fr, 1h34) animation

Christophe Chabert | Mardi 4 février 2014

La longue, laborieuse et coûteuse gestation de cette adaptation par Mathias Malzieu de son livre et de son concept-album n'explique pas intégralement l'indigence du résultat. Déjà fortement influencé par Tim Burton, l'imaginaire de Malzieu se confronte ici encore plus directement à son modèle, notamment dans un prologue enneigé qui évoque Edward aux mains d'argent ; la comparaison n'est guère flatteuse.

C'est peu dire que le leader de Dionysos est un piètre narrateur, meublant les intervalles entre les moments chantés pour tenter de créer une introuvable continuité aux événements. Les chansons elles-mêmes paraissent déjà d'un autre âge — et leurs interprètes avec, Olivia Ruiz et Grand Corps Malade en tête — mais c'est surtout l'animation qui fait un bond de quinze ans en arrière. Froids pantins numériques lisses et inexpressifs, les personnages sont d'une rare laideur et évoluent dans des univers tout aussi impersonnels.

Malzieu tente parfois d'inscrire son récit dans une évocation cinéphile qui relierait Méliès au western leonien, mais tout cela est aussi maladroit qu'inconséquent. Dans ce film fantomatique, on trouve toutefois un authentique spectre : Alain Bashung, dont la voix d'outre-tombe vient faire souffler le seul et paradoxal instant de vie dans une œuvre mortifère.

Christophe Chabert


Jack et la mécanique du cœur

De Mathias Malzieu et Stéphane Berla (Fr, 1h42) animation Jack est un jeune garçon peu ordinaire. Né le jour le plus froid du monde avec le cœur gelé, il est désormais doté d’une horloge mécanique en guise de cœur.
Pathé Bellecour 79 rue de la République Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une sirène à Paris

ECRANS | S’il n’y avait les rêveurs pour le porter et lui donner de l’oxygène, le monde s’écroulerait, asphyxié. Mathias Malzieu en fait partie, qui déploie son (...)

Vincent Raymond | Mardi 10 mars 2020

Une sirène à Paris

S’il n’y avait les rêveurs pour le porter et lui donner de l’oxygène, le monde s’écroulerait, asphyxié. Mathias Malzieu en fait partie, qui déploie son imaginaire de chansons en livres et de livres en films, explorant des univers connexes à ceux de ses devanciers Tim Burton ou Jean-Pierre Jeunet. Comme dans La Mécanique du cœur ou Métamorphose en bord de ciel, le meneur de Dionysos ose ici un conte façon alchimie entre merveilleux et mélancolie avec des héros cabossés depuis l’enfance et des créatures surnaturelles. Avec ses décors baroques, sa musique faite maison, ses interprètes attachants (le couple Duvauchelle/Lima s’avère osmotique), Une sirène à Paris cherche à ranimer un certain esprit magique, que l’on peut apprécier comme une forme de nostalgie d’un paradis cinématographique perdu. Malgré tout, ce mixte d’ambition et de naïveté revendiquée manque, c’est triste à dire, de moyens à l’écran. Peut-être aurait-il fallu être étourdi par un surcroît de couleurs et de frénésie à la Baz Luhrmann pour que la féérie du projet soit plus

Continuer à lire

Trois hommes à la tête de chou

SCENES | Formé par Merce Cunningham, oscillant depuis entre abstraction et figuration ou narration, Jean-Claude Gallotta a toujours défendu, coûte que coûte, une (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 4 février 2020

Trois hommes à la tête de chou

Formé par Merce Cunningham, oscillant depuis entre abstraction et figuration ou narration, Jean-Claude Gallotta a toujours défendu, coûte que coûte, une « danse d'auteur ». À 70 ans, il a signé d'innombrables pièces, parmi lesquelles, en 2009, L'Homme à tête de chou n'est certes pas la plus follement innovante. Mais elle a pour argument choc de réunir trois monstres de la création française : Serge Gainsbourg, Alain Bashung qui a repris juste avant sa disparition l'album de Gainsbourg, et Gallotta lui-même ! Autre argument : si Gallotta ne s'y réinvente guère, ne s'y pose pas trop de questions éthiques ou artistiques, il y insuffle néanmoins une énergie à la fois sombre et rock, avec des mouvements choraux des douze interprètes souvent ébouriffants et jouissifs. L'Homme à tête de chou se développe en flux continu, avec des corps à la fois virtuoses et déglingués qui se jettent dans la bataille de la vie, de l'érotisme et de la mort. Sans tabou

Continuer à lire

La Vie scolaire

ECRANS | Basketteur devenu slameur à la suite d’un accident, Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade, ne cesse depuis de renaître dans de nouvelles disciplines. En (...)

Vincent Raymond | Mardi 18 juin 2019

La Vie scolaire

Basketteur devenu slameur à la suite d’un accident, Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade, ne cesse depuis de renaître dans de nouvelles disciplines. En littérature, avec la publication de Patients, qu’il porte ensuite à l’écran et réalise avec Mehdi Idir. Le revoici derrière la caméra pour La Vie scolaire, à nouveau cosigné par Mehdi Idir, que tous deux viennent à point nommé présenter à quelques jours des vacances en compagnie des comédiens Soufiane Guerrab et Liam Pierron. En cas de retard, les mots d’excuses devront être visés par les surveillants. La Vie scolaire Au Pathé Vaise ​le mercredi 19 juin à 20h

Continuer à lire

Peter Martensen : ce sont des gens dans des chemises...

ARTS | « C’est un grand terrain de nulle part / À la lunette d’un microscope / On regarde, on regarde, on regarde dedans / On voit de toutes petites (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 14 mars 2017

Peter Martensen : ce sont des gens dans des chemises...

« C’est un grand terrain de nulle part / À la lunette d’un microscope / On regarde, on regarde, on regarde dedans / On voit de toutes petites choses qui luisent / Ce sont des gens dans des chemises... » chantent Gérard Manset, et Alain Bashung. Écrite par Manset, la chanson Comme un Lego dit la mélancolie d'une époque où les individus font masse, où les villes et les hommes deviennent interchangeables, où les microscopes et les statistiques scrutent et gouvernent les âmes... L'auditeur est partagé entre une compassion émue pour notre condition dérisoire et un grand dégoût face à tant d'objectivité, de calcul, de délires comptables... Rarement morceau de musique aura résonné aussi bien avec l’œuvre (peinte et dessinée) d'un artiste, celle du danois Peter Martensen. Même s'il se défend d'être un peintre d'histoire, et s'il rappelle qu'il « peint d'abord et réfléchit après », Peter Martensen se réclame d'un « réalisme mental » : soit une plongée dans la

Continuer à lire

"Patients" : le combat d’une vie

ECRANS | Avec Mehdi Idir, Grand Corps Malade porte à l’écran le combat d’une vie, qu’il avait déjà romancé dans un livre. Le film narre sur une année l’histoire de (...)

Julien Homère | Mardi 28 février 2017

Avec Mehdi Idir, Grand Corps Malade porte à l’écran le combat d’une vie, qu’il avait déjà romancé dans un livre. Le film narre sur une année l’histoire de Ben (brillant Pablo Pauly), transporté au centre de rééducation Coubert après un grave accident le laissant partiellement tétraplégique. C’est le début d’une longue lutte pour retrouver son autonomie, bardée d’amitiés, de peines et d’amour. Les réalisateurs montrent le quotidien par moment insoutenable des malades. S’ouvrant sur une vision subjective clinique, la mise en scène privilégie une forme immersive à l’opposé du format documentaire, NTM et Lunatic en clins d’œil musicaux générationnels à l’appui. Une absence de prétention rend le propos sincère et l'empêche de tomber dans le misérabilisme. Aucune des questions sensibles n’est évitée : suis-je toujours un être humain ? Puis-je tomber amoureux ? Puis-je faire seul mes besoins ? Ai-je un avenir ? Le récit arrive à être touchant sans être plombant, dur sans être dramatique, à la recherche d’un équilibre subtil entre rires

Continuer à lire

Grand Corps Malade et Mehdi Idir

ECRANS | Comment vouliez-vous faire ressentir visuellement la violence psychologique du handicap ? Mehdi Idir : On a décidé de ne pas en faire un (...)

Julien Homère | Mardi 28 février 2017

Grand Corps Malade et Mehdi Idir

Comment vouliez-vous faire ressentir visuellement la violence psychologique du handicap ? Mehdi Idir : On a décidé de ne pas en faire un documentaire. On filme à hauteur de fauteuil, et les valides sont montrés en contreplongée : c’était notre parti-pris. La réalisation a découlé du centre [de rééducation, NDLR] avec ses couloirs interminables et ses lignes. Pour cette raison, le début est fait de plans très serrés, comme l’introduction en vue subjective, qui jouent sur les cadrages pour ressentir l’enfermement du personnage jusqu’à ce qu’il arrive dans le fauteuil : là, l’image s’élargit. Pourquoi ne pas avoir choisi des stars pour les rôles principaux ? MI : Avec Fabien, on mate beaucoup de films français et les mêmes visages reviennent toujours : ça nous énerve. En faisant ce film, je cherchais de nouvelles têtes pour montrer un vivier de talents inexploités. Grand Corps Malade : J’ajouterai que ça rend le propos d’autant plus crédible car les spectateurs ne les connaissent pas e

Continuer à lire

Mathias Malzieu de retour

CONNAITRE | Escorté par ses complices du groupe Dionysos, c’est un authentique revenant qui débarque mardi 22 mars à 18h à la FNAC Bellecour : l’ami valentinois Mathias (...)

Vincent Raymond | Mercredi 24 février 2016

Mathias Malzieu de retour

Escorté par ses complices du groupe Dionysos, c’est un authentique revenant qui débarque mardi 22 mars à 18h à la FNAC Bellecour : l’ami valentinois Mathias Malzieu a failli succomber à ce qu’il appelle un « bug biologique ». Mais ce cataclysme intérieur lui a inspiré le nouvel album de la formation, Vampire en pyjama et un récit, Journal d’un vampire en pyjama, qui nous donnent l’occasion de le revoir et entendre en bonne forme.

Continuer à lire

Jean Fauque à Lyon le 10 décembre

MUSIQUES | Jean Fauque, parolier historique et fétiche d'Alin Bashung, mais aussi un des auteurs les plus recherchés de la chanson française (Jacques Dutronc, Patricia (...)

Nadja Pobel | Lundi 2 décembre 2013

Jean Fauque à Lyon le 10 décembre

Jean Fauque, parolier historique et fétiche d'Alin Bashung, mais aussi un des auteurs les plus recherchés de la chanson française (Jacques Dutronc, Patricia Kaas, Angun, Vanessa Paradis, Marc Lavoine...) sera à Lyon mardi 10 décembre à 19h au Jazz Club Lyon Saint-Georges (4 rue Saint Georges, Lyon 5e) Ce concert se déroule uniquement sur invitation à demander à pierre.espourteille@gmail.com.

Continuer à lire

Chanteur Total

MUSIQUES | Parce qu’il a enregistré un chef-d’œuvre du rock en français (Fantaisie militaire), puis un disque-monstre, complexe et d’une ambition inégalée (L’Imprudence) (...)

Christophe Chabert | Mercredi 30 avril 2008

Chanteur Total

Parce qu’il a enregistré un chef-d’œuvre du rock en français (Fantaisie militaire), puis un disque-monstre, complexe et d’une ambition inégalée (L’Imprudence) ; parce que ces prestations sur scène, même au prix de quelques maladresses, ont toujours été de sublimes moments d’émotion ; et parce qu’il est aujourd’hui une figure révérée mais jamais distante de la scène hexagonale, on ne peut que se réjouir du retour d’Alain Bashung. Bleu pétrole, son nouvel album, est une passe en retrait, un geste de beau jeu après des buts historiques marqués contre le cours du match musical. Adieu les longs poèmes obscurs, labyrinthiques et fascinants de Jean Fauque ; terminés les arrangements complexes, novateurs et audacieux de Jean Lamoot : ce disque est une œuvre simple, facile d’accès, ne cherchant pas le détour mais la ligne droite entre le chanteur et l’auditeur. L’arc textuel de l’album a été confié à Gaétan Roussel de Louise Attaque, qui n’est pas connu pour écrire des chansons de trois pages cherchant à éclaircir une énigme métaphysique ; de fait, ces morceaux-là sont surtout pour Bashung l’occasion de retrouver un plaisir qu’il ne s’offrait plus depuis longtemps : chanter. Et on redécouvr

Continuer à lire