Alain Cavalier : «À mon âge, terminer un film est une victoire»

ECRANS | Rencontre avec Alain Cavalier, autour de son dernier film, "Le Paradis". Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 20 octobre 2014

Comment jugez-vous le retour de la fiction dans votre œuvre entre Pater et Le Paradis ? Est-ce une suite logique ou est-ce plus accidenté ?
Alain Cavalier :
Je n'ai jamais fait de différence entre fiction et documentaire. Quand je faisais de la fiction, je copiais la vie ; je regardais comment parlaient les gens, comment ils vivaient et quand j'écrivais un scénario, j'essayais de reconstituer ce qui m'avait intéressé dans la vie. Après, pour changer un petit peu, je suis allé filmer les gens directement dans leur vie, comment ils travaillaient… Ce qui m'intéresse, c'est regarder la vie et la copier le mieux possible avec ma caméra pour la proposer au spectateur.

Je vous pose cette question car je me souviens qu'au moment de René, vous assumiez le fait d'avoir essayé de réinjecter la fiction dans votre nouvelle manière de tourner…
Avant cela, j'avais rencontré quatre jeunes gens pour faire un film qui s'appelait Le Plein de super ; j'avais envie de tourner avec eux, mais je ne savais pas quoi. C'était eux qui m'intéressaient, donc il fallait qu'ils continuent de m'intéresser en les filmant. Donc on a écrit ensemble, c'était leurs paroles, leurs vies, mais il fallait une petite conduite de récit. Alors on a inventé cette livraison de voiture à travers la France. Et quand j'ai rencontré pour René ce gros homme qui, pour récupérer sa dame, perd trente kilos, c'est moi qui ai ajouté «pour récupérer sa dame», alors qu'il était marié, qu'il avait des enfants. C'est un petit guide pour le spectateur, pour l'acteur mais aussi pour moi. Mais c'est à peine de la fiction.

Dans Le Paradis, ce qui est étonnant, c'est votre manière de vous confronter à de grandes fictions, et votre capacité à vous les approprier comme un élément du réel…
Le film commence comme une fiction : il y a un petit paon, sous sa mère, qui a l'air pas très bien. En fait, il meurt, et moi, ça me dévore, je lui fais un petit tombeau… C'est une histoire en marche, mais ce n'est pas moi qui l'ai inventée. Après je la suis, cette histoire, mais on entre dans le film uniquement par des moyens d'observation.

Après Pater, vous disiez que vous aviez l'envie de filmer une histoire de couple… Je me demande ce qui reste de cette envie dans Le Paradis ? Ou l'avez-vous inventé, comme Pater, au fil du tournage ?
Pour Pater, avec Vincent Lindon, on s'était bien dit : on est dans la vie et puis, tout d'un coup, devant le spectateur, à vue, on se transforme en Président et en Premier ministre. C'était quand même convenu, c'était une sorte de plan. Mais dans Le Paradis, le plan s'est dessiné petit à petit et j'ai fini par le suivre…

Ce plan, vous les résumeriez comment ?
C'était, dans les images d'enfance, quelles sont celles qui ont nourri le cinéaste et ce qu'il en a fait, donc ce qu'il a fait de son enfance. Son enfance était religieuse, donc c'était le Christ ; il a traduit Homère quand il était petit parce qu'il faisait du grec, donc c'était Ulysse. Et tout cela est rentré dans le film, c'est un jeu, avec des objets, des jouets. J'étais très heureux, car nous sommes un peu les jouets de la destinée. Et puis il y a les visages que j'ai fait entrer, les personnes magnifiques, en essayant, pour que le spectateur plane un peu pendant la projection, que ces visages soient glamour, agréables.

Pourquoi avez-vous mis dans Le Paradis, pour la première fois depuis longtemps dans votre œuvre, de la musique, parfois très discrète, parfois plus sensible comme Lester Young ?
J'avais arrêté de mettre de la musique dans mes films depuis quarante ans. Comme j'ai arrêté de faire du dialogue littéraire, écrit à l'avance et dit par les comédiens ; j'avais l'impression de ne pas être dans le mouvement naturel du cinéma. La musique, c'est toujours de la musique pour renforcer le sentiment, comme si les images et les paroles ne suffisaient pas, ou alors pour rythmer l'action. Donc j'ai essayé de m'en penser. Et là m'est revenue cette musique magnifique de Lester Young, qui souffle dans son saxophone pendant trois minutes. Elle m'avait ému quand j'avais dix-neuf ans, c'est remonté, c'est aussi divin que du Mozart et c'est rentré dans le film naturellement.

Et les autres musiques ?
C'est la seule !

Dans les moments de reconstitution avec les jouets, il n'y a aucune musique ?
Jamais ! Il y a un travail sur la matière sonore, mais c'est un travail pratiquement à l'hypocrite, ça doit passer presque pour du réalisme. Mais ce n'est pas de la musique au sens instrumental. Ce sont des suggestions sonores un peu hypocrites que le spectateur doit ressentir sans le savoir.

Vous êtes très attaché à l'idée de spectacle… Est-ce que vous avez l'impression qu'avec ce film, où il y a un souffle presque métaphysique, vous avez franchi un pas sur cette question, que l'on peut être happé par certaines scènes comme face à des séquences de 2001 ou de Tree of life ?
Je me suis appuyé quand même sur des récits qui datent de millénaires et qui sont encore valables aujourd'hui, qui font partie de notre formation mentale. J'ai derrière moi toute la vie d'Ulysse, toute la vie du Christ, toute la genèse, les histoires admirables d'Abraham, de Job… Donc le film se nourrit de tout ça. Ça lui donne une sorte de force. Mais je simplifie tout, je rend tout familier.

Cette notion de spectacle apparaît aussi lorsque vous faites un panoramique sur un arbre pour filmer le ciel. C'est plus lyrique que d'ordinaire chez vous…
Peut-être. Je n'ai jamais vraiment aimé la nature… Quoique… Mais comme j'allais régulièrement dans cette maison, celle où j'ai tourné, qui est une simple chambre d'hôte, la nature est revenue : un morceau de ciel, un arbre, un rayon de soleil, toutes ces choses que j'ai eu envie de filmer. Avant, j'étais comme Stendhal qui disait à son lecteur : «je vous passe la description des paysages, c'est pour moi comme une sorte de plat d'épinards.» En fait, j'ai redécouvert tout ça, mais il ne faut pas insister, il faut en mettre par toutes petites doses.

Peut-on se hasarder à comparer la dernière phrase du film, «Tout est bien», avec le «Tout est accompli» du Christ sur la croix ?
Non. Je ne pense pas d'ailleurs que ce brave homme, crucifié comme ça, ait prononcé cette phrase philosophique. Je pense que c'était beaucoup plus saignant que ça ! Je passe là-dessus… Je dis «tout est bien» car, d'abord, j'ai terminé le film et à mon âge, c'est une victoire et une chance inouïe de faire un nouveau film. Et je regarde la vie avec toujours autant d'intérêt, mais j'ai surtout toujours autant d'intérêt à la filmer. Et la filmer me la rend encore plus intéressante. Donc, je ne suis pas euphorique, car je connais les horreurs de l'homme et les cruautés que j'ai vécues entre 39 et 45, mais j'ai voulu m'affranchir dans ce film de tout ça. Il y a quand même quelques petits morceaux, deux ou trois récits de personnes qui souffrent, et qui sont guéries d'une certaine façon. D'une certaine façon…

Le titre du film, Le Paradis, peut se lire de façon religieuse, mais aussi sous une acception beaucoup plus humaine, comme un septième ciel…
Oui, celui qu'on a de temps en temps dans la vie. J'ai traversé dans ma vie des périodes très brèves mais totalement paradisiaques. Et j'en attends encore une avant de m'envoler au ciel. En même temps, cela fait partie de l'inconscient du spectateur ; le fait qu'il ait inventé le mot «paradis» montre qu'il est préoccupé par quelque chose de fort. C'est comme l'éternité : rien ne lui prouve que ça existe, mais ça lui plait de l'imaginer. J'ai décidé de parler du paradis de la genèse, d'Adam et Ève car, à la campagne dont je vous parlais, j'ai vu un arbre, et cet arbre avait un sexe.

Avec les deux dépressions de bonheur dont vous parlez dans le film, il y a quelque chose de très ironique : la première, la communion, peut se voir comme une épiphanie, mais la deuxième, le rollmops, est beaucoup plus triviale. Cela résume non seulement le film, mais toute votre œuvre : partir de très haut, et tout ramener au plus près de la réalité…
Ma première lumière intérieure était liée à cette éducation qui m'avait préparé à recevoir le corps du Christ. À 7 ans, je le reçois pour la première fois, et je me suis envoyé en l'air profondément. Des années après, ça m'est arrivé en rentrant dans un supermarché pour m'acheter un rollmops. En m'approchant du rollmops, j'ai le même orgasme profond : tout est parfait, lumineux, divin. Je n'ai jamais compris pourquoi. Je l'ai acheté et je l'ai mangé, aussi ! En fait, c'est la vie. Le Christ a transmis la vie, pas le malheur. Il n'y a plus de rollmops dans les supermarchés aujourd'hui, et l'Union Européenne interdit de piquer le rollmops avec un bâton. Celui qu'on voit dans le film est piqué avec un bâtonnet en plastique.

Depuis quelques années, on redécouvre votre œuvre, à la Cinémathèque, en DVD… Comment vivez-vous ce retour-là, sachant que toute la dernière partie s'est construite contre la première ?
Pas contre, car vous ne changez pas. Ce sont des cycles, comme le printemps, l'été. Quand vous êtes un cinéaste jeune, ardent, aimant les amours et les conflits, vous filmez d'une certaine façon, vous adorez les acteurs, les situations fortes. Avec le temps, vous vous intéressez à d'autres choses. Vous ne changez pas, mais vous vous suivez. Je ne me reverrais pas, cinquante ans après mon premier film, demander à une jeune fille d'aimer un garçon et d'être triste si il la trompait. Je l'ai déjà fait. Le monde est vaste, il y a mille choses à décrire et à filmer.

Ce qui est étonnant, c'est de découvrir que tous vos films étaient différents. Par exemple, Mise à sac, un modèle d'efficacité dans le polar, très connecté avec la réalité sociale de l'époque. Un film sans équivalent dans votre œuvre…
J'ai toujours adoré les films policiers, je ne peux pas vous dire pourquoi ni comment. Je suis fan du suspense policier et du noir et blanc policier. Ma jeunesse a été formée par des films français, certes, mais surtout par un film énorme de John Huston, Asphalt jungle. À 35 ans, j'ai filmé un hold-up, comme dans Asphalt jungle, et ça m'a plu. J'ai trouvé dans un livre un argument merveilleux et j'ai fait ça avec un plaisir inouï. Les films noirs ont un intérêt prodigieux : ce sont des peintures de la société par des voies un peu détournées, beaucoup plus intéressantes que celles qui prétendent rendre consciemment compte des conflits sociaux.

Ces plaisirs-là, comme le cinéma policier, vous les avez encore ou c'est réglé définitivement ?
C'est réglé ! Je suis plein de tendresse pour ces films, mais à l'idée de demander à un acteur de tenir un pistolet, je rirais. J'ai beaucoup tué dans mes films, mais il y a autre chose qui m'intéresse maintenant.

Aujourd'hui, si meurtre il y a, il est plus symbolique, comme dans Pater où on peut «tuer» ses adversaires politiques…
J'ai quand même été Président de la République ! J'ai pu lâcher deux ou trois choses qui m'intéressaient.

Est-ce que ce travail avec Vincent Lindon, vous pourriez le refaire avec une autre actrice ou un autre acteur ?
C'est très précisément la rencontre entre lui et moi. Que dans quelques années on puisse refaire un film ensemble, pas du tout comme celui-là, on laisse l'hypothèse ouverte. Ou avec un autre, je ne sais pas. Comme je ne prévois rien, ça me tombera dessus. Et si ça me tombe bien dessus, je le ferai, si j'ai l'énergie pour le faire…

Est-ce que Sophie Marceau s'est manifestée, d'une manière ou d'une autre, après Irène, où vous parliez d'elle comme la seule actrice capable d'incarner le personnage ?
Je me disais, sans y croire une seconde, que si un jour je revenais à la comédie, ce serait soit avec elle, soit avec Vincent Lindon. Le hasard a fait que j'ai rencontré Vincent, que j'on s'est vu pendant des mois et des mois sans penser à faire un film ensemble. Lui y pensait peut-être plus que moi…

Mais Sophie Marceau n'a jamais réagi à l'évocation de son nom dans le film ?
Je lui ai montré le film avant qu'il sorte, quand même ! J'étais obligé. Elle a été très touchée, car je disais qu'une belle femme au cinéma fait que le spectateur a une croyance dans l'espèce humaine le temps de la projection. Elle n'était pas qu'un objet érotique, mais une fonction dans la vie des gens.

Pour finir sur Le Paradis, avez-vous lu le dernier livre d'Emmanuel Carrère Le Royaume ?
Non. Mais je sais qu'il raconte la vie du Christ. C'est un hasard magnifique ! J'ai entendu des commentaires, comme quoi il raconte la vie du Christ, l'occupation romaine, le rôle de Paul qui a mis en scène le Christ — moi, je déteste Paul. Je le lirai un jour… Mais je vois dans le train des gens qui lisent Le Royaume. Lui, ça s'appelle Le Royaume, moi Le Paradis, c'est marrant.

Il a une manière très quotidienne de raconter la vie du Christ, proche de la vôtre…
Quand on a demandé un jour à un enfant comment était mort le Christ, il a répondu : «Il a été fusillé par les Allemands !». C'est magique ! La Palestine était occupée par les Romains, les collabos étaient gênés par ce type qui agitait les esprits et ils le dénoncent. C'est Jean Moulin ! Il avait des dons de guérisseur, c'est ce qui a fait sa fortune. Comme il a des dons un peu supérieurs à d'autres, les gens, qui attendent le messie depuis des siècles, disent : «C'est le messie». Mais il a du être un peu tourneboulé et y croire vaguement. Quand il s'est mis à parler de son père là-haut, il commençait à débloquer !


Le Paradis

D'Alain Cavalier (Fr, 1h10) Depuis l’enfance, j’ai eu la chance de traverser deux mini dépressions de bonheur et j’attends, tout à fait serein, la troisième. Ça me suffit pour croire en une certaine beauté de la vie et avoir le plaisir de tenter de la filmer sous toutes ses formes : arbres, animaux, dieux, humains… et cela à l’heure où l’amour est vif. L’innocence, le cinéaste en a perdu une partie. C’est si délicat à repérer autour de soi, si difficile à ne pas perdre au tournage. Ma reconnaissance va à ceux que vous regarderez à l’écran. Pour tenir tête au temps, j’ai une parade qui est de fouiller dans mon stock d’émotions et d’images anciennes. Non pour retrouver ce qui ne reviendra pas mais pour deviner dans l’hiver les signes du printemps. Cela permet de recommencer encore une journée d’un pas aisé.
Le Méliès 28 allée Henri Frenay Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Alain Cavalier en grand format

ECRANS | Grand filmeur devant l’Éternel, Alain Cavalier a débuté il y a plus d’une trentaine d’années une activité de portraitiste qu’il mène assidument en parallèle de ses (...)

Vincent Raymond | Mardi 16 octobre 2018

Alain Cavalier en grand format

Grand filmeur devant l’Éternel, Alain Cavalier a débuté il y a plus d’une trentaine d’années une activité de portraitiste qu’il mène assidument en parallèle de ses caméra-journaux ou de ses fictions. Alors que sortent, répartis en trois programmes, Six portraits XL (c’est à dire de 50 minutes au lieu de 13 chacun), le cinéaste accomplit sa traditionnelle visite en terres lyonnaises pour les présenter. Normalement, il sera accompagné par sa caméra. Six portraits XL Au Comœdia ​le mercredi 24 octobre à 20h

Continuer à lire

Alain Cavalier, la voie du filmeur

Rétrospective | Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Alain Cavalier, la voie du filmeur

Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes sur un fil entre intimité et impudeur, restant étranger cependant à toute obscénité. S’il revêt la forme de l’énigme, Alain Cavalier est une figure de style à lui seul, en marge et en marche continues — avant que l’expression soit à la mode, donc galvaudée. C’est une voie d’exigence et d’épure que ce filmeur s’est tracée, se dépouillant patiemment des attirails, des lourdeurs du cinéma. Ce chemin, qui démarre sur les bas-côtés de la Nouvelle Vague, à distance des chapelles, l’Institut Lumière propose d’en accomplir un fragment significatif autour de ses premières œuvres. En apparence classiques, ou du moins conformes à la “forme“ de l’époque, Le Combat dans l’île (1962) avec Romy Schneider et Trintignant puis L’Insoumis (1964, avec Delon et tourné à Lyon) jouent pourtant avec le feu en abordant frontalement des thématiques sensibles, comme la guerre d’Algérie. Il oblique v

Continuer à lire

Le Paradis

ECRANS | En 70 minutes, avec sa seule petite caméra, quelques objets et quelques visages, Alain Cavalier raconte les grandes fictions qui ont marqué son enfance : les Évangiles et "L’Odyssée" d’Homère. Un film sublime, à la fois simple et cosmique, sur la vie, la mort, la mémoire, la grâce et l’origine. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 7 octobre 2014

Le Paradis

Voici le corps inerte d’un petit paon, que deux mains manipulent pour constater son absence de vie. On le déposera au pied d’un arbre et des charognards viendront l’emporter. Mais pour garder la trace de son passage sur terre, on construira un mausolée de fortune ; d’abord une pierre, puis quelques clous courbés en croix pour la maintenir. Les saisons passeront, l’arbre sera coupé, la neige l’ensevelira, mais le mausolée résiste et la mémoire du petit paon avec lui. À intervalles réguliers, comme un fil rouge de ce Paradis, Alain Cavalier reviendra filmer ce monument dérisoire mais qui, par la force de son regard, devient essentiel. Non pour célébrer une mystique panthéiste, mais pour montrer que l’acte de se souvenir peut inverser le cycle de la vie et de la mort. Un homme et des Dieux Alors Cavalier se souvient… Il se souvient de ses années au pensionnat catholique où on lui a appris des histoires fantastiques qui n’ont depuis jamais cessé de l’habiter, comme des fictions fécondes ayant forgé son imaginaire. Il en retient deux : les Évangiles et L’Odyssée d’Homère. D’un côté, l’histoire d’un homme qui se prétend fils de Dieu, réalise des mir

Continuer à lire

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

ECRANS | Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 septembre 2014

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

Si l’extraordinaire Leviathan ne lui avait ravi in extremis la place de chouchou de la rentrée cinéma, nul doute qu’elle aurait échu à Céline Sciamma et son très stimulant Bande de filles (sortie le 22 octobre). Troisième film de la réalisatrice déjà remarquée pour son beau Tomboy, il suit le parcours de Meriem, adolescente black banlieusarde qui refuse la fatalité d’une scolarité plombée et se lie d’amitié avec une «bande de filles» pour faire les quatre-cents coups, et en donner quelques-uns au passage, afin d’affirmer sa virilité dans un monde où, quel que soit son sexe, la loi du plus fort s’impose à tous. Cette éducation par la rue et le combat n’est pas sans rappeler les deux derniers films de Jacques Audiard ; Un prophète en particulier, puisque Sciamma cherche elle aussi à filmer l’éclosion dans un même mouvement d’une héroïne et d’une actrice — formidable Karidja Touré. S’il y a bien une com

Continuer à lire

Le film de casse selon Cavalier

ECRANS | Découvrir le film le plus rare d’un de nos cinéastes préférés, en sa présence : le festival Lumière ne pouvait nous faire plus plaisir qu’en programmant Mise à sac (...)

Christophe Chabert | Vendredi 11 octobre 2013

Le film de casse selon Cavalier

Découvrir le film le plus rare d’un de nos cinéastes préférés, en sa présence : le festival Lumière ne pouvait nous faire plus plaisir qu’en programmant Mise à sac d’Alain Cavalier. Il faut aussi remercier la Cinémathèque française, qui a choisi le film dans le cadre de l’invitation qui lui a été lancée. Mise à sac appartient à la première période de Cavalier, celle où il laisse parler son goût pour les genres cinématographiques, et ce film de casse à l’échelle d’une ville toute entière lui permet de collaborer à l’écriture avec un autre cinéaste qui débuta dans le polar avant d’inventer un cinéma à son image, Claude Sautet. Surtout, Mise à sac est la transposition d’un roman de Richard Stark, The Score (En coupe réglée, en français) qui appartient à sa série racontant les aventures d’un cambrioleur nommé Parker. Derrière le pseudo de Stark se cache l’immense Donald Westlake, et ce héros-là, rebaptisé Georges et incarné par Michel Constantin chez Cavalier, connaîtra une sacrée postérité cinématographique, puisque Lee Marvin — dans Le Point de non-retour — Mel G

Continuer à lire

Le Paradis des bêtes

ECRANS | D’Estelle Larrivaz (Fr, 1h43) avec Stefano Cassetti, Géraldine Pailhas…

Christophe Chabert | Mardi 6 mars 2012

Le Paradis des bêtes

Infidèle, glandeur, irresponsable, violent, Dominique voit sa femme quitter le foyer conjugal. Il la retrouve, la laisse pour morte et embarque ses deux enfants dans une fuite en avant de l’autre côté de la frontière suisse. Sujet fort, qu’Estelle Larrivaz, comédienne qui fait ici ses débuts derrière la caméra, traite avec une part d’imaginaire noir plutôt bienvenu, du moins dans la première partie. Le Paradis des bêtes souffre ensuite d’un cruel manque d’audace scénaristique : plutôt que de s’en tenir aux relations ambivalentes entre le père, sa sœur (une Muriel Robin à contre-emploi) et les enfants, le film fait revenir la mère dans la partie, recentrant le récit sur son "combat". Curieusement, alors que Larrivaz aimerait emballer quelques séquences sur un rythme de thriller, c’est l’inverse qui se produit : elle filme Géraldine Pailhas comme un mélange de guerrière et de fantôme, jamais vraiment vulnérable, tuant tout suspense sur l’issue du film — au demeurant décevante. Christophe Chabert

Continuer à lire

Pater

ECRANS | Alain Cavalier, président de la République, nomme Vincent Lindon Premier ministre, tâche qu’il prend très au sérieux, au point de se lancer dans la course à l’investiture contre son mentor. Ce n’est que du cinéma, bien sûr, mais à ce point d’intelligence ludique, le cinéma est bien plus que la réalité. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 14 juin 2011

Pater

Il était une fois un cinéaste qui avait un acteur pour ami, et qui voulait faire un film avec lui. Précision importante : ce cinéaste, qui s’appelle Alain Cavalier, se méfie depuis vingt ans des acteurs professionnels et de la machinerie qu’implique un tournage de fiction, préférant filmer seul avec sa petite caméra des instants de réalité qu’il transforme par son regard singulier en spectacle cinématographique. Autre précision : l’acteur-ami, c’est Vincent Lindon, sans doute le comédien le plus passionnant du cinéma français, celui qui n’est jamais là où on l’attend, traversant tous les territoires avec un mélange de curiosité et d’intégrité. La rencontre entre ces deux figures rétives à la classification paraît tomber sous le sens, mais de quel film pouvait-elle accoucher ? Pater est d’abord l’histoire de ce tâtonnement : Cavalier retrouve Lindon dans un hôtel, ils discutent sans but précis, notamment de l’emploi du temps de Lindon (il tourne simultanément La Permission de minuit). Et puis, par un coup de force que Cavalier rend immédiatement naturel, les voilà de chaque côté d’une table : Alain Cavalier est président de la République, et il nomme Vincent Lin

Continuer à lire

Cannes jour 8 : Pater noster

ECRANS | Melancholia de Lars Von Trier. Pater d’Alain Cavalier.

Dorotée Aznar | Jeudi 19 mai 2011

Cannes jour 8 : Pater noster

Arrivé dans la dernière ligne droite du festival et de sa compétition, on attend toujours le film qui mettra tout le monde d’accord, celui qui trouvera le juste milieu entre film pour festival et œuvre suffisamment audacieuse pour séduire la frange la plus dure de la cinéphilie. On pensait que Melancholia, le dernier Lars Von Trier, allait jouer ce rôle. Présenté ce matin au Grand Palais, le film s’avère en définitive une des déceptions majeures de Cannes 2011. Pourtant, Melancholia démarre par dix minutes de pure sidération visuelle, où Von Trier mélange des ralentis étranges où les personnages semblent flotter au milieu des décors, et des visions spatiales d’une planète en fusion, se terminant par une spectaculaire collision avec la Terre, le tout sur fond de Wagner. C’est magnifique, impressionnant, même si on se souvient que l’ouverture d’Antichrist produisait sensiblement la même sensation. Quand le film retrouve une forme traditionnelle (et même ultra-traditionnelle pour du Lars Von Trier : scope et caméra portée, zooms et raccords dans l’axe), les choses s’enlisent dans un pénible remake de Festen. Un mariage, des

Continuer à lire

«Un film appartient à celui qui le regarde»

ECRANS | Entretien / Alain Cavalier, cinéaste, continue son magnifique parcours en solitaire avec 'Irène', évocation sublime et bouleversante d’une femme aimée et disparue. Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 22 octobre 2009

«Un film appartient à celui qui le regarde»

Petit bulletin : Comment situez-vous ‘Irène’ dans votre veine autobiographique ?Alain Cavalier : En réalité, dans ‘Irène’, il y a trois films : celui que je devais faire avec Irène et que je n’ai pas fait, qui est donc une sorte de trou noir ; après, il y a ‘Ce répondeur ne prend pas de messages’, un film un peu compliqué sur une période de ma vie après la mort d’Irène, où elle intervient épisodiquement ; et puis, des années et des années plus tard, ce film ‘Irène’ parce que la permanence de cette personne dans ma vie depuis deux ou trois ans était plus forte. Elle frappait à ma porte, alors je suis rentré dans un passé pour revivre cette expérience sentimentale et amoureuse à la fois magnifique et extrêmement compliquée. J’ai essayé au début de rôder autour d’Irène en me disant qu’à un moment, je serai bien obligé d’attaquer le corps d’Irène. Mais comme elle n’est plus de ce monde, le corps de quelqu’un d’autre la remplacerait. J’ai envisagé plusieurs hypothèses, l’idée d’une comédienne connue notamment, mais je me suis rendu compte qu’elle était tellement présente à mes yeux qu’il était impossible de l’incarner par une autre. Alors j’ai

Continuer à lire

Irène

ECRANS | De et avec Alain Cavalier (Fr, 1h20)

Christophe Chabert | Jeudi 22 octobre 2009

Irène

Irène est peut-être le plus beau film de l’année, et le meilleur de son cinéaste, du moins dans sa veine «autobiographique». Pourtant, c’est un objet à part, unique, précieux dans tous les sens du terme, c’est-à-dire rare et fragile. Irène, c’est la femme aimée par Cavalier, disparue tragiquement au milieu des années 70 alors que le cinéaste essayait de monter un film avec elle. Cavalier s’engouffre dans cette béance (une femme et un film fantômes) qu’il tente de matérialiser, trente-cinq ans plus tard, avec les moyens rudimentaires qu’il a adoptés depuis La Rencontre : un homme qui regarde et commente, seul derrière sa caméra, des bribes de réel. Alain cherche Irène dans son présent : il la trouve dans une photo de Sophie Marceau, dans l’appartement où ils ont vécu, dans le regard d’une oie, dans des traversins disposés comme les jambes écartées d’une femme… Il part sur ses traces, y risque sa vie — incroyable scène presque gore où il tombe dans les escaliers du métro — et après avoir longuement tourné autour, choisit d’affronter cette présence insaisissable. C’est une simple photo, révélée tardivement, de cette femme sublime, qui donne tout son sens à ce film d’amour

Continuer à lire

Blog : Ô Irène !

ECRANS | Mardi 19 mai :

Christophe Chabert | Mardi 19 mai 2009

Blog : Ô Irène !

Le festival continue peinard. On avait vu Looking for Eric avant de partir, on ne l’avait pas beaucoup aimé (pas du tout, même), mais après le Von Trier, les festivaliers avaient manifestement envie de se détendre. Du coup, cette comédie concept très mineure dans l’œuvre de Loach, a reçu un fort bon accueil sur la Croisette. Dans les sections parallèles, on a bien aimé à ‘Un certain regard’ Le Père de mes enfants de Mia Hansen-Love, alors qu’on détestait son premier film, Tout est pardonné. Et à la ‘Quinzaine’, on a découvert le beau film de Denis Villeneuve Polytechnique, sorte d’Éléphant québécois, ainsi que Les Beaux Gosses, comédie ado de l’excellent Riad Sattouf, bientôt en salles et franchement bidonnant. Et puis le deuxième choc de ce festival : Irène d’Alain Cavalier. Continuant son cinéma en solitaire engagé depuis La Rencontre, le cinéaste septuagénaire l’emmène ici à des hauteurs encore jamais atteintes dans son travail (le mot œuvre lui ferait horreur). Irène, c’est une femme aimée au début des années 70, morte dans un accident de voiture et jamais oubliée par le cinéaste. Il veut faire un film s

Continuer à lire

Intégrale autobiographique

ECRANS | ALAIN CAVALIER Pyramide

| Mercredi 14 mars 2007

Intégrale autobiographique

Le cinéma d'Alain Cavalier part d'un postulat simple : si le cinéaste est un artisan, son outil est la caméra. Et son travail consiste à filmer le réel dans son immédiateté, sans médiation entre son regard et l'objet filmé. Que Cavalier ait été un formidable cinéaste de fiction, cela ne fait aucun doute. Mais c'est bien dans ses œuvres autobiographiques, aujourd'hui regroupées dans un coffret DVD, que l'on peut voir son art à l'état brut. Trois films tournés à trois périodes et avec trois supports différents, traduisent ainsi à la fois la réappropriation de son outil par Cavalier, mais aussi les soubresauts de son existence. Ce répondeur ne prend pas de message, (16 mm, 1977) le montre enrubanné tel l'homme invisible, repeignant une pièce de son appartement entièrement en noir après la mort de sa compagne. La Rencontre (Hi-8, 1996) filme des objets, des animaux, des paysages et le corps de Françoise Widhoff, dont il vient de tomber follement amoureux. Le Filmeur (DV, 2005) enregistre son quotidien d'homme et de cinéaste, démarche naturelle de celui qui tient son journal et qui n'a plus peur de tout montrer, lui compris. La mort, l'amour, la maladie : Cavalier cherche à capter l'inf

Continuer à lire