Marguerite

ECRANS | De Xavier Giannoli (Fr, 2h07) avec Catherine Frot, André Marcon, Michel Fau…

Vincent Raymond | Mardi 15 septembre 2015

Marguerite, baronne férue d'art lyrique, donne des récitals à domicile lors de soirées de bienfaisance. Sa prodigalité retient tous ses obligés, à commencer par son époux, de lui révéler qu'elle chante comme une casserole. Quand lui prend l'envie d'organiser un concert public, ses proches tentent de l'en dissuader, puis de limiter la casse en embauchant un coach…

Capable de l'épouvantable (Quand j'étais chanteur) comme du très correct (À l'origine), Giannoli délaisse rapidement le "gag" de la voix de crécelle pour s'intéresser à la singulière personnalité de Marguerite, à sa solitude de femme délaissée et sa conquête d'indépendance ; à sa générosité et son absence d'a priori — en témoigne la galaxie de freaks dont elle s'entoure sans ciller. Du nanan pour Catherine Frot. Il perd hélas en subtilité dans la réalisation des récitals. Multipliant les très gros plans sur la bouche, voire la glotte de la diva, il crée un effet caricatural inutile, car redondant avec la bande-son : même la plus atrophiée des oreilles entend que les mugissements de Marguerite sont une injure à la justesse. L'esthétique du cinéma muet a — comme c'est étonnant — moins d'impact dans le cinéma parlant.


Marguerite

De Xavier Giannoli (Fr-Rep.Tch-Bel, 2h07) avec Catherine Frot, André Marcon... Le Paris des années 20. Marguerite Dumont est une femme fortunée passionnée de musique et d’opéra. Depuis des années elle chante régulièrement devant son cercle d’habitués. Mais Marguerite chante tragiquement faux et personne ne le lui a jamais dit. Son mari et ses proches l’ont toujours entretenue dans ses illusions. Tout se complique le jour où elle se met en tête de se produire devant un vrai public à l’Opéra.
UGC Ciné-Cité Confluence 121 cours Charlemagne Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un enfant à la mère : "Sous les étoiles de Paris" de Claus Drexel

Comédie dramatique | Claus Drexel l’affirme d’emblée : il s’agit d’un conte.

Vincent Raymond | Mardi 27 octobre 2020

Un enfant à la mère :

Clocharde vivant recluse dans le silence d’un local sous un pont de Paris, Christine voit surgir le petit Suli, un migrant africain dont la mère a été arrêtée pour se faire expulser. D’abord revêche avec l’enfant, Christine le prend sous son aile mitée et tente l’impossible : retrouver la mère… Claus Drexel l’affirme d’emblée : il s’agit d’un conte. Silhouette hors d’âge et claudiquante, Catherine Frot fait en effet figure de Carabosse des égouts attendant d’être délivrée d'un mauvais sort par le petit chevalier Suli au terme de leur déambulation-apprivoisement initiatique. S'il révèle les invisibles au sein de la foule solitaire, ce film démarrant comme un diesel trouve quelques moments de grâce dans le lien entre les deux personnages, et quelques images choc : l’évocation d’une “cour des miracles“ peuplée de drogués sous un parking ou les terribles (et bien réels) plans sur les bidonvilles de migrants de l’autre côté du périph’. Sur un registre plus anecdotique, il s’agit sans doute de l’un des rares — le seul ? — films où les deux sœurs Frot se donnent la réplique.

Continuer à lire

Claus Drexel : « l’idée était de faire un conte »

Sous les étoiles de Paris | Après le visionnaire "America", Claus Drexel revient à la fiction à la demande de Catherine Frot pour un étrange buddy movie entre une clocharde et un petit migrant dans le décor somptueux de Paris. Un projet venu tout droit d’un autre documentaire, "Au bord du monde"…

Vincent Raymond | Mardi 27 octobre 2020

Claus Drexel : « l’idée était de faire un conte »

C’est par un documentaire, Au bord du monde (2013), que vous êtes arrivé à Sous les étoiles de Paris… Claus Drexel : Oui, mais je faisais déjà de la fiction avant. J’ai plutôt fait un virage vers le documentaire sans jamais avoir envie d’arrêter la fiction. Ce qui s’est passé à l’époque de Au bord du monde, c’est que je voyais des reportages sur les gens de la rue où ces personnes ne s’exprimaient jamais parce qu’on interviewait les associations — qui font un travail formidable. J’avais l’impression de vivre dans une ville avec des personnes que je ne connaissais pas, dont je ne savais rien. J’ai eu envie de les rencontrer, en tant qu’individu. C’est un peu par hasard qu’est venue ensuite l’idée de tirer un documentaire de ces rencontres, Au bord du monde, et finalement j’ai adoré ça. Ce film a changé mon regard sur le monde à plusieurs niveaux. Car j’ai adoré le concept de documentaire et j’ai eu envie de continuer à en faire, sans perdre l’envie de faire de la fiction qui était ma voie d’origine. Alors, quand Catherine Frot m’a contacté après avoir vu

Continuer à lire

Malle du transport : "L’Aventure des Marguerite" avec Clovis Cornillac

Comédie | 1942. Le père de Marguerite a disparu à la guerre et l’adolescente se languit de son retour. 2019. Margot, sosie de la précédente, doit passer trois jours avec le nouveau copain de sa mère qu’elle trouve lourd. À cause d’une malle magique, les deux jeunes filles vont se substituer l’une l’autre…

Vincent Raymond | Mercredi 8 juillet 2020

Malle du transport :

Comme une étrange impression de se retrouver devant un J’aime Lire mis en images… Pas si loin, en fait, puisque cette comédie fantastique d’aventures est adaptée d’un roman jeunesse signé Vincent Cuvellier. Si le travail visuel est propre, rythmé par le va-et-vient permanent entre les deux époques, la partie 1942 se révèle beaucoup plus riche en rebondissements épiques que le segment contemporain — Marguerite s’adaptant très (trop) vite à l’univers de science-fiction XXIe siècle. Les scénaristes ne se sont pas non plus beaucoup trop préoccupés des inévitables questions de paradoxes temporels, pourtant le sel de ces histoires ainsi que des ressorts dramatiques de premier choix. On ignore quel destin attend ce film d’ambiance automnale un 14 juillet en salles, il fera certainement un meilleur score une après-midi de novembre agrémenté d’un chocolat chaud sur le canapé… L'Aventure des Marguerite Un film de Pierre Coré (Fr, 1h26) avec Alice Pol, Clovis Cornillac, Lila Gueneau…

Continuer à lire

Éloge du sur-place en marche arrière : "Qui m'aime me suive !"

Comédie | De José Alcala (Fr, 1h30) avec Daniel Auteuil, Catherine Frot, Bernard Le Coq…

Vincent Raymond | Mardi 19 mars 2019

Éloge du sur-place en marche arrière :

Parce que son grincheux de mari Gilbert s’obstine à conserver son garage, qu’il est fâché avec leur fille depuis qu’elle a convolé, qu’ils sont fauchés, que son voisin et amant a déménagé, Simone quitte le foyer. Pile le jour où le petit-fils débarque. Gilbert, affolé, part à ses trousses. Courses-poursuites poussives, septuagénaires s’escrimant à paraître dix ans de moins, surjeu outré généralisé, accumulation d’enjeux dramatiques éventés évoquant un tout-à-l’égout de pitchs scénaristiques… Est-il bien raisonnable, à l’heure où les plateformes de vidéo en ligne prennent d’assaut le secteur cinématographique, que les salles soient les récipiendaires de médiocrités aussi ineptes ? Même le petit écran, qui jadis leur permettait de trouver une incarnation dans le format téléfilm, semble avoir jeté l’éponge. À raison : un tel objet aurait raison de la meilleure indulgence — pardon, audience. ll y a quelque chose de pathétique à observer des acteurs estimables se livrer à un concours de cabotinage pour tenter de donner quelque intérêt à une comédie. Surtout lorsque leur carrière peut

Continuer à lire

Xavier Giannoli : ”Un appel vers le mystère“

L'Apparition | Après Marguerite, Xavier Giannoli revient avec L’Apparition. Vincent Lindon y campe un journaliste envoyé par le Vatican dans les Alpes, où une jeune fille affirme avoir eu une apparition de la Vierge. L’enquête est ouverte… Propos recueillis par Vincent Raymond & Aliénor Vinçotte

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Xavier Giannoli : ”Un appel vers le mystère“

Qu’est-ce qui vous a mené sur ce chemin de la foi ? Xavier Giannoli : Je ne crois pas que L’Apparition soit un film sur le chemin de la foi. J’ai lu un fait divers où il était question d’une enquête canonique — c’est-à-dire une enquête diligentée par un évêque pour essayer de faire la lumière sur un fait surnaturel, “apparitionnaire”. J’ai tout de suite compris que c’était un sujet de film, de cinéma très romanesque et très intéressant. J’ai été baptisé, j’ai reçu une éducation chrétienne, mais je ne suis pas pratiquant et je pense comme tout le monde que cette question du religieux, de la foi, de l’existence ou de l’absence de Dieu est une question essentielle de nos vies. J’avais l’intuition que l’enquête était une proposition cinématographiquement forte et originale. Si ce n’est pas un film sur la foi, alors qu’en est-il ? C’est un film sur le doute. Des films sur la foi, j’en ai vu. Là, ce qui m’intéressait, c’est d’avoir le point de vue d’un sceptique sur un mystère. J’ai donc une approche documentaire, argumentée et étayée par une lon

Continuer à lire

En présence d’un doute : "L'Apparition"

Mystère mystérieux | de Xavier Giannoli (Fr, 2h21) avec Vincent Lindon, Galatea Bellugi, Patrick d’Assumçao…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

En présence d’un doute :

Encore blessé et traumatisé par la mort d’un confrère sur le terrain, un reporter de guerre accepte de sortir de sa prostration quand un évêque du Vatican lui demande de participer à une enquête canonique : une jeune fille prétend que la Vierge lui est apparue, mais rien n’est moins sûr… Xavier Giannoli traite ici, comme dans nombre de ses réalisations précédentes — ses courts-métrages y compris —, d’une fascination pour une forme d’aura inexplicable ; la grâce mystique prenant dans L’Apparition le relai de la notoriété (Superstar), du charisme (Quand j’étais chanteur) ou du (non-)talent artistique (Marguerite). À cette note fondamentale, il ajoute un autre thème récurrent et souvent complémentaire : la dissimulation et l’usurpation de qualité. Pour les figures centrales de ses fi

Continuer à lire

La Douleur

Avant-Première | Récit dont Marguerite Duras avait oublié jusqu’à l’existence — la mémoire sait être sélective pour s’épargner certaines souffrances — La Douleur raconte un épisode (...)

Vincent Raymond | Mardi 9 janvier 2018

La Douleur

Récit dont Marguerite Duras avait oublié jusqu’à l’existence — la mémoire sait être sélective pour s’épargner certaines souffrances — La Douleur raconte un épisode particulier de sa vie : l’attente du retour de son mari déporté. Emmanuel Finkiel en a tiré une adaptation naturellement sèche où Mélanie Thierry retrouve, dans la voix-off de la récitante, le phrasé durassien si particulier d’Emmanuel Riva. La comédienne et le réalisateur seront présents pour la double avant-première prévue mardi 16 janvier à 20h à l’Astoria et au Comœdia. Nulle absence n’est donc ici à redouter. La Douleur À l’UGC Astoria et au Comœdia le mardi 16 janvier à 20h

Continuer à lire

"Sage Femme" : critique et interview de Martin Provost

ECRANS | Sage-femme, Claire travaille dans une maternité qui va bientôt fermer. Sa vie se retrouve chamboulée par l’irruption de Béatrice, amante de son défunt père. (...)

Julien Homère | Mardi 21 mars 2017

Sage-femme, Claire travaille dans une maternité qui va bientôt fermer. Sa vie se retrouve chamboulée par l’irruption de Béatrice, amante de son défunt père. Passions, regrets et nostalgie vont s’inviter chez ces deux femmes que tout oppose. Étude sur l’acceptation du passé, cette petite histoire s’accompagne d’une mise en scène discrète, presque invisible de Martin Provost. Écrasé par deux actrices qu’il admire, le réalisateur limite la forme à une simple illustration. Seuls Quentin Dolmaire et Olivier Gourmet irradient leurs apparitions d’un charisme qui dénote avec l’ensemble. En dépit d’une première heure touchante, la simplicité recherchée donne un sentiment d’inabouti. Des images calmes, une musique calme et un scénario calme, achèvent de rendre le troisième acte maladroit, presque ennuyeux dans les adie

Continuer à lire

Cannes 2015, jours 10 et 11. La dernière ligne droite…

ECRANS | "Valley of Love" de Guillaume Nicloux. "Chronic" de Michel Franco. "Macbeth" de Justin Kurzel. "Notre petite sœur" d’Hirokazu Kore-eda. "Marguerite et Julien" de Valérie Donzelli. Le Palmarès du festival.

Christophe Chabert | Mardi 26 mai 2015

Cannes 2015, jours 10 et 11. La dernière ligne droite…

Encore une poignée de films arrachés à l’épuisement de fin de festival. Une journée pour souffler après le Palmarès. Et nous voilà de retour derrière notre clavier pour commenter tout ça, depuis nos calmes pénates et sous un ciel grisâtre, loin des coups de soleil et du stress cannois. Nicloux : Depardieu et Huppert, perdus dans l’espace La fin de la compétition — et les deux films rattrapés in extremis avant de rentrer — auront achevé de faire pencher la balance longtemps indécise du jugement global porté sur sa qualité : c’était quand même très moyen. On y reviendra à la fin de ce billet, mais il faut remonter à loin pour trouver autant de déceptions, sinon de films franchement mauvais, dans ce qui est censé être le top du festival. Et s’il y eût aussi quelques grands moments, c’est bien l’écart entre les deux extrêmes qui pose question. Mais bon, ne spoilons pas, on développera plus tard. Ainsi du Valley of Love de Guillaume Nicloux qui, sans être le «navet» proclamé par certains, nous a quand même sérieusement laissé sur notre faim. Il faut dire que Nicloux est un drôle de cinéaste, que l’on a d’abor

Continuer à lire

Poursuivre, dit-elle

CONNAITRE | Pour son 3e opus, la revue "Initiales" replonge dans l'univers cinématographique et littéraire de Marguerite Duras. Et invite dans ses pages nombre d'artistes et d'écrivains qui s'en inspirent. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 19 janvier 2014

Poursuivre, dit-elle

«Il y a une bêtise de Duras qui traverse son génie propre» écrit Thomas Clerc à propos de l'homophobie de Marguerite Duras. On ne retracera pas ici le trajet connu de cette écrivain et cinéaste qui en a toujours un peu trop fait, jusqu'à en exaspérer certains ou à interviewer Michel Platini en sachant à peine ce qu'était un ballon de foot. Car ce qui importe, au fond, c'est que l'auteur du "je", de l'oralité, du corps et des pulsions, du désir féminin, a créé des failles géniales, dont les répliques sismiques se ressentent encore aujourd'hui. Il suffit pour s'en convaincre de rouvrir Le Ravissement de Lol V. Stein. Ou bien d'effectuer la petite expérience suivante : si vous êtes, comme nous, accablés par l'apathie des dernières productions de vos cinéastes favoris, visionnez le DVD de Détruire, dit-elle (1969) de Marguerite Duras. Ca tranche, ça intrigue, ça interroge pour le moins. Sur l'écran comme sur le papier, Duras fait bouger les lignes.  Un pas de côté Elle provoque et inspire j

Continuer à lire

Tribune libre

SCENES | Idée saugrenue mais intrigante, la rencontre en 1987 entre Marguerite Duras et Michel Platini avait donné lieu à une interview parue dans "Libération". C’est désormais une pièce de théâtre dont l’excès de formalisme ne gâche pas le plaisir de parler intelligemment de foot sur une scène. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 18 octobre 2012

Tribune libre

Pensait-elle qu’elle serait un des personnages de théâtre récurrents des pièces contemporaines (Marguerite et François par Gilles Pastor, La Musica deuxième par les Nöjd…), elle qui obtint le Goncourt avec L’Amant l’année même où elle interviewa Michel Platini ? Marguerite Duras, éternellement engoncée dans son col roulé blanc, forcément moins caricaturale qu’elle se caricaturait elle-même, est plus vraie que nature sous les traits d’Anne de Boissy (vue et revue dans l'inaltérable Lambeaux). Elle fait face à un héros du sport français pour une improbable rencontre avec ce jeune loup de 32 ans, maillot de la Juve sur le dos, qui vit sa "ménopause" d’athlète selon les mots du chroniqueur cycliste Antoine Blondin pour nommer la retraite sportive. Plus difficilement incarné par Stéphane Naigeon (dont l’âge est trop en décalage avec celui de son personnage), Platini n’en est pas moins impressionnant dans sa vision du jeu, simple et juste ; il a cette faus

Continuer à lire

Les Saveurs du palais

ECRANS | De Christian Vincent (Fr, h35) avec Catherine Frot, Arthur Dupont, Jean D’Ormesson…

Christophe Chabert | Vendredi 14 septembre 2012

Les Saveurs du palais

Du fin fond de l’Antarctique où elle a trouvé refuge pour faire le point sur une aventure exaltante mais achevée brutalement, Hortense Laborie se souvient des deux années passées au palais de l’Élysée où celle qui, jusqu’ici, ne tenait qu’une modeste auberge périgourdine est devenue la cuisinière personnelle du président en place. Derrière le personnage de fiction se cache l’authentique chef des cuisines privées de François Mitterrand à la fin de son deuxième septennat. Christian Vincent a choisi d’être beaucoup plus abstrait pour faire de cette histoire vraie une fable sur le pouvoir et la fin d’une époque. Élégamment raconté par une caméra toujours en mouvement, parfaitement interprété par une Catherine Frot aussi à l’aise dans la légèreté que dans la gravité, Les Saveurs du palais est le prototype du film qualité française, label vintage ici remis au goût du jour. Or, Laborie est elle-même une sorte de madone du terroir et des recettes de «mémé», tandis que le président, fin lettré (normal, l’incunable Jean D’Ormesson en endosse avec une délectation non feinte le costume), se lamente sur l’air du «On ne parle plus comme ça, maintenant». Dés

Continuer à lire

Superstar

ECRANS | Où Xavier Giannoli veut-il en venir avec cette fable où un Monsieur Tout-le-Monde (Kad Merad, choix presque trop évident, même si l’acteur s’en sort avec (...)

Christophe Chabert | Vendredi 13 juillet 2012

Superstar

Où Xavier Giannoli veut-il en venir avec cette fable où un Monsieur Tout-le-Monde (Kad Merad, choix presque trop évident, même si l’acteur s’en sort avec un certain talent) est soudain considéré comme une célébrité, sans qu’il sache pourquoi ? L’argument, exactement le même que celui du segment avec Benigni dans To Rome with love, est prétexte à une confuse démonstration de la part du cinéaste d’À l’origine. Portant d’abord la faute sur des media avides d’audience et de clics (savoureuse prestation de Louis-Do De Lenquesaing en producteur sans scrupule), Giannoli reprend ensuite en mode mineur l’idée de son film précédent : comment une foule projette sur un homme qui passait par là ses désirs et ses frustrations. Mais, à la faveur d’un nouveau coup de force scénaristique, c’est le peuple qui est à son tour dénoncé, brûlant avec la même ferveur celui qu’il adulait hier. Comme un film à thèse qui défendrait tout et son contraire, Superstar s’emmêle les pinceaux dans une rumination façon Tavernier contre l’époque et la société que, par ailleurs, il s’avère incapable de filmer sans sombrer dans le cliché. Les pénibles séquences au supermar

Continuer à lire

Oh le vieux style !

SCENES | Au procès intenté contre la version de Oh les beaux jours présentée par Marc Paquien, il n’y aura qu’une seule acquittée : Catherine Frot. La comédienne, que l’on (...)

Dorotée Aznar | Lundi 4 juin 2012

Oh le vieux style !

Au procès intenté contre la version de Oh les beaux jours présentée par Marc Paquien, il n’y aura qu’une seule acquittée : Catherine Frot. La comédienne, que l’on n’avait pas vue depuis plusieurs années sur les planches, prend un plaisir immense (et communicatif) à jouer Winnie, cette femme qui s’enlise inexorablement, face à un interlocuteur muet la plupart du temps. Avec un mélange de candeur et d’ironie lucide, Frot fait merveille en personnage tragi-comique, digne quand il n’y a plus rien à sauver, gaie jusqu’au dernier souffle. Si l’on retrouve dans Oh les beaux jours des thèmes chers à Beckett : la faillite du langage, le dépérissement des corps, la répétition sans but et sans issue, on est clairement ici du côté de la vie. Du côté des accusés, on retrouvera en premier lieu Marc Paquien. Le metteur en scène aurait pu se contenter d’un fort soupçon d’emploi fictif, considérant que son travail se réduit ici à la portion congrue : asseoir Catherine Frot sur une chaise et appliquer à la lettre les indications de l’auteur. Malheureusement, dès le lever de rideau, on penchera davantage vers une association de malfaiteurs où s’illustre notamment le décor

Continuer à lire

La carte et le territoire

SCENES | Que font un écrivain français (Duras) et un Président de la République française (Mitterrand) quand ils se rencontrent ? Ils parlent de leur pays, de ses reliefs, de son histoire. Ils nous parlent de nous. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 27 octobre 2011

La carte et le territoire

François Mitterrand l’a toujours dit : il aime la France «physiquement». Il en connait les campagnes (la Charente, l’église d’Aulnay) et les villes (Paris, où il aime toujours revenir). Dans les entretiens de 1986, dont est tiré le spectacle, il réaffirme son attrait pour la géographie : «ce sont les cartes coloriées de mon enfance qui ont déterminé ma vision du monde» confie-t-il. Lui qui fut ministre de la France d’Outre-Mer, «c'est-à-dire, en fait, ministre de l’Afrique», évoque les couleurs ocre-jaune de l’Égypte et les odeurs de la forêt des Landes dont il ne peut se passer. On découvre aussi le Mitterrand humaniste ne craignant pas les vagues d’immigration que Duras aborde pragmatiquement. Et il rappelle cette réalité : la France est un pays de droite qui parfois (quatre fois en 200 ans) se prend de passion pour la gauche. Il ne faut donc pas chercher dans ce spectacle de polémique sur la vie du Président. L'affaire Bousquet, celle du sang contaminé, de l’Oratoire ou encore sa francisque n’étaient d’ailleurs pas toutes sorties de terre. Outre la géographie du monde, Mitterrand et Duras remuent leur histoire commune et leur amitié née pendant l’Oc

Continuer à lire

Viens voir les comédiens…

SCENES | Une saison de théâtre, c’est aussi, n’en déplaise aux puristes, une saison d’acteurs exceptionnels à découvrir sur scène. D’Arestrup à Catherine Frot, de Cantona à Romain Duris, passage en revue des «stars» de cette rentrée. Christophe Chabert

Dorotée Aznar | Jeudi 1 septembre 2011

Viens voir les comédiens…

S’il y a un acteur qu’on n’attendait pas là, c’est bien lui. Qu’Éric Cantona, pour qui on a une affection particulière, s’associe à Dan Jemmett, metteur en scène ayant l’habitude de mettre en pièces le répertoire (on se souvient de sa Nuit des Rois d’après Shakespeare), pourquoi pas ? Mais que les deux aient trouvé comme terrain d’entente Ubu enchaîné d’Alfred Jarry, voilà qui a de quoi stimuler les attentes et laisser s’épanouir tous les fantasmes. Ce qui fascine chez Cantona, c’est ce corps à la fois massif et sportif, cette voix puissante et chantante (combien d’acteurs en France ont le droit de jouer avec leur accent d’origine ?) ; un drôle de comédien dans une drôle de pièce, où le tyran devient esclave mais conserve ses humeurs et ses emportements. Romain Duris aussi a su faire de son corps souple et nerveux un instrument de fascination pour les metteurs en scène de cinéma. C’est en le filmant pour son très raté Persécution que Patrice Chéreau, qui ne rechigne plus autant à revenir au théâtre, a décidé de le pousser sur scène, faisant de lui le nouvel interprète (après Pascal Greggory, qui a fait le trajet inverse de Duris, des planches à l’écran) de son auteur fétiche, Berna

Continuer à lire

Coup d’éclat

ECRANS | De José Alcala (Fr, 1h30) avec Catherine Frot, Nicolas Giraud…

Christophe Chabert | Mercredi 20 avril 2011

Coup d’éclat

Véhicule pour Catherine Frot en femme-flic au bout du rouleau, de plus en plus seule au fil du récit et qui tente de se raccrocher à une enquête concernant l’assassinat d’une fille de l’Est, Coup d’éclat ne fait pas d’étincelles. Le rythme est léthargique, les rebondissements prévisibles, les dialogues mal écrits ; on se croirait devant un épisode de Derrick ! Et les zones d’ombre sont tellement soulignées qu’elles participent du manque de subtilité générale. Sans parler du contenu social du film, qui n’est là que pour rappeler qu’il s’agit d’un polar de gauche. Il est aussi mauvais que les polars de droite. Christophe Chabert

Continuer à lire

Accords perdus

SCENES | Théâtre / Si jeunes soient les membres de la compagnie jeune Nöjd («heureux» en suédois), ils s'emparent avec crédibilité de "La Musica deuxième" de Marguerite (...)

Nadja Pobel | Jeudi 3 mars 2011

Accords perdus

Théâtre / Si jeunes soient les membres de la compagnie jeune Nöjd («heureux» en suédois), ils s'emparent avec crédibilité de "La Musica deuxième" de Marguerite Duras. Un homme et une femme reviennent dans l'hôtel d'Évreux où ils se sont fait follement aimés avant de laisser mourir leur amour dans la maison qu'ils ont achetée pour «faire comme tout le monde». Ils ne se sont plus vus depuis quatre ans. Ils viennent ici acter leur divorce et se ré-apprivoisent comme des animaux blessés. Leurs gestes sont heurtés, parfois brusques, voire incongrus, mais toujours justes. Pas besoin d'avoir des rides au coin des yeux pour faire croire à la profondeur de l'amour passé. Les personnages ne s'épargnent pas, se relatant leurs infidélités dans une langue raide, rugueuse, sans atermoiements et sans haine. Ils ne cessent de se désirer, sondant l'épaisseur de leur douleur. Dans un vouvoiement constant, il lui dit : «je suis venu voir voir comment vous étiez sans moi, comment c'était possible, ce scandale, comment nous étions l'un sans l'autre». Nöjd fait du public un acteur de son travail comme récemment dans "Yvonne princesse de Bourgogne" (repris à Villefranche-sur-Saône le 29 mars) : les spect

Continuer à lire

En route pour l’Élysée

SCENES | Théâtre / Quand Gilles Pastor veut parler de politique, il invite Marguerite Duras et François Mitterrand à l’Élysée. Un dialogue inattendu à découvrir du 31 mai au 8 juin. Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Samedi 22 mai 2010

En route pour l’Élysée

La dernière fois qu’on avait vu Gilles Pastor, il avait des images de Salvador de Bahia plein la tête et transportait la Tempête de Shakespeare au Brésil. On le retrouve les pieds bien ancrés sur le sol français, à quelques jours de présenter Marguerite & François au Théâtre de l’Élysée, un spectacle construit d'après les entretiens entre Marguerite Duras et François Mitterrand. «En 2007, quand je suis rentré en France, Sarkozy était élu. Au Brésil son élection a été vécue comme un drame et j’avais envie de faire un spectacle politique», raconte Gilles Pastor. Finalement, ce ne sera pas à Sarkozy mais à Mitterrand que s’intéressera le metteur en scène suite à une «rencontre» avec des textes datant de 1985 et 1986, des entretiens entre un futur président et une intellectuelle : Mitterrand et Duras. Des entretiens orchestrés, destinés à être publiés dont le caractère théâtral interpelle Pastor qui décide de faire entendre ce débat d’idées destiné à la postérité. Lettres et politique Pour se glisser dans les costumes de ces deux intellectuels, Gilles Pastor a fait appel à une comédienne et à un ancien élu. Ce sont en effet l’

Continuer à lire

Le Vilain

ECRANS | De et avec Albert Dupontel (Fr, 1h25) avec Catherine Frot, Nicolas Marié…

Christophe Chabert | Mardi 17 novembre 2009

Le Vilain

Au cinéma de Dupontel, on accole souvent l’étiquette de «cartoon live», ce quEnfermés dehors, son œuvre la plus ambitieuse, avait entériné. Le Vilain, projet plus modeste, s’inscrit plutôt dans une ligne claire franco-belge, où le dessin s’efface devant le récit. Soient les retrouvailles entre un truand cinglé et sa gentille et increvable maman, vingt-cinq ans après le départ du fiston. Découvrant que son rejeton est une crapule depuis sa pas tendre enfance, elle décide de lui faire regretter ses errements ; en retour, il s’entête à la faire passer de vie à trépas. L’argument fait très bip bip contre le coyote, mais le scénario met un point d’honneur à ne pas s’enfermer dans son pitch. Plein de bifurcations au risque d’être inégal, le film fonctionne comme une comédie noire et méchante où Dupontel en fait des tonnes et Catherine Frot ne boude pas son plaisir d’abîmer son image d’actrice pour lecteurs de 'Télérama'. D’ordinaire, on n’aime pas écrire ça, mais Le Vilain est vraiment un film sympa — parce qu’il ne l’est pas, justement. CC

Continuer à lire

La mécanique du cœur

ECRANS | De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerite, le film envoûtant et méconnu de Paul Newman, ressorti quelques jours avant le décès de l'acteur-réalisateur, est à l'affiche de la ciné-collection en avril… Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 7 avril 2009

La mécanique du cœur

Lors de sa disparition à l'automne, il a beaucoup été question dans les hommages des yeux bleus et de l'humanisme de Paul Newman. De sa filmographie sélective ont été extraites ses interprétations made in Actor's studio dans La Chatte sur un toit brûlant, Butch Cassidy et le Kid, la Tour infernale, L'Arnaque et La Couleur de l'argent. Son passage à la mise en scène se fait dans cette même démarche de l'amour de l'acteur. En 1968, il réalise Rachel Rachel avec, dans le rôle titre, son épouse Joanne Woodward. Elle sera de la partie dans les cinq films de son mari — sauf dans le western Le Clan des irréductibles, qu'il renie. C'est d'ailleurs pour elle qu'il achète les droits du texte du prix Pulitzer Paul Zindel en 1972 ; il souhaite lui trouver «un rôle impossible à jouer». Raté : elle obtient l'année suivante le prix d'interprétation féminine à Cannes. Il s'agit toutefois bien d'un rôle casse-gueule. Beatrice, veuve, élève à 40 ans ses deux adolescentes comme elle peut dans l'Amérique profonde des années 70, sale et anonyme. Plus que perdre pied financièrement dans sa vie étriquée faite de bouts de ficelles, elle se noie dans sa solitude, aime trop et mal ses enfants, pas assez les

Continuer à lire

La Douleur

SCENES | C'est les vacances, les salles de théâtre attendent patiemment le retour des écoliers pour mettre fin à leur trêve de programmation. Mais parmi les téméraires (...)

Nadja Pobel | Mercredi 1 avril 2009

La Douleur

C'est les vacances, les salles de théâtre attendent patiemment le retour des écoliers pour mettre fin à leur trêve de programmation. Mais parmi les téméraires qui s'aventureront au théâtre cette semaine, ils auront peut-être la chance — pour ceux qui ont déjà leurs places car c'est complet, de voir Dominique Blanc, sous la direction de Patrice Chéreau, incarner jusqu'à l'os La Douleur de Marguerite Duras (à la Croix-Rousse, les 9 et 10 avril), un texte déniché par son éditeur POL alors qu'elle ne se souvenait même pas l'avoir écrit. Elle attendait le retour de son homme déporté. Elle l'a vu revenir sous forme de fantôme ayant côtoyé l'indicible. Et pourtant elle le dit magistralement.

Continuer à lire

La Douleur à Blanc

SCENES | Dominique Blanc, comédienne, retrouve avec "La Douleur", un texte longtemps oublié par son auteur-même Marguerite Duras, les planches et Patrice Chéreau avant d'être l'héroïne au cinéma de "L'Autre" en février. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 23 décembre 2008

La Douleur à Blanc

«Les hasards de la vie» dit-elle. La rencontre avec celui qui est un fil rouge de sa carrière est un hasard. Dominique Blanc était en classe libre au cours Florent, où Patrice Chéreau était professeur. Depuis, ils se sont trouvés, perdus de vue, retrouvés, mais jamais séparés. Trois pièces de théâtre et deux films plus tard, les voici réunis par La Douleur. «C’est moi qui suis revenue vers lui, on a décidé d’une lecture à deux, cherché des textes puis il a trouvé celui-là pour lequel j’ai eu un coup de foudre immédiat». Ce ne devait être l’histoire que d’une ou deux lectures données l’année dernière, c’est désormais un spectacle qu’elle va emmener partout avec un bonheur non dissimulé. Chéreau n’est plus à ses côtés sur scène, La Douleur est devenu un monologue, une première pour lui comme metteur en scène, une première pour elle comme comédienne ; «il faut être très rigoureux, je me sens en liberté surveillée, c’est à la fois inquiétant et merveilleux» confesse-t-elle. Pour ce saut dans l'inconnu, elle ne cherche pas la facilité, se confrontant à un texte qui n’a rien de théâtral et qui a même longtemps été gommé de la mémoire de son

Continuer à lire

Le Crime est notre affaire

ECRANS | De Pascal Thomas (Fr, 1h49) avec André Dussollier, Catherine Frot, Claude Rich…

Christophe Chabert | Mercredi 8 octobre 2008

Le Crime est notre affaire

Pendant que Belisair Dussollier met son ordinateur «à la poubelle», Prudence Frot lui lance un cinglant «Ça sent le vieux !». Sacré Pascal Thomas ! Il faut être sûr de son coup pour ouvrir un film sur une séquence qui résume, avec humour, toute son œuvre récente. Alors, oui, cette suite de Mon petit doigt m’a dit sera encore plus old school et fière de l’être. Après le bâclé L’Heure zéro, Le Crime est notre affaire fait preuve d’un solide sens de la mise en scène, et l’intrigue d’Agatha Christie a cette fois suffisamment de substance pour contenter le spectateur jusqu’à la dernière séquence. Mais ça, à la limite, on s’en fout ! Scindant son couple de détectives amateurs en deux pour les besoins de l’histoire, Pascal Thomas propulse Prudence dans un château enneigé. Elle y découvre une famille partiellement rescapée du dernier Desplechin qu’un vieillard pingre — Claude Rich, avec une réplique géniale : «Elle est bonne, la soupe !» — couvre de reproches. De ce choc générationnel, il ressort que les vieux ne sont pas ceux que l’on croit, et qu’une quadra bien conservée suscite un appétit sexuel plus affolant qu’une blonde minette — qui court en jupe plissée dans les couloirs, au cas o

Continuer à lire