Publicité
Publicité

"Fuocoammare, par-delà Lampedusa" : un Ours à la mer

ECRANS | Un film de Gianfranco Rosi (It-Fr, 1h49) documentaire…

Vincent Raymond | Mardi 27 septembre 2016

Photo : © DR


Quelques fragments de la vie ordinaire d'habitants de la petite île méditerranéenne de Lampedusa, où arrivent (échouent ?) les réfugiés en provenance d'Afrique du Nord ; le contraste saisissant entre l'insouciance des gamins de pêcheurs, les difficultés de leurs parents renonçant à affronter la mer par gros temps, et puis les migrants prêts à tout pour fuir la misère, y compris à braver les éléments…

En décernant l'Ours d'Or à Fuocoammare, le jury de la Berlinale a eu la certitude d'accomplir un “geste politique”, ce documentaire abordant un sujet d'actualité urticant. Sauf que le traitement choisi laisse, à tout le moins, perplexe. Rosi filme “l'omniprésente absence” des migrants pendant la majorité du temps, histoire de transformer en abstraction la catastrophe humanitaire, puis assène une séquence de sauvetage en filmant avec une crudité bien frontale des malheureux à l'agonie.

Un procédé des plus douteux mettant à mal l'éthique — mais pas l'esthétique, soignée avec un amour indécent. Empilant les saynètes tirées du quotidien, Rosi passe à côté de son sujet : il aurait dû faire du médecin de Lampedusa — le seul à être en permanence au contact des naufragés et des insulaires — le fil rouge de son film. Et davantage donner à entendre son humanité.


Fuocoammare, par-delà Lampedusa

De Gianfranco Rosi (It-Fr, 1h49) documentaire Samuele a 12 ans et vit sur une île au milieu de la mer. Il va à l'école, adore tirer et chasser avec sa fronde. Il aime les jeux terrestres, même si tout autour de lui parle de la mer et des hommes, des femmes, des enfants qui tentent de la traverser pour rejoindre son île. Car il n'est pas sur une île comme les autres. Cette île s'appelle Lampedusa et c'est une frontière hautement symbolique de l'Europe, traversée ces 20 dernières années par des milliers de migrants en quête de liberté.
Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Corps et Âme

ECRANS | Contrôleuse qualité récemment arrivée dans l’abattoir que dirige Endre, Mária se distingue par sa distance impassible et sa froideur mécanique. Découvrant par hasard (...)

Vincent Raymond | Mardi 24 octobre 2017

Corps et Âme

Contrôleuse qualité récemment arrivée dans l’abattoir que dirige Endre, Mária se distingue par sa distance impassible et sa froideur mécanique. Découvrant par hasard qu’ils effectuent chaque nuit le même rêve, ils tentent de se rapprocher l’un de l’autre les jours suivants. À pas feutrés… À mille lieues du cynisme dont l’époque se pourlèche, deux des plus grands festivals cinématographiques de la planète ont accordé cette année leur distinction suprême à des œuvres présentant une étrange gémellité, ainsi qu’une formidable audace : elles proposaient une authentique romance ; une histoire d’amour pure et simple entre deux êtres marginalisés par le reste du monde. Ainsi le Lion vénitien a-t-il rugi pour La Forme de l’eau de Guillermo del Toro — patience : il ne sera sur les écrans qu’en février —, et l’Ours berlinois hurlé pour cet apprivoisement délicat, cette union de deux solitudes glacées célébrée par une cinéaste aussi rare que résolue

Continuer à lire

Quand on a 17 ans

ECRANS | Autant l’avouer, on avait un peu perdu de vue Téchiné depuis quelques années : le cinéaste a pourtant tourné sans relâche, mais comme à son seul profit (ou en (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

Quand on a 17 ans

Autant l’avouer, on avait un peu perdu de vue Téchiné depuis quelques années : le cinéaste a pourtant tourné sans relâche, mais comme à son seul profit (ou en rond), s’inspirant volontiers de faits divers pour des films titrés de manière la plus vague possible — La Fille du RER, L’Homme qu’on aimait trop — à mille lieues de ses grandes œuvres obsessionnelles et déchirantes des années 1970-1990, de ses passions troubles, lyriques ou ravageuses. Comme si le triomphe des Roseaux sauvages (1994), puisé dans sa propre adolescence, avait perturbé le cours initial de sa carrière… Cela ne l’a pas empêché d’asséner de loin en loin un film pareil à une claque, à une coupe sagittale dans l’époque — ce fut le cas avec Les Témoins (2007), brillant regard sur les années sida. Le chenu et les roseaux De même que certains écrivains trouvent leur épanouissement en se faisant diaristes, c’est en prenant la place du chroniqueur que Téchiné se révèle le plus habile, accompagnant ses personnages de préférence sur une longue période, les couvant de l’œil pour mieux suivre leur(s) métamorphose(s), l’

Continuer à lire

Sacro GRA

ECRANS | À la dernière Mostra de Venise, Sacro GRA a obtenu un Lion d’or inattendu ; pour la première fois, un documentaire se retrouvait tout en haut du palmarès. (...)

Christophe Chabert | Mardi 25 mars 2014

Sacro GRA

À la dernière Mostra de Venise, Sacro GRA a obtenu un Lion d’or inattendu ; pour la première fois, un documentaire se retrouvait tout en haut du palmarès. Le sujet du film — une déambulation autour du périphérique romain à la rencontre de ceux qui y vivent et y travaillent — intensifiait la perplexité face à une telle décision. Celle-ci ne se dissipe pas une fois l’œuvre vue, tant Gianfranco Rosi se mure dans une radicalité un peu opaque, affichant sa neutralité en étendard — pas de voix-off, pas de trame narrative, juste la juxtaposition de vignettes et l’impression de tourner en rond comme les voitures sur ce fameux périphérique. On y voit un homme qui creuse des trous dans des palmiers pour y écouter le fourmillement des insectes grouillant à l’intérieur, un bourgeois qui loue sa grande demeure pour y tourner un roman-photo, des prostituées vieillissantes, un ambulancier, les habitants d’une cité HLM… Des visions parfois fortes — le cadre unique sur les fenêtres de l’immeuble — parfois à la limite du racolage ou de l’esthétisation gratuite — le périph’ sous la neige, les lumières des voitures perdues dans le flou de l’image — toutes fondues dans une démarche

Continuer à lire