Gilles Perret : « Faire un film de cinéma incarné sur le créateur de la Sécu »

3 questions à... | Gilles Perret retrace la genèse de son tonique documentaire, un salutaire hommage au fondateur de la Sécu tourné dans une indépendance farouche pas totalement volontaire.

Vincent Raymond | Mardi 8 novembre 2016

Photo : Gilles Perret © Rouge Productions


Vous auriez pu appeler ce documentaire Vive la Sociale !, si Gérard Mordillat n'avait pas déjà utilisé le titre…
Gilles Perret
: (rires) Ç'aurait été totalement adapté, en effet ! On avait dans l'idée de prendre un titre positif, beau, jouissif, parce que c'est quand même une belle histoire que celle de la Sécu. La Sociale est plus modeste, mais on a pris le parti d'une affiche sans Carte Vitale, mais moderne et combative, qui donne envie aux spectateurs hésitants. Pour qu'ils ne soient pas rebutés par un côté trop noir et blanc ni militant. On ne saura jamais si c'est une bonne idée ou pas…

Comment vous êtes-vous intéressé à ce personnage historique qu'était Ambroise Croizat ?
J'en avais déjà parlé dans De mémoires d'ouvriers, et c'était pour moi une injustice qu'on ne le connaisse pas davantage. Je me suis donc appuyé sur le travail de Michel Étiévent — l'historien que l'on voit dans le film — qui a fait un énorme boulot pour le réhabiliter. J'avais aussi envie de faire un film de cinéma incarné, car Croizat a eu une vie romanesque : de la misère ouvrière au poste de ministre en passant par le bagne. Tout un combat, et sans enrichissement personnel ! Le pire, c'est qu'il meurt jeune, en oubliant de se soigner, alors qu'il a mis en place la Sécu.

Vous avez bénéficié d'un témoin privilégié, en la personne de Jolfred Frégonara, un authentique vétéran de Sécu…
On a l'impression que je tourne dans mon coin en Haute-Savoie, mais c'est le hasard qui m'a conduit vers “Frego“ le Savoyard. J'avais ameuté les réseaux des comités d'histoire et de direction de la Sécurité sociale comme de la CGT en leur demandant s'ils connaissaient quelqu'un ayant eu un rôle au moment de la création de la Sécu — un salarié ou un administrateur ayant installé un bureau m'aurait suffi. Un gars de la CGT m'a orienté vers Jolfred Frégonara. Je l'ai appelé et je suis tombé sur un bonhomme de 96 ans à l'époque qui m'a dit : « je vous connais, j'ai acheté tous vos DVD sur Internet ! » Et là, ça a été réglé. (rires) Je me suis appuyé sur lui à fond ; il a mis toute son énergie, et de l'urgence, dans ce film. Il est décédé en août dernier.

Plus aucun officiel ne faisait appel à lui ?
Il était passé sous les écrans radars, même s'il prenait toujours sa carte à la CGT depuis 1936 ! Malgré son activité militante très faible, Frego avait toujours le cerveau en ébullition : il lisait les journaux ; quand il y avait quelque chose qu'il ne comprenait pas, il allait voir sur Internet, il achetait un bouquin sur les questions économiques… Pour le film, il a fait une conférence devant des jeunes avec trois notes qui se couraient après. Je suis sûr qu'ils ne sont pas prêts d'oublier son témoignage : il les a fait pleurer et rire, en redonnant une dimension politique à la Sécu, et leur rappelant qu'elle n'est pas qu'une question de chiffres et de gestionnaires.

Croizat, de son côté a été sciemment oblitéré par l'Histoire officielle. À tel point que même le ministre du Travail que vous croisez dans son bureau (François Rebsamen au moment du tournage) ignore tout de lui. La séquence en devient comique tant elle est pathétique…
Il n'y a rien pour venir au secours de Rebsamen : c'est un niveau de méconnaissance dramatique. Je pensais qu'il allait au moins connaître Croizat et qu'il ne s'attarderait pas sur ses bienfaits à cause de son étiquette CGT-PC. Mais là, c'est l'hallu totale… Il nous prend de haut, il ne connaît pas Croizat, il s'emmêle les pinceaux et finit en disant : « pour moi en 1945, y a qu'un seul personnage, c'est de Gaulle ».
Je ne veux pas enlever de mérite à de Gaulle, mais la question sociale et la Sécu, c'était pas son truc du tout ! Alors, qu'un socialiste dise « ma référence, c'est de Gaulle en 45 », il y a quelque chose qui ne s'est pas bien passé ! La séquence est pitoyable, mais en terme de cinéma, ça rend bien service. Quand je suis sorti, je savais que c'était un moment très intéressant pour le film, qui montre aussi ce qu'est devenue cette classe politique. Ça en dit long sur la société !
Si on le met en parallèle avec Croizat, le pauvre Rebsamen n'est pas à la fête ! Aujourd'hui, Myriam El Khomri dans ce bureau a mis en place la Loi Travail. On en pense ce qu'on en veut, mais d'une manière générale, ça va vers plus de précarité, plus de contrats courts, plus de “souplesse” dans l'emploi, alors que l'ambition de Croizat était de se débarrasser des angoisses du lendemain. Pourtant, ces gens se disent de gauche…

Vous consacrez une séquence édifiante aux partisans de la désaffiliation…
Aujourd'hui, si on demande dans la rue ce qu'est la Sécu, on entendra : « Un trou, des branleurs qui travaillent, un truc qui marche pas ». Alors que de fait, ça marche très bien, on est remboursé très rapidement, et que ce système égalitaire où tout le monde est soigné coûte 50% de moins qu'aux USA. Et il y a des conséquences sanitaires sur l'ensemble du pays et l'espérance de vie, qui sont formidables. Pourquoi la Sécu est-elle décriée comme ça ? Parce que des intérêts et une idéologie privés s'attaquent depuis 30 ans à cet édifice. Mais aussi à cause des gouvernements successifs, agents zélés de la libéralisation, qui ont rendu cette belle idée très éloignée du citoyen ou de l'assuré social.

Les désaffiliés parlent d'une “deuxième libération française”. C'est d'un cynisme ! En réalité, depuis 1945, les libéraux n'ont jamais accepté que la Sécu soit créée et mise aux mains des salariés : c'est une part importante du PIB qui échappe à la fois à l'État et au privé. Et le caractère obligatoire de la Sécu leur est insupportable. On fait la démonstration dans le film que c'est parce que justement tout le monde cotise que le système est efficace et coûte moins cher.

Dans le film, le représentant de ce mouvement paraît caricatural, mais il faut se dire qu'il fait 3 ou 4 conférences par semaine devant une centaine de personnes. Les désaffiliés sont super présents sur le Net et ils ont bonne presse : dans notre société où tout le monde a l'impression de payer pour l'autre, ils promettent un salaire double à ceux qui arrêtent de payer les cotisations sociales, et ensuite de prendre des petites assurances. Sur France 2, le 1er mai au soir, les désaffiliés ont eu droit à un sujet sur eux, sans contradiction. Ils sont plus nocifs qu'on pense. Pour moi, ça reste des dangereux.

Comment finance-t-on un film comme La Sociale ? Quid des télévisions ?
C'est une catastrophe, dans le sens où France 3 Rhône-Alpes-Auvergne a pris une version de 52 minutes plus ramassée — un portrait de Croizat, qui n'est pas le même film, et qui a déjà été diffusé. Et ça, c'est parce que je vis ici et que je travaille souvent avec eux. Mais au niveau national, le projet a été refusé sous prétexte que la création de la Sécu n'est pas un événement suffisamment important de l'Histoire de France pour avoir sa place à France 3 — l'argument est vérifiable. Si Laurence Coppey [la responsable des documentaires de France 3, NDLR] n'est pas remboursée de ses antibios, ça va aller pour elle : son mari est le patron de Vinci ! Je n'ai plus envie de rencontrer ces gens-là : on ne parle pas la même langue, on ne se comprend pas.

Alors, le financement s'est fait grâce aux gens qui viennent voir mes films, à une souscription, à des comités d'entreprise, à des mutuelles hors de la Mutualité avec l'esprit mutualiste, à la Ligue de l'Enseignement, à la CGT… Plein de bricolages partout, finalement. Et jusqu'au mois dernier, ce n'était pas bouclé, alors qu'on avait dépensé beaucoup pour la sortie en salle : car on a fait le choix de produire et de distribuer le film en direct, de garder notre indépendance en limitant les intermédiaires. C'est de l'artisanat à tous les étages, mais l'important, c'est que ça ne se voie pas ! Il faut aussi accompagner le film et c'est épuisant en terme de déplacement. On se trouve face à de gros distributeurs, dans un milieu un peu hostile. Et l'on paie des salaires et des cotisations sociales : on essaie d'être cohérent avec ce qu'on raconte dans le film. Si on ne le fait pas par conviction, autant ne pas le faire.

Ce “cinéma de conviction” a du potentiel : il suffit de voir le succès de Merci Patron !, qui a réalisé plus de 500 000 entrées.
Il faut trouver des formes différentes pour ces films positifs ; jouer sur les affects et avoir une dimension cinématographique pour gagner notre place sur les écrans. Le potentiel n'est pas le même que Merci Patron !, mais on montre qu'un film sur la Sécu n'est pas forcément chiant, et dans les avant-premières, on voit un vrai intérêt pour la question. Le bouche à oreille peut nous sauver, avec les réseaux syndicaux, associatifs et cinéphiles. 300 cinémas se sont déjà positionnés pour nos 40 copies.


La Sociale

De Gilles Perret et Michel Ethievent (Fr, 1h30) Documentaire Il y a 70 ans, les ordonnances promulguant les champs d’application de la sécurité sociale étaient votées par le Gouvernement provisoire de la République. Un vieux rêve séculaire émanant des peuples à vouloir vivre sans l’angoisse du lendemain voyait enfin le jour.
Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

J'veux du soleil

ECRANS | Peu après le 1er Acte du mouvement des gilets jaunes, le cinéaste Gilles Perret et le député de La France Insoumise François Ruffin sont partis à la rencontre des (...)

Vincent Raymond | Mardi 2 avril 2019

J'veux du soleil

Peu après le 1er Acte du mouvement des gilets jaunes, le cinéaste Gilles Perret et le député de La France Insoumise François Ruffin sont partis à la rencontre des manifestants occupant les ronds-points afin d’écouter leurs histoires personnelles et de collecter leurs revendications collectives… Tels des héros d’un road-buddy-movie militant, Gilles et François sillonnent donc l’Hexagone du nord au sud dans la voiture du second — on serait taquin, on leur rappellerait que d’un point de vue géographique, ils auraient eu plus de chance d’avoir le soleil tant désiré en ligne de mire en suivant un axe est-ouest. Rythmé par des chansons nostalgiques et désuètes — quand elles ne prennent pas un tour ironique (Nationale 7, Douce France… ) —, entrecoupé d’un florilège de la morgue verbale d’Emmanuel Macron à l’endroit du peuple, ce cahier de doléances audiovisuel contient des témoignages aussi concrets que poignants donnant des visages et des corps à la crise, à la misère, à la désertification rurale, à la désespérance ordinaire. De ce

Continuer à lire

L'Insoumis

ECRANS | Au soir du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, on s’étonnait de ne pas avoir dès 20h de déclaration à chaud ni d’images de Jean-Luc Mélenchon. Cette (...)

Vincent Raymond | Mardi 20 février 2018

L'Insoumis

Au soir du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, on s’étonnait de ne pas avoir dès 20h de déclaration à chaud ni d’images de Jean-Luc Mélenchon. Cette absence médiatique du bouillonnant candidat, si présent durant la campagne, était-elle consécutive à la stupéfaction, la déprime ou une bouderie de se retrouver classé quatrième à l’issue du scrutin ? Près d’un an plus tard, cet instant d’actualité, devenu fragment d’histoire immédiate, nous parvient grâce à la “caméra embarquée” exclusive d’une production privée — le paradoxe s’avère pour le moins étrange concernant le champion de La France Insoumise — ; celle du documentariste Gilles Perret, alors en train de tourner son portrait. Las, on devrait parler d’hagiographie tant le film du bon camarade Perret, partageant les idées de Mélenchon, s’emploie à renvoyer du candidat un reflet flatteur, visant à rectifier la caricature de loup-garou ordinairement diffusée par ses adversaires. D’un côté comme de l’autre, il s’agit pourtant de propagande, et aucune n’est donc recevable. Proche idéo

Continuer à lire

La Sociale

ECRANS | En France, on a la mémoire courte et sélective en diable, surtout lorsqu’il s’agit des événements survenus entre 1936 et 1946. Ainsi la création de la Sécurité (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 novembre 2016

La Sociale

En France, on a la mémoire courte et sélective en diable, surtout lorsqu’il s’agit des événements survenus entre 1936 et 1946. Ainsi la création de la Sécurité sociale se trouve-t-elle imputée à l’omnipotent de Gaulle, tandis que son inspirateur Ambroise Croizat — qui l’a organisée, structurée et mise en place — a progressivement été relégué au second plan, puis dans les oubliettes de l’Histoire. Sa qualité d’ouvrier syndicaliste CGT et de militant communiste désintéressé, devenu ministre du Travail, n’y est sans doute pas étrangère… Voulant rétablir une simple vérité (et donc dénoncer un furieux mensonge par omission), Gilles Perret retrace ici le parcours de cet individu intègre, dont la postérité se trouve aujourd’hui plus que jamais mise à mal. Toutefois, La Sociale n’a rien d’un docu muséal, ni d’un cénotaphe refermé sur un cortège d’archives ; au contraire, ce film s’ancre-t-il avec vigueur dans l’aujourd’hui, grâce à des intervenants combatifs et très contemporains… moins présents parmi le personnel politique ou syndical que parmi la société civile. On se régale ainsi à écouter les témoignages

Continuer à lire

"La Sociale" : histoire d’un avantage acquis

ECRANS | Comment la retraite, les congés maladie et maternité vinrent aux salariés ? Grâce à un communiste, secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la (...)

Vincent Raymond | Mardi 21 juin 2016

Comment la retraite, les congés maladie et maternité vinrent aux salariés ? Grâce à un communiste, secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT et ministre de de Gaulle, Ambroise Croizat (photo), créateur de la “Sécu”. Ce grand oublié, dont chacun devrait louer l’opiniâtre combat, voit sa contribution sociale célébrée par Gilles Perret dans La Sociale, édifiant documentaire que le réalisateur présente au Zola en primeur. Au Zola le jeudi 23 juin à 20h30 Au Cinéma Saint-Denis le 1er juillet

Continuer à lire

Quoi de neuf, en doc ?

ECRANS | Dans le documentaire comme dans les autres genres, certains arbres au feuillage outrageusement vert et au tronc gentiment creux captent (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 mars 2016

Quoi de neuf, en doc ?

Dans le documentaire comme dans les autres genres, certains arbres au feuillage outrageusement vert et au tronc gentiment creux captent indument une lumière méritant de se répandre sur d’autres pousses de la forêt. Heureusement, il existe des manifestations telles que Les Écrans du Doc pour aller au-delà de cette canopée et faire état d’une diversité parfois insoupçonnée. En une petite semaine, quatorze films vont se succéder au Toboggan décinois, pour la plupart accompagnés par des animations. Si la moitié de la programmation est constituée d’avant-premières — dont Il m’a appelé Malala de Davis Guggenheim et No Land’s Song de Ayat Najafi à l’occasion de la soirée d’ouverture, coïncidant avec la Journée internationale des Droits des Femmes —, on se réjouit des coups de projecteurs braqués sur des œuvres nécessaires telles que les récents Merci patron ! de François Ruffin, astucieuses représailles à l’avidité des milliardaires, ou

Continuer à lire

Merci Patron !

ECRANS | Le patron de Fakir, François Ruffin, doit jubiler du bon tour qu’il joue à l’inflexible capitaine d’industrie, aussi jaloux de ses profits que de sa (...)

Vincent Raymond | Mercredi 24 février 2016

Merci Patron !

Le patron de Fakir, François Ruffin, doit jubiler du bon tour qu’il joue à l’inflexible capitaine d’industrie, aussi jaloux de ses profits que de sa discrétion. Car avec son documentaire branquignolesque, tenant plus du carnet de notes potaches filmé que de l’investigation orthodoxe, non seulement il dresse un bilan de “l’action bienfaisante” du brillant milliardaire au sein des filatures de Nord-Picardie, mais surtout il donne des visages et des noms à ses victimes directes : les Klur, une famille d'ouvriers déclassés, promis à une misère noire. Puisqu'Arnault a fabriqué sa fortune en pratiquant de-ci de-là des entorses à la vérité — prétendant que sa marque Kenzo fabriquait en France alors que les usines étaient délocalisées en Pologne, par exemple — et de grosses fractures à l’éthique (si ce n’est pas amoral d’entasser autant de fric par pure avidité, en laissant crever toute une région…), Ruffin use de ruses pour lui faire restituer une partie de son butin. Ses armes principales étant la menace de bruit médiatique et son air de crétin inoffensif, parfait pour tourner en ridicule un hyper-patron. Comment se payer sur la bête Avec son

Continuer à lire

Le Grand retournement

ECRANS | À chaque crise ses films d'époque. C'est en suivant cet adage, pour mieux le renverser par le langage et nos traditions, que Gérard Mordillat adapte la (...)

Jerôme Dittmar | Vendredi 18 janvier 2013

Le Grand retournement

À chaque crise ses films d'époque. C'est en suivant cet adage, pour mieux le renverser par le langage et nos traditions, que Gérard Mordillat adapte la pièce de Frédéric Lordon, D'un retournement l'autre - comédie sérieuse sur la crise financière. Par le langage, le verbe et donc l'écriture, puisque tout dans cette relecture des évènements sous l'ère Sarkozy (ici roitelet égaré entouré de banquiers peu scrupuleux et bardé de conseillers zélés) est joué comme du Molière et de façon purement théâtrale, jusqu'au décor épuré. On n'a rien contre ce genre d'expérience (d'autres l'ont fait depuis belle lurette), mais il faut dire que le procédé, pas très malin cinématographiquement, se révèle vite assez saoulant. Entendre chanter en alexandrins la novlangue bancaire pour s'en moquer joyeusement amuse deux minutes, mais l'ironie du dispositif ne va pas très loin. Pire, les banalités satiriques s'enchaînent jusqu'à transformer le tout en petite pochade pouet-pouet bien de chez nous. Jérôme Dittmar

Continuer à lire

De mémoires d’ouvriers

ECRANS | C’est peu dire que Gilles Perret a choisi ici le bon angle pour aborder les sujets les plus brûlants de notre actualité politique : mondialisation, (...)

Christophe Chabert | Jeudi 23 février 2012

De mémoires d’ouvriers

C’est peu dire que Gilles Perret a choisi ici le bon angle pour aborder les sujets les plus brûlants de notre actualité politique : mondialisation, délocalisations, abandon de la classe ouvrière par les multinationales et leurs actionnaires… Et pourtant, c’est en braquant ses projecteurs sur un tout petit bout de France, les Alpes, et en retournant dans le passé qu’il éclaire avec une réelle pertinence les incertitudes de l’avenir. C’est là-bas que la conscience ouvrière contemporaine est née, après une répression sanglante orchestrée conjointement par le patronat et les pouvoirs publics ; c’est là-bas aussi que l’industrie a pris son essor, les paysans se muant en ouvriers pour répondre à la ruée vers l’or blanc, construisant barrages, lignes ferroviaires et stations de ski ; c’est là-bas, enfin, que les fusions-acquisitions et autres consortiums ont transformé les travailleurs en «ligne sur un bilan comptable», variable d’ajustement pour les profits des actionnaires. À travers une passionnante collecte d’archives et des entretiens avec les témoins de cette époque bénie et aujourd’hui oubliée, Perret signe un documentaire qui, s’il n’est pas d’une fulgurante pertinence

Continuer à lire

Walter, retour en résistance

ECRANS | «Qu’avons-nous fait des idéaux du Conseil national de la Résistance ?», se demande le réalisateur Gilles Perret. En suivant Walter Bassan, un ancien résistant (...)

Dorotée Aznar | Lundi 2 novembre 2009

Walter, retour en résistance

«Qu’avons-nous fait des idéaux du Conseil national de la Résistance ?», se demande le réalisateur Gilles Perret. En suivant Walter Bassan, un ancien résistant communiste, le réalisateur souhaite ainsi démontrer que notre pays a volontairement oublié les valeurs issues de la Résistance, et notamment les acquis du CNR (comme la sécurité sociale pour tous). Il se lance alors dans une diatribe en pointant ouvertement du doigt le gouvernement actuel et son président omnipotent. À ce titre, la scène du film servant de produit d’appel – le député Bernard Accoyer en pleine langue de bois – serait censée illustrer le propos par l’image : mouais. Car au final, on comprend aisément où Perret souhaite nous emmener quand on l’écoute parler : à un rejet des hommes politiques actuels (droite et gauche confondues), responsables de la «casse sociale» ; le salut venant selon lui des mouvements sociaux et des partis de gauche plus radicaux, les seuls capables de «résister» aujourd’hui. C’est un point de vue respectable, mais il faudrait alors annoncer la couleur d’emblée, et ne pas se servir d’un témoignage fort (celui de Walter) comme prétexte, au risque de tout mélanger.

Continuer à lire