Publicité
Publicité

Anna Karina : sous la Lumière, exactement

Festival Lumière | « Tellement fière d’être invitée à Lyon », l’icône danoise est à l’honneur au Festival Lumière où elle présentera sa première réalisation Vivre ensemble (1973), Une femme est une femme de Godard et un documentaire de Dennis Berry qui lui est consacré, Anna Karina, souviens-toi…

Vincent Raymond | Mardi 10 octobre 2017

Photo : © DR


Votre première réalisation Vivre ensemble vient d'être restaurée (et resortira au printemps 2018 dans les salles). Comment avez-vous vécu cette renaissance ?
Anna Karina
: Mon vieux film, c'est magnifique ! La pellicule avait déjà été restaurée une première fois par la Cinémathèque il y a 20-25 ans. Là, je l'ai revu. Les garçons ont bien travaillé : le son est parfait, l'image identique. J'étais un peu émue… Je n'ai pas pleuré quand même (rires) ou alors de joie, peut-être.

Ce film est empreint d'une terrible insouciance, mais aussi d'une terrible gravité…
Oui, j'ai voulu faire un portrait de cette époque, qui était comme cela, insouciante. Mon personnage y effectue un transfert avec celui de son amant. Au départ, elle vit sa vie au jour le jour, un peu je-m'en-foutiste… Et puis une fois qu'elle est enceinte, elle devient responsable, alors que lui, qui était professeur et petit-bourgeois, devient comme elle.

C'était une sacrée intuition de choisir le journaliste Michel Lancelot pour vous donner la réplique…
C'est un petit miracle, en fait. J'avais très envie de demander à Trintignant, mais j'avais peur d'être déprimée s'il n'acceptait pas. Vivianne Blassel, qui joue la copine rousse dans le film, m'a conseillée de rencontrer Michel Lancelot, qui avait animé l'émission Campus [à la radio]. Je n'ai même pas fait d'essai avec lui : j'ai tout de suite vu qu'il pouvait faire le rôle. C'était quelqu'un de très intelligent, il a été très professionnel. Le seul truc, c'est qu'il ne pouvait pas venir aux rushes parce que sa femme était jalouse (rires).

On était une toute petite équipe : Claude Agostini, qui était chef-op' et cameraman, avait construit tout le décor dans mon appartement de l'époque, rue Thuillier. Je pouvais faire à manger à midi et il y avait toujours du café sur la cuisinière. C'est pas génial, ça ? À un moment, on voit de la neige : c'est un assistant sur le toit qui balançait les flocons (rires). C'est un film que j'ai produit moi-même avec des p'tits sous ; il n'a presque rien coûté à l'époque.

Il y a cependant des séquences à New York, dont une quasi-documentaire, très politique, à Central Park…
J'avais demandé à Unifrance Films si on pouvait avoir des billets d'avion ; et on est resté une semaine pour presque rien, aidés par des amis. À Central Park, c'était improvisé et un coup de pot : on s'est trouvé au bon endroit, au bon moment : il y avait la guerre au Vietnam, Nixon, des manifestations. Alors on a filmé, parce que c'était trop bien. Agostini était caché derrière des arbres, pour éviter que les gens regardent trop vers la caméra. La figuration était gratos. Je peux même dire qu'on a volé les plans (rires). En fait, on aurait pu se faire arrêter.

Le documentaire que Dennis Berry vous a consacré s'appelle Anna Karina souviens-toi. Est-ce une épreuve ou un plaisir de se souvenir ?
Comme on est mariés depuis presque 40 ans, on se connaît depuis très longtemps. Le film parle de mon enfance, de ma carrière, de la tournée qu'on a faite avec Philippe Katerine… Je trouve que j'ai été très gâtée, je n'ai eu que du bonheur : car c'est un grand bonheur pour moi de jouer. Ça ne veut pas dire que je n'ai pas eu beaucoup de chagrin, mais point de vue carrière, j'ai eu des beaux rôles avec de très grands metteurs en scène. Enfin… ils sont tous morts ou presque maintenant : Visconti a disparu, Cukor est mort aussi. Il reste Jean-Luc [Godard].

Justement, vous allez présenter Une femme est un femme (1961) de Godard.
Ah, il y a une histoire autour du film. J'avais fait un court-métrage au Danemark, La Fille aux chaussures, un drôle de titre, qui avait eu un petit prix à Cannes. Et j'ai été engagée pour jouer un petit rôle dans À bout de souffle, que j'ai refusé parce qu'il fallait se déshabiller. Là-dessus, plus de nouvelles, mais je suis convoquée une deuxième fois par le producteur Georges de Beauregard, qui m'engage pour un film politique, Le Petit Soldat. Seulement, je ne peux pas signer le contrat parce qu'ayant 19 ans, je suis encore mineure. J'appelle donc ma mère pour lui dire que j'ai le rôle principal féminin dans un film politique français : « Tu te fous de ma gueule, tu es folle ? » Et elle raccroche ! Finalement, elle vient, elle signe le contrat et on tourne Le Petit Soldat… qui ne sort pas, interdit par Malraux.

Un autre metteur en scène le voit en projection privée : c'est Michel Deville, qui prépare son premier film Ce soir ou jamais. Et il me convoque avec Jean-Luc — comme on s'était mariés, c'est lui qui signait pour moi. J'étais ravie. Une semaine plus tard, il me rappelle pour me donner rendez-vous au Drugstore Publicis. Je dis à Jean-Luc : «— Je parie qu'il me va donner le rôle principal. — Tu rêves ! ». Et c'est ce qui s'est passé. Jean-Luc prend le scénario et me dit : « Tu ne peux pas dire ce texte, c'est quoi ces dialogues ? C'est mauvais ! Tu ne peux pas faire ça, c'est la folie. » Mais moi, je trouvais ça formidable, je pouvais m'exprimer, jouer la comédie. Il était quand même gentil, il m'emmenait tous les jours au studio à Boulogne-Billancourt, et venait me chercher.

Quand le film sort, il a de très bonnes critiques, Jean-Luc le voit et me trouve formidable — et le film aussi, alors qu'il n'a pas cessé de critiquer les dialogues de Nina Companeez. Et alors qu'il avait vu beaucoup de comédiennes pour Une femme est une femme, il me demande si je veux jouer avec lui et Belmondo et Brialy. J'ai trouvé ça inespéré, parce que je ne lui ai jamais rien demandé — je n'ai jamais rien demandé à aucun metteur en scène.

Le premier jour, j'avais les genoux qui tremblaient tellement j'avais peur ! Heureusement, ils étaient tellement adorables Jean-Paul et Jean-Claude. Arrive le festival de Berlin et c'est moi qui ai l'Ours, le Prix féminin ; Jean-Luc a eu un Ours aussi, mais n'est pas venu le chercher, il est resté à Paris. Moi j'y suis allé, et à l'époque il n'y avait pas de mascara waterproof, alors on me voit sur des photos avec de grosses larmes de joie qui coulent, on dirait un clown (rires) Je n'avais pas encore 21 ans…

Avez-vous vu Le Redoutable, inspiré par Jean-Luc Godard époque 67-68?
J'en ai tellement entendu parler… Louis Garrel ressemble pas mal, sauf que Jean-Luc est beaucoup plus petit que lui. Je n'ai pas été voir le film parce qu'il y a un truc qui me plaît pas trop là-dedans, je n'ai pas peur de le dire. Jean-Luc a fait des films formidables, comme Pierrot le Fou ou Bande à Part que j'ai présentés pendant des années dans le monde entier, qui sont toujours à la mode pour les jeunes. Alors, ce qui me gêne, et qui n'est pas vraiment honnête par rapport à lui, c'est de prendre ce moment-là où c'est la dégringolade pour lui avec le scandale à Cannes, le Petit livre rouge, Mao, tout ça… Je n'ai pas envie d'aller au cinéma et d'entendre des rires et des commentaires. Mais je le verrai quand même un des ces quatre, tranquillement, chez moi. C'est mon avis : j'ai quand même été mariée avec lui ! (rires)

Masterclass Anna Karina
À la Comédie Odéon le ​mercredi 18 à 15h

Une femme est une femme
Au Pathé Bellecour le mercredi 18 octobre à 18h30 ; au Cinéma Opéra le jeudi 19 à 21h ; au Comoedia le vendredi 20 à 17h30

Vivre ensemble
À l'Institut Lumière le jeudi 19 à 14h30 ; au Lumière Terreaux le vendredi 20 à 14h45 ; en salles au printemps 2018 (distribué par Malavida)

Anna Karina souviens-toi
À l'Institut Lumière le jeudi 19 à 19h

*

* *

Anna et ses sœurs

Section spéciale ouverte depuis les débuts du Festival, “l'histoire permanente des femmes cinéastes“ s'intéresse cette année, après Ida Lupino, Alice Guy ou Larissa Chepitko, à ces autrices ayant peu signé de films en qualité de réalisatrice pour des raisons multiples (et parfois cumulables) : la difficulté de trouver du temps et des financements, les impératifs d'une autre carrière, la capacité à aborder des thématiques plus clivantes que leurs homologues masculins…

Outre Anna Karina et sa vision douce-amère de la société post-soixante-huitarde dans Vivre ensemble (1972), on redécouvrira donc le classique Jeunes filles en uniforme (1931) de Leontine Sagan, bombe à fragmentation de provocations dans l'Allemagne pré-hitlérienne puisque antimilitariste, traitant en partie d'homosexualité féminine et produit selon un sytème coopératif. Plus rares, le documentaire de Nicole Védrès Paris 1900 (Prix Louis-Delluc 1947), montage d'archives glanées dans les actualités tournées avant la Première Guerre mondiale, ou Together (1956) portrait de deux dockers sourds signé par Lorenza Mazzetti dans la mouvance du Free Cinéma britannique. Enfin, comment ne pas évoquer avec mélancolie l'unique réalisation de la comédienne Barbara Loden, Wanda (1970). Road movie dans une Amérique en pleine mue civilisationnelle, il constitue un témoignage important de l'époque et le plus précieux des vestiges de la carrière d'une artiste trop précocement (et tragiquement) disparue.

*

* *

Anna Karina, Repères

1940 : Naissance le 22 septembre de Hanne Karin Bayer à Solbjerg, au Danemark

1954 : Tourne le court-métrage Pigen og skoene (La Fille aux chaussures) de Ib Schmedes

1957 : Arrivée en France, elle est rebaptisée Anna Karina par Coco Chanel et remarquée par Jean-Luc Godard qui l'épouse

1960 : Premier rôle dans Le Petit Soldat. Suivront Une femme est une femme (prix d'interprétation à Berlin), Vivre sa vie, Bande à part, Pierrot le fou, Alphaville, Made in USA avec JLG

1967 : Sortie de Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot de Rivette, scandale ; diffusion télévisée de Anna, comédie musicale de Serge Gainsbourg contenant le tube Sous le soleil exactement, succès

1972 : Réalise et interprète Vivre ensemble

2000 : Publie un album avec Philippe Katerine, Une histoire d'amour

2017 : Anna Karina, souviens-toi, documentaire réalisé par son époux Dennis Berry


Une femme est une femme

De Jean-Luc Godard (1961, Fr, 1h25) Angela (Anna Karina), danseuse dans une boîte parisienne minable, aime Émile Récamier (Jean-Claude Brialy). Ils emménagent dans un petit appartement du faubourg Saint-Denis. Bientôt, la jeune femme fait part à son compagnon de son désir d’avoir un enfant. Émile s’y oppose catégoriquement. Angela le menace : s'il refuse, Alfred (Jean-Paul Belmondo), lui, acceptera…
Pathé Bellecour 79 rue de la République Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Vivre ensemble

De Anna Karina (1973, Fr, 1h33) Un jour, Alain (Michel Lancelot), jeune professeur à la vie rangée, tombe amoureux de Julie (Anna Karina). Il quitte son épouse pour mener, auprès de cette jeune femme marginale, une existence insouciante, entre Paris et New York. De retour des États-Unis, la vie reprend le dessus et le couple s’étiole…
Institut Lumière 25 rue du Premier-Film Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Anna Karina souviens-toi

De Dennis Berry (2017, Fr, 54min) documentaire
Institut Lumière 25 rue du Premier-Film Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Redoutable

ECRANS | 1967. Au sommet de sa gloire, Jean-Luc n’est pas à une contradiction près : s’il provoque en public en professant des slogans marxistes ou égalitaristes, il (...)

Vincent Raymond | Mardi 12 septembre 2017

Le Redoutable

1967. Au sommet de sa gloire, Jean-Luc n’est pas à une contradiction près : s’il provoque en public en professant des slogans marxistes ou égalitaristes, il aspire en privé à une union conformiste de petit-bourgeois jaloux avec la jeune Anne. Tiraillé entre son Mao et son Moi, le cinéaste passe de l’idéologie au hideux au logis. L’insuccès de La Chinoise ne va rien arranger… Toutes proportions gardées, la vision du Redoutable rappelle celle de AI (2001), cette étonnante symbiose entre les univers et manière de deux cinéastes (l’un inspirateur, l’autre réalisateur), où Spielberg n’était jamais étouffé par le spectre de Kubrick. L’enjeu est différent pour Hazanavicius, à qui il a fallu de la témérité pour se frotter à un Commandeur bien vivant — certes reclus et discret, mais toujours prompt à la sentence lapidaire ou la vacherie définitive. Hommage et dessert En savant théoricien-praticien de l’art du détournement, Hazanavicius a extrait du récit autobiographique d’Anne Wiazemsky

Continuer à lire

Le Mépris, le plan cul de Godard

ECRANS | L’anecdote a beau être connue, elle vaut qu’on la raconte tant elle en dit long sur le cinéma, les hommes qui le produis(ai)ent et le caractère taquin du (...)

Vincent Raymond | Mardi 12 septembre 2017

Le Mépris, le plan cul de Godard

L’anecdote a beau être connue, elle vaut qu’on la raconte tant elle en dit long sur le cinéma, les hommes qui le produis(ai)ent et le caractère taquin du rusé Godard époque 62-63. L’histoire commence lorsque le cinéaste convainc le mogul Sam Levine de cofinancer son adaptation du roman de Moravia, en lui promettant Bardot au générique. Au premier montage du film, l’Américain tombe des nues, car la comédienne ne l’est justement jamais à l’écran. Or Levine a cher payé pour voir BB en tenue d’Ève — très cher, même, puisque le cachet de la star représente la moitié du budget du film s’élevant à 5 millions de francs de l’époque. Alors il se fâche et met en demeure JLG d’ajouter une séquence, mais en lui retranchant des vêtements. Levine désire la nudité de Bardot ? Soit. Godard va lui offrir sur son plateau, dès l’ouverture du film dans une scène dialoguée raboutée dont on ne sait dans quelle mesure elle est improvisée. Couchée sur le ventre dans le plus simple appareil, la blonde callipyge passe en revue son anatomie, demandant à son partenaire

Continuer à lire

Adieu au langage

ECRANS | D’où parle Jean-Luc Godard aujourd’hui ? D’un lieu double, comme l’est son dernier film : si l’on suit la première partie — «La Nature» — ce serait (...)

Christophe Chabert | Mardi 27 mai 2014

Adieu au langage

D’où parle Jean-Luc Godard aujourd’hui ? D’un lieu double, comme l’est son dernier film : si l’on suit la première partie — «La Nature» — ce serait quelque part du côté du lac de Genève, où transitent deux types de fantômes, ceux des touristes arrivés des bateaux de plaisance battant alternativement pavillon suisse et pavillon français, et ceux de Lord Byron et Mary Shelley, dans un exil romantique forcé qui donne naissance au fameux Frankenstein. Mais selon la deuxième partie — «La Métaphore» — Godard nous parle d’un lieu plus mystérieux, un au-delà du langage où il retrouve son outil et se fait peintre du monde, de ses bruissements, de ses êtres mis à nu. Cette dualité n’est pas neuve chez lui : elle dure au moins depuis Nouvelle Vague, où la noyade d’un homme entraînait l’apparition de son double. Nouvelle Vague était aussi un film d’exil : le premier à montrer ce bout de Suisse dans lequel Godard s’est réfugié et le premier à mettre en scène un Alain Delon qui n’hésitait pas à y faire quelques navettes pour planquer son pognon — l’exilé romantique et l’exilé fiscal, la nature et la métaphore. Or, depuis ce film matrice du

Continuer à lire

De l’amour et de la pellicule

ECRANS | Dans l’excellent magazine SoFilm, Maroussia Dubreuil se pose chaque mois cette question : «Doit-on tourner avec son ex ?». L’Institut Lumière la (...)

Christophe Chabert | Mardi 15 avril 2014

De l’amour et de la pellicule

Dans l’excellent magazine SoFilm, Maroussia Dubreuil se pose chaque mois cette question : «Doit-on tourner avec son ex ?». L’Institut Lumière la retourne dans sa programmation printanière en "Que se passe-t-il quand un cinéaste filme la femme / l’homme qu’il aime ?". Ce cycle "Je t’aime, je te filme" sera donc l’occasion de passer en revue des couples célèbres, comme celui formé par le regretté Alain Resnais et sa muse Sabine Azéma — Mélo — ou celui, tumultueux, qui unit le temps du tournage interminable des Amants du Pont-Neuf Leos Carax et Juliette Binoche. Restons en France, mais quelques années auparavant, où Jean-Luc Godard magnifia Anna Karina du Petit Soldat à Pierrot le fou, avec au milieu un film qui semble n’exister que pour elle, Vivre sa vie, travail d’iconisation amoureuse à la croisée de la fétichisation cinéphile — Karina filmée comme Falconetti dans La Passion de Jeanne d’Arc — et de la contemplation subjuguée… C’est un rapport du même ordre que l’on trouve dans La Belle et la bête ; Cocteau est tellement fasciné par la Bête-Jean Marais qu’il en oublie complètement d

Continuer à lire

La Chinoise / Bande à part

ECRANS | Les restaurations continuent à un bon train dans le catalogue Gaumont, et témoignent d’un joyeux éclectisme, puisqu’on y passe des fleurons du cinéma (...)

Christophe Chabert | Lundi 15 octobre 2012

La Chinoise / Bande à part

Les restaurations continuent à un bon train dans le catalogue Gaumont, et témoignent d’un joyeux éclectisme, puisqu’on y passe des fleurons du cinéma populaire (Lautner, Deray, De Broca) à des piliers du cinéma moderne, comme ces deux Godard dont l’un d’entre eux (La Chinoise) était carrément inédit en DVD ! Alors dans sa période la plus spectaculairement créative, enchaînant les chefs-d’œuvre tout en renouvelant, à chaque film, de fond en comble la grammaire cinématographique, Godard y opère de l’un à l’autre un basculement encore plus décisif : celui qui va le faire passer d’anarchiste de droite à maoïste convaincu. Bande à part est ainsi marqué par son goût pour le cinéma pur et l’art pour l’art, avec son intrigue simili-policière surtout prétexte à filmer de beaux jeunes gens (Sami Frey, Claude Brasseur et Anna Karina) qui s’aiment, s’engueulent et se trahissent à Paris la nuit, dans sa banlieue un peu triste le jour. C’est le film où Godard ne joue que sur les rythmes disloqués, tels cette visite de musée au pas de course ou ce long moment où le trio se fige dans le silence dans un café. Bande à part a irrigué l’imaginaire des cinéastes à

Continuer à lire

L’Amour fou

CONNAITRE | Anne Wiazemsky aurait pu reprendre ce titre d’André Breton,  L’Amour fou, pour Une année studieuse, mais elle et son amoureux, un certain Jean-Luc Godard, (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 23 février 2012

L’Amour fou

Anne Wiazemsky aurait pu reprendre ce titre d’André Breton,  L’Amour fou, pour Une année studieuse, mais elle et son amoureux, un certain Jean-Luc Godard, ne font référence à l’écrivain surréaliste que pour des considérations bien plus terre à terre : ils nomment leur chien «Nadja» ! Car Godard et Wiazemsky (petite-fille de François Mauriac), vivent, au milieu des années soixante, un amour à la fois simple et hors norme ; ils ne sont pas tout à fait n’importe qui. Godard vient de terminer Masculin/Féminin, Anna Karina s’est fait la malle et voilà qu’une rouquine pointe son nez par courrier. Elle veut le rencontrer. Elle a 19 ans, elle est mineure. Lui du haut de ses 35  ans et de son aura de chef de file de la Nouvelle Vague qui bouscule le langage cinématographique doit convaincre le grand-père Mauriac que la jeune bachelière n’a pas succombé à une star délurée. Elle continue sagement ses études sur les bancs de Nanterre, cette fac «dans la boue» qui vient d’ouvrir ses portes. Mai 68 prend racine sans que Wiazemsky ne s’en aperçoive même si un jeune gouailleur et dragueur, Dany Cohn-Bendit, tente de l’attirer dans ses filets. En écrivant comme si demain n’avai

Continuer à lire

Film socialisme

ECRANS | Fidèle à son cinéma quoique plus tranchant que dans Notre musique et Éloge de l'amour, Godard raconte en trois temps une certaine histoire du socialisme. Sur (...)

Dorotée Aznar | Lundi 17 mai 2010

Film socialisme

Fidèle à son cinéma quoique plus tranchant que dans Notre musique et Éloge de l'amour, Godard raconte en trois temps une certaine histoire du socialisme. Sur une croisière Corsa, des personnages connus (Patti Smith, Alain Badiou, Bernard Maris) ou inconnus aphorisent sur l'argent, les génocides contemporains ou l'Europe. On sent une double rage chez Godard : celle de filmer, tout et sur tous les supports ; et celle de témoigner à sa manière de l'état du monde, aussi chaotique que les vagues sur la mer déchaînée. La deuxième partie surprend par sa dimension narrative, même si en définitive l'affaire reste assez opaque. La dernière est la plus lyrique, montage d'images de films et de musiques samplées passant de la Palestine à Odessa, de Hellas à Barcelone. Une histoire du cinéma ou l'histoire primerait sur le cinéma, la part la plus attendue d'un Godard finalement assez inattendu. CC

Continuer à lire