Dominic Palandri : doux, dur et dingue

SCENES | Vieux routier des planches (et des guitares) au physique de grizzli et au caractère d'ours en peluche, Dominic Palandri s'essaye avec "New York Paradis", sa dernière mise en scène, à une forme de théâtre plus conventionnelle. A moins qu'il ne s'agisse d'une forme de café-théâtre moins conventionnelle ? Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 16 décembre 2014

«Après les représentations, on me demande souvent si j'ai fait de la prison» confesse, amusé, Dominic Palandri. Gueule de cinéma et dégaine de biker prêt à vous casser une queue de billard sur le sinciput au premier raccroc, le bonhomme dégage en effet le genre de présence qui vous cause des sueurs nocturnes en plein jour. Surtout pour qui ne connaît de lui que le hitman en cavale de Ta gueule ! et l'arbitre radié pour brutalités de Carton rouge, les personnages de brutes épaisses que son vieil ami Jacques Chambon lui a taillés sur mesure.

En vrai, Dominic Palandri est un un chic type et l'un des comédiens les moins unidimensionnels du circuit du café-théâtre. Sans doute parce qu'il n'en est pas un pur produit : «A l'origine je voulais être batteur. Quand j'ai fait mes premiers concerts, je me suis rendu compte que je voulais être le mec devant. J'ai donc commencé à chanter. Et là, je me suis dit : "pour gagner en confiance, je dois faire du théâtre". Je ne sais pas pourquoi j'ai eu cette idée. Ça m'a paru évident». C'était il y a une grosse vingtaine d'années.

Son côté punk

Depuis cette intuition, Dominic Palandri a touché à tout : au one-man-show à deux reprises, dans une veine de «gentil couillon» proto-Frank Dubosc, au two-men-show (Les Louzeurs avec Thierry Rousset, «de formidables années d'insouciance»), à la mise en scène (avec L'Amour est une dure lutte et Apéro thérapie), aux castings («On me dit toujours que c'est super mais on me prend jamais, je dois avoir trop de personnalité (rires)») et bien sûr à la musique, jardin personnel aux haies taillées comme les cheveux de Bashung qu'il cultive avec le soutien de Philippe Prohom – son prochain disque en son seul nom de famille ne devrait plus tarder. A chaque fois avec un souci du verbe hérités du «choc» que fut sa découverte des grands textes du théâtre dit classique – il dit avoir adoré joué Scapin et aurait sans doute été très convaincant dans la détonante adaptation des Fourberies de Laurent Brethome – au point d'avoir laissé en friche son deuxième solo, le très littéraire Dominic Palandri is not dead mais presque, parce qu'il ne trouvait pas le temps de le faire sonner naturellement.

En attendant de réconcilier ses deux marottes – il a repris l'écriture de sa toute première pièce, sur un groupe de rock – c'est au service d'une mystérieuse et audacieuse conversation fragmentée entre deux costards-cravates (Lionel Buisson et Maxime Jullia) qu'il met ce perfectionnisme : «Je ne peux pas en dire plus sans gâcher la surprise, si ce n'est que je l'ai écrite avec une très grande liberté intellectuelle. Auparavant, j'écrivais avec un objectif : faire rire, jouer dans un certain réseau... Je me mettais donc des contraintes de pêche, de festivité, de bonne humeur... Cette fois je m'en suis foutu et je me suis dit "tant pis si personne n'aime le spectacle et qu'il ne sert à rien". Après tout, ça fait partie du travail de l'artiste de faire des choses inutiles. Et celle-ci me tient particulièrement à cœur». Voilà bien Dominic Palandri : un grand punk sentimental.

New York Paradis
Du jeudi 18 décembre au mercredi 31 décembre à la Maison de Guignol


New York Paradis

Par Dominic Palandri
Théâtre La Maison de Guignol (Gourguillon) 2 montée du Gourguillon Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


New York Paradis

Par Dominic Palandri
Théâtre La Maison de Guignol (Gourguillon) 2 montée du Gourguillon Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Apéro Thérapie" : un coup dans le nez

Café-Théâtre | Apéro Thérapie est à l’affiche de l’espace Gerson : plaisant, mais dépourvu de finesse.

Nina Roussel | Jeudi 16 mai 2019

Tous les samedi soirs, l’Espace Gerson se met à l’heure de l’apéro et accueille Romy Chenelat et Céline Iannucci qui interprètent deux copines pompettes. Délurée, braillarde, et définitivement immature, l’une rêve de prendre le large et répète à longueur de journée sa ferme résolution : « tout quitter » – à commencer par le travail qu’elle n’a pas. Voilà qui n’est pas sans faire sourire Yolande, la discrète, qui sait à quoi s’en tenir quant aux projets nébuleux de sa colocataire. Au fil de sessions apéritives quotidiennes, les langues se dénouent, et les révélations vont bon train, avec, évidemment, une mention spéciale pour les affaires de fesses. La recette de cette comédie est simple et fonctionne, en grande partie grâce aux comédiennes survoltées et généreuses, qui entre vraies bouteilles et vrais fous-rires, ne boudent pas leur plaisir. Mais le spectacle n’est pas dépourvu de lourdeurs : on rit gras, mais on rit quand même. Pas sûr pour autant qu’on reprenne un verre. Apéro Thérapie, de Dominic Palandri À l’Espace Gerson tous les samedis de mai et les 8, 15 et 29 juin, à 19h

Continuer à lire

Pour Palandri et Chenelat, l'amour reste une dure lutte

SCENES | Si New York Paradis, la dernière comédie en date de Dominic Palandri, est à voir avant de mourir, ainsi que l'énonce sa tagline, L'Amour est une dure lutte (...)

Benjamin Mialot | Mardi 5 mai 2015

Pour Palandri et Chenelat, l'amour reste une dure lutte

Si New York Paradis, la dernière comédie en date de Dominic Palandri, est à voir avant de mourir, ainsi que l'énonce sa tagline, L'Amour est une dure lutte (créée début 2012) en est une à laquelle il vaut mieux assister avant de s'engager dans une relation, l'image qu'elle renvoie du couple, en l'occurrence celui qu'interprètent le même Palandri et Romy Chenelat (par ailleurs co-auteurs de la pièce), étant celle d'une institution pour le moins mortifère. Lui, bedaine en avant, est un chômeur concupiscent, sorte de Bertrand Cantat en tongs et incapable de lever le poing si ce n'est pour s'en jeter un. Elle, à l'inverse, ne pense au sexe que tous les trente-six du mois et dédie les trente-cinq jours à bavasser au téléphone avec sa mère – alors qu'elle habite l'appartement d'en face. Leur histoire, cousue de fil blanc jusqu'à un happy end forcément temporaire, c'est Vous avez un message chez les prolos : nonobstant quelques éclairs de complicité régressive – des petits noms aux jeux maison, la pièce traduit très bien la façon dont les fulgurances affectives deviennent des habitudes embarras

Continuer à lire

Rires de gala

SCENES | Baffrer et se bidonner entre potes devant un spectacle bien rôdé, il y a pire comme façon de fêter la Saint-Sylvestre – par exemple se goinfrer et ricaner tout seul devant un bêtisier à peine remonté. Sélection. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 16 décembre 2014

Rires de gala

Fabien Olicard L'humour, comme le rap hardcore, est une question de contexte – à votre prochain rendez-vous galant, claquez un petit «J'vais me tatouer LOVE sur les phalanges pour te frapper avec amour», vous verrez. Dans celui d'un réveillon, nous n'avons aucun doute sur l'efficacité du spectacle de ce one-man-mentalist, quand bien même nous l'avions un peu égratigné fin octobre, désappointé que nous étions qu'il mette le supercalculateur qui lui sert de cerveau au service d'un "simple" exercice de manipulation, aussi bluffant et écrit soit-il. Oui, il nous arrive de pratiquer le coït anal avec des mouches. A la salle Rameau à 19h30   Trash Puisqu'on parle de coït, saluons la reprise pour un soir de ce qui reste à ce jour la pièce la plus couillue de Jocelyn Flipo. Dans tous les sens du terme, puisque cette romcom musicale au casting en forme de who's who du rire à crinièr

Continuer à lire

Électro mais pas trop

MUSIQUES | A l'heure où nous mettons sous presse, comme on dit quand on veut faire croire qu'on bosse pour un journal aussi prestigieux que ceux publiés à la fin (...)

Benjamin Mialot | Mardi 16 décembre 2014

Électro mais pas trop

A l'heure où nous mettons sous presse, comme on dit quand on veut faire croire qu'on bosse pour un journal aussi prestigieux que ceux publiés à la fin XIXe siècle, nous ne connaissons toujours pas la teneur de la soirée "All Star" que proposera le Terminal pour le réveillon. C'est d'autant plus ballot que la précédente était la plus attractive parmi celles, pas si nombreuses, qui ambiancèrent le passage à l'an 2014. D'autres ont heureusement été plus prompts à communiquer. Ainsi du DV1, qui recevra Mia Dora, duo écossais versé dans la house sans fioriture – mais tout de même suffisamment brouilleuse de pistes pour susciter l'intérêt de ses augustes compatriotes d'Optimo. Et ainsi de la Marquise, où les collectionneurs de voyelles d'Art Feast (Miimo, Klaaar) tiendront leur traditionnel (et mensonger !) "Nouvel an orgie". Et c'est tout pour ce qui concerne les "vraies" affiches. Du côté des soirées thématiques, outre le nouvel an "comme à la maison" de l'incontournable Lavoir, le Ninkasi Gerland, ses DJs résidents et ses effeuilleuses burlesques vous invitent à vous la jouer «super, génial, trop top, inouïe, trop beau, groovy, trop frais, cheesy...

Continuer à lire

Votre 31, sucré ou pimenté ?

MUSIQUES | A l’Opéra de Lyon, entre deux représentations de Rusalka, c'est du pur sucre que nous propose la soprano Felicity Lott pour le passage à la nouvelle année, le (...)

Pascale Clavel | Mardi 16 décembre 2014

Votre 31, sucré ou pimenté ?

A l’Opéra de Lyon, entre deux représentations de Rusalka, c'est du pur sucre que nous propose la soprano Felicity Lott pour le passage à la nouvelle année, le temps d'un programme comme on les aime dans ces moments-là : un bonbon presque trop doux pour nos papilles, la douce idée qu’en sortant de ce concert, tous nos vœux seront exaucés. L'Anglaise, qui maitrise soit dit en passant le français sur le bout des doigts – ses interventions toutes en humour sont autant de petites pépites joyeuses entre chacune des pièces qu’elle interprète – arrive en effet avec, dans sa hotte, des airs à se vautrer par terre : du Strauss pour que chacun se mette à valser, Offenbach et sa Grande-duchesse de Gérolstein... De quoi chantonner, s'enivrer malgré soi et simplement être heureux, parce qu’il y a dans ces musiques légères-là une sensation de bien-être immédiat, et qu’en belle cerise sur le gâteau, Felicity Lott, honorant son prénom, sait la magnifier. A l’Auditorium, la soirée se veut plus pimentée, avec un ciné-concert de West S

Continuer à lire

Guignol sur son 31

SCENES | Comment réveillonner quand on est petit et que minuit, sans la perspective d'une descente du Père Noël, n’a plus le moindre espèce d’intérêt ? Les Célestins ont (...)

Nadja Pobel | Mardi 16 décembre 2014

Guignol sur son 31

Comment réveillonner quand on est petit et que minuit, sans la perspective d'une descente du Père Noël, n’a plus le moindre espèce d’intérêt ? Les Célestins ont la réponse : il suffit de célébrer la nouvelle année à une heure décente, dans leur cas en programmant les circassiens de Solvo à 16h et 20h. Bien vous prendrait aussi d’emmener vos gones voir Guignol, le vrai de vrai, celui que Stéphanie Lefort et sa compagnie des Zonzons font revivre avec une vraie écriture comique à plusieurs niveaux de lectures — c'est-à-dire qui ne gâche pas le plaisir des enfants et éveille la curiosité des plus grands, comme dans Crasse paperasse qui évoquait très directement le sort des sans-papiers. Le Palais Bondy où est hébergé leur Théâtre de Guignol étant fermé pour travaux depuis mai 2013 et jusqu’en janvier 2016 — a minima — c’est pertinemment aux Musées Gadagne que leurs spectacles ont lieu depuis septembre. Les Couverts volés et

Continuer à lire

Baroque & Plus si affinités

MUSIQUES | Vous souvenez-vous de Monsieur Plus, ce guilleret moustachu qui s'évertuait, à coups de bousculades opportunes, à rendre plus appétissants et plus savoureux (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 13 novembre 2013

Baroque & Plus si affinités

Vous souvenez-vous de Monsieur Plus, ce guilleret moustachu qui s'évertuait, à coups de bousculades opportunes, à rendre plus appétissants et plus savoureux les biscuits Bahlsen ? Eh bien Franck-Emmanuel Conte est un peu le Monsieur Plus du baroque : avec Le Concert de l'Hostel Dieu, l'ensemble qu'il a fondé voilà deux décennies, il n'a de cesse de le sortir de sa zone de confort, soit en se penchant sur des répertoires méconnus, soit en le confrontant à d'autres disciplines – on ne lui souhaite toutefois pas de finir, comme le croqueur de tuiles, noyé dans la Seine dans l'indifférence générale. Une démarche qu'il pousse un cran plus loin cette saison avec la création de Baroque & Plus, un festival tout entier dédié au dépoussiérage de cette musique ornementale et contrastée.  Au programme de sa première édition : du théâtre avec l'immense Jacque

Continuer à lire