Yan Duyvendak : « Virus, désormais, c'est la réalité »

Théâtre | Il nous avait conquis, au TNP, avec le procès d’Hamlet joué avec des professionnels de la justice et un jury populaire renouvelé chaque soir (Please, continue). Revoici, aux Subs, le Suisso-Hollandais Yan Duyvendak pour Virus, un spectacle imaginé en 2017 et incroyablement d’actualité : comment réagir au surgissement d’une pandémie ? À vous de le jouer !

Nadja Pobel | Jeudi 22 octobre 2020

Photo : © DR


Qu'est-ce qui vous pousse à toujours aller vers ce processus de travail participatif ?
Yan Duyvendak : Je ne sais pas très bien en fait. J'ai bien lu mon Jacques Rancière, qui dit que le spectateur s'émancipe même s'il n'est pas impliqué physiquement ; néanmoins, j'ai l'impression qu'en s'activant, on comprend autrement les choses. En général, ce qui m'intéresse — et c'est pour ça que j'ai glissé des arts visuels vers les arts vivants — c'est l'idée d'être plusieurs dans un même endroit en train de vivre des choses ensemble et de réfléchir à une question de société.

Comment est venue l'idée de ce spectacle, Virus ?
Une conversation en 2017, avec un ami médecin marseillais (ce n'est pas le Dr Raoult !) qui faisait des simulations pour un projet de la Communauté européenne pour entraîner les autorités à réagir à une pandémie. C'était destiné surtout à des pays d'Afrique occidentale, après la crise Ebola. Il appelait déjà ça un "jeu". Les membres de gouvernements, les économistes qui étaient conviés étaient les "joueurs". J'ai été intéressé.

Crash-tests

Comment cela se passe sur le plateau ?
Quand le public entre en salle, il est accueilli par deux coordinateurs avec des gilets de couleur posés par tas (sécurité, économie, santé, recherche, population…). Chaque spectateur choisit son groupe en fonction de ses intérêts ou appétences. Il faut un nombre égal dans tous les groupes, sauf la population, plus nombreuse. Des modérateurs expliquent les règles du jeu, précisant qu'il ne s'agit pas de la Covid — car on a fait ce jeu avant novembre 2019. Chacun reçoit des enveloppes avec des choses à faire, des éléments imprévus auxquels il doit faire face (gérer de l'argent, trouver des anti-viraux…).

Il y a trois phases dans une épidémie qu'on a repris dramaturgiquement : quand le virus est encore à l'étranger et qu'il faut préparer son pays pour son arrivée, puis quand le virus est sur son propre territoire mais que ça n'explose pas encore et, troisième phase, quand tout le monde commence à tomber malade et mourir. À la fin de chaque phase on fait une réunion interministérielle de crise pour raconter les décisions prises et s'orienter vers une des quatre situations finales possibles à la fin du jeu : fin de l'humanité, État militaire, tribus de différents régimes politiques, retour sans changement à nos sociétés néolibérales

Vous n'avez pas voulu changer le spectacle malgré la crise de la Covid. Mais comment a-t-il été percuté par cette actualité ?
En voyant arriver cette crise, notre première idée a été de nous dire qu'on était foutu, qu'il fallait jeter le projet aux orties, que personne ne voudrait jouer ça car on était trop dedans, qu'on n'aurait pas de distance. Mais pendant le confinement — qui en Suisse était quand même assez doux (on pouvait faire des balades en montagne) — on a relu tout le matériau (720 choses à faire en groupe), on était vraiment frappé par le fait que tout cela, qui pourtant datait d'avant la Covid, était vraiment ce qu'on était en train de vivre. Quand on faisait les crash-tests [NdlR : sorte de séance de travail collaboratif en amont des représentations, aux Subs c'était fin juillet] l'an dernier, les gens trouvaient ça sympa, rigolo, un peu dystopique. Désormais, c'est la réalité. On a donc pris le pari que le spectacle pouvait marcher de manière cathartique, le jeu est maintenant un défouloir.

Virus
Aux Subsistances du mardi 3 au samedi 7 novembre à 18h
+ séance supplémentaire le samedi à 14h, 5€/13€/16€

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

5 pièces de théâtre à ne pas rater

SCENES | Ivres Parmi les 42 spectacles à l’affiche des Célestins cette saison, ne pas rater Ivres ! La jeune metteuse en scène Ambre Kahan n’a pas manqué (...)

Nadja Pobel | Mercredi 23 septembre 2020

5 pièces de théâtre à ne pas rater

Ivres Parmi les 42 spectacles à l’affiche des Célestins cette saison, ne pas rater Ivres ! La jeune metteuse en scène Ambre Kahan n’a pas manqué d’ambition en choisissant Ivan Viripev. Quatorze personnages ivres morts (l’ivresse du pouvoir, de la religion, de l’amour…), autant d’acteurs (et un musicien, Jean-Baptiste Cognet) au plateau et ce désir d’aller au plus près de la langue (qu’elle a retraduit pour l’occasion avec une acolyte), de jouer du déséquilibre avec un sol désaxé. La comédienne, formée au Théâtre National de Bretagne, porte ce projet depuis des années avec ses camarades d’école à qui elle fait vivre de véritables trainings sportifs pour mieux toucher à ce texte qu’elle définit comme « un réveil au sein de la bienveillance ». Au Théâtre des Célestins du mardi 3 au samedi 7 novembre Virus C’était prévu bien avant. Et ça tombe à pic. Yan Duyvendak nous avait déjà convié au procès d’Hamlet (Please, continue), voici

Continuer à lire

Chronologie des médias vs. Covid-19 : Chronos contre Thanos

ECRANS | Dans Avengers : Endgame, plus gros succès au box-office mondial de l’Histoire, les mutants de Marvel triomphaient de Thanos, super-vilain ayant résolu de (...)

Vincent Raymond | Mardi 31 mars 2020

Chronologie des médias vs. Covid-19 : Chronos contre Thanos

Dans Avengers : Endgame, plus gros succès au box-office mondial de l’Histoire, les mutants de Marvel triomphaient de Thanos, super-vilain ayant résolu de “rectifier“ l’Univers en sacrifiant aveuglément la moitié de son effectif. Si la létalité du Covid-19 n’atteint pas (heureusement). un aussi macabre ratio, la tentation est grande de voir dans ce fléau viral une menace aussi redoutable contre le cinéma. Contre les cinémas, et tout particulièrement en France. Pourquoi cette exception ? À cause justement de “l’exception culturelle”. L’état des choses Pour protéger son parc cinématographique de la concurrence d’abord télévisuelle, puis vidéographique (VHS, DVD…), de la location et enfin de tous les opérateurs Internet (VOD) — non seulement diffuseurs mais aussi souvent par obligation, coproducteurs de leurs contenus — la France a adopté dès 1980 une règle hiérarchique de diffusion des œuvres après leur première

Continuer à lire

Please, continue (Hamlet), ou quand le théâtre fait sa loi

SCENES | «La justice n'est pas un jeu même si les apparences peuvent le laisser penser, comme si nos habits étaient des costumes» lance jeudi 20 novembre Me Ronald (...)

Nadja Pobel | Mardi 25 novembre 2014

Please, continue (Hamlet), ou quand le théâtre fait sa loi

«La justice n'est pas un jeu même si les apparences peuvent le laisser penser, comme si nos habits étaient des costumes» lance jeudi 20 novembre Me Ronald Gallo, avocat d'Hamlet, lors de son réquisitoire. Nous sommes pourtant au TNP, pas dans une cour d'assises. Mais en amenant la justice sur une scène, Yan Duyvendak et Roger Bernat ont rendu palpables les similitudes de ces deux arts oratoires, non sans prendre soin de les re-situer le plus clairement possible. Les acteurs ont ainsi enfilé un t-shirt sur lequel est mentionné leur rôle, tandis que les autres personnes présentes (des avocats, un huissier, un juge et un expert psychiatre)ont reçu pour consigne d'incarner leur propre rôle sans en dévier. Un fait divers simple, hybride d'un vrai cas et du scénario shakespearien (un homme a tué le père de son ex-petite amie) sert alors d'appui à une forme inédite de pédagogie de la justice, domaine par essence public mais bien mal connu de ceux qui n'y ont pas affaire. Please, continue (Hamlet) est aussi une loupe sur le caractère aléatoire que revêt un tel cérémonial. Tous les avocats et/ou présidents, souvent des pointures (quel bonheur

Continuer à lire

Yan Duyvendak : «Un magnifique exercice de lâcher prise»

SCENES | Diplômé des Beaux-Arts de Sion et de l’école des arts visuels de Genève, comment en êtes-vous venu à concevoir des performances ? Yan Duyvendak : En même temps (...)

Nadja Pobel | Mardi 25 novembre 2014

Yan Duyvendak : «Un magnifique exercice de lâcher prise»

Diplômé des Beaux-Arts de Sion et de l’école des arts visuels de Genève, comment en êtes-vous venu à concevoir des performances ? Yan Duyvendak : En même temps que les Beaux-Arts, j’ai suivi une formation de danse amateur, puis participé à une espèce de revue de très mauvais goût. J’étais ado et j’aimais beaucoup l’humour utilisé comme une force corrosive. Comme j’étais trop grand pour faire de la danse professionnelle – c’était avant Alain Platel et la possibilité d'avoir des corps spécifiques dans la danse – je me suis ensuite tourné vers l’art visuel, dans lequel j’ai fait une petite carrière. Mais je m’y suis très vite ennuyé, je m’y suis senti très seul et c'était mortifère. J’avais envie de réinjecter de l'humour dans le travail. J’ai alors fait des vidéos, chanté a cappella des chansons existantes qui parlent de l’art (comme J’aurais voulu être un artiste), et c'est devenu une réflexion sur l’art aujourd’hui. J’ai pu faire ça très vite à la fondation Cartier, en 1995. En 2011, vous créez avec Roger Bernat Please, continue (Hamlet), qui relate le procès d'un fa

Continuer à lire

Money for nothing, rap for free

MUSIQUES | Ce n'est pas très gentil de télécharger la musique illégalement. Mais si l'artiste donne son aval, le geste est sport. Et évidemment pas désintéressé. Le rap est en (...)

Jerôme Dittmar | Vendredi 4 juillet 2008

Money for nothing, rap for free

Ce n'est pas très gentil de télécharger la musique illégalement. Mais si l'artiste donne son aval, le geste est sport. Et évidemment pas désintéressé. Le rap est en constante en recherche de buzz par le biais des sites communautaires (skyblog, myspace…). Lorsque les Lyonnais Gourmets lâchent leur net-album en 2005 Le plus Gourmand des Gourmets, cette pratique de "piratage légale" n'est que peu répandu. "À l'époque, on a dû arbitrer entre l'envie de satisfaire le public et nos moyens de diffusion /…/ on a donc offert nos morceaux" déclare Liqid, rappeur du groupe. Résultat : plus de 25 000 exemplaires téléchargés, un succès d'estime et une tournée. Ça ne sera pas forcément la même paire de manches pour les trois mcs du cru qui offrent leur production sur le net. Ils se prénomment Libre Penseur, Missak et Fayce le Virus. Sorti de nulle partPour créer ce fameux buzz, Libre Penseur, "lyriciste" membre de l'excellent groupe de scène Zéro Pointé, a sorti son maxi Electron Libre gratuitement sur le net avant l'été. Celui qui se

Continuer à lire